57
Commentaires

Dans les boîtes aux lettres des "frugaux"

Commentaires préférés des abonnés

Cet épisode n'est qu'une démonstration de plus de la totale paralysie de l'Europe, qui ne fonctionne pas.  L'Union n'est qu'une somme d'intérêts la plupart du temps divergents, et qui ne parvient absolument pas à s'harmoniser. Ni en matière fisc(...)

L'U.E. était en très mauvais état depuis quelques années... je pense que la crise de 2008 qui a enclenché la crise de la Grèce a été le début... c'est là qu'on a réalisé (enfin, certains), qu' "on nous a menti en nous vendant l'U.E."... On ne peut ab(...)

mais la réaction de ces 4 gouvernements n'est-ce pas la "gestion rigoureuse en bon père de famille " qu'on nous vente depuis tellement d'années et qui nous a fait avaler tant de couleuvres au nom de la réalité économique ?

Allant jusqu'à ruiner l(...)

Derniers commentaires

Ce qu'il faudrait pour que l'Europe fonctionne :

un Parlement européen avec un réel pouvoir et des listes transnationales pour les élections européennes et par conséquent des partis européens indépendants des partis nationaux (réellement indépendants) et avec un programme qui est le même dans tous les pays. Ensuite les électeurs trancheraient.

Cela évitera que chacun (et les dirigeants français comme les autres) cherche à défendre les intérêts de son pays (souvent en vue d'élections nationales à court ou moyen terme).


Macron défend ce plan de relance mais tous les Français ne le soutiennent pas forcément pour ça. Inversement pour le premier ministre néerlandais...

Mais que veulent les citoyens européens dans leur majorité ? On ne le saura pas... Et d'ailleurs, peut-être la réponse ne me plairait pas mais si elle est démocratique je l'accepterais...

M. Schneidermann a tiré cette carte de cet article :

https://www.touteleurope.eu/actualite/budget-europeen-pays-contributeurs-et-pays-beneficiaires.html


Il aurait dû lire l'article jusqu'au bout :


"Pour autant, comment expliquer que les pays les plus réticents à augmenter le budget européen soient, outre l'Allemagne, des contributeurs nets a priori modestes comme les Pays-Bas, l'Autriche, la Suède et le Danemark ? A l'inverse, pourquoi des pays comme la France ou l'Italie, parmi les plus importants contributeurs nets, ne paraissent pas opposées à une telle hausse ? Un autre facteur semble entrer en compte : ce que représente la contribution de ces Etats en proportion de leur richesse nationale.

Une dernière carte permet d'en rendre compte : elle représente cette fois le solde de chaque Etat, non plus en valeur (milliards d'euros), mais en % du revenu national brut (RNB). Et modifie ainsi la liste des plus importants contributeurs nets : l'Allemagne est cette fois suivie par le Danemark, l'Autriche, la Suède et les Pays-Bas... "


La carte:

https://infogram.com/10585-budget-contributeurs-et-beneficiaires-calcul-commission-rnb-1h1749m773nl6zj



Soit la liste même des "frugaux"...

Quand on sait que les pays-bas sont quasiment un paradis fiscal, les qualifier de frugaux est une escroquerie intellectuel. C'est facile de faire des économies avec l'argent des voisins.


Ces désignations qui sont du pur marketing, certainement imaginées par des communicants et qui sont reprisent sans aucun recul par les médias participent à nous faire prendre des vessies pour des lanternes.


On pourrait faire un jeu : "trouve la bonne définition"


Plan de sauvegarde de l'emploi = ???


le grand débat = ???


la manif pour tous = ???


La république en marche = ???


Désolé, je les comprends, (dans le fonds, pas dans la forme). Ces pays nous montrent qu'on peut gérer "en bon père de famille", avoir une économie prospère et un système social très efficace  sans laisser filer sa dette. (je ne connais pas les PB, mais je connais très bien l'Autriche).

Évidemment je suis à contre courant de la pensée unique dominante sur ce forum.

Mais j'aimerais bien vous y voir, tous les donneurs de leçons, si la situation était inversée !  Ah ! comme vous fustigeriez les cigales !!!

"les couleuvres (avalées) au nom de la réalité économique",  je ne les vois pas en Autriche - et d'ailleurs qu'est ce que ça signifie ?

