120
Commentaires

"Faire de la politique, c'est critiquer les médias"

Deux cent mille personnes rassemblées à Washington le week-end dernier à l'appel d'un humoriste et présentateur télé, Jon Stewart. C'était un peu plus que pour un autre rassemblement organisé par un autre présentateur télé, Glenn Beck de Fox News, le 28 août au même endroit. Humoristes et "téléditorialistes" américains vont-ils dévorer les journalistes ? Et même les hommes politiques ? Quelle est la nature exacte de leur influence ?

Derniers commentaires

Grand moment de solitude pour Didier a la 22eme minute. Je me suis bien marré! C'est pas bien grave, ca arrive a tt le monde de se sentir un peu perdu de tps en tps ;-)
L'émission était franchement passable, pour une fois, en particulier en ce qui concerne les éléments de contexte, en vrac :

Le fait que le Colbert Report est une émanation directe du Daily Show, faite par un ancien "fake pundit" (faux expert) de l'émission de Jon Stewart, qui passe d'ailleurs juste après sur Comedy Central. Ensuite, Stephen Colbert parodie explicitement l'émission de Bill O'Reilly sur Fox News, pas celle de Glenn Beck (qui n'existait pas en 2005, année de création du Colbert Report) : une partie en particulier, intitulée "The Word" et qui fait apparaître de brèves sentences à côté du commentaire du présentateur (O'Reilly ou Colbert) . Enfin, Daily Show et Colbert Report fonctionnent en duo, comme pour ce rassemblement que Colbert avait parasité pour le transformer en "Rally for sanity and/or fear" .

L'ambiguité indiscutable, et depuis fort longtemps, de Jon Stewart, en tant que satiriste politique. En effet, contrairement à Didier Porte qui expliquait se considérer parfois comme "journaliste de complément" (dire que vous l'aviez sur le plateau...) , Stewart a toujours refusé avec force cette façon de voir les choses, disant être uniquement un humoriste. Ce qui est notamment visible dans Crossfire, avec des journalistes qui lui reprochent de ne pas avoir interviewé untel avec suffisamment de poigne, si vous n'aviez pas coupé vous auriez pu montrer Stewart expliquant qu'il n'est qu'un comédien et n'a aucune prétention journalistique. Le journaliste américain à @si pointe brièvement la différence majeure avec un Colbert dont le rôle lui permet d'échapper à toute exigence de type journalistique.

La filiation très nette entre les émissions de Comedy Central et le Petit Journal, mais aussi avec la tentative de Karl Zero avec le Vrai Journal (Groland étant tellement surréaliste et burlesque que son impact est très différent sur le spectateur de celui d'un Daily Show/Petit Journal, à mon sens) , qui n'avait pas su trouver le ton adéquat. Le Petit Journal évoluera peut-être, pour le moment on est strictement dans la déconne, mais le Daily Show aussi était comme ça au départ, avec pas mal de people et un ton similaire (voir les archives de 98 ou 99 pour vérifier) .


Bref, en dehors d'une contextualisation qui manquait singulièrement de profondeur, j'aurais aimé entendre beaucoup plus Didier Porte et le journaliste américain (avait-il des choses à dire sur le sujet ? Ou ne l'avez vous pas assez mis en valeur ? ), et beaucoup moins Guillemette Faure (dont les analyses semblent bizarrement mal informées) .

Dans un autre domaine, vous pourriez signaler à vos téléspectateurs (dont certains, et oui, parlent anglais) que le Daily Show passe dans une version raccourcie et hebdomadaire, sous-titré, sur Canal + (le samedi à 7h45...) , mais surtout que l'intégralité des émissions est disponible gratuitement sur les sites du Colbert Report et du Daily Show (découpées en séquences) . Pas très classe de votre part, je trouve...

Alors voilà des liens en pagaille ;-)

Site du Daily Show

Site du Colbert Report

Pour voir les épisodes entiers (et non pas découpés en tranches) , ils sont disponibles le lendemain de leur diffusion et sont disponibles pendant un mois dans la section "Full Episodes" . Pour les voir de France ou d'un autre pays hors-USA, il vous faudra installer un petit plugin dans Firefox, qui se nomme "Modify Headers" , et suivre les instructions de paramétrage données en vidéo ou par écrit .

Pour finir, un lien vers un pearltree qui contient des articles sur le "rally" , mais aussi sur Colbert Report et Daily Show, leurs deux animateurs ainsi que quelques séquences sous-titrées en français : Comedy Central's Daily Show & Colbert Report


Edit : bon, j'ai lu l'ensemble des commentaires, on comprend mieux pourquoi l'émission se déroula ainsi... peut-être fallait il mieux passer la main à Dan Israel (qui s'en est par ailleurs plutôt bien sorti) dans une telle situation. Quand à la chronique de Didier Porte, je crois qu'il ne serait pas mal de le laisser un peu plus en roue libre par rapport au thème de l'émission...
La critique des médias par les hommes/femmes politiques fait partie d'une stratégie de communication notamment pour les hommes politiques qui n'ont pas un accès facile à ces médias ou bien qui veulent se donner une audience. Si cette critique est pleine de verve, comme celle de M. Mélenchon, elle fait le buzz et finalement on se met à parler de lui dans lesdits médias, bien joué !

La rapport des politiques aux médias est biaisé car ceux-ci sont toujours dans une stratégie de conquête du pouvoir ou de maintien au pouvoir. Ils savent que l'image qu'ils donnent est déterminante et ils ne sont donc jamais "naturels" mais toujours à essayer de se construire une image. Si dans les médias, on ne questionne pas sérieusement les politiques sur leurs programmes, leurs décision et leurs actes, alors on est dans du marketing. Quand Obama vient dans l'émission de Stewart, on est dans le marketing, le promotionnel. Et ce mélange des genres n'a rien de réjouissant dans une démocratie, car une élection est de plus en plus un concours de beauté et de moins en moins un débat de fond sur ce que proposent les candidats pour leurs électeurs.
Désolée , je dois être trop française ou trop idiote ou quoi....Je déteste ce genre de guignols !
Quand je dis guignols , c' est en fait inapproprié car ils ne me font pas rire du tout...

