105
Commentaires

Economistes : la guerre entre orthodoxes et hétérodoxes est déclarée

Rien ne va plus dans le petit monde des économistes divisés entre orthodoxes – les tenants d’une vision néolibérale de l’économie – et les hétérodoxes – les autres. Objet de cette guerre ouverte à coup de courriers au ministère ou de tribunes publiées dans les médias ? La création d’une nouvelle section d’économie au sein du Conseil national des universités (CNU) qui délivre, entre autres, les sésames pour enseigner. Cette nouvelle section souhaitée par l’Association française d’économie politique (AFEP) – qui regroupe les hétérodoxes – a tout d’abord été soutenue par la ministre de l’éducation Najat Vallaud-Belkacem avant qu'elle fasse volte-face sous pression des orthodoxes. Lesquels sont vent debout contre une nouvelle section "fourre-tout" qui va servir à caser les "ratés" ou "frustrés" du système universitaire. Ambiance.

Derniers commentaires

Paul Jorion était le détenteur de la chaire "Stewardship of Finance" à la VUB. Il vient de recevoir son préavis de licenciement. http://www.lecho.be/economie_politique/belgique_flandre/Paul_Jorion_licencie_de_la_VUB.9674769-3155.art 11 septembre 2015 12:35
Des étudiants en économie de l'université de Manchester ont fini par organiser eux-mêmes des conférences en invitant les économistes qui les intéressaient.

« On ne nous a pas fait un seul cours sur Keynes, ni sur l’histoire des courants de pensées, ni sur la critique des théories économiques. L’excuse avancée par les professeurs, c’est que les autres écoles de pensée étaient obsolètes, inutiles pour comprendre le présent. »

Marx in the City, paru dans CQFD n°129
Comme pour toute religion, une seule solution pour contrer les économistes orthodoxes : le blasphème. Bernard Maris en était un virtuose, son élimination est une divine surprise pour tous les libéraux décérébrés qui, tels des zombies, hantent la totalité des médias.
Y a-t-il vraiment beaucoup de gens qui disent "nous sommes orthodoxes"? Le terme me semble intrinsèquement péjoratif...
Il y a un truc hallucinant. Qu'est ce qu'il faut pour obtenir la qualif CNU ? C'est marqué là : http://www.cpcnu.fr/web/section-5/recommandation-mcf .

En gros, il faut avoir enseigné l'économie. J'ai eu la chance d'obtenir des qualifs CNU dans d'autres sections. 192h de TD ou TP par an ont suffi (typique d'un contrat doctoral élargi). Ma copine, avec moins d'une centaines d'heures, à l'étranger et pas en français, en a obtenu aussi. Bref, rien de dur. Peut-être est-ce plus strict en section 5, mais de toutes façons, ce n'est pas ce qui irrite les "hétérodoxes".

Il faut avoir publié dans des revues à comité de lecture, ou avoir parlé (présenté des affiches ?) dans des conférences internationales. Et là, franchement, qu'un mec en doctorat n'aie pas réussi à publier un seul article dans une revue à comité de lecture… Ça fera sourire tous ceux qui sont passés par là. Les "hétérodoxes" pourraient nous présenter des exemples de dossiers de qualif CNU qui ne sont pas passés ? Pour l'instant, j'en ai pas trop vu. Et mon petit doigt me dit que le bât blesserait.

Sans exemple plus flagrant, qui va croire qu'on crée cette section CNU pour autre chose que permettre de recruter des médiocres, certes, mais des médiocres qui ont des idées "satisfaisantes", dans la bonne ligne ?
Evidemment,présentés ainsi,les hétérodoxes me sont plus sympathiques mais les uns et les autres sortent des statistiques bidons de leur chapeau,extrapolent sans vergogne des courbes sur 40 ans et leurs élucubrations pourraient se résumer à leurs parti-pris.
242 commentaires sur le toucher vaginal, 64 sur l'affrontement ortho-hétérodoxes en économie. Les chemins de la censure sont multiples et variés. Seul le résultat lui compte. La vie est un complot !
Ce mardi 3 février 2015

Un peu rustre quand même arte.., (l'émission est millésimée 2014, mais le plateau à la fin aussi?) pour n'avoir rien dit sur Bernard Maris.