C'est un peu trop facile, de s'endetter jusqu'à plus soif,  en espérant ne jamais avoir à rembourser. sa dette. C'est la nouvelle pensée (unique) à la mode : puisqu'on ne pourra jamais rembourser sa dette, on ne la remboursera pas ! mais jusqu'où ça va, ce raisonnement ?

Cela dit, se faire donner la leçon par un paradis fiscal (les PB), je ne supporte pas.

Hollande ne me paraissait pas si frugal.....

encore une fois la traduction sans recul du mot anglais

Sortons de cet euro  et de cette europe   Et vite !!!!

Le Grand Est est frugal, le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées le contraire

L'Alsace est frugale, la Lorraine le contraire

Strasbourg est frugal, Brumath le contraire

Le centre de Strasbourg est frugal, le Neuhof le contraire

...

et décomposant ainsi ils en arrivèrent à la famille Schmid

où la frugalité de certain est le contraire de l'autre

jusqu'à déplorer le divorce


Mon envie d'Europe se fait de plus en plus rare et je deviens à mon tour frugal dans mes goûts: finis le Gouda et les tomates élevées en serre du côté de Nijmegen, finis les meubles Billy et le knäckebröd 

et surtout et surtout une envie de frugalité qui me dévore : celle d'imposer des taxes aux entreprises qui se détaxent ailleurs

Il faudrait dire aux dirigeants eurosceptiques de Pologne et Hongrie qu'ils font partie des "Important bénéficiaire net".

Ils pourraient avoir la reconnaissance du ventre.

Les différentiels économiques créés par l'unification économique et douanière arrivent à des stades critiques. Soit on les dépasse par un budget fédéral (mais on n'a jamais rien demandé aux peuples qui sont très probablement contre), soit un restaure les moyens des Etats de mener des politiques économiques complètes (monnaie, douanes, contrôle des capitaux etc...). Macron choisi le saut fédéral mais, en réalité, il est seul sur cette position, avec éventuellement les Etats du Sud, uniquement si la chose est sérieuse et pas trop aliénante. Les Etats du Nord, qui sont en position de force, veulent garder des victimes économiques au sud ou, a défaut, procéder à des mises sous tutelle...  

Je ne serais pas aussi pessimiste que la majorité des commentaires. Que l'investissement soit de 200 ou 500 milliards, ça reste un pas en avant dans le bon sens, qui aurait été inimaginable il y a quelques années encore. De quoi faire marche-pied vers d'autres choses similaires.

L'U.E. était en très mauvais état depuis quelques années... je pense que la crise de 2008 qui a enclenché la crise de la Grèce a été le début... c'est là qu'on a réalisé (enfin, certains), qu' "on nous a menti en nous vendant l'U.E."... On ne peut absolument pas fonctionner dans un libéralisme échevelé si chaque pays garde ses prérogatives... A la limite, je donne raison aux British... qui n'ont jamais bien joué le jeu... 

Sur un autre plan, les "pingres" du Nord sont bien contents de venir dans nos pays de gloutons, se baffrer du foie gras et autres denrées du Sud, et bien profiter du soleil et des plages méditerranéennes. Et puis, l'austérité nordique... mpfff !  Il fut un temps où la Hollande colonisatrice a beaucoup profité de ses "possessions de l'autre bout du monde" en écrasant et hachant bien menu les populations rebelles.

Ce plan de sauvetage va bénéficier massivement a l'italie, l'espagne et la pologne, traiter les 4  pays frondeurs ( qui vont très peu en bénéficier ce qu'ils ne remettent pas en cause) de radins ou de grippes sous  est tout aussi abusif que des les qualifier de frugaux, solidarite ca ne veut pas dire amen a tout. 

Négocier sur les montants est compréhensible,  bloquer complètement l'initiative serait en revanche dramatique pour l'avenir de l'Union, a suivre donc ......  Si cela aboutit ca sera deja un sacre changement de paradigme puisque est enfin entérine le fait de faire tourner la planche à billet pour financer directement les etats. 





Vous venez d'expliquer pourquoi l'Euro ne peut pas fonctionner et doit etre demantele.

si vous relisez attentivement mon commentaire vous y trouverez également la recette de la tarte tatin ! 



Excellente recette d'ailleurs, j'ai mis moitié moins de sucre et ma famille s'est régalée

Pourquoi la tarte tatin habite toujours au numéro impair de la rue ?











