102
Commentaires

Fleur Pellerin en son bureau : une ministre aux manettes

Invitée du Petit journal, Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication

Derniers commentaires

Le ravin de la gêne, une oeuvre versaillaise, a été encore vandalisée! Si on en croit le JDD il y a des caméras,des appareils photos se déclenchant aux mouvements furtifs et des vigiles... Qu'en pense notre ministre de la culture? On peut se balader dans un musée national et se livrer impunément au vandalisme?
« dans son magnifique bureau avec vue sur les magnifiques colonnes de Buren »

Le seul truc moche au Palais Royal c’est les colonnes de Buren.
Elle est pathétique ou de naïveté ou de nullité et, à son niveau c'est navrant d'inculture et d'incompétence. Lorsqu'elle était Ministre de l'économie numérique, elle voulait " apprendre le codage informatique aux élèves ". Elle prétendait, elle, avoir appris....; Voyez la démonstration piteuse qu'elle fait dans l'utilisation des outils numériques de son bureau... En fait, elle a tout d'une potiche mise là comme faire-valoir d'une prétendue modernité de façade à présenter au public, grattez derrière la façade et la réalité apparaît nue dans la vérité d'apparat formaté par les " grandes écoles " élitistes et méprisantes à l'égard du peuple besogneux.
Fleur Pellerin veut mesurer ses retombées médiatiques sur le web
Je suis surprise par le choix du sujet de votre chronique ! Commenter l'insignifiant, c'est très tendance. Vous succombez. A choisir de parler de Fleur Pellerin, vous auriez pu commenter son enthousiasme en découvrant le lycée français en Azerbaïdjan, en compagnie du président, du ministre de l'éducation et de bien d'autres, tous ravis de cette petite visite dans un charmant pays dirigé par un homme de coeur. Mais peut-être ne regardez-vous pas Cash Investigation, vous préférez le petit journal, ça nous en apprend tellement plus ?
Bravo Monsieur Schneidermann, très bonne analyse.
Tout ça me laisse perplexe.
J'ai un peu suivi son boulot quand elle était en charge de l'économie numérique et j'ai eu l'impression d'une personne sérieuse, qui comprenait vite, tout à fait apte à la langue de bois mais dont on sentait le background de l'élite administrative française, un peu le top en matière "technocratique".
Dans la vidéo, je vois quelqu'un qui ne s'est sans doute pas intéressé au décor, ne sait même pas ce qu'il y a dans les meubles et quand je lis les commentaires, je vois :
"consternant", "Ridiculiser", "pschittt la ministre", "pathétique", "tellement malsain", "déconnexion entre nos élites et le peuple", "des incompétents notoires sont assis dans les fauteuils en cuir de la république", "pathétique ministre de la communication et de la culture culture, cette dame est ridicule deux fois", "ce reportage , véritable démonstration de l'inanité du pouvoir d'un "haut responsable" , met en exergue l'incroyable délitement de la représentation du personnel politique . Ces gens là sont nauséeux !"

D'autres comme moi trouvent au contraire que ça la rendait plutôt sympathique, naturelle, un reportage pas si mal pour son image, et du coup, je me demande si des gens croient vraiment qu'un tel montage de 3 min peut être révélateur d'une personne, ou si c'est juste l'occasion d'exprimer un sentiment général sur nos dirigeants. A priori, c'est plutôt la seconde hypothèse mais bon...
Consternant...
Le ridicule ne tuant pas la ministre survivra à cette démonstration d'incompétence et de ridicule.
Ses gloussements pendant la diffusion de la séquence expriment , sans doute , autant le malaise que l'autodérision .
Mais ce reportage , véritable démonstration de l'inanité du pouvoir d'un "haut responsable" , met en exergue l'incroyable délitement de la représentation du personnel politique .
Ces gens là sont nauséeux !
Ça la rend plutôt sympa. Brillante , elle ne pipote pas Quel ministre ou secrétaire d'Etat maitrise ces atours du pouvoir ?
Formidable séquence de communication pour la ministre, qui permet de s'identifier à une jeune femme sympathique tous ceux qui une fois dans leur vie ont eu du mal avec une interface, ne lisent pas tous les dossiers qu'ils devraient ou sont embarrassés par des bibelots horribles. Beaucoup de monde !

