117
Commentaires

Des présidents et des fraisiers

C'est tout de même tragique, cette maladie qui frappe les présidents français

Derniers commentaires

Le premier de cordée peut faire son escalade car ceux d'en bas ont fabriqué la corde bien solide, le matériel de qualité, les vêtements chauds, ceux d'en bas ont cultivé et récolté pour nourrir la cordée. Le premier de cordée est en bonne santé, il a toujours été bien nourri et bien soigné

Ceux d'en bas sont nécessaires.

Le premier de cordée est parfois seulement suffisant.
Le premier de cordée emmène-t-il avec lui sa maquilleuse à 26 000euros les trois mois?
J'ai entendu que notre Ministresse de la guerre - dite aussi Madame 52000 € par mois ! - se réjouissait que nos compatriotes éventuellement bloqués à Raqa soient tués !!!
Au-delà de l'impensé raciste qui peut expliquer ce mépris de nos compatriotes à raison de leur religion, il me semble extrêmement choquant et grave qu'un membre du gouvernement encourage l'assassinat sans jugement de Français - quels que soient les faits qui peuvent leur être reprochés.
A QUAND LES ESCADRONS DE LA MORT ?

Avec tout le respect que j'éprouve pour les victimes de harcèlement, il me semble qu'une telle dérive du rôle des autorités françaises vis à vis de TOUS leurs ressortissants mériterait toute l'attention d'un site comme ASI.
Beau forum très instructif !

Le post d'Arya m'a rappelé un de mes collègues qui avait, avant d'être fonctionnaire, bossé pour vendre au téléphone des imprimantes multifonction Ricoh, des engins bien pratiques mais qui coûtent bonbon.
On lui avait fait toute une formation pour, effectivement, apprendre à manipuler ses interlocuteurs, et cette connaissance des comportements humains avait changé sa vie.

Et il essayait de les appliquer dans notre service : il cherchait toujours à entuber le chef pour faire croire qu'il était très compétent, alors que... Pas assez d'expérience, pas assez d'esprit critique.... Pas assez bon pour ce boulot...

Le chef le voyait arriver de loin et n'avait qu'une hâte, c'est qu'il s'en aille, ce qu'il a fini par faire...

En fait, ce que le collègue croyait être de la manipulation intelligente n'était qu'un comportement qui produisait l'attitude de ceux qui ne veulent pas entrer en conflit et provoquer une déflagration émotionnelle dans une équipe qui fonctionne bien. Mais qui voient bien venir le manipulateur...
Donc il a fini par partir, et je lui ai demandé juste avant combien il avait vendu de multifonctions chez Ricoh.
Et le croirez vous ? Il m'a répondu : aucun...

Je ne suis pas sûre que ces techniques fonctionnent, c'est juste que celui qui allait acheter va acheter, et donc ça va marcher...
Certes, si le solliciteur ou le manipulateur croit qu'il peut avoir de l'ascendant sur l'autre, il est davantage mobilisé et créatif pour l'aborder et discuter avec lui.

Mais ce n'est rien d'autre que de la pensée magique, parce que le mec à l'autre bout du fil, il sait que l'autre veut vendre à tout prix, et il le voit venir. La manipulation, c'est quand l'interlocuteur ne comprend pas les véritables enjeux, parce qu'ils lui sont cachés.
Quand les think tanks néolibéraux produisent de la pensée économique toute faite et influent sur les décideurs et les médias parce que leur agenda, c'est d'arranger les intérêts des dominants, ces cibles ne comprennent pas forcément l'objectif ultime.

Par contre, quand Macron fait des lois pour favoriser les riches, et qu'il cherche à nous entuber, c'est seulement risible, parce que la politique, ça a des répercussions sur la vie des gens, et on ne peut pas dissimuler très longtemps les données exactes...
Le seul résultat, c'est la déception et la colère. L'impression d'être pris pour des cons.
Et il se sent tellement supérieur qu'il est incapable de voir qu'on voit...
C'est sidérant comme son intelligence est limitée...
Comment le 1er de cordée est-il devenu le 1er de cordée ?
Bilger détestait Sarkozy et adore Macron... Plus on devient vieux...etc.
Bonjour Macron et les autres qui ne sont pas fainéants et jaloux, et qui pendaient la haut au bout de votre corde, et dont nous voyons les culs non pas ruisselant d'argent (Macron ne croit pas au ruissellement) mais chiant des lingots sur nous, oh Macron homme qui te dit de gauche et qui à toi seul va sauver la France malgré sa population de fainéants et jaloux allergiques aux réformes, salut à toi, fils d'homme

toi qui dit sibyllin "Je n'ai pas insulté qui que ce soit et je ne le ferai jamais parce que je considère l'ensemble de mes concitoyens", avant de "regretter que "nos élites politiques" se soient "habituées à ne plus dire les choses, à avoir un discours aseptisé"", comme quoi on peut insulter sans insulter, il s'agit juste de propos remplis d'infections

Dommage que je ne sois pas une élite politique sinon je t'aurai envoyé quelques mots non aseptisés et bien pesés
"C'est une belle tentative, cette image du "premier de cordée"
Immédiatement compensée par le titre suivant de Roger Frison-Roche* "La Grande Crevasse"

* qui a aussi pas mal traversé le désert..