Parce que "La tatin habite au 21"

@Paddy, je partage votre analyse mais je dirais que l'idée européenne : faire barrage aux rouges et vendre librement du charbon et de l'acier, est loin d'avoir dérivée. Au contraire elle est en pleine forme. 



Et une pelletée de terre de plus sur l'euro

On voit déjà  comment ont fini  les "empires", les coalitions,  et tout ce qui peut "s'associer" en Europe ou se déchirer :  guerres, révolutions , frontières, murs, partitions, épidémies.!!. Quand dans un ménage à deux, et à fortiori,  à plusieurs !! , on en vient à se foutre sur la gueule pour le pognon, on est tout prêts du divorce !! Il faut revoir les vraies raisons des fondations !!!

Intéressante, cette carte. Donc, au-delà du discours moralisateur sur les "cigales" du "Club Med", la grande majorité des pays de l'EU qui bénéficient plus qu'ils ne contribuent au budget européen se situe factuellement non pas au sud mais à l'est... tout ceci non pas pour dire "il faut couper les vivres aux pays d'Europe de l'est" mais pour dire qu'il faudrait arrêter d'accuser toujours les mêmes pays (et notamment l'Italie qui non contente de ne pas être une bénéficiaire est un important contributeur) d'être "de vilains petits dilapideurs d'argent européen gagné à la sueur du front des 'frugaux' (ou des pisse-vinaigres si on préfère)"

mais la réaction de ces 4 gouvernements n'est-ce pas la "gestion rigoureuse en bon père de famille " qu'on nous vente depuis tellement d'années et qui nous a fait avaler tant de couleuvres au nom de la réalité économique ?

Allant jusqu'à ruiner la grèce, détruire des vies et des espoirs d'avenir


L'élève aurait-il dépassé le maître ?

Le sud devrait envahir militairement le nord...Un empire! un peuple! un guide!...

Finalement cette carte montre plus une division est-ouest que nord - sud. Ce qui est logique avec l'histoire de l'Europe. On pourrait même faire presque une séparation pays récemment dictatoriaux, pays "démocratique" (je met démocratique entre guillemets pour 1000 raisons que je ne vais pas expliciter). Finalement, que la dictature soit de "droite" (Espagne, Grèce) ou de "gauche" (pareil.. Beaucoup de guillemets..) ne change pas le panier dans lequel ranger le pays (quelle découverte!)

Cet épisode n'est qu'une démonstration de plus de la totale paralysie de l'Europe, qui ne fonctionne pas.  L'Union n'est qu'une somme d'intérêts la plupart du temps divergents, et qui ne parvient absolument pas à s'harmoniser. Ni en matière fiscale (certains pays comme l'Irlande et les Pays-Bas agissent comme des paradis fiscaux internes), ni en matière diplomatique, ni sur les questions environnementales. Elle est ouverte à tous les vents du libéralisme, se laissant piétiner par ses grands rivaux, Chine et États-Unis, qui lui dictent leur loi sans que cela n'entraine de sa part la moindre réaction d'envergure. Sa Cour de Justice, on l'a vu récemment, rend des arrêts qui la fragilisent face aux Gafam, avalisant le "dumping" fiscal de certains de ses membres. Rendue obèse et ingouvernable depuis l'élargissement au galop poussé par des Britanniques pourtant désormais partis, elle est tiraillée par des intérêts de plus en plus antagonistes. Son fonctionnement au consensus mou, avec un Parlement quasi inexistant, était déjà problématique à douze, il est devenu totalement inefficient à vingt-sept. Sa seule vertu, elle la réserve aux tenants du libéralisme triomphant : celui-ci s'est installé à demeure, tuant dans l’œuf tout espoir de politique alternative. Le PPE est tout-puissant, renforcé par les différents traités qu'il a fortement contribué à rédiger. 

L'Europe ne s'est jamais faite, et elle ne se fera pas. Certains s'en réjouiront, d'autres le regretteront. Ce qui me parait certain, c'est qu'aujourd'hui, l'Europe agit contre l'intérêt de ses citoyens, au service des puissances financières. Qu'aujourd'hui les Pays-Bas - un membre fondateur - puisse bloquer l'aide aux économies les plus faibles pour préserver ses petits intérêts en dit long sur la dérive de l'idée européenne. Qui n'est définitivement plus qu'une idée.

Le Luxembourg aussi est un bénéficiaire net, et je voudrais pas être facteur là-bas !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.