136
Commentaires

"Décomplexion" : rendons à Sarkozy...

Commentaires préférés des abonnés

Je pense que, pour l'immense majorité des lecteurs, le choix des mots a été bien compris. Mais il y avait juste assez d'espace pour que la petite meute puisse faire semblant de ne pas comprendre... et le faire savoir auprès de leurs suiveurs. Et ils (...)

N'est-ce pas une sorte de légion d'honneur  que d'être attaqué par tous les zemmour-oïdes ......,?

Chronique acidulée, adroite, élégante et convaincante.

Derniers commentaires

les champions habituels du buzz zemmouroïde, la journaliste du Figaro Judith Waintraub 


Daniel aura été un vrai oracle sur ce coup.

Il y a des jours comme ca, mais c'est pas tous les jours, s'entend, ou l'abonne a @si -qui connait bien son D.S - se regale...

Le faux JT du Média a fait 2min d'analyse :-) de la séquence de Sarco 

image par image https://m.youtube.com/watch?v=TjvSFK4Hg8o&t=90s




C'est lamentable et écoeurant de voir le peu d'écho sur ces déclarations racistes sur les merdias.Je suis sur que même Soral le Nazi n'oserait traiter les noirs de singes,de peur d'être condamné. Justice à deux vitesses. L'une pour les cretins diplomés qui tient le haut du pavé, l'autre pour la vulgaire  populasse .


Daniel, tu as tout mon soutien. 

Pour ce que ça vaut.

L'assimilation inconsciente mais évidente dans l'esprit ( peut-on dire esprit ?) de N. Sarkozy entre le mot "singe" et le mot "nègre" est évidente dans sa phrase puisqu'il indique que l'on ne peut plus rien dire - on pourrait le cas échéant imaginer qu'il a voulu souligner cette assertion de manière ironique.

 Cependant, dans la même interview Sarkozy rappelle que Brice Hortefeux est son ami à vie indéfectible *.

[M. Hortefeux, ex ministre de l'intérieur, dont il convient de rappeler sa sortie ancienne sur les "auvergnats"  [pour mémoire :

Extraits : "Amine, ça c'est l'intégration !", s'exclament certains. "Il est beaucoup plus grand que nous, en plus !", réplique Brice Hortefeux. "Il mange du cochon et il boit de la bière !", précise une voix. M. Hortefeux : "Ah, mais ça ne va pas du tout, alors, il ne correspond pas au prototype. C'est pas du tout ça !" "C'est notre petit Arabe", lance quelqu'un. "Bon, tant mieux, conclut le ministre. Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes... ]

Ainsi, c'est le même biais cognitif d'assignation inconscient ou subliminal qui entre en jeu.


Si on écoute l'interview avec Quotidien, n'est-il pas plus ou autant choquant les sorties de Sarkozy (lequel revendique qu'on l'appelle M. le Président plutôt que  M.Sarkozy quand on l'interroge )  notamment

- s'agissant du racisme de la police  nous dit qu'il n'y a qu'à regarder qui la compose pour voir qu'elle n'est pas raciste ( ce qui laisse supposer  ou sous entendre que les présupposés racistes" serait une notion qui ne pourrait exister que si la police n'était composée que de "blancs".

-S'agissant son opposition formelle au terme "égalité". (à plusieurs reprises) qu'il estime démolir la différence parce qu’elle veut laisser à penser qu’on est tous les mêmes, or ce n’est pas vrai  " et qui lorsqu'il lui est objecté mollement la devise de la République Française botte en touche lui préférant le terme Identité.


Bref, certes, il peut être certainement reproché à Quotidien de n'avoir pas beaucoup d'argument à opposer ou de questions sanglantes à poser et de passer les plats  (les parties interview sur le plateau sont souvent de la promotion pour l'invité ) mais en même temps, laisser cet homme dérouler ses propos sans cette opposition, les rendent encore plus révélateurs . L'usage des mots comme il est dit plus bas nous révèle. 