Quant à la dite hypocrisie des journalistes français , je ne la vois nulle part. Il ne me semble pas nécessaire que Machin trompette " je suis de droite" ou Chose " je penche à gauche ", c' est tellement évident et je n' ai ni besoin ni envie que tel ou tel me dit pour qui il vote.

Ne tombons pas dans les travers américains.

Je préfère plus de subtilité , de finesse... ceci n' est pas l' apanage de tous les journalistes français!
A la loupe ????

Mais elle était où la loupe ??? Non la c'était un petit exercice de vulgarisation sur le paysage médiatique télé aux etats unis.

Stewart est sorti de son role de comique ??? C'est drole car c'est exactement l'inverse que les gens plus politisés lui reproche.
Pourquoi ne pas avoir évoqué ces esprit plus critiques ? Alternet , Bill Maher, et autres....

Vraiment très très superficiel.... Mais je trouve que finalement c'est un peu votre marque de fabrique. Comme si avoir l'intention de prendre du recul et d'analyser les choses se suffisait a soi même ... NON !! Je rejoins Henri Maler sur ce point vous ne prenez pas assez parti vous n'allez pas chercher au fond des choses !

En plus faire le titre de l'article sur cette remarque completement décalé et injuste de Porte sur Mélenchon montre a quelle point vous avez privilégié la forme au fond.
Non Mélenchon ne part pas en guerre contre les médias ! C'est une inversion des rôle indigne d'une émission qui se veut d'"analyse". Mélenchon est victime d'une stigmatisation et d'une décrédibilisation qui devrait faire l'objet d'une émission digne de son nom.
Faire de la critique des médias n'est pas faire de la politique mais comment faire de la politique sans critiquer les medias???
Révisez votre Chomsky !! Si on ne vous pensez que critiquer la "fabrique du consentement " doit être taxé de populisme et drevient servir ses intérêt médiatique c'est parce qu'au fond vous êtes plus proche de Jon Stewart ( en moins drole ) et de LCI que de Chomsky , Maler ou Democracy Now.

Je finirai par vous dire que ce n'est pas un imitateur de Zemmour français qu'il nous faut mais des Amy Goodman bien réelle..

Dommage que mon abonnement ne sois pas garanti un an parce que la c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, j'aurai demander un remboursement . lololol

+++++
La preuve : l'émission d'Yves Calvi, C dans l'air du 8 novembre :
" Première question, à Jean Louis Malys (CFDT : Est-ce que vous considérez que ce soir le mouvement est terminé ? Il y a en ce moment même une intersyndicale ce soir, elle est de pure forme disons- le, chacun va reprendre son indépendance et on va tourner la page.

Il n’y a plus d’unité, on le voit, entre FO et la CGT…

A Pascal Perrineau (Sciences Po) : « On avait l’impression que le mouvement était terminé. Quand les représentants de la CFDT et de la CGT disent que cela va rester au centre des préoccupations, c’est crédible ?

Aux syndicalistes : Ils sont égoïstes, les retraités, de vouloir que leurs petits copains qui travaillent, travaillent encore plus qu’eux ? Evidemment, si on découpe l’opinion dans tous les sens, à la fin on va forcément trouver une population qui va être favorable à son point de vue." etc


"
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article110294
il y a en France un Stephen Colbert méconnu et même peut-être 2: candidat numéro 1: F. Lefebvre et, dans une version un plus intelligente (quoique...) X. Bertrand. A quand une émission régulière?
Super émission, merci!... mais d'accord sur les raccourcis et parfois contre-sens. Dont le pire, qui m'a presque fait tomber de ma chaise, est que Stephen Colbert n'est absolument pas à droite et oui il fait de l'ironie à fond et il n'était certainement pas du tout content des résultats des votations... la preuve: il a travaillé avec Jon Stewart jusqu'à récemment et il était à ses côtés au "Rally"!
Bravo pour l'effort en anglais, mais pour comprendre les nuances et aller plus loin dans une juste compréhension des choses, il faudra encore faire un petit effort! ... auquel je vous encourage vivement, car j'apprécie beaucoup ce site et vos émissions.
Amitiés
Pour être tout à fait franc,j'ai entendu Pujadas "questionner" le salarié des conti..... et ma réaction a été "quel con" et celui de mon épouse "ignoble"... donc je comprend la réaction de Mélanchon qui, dans un autre contexte, est plutot soft comparée à la nôtre.... ceci étant je me souviens de la campagne contre le TCE (Traité Constitutionnel Européen) tous les journalistes TV et radio étaient en faveur du oui, sans manifestement avoir lu le texte...compte tenu des âneries qu'on a entendu... les mêmes d'ailleurs critiquant le traité de Lisbonne qui est une copie du précédant...alors ceux qui veulent être respectés doivent aussi être respectables.... et ce n'est malheureusement pas le cas.....
Moi, j'ai trouvé l'émission pas mal, malgré le virus et les 3 chtites erreurs de traductions de Dan (et le « mais heu, Stewart est sorti de son rôle ! » unanime chez les éditocrates américains).

Pourquoi ? Parce qu'une émission d'@si ne tourne pas dans le vide : le forum la continue, autant pour nous spectateurs que pour ses organisateurs et participants. À préciser quand on file l'avi à des potes ou à la famille :-)

Alors bien sûr on peut se plaindre quand personne ne rapproche jeteurs de thé et Talibans, ou quand Anne-Sophie oublie la 42e nuance de sens d'une expression, ou quand Guy ne laisse pas un intervenant prolonger assez sa réponse ; mais on a un espace pour parler de tout ça — et les invités, Anne-Soph', Guy, (pas le virus j'espère) — y ont aussi accès. Un peu comme un média interconnecté participatif, quoi, en gros... Oups ça me rappelle un truc.
malgré l'invité de dernière minute : Monsieur Virus, j'ai trouvé que l'émission était de très bonne tenue, parfaitement "préparée" par Dan ; bravo Dan !