* noter aussi qu'à travers son langage (croquignolesque, truchement etc..) ses références sont d'une époque qu'il n'a guère connue.
Et tu sais ce qu'elle te dit, la moindre des françaises, et qui plus est, retraitéé, qui a beaucoup travaillé et n'a pas volé sa petite retraite ??? Ta CSG va la pénaliser. Alors tu sais ce qu'elle te dit, Président prétentieux ? Devine...
Je n'ai pas regardé l'entretien, j'avais mieux à faire. Je l'ai regardé ce matin, et j'ai un doute: si j'ai bien compris notre président hier soir, "les gens qui réussissent" sont celles et ceux qui gagnent 1.000.000 et c'est pour ça qu'il ne faut pas le punir en les taxant. Nous les mauvais élèves qui gagnons des salaires modestes, voir misérables, nous serons punis et nous paierons plus d'impôts. Que l'on me corrige toute de suite si je me trompe.
Sur Macron, je me souviens d'une brève en page 2 du Canard. Elle citait une phrase de Sarkozy : "Macron ? C'est moi, en pire".
Autant de sincérité sans s'en rendre compte... Il ne l'a pas fait exprès, mais c'était bien vu et bien compris.
bonne journée
Nos anciens avaient une autre métaphore que celle de "premier de cordée", celle de la pyramide :

http://siteheritage.csdecou.qc.ca/heritage2011/maroiss/images/anti-capitalism_color.gif
Faut quand même bcp d'imagination pour voir Macron en 1er de cordée ...
Il semble si évident qu'il n'en a rien à faire des (au choix) rien/illettrés/non milliardaires/ sans costard/féneants ...
Au moins n'a il pas eu l'outrecuidance de prétendre "j'aime pas les riches"
J'adore ce type de personnage comique qui, pour se tirer d'une gaffe, enchaîne avec une gaffe encore pire, et plus il tente de se contenir, plus son impensé jaillit. Que ça soit voulu ou non (à mon avis seulement partiellement), dès que Macron s'exprime, la violence symbolique de "ceux qui ont réussi" s'épanche, au vu de tous, et les efforts de ses exégètes ne font que le souligner et l'aggrave.

Bon, c'est moins rigolo au vu de la politique menée et de ses effets prévisibles, mais on prend ce qu'on peut prendre.
Quel sacerdoce d'être chroniqueur sur @si s'il faut se taper Macron le dimanche soir.
du coup la "théorie du ruissellement" c'est quand le "premier de cordée" pisse sur la gueule de ceux d'en dessous (et là forcement ça ruisselle)?
j'ai du mal à suivre avec toutes ces métaphores.
BREAKING NEWS: Philippe Bilger, que l'on croyait retraité, cherche un taf chez Manu:
]http://www.huffingtonpost.fr/philippe-bilger/enfin-je-me-suis-senti-fier-detre-represente-par-le-president-macron-et-sa-parole_a_23244351/[/url]
oh purée, on dirait du consensus39.
Ah oui quand même...
et oui on ne prête qu'aux premier de cordée, et Corriere et Garrido n'en sont pas de premier de cordée, entre deux articles c'est bien de s'en rappeler ..
J'ai déjà lu dans des articles (Marianne je crois) une apologie de ce fameux "et en même temps" dont Macron semble friand, comme si c'était une magnifique preuve de grandeur, d'un esprit de synthèse hors du commun ou que sais-je, et je voudrais avancer une explication plus pragmatique à cette expression.

Il faut savoir que depuis quelques années, il y a une grande mode dans les formations managériales, pour apprendre à "communiquer", "convaincre", "persuader". Ces formations s'appuient en grande partie sur les théories de la communication non violente (CNV) de Marshall Rosenberg. Au départ, ce courant avait pour but d'apprendre à avoir de meilleures relations avec les autres (nos conjoints, nos enfants, notre entourage personnel et professionnel). Le principe étant d'avoir des outils pour mieux écouter et comprendre les besoins de l'autre et exprimer les siens pour parvenir à un accord. En soi, l'idée est louable, et très utile: plutôt que de se lancer dans des reproches ("tu n'as encore pas fait la vaisselle" ou des accusations personnelles "de toute façon tu ne fais aucun effort") on va s'adresser à l'autre en mode "je" en exprimant son ressenti ("je suis fatiguée de ma journée, j'aurais vraiment besoin d'avoir une pause"...). Toutes ces théories se déclinent également sur l'éducation positive envers les enfants, etc. Il y a beaucoup de bonnes choses à prendre là-dedans. Mais ce qui est frappant, c'est l'utilisation qui en est faite dans le domaine managérial.

