22
Commentaires

Des drones tueurs et des hommes

Un drone autonome a-t-il fait sa première victime humaine, sans que l'ordre de tuer ne lui ait été donné ? Peut-être. Est-ce un scoop ? Pas vraiment. L'important est ailleurs : dans l'imaginaire convoqué par les médias pour qualifier la nouvelle, comme si les humains n'étaient pas à l'origine des moindres mouvements d'un robot-tueur. La chronique de Thibaut Prévost.

Commentaires préférés des abonnés

On peut supposer que le seul drone autonome et " intelligent " serait un drone antimilitariste....

Il y a plus qu'à mettre au point un robot autonome tueur de robots autonomes tueurs d'humains et l'affaire est réglée !

Des criminels qui utilisent l'imaginaire de la science fiction pour se cacher derrière des armes dites "intelligentes" afin de ne pas être condamné. L'irresponsabilité en marche.

Derniers commentaires

Ça me rappelle la réponse classique de n'importe quel support téléphonique "c'est lordinateur qui refuse de..." ou " ... qui exige de...."


Oui, bien d'accord avec vous. Derrière ces machines (y compris de type Intelligence Artificielle), il y a des programmes informatiques écrits par des informaticiens qui n'ont fait que suivre les spécifications du "propriétaire" du programme...


Les drones tueurs "intelligents" et la Loi de Murphy :

En bref, " Tout ce qui est susceptible d'aller mal ira mal "


Plus clairement, " S'il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu'au moins l'une de ces façons peut entraîner une catastrophe, il se trouvera forcément quelqu'un quelque part pour emprunter cette voie. "


Hasard, coïncidence ou destin ? 7 juin:







Le livre  "Théorie du drone" de Grégoire Chamayou (La Fabrique)est vraiment bien sur ce sujet

magnifique conclusion, merci pour cette chronique


j'ajoute la série "Dark Angel" comme référence, il y a un épisode sur un drone de surveillance programmé pour tuer une cible humaine précise (avec système de reconnaissance faciale), sauf que l'intelligence de nos héros leur fait trouver un plan pour retourner le drone contre le donneur d'ordre... oui, y a de l'espoir ;)


bonne semaine ^^

J'aime beaucoup la définition "Système Autonome Létal Automatisé". Ceux de la prochaine génération seront-ils aussi "Unifié de Droite" ?

Je viens de regarder la vidéo promotionnelle du drone: il s'agit d'un drone Kamikaze (Un quasi mini missile en somme).

Oui bien sur, le robot est toujours programmé par un humain, et oui certainement, se déresponsabiliser en tuant via une machine est beaucoup plus simple, surtout à distance, pour ne pas se sentir impliquer, et cela évite soi-même de se mettre en danger, un côté "la main de Dieu".


Obama fut le président qui ordonna le plus de mises à mort, hors des Etats Unis, via des drones, non? J'avoue ne pas avoir eu de retour sur le cas Trump.


Le côté sans morale d'un robot peut se retrouver également chez un humain, un sociopathe somme toute.


Enfin un robot tueur "autonome", déjà aujourd'hui, est tout à fait opérationnel, il suffit qu'il soit combiné avec une autre caméra au sol par exemple, qui ne reconnait pas un individu dans sa base de donnée, dont l'identification, via couleur, façon de bouger, sans nécessairement une reconnaissance faciale, soit redistribué dans la base de donnée d'un drône, qui se met en marche du coup, sur une zone délimitée précise, où son but est d'éliminer la cible inconnue.

"Ce n'est pas parce qu'on peut le faire qu'il faut le faire." maxime célèbre , jamais observée !


"Mais cette narration s'affiche en parallèle d'un autre récit fallacieux"


Curieux parti du "tout va bien Madame la Marquise" pris sans réelles justifications.


Thibault Prévost, vous récusez les alertes sensationnalistes opérant des comparaisons avec Terminator mais, concernant les machines de guerre :

1. le sensationnalisme d'une alerte ne dit rien sur le bien fondé de cette alerte, ni sur son invalidité,

2. les machines n'ont pas besoin d'atteindre un quelconque niveau de conscience pour être dangereuses,

3. la science-fiction est, au moins en partie, auto-réalisatrice,

4. la saga Terminator ne s'appuie absolument pas sur une hypothétique conscience des machines, mais "seulement" sur une superintelligence.


Et concernant les machines professionnelles :

5. utiliser la même expression de "grand remplacement" utilisée par des nazillons se sentant menacés par l'immigration disqualifie irrationnellement l'un des plus importants combats dans la lutte des classes,

6. la puissance, l'efficience et l'interopérabilité des machines invalident totalement la théorie de la destruction créatrice dont vous vous servez implicitement,

7. l'autonomie et l'intelligence artificielle ont beau être galvaudées, les machines surpassent les humains à la plupart des postes professionnels,

8. s'il est théoriquement possible de remonter la chaîne des responsabilités jusqu'à des humains, il est probable que l'humanité se déshumanise à force d'interfacer ses relations professionnelles (et sociales et militaires) avec des machines.

Dans le genre inquiétant et moins fantasmé que terminator, il y a aussi les missiles hypersoniques qui posent un problème plus immédiat (échéance décennale) : comme le temps de réaction disponible en cas d'attaque est très faible, ça favorise le risque d'escalade des conflits et le déclenchement de guerre par erreur : si vous avez 10 minutes pour agir et que la seule réaction possible est d'envoyer vos propres missiles sur l'ennemi (car ils sont conçus pour éviter les missiles intercepteurs), ça ne laisse pas le temps d'analyser la situation, d'où le risque.


https://www.rand.org/pubs/research_reports/RR2137.html


pdf : https://www.rand.org/content/dam/rand/pubs/research_reports/RR2100/RR2137/RAND_RR2137.pdf


"This prospect can lead the target nations to set up their strategic forces 

for “launch on warning”1  —creating many forms of crisis instability."

Des criminels qui utilisent l'imaginaire de la science fiction pour se cacher derrière des armes dites "intelligentes" afin de ne pas être condamné. L'irresponsabilité en marche.

On peut supposer que le seul drone autonome et " intelligent " serait un drone antimilitariste....

Je n’ai pas encore lu votre chronique (mais oui, je vais le faire, j’attends d’avoir le temps !). Seulement, en la survolant :), je ne vois pas le nom de Grégoire Chamayou. Or, en toute subjectivité, je trouve que l’émission dont il était l’invité est la meilleure d’ASI. De tous les temps.

Il y a plus qu'à mettre au point un robot autonome tueur de robots autonomes tueurs d'humains et l'affaire est réglée !

La folie des "humains" semble ne pas avoir de limites ! Et tous ces "appareils volants"  au dessus de nos têtes, de plus en plus près, sont bien énervants !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.