en ce qui concerne cette forme de journalisme, de parti pris, ce serait franchement bien que certains journalistes français s'y mettent !
et il est temps qu'en France cesse enfin l'hypocrisie de journalistes qui ne seraient d'aucun parti pfff
(c'est vrai que pour certains c'est plutôt l'inverse : ils seraient de tous les partis comme dans la chanson de Dutronc !!!)

malheureusement, l'association journaliste et drôle n'a, à ma connaissance, jamais existé dans notre pays ; comme pour tout, tout est très compartimenté et si Barthès peut continuer (pour combien de temps encore) à pointer les "éléments de langage", la novlangue, du sarkozysme c'est parce qu'il est mis du côté des comiques et non des journalistes, par le pouvoir !!

petite frustration : j'aurais aimé savoir ce qu'il en est aujourd'hui du journalisme d'investigation aux Etats-Unis, style Woodward et Bernstein !
ce journalisme là, emblème de la liberté d'expression, était le dernier point de différence qui pouvait encore exister entre une démocratie comme les Etats Unis et une dictature comme la Chine (assez semblables par ailleurs pour l'économie, la pollution de la planète, etc... !!!)
je suis nostalgique de ce journalisme là: Les Hommes du Président ...

aujourd'hui notre presse s'est couchée devant Sarko qui l'a faite taire face au dictateur Hu Jintao : Visite Hu Jintao en France. La défense d’intérêts économiques ne doit pas prendre le pas sur celle de la liberté d’expression

crier aujourd'hui en France face à ce dictateur : "Libérez le prisonnier d'opinion Liu Xiaobo" ou encore : "Tibet libre" est très mal vu par la clique sarkozyste !!
un comble dans notre pays : on déroule le tapis rouge aux dictateurs de la planète qui achètent le silence de notre tout petit président contre des promesses de vente pendant que sa police tabasse des militants pacifistes !!!!

que les journalistes se réveillent, il est plus que temps !!!!

ce gars là me fait vomir !!!
d'autant plus, que dans le même temps il continue à s'auto-immuniser : (peut-être que quelqu'un a déjà mis le lien ailleurs désolée !) :
"La section financière du parquet de Paris a trafiqué des données juridiques dans le but d’empêcher une enquête contre des consultants et des fonctionnaires de l’Elysée, selon des éléments recueillis par Libération."

presse bâillonnée, justice et police aux ordres du suprême et non du citoyen, ça ne sent définitivement plus bon dans mon pays :ça n'est peut-être pas encore la dictature mais ça commence à y ressembler sacrément !!!!!
Merci
J'ai les idées bien en place désormais par rapport à ces dérives divertissement/politique, qui sont notre lot, et qui vue l'expérience des Américains qui en général précèdent nos modes, ne sont pas près de s'arrêter.

Zur !
j'ai une question, avec intro pour en donner le contexte :

je me rappelle un temps en suisse où on faisait la "grève des impôts fédéraux" contre l'armée, il me semble : la part allouée au budget fédéral de la défense était versée sur un compte bloqué, et les protestataires s'engageaient à débloquer les sommes lorsque la politique de défense fédérale correspondrait à leur volonté. je ne sais plus comment ça se passait, ni ce que cela a donné.
d'une certaine manière, on nous augmenterait significativement nos impôts, même pour de bonnes raisons, on gueulerait, et pas qu'un peu. qu'on nous les supprime totalement, on serait contents. mais on n'est pas chiens, on sait bien que, en grande partie, l'état fonctionne comme ça, pour le pire mais aussi pour le meilleur, redistribution, services publics, le bien commun et toutes ces choses. personne ne réclame, à ma connaissance, en tant que candidat aux élections, ou même dans le cadre de la propagande politique, l'abolition des impôts. on aimerait bien mais on sait bien que non.

or, l'abolition des impôts, c'est quand même une revendication claire et nette aux usa. on l'a entendu, le républicanisme, de moraliste sous bush, est devenu financier. moins voire plus/pas d'état, moins voire plus/pas d'impôts, laisse-nous tranquilles, ô état fédéral maudit. donc ma question est très simple : qu'est-ce qui historiquement justifie cette position ? les différents états américains prélèvent-ils des impôts comme en CH : une part communale, une part cantonale, une part fédérale, la part fédérale étant vraiment minime par rapport aux parts cantonale et communale (bonjour la paperasse !), et ces impôts-là, particuliers à un état particulier, sont-ils également contestés par les "à bas l'état fédéral" ? est-ce qu'on peut comparer la situation américaine à la situation suisse, où toute comparaison quant au volume est idiote, mais où d'un point de vue structurel, on retrouve beaucoup de points communs ? bref, quelqu'un connait-il ou peut-il m'indiquer une saine lecture concernant les rapports que les américains ont à la fois vis-à-vis de leur état (USA) et vis-à-vis de leur "état" (=les différents états (ré)unis).

je crois que les pays très centralisés comme la france ont du mal à "entendre", à comprendre ce type de revendications républicaines. et il me semble que les français, mais pas qu'eux, n'ont aucune idée de ce que cela signifie vivre dans un pays qui a été constitué par la fédération de "nations", "régions", populations", "ethnies", etc. et dont la structure générale, macro, demeure fédérative, fédérante, fédéraliste, bref, vous voyez l'idée. car, si je suis le fil de mon intuition, il semblerait logique qu'à terme, les américains poussent à une sorte de dissolution de l'Etat en tant qu'Amérique du nord, en faveur d'une organisation molle des états (alabama, louisiane, wyoming, etc.), dont, comme en CH, le lien structurant serait l'armée...

et à ce propos, et ce sera le dernier, je rappelle cette fameuse votation suisse au niveau fédéral (car nous avons des votations à tous les niveaux également, communal, cantonal et fédéral) initiée par le GSsA, dont je rappelle l'objet (copié-collé wiki)

"Le 26 novembre 1989, l'Initiative populaire « pour une Suisse sans arme et pour une politique globale de paix » est refusée par 64.4% des votants; l'ampleur du succès (35.6% des votants) pousse le parlement à réformer l'armée"

refusée par 64,4 % mais donc acceptée par 35,6 % des votants, plus d'1/3 des suisses demandant la suppression de l'armée, qui symbolise le cément de la patrie, et pratiquement le seul... je vous dis pas le traumatisme, et comme le dit bien l'article, un traumatisme tel qu'il a poussé les autorités fédérales à une grosse réforme de l'armée.


