100
Commentaires

"Et si on conditionnait les aides à la presse à la création de médiateurs ?"

Qu'est-ce qui peut bien pousser un journaliste à inventer un faux témoignage, à diffuser une information non vérifiée, ou au contraire, à étouffer une révélation potentiellement fracassante ? C'est le genre de questions que se pose le dernier invité de notre série d'été, le sociologue Cyril Lemieux. Dans Mauvaise Presse, ce directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) cherche à comprendre ce qui amène les journalistes à commettre les "fautes professionnelles" qui fondent les critiques récurrentes envers la presse : collusion, voyeurisme, superficialité, suivisme … Il nous expose ses conclusions, au cours d'une séance de passage à la moulinette sociologique de quelques cas d'école récents (l'affaire DSK), moins récents (le Watergate), et d'une poignée de mythes journalistiques.

Derniers commentaires

L'interview a l'air hyper intéressante (j'en suis à 13mn) mais j'avoue que la journaliste me tape un peu sur les nerfs...
Elle ne cesse de couper Cyril Lemieux, que j'imagine être placé dans la situation du spécialiste à qui on demande de s'adresser à des non spécialistes.
Ce qui doit être déjà assez déroutant, et m'évoque certaines réflexions de Bourdieu concernant le mode opératoire de l'interview de télévision telle qu'on la subit depuis des décennies...
Rythme rapide, on attend pas que l'intervenant finisse son propos, on lui repose une autre question sans avoir entendue la réponse de la première en entier, on se fixe sur une question en la répétant sans s'apercevoir que l'intervenant y a déjà, ou va y répondre... etc...etc...

Y'a du boulot pour cette journaliste, à qui je ne veux pas de mal évidemment.
Mais c'est assez énervant..
je suis en train de visionner l'émission, après avoir lu le papier qui l'introduit, papier à nouveau fort intéressant. juste à la droite de lemieux (donc à gauche pour nous), sur un rayon de son bureau relativement vide et tout à fait austère, un bouquin : "la cité des satyres", de f. lissarrague (ici, présentation sur FQ, magnifique texte de présentation par munier) : comme quoi un sociologue a mille intérêts, dont l'anthropologie de la grèce antique...
j'ai beaucoup aimé sa manière de parler de la communication intra/inter-espèces, qui a des liens tout de même très puissants avec l'éthologie. je redoute juste que cette clef d'analyse, ce point de vue, ne débouche sur un nouvel avatar de la redoutable neuro/bio-sociologie. mais je ne demande qu'à être rassurée...
Exercice pratique :
L'adolescente voilée qui disait s'être fait agresser à Trappes s'est défenestrée
Avec des titres comme celui-ci, Le Monde doit-il continuer à recevoir des aides publiques?
Je découvre aujourd'hui seulement (avec un mois de retard, jour pour jour, donc) cet article dans lequel DS présente la série d'été proposée par Justine Brabant.
Peut-être ai-je été inattentif (un abonné lambda doit il être attentif ?) mais j'ai vague sentiment que la présentation de cette série d'émissions a été un peu négligée. J'aurais bien vu, par exemple un bandeau en haut de la page d'accueil du site avec des images animées et des trucs qui attirent l'oeil. Ca aurait mis les @sinautes dans des meilleures dispositions et nous aurions peut-être entendu moins de grincements de dents (dont les miens, je l'avoue).

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Bravo pour cette série ! De loin la meilleure série de l'été d'ASI à mon humble avis.
Je suis tout de même étonné qu'une série d'été sur la sociologie, organisée par un site de critique des médias et qui prétend ne pas être limité par le temps (cela a été répêté à maintes reprises durant les interviews) tombe dans un bon nombre des travers dénoncés par Bourdieu :

- interruptions inopinées par peur que le spectateur ne comprenne pas un concept (demande d'explications, d'exemples)
- de même avec la peur du mur de 25 minutes qui va, forcémment, ennuyer le spectateur
- mise en scène du chercheur comme un fast-thinker avec l'exposition à des documents et une demande de commentaire immédiat

