37
Commentaires

France 3 : menace de grève après le licenciement "arbitraire" d'un journaliste à Rouen

Une entorse au code de la route et une altercation avec ses chefs.... Pour ces deux raisons, le journaliste de France 3 Normandie, Jean-Marc Pitte, s'est vu signifier son renvoi de la chaîne mi-février. Une "sanction disportionnée" et "sans motif sérieux" estiment les syndicats qui, fait rare, font front commun pour demander sa réintégration.

Commentaires préférés des abonnés

Bon, là les copains, il va falloir que vous nous expliquiez. La différence de vocabulaire employé entre les fins de contrat de ce Monsieur et celui de Aude Rossigneux. 

Il est pas "évincé", le Monsieur ? juste "signifié son renvoi" ?

Y a pas "brut(...)

Peu d'analogies avec "l'affaire du Média"...

A.Rossigneux n'est pas une journaliste depuis 30 ans, et la rédaction de ce journal n'a jamais envisagé une grève de soutien en solidarité avec elle.


Aux Prudhommes A.Rossigneux perd, quant JM Pitte l'emport(...)

En d'autres termes, France 3 brade Pitte.

Pardon.

Derniers commentaires

Je termine: le lien ne conduisit plus qu'au journal de fin 2017; il me paraît que la moindre des choses serait de faire la lumière sur tous ces faits.

Pourquoi mettre des guillemets autour d'arbitraire?


Je reviens sur l'assassinat du Père Hamel. C'est Matthieu Suc, de Médiapart, qui a révélé les failles des services de renseignement. https://www.franceculture.fr/societe/saint-etienne-du-rouvray-les-rates-de-lantiterrorisme


Et je reviens sur le journal de france3 Normandie du 26 ou du 27 juillet 2016 ou jean-Marc Pitte avait signalé que des riverains avaient remarqué de bon matin avant les attentats la présence discrète de forces de police. J'avois mis le lien dans le défunt forum dès juillet 2016; je l'ai à nouveau évoqué fin 2017 sur ASi, mais le lien ne conduis

C'est pire que des Bolcheviks chez la direction de France 3 ...
Du coup, les Menchevik et autre socialiste révolutionnaire vont ils aller aux mediaTV afin de contrer les  blanc et les aristo-notables et leur gestion autocratique ...
Rien ne va plus chez les sovietsky-journaliste.

Cela nous changera des méthodes staliniennes du MEDIA et nous donnera un peu d'air !!!

soutien au journaliste de France 3, comme aux journalistes qui font leur travail (parfois à leur détriment).

Bon courage à Jean-Marc Pitte qui se fait virer brutalement de France 3. J'espère qu'il obtiendra l'annulation de son licenciement, ou à défaut une indemnité conséquente. Les méthodes de la direction France3 Normandie sont dégueulasses.




Et au risque de remettre un jeton dans la machine, je me permet de remarquer qu'aucun commentateur insoumis ou apparenté n'a pris la défense de ce journaliste. Tout ce qui les intéresse, c'est de dire "oui mais c'est pas pareil", de défendre les patrons voyous quand ceux-ci ont la "bonne" couleur politique. Surtout ne pas voir que dans les deux cas, un(e) journaliste se fait virer sur un prétexte fallacieux parce qu'il(elle) déplaît à la direction. Et plutôt que de protester dans les deux cas contre la direction, les insoumis en sont maintenant à considérer comme normal que la direction d'un journal vire les journalistes qui lui déplaisent. Vive le progrès social avec LFI !




Le soir de l'assassinat du père Hamel à St-Etienne- du- Rouvray, ou le lendemain, lors du journal de France3, JM Pitte avait signalé que des habitants avaient remarqué de bon matin avant cet assassinat la présence de policiers ;  j'ai évoqué ces faits sur le défunt forum.


Et on sait maintenant  que les services de renseignement avaient été alertés. 

http://www.paris-normandie.fr/alerte/attentat-du-pere-hamel--les-services-de-renseignement-ont-ils-failli-BO11866997



Pour ma part, je crois beaucoup à l'influence du politique "mécontent", et qui a "appelé à plusieurs reprises". Il y a des habitudes qui ont la vie dure à France 3, comme la proximité de la hiérarchie avec les barons locaux...

En d'autres termes, France 3 brade Pitte.

Pardon.

quand dun journaliste est viré, ils se bougent, l'aricle ici super long; et les ouvrierEs , c'est tout les jours qu'elles se font virer, avec des CV et une efficacité bien supérieur a ce type. Faire la nounou pendant 20 ans , ou caissières, ou secrétaire, ou infirmière , ça demande plus d'abnégation et de tempérament que de faire un boulot intéressant pour lequel tu es valorise par tes pairs. Et oui les mecs , vous avez accepter, moquer le salaire des femmes, nos sacerdoces, et vous nous avez critiquer sans aucune empathie (elles ne pensent que faire des gosses, elles ne pensent qu'au fric, qu'a être agressive, elles sont jamais contente, c'est sure vu le notre traitement  ...) , et voila , enfin des mâles payent leur incuries , leurs insensibilités, et ça fait plaisir meme si ça n'améliorera pas le sort des femmes... et que lesmecs evincés ne sont pas lesplus salaud, comme pour les femmes, la société vire lesplus efficace, celle qui réfléchissent et parle fort, le patriarcat n'aime que la soumission , la hiérarchie.. comme les mecs avec les femmes,  en faite. 

Peu d'analogies avec "l'affaire du Média"...

A.Rossigneux n'est pas une journaliste depuis 30 ans, et la rédaction de ce journal n'a jamais envisagé une grève de soutien en solidarité avec elle.


Aux Prudhommes A.Rossigneux perd, quant JM Pitte l'emporte haut la main.


