55
Commentaires

Denis Robert non coupable ? Merci l'Europe !

Denis Robert avait le droit de pousser très loin les accusations contre Clearstream, quitte à franchir les frontières de la diffamation, au sens où l'entend la loi française. Le sujet était trop important pour que quiconque puisse le lui reprocher. Voici, traduit en langage de tous les jours, ce qu'a décidé le 4 février la Cour de cassation, plus haute juridiction française.

Derniers commentaires

Pas lu tous les messages au dessus, donc désolé si l'info est redondante.
Denis est intervenu publiquement il y a quelques jours pour dire son compte-rendu de ces difficiles années de batailles judiciaires. L'intervention est reproduite ici, avec son autorisation.
Denis Robert le 18 Fevrier à 15:00 sur France inter.

http://www.la-bas.org/
C'est moi ou Val, tout en donnant des leçons à un certain journalisme basant son enquête sur des faux et des mensonges à visées idéologiques (à ce sujet j'aurais aimé avoir un rappel de ce qui est reproché à Denis Robert et notamment si ces faux et mensonges sont avérés ou non), ment lui même de façon éhontée en prétendant que Denis Robert a été condamné un nombre incalculable de fois (pour mensonges donc?) et a perdu TOUS ses procès contre clearstream?

Quand au "La liberté d'expression oui mais pas trop", ça me glace le sang. C'est une réaction autoritaire. La démocratie, oui mais trop? Tu peux voter, mais seulement si tu votes du bon côté?
Mettre des limites injustifiées à une liberté fondamentale, c'est la nier tout simplement.
Ce mec considère que le public n'est qu'un ramassis d'idiots incapable de prise de recul. Si un journaliste présente une enquête mensongère, ou est injustement injurieux, et bien il suffit de dénoncer et démontrer sa malhonnêtement et on en parle plus.
Il a fallu que vous attendiez qu'une loi existe, pour pouvoir comprendre que les chambres à gaz avaient vraiment existé vous?
Il vous faut attendre le verdict de la justice pour savoir si Didier Porte et stéphane Guillon étaient drôles mais costiques ou juste de mauvais gout?
Et ceux qui nous sortent de genre d'horreur sont issus de mais 68? Ca fait peur, eux jeunes détesteraient ce qu'ils sont devenus aujourd'hui vieux!!
Dans cette vidéo, devant qui s'exprime Val ?
Je suis hors sujet, mais pas le choix, on ne peut pas commenter les "vite dit". Je voudrais dire que je suis très surpris qu'ASI présente l'histoire de la super mamie de 75 ans qui met des voleurs en déroute à coups de sac à main sans aucune distance. Je vous fiche mon billet que dans quelque temps nous allons apprendre que c'était une scène complètement bidonnée. Il y a quand même pas mal de détails, relevés d'ailleurs dans les commentaires des sites qui font buzzer la vidéo, qui font place à un sérieux doute.
De façon générale, et cela ne concerne pas seulement l'affaire Robert, il y a dans ces décisions
de la cour de cassation un progrès certain pour la liberté d'expression que je résumerais par "on
a enfin le droit de dire et d'écrire des conneries".
Mais croire les conneries parce que la justice ne condamne plus ceux qui les disent c'est aller
un peu vite en besogne.
J'ai lu, pas ici heureusement, des amalgames plus que douteux allant jusqu'à dire que la justice
avait confirmé les affirmations de Denis Robert.
Très cher Dan,

dès le titre de votre article, j'ai eu un goût amer dans la bouche.... c'est ce point d'interrogation je crois. Oui, c'est ça... ce simple point un rien "insinuateur". Le titre eût pu être "DENIS ROBERT NON COUPABLE."... mais non, le titre est "DENIS ROBERT, NON COUPABLE ?"... c'est à dire "Tiens, ils ont blanchi Denis Robert ! Hmmmm, c'est douteux"...

