76
Commentaires

Foucault pédophile ? "l'info" qui excite les médias de droite et étrangers

Guy Sorman, intellectuel libéral français, a affirmé sur France 5 et dans les colonnes du journal britannique The Sunday Times que le philosophe Michel Foucault avait violé des enfants, en Tunisie, dans les Années 60. Une info relayée surtout par la presse de droite, et qui ouvre des débats à l'étranger. Contacté, Sorman se refuse à apporter des précisions.

Commentaires préférés des abonnés

Guillemets à "info" + insistance sur "c'est un libéral qui dit ça" et "relayé par la presse de droite" dès le bandeau, pour un article n'insistant là dessus que pour noyer le poisson du fait que vous n'en savez rien de plus que d'autres, on a connu u(...)

"On aimerait bien en savoir un peu plus sur les faits, et un peu moins sur ceux qui les rapportent."


Il n'y a pas de faits. Il y a une parole et donc la seule chose que nous avons c'est l'identité de celui qui les profère. Il y a aussi une petite cont(...)

Cela ne surprendra personne. Guy Sorman est un médiocre individu, et il perd rarement une occasion de nous le rappeler.

Derniers commentaires

"Son accusation, sans preuve et sans contradiction, dans le Sunday Times, est donc à ce jour son dernier mot. "

En gros, sauf à ce que Guy Sorman produise des preuves tangibles ou des témoignages concordants, on nage ici en plein dans ce qu'il faudrait qualifier de diffamation, non ?

La presse de droite devrait s'intéresser aussi à la libido de Socrate et d'autres penseurs de la Grèce antique

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57918430?rk=21459;2

J'ose espérer que ceux qui s'offusquent des accusations sans preuve vis-à-vis de Foucault s'offusqueraient avec la même véhémence d'accusations similaires visant, disons, Jean-Marie Le Pen

Pourquoi ne pas rappeler que Guy Sorman n'a pas pu rendre visite à Foucault en 1969, puisque Foucault a quitté la Tunisie en 1968 ?

Aller j'en rajoute une louche , si on parlait de la droite et très actuel maintenant , la mère Macron , c'est une pedocriminelle ou pas ? J'en entends parler nul part ça doit pas en être une ...Après se taper une meuf de 30 , 40 piges quand on a 15 ans c'est de la balle faut reconnaitre .Ca change des copines planches a laver de notre âge ...Aller un petit peu de provocation bordel et appelons un chat un chat !

Beaucoup de commentaires semblent regretter de ne pas en savoir plus sur "les faits", or ce n'est pas le sujet de l'article. L'article d'ASI se concentre sur tout autre chose: comment la droite se saisit de la sexualité d'un penseur majeur à gauche, pour décrédibiliser et attaquer cette même pensée de gauche. 


La sexualité de Foucault n'a rien de secret, ses relations avec de jeunes hommes étaient de notoriété publique. La presse de droite relaie des propos qui visent seulement à criminaliser le penseur pour criminaliser la pensée. Ils auraient pu lui faire un procès en islamo-gauchisme mais c'est passé de mode et c'était trop gros, la pensée de Foucault étant, comme le dit justement l'article très souvent citée. 

Allez citer Foucault une fois qu'on a crié sur tous les tons qu'il est un criminel sexuel!!! 


Nous sommes à un an d'un scrutin présidentiel, et tout est bon pour empêcher le camp d'en face de parler, le priver de ses arguments, de ses références. Et franchement la stratégie de l'attaque ad hominem est un classique. Accuser de prédo-criminalité un homme mort, et dont les victimes ne sont probablement plus identifiables, sachant que plus personne n'est là pour infirmer ou confirmer, c'est le coup rêvé.

L'article s'emploie à discréditer les personnes qui colportent la rumeur, au lieu de confronter la rumeur aux faits. L'article (et plusieurs commentaires sous celui-ci) se contente donc d'une argumentation ad personam, stratégie rhétorique que vous reprochez à juste titre à l'adversaire de droite dans la présente affaire. Il serait maintenant déplorable que les accusations de Sorman se révèlent fondées et que la presse de gauche se voit accusée d'avoir voulu étouffer l'affaire.