(cf. Citation de Taubira qui elle ne choisit pas ses mots au hasard et qui en maîtrise certainement un peu plus que notre ex-président excité )

Les commentateurs de l'exercice sont peu nombreux à s'offusquer des propos de Sarkozy sur l'Egalité qui me semblent autant révoltants ou mortifères et à tout le moins appellent une clarification réelle des présupposés et des postulats que sous-tend un tel positionnement de la part d'un Républicain qui a eu pendant 5 années les fonctions de porter haut notre devise.



Tout cela est abracadabrantesque, et honnêtement, je m'en fous.

Faire une BD où on fantasme sur une esclave noire que sciemment on fait ressembler à Obono, et en plus y sous-entendre que les catholiques n'ont pas été partie prenante dans l'esclavage, c'est choquant.


Après, qu'est ce qui est raciste, à part injurier, dévaloriser, et défavoriser les "racisés" ? C'est une question de point de vue, 

Et s'emberlificoter dans des querelles sans fin, contre les gens qu'on n'aime pas, ou dont on n'aime pas les idées, et qui parlent vite et sans toujours avoir le temps de peser leurs mots, c'est stérile et chronophage.


Je comprends bien qu'on voudrait faire quelque chose contre les Calimeros zemmouristes, contre cette construction imbécile des "On ne peut plus rien dire, entre autres ce que je vous dis à vous, et devant des millions de personnes"

Mais laissez-les vivre, ces pauvres créatures sans cervelle. Ne partez pas dans leurs jérémiades. Ils ont encore leur coquille d’œuf sur le crâne, ça les empêche de penser. 

Le monde attend son avenir, soyez à la hauteur !

http://www.infosdumatin.com/2020/08/attention-censure.html

N’empêche que la véritable info est d'apprendre que Sarkozy est toujours vivant et de plus encore en liberté ! c'est fou non ?

Pour défendre un peu Christine Kelly (même si je n'ai aucune raison de le faire,  je ne l'écoute jamais et suis a priori plutôt d'accord avec l'idée de caution pour Zemmour malheureusement), voici un passage, de Quotidien justement, où elle remettait Zemmour à sa place, à 2' environ : https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/morning-glory-80-de-blancs-tues-par-des-noirs-le-gros-nimporte-quoi-deric-zemmour-94181753.html

Certes, c'est court ;)


 " zemmouroïde " ? C'est de l'hémour



Puisque ceux que j'exècre vous font la guerre sur twitter, vous avez toute ma considération, cher Daniel Schneidermann... Mandieu ! Goldnadel... la bêtise méchante faite homme... et Bercoff le soudard populiste vous guettent au tournant ! Tant mieux. Qu'ils aillent se faire mettre chez les gorilles (cf Brassens)... Au fait, bon, Sarko... on avait l'habitude non ? Mais là, je me demande à quoi ça sert d'inviter un type comme lui sur ce plateau... Pour faire de l'écoute ? Pour moi, il reste le Ministre de l'Intérieur qui a commencé à rendre très compliqué  l'accès de la France aux "gens du Sud". Avant lui, l'OFPRA dépendait du Ministère des Affaires Etrangères, ce qui me paraît normal... avec lui, l'OFPRA est passé au Ministère de l'Intérieur : la flicaille peut ainsi mettre son nez dans tous les domaines... même celui de l'asile, qui est un droit international. Moi, Sarko, c'est un put'1 de facho de m ... qui fait faussement le clown sur les plateaux télé mais diffuse toujours son racisme primaire et immonde.

Vous avez tout mon soutient Daniel mais j'aimerais bien avoir le retour de Christine Kelly sur cette polemique.

Son twitter me laisse penser qu'elle est plutot dans le camps des choques pas l'utilisation du mot servante.