J'ai assisté à plusieurs formations destinées à des cadres / managers etc. et sensées nous apprendre à "mieux communiquer", "persuader et convaincre". Ces formations nous expliquent comment nous servir des outils de la CNV mais aussi d'autres (comme la PNL, la programmation neuro-linguisitique, encore plus discutable car s'apparentant rapidement à de la manipulation) pour parvenir à nos fins. Il s'agit là, moins d'obtenir une meilleure relation avec les autres, que de leur faire accepter ce que l'on propose, adhérer à notre projet. Ici, la communication s'entend de façon assymétrique, même si elle s'enrobe de l'illusion de l'écoute et du dialogue. Parce qu'on écoutera le salarié, le client, le subordonné, non pas dans le but sincère de le comprendre et éventuellement de se laisser convaincre, mais uniquement pour pouvoir mieux trouver des arguments pour le convaincre. Soyons clairs: quand vous êtes manager et que vous devez faire passer les objectifs de votre direction, la marge de manoeuvre dont vous disposez est souvent réduite à la façon dont vous allez faire passer la pilule (en force, ou en tentant de convaincre les autres que c'est pour leur bien). C'est aussi une déclinaison des techniques commerciales bien connues, allant des vendeurs de porte à porte aux plus hauts directeurs commerciaux. J'ai ainsi eu la chance d'avoir eu une fois comme formatrice une femme qui avait fait la majeure partie de sa carrière comme cadre commerciale chez IBM et qui nous racontait les différentes façons dont elle s'y était prise pour gagner des contrats. C'est elle qui nous a parlé du "et en même temps". Son mot d'ordre: ne surtout jamais exprimer son désaccord par une opposition frontale du type "j'entends tes arguments MAIS" qui va braquer l'interlocuteur. Toujours passer par le fameux "ET EN MEME TEMPS", susceptible d'amadouer et de faire croire que nous avons les mêmes intérêts et que nous pouvons converger (même si c'est faux, en fait, le mec il veut juste te fourguer un matelas dont tu n'as pas besoin, te faire faire des heures sup non payées ou bien te faire signer un contrat bien juteux).

Voyez-vous où je veux en venir ? Quand j'entends Macron, c'est tout cela que j'entends. Macron, c'est le manager type, celui qui déploie toutes les techniques qu'ils apprennent en école de commerce ou en formation et les applique à la lettre, sans grande imagination d'ailleurs. A ce stade, la CNV est une grosse foutaise, puisqu'elle n'est pas déployée dans le but sincère de dialoguer mais juste de manipuler. Alors, pitié, arrêtez, les journalistes, de vous pâmer devant ses techniques transparentes de vendeur de chaussettes et son "en même temps", allez voir un peu le milieu des écoles de commerce et de management et vous le verrez: Macron n'est qu'un clone de plus en costard qui utilise mécaniquement les outils qu'on lui a inculqués.
Autre point dérangeant, M Macron semble avoir réfuté dans cette ''itw'' le fait d'adhérer à la théorie du ruissellement. Quand bien même nombre d'études ont démontré inefficacité si ce n'est l'inexistence de ce ruissellement, je me permettais de penser qu'il y croyait et qu'il pensait réellement que sa politique aurait des retombées positives pour ceux en aval de la rivière monétaire.
Mais non, il n'y croit pas. Alors donc? Il ne ferait de cadeaux fiscaux aux plus fortunés que parce qu’ils le mériteraient plus que les ''jaloux''?
Suis je le seul à comprendre cela où vient il d'admettre qu'il est en effet le président des riches?
Ah, la jalousie !

La rhétorique du "politics of envy" réussira-t-elle en France ?
L'argument de la jalousie, pour tenter de désamorcer les critiques, a été utilisé par le footballeur Cristiano Ronaldo ("Je suis beau, riche et grand joueur : on me jalouse"), le rappeur Booba ("ouloulou le jaloux") et les ados un peu narcissiques présents sur Instagram (ou anciennement skyblog : "kikoo les rageux").
Il n'est pas inutile de préciser avec qui Macron-penséecomplexe s'attable lorsqu'il répète frénétiquement que ses opposants sont des jaloux.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Premier de cordée, ruissellement : métaphores qui n'ont d'intérêt que dans le cadre d'une pensée verticale. Les deux jouent aussi sur la notion métaphorique de gravité (les premiers tirent les derniers vers le haut, en opposant leur force à la gravité - l'argent ruisselle naturellement du haut vers le bas)
Pour que ceci ait la moindre pertinence métaphorique, il faut accepter rien moins qu'une société de castes, une société avec des aristocrates (même 2.0). Il me semble que les cinquantes dernières années des recherches en sciences politiques ont principalement consisté à contester que cette vision extrêmement pauvre et très réactionnaire soit la seule possible, et à penser des modes d'organisation collective plus juste CAR moins verticales, plus décentralisées etc.