Ajoutons à cela une avalanche insupportable de "heinhein", "d'accord", "ouais" et autres onomatopées sensées rassurer l'interlocuteur et on arrive à un format plutôt agaçant. C'est dommage parce que le propos des chercheurs invités était intéressant et aurait pu l'être plus encore si on leur avait laissé le contrôle des moyens de production...
Petit bilan personnel à l'issue de cette série d'émission: globalement positif, principalement car ignorant presque tout du métier des sociologues, elle m'a permis de le découvrir. Néanmoins, la durée des émissions - près de deux heures chacune - demande un réel effort qui peut être dissuasif. Pourquoi ne pas proposer une retranscription écrite. D'accord, c'est un budget mais pour naviguer à son rythme dans un document et choisir de passer rapidement ou s'attarder sur un point précis, la technologie du texte "imprimé" reste incomparable.

Néanmoins, cette série est marquée par des choix cruciaux, que j'aurais tendance à qualifier de biais, d'autant plus importants qu'ils reflètent la ligne éditoriale générale d'@si, le média des journalistes qui critiquent les médias:

Tout d'abord, aucun cas n'est fait d'un acteur important : le public, à tel point qu'il est difficile même de le nommer: consommateur ? Lectorat ? Audimat ? MAC ( machine à cliquer ) ? Temps de cerveau humain disponible ? Il serait bénéfique de savoir ce que les sociologues ont à dire sur ces questions : qui regardent encore les JT ? Qui lit la presse payante / gratuite ? Internet ? Google news ? Pourquoi y-a-t il plus de blogs que de lecteurs de blog ? Etc. Etc. Etc. Etc. Etc. Etc.

Ensuite - c'est sans doute lié - on assiste à une double réduction du sujet traité : des médias à l'actualité, et de l'actualité à l'actualité politique.
Du coup, la seule question qui vaille d'être traitée est la relation des journalistes avec les politiques. Donc, connivence bla bla bla. Est-on vraiment certain que c'est le sujet principal ? Et ce biais en induit implicitement d'autres, qui furent pourtant dénoncés depuis longtemps: un surestimation de l'importance de la parole publique, que celle-ci soit prononcée par des politiques ou par des journalistes. Ces deux corporations s'accordent à penser que ce qu'ils disent est la chose importante, à tel point que la question n'est même pas posée. Faut-il rappeler que le référendum sur le TCE en 2005 fut perdu contre l'avis de tout ces braves gens ? Enfin, on accorde une attention démesurée au contenus des médias, c'est à dire à l'événement tout en ne faisant que surfer dessus. Une "actualité" chasse l'autre. Cette question de l'illusion de l'importance du "contenu" des médias a été posée - et il faut bien le dire, résolue - il y a cinquante ans. Faut-il citer des noms ?
Bonne émission par contre, le cameraman... Aïe, le cameraman...

Pourquoi est-ce qu'il zoome sur la jeune fille alors que c'est le type qui parle ???
J'imagine qu'il essaie de palier au manque de caméra : avec 2 cam on fait un champ contre champ au montage et ça roule.
Alors il met de la fantaisie, il se lance dans l'original et c'est souvent insupportable.
Le dogme du mouvement de caméra sinon le spectateur s'en va, faut le mettre aux oubliettes. On est pas sur MTV là, on écoute un sociologue donc ça va, laissez un plan fixe et laissez nous voir ce qu'on écoute.
"Alain Decaux raconte" c'était du plan fixe et, pour peu que le sujet intéresse, on ne s'endormait pas.

