Facebook en bourse : pourquoi le fiasco
à l'étranger

Facebook en bourse : pourquoi le fiasco

Les banques d'affaires mises en accusation par les autorités et des actionnaires

Réservé à nos abonné.e.s
Malgré un emballement médiatique mondial, l'introduction en bourse de Facebook est un flop : lancée à 38 $, l'action a baissé de plus de 15% en quatre jours. La banque d'affaires Morgan Stanley, qui a dirigé l'opération, se retrouve sur le banc des accusés. En accord avec son client, elle a relevé le prix d'introduction et fait augmenter le nombre d'action disponibles, alors que seuls quelques initiés étaient au courant que les prévisions de résultats de Facebook étaient plus que moyennes.

Zuckerberg et Facebook peuvent toujours se féliciter. Ils auront au moins ramassé 16 milliards de dollars en Bourse. Résultat honorable, même s'ils en espéraient 20 milliards...

comme le montrait le New York Post du 19 maipicto

Mais tous les acteurs de cette introduction en Bourse ne sont pas satisfaits, loin de là : plusieurs groupes d'investisseurs attaquent devant une cour fédérale Facebook et les banques partenaires qui l'ont organisée (Morgan Stanley, mais aussi JP Morgan Chase, Goldman Sachs, Bank of America et Barclays), souligne le Financial Times.

Les plaignants demandent à pouvoir lancer une action en justice collective (class action), qui pourrait coûter tr...

Il vous reste 87% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.