Rien à voir (enfin, avec la zemmourisation peut-être), mais ce matin sur la radio d'Etat, un chroniqueur actualités a parlé de la rentrée de la Maréchale le Pen, disant qu'elle entend bien peser dans le paysage politique, blah blah blah... (avec des ânes pareils qui parlent d'elle sans cesse malgré le vide intersidéral qu'elle représente, c'est sûr qu'elle va finir par peser).


 J'ai haussé le sourcil quand pour la première fois j'ai entendu le qualificatif de droite radicale, pour qualifier son positionnement politique. Est-ce à dire qu'on va nous vendre la Maréchale comme un produit reconditionné dans un bel emballage tout neuf ? Le barycentre politique ne connaît aucun coup d'arrêt dans son déplacement vers la droite, et la sémantique change en conséquence.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Aaaah, ça manquait de connard ces derniers temps, c'est bien de ressortir un peu les anciens numéros.

Ouais. Bof. Faut être de sacrément mauvaise foi pour ne pas voir que c'était une critique.


Aucun n'a lu le billet- plus personne ne lit, tout le monde réagit.


Comme ça, ils peuvent se mettre 2 fois en avant : une fois en s'honorant de leur vertu, une deuxième en s'excusant de ne pas avoir lu et d'avoir été trop rapides.

On s'étrangle, on s'offusque parce que Sarkozy regrette que nos élites trouvent utile, nécessaire et urgent de débaptiser un livre. Ce qui d'ailleurs avait été fait depuis des dizaines d'année dans les pays anglo-saxons, aux sociétés organisées en communautés et qui ont donc naturellement inventés le politiquement correct. Le "bucher des vanités" qui semblait être à sa sortie une histoire américaine est désormais notre quotidien.


Pourtant il y a bien plus à rapprocher  à cette interview que d'avoir laissé Sarkozy parler sans contradiction.

Ce qui est réellement choquant, c'est que vous pouvez interroger un ancien président de la 5ème république, autant dire un roi, qui a exercé le pouvoir pendant 5 ans, et vous ne lui posez pas une seul question sur son bilan. 

" Pensez-vous que votre intervention en Libye ai été une bonne chose ?"

" Pensez-vous que d'avoir supprimer la police de proximité soit une bonne chose ?" etc ...

Bref qu'on l'interroge sur ce qu'il a fait et pas sur ses petites phrases. Sarkozy n'est pas un écrivain, pas un auteur ou un artiste, bref pas un intellectuel mais quelqu'un qui a eu le pouvoir d'agir.

La vrai connivence journaliste elle est là, quand on se contente d'interroger les sentiments et les opinions d'un homme de pouvoir.


Pour finir, gamin j'ai lu les 10 petits nègres et quand j'ai vu le film, la version anglaise de 65, je me suis étonné du générique s'ouvrant sur des figurines d'indiens. On m'a expliqué qu'en Amérique le terme nègre était péjoratif, donc le titre n'était pas le même. Maintenant que je suis grand je ne suis pas certain que le terme indien le soi moins. Et je ne serai pas surpris que le nouveau titre, qui semble fait pour éviter d'y réfléchir, évolue en "ils et elles étaient 10".



Désolée DS mais ce titre m'a choqué exactement de la même manière que celui de match: "Solidarité en bande organisé". Je ne voit aucune différence entre les deux. Tout deux assignent des personnes a des représentations douteuses et tout deux partent d'une intention de provocation ironique, qui ne peut être perçut comme telle que par des personnes qui n'ont jamais été concernées par ces assignations systémiques.


fallait titrer ZEMMOUR et la TANTE TOM.

Bonne chronique mais je ne suis pas entièrement convaincu par le postulat de départ : 


"mais qui laisse fortement penser que l'ex-chef de l'État assimile les Noirs à des singes."


C'est aussi ce que j'ai compris à la première écoute de Sarkozy car notamment l'allusion aux 3 singes m'avait échappé. Mais en réécoutant, ce que je comprends c'est qu'il s'interroge sur l'emploi du mot singe en raison du cas Agatha Christie.