Le détail des arcanes juridiques, l'historique et la mise en perspective des décisions de justice sont factuellement intéressants, mais ce titre et la teneur de certaines phrases de l'article viennent en résonance avec cette fameuse émission, il y a quatre ou cinq ans, où Daniel avait tourné le volant du côté du procureur lorsqu'il avait reçu Denis Robert... cette émission m'avait laissé un goût amer. Et pour les mêmes raisons.

Bien sûr, il n'est certes pas inutile de décrypter le plus et le mieux possible ce qui a pu motiver une décision de justice...
évidemment, il est salutaire de "tout mettre sur la table" concernant une affaire à épisode qui dure près de 10 ans....
mais j'aimerais tellement lire aussi que la réalité du Monde où nous vivons est que DE FAIT, il existe 50 paradis fiscaux...
que DE FAIT des centaines de milliards de dollars soustraits aux économies du Monde (et donc aux populations dans une certaine mesure) y transitent en permanence...
que DE FAIT, les intrications politico-financières permettant que ce complexe détournement existe et perdure sont floues, obscures et surtout indéniables (ce qui constitue un raisonnement par l'absurde, certes, mais il est opérant : si les législateurs de tous les pays faisaient adopter les lois rendant impossible ce trafic de capitaux, il cesserait... cesse-t-il ? Non... donc, les politiques le permettent...).

J'aimerais lire plus souvent, sous la plume de certains journalistes (surtout dans un cadre un peu contestataire, moins orthodoxe et totalement libre... suivez mon regard) que ce putain de Denis Robert, sans aucun moyen, sans réseau ni protection particulière, a essayé d'envoyer des petits cailloux sur un éléphant pour l'abattre... et quand l'éléphant s'est avancé pour le piétiner, il a repris une poignée de cailloux pour recommencer.... et encore... et encore... pendant près de 12 ans ! Avec trois dessinateurs de presse, quatre collègues et deux chanteurs dans son comité de soutien, il a tenu, il a écrit des articles, fait des films, des bouquins, des BD, il a parlé sur des plateaux de télé, à la radio, il a essayé d'expliquer, d'alerter sur un aspect ESSENTIEL du Monde comme il va... et un des pires aspects.

Qu'il ait parfois pris des cailloux un peu gros, qu'il ait de loin en loin fait un ou deux amalgames, qu'il se soit avancé un peu trop dans certaines conclusion, je m'en tape. Il n'en reste pas moins que CLEARSTREAM et tout le système des chambres de compensation, que l'opacité des Paradis fiscaux, des mafias qui s'y protègent, des Etats qui s'en contentent... toute cette nébuleuse est PUISSANTE, SUR-PUISSANTE, et que Denis Robert face à Clearstream était seul, tout petit, sans puissance aucune, ni d'argent, ni d'influence... là où beaucoup auraient baissé leur froc, il s'est battu 10 ans.

Je suis désolé Dan, mais les détails de votre article, le sort contestable que vous semblez y réserver aux mouches (si j'ose dire), pour une fois, et malgré un excellent boulot journalistique, je m'en fous. L'important est tellement ailleurs, tellement à l'opposé de ce que vous pointez !!! Il manque tellement sur le site, non pas un "arrêt sur image" concernant Denis Robert aujourd'hui, mais bien plutôt un "résumé des chapitres précédents" sur toute cette affaire, et qui rendrait hommage à un type qui aura participé, tout seul et sans moyen, à ce que peut-être, un jour, une prise de conscience populaire poussera vers le devant de la scène et dans les suffrages, des politiques dont le but sera de "déctricoter" les paradis fiscaux... leur compliquer la tâche... peu à peu les rendre inopérants...

Saura-t-on un jour ce que le commencement d'engouement pour le discours d'une Eva Joly sur les paradis fiscaux (cette thématique constituant aujourd'hui, pour le citoyen moyen, une très large part du corpus idéologique, politique et programmatique de la Dame) doit à Denis Robert... au fait que depuis 10 ans, il met périodiquement un aspect de cette thématique en toile de fond de l'actualité, par ses bouquins, ses films, et même par ses nombreux déboires judiciaires dont chacun peut penser in petto face à son écran qu'on a affaire là à une lutte d'un bien faible pot de terre contre un bien solide pot de fer....?

