86
Commentaires

Et maintenant, les facho-gamers ?

Les contours du #GamerGate, dont nous vous racontions les prémices fin août, se précisent petit à petit. Alors qu'une guerre ouverte a été déclarée, sur fond de misogynie, les "pro" et les "anti" Zoe Quinn, le site de jeu vidéo Merlanfrit dresse le portrait de ceux qui s'acharnent contre la développeuse. Et on les découvre très à droite, et pas toujours très fans de jeu vidéo.

Derniers commentaires

A propos de vie sur internet, ce qui serait chouette, super, peut-être peu évident, c'est une émission,un arrêt sur images sur Etienne Chouard, pour mieux comprendre. Car dans les réseaux de gauche, il est associé à l'image du mec qui pense et pense très à droite, avec entre autres ces images qui passent avec des membres de l'extrême-droite et des analyses très très négatives. D'un autre côté, on voit ici et là ce mec parler, et qui semble réellement simple et droit (cf http://vimeo.com/97599634?from=outro-embed ou le aux sources ici publié).
Si l'article d'ASI a pour but de faire un simple résumé des synthèses du Monde/MF, alors il est plutôt bien fait. Car oui ces articles sont pas du tout équilibrés. Dans celui de MF il y a des commentaires intéressants cela dit (de tous bords).
Ni le mot "nébuleuse", ni le mot "nauséabond" n'apparaissent dans cet article. Avec le teaser du titre on pouvait s'attendre à mieux. Il est donc raté^^

A mon sens, le commentaire de Grégory Makles ci-dessus est éminemment plus informatif et pertinent. En même temps il n'est pas forcément journaliste.
Je suis lecteur journalier de RPS (où écrivait l'un des journalistes ayant eu une relation avec la développeur)(il me semble qu'il a quitté depuis, autour des dates de l'affaire, à vérifier). On ne peut pas dire en tous cas qu'il y ait eu, sur RPS de favoritisme significatif de Zoe Quinn dont les jeux n'ont jamais été classé dans les références du site qui pourtant est facilement client de ce genre de titre. Par contre, il y a proximité entre les postures éditoriales du sites (moralisante, progressiste, comme Libé mais en sympathique car moins arrogant) et les idées de Zoe Quinn mais difficile de dire qui influence qui si influence il y a. Si j'ai bien compris le journaliste de RPS aurait fait un ou deux articles sur elles sans préciser leurs relations. Bon, pas impeccable, mais ce n'était pas des tests et la légitimité de l'interview dans la ligne éditoriale ne posait pas de doute.

La première chose qui me frappe, c'est donc "tempête dans un verre d'eau". Les jeux de Zoe Quinn sont peu connus et peu vendus, son travail semble plus artistico-militant qu'une affaire pour 50 millions de consommateurs. Qu'il y ait un agacement sur les accusations systématiques de discrimination anti femme à l'intérieur des jeux vidéos je le comprends. Que celui ci ramène aussi bien des gens contrariés par les distorsions du réel* (comme moi même) et des gens en vendetta contre les femmes (certains commentaires sont effectivement horrifiants) et que tout ça nous fasse, avec un camp inverse pareillement divisé -à mon sens- entre les ami(e)s du réels et les trolle(sse)s, on a là la recette d'un des mille débats malsains qui agitent de ci de là lasociété. Mais plutot le 1000ème que le centième parce tout de même si on suit les liens de cet articles, on tombe sur des vidéos vues entre 3000 et 40000 fois, ce qui, pour de la polémique jeu vidéo sur internet, n'est rien du tout. Mais, alors, rien, hein!

Du coup je m'interroge: je n'ai pas appris cette affaire par les sites jeux vidéos, mais par lemonde.fr et @si. Ce semble indiquer que le vecteur de diffusion ne serait pas tant le jeu vidéo que la énième "story" d'une militante féminisme qui, dans son juste combat, a réveillé la bête immonde XY dans sa version "jeu vidéo". Sachant qu'on parle d'une militante insignifiante, dans la portée de son oeuvre et de sa notoriété, qui a agité... bon pas grand monde non plus, en tous cas dans les milieux gamers qui face à ce type d'histoire va plutôt se relancer un petit Dota 2 parce que pffrt. Est ce que tout ça mérite bien qu'on le mentione ? Parle-t-on ici d'un problème réel du jeu vidéo ou d'une normalité statistique considérant que c'est un loisir de masse ? Et même dans cet optique, ne fait on pas ici l'équivalent de la couverture de la manifestation pro voile, dont Daniel avait fort justement fait remarquer qu'elle était dérisoire en terme d'amplitude ? En outre, considérant la légitimité douteuse de ce sujet pour un débat de société, Zoe Quinn a-t-elle l'utilité qu'on asticote les potentiels instables ayant la déviance nécessaire à lui pourrir la vie ?