PS : la grève des impôts comme moyen de lutte, c'est pas une idée à creuser, ça ?
Quel était le but de la private joke concernant le mobilier Ikea ? J'espère que ce n'est pas moi qui ai enclenché les hostilités en déplorant que Laure D. n'ait que des bics à manipuler entre ses doigts fins et pas un Mont Blanc ! On pourrait continuer avec le polo Lacoste de Guy B. etc mais ne dit-on pas que les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures ?

J'ai trouvé le propos de la Catherinette heu pardon... Guillemette captivant.
Malgré la pluie de critiques, j'ai trouvé cette émission nettement plus intéressante que celle qui faisait état du point de vue des journaux étrangers sur les grèves et manifs qui agitent notre beau pays à propos des retraites. Mais bon, to each his own (désolé Daniel !) comme on dit.

Concernant le (ou les) Tea Party, dommage que Anne-Sophie J. n'ait pas été présente sur le plateau pour disserter sur l'étymologie de thé et de parti, nul doute que nos lanternes eussent été davantage éclairées ! Blague à part, je pense que les Républicains s'en sont servi pour allumer des foyers anti-Obama un peu partout dans le pays. A ce titre, c'est un succès même si la structure est protoplasmique et beaucoup de ses représentants ne feront pas carrière sur le plan national.

Enfin, parce qu'on y retrouve un Officier de l'armée qui prend la parole lors d'un meeting en marge d'une position présidentielle qui lui déplait, je recommande le film suivant : 7 Days in May (1964), avec Burt Lancaster et Kirk Douglas.
Comme il a été dit plus haut, on a effectivement l'impression que l'émission va vraiment démarrer au moment où DS y met fin (je note d'ailleurs la surprise de Dan quand le boss demande "on a tout dit ?").
Peut-être aurait-il mieux valu arrêter l'enregistrement de l'émission au moment où vous avez senti la virus vous attaquer Daniel, quitte à reporter l'émission, c'est d'autant plus dommage que c'était la première fois que Didier Porte y participait dans sa totalité, et il m'est avis que ça ne sera pas tous les vendredis le cas.
Bref, même si c'était intéressant, on reste sur sa faim.
Bonjour à tous,

Après avoir vu l'émission, je ne peux m'empêcher de penser : Qui a crée Wikileaks ? Comme dirait le journaliste : Qui paie ? (bon d'accord j'ai pas eu beaucoup à réfléchir... on me l'a soufflé...

Si la NSA avait vent de personnels qui pensaient à diffuser des documents très secret défense ou secret défense, mettant en jeu la sécurité national ..... Ne serait il pas intéressant de leur donner un organisme d'état (caché bien évidemment) ?

En effet, on installe des barbouzes à la tête d'un groupe qui monte wikileaks.... Vers qui ira le gars qui veut transmettre un secret d'état ?
-> il se fera choper !!!

Comme disait le journaliste : ces infos sont un peu gênante pour le gouvernement, mais ne révèlent pas grand chose de nouveau... elles confirment ce que l'on se doutait.

D'ailleurs, on a un des gars de wikileaks vient de bosser pour Owni... Autant le jeune n'est pas a l'aise, autant l'autre l'est bcp plus... et pourquoi n'ont il pas dit qu'il le connaissait...Bref, ça sent la barbouze...
J'ai trouvé la prise de parole de Didier en début d'émission... quelque peu pathétique...
Une femme intelligente invitée :))

Didier Porte qui reste tout au long de l'emission :)))

Sujet interessant :)))
Bien préparé :)

Mais...
Vous avez l'air fatigué cela dit ...
Bon, comme schneidy à dit qu'il était malade lors de l'emission on va pas trop le charger, et Dan s'est excusé, pensant que "pas très bien payés...mais vous pourrez dormir"...équivalait à comprendre "...mais vous pourrez dormir la conscience tranquille"...

Bon une mauvaise emission, donc; il aurait fallu se concentrer sur la vie et l'oeuvre de chaque protagonistes, soit un personnage , une emission racontant sa vie, son oeuvre...parce que présenter Colbert comme un simple acteur faisant un petit numéro à la Yann Barthes...pour nous faire découvrir ce genre de personnages il faut bien une emission complète et un décryptage de son travail et de celle de son équipe...qui n'a pas d'équivalent en terme de qualité, sauf a la comparer à d'autres du même pays.
Votre présentation du mouvement des Tea Parties et de Glenn Beck m'a laissée sur le cul. Avez-vous la moindre idée du danger qu'il représente ? Ces gens sont tout simplement fous et/ou complètement bêtes et extrêmement dangereux ! Ultra religieux, racistes pour le "white power", antisémites, homophobes déchaînés, anti-intellectuels, "gun-lovers", ultra-nationalistes, bref : ils sont des fous par millions !

Je suis aussi restée sur ma fin sur votre présentation de notre cher Stephen Colbert, mais bon, ça, c'est juste parce que je suis encore un peu fan...

Et vous n'avez pas vraiment expliqué qui était Jon Stewart, dans la mesure où vous n'avez même pas parlé de la technique de rédaction du Daily Show ! C'est toute une équipe de scénaristes très doués qui travaille pour ce comédien et acteur très engagé politiquement, et lui-même très doué. Jon Stewart ne travaille pas seul comme nos Stéphane Guillon et Didier Porte. Ils sont des dizaines à bosser comme des fous derrière lui. Un détail ? Certainement pas. Selon moi, voilà d'où provient essentiellement la qualité parfois exceptionnelle de ces deux émissions de Comedy Central, The Daily Show et The Colbert Report.