Je ne cherche pas à comprendre, mais voir qu'il y a des gens lucides sur la question me soulage d'un poids de fatalisme.
Je sais que je ne peux pas comprendre les débats sur l'économie, pourquoi faire mine d'être capable d'expertiser? Car personnellement je pense que c'est l'Allemagne, seulement elle et non pas la Grèce, qui devrait sortir de l'€. Question tourisme, c'est une évidence et le mark fort ceci-celà. C'est dire mon niveau.
Pour ceux qui veulent comprendre plus généralement ce débat, lisez Steeve Keen ! (jusqu'au dernier chapitre).
Les paragraphes ne sont pas tous faciles, mais toujours de salubrité publique.

Pour quiconque à fait 5 mn de maths, 10 mn de physique, approché des modèles et s'est intorrogé sur la façon scientifiquement et rigoureusement défendable de considérer les choses, c'est limpide ! Et affligeant sur l'état de notre monde...

allez hop ! A vos lectures :-)
Rien de bien nouveau si ce n'est la publicité qu'on en fait
Ca fait des années que la guerre est déclarée:
La guéguerre des zéconomistes aura-t-elle lieu ?

Et de toute façon : Les économistes c’est comme le Père Noël, ça n’existe pas

Et comme le disait ce bon vieux Keynes en décrivant ce que devait être un économiste :
"Il doit être mathématicien, historien, homme d'Etat, philosophe, à un certain degré. Il doit comprendre les symboles et s'exprimer avec des mots. Il doit saisir le particulier en termes généraux et atteindre l'abstrait et le concret dans le même envol de la pensée. Il doit étudier le présent à la lumière du passé pour les besoins de l'avenir. Aucun aspect de la nature de l'homme et de ses institutions ne doit échapper entièrement à son regard. Il doit être, dans le même mouvement, résolu et désintéressé; aussi distant et incorruptible qu'un artiste, mais parfois aussi terre à terre qu'un politicien"
.....disait von relativiste.....
La pensée orthodoxe est - entre autres- une pensée binaire. Et la pensée binaire, tu l'aimes ou tu la quittes.
Ben oui, je ne suis pas économiste.
Ne soyez pas si modeste : selon les critères de J. Quatremer, vous l'êtes.
La proposition de Tirole de constituer un jury de "Nobel" (prix de la banque royale de Suède) et de médaille Clark pour départager les partisans et les adversaires d'une nouvelle section "économie et société" s'apparente à constituer un jury parmi la curie romaine pour donner un avis impartial sur une initiative des protestants...

La réponse de l'AFEP à Tirole "La diversité intellectuelle n’est pas source d’obscurantisme et de relativisme mais d’innovations et de découvertes !" :
http://assoeconomiepolitique.org/lettre-ouverte-jean-tirole-la-diversite-intellectuelle-nest-pas-source-dobscurantisme-et-de-relativisme-mais-dinnovations-et-de-decouvertes/

Si vous voulez en savoir plus sur le Prix de la Banque de Suède et les motivations de ses créateurs, une vidéo (en angliche):
A propos du Nobel d’économie | Philip Mirowski – Why Is There a Nobel Memorial Prize in Economics?
http://assoeconomiepolitique.org/philip_mirowski_-_why_is_there_a_nobel_memorial_prize_in_economics/
S'il fallait justifier mon abonnement à @si , je le ferais par la présence de cette chronique!

Merci ,un grand merci Madame Jacques.

Que ça fait du bien !

Non seulement vous nous donnez de l'info, de la bonne , de la vraie mais en plus elle rend intelligent !

C'est trop rare pour ne pas le relever.