*: y compris quand mes petits cheris @si et Canard PC ont réussi à exposer comme évidente la thèse du jeu vidéo principalement masculin en omettant que the Sims, dont l'équipe est majoritairement féminine, était alors le jeu vidéo le mieux vendu, et en partant du postulat surprenant selon lequel les jeux facebook très joué par les femmes comme Farmsville ne devait pas non plus être pris en compte pour des raisons d'élitisme qui de fait était surtout un élitisme macho de nos journalistes progressistes pas du tout conscient (mais rigolo à relever).
Anita Sarkeesian et Zoe Quinn sont des psychopathes/narcissistes notoires et s'inventent des harcèlements fictifs pour récolter des donations. Mais bon, ce sont des femmes, donc ce sont obligatoirement des victimes, vous n'imaginez pas le drame constant que vivent les américaines blanches CSP+ ... Arrêtez de geindre, petites africaines victimes de mutilation génitale, y'a des nichons dans les jeux video, ça c'est giga important pour le féminisme contemporain.
Désolé, mais je pense que cet article est écrit avec les pieds et seulement réservé à des spécialistes.

Et franchement je ne paie pas pour lire ce genre d'article confus et mal écrit, citant un nombre inconsidéré de personnes.

Machin qui dit que truc ne joue pas mais avait déclaré en 2012 que Untel disait que les filles... etc.

Papier plus que nul !!!
Cet Aurini a une bonne tête de c** quand même.
Il aurait voulu le faire exprès qu'il n'aurait pas pu...
J'espère qu'@SI prépare une suite à cet article (un dossier, une émission, un C'est pas qu'un jeu,...) parce qu'en l'état @SI a juste massacré les textes de Merlan Frit (en y retirant toutes les nuances et les retenues) pour les résumer à une histoire de réactosphère, alors que les évènements des derniers mois, croisés et complexes, avaient tout pour fournir, s'ils étaient traités avec effort de rigueur, de compréhension et de neutralité, une illustration pertinente du fonctionnement de l'Internet des personnes, des communautés issues du monde des joueurs, du sexisme et du féminisme à l'heure d'Internet, des nouvelles formes de communication et de leurs particularités. @SI a aussi raté l'occasion de s'interroger sur le jeu, les joueurs, le jeu vidéo (premier produit culturel de notre ère en termes de ventes et d'influence sur les moins de quarante ans) et ses évolutions.

Une toute aussi bonne illustration que la (les ?) affaire(s) Dieudonné, et qui reçoit à l'instar de celle(s)-ci une attention dans la qualité du traitement bien en deça de ce qu'elle mérite (on remerciera Merlan Frit pour l'effort). On retrouve les mêmes biais dans l'identification totale de la masse aux leaders, l'absence de réflexion sur les représentations de ses adversaires par chacun des camp, et le mépris des gens de la masse qui, s'ils ne sont pas parfaitement rationnels (qui l'est ?), restent animés par des motivations qu'il serait bon de décrypter.

Comprendre avant de condamner. Cela semblait pourtant évident.
L'article de Merlan Frit ne dit pas que l'Internet Aristocrat est Eron Gjoni.

Je cite : "Le 16 août, Eron Gjoni, l’ex petit ami de Zoe Quinn publie, sur un blog créé pour l’occasion et intitulé thezoepost, le billet qui a ouvert la saison de la chasse. Dès le 17, un teaser fait le tour des réseaux sociaux, promettant pour le lendemain la vérité sur la « Quinnspiracy ». Le 18, un youtubeur connu sous le pseudonyme « Internet Aristocrat » connaît son heure de gloire grâce à l’affaire Quinn"
[quote=Robin Andraca]Qu'est ce qui leur était reproché exactement ? D'avoir activement milité pour que soit inclus sur la page de Zoe Quinn un paragraphe sur les accusations de "mauvaise conduite personnelle et professionnelle".

C'est vrai quoi, ils se contentaient de militer activement pour que la première page associée à Zoe Quinn sur google, la page de wikipédia, soit le déversoir de rumeurs nauséabondes sur son activité sexuelle avec un paragraphe intitulé "mauvaise conduite". Pas de quoi s'énnerver hein ! Juste un lynchage misogyne, rien que de très ordinaire.

Comme dirait Coluche c'est : "un prêté pour un vomi".

Ce n'est pas moi qui iraient les plaindre ceux-là !
Le milieu des joueurs est donc le nouveau théâtre d'un débat devenu traditionnel dans le milieu politique, opposant le peuple profond, dont les revendications seraient ignorées par une grande partie des médias, et une élite "progressiste", davantage soucieuse de représentation féminine dans le jeu vidéo.

Je ne comprend pas ce passage. C'est dans le milieu politique ou dans le milieu des joueurs que le peuple obscurantiste affronte l'élite progressiste ?
Au passage qu'en sait on de la "majorité silencieuse" (dans le milieu des joueurs, le milieu politique ou dans la vraie vie, ça marche aussi) ? Si ça se trouve, la majorité du peuple profond des joueurs trouve que les clichés sexistes et racistes dans les jeux et dans les forums de jeux sont lourdingues. C'est quoi le sex-ratio, dans la communauté des joueurs et dans le peuple profond ?
Sérieux, need a come back ?

La corruption de la presse n'est qu'un argument parmi d'autres. Faut-il vraiment publier un URI vers le passé pour que vous cessiez vos bêtises ?
Le sexisme a bon dos quand l'intérerée en fut l'étendard.

Le lien avec Sarkeesian est incompréhensible, toute opportuniste soit-elle.

Comment pouvez-vous justifier une corélation entre création ludique et une position politique, avec toutes les extrapolations de rigueur.

Votre prose vous déshonore.
Une éternelle bataille....rien n'est jamais acquis et beaucoup de choses ne sont pas encore gagnées...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.