PS: je tiens aussi à souligner que la qualité de leurs émissions provient en grande partie de l'incroyable connerie que les pauvres Américains sensés ont à supporter dans leur propre pays. Parfois, plus la connerie est immense, plus il est facile de la dénoncer, et plus sa parodie sera drôle. Et le problème avec les ÉU dans leur ensemble, c'est que cette connerie doit être avant toute autre chose combattue : c'est pourquoi la lutte pour la justice sociale avance aussi difficilement, au point de faire presque du surplace...
Bonjour,
Je suis encore sous le choc après cette "émission". Après le crash comme vous l'avez dit après d'autres fiascos.
Didier qui se contente de nous refourguer des vieux extraits ultras connus... Sans aucun bon mot de sa part. Qui coupe l'invité au bout de 5 minutes d'émission, et qui montre un franc désintérêt quand Daniel essaye de lui poser la première question.
Daniel visiblement pas amusé par cette chronique, qui passe à autre chose immédiatement.
Trois invités qui ont fait le déplacement pour dire très peu de choses.
Dan qui en sait à peu près autant que n'importe qui après la lecture de 2-3 fiches Wikipedia.
Le tout dans un sentiment général que le sujet n'a aucune importance et a été choisi par défaut. Pas de relance, à l'exception de "Éclairez nous, qu'est-ce que les tea party?", après une semaine où tous les médias n'ont parlé que de ça. Au passage, joli coup de poignard "Je suis sûr que Didier par exemple ne sait pas ce que c'est", sans doute une punition pour son attitude sur la première question de Daniel.
Bref, une émission tout les vendredi... bof... Pourquoi pas revenir à une émission quand on a assez bossé pour en faire un truc intéressant et instructif?

--
juliano
Steven Colbert at the White House correspondant diner
http://www.dailymotion.com/video/x4hber_stephen-colbert-discours-contre-bus_fun
Si seulement les Français étaient capables, pour une fois, de copier un truc intelligent... Ça fait un bail que je déplore l'absence d'un équivalent DailyShow pour le french audience.

Certes, le petit journal a bien copié certaines bonnes idées, mais c'est absolument incomparable, notamment vu la teneur du show (souvent abjecte) dans lequel il est diffusé. Groland fait ce que Groland peut, ce qui est déjà vachement bien, mais ils ont leur style, et comparé au Daily Show, on est très loin du compte. Surtout face aux mini-(et maxi-)Becks qui s'épanouissent ça et là dans le PAF.
Il y a quelques temps, le Daily Show avait réglé son compte à Beck de façon limpide et hilarante, avec citations de l'intéressé à l'appui, en une démonstration magistrale qui débouchait sur une conclusion sans appel : si Beck regrette "l'amérique d'avant", c'est surtout qu'il regrette... sa propre enfance !
Ceci s'applique aussi plutôt bien aux mini-(et maxi-)Becks par chez nous.

Par contre une vraie grosse différence, c'est l'énormissime hypocrisie de nombre de chaînes françaises, menteuses au point de ne pas assumer leur militantisme pourtant flagrant et éhonté. Est-il besoin de rappeler ici que les attaques contre tf1-ferrari ou france2-chabot débouchent systématiquement sur le procès (lynchage) médiatique des attaquants, et jamais sur celui de ceux qu'ils mettent en cause. Eh oui, braves gens, pauv' cons qui adhérez à cette critique, ne voyez-vous que c'est uniquement par calcul politique qu'ils agissent ainsi ? M'enfin, c'est évident, non ? Puisque nous, journalistes, sommes irréprochables, c'est bien la preuve qu'ils mentent. Non ?
Et donc, vu la réaction de ces "journalistes", on en déduit logiquement qu'aucune critique des médias n'est possible. Si on rapproche ça du titre de l'émission, ça laisse rêveur. CQFD.

Pas sûr qu'il était absolument nécessaire que certains intervenants croient indispensable de distribuer des bons et des mauvais points à Stewart pour le rally... Face à l'écoeurement légitime que l'on peut ressentir devant la popularité de Beck, peut-être que ça n'est pas une si mauvaise initiative que celà...
Commencer l'émission en parlant du "show" —pardon, du rassemblement— de Jon Stewart et la finir en citant comme modèle réussi Colbert *sans mentionner* le fait que Colbert était sur la scène avec Stewart, que le show entier était un match entre "team fear" (l'équipe peur, dirigée par Colbert) et "team sanity" (l'équipe raison, avec comme capitaine Stewart), je trouve ça carrément... léger.

Stewart a lui même, pendant son "discours" de fin, qu'il avait conscience d'avoir "cassé" le moule dans lequel il cuisait habituellement. Et ? C'est grave ? Je trouve ça très intéressant.


Vous auriez aussi, tant qu'à consacrer une émission à ce rassemblement, vous intéresser au public. Il y a sur le net des montages montrant les panneaux amenés par les spectateurs, qui nous parlent. Enfin : qui *me* parlent. Le public était l'évènement.

Le duo "Stewart/Colbert" (dois-je mentionner que sur les affiches "officiels" on voyait leurs deux trombines ?) attendait en gros 60 000 personnes. Ils en ont eu 200 000. Pourquoi ?

