81
Commentaires

Du journalisme militant

Commentaires préférés des abonnés

Depuis longtemps (toujours ? ) on est journaliste et militant quand on est à gauche, et journaliste objectif quand on est à droite . Rien de nouveau sous le soleil de la Macronnie, seul le curseur a été déplacé !


Et merci pour cette belle photo qui il(...)

J'ai le projet de décorer un des murs de mon bureau, de la manière employée par le Syndicat de la Magistrature, il y a quelque temps. J'utiliserai  la même dénomination, pour le qualifier.


J'y mettrai le nom de certains journalistes ( pas  l(...)

C'est le parcourt des journalistes qui me surprend.


Un type comme Franz-Olivier Giesbert, je l'ai connu via Le Nouvel Observateur.


Puis, on le retrouve au Figaro, puis au Point, ..., et ensuite à la TV ...


Et enfin, en 2017, à La Provence (de Tapie) !


Vo(...)

Derniers commentaires

Le billet de Guillaume Maurice sur ce sujet est là

M'est avis qu'il faut aussi différencier engagé et partisan (militant c'est engagé ou partisan, d'ailleurs ?). Ex. : le canard Politis revendique son côté "engagé" mais prend soin de ne jamais être béat envers tel ou tel appareil, donc n'est pas partisan.

Vraiment heureux de voir Daniel S. se rebiffer ces derniers mois. Il faut dire que l'état des médias est plus que désastreux depuis la campagne de 2017. Merci, continuez, il en va de notre salut à tous ;-) !!

"Selon un vieux procédé terroriste (n'échappe pas qui veut au terrorisme), on juge dans le même temps que l'on nomme, et le mot, lesté d'une culpabilité préalable vient tout naturellement peser dans l'un des plateaux de la balance.[...] Tout se passe comme s'il y avait d'un côté des mots lourds, des mots tarés (idéologie, catéchisme, militant*), chargés d'alimenter le jeu infamant de la balance; et de l'autre des mots légers, purs immatériels, nobles par droit divin, sublimes au point d'échapper à la basse loi des nombres (aventures, passion, grandeur, vertu, honneur), des mots situés au dessus de la triste computation des mensonges ; les seconds sont chargés de faire la morale aux premiers : d'un côté des mots criminels et de l'autre des mots justicier"

Mythologies - La critique Ni-Ni, Roland Barthes


*"militant" n'est qu'en italique dans le texte

Ce soir sur çavous sur la 5 c'était la fête a Taha Bouhafs ils étaient 7 sur son dos . j'avais honte pour eux.

Taha Bouhafs est un jeune journaliste militant ET LIBRE. Il a en face de lui des journalistes militants ENCHAINES... Il faut relire "De la servitude volontaire" de La Boétie pour prendre conscience des chaînes qui nous empêchent d'être libres !

Drôle de manière de soutenir quelqu'un : la remarque sur le "gamin", c'est vraiment nécessaire dans un texte public ? Ça ne serait pas plutôt une remarque à faire en privé seulement ?

ASI ne peut pas héberger momentanément l'édito de Denis Robert pour qu'on puisse le consulter? Et accessoirement comprendre les critères qui ont amené à sa mise au placard.

Merci Daniel de votre courage et de votre franchise d'un vrai journaliste militant et engagé, j'apprécie.

Désolé daniel,

J'ai acheté ton livre, je l'ai lu (très bien écrit, au passage) et ...

je l'ai donné, aussitôt, à une assoc qui revend les bouquins pour quelques euros !

Pas cool, mais j'ai pensé que le militantisme ne doit pas être réservé à ceux qui en ont les moyens, alors je continue, parce que ce n'est pas dans quelques années qu'on dira : "oh mince, mais je ne savais pas!"

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Denis Robert paie lui aussi pour ses idées, car j'ai pu constater ce matin que son édito a été jugé inapproprié et choquant par youtube.  La loi haine que prépare le gouvernement va réduire considérablement la liberté d'expression sur internet.A lire cet article de la quadrature du net: https://www.laquadrature.net/2019/12/18/loi-haine-la-trahison-du-senat/ Il serait intéressant de faire une émission sur ce sujet.