Merci pour elle Canal +

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

pathétique ministre de la communication et de la culture culture, cette dame est ridicule deux fois : une fois dans le reportage et une fois par son rire lorsque elle le découvre avec le public qui lui ne rit pas.
C'est consternant de bêtise
Rendez-nous D'jack Lang !
Elle s'est aperçue, juste après avoir fait visiter ce qu'elle pensait être son bureau, que c'était celui de Ségolène Royal.
Euh, quel ministère l' occupait auparavant ?
beaucoup de rien dans tout ça....
Je l'ai vu en direct, ça m'a rendu fou, et en plus elle gloussait comme une dinde (si cela avait été un homme j'aurais dit comme un dindon) en voyant le reportage, pas du tout gênée de son incompétence... j'ai fermé la TV quand elle se battait avec la télécommande de son lecteur CD. Et sa non réponse à la kiosquière qui a fermé ??? Et Barthes qui relance pas, sacré journaliste le gars... Les buralistes ne choisissent pas ce qu'ils peuvent vendre, celui prés de mon boulot, une semaine on lui donne 10 canards enchaînés et la suivante 2 ! Même histoire pour celui prés de mon domicile sur d'autres titres... Personne ne dit rien ne fait rien et on s'étonne que la presse papier va mal ??? Existe-t-il un autre exemple dans le domaine économique ou la marchandise à vendre sur les étalages n'est pas choisie pas le vendeur en fonction de sa clientèle ? Adieu C+
Séquence à l'effet dévastateur...

@The Real Dude : concernant les vendeurs de presse, le principe est simple : messageries et éditeurs se font du blé sur leur dos.
Vous ne vendez quasiment pas de tel ou tel magazine mensuel ?
Pas grave, on vous en envoie cinquante. L'astuce étant que vous devez les payer... une semaine après !
Et qu'il vous faudra attendre plus d'un mois (après les retours) pour que la somme (avancée, donc) vous soit, non pas remboursée, mais déduite de la prochaine facture (tandis que l'on vous octroiera généreusement 18,6 % du prix de vente des quelques exemplaires vendus, pourcentage qui a peut-être changé depuis l'époque où je bossais dans un kiosque, soit 2000-2001, sachant que vous avez un statut d'artisan !) !

Quel beau système.
Je ne suis pas choqué par la marge brute de 18 %, c'est une marge honnête d'en d'autres secteurs. Merci pour l'explication du tour de passe passe sur facture/avoir mais ce n'est pas réellement ça qui tue le boulot, même si ça pourrait être levé. N'empêche, les buralistes gueulent sur les lois contre le tabac tous les jours mais nada sur le système de distribution des journaux et magazines...
la marge epicerie est de 30 pour cent,

la marge magazin (habits etc ) est de 270 % .


18% de marge brut, c'est tres tres bas .

Il reste en general a peine 2% de marge net
Ce n'est pas une marge, c'est un CA.

De tout cela il faudra déduire toutes les charges en tant qu'artisan, les impôts ainsi que le loyer de l'emplacement.
Sachant qu'avec ce CA, il vous faudra payer au moins un employé : un kiosque de catégorie A (catégorie de celui dans lequel j'ai été employé), c'est ouvert 6/7 toute l'année (eh oui, c'est imposé par les loueurs, càd les municipalités, et les messageries, toute l'année...), de 7 h (donc 6h30 sur place pour la mise en place) à 21 h (donc parti à 22 h après les calculs, le remballage, etc.).

Comptez combien de Le Monde il faut vendre pour faire un SMIC net au proprio :)
je repondais aux 18 % de marge brut, qui est tres bas
Je vous cite "18,6 % du prix de vente" donc c'est bien une marge brute, le CA c'est la somme des ventes de tous les journaux dont 18.6 % sera gardé par le vendeur => Marge brute :)
Ma boite fait ce genre de marge brute peu ou prou mais le CA est très important et puis c'est très changeant selon les secteurs.
Je sais qu'on ne fait pas fortune en vendant des journaux, encore moins si on ne peut pas proposer la bonne gamme de produits ciblés à ses clients (avoir l'Huma à volonté dans le 16ème ne sert pas à grand chose), je pense que c'est quand même le cœur du problème.
en ecoutant le 20h , une buraliste disais que sur un magazine a 2 euro elle faisait 30 cent, donc 15 % de marge brut

sachant qu'un epicerie survit a peine avec 30 % de marge brut, je vous laisse imaginer la gaité d'un tel business
On ne va pas discuter là-dessus toute la nuit, parce que l'on est d'accord sur le fond, qui est l'exploitation des vendeurs presse via des opérations de trésorerie faites sur leur dos.
Pas tout à fait: 18,6% de "marge brute" sur le prix de vente, c'est en fait de la marge commerciale, qui elle-même constitue de fait, comme l'indique sleepless, le "CA" du commerçant/artisan. Le prix de vente, déduit de la commission de 18,6% est en réalité le CA de l'éditeur et/ou du diffuseur.
Quand aux taux de marges commerciales, ils vont de plus de 80% dans la boulangerie/pâtisserie, à moins de 15% dans la grande distribution alimentaire, en passant par environ 40% dans l'habillement (et non pas 270% comme le dit Machin, plus haut).
C'est dire si la distribution de presse est bien en bas de l'échelle, mais ne bénéficie pas, elle, des effets de volumes de la grande distri.

Source: INSEE - Chiffres clés par secteur d'activité
"Quand aux taux de marges commerciales (...)"