J'ai trouvé l'émission légère.
Hola la la la quelle horreur, désole de jouer les rabats joie, ou comme disent les américains, le cagueur de la fête, mais la série de de contre-sens et d'erreurs étaient à peine croyable. Bon pour faire long, tout excité par le sujet de l'émission, j'organise une soirée "vous allez voir comme y sont bon ces bouffer d'escargot, y vont vous analyser Jon et Beck" avec les francophones de mon bled au Texas .... et la surprise devant nos yeux ébahis on voit atterrir le grand n'importe quoi. Ca m'a couté une bouteille d’armagnac votre truc.
Les deux qui était pas mal c’était le retardataire et Dan .... bravo Dan. Mais Guillemette, était à coté de la plaque, et John von Sothen a rein dit / fait, a part être offusqué par le fait que Jon a oser critiquer les démocrates.
Mais je doit revenir sur Mme Guilemette:
Je sais pas où elle est aller chercher que les journalistes avaient été énervés par la décision de la maison blanche de traiter Fox news non plus comme un média, mais comme un parti. Mais faut qu'elle mette de l'eau dans son Tang, y'a eu des tonnes d'articles pour et contre cette décision... mais au final on a tous reconnu que c’était devenu vrai, car Fox news a plus que soutenu le Tea Party, avant que Fox news s'en mêle, le Tea Party c’était 20-30 personnes qui crier devant la maison blanche sous Bush. Depuis que Glenn Beck à appeler tous les américains qui aiment leur pays à rejoindre cette nouvelle force.... c'est l'explosion. Le parti républicain lui même se bat pour survivre, des théoriciens du parti Republicain comme David Frum ont étaient viré de leur job en déclarant, Au début on croyait que Fox travaillait pour nous, aujourd'hui c'est nous qui travaillons pour Fox news.
Il n'y a pas de rapprochement du Tea Party et du parti républicains, c'est une prise de pourvoir avec élimination de la vieille garde. Et ce ne fut pas organiser par Fox, mais Rush, Sarah Palin, Glenn Beck qui se sont servi de leur émissions, et comme cela marchait tout le monde a suivis.
Mme Guillemette a présentaient le Tea Party comme un ensemble de personnes qu'on appelle ici Fiscal conservative, en Français contre les impôts alors que le parti républicain était le parti moraliste. Alors chaque début de meeting des Tea Party comme par la prière, ils sont homophobes, contre la séparation de l’église et de l’état, pour la possibilité de refuser les noirs dans les restaurants, comme l’école publique .... Si cela vous intéresse et vous parlez l'anglais regarder ce reportage embedded dans une manifestation du Tea Party.
La comparaison entre Fox et MSNBC pour les rapprocher m'a aussi laisse assis, Fox a donne des millions au parti républicain, participe a leur évènements, et MSNBC vire Keith Olbermann (comparer à Glenn Beck dans votre émission) pour avoir donne 2400$ au démocrate .... se qui est interdit par la déontologie des journaliste au US.
Bon la prochaine, prennez pas un invité américain alibi qui dit rien, une qui en a été mais qui lit pas plus loin que le 1er paragraphe du New York Times, et donner des vitamines et une rosetta stone qui a failli s'endormir pendant l’émission.
Sinon je vous aime tous ... je retourne voir les 2 dernières émissions de Judith (mega super) et a Vendredi.
J'en suis à la cinquième déception consécutive avec ASI. Ici c'est une émission trop courte qui n'entre pas dans le détail d'un sujet qui me semble assez lointain et qui donc, mérite plus de détails avant de m'intéresser. C'est finalement dans le texte qui me console actuellement. Ça sent la panne d'inspiration. J'espère quand même que nous verrons Pierre Carles dans une de vos émissions. Ça me parait être la moindre des choses...
Bonsoir, vers la fin Porte évoque la question, au fond, de dire pour qui roule telle ou telle chaine. Justement, à mon avis c'est à vous Arrêt sur Images de nous proposer des synthèses sur les chaines ou radios. A qui appartiennent-elles ? Qui les a fondées ? Quel est la "culture d'entreprise" de la chaine en question, quelles relations de proximité entretiennent-elles avec tel ou tel politique ? Invitez donc des figures (par ex JP Pernot administrateur de TF1) à venir répondre de leurs prises de positions plus ou moins claires
A quand ?
Vraiment bizarre cette émission où presque tout-le-monde semble mal à l'aise.
En bref : l'introduction du sujet étalée sur 50 minutes de discussions ternes.
Excepté Dan, toujours aussi réactif et compétent, c'est pas la grande forme sur le plateau.

Néanmoins ce qui y est dit reste globalement intéressant, surtout pour ceux qui
ne suivent pas les médias américains, on a ainsi une meilleure vision d'ensemble.


**********


Je commence aussi à être troublé par la chronique de Didier Porte.
Allez-vous oui ou non lui faire un petit jingle vidéo pour clore sa prestation ?!
J'ai toujours cru que ça allait arriver, mais je vois qu'il n'en est rien.
Cette façon de finir dans le silence et d'enchaîner sans transition aucune est un
manque de respect envers son travail car elle en atténue considérablement la portée.

De même qu'un autre commentaire au-dessus, je ne pense pas non plus que
sa place soit sur le plateau pendant l'émission, mais bon ça c'est à vous de voir.
Mais dites donc, vos chaises elles viennent de chez Ikea non ? Et les verres !
Je trouve étrange cette accusation de faux pas envers Stewart et son Rally.
Le vrai faux pas, le premier, et il ne s'agit pas d'entorse aux bonnes manières, c'est le Rally de Beck le jour anniversaire du grand discours de Martin Luther King au même endroit, en osant se déclarer le véritable continuateur de ce mouvement pour les droits civiques!
Pour moi, il fallait réagir vite, ne pas laisser confisquer la symbolique de ce lieu.

Quant à Colbert, son témoignage devant une commission parlementaire sur les ouvriers agricoles immigrés n'était pas entièrement en "personnage".

(Traduction, quand Obama dit que le plateau ressemble à la scène de la convention démocrate de 2008, Stewart répond "We had it chiselled"= On l'a fait découper, on en a pris un petit morceau.
Autrement dit: Obama dit qu'il arrive chez un sympathisant, mais Stewart répond que chez lui, ça ne sera pas la grand'messe de fan inconditionnel.)
Contresens quand même sur Colbert : il ne ressemble pas à beck, mais à O'Reilly, au départ... D'ailleurs O'Reilly lui-même l'ai dit :
http://www.youtube.com/watch?v=QquTUR9nbC4
"Il me doit tout", sous entendu il pique mes idées et mon charisme.

Petit souci sinon, Colbert se prononce sans le t, O'Reilly fait même la remarque dans la vidéo qui précède en disant que c'est un "nom français" (d'un ton un peu péjoratif).

Pour Yann Barthes, il aurait été intéressant de voir à quel point il a emprunté aux shows américains ; le Daily Mouloud créé récemment est repompé directement sur le format des interviews décalées de la première partie du Daily Show, par exemple.

Didier Porte : je n'ai pas grand chose à dire, et manifestement lui non plus, ce soir.
Bon. On a compris la manip. Comme Didier accroît la fréquentation, dans un souci pédagogique légitime d'arrêter l'internaute sur son émission, le boss l'a mis en tête de gondole, waf, waf. Bhein non, ça ne va pas.