Sinon l'emission est intéressante, merci.
Je viens de recevoir un message de notre ami Varlin concernant les émissions de cet été

Un message important dont je vous laisse prendre connaissance :

[quote=Varlin]Bonjour,
C'est là que je regrette d'être banni... Ne pas pouvoir dire sur le forum que Cyril Lemieux (comme Dominique Wolton, Corcuff, etc) appartient à la catégorie de ceux qui, pour les critiques radicaux des médias comme Serge Halimi (ou les animateurs d'Acrimed), ne cherchent pas vraiment remettre en cause l'ordre médiatique existant. Il est vrai que proposer de conditionner les aides à la presse à la création de médiateurs, quand on connait le rôle d'édredon des médiateurs, c'est vraiment le degré zéro de la contestation.
Voir ici cet article :
http://www.homme-moderne.org/societe/media/halimi/pouracrimed/extraits1.html

Cordialement
Varlin



PS :Daniel, si vous pouviez redonner la parole à Varlin, nous ne serions pas dans cette situation complètement absurde où nous sommes obligés* d'écrire ses messages... Eh si, en grand seigneur, vous redonniez la parole à Varlin...

(*) Notre conscience morale nous y oblige
étonnant : pas un mot sur les "propriétaires" de presse !!

Le groupe Perdriel (ou groupe Nouvel Observateur) est un groupe de presse français dirigé par l'industriel Claude Perdriel sanibroyeurs SFA PAR
Le Point : Il appartient à François Pinault via la holding Artémis
Le Figaro est actuellement, et depuis 2004, la propriété de l'industriel et sénateur de l'Essonne, Serge Dassault
L'Express : Le Groupe Express-Roularta est un groupe de presse français, filiale de Roularta Media Group. Le groupe a été racheté à Dassault en 2006.
Le Monde est la propriété du groupe Le Monde, détenu depuis 2010 par les hommes d'affaire Xavier Niel, Pierre Bergé et Matthieu Pigasse5

Libération : renfloué par Edouard de Rothschild et détenu par Pierre Bergé
etc...etc...
et si nous revenions à la conception du programme du CNR ?
J'ai regardé/écouté les émissions pendant l'été en faisant mes confitures(véridique!). Le fait est que ce ne sont pas des émissions de télé/web mais de la radio. Le format télé demande du montage. Les hésitations, reprises de paroles... sur l'écran, sont vite insupportables. Daniel s'en sort mieux (ou même Maja) parce qu'il a du métier, de l'expérience. Il faudrait réfléchir à ça dans le futur je crois. On peut être rigoureux, exact... sans interrompre son interlocuteur sans cesse comme sur les chaînes commerciales; chercher à soutenir l'attention du spectateur fait malgré tout partie de l'exercice.
La Maison des Sciences de l'Homme (complice de l'EHESS) qui a construit un infect bâtiment sur la prison du Cherche Midi (Carrefour Raspail- Cherche midi) Celle-là même où Honoré d'Estienne d'Orves, ami de mon grand-père a été enferme, torturé, avant d'être exécuté le 29 août 1941 à Suresnes !

Puis l'a laissé à l'abandon depuis plusieurs années avec une parfaite élégance, cette horreur architecturale menace ruine aujourd'hui (photos sur demande) ! C'est bien le bla-bla, les actes c'est beaucoup mieux !

PG

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Justine, où peut on trouver des infos sur la dissidence entre Boltanski et Lemieux?
"Et si on conditionnait les aides à la presse à la création de médiateurs ?"

Cette très instructive série d'été se termine par une émission nécessitant d'être réfléchie tout particulièrement. La question-titre réfère en effet à ce qui constitue la nouveauté de la sociologie dans l'après-Bourdieu. À savoir, élargissant la critique du "médiacentrisme", expressément évoquée par Lemieux, elle implique une critique généralisée de ce qu'il faudrait appeler le "campo-centrisme" de la sociologie de Bourdieu. Cela apparaît en fin émission par l'évocation du rôle de contre-champ que le public virtuellement constitue face au champ journalistique, et plus largement médiatique. Il s'agirait selon Lemieux d'activer cette virtualité autrement qu'elle ne l'est présentement en établissant une alliance entre les meilleurs des journalistes et de leurs "récepteurs", lesquels accèderaient ainsi à la condition de co-producteurs. (À la réflexion, c'est cela que représentait, idéalement du moins, dans le passé, la relation de la rédaction du Monde à ses lecteurs).

