38
Commentaires

Effet Panama : Bercy cherche comment aider Stéphanie Gibaud

Quid des lanceurs d’alerte après les Panama papers ? Interrogé sur le sujet dans Cash Investigation diffusé mardi 5 avril sur France 2, le ministre des finances Michel Sapin s’en est remis à la loi (light) en préparation. Et sur le cas de Stéphanie Gibaud, lanceuse d’alerte de l’affaire UBS – reçue sur notre plateau – qui vit aujourd’hui une situation précaire ? Le ministre n’a pas voulu s’engager face à Elise Lucet mais son cabinet assure aujourd'hui vouloir l'accompagner.

Derniers commentaires

Qui peut encore croire les promesses de tels politiciens complices de l'oligarchie financière ?
Sapin n'a qu'un seul et unique objectif : faire taire tout ces empêcheurs de magouiller en rond. N'espérez pas qu'il contribue de près ou de loin à protéger les lanceurs d'alerte. Comme tous les membres de la "caste" il lutte becs et ongles pour préserver ses privilèges et ceux de ses amis. Les lanceurs d'alerte doivent impérativement apprendre à se dissimuler et à ne jamais s'exposer à la vengeance de la "caste". Un particulier de bonne foi n'a aucune chance de faire tomber un Cahuzac. Et si par miracle il y parvient, il en est puni jusqu'à la 7ème génération, avec l'aide active de l'état, tout entier au service de la "caste". Il faut absolument contacter des journalistes coutumiers du fait et exiger d'eux d'être parfaitement anonyme.

Quant à l'aide de Bercy pour aider Stéphanie Gibaud, en bon français ça s'appelle le baiser de la mort. Bercy est truffé de types comme Cahuzac qui rêvent de pouvoir jeter en prison ceux qui dénoncent leurs turpitudes. La preuve ? Ce truc délirant qu'on appelle le "verrou de Bercy" (cherchez un peu, vous verrez comment ça marche - saisissant). Si Bercy vous appelle et vous propose de vous aider, dites que c'est un faux numéro et qu'il n'y a personne de ce nom.
Coup de gueule de Denis Robert sur Facebook :

J'ai vu "Cash Investigation" hier, me suis tapé les flashs des chaînes tout info et le "Grand Soir 3", je regarde les titres dans les kiosques à journaux... "Panama papiers, l'onde de choc"... Comment vous dire? Comment vous dire ce que je ressens sans passer pour un cuistre ou un donneur de leçon? Quand même... Des panaméennes à Panama?!!! Houlala. Des banques françaises avec des filiales dans les paradis fiscaux?!!! Houlalalalala... Et Sapin (le ministre, il ressemble de plus en plus à Gorbachev, non?) qui vient s'émouvoir sur le sort des lanceurs d'alerte. Qu'est ce que tu as glandé mec depuis deux années qu'on t'explique que c'est grave? Qu'est ce que tu as fait pour Antoine Deltour? Pour Hervé Falciani? Pour Stéphanie Gibaud? Et -au hasard et en passant- pour moi qui me suis tapé 63 procès pour dénoncer en gros la même chose (off shore, banques françaises avec filiales dans les paradis fiscaux, effacement des traces des transactions, etc) ? Rien mec. Pas bougé le petit doigt. Resté planqué dans ton ministère à user de ta langue de baobab. Et la droite qui la ferme avec le souvenir précis de son petit roitelet -Sarkozy- qui nous avait juré craché que c'était fini les paradis fiscaux. Quel connard! Quel immense connard, gargantuesque, goldmansacheste connard! Et le FN -les poches pleines, les yeux vides- qui nous sort le grand air de la manip. Et Hollande qui fronce les sourcils, pire qu'une marionnette de South Park. Bientôt ce sera Juncker, vous verrez... Les journalistes -en tête ceux du Monde- découvrent la Lune. Les politiques nous enfument. Il y a quelque chose de lamentable dans cet embrasement. De réjouissant, quand on voit des types comme Balkany ou Me Claude l'associé fraudeur de Sarkozy fuir les caméras... Mais quand même de lamentable. Pourquoi les journalistes ont-ils tant attendu? Pourquoi les politiques -Hollande en tête avec son foutu discours du Bourget- n'ont-ils pas bougé le petit doigt quand -tiens prenons celle-là- l'affaire Luxleaks est sortie. Rien. Pas un soubresaut. Alors, bon. Ne vous étonnez pas si on est debout la nuit. On va bientôt venir vous chatouiller les doigts de pieds. On n'est pas pour les têtes à couper. Limite, le goudron et les plumes. Allez le téléphone sonne, c'est France Infos. Demain Grenoble, les mecs. Pour une conférence à 19h30. Si j'arrive à prendre mon train. Il y a Merkel et Hollande à deux pas de chez moi à Metz. Toutes les rues sont bloquées. C'est un peu comme Achille Zavatta et ses fauves. En moins rigolo.
Ce qui est chiant avec les lanceurs d'alerte, c'est quand ils laissent penser qu'ils sont dans l'avion du président Bolivien. Après nous on est bien obligé de perquise Evo Morales, et puis on passe pour des connards...
On peut voir sur le site de JLM un entretien avec une journaliste qui a réalisé un documentaire (en ligne) sur deux femmes lanceurs d'alerte sur des maltraitances dans un IME. C'est toujours le même refrain, celui qui a le courage de dénoncer certaines pratiques scandaleuses sera sanctionné, "le premier qui dit la vérité.......". Si le pouvoir voulait réellement protéger et aider ces personnes, je ne doute pas un instant que la tâche serait aisée.
Le problème avec les lanceurs d'alerte, c'est qu'on ne peut pas les accuser de trahison. En effet, on ne peut trahir que les siens, or ils ne sont pas des nôtres, la preuve ils sont lanceurs d'alerte.
C'est bien beau de se plaindre de la non-protection des lanceurs d'alertes, mais quels solutions concrètes? Car le sujet est loin d'être simple. Et ce n'est pas qu'un problème de gouvernement qui veut protéger ses copains, loin de là.