Parce que cela oblige Didier à faire un papier sur le sujet de l'émission, et avec des images que l'on a déjà vues mille fois sur le net. De plus, on est obligé de passer par l'intro de Daniel, toujours intéressante mais on n'a pas toujours le temps à ce moment-là.

Laissez chacun des chroniqueurs du site aller à l'essentiel de ce qui l'inspire, lui, elle.

Rendez à Didier sa chronique à lui, svp, dans "Chez Didier", et c'est tout, et c'est simple, et le jeudi à 7h53 comme promis dans le contrat de départ (avec nous, hihi ;-).

Didier est d'abord un homme de l'écrit, de la radio et de la scène, donc ne l'obligez pas non plus à utiliser des images usées jusqu'à la rétine. Liberté, svp.

N'ayez pas peur de ne pas attirer ainsi les amis de Didier, voire ses "fans", sur d'autres rubriques. Quand on respire la liberté dans un article ou dans une chronique, ça finit par donner envie d'aller voir ailleurs. Sinon, c'est le contraire qui se produit.

Arrêt, oui ; aux arrêts, non.

Et merci pour tout.
;-)

docteurduchmoll.com

Cliquer ici pour lire une critique de "Didier Porte aime les gens".
Personnellement,je préfère une mauvaise traduction à pas de traduction du tout,car je ne comprends pas l'anglais et j'ai sauté le passage qui n'était pas sous-titré.

En ce qui concerne Yann Barthes,je le trouve plutot mollasson,plus amical avec le gouvernement que critique.
Il y a un humour à l'américaine avec du très bon et du très mauvais,et, c'est pareil en France avec de l'humour à la française,plutot que d'applaudir le petit journal,je me désole de ne plus entendre nos 3 comiques de France Inter viré par un pas du tout comique!
Pourquoi des chaines de télé avec des opinions politiques,n'est-ce pas bon?Cela me semblerait plus démocratique!
Mais pourquoi as t'on en France tant de difficultés avec l'idée que l'on puisse avoir des chaines partisanes ?

On a bien un figaro au centre droit, un libé un Marianne à gauche, un monde au centre gauche.
On se rappel tous comment Duamel a été stipendié lorsqu'il à dit vouloir voter pour Bayrou.

(flute: Guillemette Faure m'a grillé je n'avais pas tout écouté)

La presse en ligne se case aussi.

Pourquoi est ce tabou en france pour la télé ?
Je ne sais pas trop les raisons qui ont poussé le débat à tourner court mais l'émission donne la sensation que Daniel Schneiderman lui même a conscience que tout cela est un peu juste et limité. Une erreur de dynamique? Un plateau trop uniforme? Sans être totalement inintéressante (les apports des divers protagonistes éclairent tous plus ou moins différemment la chronique de Dan Israel) On a l'impression d'assister plus à la mise en place d'une problématique qu'à une réflexion profonde sur cette problématique. Reste que le débat soulevé est très intéressant, combien de Glen Beck pour un discours de Stephen Colbert devant Bush? Quel est l'apport et la limite de la collusion entre comique et politique? Un système grand spectacle apporte-t-il équitablement aux deux partis en terme de capacité de diffusion de message ou ne fait-il pas le jeux des idées les plus simplistes martelées par les républicains depuis des décennies?

J'ai aussi été très amusé par le rapport d'opposition clown triste Glen Beck (on verse la larme, on est tiré à quatre épingle, l'air grave et solenel) Clown Joyeux Stewart (beaucoup plus truculent, tordu, décalé, même lors de son démontage en règle sur CNN). Alors le rire ou les larmes? Dans la course à l'émotionnel qu'est-ce qui parle le plus et surtout qu'est-ce qui convainc le plus efficacement le jour d'aller voter (à supposer que cela puisse effectivement convaincre d'autres personnes que les déjà convaincues).

Bref, ça aura eu le mérite de m'intéresser à la question et d'aller me faire un avis par moi même, en espérant que le sujet soit développé à l'avenir dans d'autres chroniques.
On avait un peu l'impression que vous étiez ailleurs, Daniel. Le sujet aurait pourtant pu être intéressant.

Je reviens sur un point de l'émission : lorsque Didier Porte évoque le fait que la télévision publique italienne était autrefois basée sur le modèle "une chaine par parti politique", et qu'il évoque le fait que ce modèle a montré ses faiblesses, j'aurais aimé avoir plus de précisions, et creuser un peu plus profond. Ça m'a presque donné envie d'un débat juste sur cette question des modalités des relations entre le pouvoir et le journalisme "public".

Quelqu'un a-t-il des infos sur le pourquoi de la chute d'influence des chaines publiques italiennes ? Juste la montée en force des chaines privées ou d'autres facteurs ?
Petite erreur de traduction sur le passage de Stewart à Crossfire. Il offre aux journalistes de venir travailler avec lui, ce à quoi il répondent "combien vous payez ?" Il répond "Pas bien, mais au moins vous n'en perdrez pas le sommeil" et non "mais vous pouvez rester dormir" comme ça a été traduit par vos soins. Il entendait par là que les journalistes de Crossfire auraient été en accord avec leurs consciences, à l'inverse de ce que leur pratique permettait.
je reste moi aussi un peu déçu de l'émission....sans doute devient-on exigeant à la longue ! mais pour cette fois là, ça n'a pas fonctionné: pas de rythme dans la discussion, pas de sujet qui soulève des avis divergents et aussi comme évoqué plus haut une approche uniquement descriptive. Cela dit pour pas trop charger la barque, le sujet étant nouveau et difficilement transposable à la France il n'était sans doute pas évident d'en parler.
on peut se consoler avantageusement en regardant "dans le texte" la confrontation des points de vue est particulièrement stimulante ! si les émissions "secondaires" deviennent parfois la vitrine d'ASI c'est plutôt une bonne nouvelle !
merci à tous, continuez !
Ambiance étrange sur le plateau... 50 minutes dont la chronique de Didier et plusieurs extraits de télé, 3 invités + Didier : pas grand chose à dire sur le sujet apparemment... En tout cas, très peu de dissention entre les invités. Et les quelques points de vues différents n'ont pas été creusés par Daniel; lequel ne semblait pas très en forme non plus.