Alors "Denis Robert non coupable ?"... la réponse à la question de votre titre est pour moi, et définitivement, JE M'EN FOUS, au regard de l'importance de son travail d'abord, et du fait que c'est lui, au regard de la loi, qui a GAGNE !!! Il a pointé un système odieux et criminel (cet argent détourné tue, partout dans le monde, car il manque là où il devrait être) du doigt, il a gueulé pendant 10 ans "Ce sont des truands !!!" et la justice lui a dit : "Vous avez le droit de le dire..." ce qui revient à dire "Vous pouvez continuer"... et puisqu'il le peut, lui, que d'autres le fassent désormais.... le reste est de la poésie toute pure comparé aux enjeux.
Votre angle de lecture de l'article est assez... heu.. spécial...

Denis Robert n'est pas un énième Jesus Christ, ça n'est pas lui faire jusstice que d'en faire une espèce de saint, pas plus que d'avoir une vision ultra binaire des gentils contre les méchants de ce genre d'affaires ( voir le message de Dominique Godin).
Vous me faites penser à un cancérologue qui préconiserait de lutter contre des métastases avec un peu de paracétamol... histoire de rester parfaitement dans la neutralité journalistique il semblerait...

Mon prisme n'est pas des "gentils contre des méchants"; (quoi que, même lorsque la réalité se vêt des atours du simplisme et du lieu commun, elle n'en reste pas moins la réalité, et oui, il y a de par le monde des ordures intégrales et des système d'une infinie perversion engendrant un pouvoir de nuisance colossal... et des types qui se battent tout simplement pour des causes nobles et utiles pour une évolution plus positive du monde). Vous vous faites insulte à vous-même en feignant de croire que mon propos se résume à ça, puisque vous exprimez un mépris qui tend à ravaler l'interlocuteur (qui en l'occurrence ne vous demandait rien) à un imbécile, et c'est toujours étrange que de se placer soi-même dans le rôle d'un cuistre méprisant pour les idées d'autrui... comprenez ceci : c'est vous même qui vous êtes placé dans cette position, ne venez pas ensuite vous plaindre d'avoir été insulté ou mal-traité : vous trouvez simplement ici un miroir face à l'image que vous avez placé devant... mais les vieilles habitudes ne se changent pas du jour au lendemain... n'est-ce pas ? Je ne vois pas pourquoi je perds ici tout ce temps alors que nombre d'@sinautes vous ont si souvent et en vain fait le même reproche, en vain... ennnnnfin....

Mon prisme est "puissance" contre "impuissance"... puissance parce qu'il semble que partout, jusque dans les coins les plus reculés et les plus alternatifs des médias (c'est à dire ici même à travers l'article de Dan), ce type se fait taper sur la gueule pour avoir voulu mettre sur la place publique ce qu'il avait constaté dans son enquête et qui le révoltait.

Egalité de traitement donc, il faudrait... égalité de traitement, c'est un mec au tribunal qui se démerde à payer un ou deux avocats face à une organisation qui a les moyens, non seulement d'en mobiliser une armada, mais d'influencer jusqu'aux législateurs qui promulguent les lois des pays où ils seraient jugés... le lobbyisme des paradis fiscaux afin de faire perdurer leurs activités sans "cadre" n'est absolument plus à démontrer, et cette officine en est un rouage. L'égalité telle que vous l'envisagez cher et courageux anonyme, c'est que le lièvre et la tortue (pas ceux de la fable... les vrais) doivent s'engager dans la course sur la même ligne de départ.