Il y a déjà deux catégories de lanceurs d'alertes: ceux qui alertent des pratiques de leur gouvernement (Snowden) et ceux qui alertes des pratiques d'entreprises privées (Gibeaud). Les deux ont des problématiques très différentes et ne peuvent être traitées de la même manière.

Dans le premier cas, il faut une loi qui protège le lanceur d'alertes contre son propre gouvernement. Une loi qui protège les membres des services de renseignements ou militaires qui vont donner des renseignements confidentiels aux journalistes en gros. Vous voyez le problème? La limite entre «héros lanceur d'alerte» et «traitre à la patrie» est floue et complètement idéologique.
Pour cette catégorie, il y a peu de chances qu'ils n'obtiennent quelque chose un jour, tant le sujet est délicats et les gouvernements peu désireux de se couper l'herbe sous les pieds.

Pour la seconde catégorie, c'est plus simple côté légal. Sur le papier, ils sont censés avoir le gouvernement de leur côté lorsqu'ils dénoncent des pratiques illégales privées. On peut leur apporter une aide judiciaire et autres soutiens, mais pour la suite c'est plus délicat. Face ou CV pourri et au délit de sale gueule à l'embauche, que peut faire le gouvernement? Forcer une banque à embaucher Mme Gibaud? Lui donner une rente à vie? De plus si elle est vraisemblablement grillée dans certaines boîtes et secteurs, ce n'est sûrement pas le cas partout. Comment évaluer la perte?
Pour cette catégorie, tout ce qu'on peut faire, c'est fournir des procédures et des moyens pour tirer la sonnette en gardant l'anonymat, sans garanties bien évidement.
Pauvre petite fille qui aurait mieux fait de se taire plutôt que de dénoncer des contribuables et des entreprises obligés de fuir la France écrasés par la pression fiscale.
Qu'elle attache sa ceinture et surtout qu'elle quitte la France le plus vite possible car nous n'avons que faire de tous ces personnages aigris qui , par leurs actions et leurs propos , tentent de démobiliser nos concitoyens, dans une période où nous devrions nous retrousser les manches.

Il ne serait pas étonnant d'ailleurs que cette héroïne de bazar fasse partie des fainéants avachis toutes les nuits à Paris et dans d'autres villes de France.

Pour pouvoir veiller autant, il y a fort à parier que nous ayons affaire à des bataillons d’assistés, de parasites qui doivent vivre d'aides sociales ou de subventions des collectivités locales.

