8
Commentaires

Crise à Wikimédia France : sexisme, autoritarisme ou affrontement politique ?

Accusations mutuelles de harcèlement, sexisme, ou népotisme, difficile d'y voir clair dans la crise traversée par Wikimédia France. Depuis plusieurs mois, partisans de la transparence et de l'horizontalité affrontent les tenants d'une professionnalisation de l'association. Dernier rebondissement en date : la démission de plusieurs membres du conseil scientifique sur fond d'accusations de harcèlement sexuel, en pleine affaire Weinstein. Que se passe-t-il réellement ? @si a mené l'enquête.

Derniers commentaires

Il n'est pas inutile de lire ce que Wikipédia dit sur Wikimédia-France au paragraphe "Crise (2017)" :

"En 2017, une crise éclate à Wikimédia France8,9,10. Le budget alloué par le Comité de distribution des fonds (« Funds Dissemination Committee » ou FDC) de la Wikimedia Foundation à l'association est diminué de moitié, recevant 343 000 euros sur les 686 000 euros demandés8. Le FDC critique le fait que la directrice exécutive, Nathalie Martin, nommée en 2013, ait notamment embauché en 2015 son conjoint11, Cyrille Bertin, au titre de conseiller en charge des financements et de la participation, sans que ce lien soit rendu public à l'époque8. Le président de l'association, Émeric Vallespi, est lui accusé de mélange des genres avec son engagement politique à La République en marche !10.

Plusieurs figures de l'association, dont Pierre-Yves Beaudouin, ancien président10, et Thierry Coudray, ancien trésorier et directeur exécutif, critiquent à divers titres la gestion de l'équipe dirigeante en place, le nouveau président Samuel Le Goff et le conseil d'administration dénonçant de leur côté une « action de déstabilisation et de dénigrement »8. La crise conduit au départ de sa directrice exécutive Nathalie Martin12. Après le recueil de soixante-dix signatures des membres, une assemblée générale extraordinaire8 se tient le 9 septembre10. Le conseil d'administration est alors renouvelé et Pierre-Yves Beaudouin, qui faisait partie des contestataires, est élu à sa tête13.

En octobre, Rémi Mathis dénonce des « comportements malsains, dangereux, violents et sexistes » et annonce sa démission de l'association, de même que d'autres membres du conseil scientifique14. D'autres membres contestent ces allégations, à l'instar de Florence Devouard, qui avance qu'il serait « manipulé » par Nathalie Martin15."
quand quelqu'un cree une association c'est pour se créer un job, qq sois le but de l'association, meme celle d'aide aux femmes violées. Maintenant y'a bcp de fric, du coup magouille. Dans le texte il est écrit un mensonge.
"mais on est aussi une structure associative avec des salariés, qui doit respecter le droit social. "On peut être horizontaux comme gestion avec des salariés, aucun droit du travail n'oblige ENCORE a hiérarchiser les gens, a avoir des chefs ... le droit social n'a rien a y voir ; le harcèlement étant interdit même en entreprise.
"l'échange libre, aurait-il rejeté Nathalie Martin et Emeric Vallespi, qui cherchaient à formaliser les procédures ?" Wikipedia est hyper formalisé, on change pas comme ça u texte. Du coup que veut dire cette phrase ? quels procédure ? comment ? aucun exemple de donné dans cet article ..faut croire sur parole les gens, en fait c'et un recap sans analyse a part cette phrase qui ne veut rien dire pour moi .

quand quelqu'un cree une association c'est pour se créer un job, qq sois le but de l'association, meme celle d'aide aux femmes violées. Maintenant y'a bcp de fric, du coup magouille.


Un peu pessimiste quand-même... C'est interdit d'être passioné, curieux de rencontres ou juste altruiste ? Par exemple je suis pas certain que l'abbé Pierre ou Coluche aient eu ce genre de motivation ;)
C'est même carrément cynique.

Je connais moi même plusieurs personnes qui ont créé des associations et qui ont conservé leur emploi. En fait toutes les personnes que je connais et qui ont créé une association n'ont pas quitté l'emploi qu'elles avaient avant.
Voire complètement stupide.

C'est désespérant de voir un tel commentaire en 1re position, ce n'est pas avec une telle défiance dans le milieu associatif qu'on va avancer.
Je pense que la 1ere position revient juste au commentaire le plus ancien parmi ceux qui ont été votés, pas à celui ayant le plus de votes parmi eux.

Un petit test me montre que si je change mon vote du commentaire d'alune au votre, celui d'evemarie disparait des 3 (elle n'avait donc qu'une voix de plus qu'un commentaire non encore jugé d'utilité publique). J'en déduis aussi par la même occasion que le commentaire voté d'utilité publique en dernier remplace le plus ancien s'il y a égalité en voix.
Pour info un des principaux principes du régime associatif français c'est que les membres du bureau d'une association sont bénévoles. S'ils peuvent toucher des rémunérations c'est uniquement au titre de défraiement ou compensation de ce qu'ils ne sont pas en train de toucher dans un autre secteur, et elles sont très encadrées (la règle étant notamment que la plupart des rémunérations de dirigeants ne peuvent excéder 3/4 du smic (seules les associations ayant un budget de plus de 200000 euros peuvent rémunérer un dirigeant d'avantage, et ce nombre de dirigeants mieux rémunéré est limité à un maximum de 3 pour les associations au budget supérieur à un million) ; qu'une rémunération en tant que dirigeant associatif ne peut excéder ce que la personne touchait ou peut raisonnablement espérer en fonction de ses qualifications si elle exerçait une activité hors du secteur, et qu'elle est plafonnée à 3 fois le plafond de la sécurité sociale même dans ce cas).
Donc en dehors du cas particulier où le "quelqu'un qui crée une association pour se créer un job" utiliserait des hommes de paille pour la diriger et se faire salarier sans être membre de sa direction derrière pour éviter ces restrictions, ce que vous dites est faux (ou serait au moins très peu intéressant pour la plupart, l'associatif ne permettant absolument pas le même genre d'évolution de salaire que les autres secteurs, que ce soit au mérite ou à l'ancienneté).
(Et si on parle d'une grosse association comme wikimedia en particulier, dont les dirigeants ont généralement le niveau pour être cadres dans le privé, ou gagnaient bien leur vie comme universitaires)
ps : je répondais à "quelqu'un ne crée une association pour se créer un job", sur la hiérarchisation du travail à la limite vous avez moins tort, une association (comme une entreprise d'ailleurs) pourrait tout à fait imaginer des structures plus horizontales (si c'est rarement le cas dans les grosses). Après dans le cas particulier de Wikimedia France, j'imagine qu'il y a une organisation du travail inspirée du fonctionnement la fondation mère américaine, qui n'est sans doute pas basée sur un égalitarisme forcené.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.