QuanT, avec un T, Lemar... un T.
Ouais, ça sonne quand même comme "quand toto" et on se demande qu'est-ce qu'il vient faire là.
Ciel je me suie allé à fair une fautes.
Mais come dirai machin:
"J'ai rencontré bien des gens simples et sans education , depasser en justesse et en hauteur, bien des gens éduqué , voire meme des gens eduqué et fort en mathematique, qui une fois hors de leur champs de competence, sont des abrutis arrogant . "
Et vlan dan les dans
Alort las, permez-moi de te le dires sens embaje: tu n'ai q'un moqueur et gratuis en plus.
Je suit contrein de te sinialez a la moddérration.
Pfff... Un poste meme pa modifie 22 foi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Sai un faique!
Abrutis arrogant
J'insult pas, j'ecsplike, caunare ! va t'ajeter une culturre
ah ah ha ha ah laul
Sérieux, arrête: j'en pleure de rire (j'suis dans l'bus en plus!)
Caunare
"Ciel je me suie allé à fair une fautes."

Lemar : vous intervenez de manière aussi puérile que pédante sur les coquilles des autres, mais visiblement, tel un Quatremer qui n'aime pas les vilaines critiques, vous vous défossez avec le courage du parisien plus haut que les autres et qui sait tout.

En plus, vos potes volent à votre secours... Bravo, bel esprit d'équipe, rien d'étonnant, je jubile, ça me conforte dans l'idée que je me faisais de certains intervenants ici.

Un screenshot, j'archive.
Palabrez entre vous après ça.
J'adore "vous vous défossez".
;-))

Vous vous défossez ?j'en suis fort aise , eh bien riez maintenant .
Vous êtes bien susceptible, Oliv, on peut bien rigoler.
Edit: non, rien...
Cé terib Céjen ki non pa dumour :))
Le coeur du problème, c'est le système capitaliste " libéral " de nom, c'est-à-dire, pour faire très simple et rapide: privatisation des profits et mutualisation des pertes. Ce principe est structurellement valable à tous les étages de l'économie politique allant des TPE aux grosses entreprises en passant par les emplois libéraux et l'économie de services assujettis à ce système pervertissant.
Certes, la métaphore est facile. et loin d'être fausse. Le fait qu'elle ne maîtrise rien de ce qui devrait être son environnement immédiat est ravageur.

Mais ce qui m'ennuie le plus pour elle, c'est qu'elle aurait pu dire non, ne pas se soucier de l'environnement dans son bureau, sachant qu'elle maîtrisait mal.
Mais un ministre, c'est fait pour répondre aux sollicitations, prendre l'air du temps, parler aux média.
On ne sait pas si elle sait prendre une décision quand il le faut, mais c'est vrai le l'image qu'elle renvoie, pour une ministre......
Qu'ils sont excellents ce petit journal quand ils s'attaquent à tout autre que Mélenchon et le Pen (auquel cas ils ne font que populisme et démagogie).

Sinon, je suis toujours fasciné de voir ces bureaux de ministres sans ordinateur. Je m'étais déjà fait la remarque en voyant des reportages sur l'Elysée ou Matignon : les plus haut personnage de l'état n'ont internet que par procuration. Au XXIème siècle, un ministre français n'a pas d'ordinateur sur son bureau. Je sais pas, ça m'échappe. Des gens qui font l'actualité mais qui la reçoivent par des conseillers en com' derrière un bureau où ne se trouve que du papier. C'est… tellement malsain.

Mais ça explique tellement de choses, sur les couacs gouvernementaux, sur l'impression de déconnexion entre nos élites et le peuple. La déconnexion est littérale, quand on devient ministre, on ne lit plus que ce que des conseillers déposent sur son bureau. Et évidemment, on peut s'amuser à faire des comparaisons, en regardant des photos de Merkel, Cameron, Hollande ou Valls à leur bureau, et voir qu'il suffit de passer la frontière pour que l'informatique atteigne les plans de travail des dirigeants… Un petit sujet d'enquête pour @si ? (où peut-être ça a déjà été fait ?)
Monsieur Schneidermann, vous êtes bien meilleur dans ce domaine là.
" d'autant plus magnifiques qu'il n'a jamais tenté de les utiliser.'
'Qu'elle n'a jamais tenté ... Pour une fois que c'est une femme , ce serait bien de laisser elle , meme si vous parliez là d'une généralité de ministre , pour une fois , elle ...
bien joué Le petit journal! Ridiculiser une ministre en 3 min et pschittt la ministre.
Elle aurait pu se rattraper pendant l'émission mais on est là pour s'amuser, non?
C'est son rire enfantin qui couvre la séquence qui rend cette scène.... pathétique. A l'image de ce gouvernement?
Je serais "papa François", je lui donnerais un bon coup de règle sur les doigts!
"Vous savez, je ne touche à rien, je ne suis que de passage."
A quoi sert son directeur de cabinet ?
Même pas foutu de lire les guides pratiques, les tutos, Modiano, et de lui en faire une synthèse ?
Bonjour
Consternant… il manque le téléphone direct avec son supérieur à Berlin.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.