Quel contraste entre cette France avachie qui rêve du grand soir, sic et celle qui se lève tôt, qui pour faire cuire du pain , qui pour animer des matinales avec talents comme Patrick Cohen ou Yves Calvi.
C'est triste a dire, mais je trouve Stéphanie Gibaud bien naïve si elle croit une seule seconde que Sapin va - ne serait-ce qu'essayer - de l'aider ...

http://www.marianne.net/panama-papers-france-remet-panama-liste-noire-6-semaines-apres-avoir-felicite-100241830.html
http://www.marianne.net/sites/default/files/9018-100241830.jpg
2 ans que sapin a rien foutu ! des journalistes "tués" , voir et lire denis robert . Merci ( pour une fois au canard enchainé ) pour sa photo de sapin avec le ministre du panama ( il y a 6 semaines ) .

Sapin est une énorme Merde !
"cash investigation" c'est très faux-cul comme émission. Il suffit de connaitre un peu un sujet que cette émission aborde pour s'apercevoir qu'elle occulte ce qui est le plus important. C'est le cas de touts documentaires ou reportages en général à la TV; Si vous ne connaissez rien au sujet abordé ça semble très bien.

Quant-au cas de Mme Gibaud, là franchement je ne comprend pas qu'on l'a défende à ce point : Car enfin voilà une femme dont le métier chez UBS était de racoler des clients potentiels fortunés, après cela elle les dénonce........c'est quoi cette tournure d'esprit ?.......Ensuite elle tente de rentrer en politique par le biais du parti "Debout la France" de Nicolas Dupont-Aignan....Et après ça elle veut faire croire qu'elle est honnête et se prend pour une victime.

Comment faire confiance a une telle personne ? pour ma part je ne pourrais pas.

Après cela elle va peut-être s'enrôler dans un mouvement féministe par vengeance....qui sait ?
Arghhh, dommage, si ça avait été peu mieux tourné on aurait pu penser Consenses39 !
"Effet Panama : Bercy cherche comment aider Stéphanie Gibaud"

... pour la faire taire ?
Ah ben ils ont parlé d'aide mais après...pas de précisions, pas d'chocolat !
Ne pensez-vous pas que cela pourrait être la morale qui l'a poussé à abandonner ces activités ? Ou la prise de conscience que l'intérêt général passe par-dessus les abus d'une minorité dominante ? Peut-être vos préjugés et partis pris vous ont occulté le fait qu'elle a peut-être trouvé quelques chose de moral chez Dupont-Aignan.
Mais si votre propre personne est capable de dormir la nuit alors que vous êtes complice de crimes et délits, elle vient de libérer une place pour vous.
"Car enfin voilà une femme dont le métier chez UBS était de racoler des clients potentiels fortunés, après cela elle les dénonce........c'est quoi cette tournure d'esprit ?"

C'est celle qui est préférable à continuer à le faire?
Le message est clair: voilà ce qui vous arrivera si vous lancez une alerte. Tenté? Non?
Ohhhh, ben c'est dommage alors.
Dans le privé, faire gagner 18 Milliards d'euros à son entreprise est rémunéré plusieurs millions...
En tant que citoyens, faire gagner cette somme à son pays, c'est la rue, génial !
Moralité: Mieux vaut être un patron qui licencie qu'un citoyen qui réfléchi.
L’État recrute chaque année quelques milliers de contractuels. La procédure est souple (hors contrainte des concours). Ce serait le minimum que d'en proposer un à cette dame.

Et des excuses à Snowden... mais ne rêvons pas.
Sur ce sujet des lanceurs d’alerte, Geoffroy De Lagasnerie avait eu des réflexions intéressantes.
Beaucoup plus intéressantes que celles pour lesquelles il fut invité sur ASI.

Enfin… je trouve. :)
Très intéressant, mais effet "Cash investigation" serait plus juste comme titre : où on voit que 1) les anciens médias comme la TV à papa sont encore un contre-pouvoir important, à condition de faire des enquêtes justement, des vraies 2) le style putassier y a que ça de vrai
Sapin est à la gauche ce qu'une salle de marchés est aux cîmes des Alpes.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.