Quant à "Denis Robert n'est pas un énième Jésus....", souffrez que je vous fasse la grâce de ne rien répondre afin de vous épargner quelque peu.
Vous vous faites insulte à vous-même

Oui, je me fouette jusqu'en sang en me traitant de tous les noms mais c'est un autre sujet.
Vous le dite vous même vous regardez les choses à travers un prisme donc déformant par essence au point de voir des choses qui ne sont pas dans l'article en question. Tout les faits énoncés par vous sont justes mais ça n'est pas pour autant que Denis Robert doit être canonisé. Ses enquêtes sont brouillonnes, il est souvent approximatif, ce qui a bien servit ses opposants d'ailleurs.
"Denis Robert face à Clearstream était seul, tout petit, sans puissance aucune, ni d'argent, ni d'influence... là où beaucoup auraient baissé leur froc, il s'est battu 10 ans. "...

Excellent ! Rien à rajouter.
@ Arnaud Romain

A travers ton "prisme" de lecture je suis d'accord avec ta réaction à propos du "?" et j'adhère à ce que tu écrits.

Ce qui pour moi n'enlève rien à l'intérêt de l'article de Dan Israël, sauf en effet le "?" douteux.
Je suis entièrement d'accord avec vous quant à votre analyse. Ce point d'interrogation m'interroge. Et qui lui réponds-je ? Ben j'sais pas… parce que je ne le comprends pas. Peu importe ?
Quant à la critique qui vous est faite de Jésuschristifier Denis Robert : laissez moi rire ! Point de canonisation ici : il s'agit de reconnaître la pertinence du travail de Monsieur Robert, sa qualité et surtout son obstination. De nombreuses (trop nombreuses) années à se battre contre un éléphant qui, en réponse à l'intifada déclenchée vous noie dans une masse difficilement commensurable d'excréments. Parce que les cohortes d'avocats (Malka n'était pas le seul, même s'il peut paraître emblématique) ont tenté de frapper Denis Robert au porte-monnaie, à l'amour-propre (en lui niant sa qualité de journaliste) etc., bref : il s'agissait d'une mise à mort.
Quelques audacieux confrères journalistes lui ont envoyé leur carte de presse en guise de soutien… certes… mais combien d'articles ont-ils (été) publié pour - non pas soutenir son travail - mais plus justement pour infirmer ou confirmer son enquête ? Du côté des détracteurs on a eu une réaction… comment dire ?.. épidermique. Enfin… c'est mon avis. Leurs regards se sont focalisés sur quelques approximations et du fait de leur existence tout le travail a été taxé de mensonge. Oui, Denis Robert a commis des erreurs (la DGSE incriminée n'est pas la police politique française mais un autre machin). Et alors ? Le fond du sujet traité est ailleurs. Le fond importe. La forme n'est évidemment pas à négliger non plus, bien évidemment. Mais combien de pourfendeurs de Denis Robert se sont attaqués au sujet Clearstream ?
Ah comme il est agréable ces jours ci d'entendre le chœur des soutiens de la dernière minute !
Pour en venir à la mise sur un piédestal de Denis Robert je crois que ce n'est pas du tout le cas. il y a en réalité eu un tel acharnement médiatique que maintenant que la justesse de son travail est reconnue (et effectivement, la cour de cass' n'a pas dit " Denis Robert a raison " mais plutôt " il a fait correctement son boulot "), hé bien ma fois ça fait plaisir de répandre la bonne nouvelle.
Ce qui m'attriste en revanche c'est d'être surpris par l'arrêt rendu par la cour. Une Justice existe… Je n'ai évidemment pas la prétention d'avoir pu juger de la justesse des propos de DR à la lecture des ses livres (ou films). Mais il m'a convaincu qu'il est dans le vrai. Et si des journalistes avaient ne serait-ce que tenté de mener une (contre-)enquête sur Clearstream démontrant que la vérité est ailleurs je les aurai lu avec autant de plaisir. De plus le récent procès, appelé à tort (je partage mon avis) procès Clearstream à l'issue duquel Villepin aurait pu finir planté sur un croc de boucher, Denis Robert a été relaxé. En revanche je crains qu'il ait permis un amalgame… en transformant le mystère de cette chambre de compensation en une histoire politico-politicienne détournant habilement le regard du problème de l'opacité de ce système.
Et j'ose espérer que d'autres journalistes enquêteront sur Clearstream. Les petits cailloux peuvent empêcher l'éléphant de se croire chez lui dans le magasin de porcelaine.
oui enfin "Denis Robert seul contre tous", il avait quand même le groupe canal+ derrière lui (nombreux passages), il est aussi passé dans de nombreux medias ( envoyé speciale, la télé libre de John Paul Lepers, etc...). Ça n'enleve rien à son courageux travail mais vous grossissez tellement le trait que ça en devient ridicule.
Comprenez-nous (enfin surtout moi en l'occurence) bien : si nous grossissons le trait, et là je vous rejoins, c'est parce que nous saluons là la qualité du jugement rendu, notamment à cause du déni médiatique dans lequel Denis Robert a été enfoncé - la négation de la qualité de son travail dans le pire des cas.
Effectivement nous nous emportons… peut-être !
Denis Robert n'est aucunement un dieu, un gourou ou un truc du genre. Que nenni ! Mais admettez que de constater que le pot de terre résistant aux assauts du pot de fer et de son armada est enthousiasmant.
Même si, je vous le concède : se réjouir que la justice soit rendue est quelque peu… inquiétant, non ? C'est surtout ceci qui me dérange…
Merci de nous rappeler régulièrement à quel point Monsieur Val est une authentique vermine doublée d'un stalinien épurateur de la meilleure facture.