S'il reste une journaliste, vous êtes celle là !
Tout à fait d'accord avec #Jerome : prenez le temps de lire le livre de Steve Keen. (Certes il nécessite une attention soutenue) vous verrez que le problème dépasse largement l'hexagone, qu'effectivement ceux qui font de vraies démarches scientifiques qui bouleversent la pensée dominante ("neo classique") ne sont pas publiés et systématiquement mis à l'index. Etc…
Bref le constat est inquiétant et mérite diffusion.
Lire aussi Gaël Giraud : "l'illusion financière"
L'économie que pratique Jean Tirole et les néo-classiques n'a rien d'une science. Elle est truffée d'incohérences logiques et les conclusions de leurs postulats faux sont largement invalidées par la réalité. C'est magistralement démontré par Steve Keen dans son livre "l'imposture économique".
Je trouve hallucinant d'avoir accordé un prix Nobel ( même frelaté) à un scientiste de bas étage comme tirole, qui n'aurait pas la moyenne en philo au bac. Il n'y a qu' en économie que ça existe, ce qui en dit long.
Une guerre déclarée par le seul prétexte du CNU ?

Quelque part, là-haut (ou ailleurs si cela vous convient mieux), Bernard Maris et Maurice Allais ont du fulminer grave en voyant le Tirole "péter un plomb"...
Merci, m’dame.
Ça m’est [s]un petit peu[/s] plus clair.
A ce propos, à quand une (nouvelle) émission avec Lordon et cie pour nous expliquer tout ça... et nous parler de Syriza, de la BCE etc. ??

Ça fait une sacrée actualité économique qui vient de tomber ces derniers temps et nombreux sont ceux qui aimeraient les entendre !

Bien à vous !
... Et avec Paul Jorion. Il a fait une chronique - en fait une video "Le temps qu'il fait" - où il parle de ça et où il l'a mauvaise d'avoir été retoqué par les hétérodoxes - comme Anne-Sophie il n'est pas économiste . Une émission avec Lordon serait la bienvenue et avec en plus Jorion ça permettrait d'approcher autrement le cloaque universitaire.
Longue vie à Anne-Sophie dont le papier m'a bien éclairée.
"le principe fondamental de la science", c’est-à-dire le jugement par les pairs et la publication dans des revues scientifiques reconnues"
Nop.
Principe(s) fondatemental(aux) de la science c'est plutôt l'objectivité, la reproductibilité de l'expérience indépendamment de l'observateur, etc., etc. La science est indépendante du point de vue de l'humain.

Parce que sinon, on peut appliquer votre principe de "science " à n'importe quelle religion, mouvement politique, etc.:
ex:
"le principe fondamental de la science", c’est-à-dire le jugement par les pairs de l'Eglise et la publication dans des revues de l'Eglise reconnues"
"le principe fondamental de la science", c’est-à-dire le jugement par les membres du Parti et la publication dans des revues du Parti reconnues"
Rien que ça. Tirole considère en effet que "les économistes auto-proclamés «hétérodoxes» se doivent de respecter le principe fondamental de la science", c’est-à-dire le jugement par les pairs et la publication dans des revues scientifiques reconnues. Pour lui, "la création d’une nouvelle section du CNU vise à les soustraire à cette discipline. Chercher à se soustraire à ce jugement promeut le relativisme des connaissances, antichambre de l’obscurantisme".

Cela me fait penser à ce que j'ai connu dans les années 70 en Sorbonne. Les "orthodoxes" es lettres (Pommier et Deloffre à leur tête) n'avaient pas de mots assez durs contre les "hétérodoxes" (Barthes, évidemment, mais aussi Genette, Kristeva, enfin tous les "structuralistes") à qui on refusait une chaire ou une thèse "sur l'ensemble de leurs oeuvres" bien qu'ils enseignassent (flattons l'orthodoxie) à l'Ecole des Hautes Etudes, voire au Collège de France.

Ces professeurs n'avaient pas le droit non plus de diriger des thèses, c'est pourquoi j'ai renoncé à en entreprendre une (je souhaitais travailler sous la tutelle de Gérard Genette) dont le sujet (non orthodoxe alors) ne pouvait être déposé en Sorbonne.
"Hétérodoxe signifie hérétique, celui qui choisit son erreur"

"La notion d'hérésie est étroitement liée à celle de mystère."

"Il n'y a pas d'orthodoxie s'il n'y a pas d'hétérodoxie. Il n'a pas de doctrines communes, canoniques, s'il n'y a pas des hérésies qui s'en distinguent."

