40
Commentaires

Facebook en bourse : pourquoi le fiasco

Malgré un emballement médiatique mondial, l'introduction en bourse de Facebook est un flop : lancée à 38 $, l'action a baissé de plus de 15% en quatre jours. La banque d'affaires Morgan Stanley, qui a dirigé l'opération, se retrouve sur le banc des accusés. En accord avec son client, elle a relevé le prix d'introduction et fait augmenter le nombre d'action disponibles, alors que seuls quelques initiés étaient au courant que les prévisions de résultats de Facebook étaient plus que moyennes.

Derniers commentaires

"Facebook est valorisée à 93 milliards de dollars, alors qu'elle dégage un milliard de revenus." Tout est dit ! L'introduction en bourse de Facebook est un attrape gogos. Et tout ça, malgré le crack de la bulle Internet en 2000 !
je suggère que vous modifiiez votre titre...
En effet, nous ne sommes pas en présence d'un fiasco, mais d'une escroquerie préméditée, selon toutes les apparences....
Bonjour,

Fallait-il reprendre telle quelle l'analyse du WSJ dans votre article ?.. En effet, la comparaison s'effectue seulement sur les revenus du 1er trimestre 2012 (et la croissance est calculée 1Q12 vs 1Q11, cf 1). Amazon vend des objets physiques, ses ventes sont saisonnières, elle a des stocks, des bâtiments physiques, beaucoup de personnel, en bref de lourds coûts fixes ; l'autre n'a pratiquement pas d'immobilisations ou de coûts fixes (peu de bâtiments, équipements et personnel, pas de stocks), ses revenus ne sont pas saisonniers...
Si vous comparez les profits, en raison de la structure de coûts évoquée plus haut, vous voyez une nette différence : pour 1 dollar de revenu supplémentaire, Facebook génère bien plus de profit qu'Amazon - cf. 2.
La comparaison stricte des revenus vs. capitalisation boursière est donc un argument très faible pour justifier a posteriori la faiblesse relative de cette action au lancement.
1. http://www.wikinvest.com/stock/Amazon.com_%28AMZN%29/Data/Income_Statement
2. http://www.reuters.com/article/2011/01/06/us-facebook-goldman-idUSTRE70359V20110106 et http://www.edupristine.com/blog/modeling-the-historical-profit-and-loss-of-facebook/
Attention quand même à ne pas tomber dans l'excès inverse... Facebook emploie peut-être relativement peu de gens, mais le salaire moyen est sûrement élevé. L'infrastructure informatique a un coût pas négligeable du tout non plus. Et surtout, la monétisation des contenus n'est pas évidente du tout. Bref, il faut quand même se méfier, le raisonnement "l'économie de l'internet n'a pas de coût, elle va générer des marges de profits impossibles ailleurs!" est exactement ce qui a causé la bulle internet.
En fait, le taux de marge actuel vous l'avez : plus de 30%, même comparé aux autres entreprises internet, c'est assez incroyable. Et il n'y a pas de raison que cette structure de coûts change - sauf si Facebook décidait de vendre des objets p.ex, c'est improbable.
Ceci dit vous avez tout à fait raison, les revenus sont là jusqu'à ce que les gens s'en lassent, ou qu'un concurrent propose un meilleur service, ce qui arrive très vite dans ce secteur.

L'article voyait le dégonflage de la valeur comme une correction du marché, les investisseurs s'étant aperçus que Facebook ne gagne pas grand-chose.
La forte volatilité des investisseurs (en raison du risque) pouvait être une meilleure explication. Taux de marge très grand => grand effet d'une hausse comme d'une baisse des revenus. Or Facebook est opaque, mal audité, et le boss, un gamin (génie ? ou juste veinard ?), retient la majeure partie du pouvoir (voting shares). Selon les humeurs et les rumeurs, ça vaut donc 100 le matin et 85 le soir.
Evidemment ce propos est moins carré et convaincant que de calculer un ratio, simplification qui continue de séduire - regardez donc 2 commentaires plus bas... :)
il eût été judicieux que quelqu'un (à défaut de Gilles Klein) se dévouât pour expliquer aux non-anglophones, le titre ("Zuckers") du New york Post, qui doit comporter un jeu de mots puisque "zucker" n'est pas dans le dico.
Une introduction en bourse orchestrée par les ténors de la mafia bancaire américaine, forcément ça devrait paraître suspect aux "investisseurs". On ne va pas plaindre ceux qui perdent leur pognon. Un pigeon, c'est fait pour être plumé.
La banque d'affaires a en effet acheté des actions Facebook, alors qu'elles étaient en baisse, ce qui lui a permis de faire au passage un beau profit. Un rôle de juge et partie qui a de quoi surprendre en effet...

Je suis un peu étonné par cette affirmation. Un petit détail déjà (mais qui a son importance, voir à la fin de ce post) : une banque d'affaire n'achète pas d'actions, elle se contente de conseiller l'entreprise et de l'assister pour son introduction en bourse. C'est la branche investissement de Morgan Stanley qui a acheté des actions Facebook.

Ensuite, le fait que MS ait acheté des actions Facebook lorsque le cours baissait n'a rien d'inhabituel. Tradtionnellement une banque introduisant une société en bourse garantit que le cours de son action ne passera pas en-dessous du niveau d'introduction le premier jour (apparemment c'est vachement plus la honte si ça arrive le 1er que le 2e jour... bref). C'est très net dans le cas de Facebook quand on regarde un graphe du cours de l'action le premier jour. Dès que celui-ci baisse à 38€, il se heurte à un plancher et devient parfaitement stable.