J'ajoute que DS, lui ayant emboîté le pas in-petto lorsqu'il avait - très ignoblement - traité Siné d'antisémite afin de s'en débarrasser (avant de se rétracter dans les 24 heures devant la levée de bouclier des @sinautes) est bien mal récompensé par cette abominable crapule !

Parce que se faire dire "qu'on est aux médias ce que Benoit XVI est à la reproduction", en des des temps plus courageux, c'était une invitation à descendre sur le pré pour en découdre !

Mais Val est mal placé pour distribuer les satisfecits dans le domaine des médias, puisqu'il ne travaille que dans les fosses septiques !
Je ne m'étais pas posé la question de savoir si la CEDH et l'Union Européenne c'était pareil ou pas, en ce sens le titre est un peu incorrect car nous sommes nombreux à ne pas faire très bien ce genre de différence. Ce qui n'enlève rien à la qualité de l'article. J'ai tout compris alors que j'y connais rien. Et j'ai surtout compris, ce n'était pas le cas avant lecture, que ce qui vient de se passer dépasse le cas, pourtant si important, de Denis Robert. Merci.
ahahah la vidéo trop drôle mdre lol ce val fourré au chocolat, mon avocat, mon frère dit, tié défend la société de compensation, ptdr, l'idiot utile !

enfin si vous voulez en savoir plus sur l'affaire denis commis une BD (l'affaire des affaires T1 & T2) pas mal du tous (un Clearstream pour les Nuls) et en plus ça le soutien !

à quand denis sur le plateau ?
J'ai regardé l'extrait vidéo et j'en suis resté abasourdi.
Ce Philippe Val est un vrai con. L'autre (je ne sais pas qui c'est) à sa gauche ne le semble pas moins, aussi...

Merci pour la liberté d'expression de laisser sans censure mon opinion, dont je revendique l'absolu arbitraire, au nom de San Antonio qui déclare qu'on est toujours le con de quelqu'un! :-)
Je dis bravo a Denis Robert pour son courage et sa bravoure. Il fallait tenir face a tous ses rats . Ceci dit moi non plus je savais pas que la C E D H n appartenait pas a l U E. Donc pas de regrets d avoir voté contre la constitution europeenne ,on nous a volé notre victoire mais ça prouve bien que l U E c est des gros nazes.
Merci de faire écho à cette décision importante pour Denis Robert qui a eu bien du courage face à une fraternelle de voyous, banquiers, politiques et journalistes, dont le valeureux P. Val qui est de plus en plus à gerber.