Bref, je trouve juste la prise de position d'ASI un peu hâtive, pour une affaire qui n'appelait sans doute pas autant de hâte, vu la faible propagation de la rumeur. Je pense qu'à ce stade, il aurait été bien plus sage de ne pas réagir aux propos de Sorman et d'attendre un peu.

Situer intellectuellement et politiquement quelqu'un n'est pas tout à fait une attaque ad personam... 


Il y a une différence entre dire "Machin est de droite" et "Machin est un pédo-criminel". 


Comme vous le relevez si justement, il ne s'agit pas d'un emballement médiatique, alors quel intérêt de produire un/des articles sur les affaires de fesses de Foucault? Le titre le dit bien, cela agite "à droite", et ce n'est pas pour rien...

Oui, il y a une différence (des différences) entre dire "Machin est de droite" et "Machin est un pédo-criminel".


Néanmoins, je maintiens ce que j'affirmais: confronter un propos à des faits, c'est argumenter ad rem; chercher à discréditer la personne qui tient le propos, c'est argumenter ad personam; l'article d'ASI argumente seulement ad personam, pas ad rem, ce que je regrette.


Alors oui, l'accusation portée contre Foucault vient de la droite et vise la gauche, c'est incontestable, et cela mérite d'être dit. Mais ce n'est pas suffisant, Il y a aussi la question de la vérité.

Quand la droite fait de l'Ad personam, c'est donc justifié? Pourquoi ça ne mériterait pas plus que notre dédain?


Et, au passage, personne ne prouver par des faits ce qui n'a pas été fait. La charge de la preuve est à l'accusation, votre tentative de renversement est déplorable.

Il ne s'agit pas de renverser la charge de la preuve. Il s'agit d'enquêter sur les faits. Comme on le fait dans le cadre des procédures pénales.


Il ne s'agit pas de prouver par des faits ce qui n'a pas été fait. Il s'agit, pour les journalistes, d'instruire l'affaire à charge et à décharge, et, pour le lecteur, de se former une opinion sur la base de ce travail d'instruction. 


Or des faits, il y en a. A commencer par celui-ci, relevé par un ASInaute et oublié par l'article d'ASI: en 1969, Foucault n'était pas en Tunisie.


Ca a quand même une toute autre gueule, un tel argument (ad rem), que: "l'accusation est portée par Sorman, un ultralibéral" (argument ad personam).



Donc on doit mener une enquête dès qu'un gugus lâche un étron? ASI n'est pas une cour de justice non plus. Franchement je préfère qu'ASI consacre son budget limité à des sujets plus intéressants. Et comme ça a été rappelé, ASI travaille sur le traitement par les médias, l'enquête de fond n'est pas son sujet.

Non, on n'est pas obligé de mener une enquête dès qu'un gugus lâche un étron. Mais si on décide, comme le fait ASI, de publier un article sur l'étron lâché par un gugus, c'est mieux de mener une enquête avant.

L'article d'ASI ne confronte pas les faits, précisément parce que ce n'est pas l'objet de l'article. Il se concentre uniquement sur le traitement qui est fait de cette "information" (entre guillemet puisqu'elle n'a pas fait l'objet d'une enquête) par la presse classée à droite (si vous avez bien lu le titre, y a un indice :)


Que les fait soit avérés ou pas ne change rien au fond à l'article d'ASI, qui analyse les propos tenus par une partie de la droite médiatique sur un sujet, et non le sujet lui-même. Il ne s'agit pas ici de vérifier les histoires de queue de Foucault (invérifiables aujourd'hui), mais comment on en parle à droite. Ou plutôt: comment la presse de droite traite un fait, dont on ignore si il est réel ou pas, et qu'elle a elle-même mis sur la table?

Une confrontation intéressante aurait pu être faite en revanche avec la presse dite "de gauche": est-ce que le sujet y a été repris, sous quel angle? par qui?


Donc je maintiens, la confrontation avec la "vérité" (inaccessible par ailleurs), n'aurait aucun intérêt ici. Ou alors il aurait fallut titrer "Foucault pédophile, vérité ou mensonge?". 

Mais est-ce bien le travail d'ASI d'aller enquêter sur la sexualité, licite ou non, de Foucault, de Barthes, de Diderot, de Dante ou de Socrate ou n'importe qui d'autre? Je ne crois pas. En revanche, qu'on nous parle de comment leurs adversaires ont saisi leur sexualité plus ou moins débridée pour les discréditer, mettre en doute leur sérieux ou leur intégrité, là oui c'est le boulot d'ASI!