Pour la critique du pouvoir en france, outre ceux mentionnés ( le petit journal qui montre les faiblesses et les manoeuvres des politiques et l'équipe de Groland qui parodient Notre Président avec le leur ), il y aurait bien ce comédien noir qui n'est ni québecquoi, ni d'origine martiniquaise qui a fait quelques sketches avec des personnages de journaliste, de présentateurs télé, ou même de Bush Jr... Mais bon.
Ah, il y aurait peut-être Michel Muler aussi ( Hénaut président ).

P.S. : pendant l'émission j'ai pensé que ça serait marrant d'inviter Yann Bartès un jour.
Quelques contre-sens dans vos sous-titres:
-Dans son discours final au "Rally to restore sanity and/or fear", Stewart dit "we can have animus and not be ennemies" c-a-d "nous pouvons avoir des antagonismes sans être des ennemis". Votre sous-titre "nous pouvons avoir des ennemis sans être des ennemis" suggère une opposition ennemis extérieurs contre Amérique unie qui est à côté de la plaque.
-Dans l'émission Crossfire quand il propose à Tucker Carlson de venir travailler a Comedy Central qui lui demande si ca paye bien, Stewart répond "Not well... but you can sleep at night" c-a-d "Pas bien... mais on peut dormir la nuit" (sous entendu au moins on a la conscience tranquille pas on peut rester dormir au bureau comme vous l'avez sous-titré).

Vos traductions sont souvent approximatives (dans le chroniques de Gilles Klein en particulier) c'est dommage.



Sinon j'ai du mal a croire que vous n'ayez pas fait le parallèle avec les Guignols de l'info. Les deux émissions sont des faux JT. Ils critiquent aussi les médias, ils se moquent aussi des discours des politiques et on les a aussi accusé d'être partisan (on leur a reproché d'avoir favorisé l'election de Chirac en le rendant sympa ainsi que d'avoir anoncé les résultats du premier tour de 2002 avant 20h pour faire battre Le Pen).
Sur le plan comique, le Daily Show est quand même bien meilleur pour la même raison que les séries américaines sont meilleurs: une tradition de l'écriture et une vingtaine d'auteurs a plein temps. A noter que Beck et O'Reilly aussi ont des auteurs et que leurs shows sont tout aussi écrits.


Sur Colbert, John von Sothen dit qu'il est protégé de la polémique par son personnage. Il a oublié qu'il a témoigné officiellement devant le congrès (en personnage) sur les travailleurs saisoniers à l'invitation de la présidente du comité ce qui a créé une polémique (vidéo du témoignage hilarant disponible sur CSPAN).

PS: Pour ceux intéressés par la fabrication du Daily Show, la video d'un entretien au Paley Center est disponible sur youtube.
Le discours de Colbert (la meilleure moitié) dont il est question en fin d'émission. L'intégrale, sans sous-titre.

Devant le Président Bush apparemment mort de rire (et fou de rage, parait-il, en réalité) et une salle tantôt médusée, tantôt hilare alors qu'elles se fait copieusement étriller. Scène inimaginable en France. Pas même en Europe. Avoir la possibilité d'un Colbert, c'est aussi avoir la possibilité d'une Fox News.
Merci pour ces liens! Excellent! Cela me rappelle le discours de Colbert à la commission concernant l'immigration, cet été: Voilà son témoignage!
A la différence près que nous n'avons, en France, que des Fox News, ou à peu près. En tout cas rien qui ressemble de près ou de loin au mode de traitement façon Jon Stewart.

Une petite chose m'embête au vu de cette émission du vendredi, à savoir la façon dont les intervenants prennent tout de suite de la distance avec Stewart en lui reprochant son ton caricatural et le fait qu'il cible surtout Fox News. Le tout sans jamais s'appuyer sur un exemple ou deux.

En gros, on classe Stewart dans la catégorie indifférenciée "critique des médias", et comme on est journaliste, il faut d'abord avoir une réaction corporatiste, et ne pas avoir l'air d'adhérer à la démarche. Sans s'inquiéter de savoir si cette critique est fondée ou pas.

Donc première partie : Stewart est un phénomène, mais il dépasse son rôle quand il lance son rassemblement. Beck est une caricature, mais c'est presque normal s'il appelle à un rassemblement identique... Dans le genre, on renvoie tout le monde dos à dos histoire de ne pas se risquer à avoir une opinion (ou laisser voir qu'au fond on en a une), c'est un joli exercice qui nous est livré ici.
J'en suis à 20 minutes d'émission, et j'ai repéré des erreurs de traduction : celle déjà mentionnée et “but you can sleep at night” vers 19:41 = on garde bonne conscience, donc on peut dormir la nuit.

En tout cas, ça fait drôlement plaisir de voir des Français parler de Jon Stewart et de Stephen Colbert !
Je reste sur ma faim, dommage.
J'ai eu droit à une exposition du truc ( que j'avais déjà eu l'occasion de voir avec les articles, les vite dits et des contributions dans les forums ) mais je n'ai pas vu son analyse.
un peu léger comme émission
50 minutes seulement :((
Petite correction de vos sous-titres du discours de Stewart: il dit "we can have animus and not be ennemies" c-a-d "nous pouvons avoir des antagonismes sans être des ennemis".
Plaisir du vendredi soir, l'émission d'ASI :-)
Je n'ai pas pu venir à l'enregistrement, hélas, mais je suis le premier à vous dire merci !
En attendant de quitter la bibliothèque et regarder l'émission, dimanche peut-être ;-). Stewart, Colbert, c'est tellement de vidéos excellentes, ça devait être dur d'en parler en peu de temps. Beck, comme rappelé à Dan en MP, n'est pas "Beck" tout court, il est tout le poids religieux américain, énorme.
Dernière chose en passant : Guillemette Faure est aussi (surtout, pour les jeunes @sinautes comme moi et les autres d'abord internautes) à Rue89.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.