Pour lui, on évite le mot "nègre" car il renvoie à l'esclavage de la population noire et donc on pourrait selon cette logique éviter le mot "singe" car il était aussi utilisé comme une insulte raciste envers la population noire.


Merci pour cette excellente chronique. Dans l'article du Monde que vous citez https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/09/11/face-a-la-concurrence-cnews-fait-le-pari-d-une-parole-decomplexee_6051735_3234.html, il est question d'un sondage qui une fois de plus est critiqué pour les mauvaises raisons, et pas pour les bonnes. ce qui permet au  Monde de soutenir cette zemmourisation de façon très subtile, tout en ayant l'air de la mettre à distance. Ce soutien est probablement non délibéré d'ailleurs, tant il est vrai que le racisme le plus toxique est le racisme "asymptomatique", si on peut dire. Je m'explique :

La première arnaque, c'est l'interprétation sélective du sondage : le Monde choisit de citer deux chiffres , en les qualifiants "d'explosifs" (ce terme en soi n'est pas anodin), et portant seulement sur l'échantillon de musulmans. "un quart des musulmans de moins de 25 ans ne condamneraient pas les attentats du 7 janvier 2015 contre l’hebdomadaire satirique, tandis que 74 % d’entre eux feraient passer « leurs convictions avant les valeurs de la République » "

Or le sondage contient bien d'autres informations, comme par exemple le fait que l'affirmation "faire passer ses convictions religieuses avant les valeurs de la république" recueille 40% d'adhésion des musulmans, mais également... 39% de la part des protestants ! Et 37% de la part des Français de moins de 25 ans, soit beaucoup plus que leurs aînés (12% des 35 ans +). Ce délitement vertigineux de la foi dans les valeurs de la République appelle une autre hypothèse : cette expression ne s'est-elle pas vidée de son sens, à force de ne servir qu'à stigmatiser les musulmans ? On voit aussi que la proportion de jeunes qui comprennent l'indignation suscitée par la caricature du prophète est assez proche entre jeunes Français en général (47%) et Jeunes Français musulmans (55%) : autrement dit, chez les Français les jeunes musulmans sont moins indignés que leurs ainés, et les autres jeunes le sont plus que les leurs. Autrement dit, les valeurs, c'est à dire ce qui mérite ou pas l'indignation, connaissent un bouleversement générationnel très rapide, qui mérite qu'on se penche sur ses fondements, au delà de la religion. 


La deuxième arnaque, c'est de citer un sociologue qui disqualifie le sondage en raison de la petite taille de l'échantillon. Tout le monde sait depuis longtemps qu'un échantillon de 500, s'il est représentatif, c'est largement assez pour être  fiable à 2-3 pourcent près. On peut se poser des questions sur la représentativité de la méthode, mais c'est la même méthode - avec les mêmes biais - qui a été appliquée à l'échantillon de la population générale, donc la comparaison est valable. En prétendant équilibrer le "pour" et le "contre" avec un "contre" qui n'est pas valable, le Monde se donne des faux-airs de neutralité, tout en renforçant en réalité son interprétation raciste.