Je comprends la démarche d'ASI. Je dis simplement que dans le contexte actuel, il convient de ne pas prendre à la légère les accusations de pédocriminalité. Je dis aussi que si jamais les accusations de Sorman devaient se révéler (même partiellement) fondées, l'article d'ASI serait vu comme une tentative de la presse de gauche d'étouffer l'affaire par une argumentation ad personam.


La vérité n'est pas tout à fait inaccessible. Certains faits peuvent être rappelés. Comme le relevait en effet un ASInaute: en 1969, Foucault n'était pas en Tunisie. L'article de Jeune Afrique montre aussi qu'un travail d'enquête sur les faits demeure possible.

reste à définir ce qu'est le travail d'un critique des médias: enquêter sur les faits, ou analyser le traitement médiatique et ses fins?

Peut-être qu'on atteint justement là la limite de la critique des médias. Rappeler, par exemple, d'où parlent les éditorialistes économiques, dans un monde sous domination capitaliste, est une chose. Discréditer les accusateurs de pédocriminels, dans un monde qui commence seulement à découvrir l'ampleur de la pédocriminalité, est autre chose.


La critique des médias doit-elle pour autant se taire face aux affaires de pédocriminalité? Non, elle doit juste, à mon avis, se faire un peu plus prudente, ne pas se borner à dire d'où les gens parlent, se poser un peu la question des faits. Cette question des faits n'est d'ailleurs pas tout à fait étrangère au travail ordinaire d'ASI; je regrette seulement que cette question soit passée à la trappe dans la présente affaire.

C'est pénible d'entendre parler "d'histoires de queues" quand on parle de faits réprimés par la loi. DSK, c'est une histoire de queues? C'est du "sexe-washing" que vous faites: ah on a tous nos petites particularités et goûts en termes de sexe donc ne reprochons rien à personne. C'est assez évidemment n'importe quoi.

Calmons nous ce n'est absolument pas mon propos!!! il se trouve que les "faits" en question ne sont semble-t-il que des hypothèses, et ce qu'on apprend dans cet article c'est que ce sont des hypothèses relayées par la presse de droite... 


Les faits réprimés par la loi le sont si ils existent bel et bien, or on en sait rien... je ne me risquerait donc pas à dire que Foucault est un pédo-criminel, tout comme je ne peut dire qu'il s'agit de relations consenties entre adultes. Au stade des "révélations" où nous sommes, on sait simplement qu'il s'agit peut-être de relations sexuelles avec des hommes plus jeunes (mais cela de son vivant n'était pas un secret)... sans qu'il ne soit prouvé que le viol sur mineur ait été acté. Mais je vous accorde que la formule est peut-être mal choisie. Restons sur une formule neutre (qui n'accuse ni ne soutien): relations sexuelles supposées. 


Dans le cas de DSK, il était bien vivant et sa victime aussi. Et les faits n'ont fait aucun doute quant à leur illégalité.


Et ne vous hâtez par trop à faire entrer les gens dans des cases, car vous ne savez ni à qui vous vous adressez, vous ne connaissez ni mes convictions ni mes combats... Pour le cas précis de la pédo-criminalité et du viol plus largement, je suis favorable à l'imprescriptibilité, car on sait que le temps des victimes est un temps très long, et leur parole ne se libère parfois que très longtemps après les faits. 


Mais encore une fois l'article ici ne cherche pas à savoir si les accusations sont fondées, mais comment elles sont proférées.

«je suis favorable à l'imprescriptibilité»


Encore un sarkozyste de la tolérance zéro décidément.


Au-delà de l'aspect répressif que je ne juge pas adéquat, l'imprescribilité est juste une promesse d'inaction. ça ne coûte pas grand chose, on change juste un nombre et on passe à autre chose. Mais au final ce n'est pas très efficace.

Perdu! je suis plutôt du camp opposé, très opposé même à Sarkozy... 

Vous savez, les féministes aux poils sous les bras, égalitaristes et communistes, qui pensent que les victimes doivent être reconnues, quel que soit le délai écoulé depuis les violences qu'elles ont subies... Et malgré mon pseudo, je suis "unE"...