"Une doctrine se construit sur des déviations et des contestations"

"Dès qu'on essaye de poser un dogme, une doctrine - et on ne peut pas s'empêcher de le faire - et bien, le réel vous échappe."
"C'est intenable, toutes les fissures qu'il y a quand on essaye d'aller vers l'idéologie."

"Une pensée conceptuelle est à la fois dure, mais comme tout ce qui est dur, elle est fragile.
A partir du moment où il y a une pensée dure, l'un dit "c'est comme cela", aussitôt l'autre dit "c'est pas comme ça", c'est la violence. "

Athée, grâce à Dieu
Bonjour Anne-Sophie,

Ça me fait un peu bizarre, cette critique du CNU sans contexte et me semble-t-il un peu hors-sujet.

A ma connaissance la fonction du CNU est effectivement de filtrer les docteurs candidats sur des postes universitaires, de façon à s'assurer qu'il a un niveau minimal en recherche et enseignement dans sa discipline. Dans la mesure où un jury de thèse peut parfois être constitué par copinage, je ne pense pas qu'il soit complètement idiot d'avoir un second filtre. De plus la thèse, même correctement évaluée, ne valide que le niveau en recherche, pas en enseignement, il n'est donc pas absurde de réclamer au candidat d'avoir un minimum d'expérience avant de l'envoyer enseigner à des générations d'étudiants. Enfin le vrai barrage pour avoir un poste universitaire ce n'est pas la qualification du CNU, dont les critères ne sont pas particulièrement stricts (au moins dans ma section), mais bien sûr le concours : avec des taux de recrutement de l'ordre de 10-15% parmi les candidats qualifiés, même si la qualif n'était pas requise je ne vois pas bien comment un non-qualifié pourrait espérer être pris ?

Ceci étant dit, il y a certainement aussi des critiques légitimes à ce système (à commencer par sa complexité et son côté franco-français).

ps: je ne connais pas les détails mais a priori je ne vois rien de choquant à ce qu'un docteur en histoire ne soit pas qualifié en sciences de l'information et de la communication.
Rien ne va plus dans le petit monde des économistes divisés entre orthodoxes – les tenants d’une vision néolibérale de l’économie – et les hétérodoxes – les autres.

Madame anne-Sophie, vous lire me rajeunit de presque cinquante j'ai failli écrire soixante ans !
C'est dire toutes les grâces que je vous rends.
Mais.
Bon. Alors commencer par le commencement. J’ai lu le début de la chronique. Le début seulement. Et mon sang a commencé à bouillir. Avant la fin des lignes en gras qui sont censées traduire l’intention de la rédactrice (du rédacteur).
Et dans ces lignes en gras on croit deviner qu’il y aurait comme une lutte entre les Huns et les Zôtres.
Ah bon ?

Je me souviens d’une époque où l’on pouvait assister aux cours de M. De Bernis. Dans ce cours, il nous parlait avec le talent que lui seul avait, de ce qui distinguait Morishima de ses autres collègues libéraux. Et M. De Bernis était un marxiste convaincu, comme Bernard Maris était convaincu que l’économie n’est pas une science, mais une façon de voir le monde.

C’était il y a presque cinquante ans.

Aujourd’hui, dans un amphi d’économie, je suis sûr que celui qui parle d’Oscar Lange, de Jean Gadrey ou de Christian Palloix en termes autre que critiques voit sa carrière cramée. For ever.

Et puis, de jours en jours, de mois en mois, d’année en année, je lis et j’entends toujours les mêmes rengaines répétées (à l’envi œuf corse) sur la dette ceci, les dépenses publiques cela, le coût du travail , la Macronitude…

Comme si tous ces princes qui nous gouvernent étaient sortis des langes déjà prêts à servir.

L’économie n’est pas une science, capable de nous donner les clés de la compréhension des choses. L’économie, c’est une façon de voir le monde. Et le regard de chacun est différent de celui de son voisin.
Heureusement.
Plus on prend conscience d'être dans l'erreur, moins on tolère que les autres le disent.
Ah, chouette, merci.

Je profite d'un haut de forum pour signaler que l'extension Forums ASI a été mise à jour. Je sais, je spamme, faites-moi un procès.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.