Alors que ce sondage est à la fois instructif (surtout à travers les tris par sous-catégories de population : âge, affinité politique, catégorie socioprofessionnelle, lieu d'habitat...), mais aussi critiquable pour bien d'autres raisons que le Monde n'évoque pas : le fait qu'il soit commandé par un client précis - Charlie - a un impact majeur sur les questions posées, celles qui ne le sont pas, et la formulation et l'enchaînement de ces questions. Le thème qui se dégage de l'ensemble du questionnaire donne assez vite le sentiment qu'il y a de "bonnes et de mauvaises réponses". En particulier, la question qui reprend une généralisation de café du commerce "En 2020, estimez-vous que dans leur majorité, les catégories de population suivantes respectent les valeurs de la République ?" réponses possibles : "Les Français de confession chrétienne; Les Français sans religion ; Les Français de confession juive ; Les Français de confession musulmane" est absolument stupéfiante. Si on avait posé la même question en remplaçant les religions par d'autres critères comme par exemple les blonds, les chauves, les femmes, les hommes, les chinois, les noirs, les riches, les pauvres, des voix militantes se seraient immédiatement élevé pour dénoncer l'existence même de la question, à juste titre. Les Français musulmans sondés ont été bien aimables de bien vouloir répondre, et d'ailleurs leurs réponses mettent toutes les catégories peu ou prou au même niveau (+/-80% de respect, avec un bonus pour les chrétiens 89%, et un malus pour les athées 76%) tandis que la moyenne des Français juge évidemment les musulmans majoritairement non respectueux des valeurs de la république. 

Conclusion, quand un sondage sent mauvais, il faut aller flairer le questionnaire de près, et surtout, commencer par se débarrasser du commentaire du journaliste qui se complaît à en exhauster les arômes les plus nauséabonds...

Après visionnage d'une partie de l'émission, je pense que le terme de servante écarlate eût été plus judicieux. Kelly s'est en effet parée de rouge car cette couleur plaît à Zemmour. Mais fait-elle ce travail de son plein gré ?


On sent quand même quelque chose à travers ses haussements de sourcils, sa moue de côté. Pas vraiment une perplexité, mais plus une lassitude. Ou alors c'est simplement qu'elle est concentrée sur l'oreillette...


Qu'en pense-t-elle, elle ? Peut-être que vous devriez lui parler en off. Elle rêve peut-être d'être journaliste à ASI.

Bonjour et merci pour la chronique. Je trouve que celle d'hier était très bonne, jusqu'à son titre, qui faisait mal, mais le faisait utilement. 


C'est notamment pour cela que je ne suis pas d'accord avec les objections intéressantes, utiles au débat de Nassira El Moadden (bienvenue à @si au passage, et admiration pour votre capacité mutuelle à exposer paisiblement et publiquement des désaccords) : souligner l'impensé colonial du dispositif médiatique était pertinent, et cela indépendemment de ce qu'est avant tout, publiquement, Christine Kelly : une journaliste, et pas d'abord une femme racisée. 

Si Christine Kelly avait, depuis qu'elle est dans ce dispositif, rendu coup pour coup aux saillies racistes d'Eric Zemmour, ça se saurait : elle aurait alors subverti ce dispositif, et votre qualification aurait été injurieuse, car infondée. Mais là, on sait bien que Ch. Kelly perd pied, se fait balader jour après jour, par la combinaison d'intox et de haine raciste d'E. Zemmour. On sait très bien que, trop pugnace, elle se serait fait dégager, car on sait bien que le dispositif est pensé, voulu, pour que Zemmour n'ait que des sparring partners, pas des contradicteurs. On sait bien que le résultat des courses global de cette émission est le souhait exaucé que les idées de E. Zemmour se diffusent. Et cela (est-il vraiment besoin de le préciser?) n'a rien à voir avec son statut de femme, ou de personne racisée :  Ch. Kelly est en échec professionnel en tant que journaliste. 

Que reste-t-il donc, à Ch. Kelly une fois cette impuissance actée ? Son image, sa présence. Qui peut feindre de croire qu'à la télévision, ceci soit annexe ? Et c'est sous cette dimension restante, qu'elle subit , accepte, cautionne, et participe de cette mise en scène, cette imagerie dégueulasse, oui, du vieux raciste qui explique la vie à une femme racisée tous les soirs (et non pas donc, fort regrettablement, à une professionnelle qui le mettrait dans les cordes autant que nécessaire). 