Éphémérides, le blog qui est à la blogosphère ce que Benoît XVI est à la reproduction.
quelle bonne nouvelle !
et qui peut redonner espoir à tous les petits pots de terre que nous sommes, parce que ce jugement nous signifie qu'il nous reste encore un droit à la parole même, et surtout, quand elle critique ou condamne les pots de fer !!

"Ces décisions de la Cour de Cassation n’effacent pas le système bien-sur, mais sont néanmoins une claque magistrale à un système pourri et corrompu qui a voulu faire passer la victime pour le bourreau.
C’est un souffle d’air frais pour toutes celles et ceux qui luttent pour la vérité et qui luttent contre le capitalisme.
"


merci Dan
Très pointu en effet... N'étant pas juriste, je ne peux que me réjouir pour Denis Robert, surtout après avoir entendu Philippe Val se répandre sur ce "collègue" !
Vraiment contente pour Denis Robert ! Ouf !
Merci Maître Eolas ! oups pardon Dan Israël ;-)

Sans rire, excellent article
Merci pour cet article sur Monsieur Denis Robert,....et puis un peu en retard bravo pour l'article "Demorandini" de Daniel Schneiderman dans le journal "Liberation"...courageux !
Vidéo>
Daniel attaque pour diffamation : si Val ne peux pas trouver un enfant de benoit 16, tu gagnes. Quel gros con ce val. Et dire que j'ai des disques dédicacés...
Le titre est un chef d'œuvre de désinformation. La CEDH n'a AUCUN lien avec l'Union Européenne ou la construction européenne. Elle fut créée en 1950 par le Conseil de l'Europe. Ce point méritait d'être signalé. (Le conseil de l'Europe comprend 47 états membres dont la Russie, la Turquie, etc...)
L’Union européenne a développé un ordre juridique distinct, dont la Cour européenne de Justice à Luxembourg est la plus haute instance
http://www.coe.int/t/dc/files/themes/eu_and_coe/default_FR.asp

Et de toute façon, la Cour de Cassation n'avait nul besoin des textes internationaux pour faire évoluer sa jurisprudence...un nouveau mensonge de plouto-eurocrate (un peu comme L'Airbus qui n'a rien d'un avion européen mais tout d'un projet international. Idem pour l'affaire des prisons secrètes de la CIA qui fut révélé par le Conseil de l'Europe avant d'être accaparé par l'UE, toujours à la traine et sous influence américaine depuis sa fondation..Saviez vous que les pères fondateurs étaient considérés par leurs parrains américains comme des employés, rémunérés comme tels par la CIA. Les documents declassifiés sous l'ère Clinton en ont apportés la preuve définitive et indiscutable. ).
Merci de cet article pour D. Robert et l'historique des décisions.
Excellent article, très pointu, même pour des juristes spécialisés.

Cela dit cette série de trois arrêts s'inscrit dans une évolution de la jurisprudence de la Cour de cassation, très énervée ces derniers temps contre l'exécutif. Voir les arrêts du 19 octobre 2010 et du 15 décembre 2010 sur la garde à vue par exemple, qui affirment tout à tour que la loi pénale de 2003? qui a ôté du code de procédure pénale "le droit se taire" des gardés à vue est contraire à la ConvEDH, ou encore le fait que le procureur, magistrat du parquet, n'est pas un juge indépendant (voir CourEDH, arrêt Moulin c. France, 23 novembre 2010).

Quant à la mention de la notion d'"intérêt général", elle est utilisée par la Cour de cassation de plus en plus fréquemment, ce qui lui permet de se livrer à une interprétation restrictive de la diffamation telle que conçue par la loi de 1881. C'est notamment sur ce fondement que les enregistrements faits par le personnel de Mme Bettencourt avaient été considérés comme des éléments de nature à intéresser le public, alors qu'il violaient clairement le droit à la vie privé tel qu'il est protégé par... l'article 8 de la ConvEDH.

La fronde viendra des juges... Je m'en frotte les mains !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.