Vous dites Daniel Schneidermann "Leur police ne plaisante pas, leur parquet ne plaisante pas. "


eh bien je n'en suis pas si sûr car ce matin j'entendais un représentant du syndicat de la Police venir répondre à France Inter/Info que lors de la récente interpellation où l'on voit un policier ruer de coups un manifestant celui-ci avait craché son sang sur le policier et que il y avait risque pour la santé dudit policier.


On se croirait dans des dessins animés où l'assaillant se protège du sang et dents de la victime qu'il tabasse 

Si ce n'est pas plaisanter, c'est en tous les cas ne pas avoir peur de l'absurde


Reste que depuis quelques jours, voilà que l'on fait semblant de prendre au sérieux sur les médias nationaux les dérapages de la police. Cette soudaine prise de conscience est suspecte même si elle s'accompagne toujours d'un communiqué du syndicat de la Police

Le policier a même porté plainte contre la victime ensanglantée ! 

Le ridicule ne tue pas ( lui au moins )







Cette information est-elle de l'infox ou est-ce réel?

Si elle est réelle, on pourra en conclure que la meilleure des défenses c'est l'attaque ou bien comme disait le regretté AUDIARD, les cons ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait.

c'est réel : la presse de droite est bien informée !


https://www.lexpress.fr/actualite/societe/manifestant-frappe-a-terre-trois-policiers-dont-l-auteur-des-coups-portent-plainte_2115540.html


Il suffit de voir sur la vidéo comment sont accoutrés ces policiers-ninjas. Vêtus tout de noir, gantés, casqués, cagoulés le seul bout de peau que l'on peut (peut être) encore distinguer c'est le coutour des yeux et encore lorsqu'ils ne portent pas de lunettes de protection. 

 Alors comment se peut-il que ce manifestant ait pu cracher du sang au visage de ce policier. 

Ça sent encore le bobard. Désormais on ne dit plus mentir comme un arracheur de dent 

 mais mentir comme un policier. 

Et s'il avait du sang plein la bouche, c'est certainement parce qu'il était tombé tout seul et que les policiers essayaient simplement de le 'aider à se relever après sa chute !

il ne s'agit pas seulement des "dérapages" de certains policiers (version médias dominants), mais d'une police qu'on encourage à faire ce type d'actes.

Castaner, Philippe, Macron, Lallement, etc... sont également responsables

• les enquêtes de l'IGN qui sont une vaste blague

• les encouragements à ne pas porter le RIO

• les incitations à faire peur aux manifestants

• la liberté donnée aux black blocks

• la justice qui condamne dans des conditions indignes d'un procès équitable

• les lois sécuritaires qui permettent la GAV TGV, même en les violant d'ailleurs

• la technique de la nasse employée pour déclencher des énervements (jamais pour nasser des Black block) et favoriser le "contact" entre policiers et manifestants

• le gaz, les LBD à profusion, armes de guerre données aux policiers pour "gérer" les manifestations

Bien entendu, et je suis entièrement d'accord avec vous, mais les médias que j'incrimine ne considèrent que les derniers incidents et les mettent dans la catégorie des "dérapages" malencontreux et indépendants du bon gré des forces de  Castaner.


Dans la série l'absurde rejoint l'indécent, Castaner rencontrant la famille de Cédric Chouviat. Je n'ai pas vu la dernière émission d'@SI mais en lisant les propos de Mme Chauviat sur Castaner ("Il a peur que la police n'ait pas encore pris conscience que les violences policières se sont banalisées"), je me dis qu'un ministre de l'intérieur qui donne cette impression n'a pas pris conscience que la pièce qu'il joue n'est pas du Alfred Jarry mais du Tchékhov ou du Camus

C'est le parcourt des journalistes qui me surprend.


Un type comme Franz-Olivier Giesbert, je l'ai connu via Le Nouvel Observateur.


Puis, on le retrouve au Figaro, puis au Point, ..., et ensuite à la TV ...


Et enfin, en 2017, à La Provence (de Tapie) !