Mais si le cours chute le deuxième jour, la banque ne profite en rien de cela, au contraire. D'après le volume d'échange à la fin de la première journée, il a été évalué que si MS a acheté toutes les actions offertes à 38€, elle a du débourser 2 milliards d'euros. En imaginant que la banque revende ce stock au cours actuel, soit 32€, la perte serait d'environ 300 millions d'euros.

Le fait de dire qu'une banque d'affaire est à la fois juge et partie se réfère au fait que celle-ci a un rôle actif dans la définition du volume et du prix des actions lors de l'introduction (juge). Or ses honoraires sont calculés par un pourcentage direct de ce volume total (partie). La banque a donc tout intérêt à gonfler la valorisation initiale.

On voit d'ailleurs l'importance du fait que l'introduction en bourse n'est pas faite par la même branche que celle qui doit supporter le cours le premier jour. Même si la valorisation est surévaluée et que l'action s'effondre dès l'introduction, la branche affaire touche ses honoraires (et donc le directeur son bonus, les conseillers leur commission, etc). On se trouve donc là devant un problème classique en théorie des organisations, avec des branches poursuivants leurs propres objectifs conflictuels, et au final détrimentaux pour l'entreprise dans sa globalité.
Je ricane beaucoup dans ma ford intérieure ;o))
Cet épisode, un de plus, démontre qu'il ne faut pas confondre notoriété et valeur.
Je me rappelle de l'entrée en bourse d'Euro Disney, j'étais dans une bureau de
poste et une femme est entrée en criant : "je veux acheter des actions de Mickey".
C'est sur qu'avec une demande aussi rationnelle le cours d'ouverture c'est n'importe quoi.
Mais c’est Fesse de Bouc himself qui est un fiasco ! J’ai ouvert un compte par simple curiosité, que je n’alimente jamais, et que je regrette car ça ne m’a rien apporté :

- Face de B… s’adresse toujours à moi en anglais. Comme mes contacts internautiques sont très majoritairement francophones, ça le fait moyen. Ajoutons que ma maîtrise insuffisante de l’anglais m’expose à signer des choses que je ne comprends pas.

- Face de B... est intrusif : dès le début il était au courant de mes relations internet hors FB. Chaque fois que je vais sur un site internet genre Nouvel Obs j’ai sur les côtés une relance vers un compte FB de gens que je connais. FB me suit « à la trace » comme un espion de la Stasi.

- Face de B.. se mêle de ce qui ne le regarde pas : ainsi il m’a un jour contacté pour me rappeler que c’était l’anniversaire de ma sœur ! Et ta sœur, elle fasse le beurre ?

- Face de B… est un produit mode appelé à se démoder comme les skyblogs d’ados : qui en a encore un ? Et ne parlons pas de son portail, d’un visuel aussi pauvre que rigide. Où est la personnalisation parfois raffinée des blogs perso ?

- Face de B... est le lieu de l’exhibition : allant sur le profil d’une relation du temps où elle avait un blog, je suis tombé sur une kyrielle d’échanges perso qui ne me regardaient en rien. Exhibition pauvre : à ce jour, après de nombreuse visites à l’invitation de gens pourtant intéressants, je n’ai rien trouvé qui me surprenne et m’enrichisse.

Les sites, les blogs persos et surtout la vie réelle me suffisent largement pour avoir une vie sociale des plus remplies. Je n’arrive même pas à trouver le temps de voir tous les gens que je connais. Alors…

Face de B… c’est comme la pub : un truc qui veut faire croire qu’il nous est indispensable alors que c’est exactement l’inverse : il a besoin d’un max de gens pour vendre un max d’infos. Et de pub.

PS Bien fait pour la gueule des zactionnaires qui se sont fait zuckerberger !
Personnellement je boycotte ces réseaux qui n'ont de sociaux que le nom et qui sont en fait d'immenses boites privées vouées à se faire du beurre en s'appropriant les données de ses utilisateurs, en toute illégalité. Je ne comprends même pas que la plupart des journaux en ligne ne laissent plus la possibilité de commenter que si vous avez un compte Facebook, Google + ou Twitter sans avertir leurs lecteurs de ce à quoi ils s'engagent. Ajoutons à cela que Facebook travaille avec la CIA qui a investi dedans, que la banque pourrie Goldman Sachs fait partie des bailleurs de fond, que cette boite (comme Google) ne paie pas les impôts qu'elle doit aux Etats grâce à un montage transitant par l'Irlande, et la coupe est pleine...
Ceci dit, attention, Google avait également fait un démarrage timide en Bourse avant de décoller quelques mois plus tard. Aujourd'hui Google pèse 200 milliards et comme Facebook use et abuse de sa position dominante... Même si les banques ont acheté à tour de bras pour soutenir le titre et éviter la déconfiture, je crains que l'emprise de Facebook sur le net ne soit pas prêt d'être freinée même si les plaintes s'accumulent.
Le meilleur moyen de lutter est de ne pas y aller et d'informer ceux qui y sont de ce qu'ils y laissent en liberté et en sauvegarde de la vie privée sinon Facebook, comme ils l'ambitionnent, deviendra un lieu de passage obligé ou à tout le moins difficilement contournable, à l'instar de Google et de ses dizaines de sites rachetés à coups de milliards qui leur permettent de savoir qui vous êtes, ce que vous consultez, ce que vous aimez, où vous vous trouvez, le contenu de vos mails....
Vive la concentration et la "concurrence libre et non faussée". Big Brother is watching you.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.