Bien sûr, le dire ne peut que déchaîner une tempête, car Ch. Kelly, ceux qui estiment sont travail, pourront toujours objecter que non, elle n'a pas failli, qu'elle demeure pro et convaincante, et que la réduire à son rôle de femme noire, soumise, est par conséquent injurieux. Cela se tient  (je laisse de côté les zemmouriens racistes qui eux, se contentent de l'effet d'aubaine) . Mais si l'on est d'accord avec le constat de départ, à savoir de l'échec pro de Ch. Kelly, ce qui est mon cas, alors cette objection tombe, et alors, je pense que nommer le mal, et nommer la mise en image perverse du mal était pertinent.  Et pile dans le rôle d'@si. 

Belle répartie pour une momie.  J'ai bien failli m'étouffer de rire en lisant la phrase de Bercoff.

Quoiqu'il en soit, on est ensemble dans la tempête, vous n'êtes pas seul.

Regardez-la, cette émission, et dites-moi ensuite quels mots appliquer à ce que vous y voyez. Votre serviteur vous écoute.


Je réitère ma proposition, mais elle ne va pas plaire non plus je pense : négresse de maison... Elle a le don d'évacuer toute ambigüité !  ;-)

Bravo Daniel, je suis fier d'être abonné dans ce genre de situation !


C'était il y a fort longtemps et les invités avaient failli en venir aux mains (M. Sifaoui et E. Lévy) vous aviez tenté de faire dialoguer intelligemment les "On peut plus rien dire" mais qui ne s'accordaient pas sur la technique à utiliser.


Vous aviez mis en évidence, et c'est à nouveau le cas, que les "On peut plus rien dire" ne savent pas vraiment ce qu'ils disent, et ne savent que s'agiter continuellement sans savoir pourquoi.

S'agissant de Quotidien, je trouve le concept de l’émission de plus en plus faux-cul. 

- Ça raille à distance les politiques (menteurs, manipulateurs...), mais ça les invite quand même. 

(A ce titre, j'avais lu une interview de Yann Barthes il y a un an ou deux, où il disait qu'il n'inviterait plus de politiques en plateau, car trop langue de bois, trop éléments de langages, trop pros de la com. Et hier il invite Sarkozy...)

- Ça balance de loin, mais sur le plateau personne ne moufte face aux énormités balancées.

- Et puis, ça n'admet pas beaucoup, voir pas du tout la contradiction avec des idées bien arrêtées sur à peu près tous les sujets.


Dispensable...



"Votre serviteur vous écoute."

Intéressant: on dirait qu'il n'y a pas de vrai masculin en français à "servante". "Serviteur" n'

  


Autre décomplexion démocratique pendant ce temps :

- pour avoir violé les règles de distanciation sociale, un homme assassiné par des policiers à coups de taser (son "por favor" rappelle le "I can't breath" de Floyd ou le "j'étouffe" de Chouvia)

- émeutes contre la police en réaction, réprimées avec plus de 10 morts et plus de 60 blessés par balles pour le moment, des tabassages, chasse à l'homme et à la femme en motocross dans la rue etc.


Reportage soft sur France24 (champ contre-champ police / manifestants, avec un peu de feu) :

https://www.france24.com/fr/20200911-colombie-nouvelles-%C3%A9meutes-apr%C3%A8s-une-bavure-polici%C3%A8re-dix-morts


Vidéos ultraviolentes sur Twitter (rien à voir: contact police/manifestants) :

- la bavure : https://twitter.com/i/status/1303784803553042432

- les émeutes :

https://twitter.com/i/status/1304101309302411272

https://twitter.com/i/status/1304110627133296653 (sur le thread de Chalecos Amarillos, Gilets jaunes en espagnol)


Voir aussi : https://www.aljazeera.com/news/2020/09/police-killing-sparks-riots-colombia-leave-dead-200910145448749.html




"Votre serviteur vous écoute. "


Très bon papier, magnifique défense


mais à la différence d'un serviteur marionnette, vous n'êtes Daniel Schneidermann notre serviteur que pour mieux nous aider à décrypter l'actualité et ce monde environnant et si déroutant

surtout quand on retrouve parmi les défenseurs de Zemmour des gens qui représentent un monde de pensée, une culture