"tolérance zéro"...drôle de posture face à la possibilité de demander justice suite à des actes pédo-criminels (puisque c'est ce dont il était question). Et le commentaire précédent auquel je répondais m'accusait justement du contraire, c'est à dire de laxisme, de "sex-washiing", de confondre préférences sexuelles et viol... Faudrait savoir du coup :)


Sinon pour revenir à l'imprescriptibilité des crimes sexuels, non je pense que ce n'est pas répressif au contraire. Pour permettre aux victimes de se reconstruire, il faut qu'elles soient reconnues comme telles, par elles-même et par la société toute entière à laquelle elles appartiennent. La honte et la culpabilité font des dégâts terribles, et le chemin qui permet de se réparer commence avec la reconnaissance du traumatisme, et donc la condamnation des coupables. C'est cela qui permet de sortir de la honte....


Vous pensez à quoi comme mesure efficace, du coup?

«Perdu! je suis plutôt du camp opposé, très opposé même à Sarkozy»


Je ne pensais réellement trouver un ou une sarkoziste en goguette ici-même.

Et je ne m'associe pas au commentaire précédent de Révolution.


L'imprescribilité. On l'a déjà allongé plusieurs fois, c'est désormais 30 ans après la majorité de la victime. Sans que ça ait d'effet notoire. Mais c'est simple, le politique presse un bouton et on passe à un autre sujet.


Si on pense à la victime, il faut aussi penser que ce genre de procès est bien plus violent que réparateur, particulièrement quand on se prend un non-lieu par manque de preuves. Car 40 ans après les faits, il n'y a plus aucune preuve matérielle, et la confrontation des témoignages révèlera juste que les deux témoignages sont pleins d'incohérences.


Il est important d'écouter la victime, mais aussi de ne pas suivre tout ce qu'elle demande.


Au contraire ce serait plus intéressant et ambitieux d'investir dans le soutient des victimes, dans les institutions qui peuvent déceler les problèmes et/ou les prendre en charge. De faire de la prévention et de l'information pour remonter plus rapidement les problèmes.


Je pense que les 2 choses sont complémentaires: accompagnement et prise en charge des victimes ET reconnaissances des bourreaux (éventuellement leur prise en charge aussi). 


Or ce qui se passe aujourd'hui c'est que les victimes ne sont pas entendues, pas détectées, pas prises en charge...

Accuser des morts, ça se fait déjà massivement pour des prêtres catholiques états-uniens déjà morts depuis des lustres... et sans que ça ne scandalise personne en termes de « innocent until proven guilty » ou de « due process » exigeant qu’on ne peut juger personne s’il n’a pas eu droit à la parole pour sa défense. Là, kif-kif.

Caractère pathétique des militants politiques.
Prêtres pédophiles: imprescriptible sur des décennies dès le moindre commencement de preuve.
Foucault cheulou: IMPOSSIBLE à prouver.

Vous comparez une situation bien documentée, des milliers de victimes et de témoignages, avec une institution qui refusait de considérer le problème jusqu'à ce qu'ils acceptent de se remettre en question sous la pression, au témoignage d'une personne, qui se lâche sur une personne à laquelle il s'oppose, décédée, sans élément de preuve. De plus, Foucault étant décédé depuis bientôt 40 ans, qu'est-ce que la prescriptibilité vient faire là-dedans?

J'aurais bien voté pour l'article , mais le terme de pédophile utilisé encore et encore à la place de pédocriminel est une aberration insupportable . 

Le monstre dit à l'enfant : "c'est parce que je t'aime"


Cet article m'inspire plusieurs réflexions :

1) Le fait de ne pas être pédophile est à notre époque un critère de qualité et de pertinence de l'oeuvre. Sans doute assisterons nous bientôt à la réhabilitation des écrits d'Hitler, Pol Pot et Pikachu, qui eux ne font pas l'objet d'accusations de pédophilie. 