En fait, je m'avance peut-être un peu, mais j'ai le sentiment que les deux situations sont presque aux antipodes.


On aurait tout de même apprécié qu'une Me A.Chemin montât au créneau pour ce journaliste avec la même verve que dans le cas du Média...

Parce que, pour le coup la notion de justice sociale est bien plus gravement mise en danger avec France 3 que chez le Média.

Bon, là les copains, il va falloir que vous nous expliquiez. La différence de vocabulaire employé entre les fins de contrat de ce Monsieur et celui de Aude Rossigneux. 

Il est pas "évincé", le Monsieur ? juste "signifié son renvoi" ?

Y a pas "brutalité" ? juste pointe t on une "sanction disproportionnée"

et ainsi de suite.... Les méthodes ne sont pas dignes de Bolloré, là, non ???? 


Pourquoi ne pas avoir dit  l'autre jour : "des difficultés relationelles au sein de la rédaction et un positionnement problèmatique dans la présentation du journal .... Pour ces deux raisons, la journaliste du Média, Aude Rossigneux s'est vue signifiée la fin de sa période d'essai. ". Ca nous aurait évité 10 jours bien pénibles sur ce site



parceque sur le plan du droit du travail, il faut quand même  le dire, mais c'est beaucoup plus grave ici : c'est un licenciement dont tout vient dire la brutalité et l'injustice alors que pour Aude Rossigneux,(malgré la déception pour quelqu'un qui s'était engagée à fond et qui a été décue)  c'est la fin d'une période dont "la règle du jeu" est qu'elle soit d'essai (la règle est posée d'entrée, fut-elle dure). Je pense que cette affaire fera un tour par les Prud'hommes, pas celle de Rossigneux.

JE fais une parenthèse : mais on en est où sur l'enquête sur le burn out généralisé dans l'équipe du Média ? Ce devrait quand même être un sujet. Ah bon, le truc s'est dégonflé tout seul ? 



J'ai quand même la serieuse impression que vous (et les autres) avez pris la version de Aude Rossigneux telle quelle,  avec toutes les émotions qui allaient avec, sans distance critique et en reprenant son exact vocabulaire, et ses outrances (compréhensible). Et que vous l'avez fait parceque "ça collait trop bien", "on attendait que ça". Je ne vous pense pas du tout macchiaveliques là dedans, (enfin, j'espère), je pense juste que vous avez suivi le mouvement, la suspicion précédait l'évènement. Vous savez, le coup de l'intime conviction, qui permet de se forger un avis vite fait parceque l'on est sûr de son coup.


Franchement, il va falloir nous expliquer cette différence de ton et de vocabulaire. Faites un peu de decryptage. Vous vous honoreriez à faire vraiment ce travail. Ca serait salutaire


Espérons que ce brave journaliste ne finisse pas lui aussi au goulag


ah, oui, j'oubliais : je ne suis ni socio ni FI (mais n'aurais pas non plus honte de l'être). Je me désole juste de cette crise d'ASI, de ses prises de partis pris et de son manque d'impartialité, quoi qu'en dise Daniel




Trop facile, Luimême ! Mais peut-être que cet article bien intéressant marque une prise de conscience de la rédac' ? Poser la question, c'est probablement n'y pas répondre. Franchement, je ne comprends rien à une hiérarchie supposée, attendue, de l'analyse des médias à laquelle ASI dit se consacrer.


Mais bon, Aude Rossigneux n'est peut-être pas une journaliste, ou de moindre qualité que J.-M. Pitte, ou encore les articles consacrés à ces deux cas tout à la fois comparables et si dissemblables sont-ils rédigés par des journalistes de sensibilité très différentes, signe d’une remarquable liberté et diversité chez ASI ? Je m'y perds un peu.


Quoi qu'il en soit, je reste muet d’admiration face à la manière où plus ça va, pire c'est, en matière de droits, de respect du travailleur. Des décennies que l'on se déchire sur ces questions, matrauqe contre plume, sur celles de l'esclavage, de l'autoritarisme, et j'en viens à imaginer que seul le passage par le totalitarisme permet parfois, si possible dans le sang (les larmes, la sueur etc) de remettre les compteurs à zéro, et les morts sous terre ou au Panthéon. 


Bien faire et laisser dire, vouais...

Pas sûr que ce soit pire aujourd'hui : peut-être que l'information circule plus facilement alors qu'avant, c'était facile de faire ça dans l'ombre.

bravo tout est dit et bien dit dans votre commentaire . 

Je suis comme vous ni socio, ni LFI mais je trouve le traitement de cette affaire lamentable depuis plus d'une semaine et qu'Aude Rossigneux - illlustre inconnue avant cette affaire - sera connue comme le loup blanc dans lesrédactions à partir de maintenant et on lui souhaite bonne chance pour la suite de sa carrière avant de rentrer à nouveau dans l'anonymat  

Quant à Noël Mamère un vieux briscard de la politique et des médias sur le retour, on peut s'interroger sur sa loyauté dans tous les domaines où il lui restait un peu de crédibilité ??? 

Se faire manipuler à son âge c'est bien triste et regrettable pour lui ! Ce n'est pourtant pas un perdreau de l'année ! On comprend mieux pourquoi le parti des Ecolos les Verts en soit réduit au point où il est en France et cela aussi on peut le regretter.

cordialement à vous

C’est dingue ça, il y a toujours des gens qui sont prêts à en envoyer d’autres à l’abattoir sans motif sérieux. Enfin si quand même MESIEUR gêne le pouvoir local...


C’est puant...C’est flippant


Tant qu.ils  existeront, l’ombre du totalitarisme planera toujours.

Une occasion de se joindre à ce qui devrait se passer le 22 mars ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.