Plus généralement, à la réduction de la sociologie à l'analyse des champs, il s'agirait d'opposer la prise en compte également de l'action de ceux dont le comportement ne s'inscrit pas tout simplement dans ces champs, mais en constitue la contre- condition. Condition, car que serait en l'occurrence un champ s'il n'était ordonné à ceux à qui s'adressent ses produits ? Mais contre-condition, car ces "récepteurs" ne sont pas sans déterminer de l'extérieur les limites de la culture du champ en question.

De sorte qu'à la différence du montage au cinéma par champ-contrechamp - où ce dernier, le contrechamp (sans trait dit d'union) est intégré au champ - le contre-champ (avec trait de dé-limitation) évoqué ici, réfère au réel hors-champ dont l'interrogation, elle, excède la portée de la sociologie - qui n'est jamais qu'une branche de cette anthropologie dans le rêve "scientifique" de laquelle notre pensée s'est endormie.*

* Cf. l'évocation par Foucault du "sommeil anthropologique" qui constitue sa version du kantien "sommeil dogmatique".
ça sera peut être pour l'été prochain.
On aura surement aussi des sociomachins qui nous dévoileront une fois de plus la banalité de la sociologie asociale.
Quel ennui ces émissions de l'été !
Vivement la rentrée...
Aimable discussion qui en définitive n'a pas de grand contenu informatif, mais ce monsieur est très intéressant.

Quant au fait de conditionner les aides à la presse à la création de postes de médiateurs, quel doux rêve.
Excellente émission qui a le bon goût de délivrer une vision non complotiste du métier ( la fameuse connivence etc. ) en démontant les multiples contraintes qui pèsent sui lui. Par contre, je trouve excessivement étrange l'adjonction du qualificatif "naturelle" à "grammaire", qui sonne comme un oxymore à mes oreilles. Est-il possible de connaître la généalogie de ce concept ? ( influence de Chomsky ? ). Grammaire dont l'étymologie renvoie à la magie des grimoires - les grammairiens étaient considérés comme des sorciers par les illettrés - et qui évolua aussi en glamour ( ces ensorceleuses nous jettent des sorts ).

La sociologie comme magie naturelle ?
Suis-je le seul à ne pas avoir regardé une seule de ces émissions d'été?
Non, cher Nicolas.
J'ai TENTE de les regarder, toutes, et au bout d'un quart d'heure j'ai abandonné.
Impossible de rester, impossible.
Voilà quelque chose que je n'aime pas dans les vacances...
Heureusement, ce genre de choses a une fin.
Sur toute la série d'été (et la durée des vidéos) : et si "moins", c'était "plus" ?
Personnellement je les ai tous regardé mais il m'est difficile pour moi de faire une synthèse de ce que j'ai vue comme peuvent le faire des spécialistes tel Tom p.e.

La dernière émission, je ne sais pourquoi m'est apparu plus clair

Je retenterai d'autres visionnages

De plus, j'ai profité de l'été pour regarder les émissions "Lignes Jaunes" que j'ai podcasté et encodé pour l'occasion, un plaisir de revoir des émissions cultes comme celle sur le premier livre d'@si, le dati-bashing, L'affaire d'Alongeville, les journalistes Techniques entre autres...
il y a encore queqlues sociologues marxistes.
Bonjour.
Formidable.

La liste des propositions de cours ArchivesAudiovisuelles a l'air géniale. Je retrouve pratiquement tout mon index personnel (Callon/Latour en particulier). Une petiotte faiblesse - qui traverse un peu toute la série aussi - du côté de l'antiutilitarisme, représenté par le seul Aymard-Duvernay.


Est-ce que une remise en forme ou même une synthèse générale des cartographies est au programme ?
Mais pourquoiiiii c'est fini ?

Ce n'est pas comme l'été, même si ça se passe l'été, parce que l'été il va bien finir... mais des réserves de sociologues à passer au grill, il y en a à la pelle, il n'y a pas de raison que ça s'arrête !

C'est trop injuste.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.