2) A force de voir absolument dans une oeuvre le reflet de la vie de son "auteur" (phrase problématique car l'oeuvre parfois s'impose à celui qu'on appelle son auteur mais c'est un peu comme cela que notre époque libéral pense le rapport de l'oeuvre à son créateur), on en finit par oublier l'oeuvre, et ce qu'elle peut apporter. Personnellement, je m'en fous, mais alors je me fous totalement que Foucault ait eu des rapports sexuels ou pas avec des enfants : ce qui compte, c'est ce qu'il a laissé, ses écrits, brillants, dérangeants, qui peuvent changer une vie (à défaut de changer la vie).

3) Cette attaque de Foucault permet à une droite conservatrice d'étriller toutes celles et ceux qui ont une sexualité en dehors de la bonne vieille norme hétérosexuelle monogame. C'est une façon de dire : si Foucault est pédophile, c'est bien la preuve qu'être homosexuel, adepte de pratiques SM fait que vous avez de bonnes chances d'être pédophile. Dommage que l'article ne parle pas explicitement de ce genre de glissement idéologique, d'anathème, de préjugés, qui vise juste à se rassurer soi même sur sa propre sexualité et sa propre "pureté".


Jésus, un célèbre personnage d'une histoire juive,  s'intéressait aussi aux enfants. :


Marc 10 : 13-16 13 On lui amena des petits enfants, afin qu'il les touchât. Mais les disciples reprirent ceux qui les amenaient. Jésus, voyant cela, fut indigné, et leur dit : Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas ;


Qu'attendent la droite et Guy Sorman pour s'indigner des évangiles et du catéchisme où tout cela est enseigné aux très jeunes enfants, par des personnes dont on découvre qu'elles ont une application un peu trop littérale du texte ?


Pour celles et ceux qui ne le savent pas, Michel Foucault est mort depuis très longtemps. 


On relèvera le courage exceptionnel de Guy Sorman à prétendre faire éclater une vérité plusieurs dizaines d'années après s'être tu aussi longtemps. Voilà un intellectuel un peu long à la détente... 


Il y en a beaucoup d'autres encore comme ça ? Une telle vivacité d'esprit explique-t-elle que la droite ait mis aussi longtemps à condamner le régime de Vichy ?

Michel Foucault a signé une pétition en faveur de pédophilie en 1977. Il s'est exprimé en faveur de la pédophilie avec Guy Hocquenghem sur France Culture. Quand on parle de la pédophilie supposée de Michel Foucault, ce sont des informations qu'il serait pas inintéressante de rappeler.

Deux types de société qui s'affrontent , une qui pense que l'homme est faillible et qu'il peut  s'améliorer et l'autre qui pense qu'un homme ça s'empêche . Sauf que s'empêcher personne ne le fait en absolu ,pour une raison ou une autre .Il ne reste plus pour se justifier que d'installer une échelle de valeurs arbitraire et de trouver ainsi plus noir que soit .Et que le spectacle continu !Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre . 

pourquoi ne pas utiliser pédo-criminel au lieu de pédophile ???

Des esprits malveillants ont supposé que Nadine Morano avait laissé entendre que Blaise Pascal, lui-même,  avait, dans sa jeunesse ....


En fait, je n'ose pas le répéter...


Mais, si je le disais, eh! Ben !, vous seriez, tous, atterrés, et même, peut-être consternés.

Il n'y a que la droite qui croit à l'existence de la cancel culture. Elle a autant d'existence scientifique que l'islamogauchisme. Faire le buzz en accusant sans preuves un mort célèbre de pédophilie pour vendre son livre... C'est juste méprisable.

Un admirateur du Général Pinochet, n'ayant pour tout œuvre que le rabâchage sans talent particulier du catéchisme ultralibéral et qui, au soir de sa vie, pour obtenir encore un peu de lumière, vomit des calomnies, sans le début de l'ombre d'une preuve sur un penseur internationalement reconnu.

Pitoyable ...

Guillemets à "info" + insistance sur "c'est un libéral qui dit ça" et "relayé par la presse de droite" dès le bandeau, pour un article n'insistant là dessus que pour noyer le poisson du fait que vous n'en savez rien de plus que d'autres, on a connu un traitement plus neutre (au minimum) de cas pas plus prouvés.