Où comment, au delà de l'incroyable condescendance d'E. Macron, on voit en plus poindre une pensée frustre maquillée comme un camion volé, via des péroraisons pseudo-sophistiquées qui mettent les commentateurs en extase...
"le moindre des français"....
Très bien vu !
[quote=Daniel Schneidermann]Macron, l'homme du savant "et en même temps"

Dans 1984 Orwell nous révèle ce qu'il en est de ce "en même temps": simultaneously, à savoir la politique concrétisation linguistique de la double-pensée: true to the princip of doublethink en précise-t-il. Stéréotypique, "sloganesque" double pensée dont sur pièce de monnaie, nous apprend la fin du chapitre cité*, la devise stipulait : WAR IS PEACE/ FREEDOM IS SLAVERY/IGNORANCE IS STRENGTH.

Que la devise soit ainsi gravée - non dans le marbre, mais sur pièce de monnaie - dispense de spécifier comment elle s'est macronologiquement actualisée.



*Le dernier de la première partie
Pour prolonger encore la métaphore dans l'esprit de Macron : Alléger toujours plus le premier de cordée; si possible supprimer toutes ses charges et les faire supporter par ceux qui, trop vieux, ne sont déjà plus dans la cordée et se déplacent en fauteuils roulants. Telle est la philosophie de celui qui se réclame de Ricoeur et Lévinas. Ces derniers doivent se retourner dans leur tombe.
Perso je me suis contenté de ce résumé d'Attac :
« Résumé de l'interview de Macron sur TF1 :
Les pauvres arrêtez de jeter des cailloux sur les riches svp »
Superbe chronique.. Comment faire pour la partager avec quelqu'un qui n'est pas sur Facebook ?
Vraiment, quel dommage qu'on n'aie pas eu droit à cette interview le 14 Juillet.
Ce qui m'étonne c'est que ce prétendu Rimbaud de la politique ait une pensée aussi simpliste pour ne pas dire primaire de la société. Ainsi imaginer que ceux qui s'opposent aux mesures favorables aux riches sont animés par la jalousie ( il a répété le mot 4 à 5 fois ) démontre qu'il n' a rien compris à leur motivation. Il peut être opposé à la répartition des richesses mais attribuer des motivation aussi mesquines à ceux qui la défendent est surprenant quant à son degré de culture général ( et bien évidemment complexe). Accessoirement ce genre de remarque interpelle sur sa psychologie car on pense à cette phrase de La Fontaine " nous mesurons par nous ce que nous voyons chez les autres "
Je me suis refusé à regarder et surtout écouter, ce garçon ne m'intéresse plus, je m’en veux à avoir pensé qu’il pouvait être le moins pire en néolibéralisme et c’est tout le contraire qu’il offre à constater.
Je ne ferai pas d'alpinisme avec ce monsieur comme premier de cordée. Il a vraiment une curieuse conception de la chose. Imaginons un premier de cordée, dûment "libéré" de contraintes jalouses, qui, une fois en haut, serait en droit de couper la corde derrière lui pour "laisser tomber" les ouvriers qu'il aurait précédemment embauchés pour lui porter son sac...
Je n'ai pas vu l'itw de M Macron, cependant cette métaphore alpine me semble totalement détournée de son sens.
En effet le premier de cordée n'est pas forcément le chef, celui qui réussit. Une cordée est composée de 2 voir 3 personnes. La personne qui grimpe en tête est bien contente que le ''second'' soit là pour l'assurer en cas de chute (si on lui jette des cailloux par exemple sic). Une fois arrivé au bout de sa longueur, le premier assure le second dans sa montée, et en cas de difficulté, peut éventuellement aide le second à monter.
Le second peut aussi passer premier de cordée pour la longueur suivante.

L'alpinisme est à l'inverse de ce que monsieur Macron prétend. il n'y est question que de solidarité, entre aide et don de soit. Émulation collective et non concurrence. Une cordée tire tout l'avantage des forces de chacun en essayant d'en gommer les faiblesses dans un collectif.

Tout l'inverse de la politique qu'il mène.

M Macron semble plutôt adepte du solo intégral. Si j'en ai les capacités, je monte seul au sommet, sans corde. Si je tombe je meurs, mais si j'arrive au sommet, je pourrais pisser allègrement sur les fainéants en vallée.
Je salue le courage de tous ceux qui ont regardé et tenter d'analyser la pensée complexe du banquier de Rothschild !
Vous méritez la légion d'honneur!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.