Voilà le cheminement d'un "vrai militant de rien, merci"

Je garde en mémoire le début de lapsus, il y a quelques années en arrière, d’Yves Threard, du Figaro, dans une émission, je crois qu’il s’agissait de C dans l’air : Nous les po...journalistes(...). De ce jour je le plus entendu qu’en homme politique et plus du tout en journaliste.

En deux jours Taha Bouhafs renvoyé à ses origines socio-culturelles , si a "droite" méprise, la "gôche"  infantilise.




 

 

"J'aurais adoré le citer, mais suis dans l'impossibilité, étant toujours bloqué sur Twitter par ledit Aphatie)"


Il vous suffit de créer un nouveau compte qui servirait juste à voir les gens qui vous ont bloqué. :)

Tony Le Pennec, @si : "Taha Bouhafs est journaliste. Et militant. Ce qui n'est pas la même chose que "journaliste-militant" 

Daniel Schneidermann, @si : "Est-il pour autant légitime de le qualifier de "journaliste-militant" ? Eh bien oui. "


Gros débat à la machine à café ! 

Le danger militant



Militant n'est pas un gros mot.



Sans doute, mais il signale le danger menaçant tout acte d'engagement: celui de s'en prendre violemment (militer, c'est faire la guerre) à qui soutient un avis opposé à celui que l'on a soi-même adopté. Il suppose qu'existent deux camps destinés à l'affrontement. Lequel peut-être livré loyalement - ou non. Est-il nécessaire de préciser que ce second cas est le plus courant et - il faut même  aller jusque-là - il est douteux que le premier cas ait pu jamais s'être produit dans les faits. Douteux, soit impossible à avérer.


S''agissant de l'esprit militant, cela suffit à s'en garder pour qui préfère la vérité. 





Un militant, par définition, n'est pas objectif puisque son action tend vers un but. 

Qu'un journaliste soit militant n'est pas antinomique sous réserve que l'on sache d'ou il parle.

Je sais qu'un journaliste de l'Humanité veut la nationalisation des moyens de production. Je sais qu'un journaliste du Figaro prône le libéralisme voire le néolibéralisme.

Le problème c'est que les Barbier, Aphatie, Jeudy, Elkrief, Ferrari, Pujadas militent sur des chaines d'infos.

Les abonnées d'ASI connaissent leur patron : des capitaines d'industrie, des capitalistes qui ne militent pas précisément  pour le climat, le partage.

Je ne suis pas certain que la majorité des français le sachent : ils écoutent des gens qui ont fait des études et qui parlent bien.

Ce matin Pascal PRAUD, qui lui est un vrai journaliste (passé de la rubrique sportive à la politique mais cela n'est pas aberrant, songez à Patrick CHÈNE) faisait l'exégèse des tweets de Taha BOUHAFS, pour démontrer son amateurisme et même son antisémitisme (il faisait référence à des petits-fours au diner du Crif)


Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Depuis longtemps (toujours ? ) on est journaliste et militant quand on est à gauche, et journaliste objectif quand on est à droite . Rien de nouveau sous le soleil de la Macronnie, seul le curseur a été déplacé !


Et merci pour cette belle photo qui illustre ce beau papier

Du coup lorsque Taha Bouhafs écrit sur Twitter que Macron est dans le même théâtre, c'est de l'information de journaliste ou de la provocation (à la haine) ? On perd en qualité, à chaque fois que le journaliste devient le sujet de son travail....


Tout éditorialiste/crate est militant, il n'est pas journaliste par contre. Quand on donne son avis c'est une opinion pas une information.

J'ai le projet de décorer un des murs de mon bureau, de la manière employée par le Syndicat de la Magistrature, il y a quelque temps. J'utiliserai  la même dénomination, pour le qualifier.


J'y mettrai le nom de certains journalistes ( pas  la photo, il ne faut pas exagérer ... )


Votre liste : Barbier, Aphatie, Jeudy, Elkrief, Ferrari, Pujadas  me parait un bon départ


( Ne pas oublier Goldnadel, BHL, , Finfielkraut, Lévy, Minc, Praud et  A. de Malherbe, et Moutet  et beaucoup d'autres ).


Puis, je m'achèterai un  jeu de fléchettes ...

  

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.