Enfin c'est vrai que devoir canceller Foucault et toute son œuvre, selon la jurisprudence morale à la mode, serait devoir canceller jusqu'au cancel lui même, il est donc cohérent de le lui refuser ; cela créerait un tel paradoxe temporel qu'il pourrait déconstruire tout votre monde. :>


"Faites ce que vous voulez avec vos organes sexuels, dans votre lit et entre vos draps, cela n'a rien à voir avec votre oeuvre" bonne citation à reprendre sinon, dont la non critique dans cet article illustre parfaitement le deux poids deux mesures absolu de la tendance qui hier encore martelait l'argument inverse.


Après je dis ça, c'est vrai que Foucault peut être tout à fait innocent, tout comme tout autre accusé, ce que je souhaite aux (ex) enfants de son village, mais ce n'est pas de le défendre sans autre argument que "c'est des méchants qui le disent" qui le prouvera (il est légitime de déplorer l'absence d'une enquête là bas ou auprès des journalistes qui y sont allés, mais ça perd un peu de valeur quand on en fait aucune soi même)

L'offensive des "tordus-fachos-merdos-verdis-verdeux etc "  se poursuit. Bien accompagnés par le panier-repas des facultés. (dans les facultés, là où on étudie, et où on se réuinit désuni..le nouveau Je)


N'est pas Foucault qui veut. Lui-même l'a dit : "je peux si peu.."


Vous verrez, après Foucault, ils vont revisiter ,Guattari  et nécessairement Deleuze. .Et salir. Deleuze buvait? oui..Beaucoup? oui??Combien?des


Détruire est leur passion. Leur seule créativité. Détruire/construire,  détruire prend 10 secondes, construire une vie, trop fatiguant pour eux.. les maso sociaux, ils sont ainsi . Salir est leur métier.


Que sait-on des "moeurs" de Foucault? assez peu de choses. Une certaine, car récitée et recoupée. Il se rendait régulièrement dans des cercles BDSM en Californie. Ce qui est pour le moins troublant en effet, lui que la notion de "pouvoir" a tellement retenu. Mais troublant seulement (les pratiques sado/maso entre adultes consentants ne regardent que les adeptes.).


L'échec de Foucault est et n'est pas : il a tenté de contourner Freud et il a en partie échoué.


Deleuze et Guattari également ont patiné sur Sigmund, "l'anti oedipe" n'est que partiellement convaincant. 


Sartre a tenté le contre feu du contre-Freud, échec relatif, Sartre prend Freud quand ça l'arrange, le rejette quand  Sigmund lui mord les chavilles dans ses développements. Et "les mots" pur chef - d'oeuvre n'est qu'une auto-analyse. Mais quelle force! quelle dérision, quel survol d'une vie, quelle modestie. !


Alors tous ont échoué? nullement. L'échec est dans les successeurs, les BHL, les Onffray (la solitaire des basses couches) Ferry, les amuseurs style Lordon maniant avec la lourdeur d'une charrue d'antan les concepts quasi sciento-logiques marxisants..Incapables de poursuivre la pensée, les pensées.. incapables, jambes de bois. Pourtant Althusser avait montré les aptitudes possibles du discours théorique..évolutif


De quel échec on  parle? de l'échec des amuseurs/intellos (féministes, contre féministes, crypto - démago islamo gauchistes  des réseaux sociaux, qui abandonnent l'analyse des faits, de la vie,  de l'existence par hypertrophie de leur nombril, INCAPABLES de poursuivre les travaux théoriques antérieurs.  Incapables ils restent. Nous en payons le prix. Des nains vivants, des penseurs de Macdo.


L'échec est dans la vie, constituant la vie, mais le vrai, le seul qui vaille, c'est quand on s'est battu,  quand on a feraillé avec les concepts, quand on crée.  Créer est le seul échec acceptable 


"L'oeuvre est alors la chance unique de maintenir sa conscience et d'en fixer les aventures. Créer, c'est vivre deux fois ." Disait le grand Albert.

 

Allez tocsin pour les rondouillards de la pensée française actuelle, et corbillard pour Sort-man.


« La première personne à jeter une insulte au lieu d’une pierre est le fondateur de la civilisation » ..

Pas gagné..Sorman c'est un crachat, qui  ne peut se confondre avec une insulte, ou un jet de pierre.

 Auto-test pour lui, et vite.



Cela ne surprendra personne. Guy Sorman est un médiocre individu, et il perd rarement une occasion de nous le rappeler.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.