Bien plus que notre serviteur, vous êtes un conseiller, un éclaireur


Cette dame servante du château et de la zemmourland et dont j'ai heureusement oublié le nom n'est là que pour faire valoir les idées immondes dont en effet Sarkozy fut le promoteur dans cette lutte aux idées les plus populistes avec la fille du père de la fille de Le Pen


Imaginez qu'on ne peut plus dire guenon en parlant d'une femme politique !!!! qu'elle honte

Sarkozy, le serviteur des porcs et des truies


Mi qui pensais que nous étions à jamais libéré de cette racaille de Neuilly dont les affaires avec celles de ses amis hantent les Palais de justice, affaires trop vite passées de vie à trépas


Dirai-je encore ma honte de voir tant de représentant de ma culture défendre Zemmour en faisant semblant de défendre cette dame


Bien sûr que tous ces gens de droite ou d'extrême-droite pour la plupart, font semblant de ne pas avoir compris ce que DS voulait dire. Ils sont pitoyables et même diffamants. 

Mais DS n'a pas à se justifier, son papier était parfaitement compréhensible. 

Christine Kelly est l'idiote utile du zemmourisme.

Avez vous vu l'excellente série "our boys" ?

Et

Ne pensez vous pas avoir brisé  un tabou  en précisant  "sépharade" au sujet de zemmour ?

Un gag? Je pense à "Peaux noires, masques blancs" de Franz Fanon. Je clique. Google est mon ami. Il me propose, en première position, ceci: 


"Commandez avant 12h vos Produits pour peaux noires, colis expédié le jour même. Profitez de la livraison offerte dès 49€. Commandez vos Produits pour peaux noires"

Dépité de voir l'ensemble des réactions.

Quand le grand public ne veut pas comprendre et qu'il cherche à y voir ce qu'il veut!!!

Je ré-entend Mme Taubira Christiane ce matin sur une matinale concernant le ministre de l'intérieur et son terme "d'ensauvagement" c'était formidable. L'emploi des mots en disent long ou définissent davantage ceux qui les emploi que ceux qu'ils cherchent à définir. La manière dont ils réagissent à votre chronique d'hier, m'évoque la même chose. Cela en dit long sur leur manière aveuglée de voir, de penser le monde. Pathétique. Je ne sais pas comment vous faites pour prendre autant de recul et de distance. Me concernant c'est bien la seule et unique raison qui me fait ignorer les réseaux sociaux. Cordialement.

Je dois vraiment être trop con parce que le titre d'hier j'ai pas du tout fait l'association m'enfin ça devient de plus en plus inquiétant la pente du degueulasse s'accentue...

M'enfin, le titre de la chronique d'hier, fallait vraiment ne pas vouloir le comprendre.

Je le faisais déjà remarquer hier.


Je suis, par solidarité, une "momie plastifiée de la gaucho dynastie" 


Quand Quotidien reçoit un ex président tordu et raciste sans moufter, on peut se poser des questions qui n'ont pas été posées.

J'étais inquiète pour la santé de not'   Ex-Président , mais il arrive toujours à faire son plouf ..... ( avec la bouche )

Bon en gros, si je comprends bien


Schneidermann et Sarkozy : même combat !


;-))


Mdr...


Chronique acidulée, adroite, élégante et convaincante.

Putain, j'aimerais pas être un Blanc aujourd'hui !

N'est-ce pas une sorte de légion d'honneur  que d'être attaqué par tous les zemmour-oïdes ......,?

Je pense que, pour l'immense majorité des lecteurs, le choix des mots a été bien compris. Mais il y avait juste assez d'espace pour que la petite meute puisse faire semblant de ne pas comprendre... et le faire savoir auprès de leurs suiveurs. Et ils sont légion.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.