41
Commentaires

Cottrez-Pérol, deux procès

Pendant que la Grèce et l'Europe frôlent le précipice, qu'éclatent les bombes

Derniers commentaires

il y a une demi-heure, je sors de chez moi, mon voisin ouvre sa fenêtre et me lance : "Pfff ! Quelle chaleur !"
"Bah évidemment", je lui réponds sèchement, "on est le 1er juillet, c'est l'été et l'été il fait chaud."
C'est pas malin de ma part, il risque de plus m'adresser la parole pendant un bout de temps.
La dernière fois que c'est arrivé, c'était en janvier dernier, un matin qu'il faisait -10 et qu'il avait rien trouvé de plus intelligent à dire que : "Brrr ! Quel froid !"
"Bah oui, on est en janvier, c'est l'hiver, et l'hiver il fait froid", j'avais répliqué. On s'est reparlé qu'au printemps.
Il faudrait que je me contrôle un peu plus, mais c'est la chaleur qui m'énerve. Et l'hiver c'est le froid.
Dans un cas nous avons un homme puissant, plutôt sûr de lui, pas franchement rongé de remords, qui sait se défendre de par son origine sociale et son éducation. De l'autre une femme perdue, rongée d'angoisse, traumatisée (de façon réelle ou fantasmée d'ailleurs), complètement hors de son monde.

Quelle est la personne la plus humaine des deux ? Quelle est celle qui nous indiffère par sa banalité, quelle est celle qui nous fascine en nous renvoyant à nos propres failles ?
Bonjour
Daniel pour montrer la m… (5 lettres) dans laquelle patauge la presse française en ce moment, au lieu de tomber dans le voyeurisme, vous auriez pu parler de ces immondes tweet de gens qui se disent intelligents mais ne parlent que de leur marigot ou bien plus général ceci
LEs élites qui se délitent , se sentent revivre au spectacle des crimes des sans dents .Il faut bien valider les relaxe dans l'affaire du Carlton , les élites n'ont pas supporté que leur violence envers les femmes et leur voles de l'argent public, leur corruption , soient mis en public, comme Causette d'ailleurs .
Desinformons les enfants prolo on aura de quoi se marrer quand ils seront adultes … Bravo l'éducation nationale. Et au moins on voie que le fameux instinct maternelle c'est du pipeau , cette connerie qui dit que des femmes ne pensent qu'a procréer est la enfin battu en brèche .
Et chaque jour on se demande : mais que font-ils là ? Et que faisons-nous là, nous, à les lire ?
1) Ce nous serait-il un pluriel de majesté? Parce que, moi-même personnellement en ce qui me concerne, j'ai rien lu ni vu sur ce procès.
2) Que font-ils là? Ben, là, ils risquent pas de prendre des retours de bâton, ni de l'accusé(e) ni de ses commanditaires; Et leurs employeurs non plus. Ils risquent pas non plus de réfléchir sur la corruption qui mine de plus en plus notre société. Ils risquent rien, en gros, sinon de se faire plaisir en entendant leur(s) confrère(s) s'extasier sur leur talent.
"Et chaque jour on se demande : mais que font-ils là ? Et que faisons-nous là, nous, à les lire ?".

Un procès est en réalité un roman disait un avocat célèbre qui nous questionne tous. Car au fond, nous sommes tous capables d'aller au meurtre.
Le coupable, ça peut être nous. C'est en réalité ce qui nous fascine. Car l'accusé nous fascine plus que les victimes !
Je sais, certains vont dire l'inverse. Et pourtant...

La victime c'est la victime, la pauvre victime.

Mais le ou la présumé(e) coupable, c'est justement celui (ou celle) qui est assis sur sa chaise, mis à nu devant toute l'opinion. Oui, ça peut être nous. Car le coupable représente aussi la part sombre de l'humanité.

Le procès, c'est le cérémonial qui permet de juger. Le procès est en réalité la pièce de théâtre avec son décors (les juges et les avocats) et son public (l'opinion publique et les journalistes).

Le procès mis en place nous avons pêle - mêle:
- Antigone
- Socrate condamné à boire le poison
- Jean d'Arc qui suite à son "procès" due être exécutée et brûlée vive
- Louis XVI aussi
- Marie Antoinette accusée d'inceste
- Julien Sorel, le héros du roman "Le Rouge et le Noir" de Stendhal, est issu d'une histoire vraie qui a été mis en roman.

Celle de l'histoire d'Antoine Berthet qui était un citoyen modeste et qui a gravi les échelons de la société pour ensuite être accusé par une riche notable.. Il sera condamné à mort et exécuté. Est-ce que son crime n'était pas celui d'un parvenu, ambitieux ?

Voilà pourquoi la justice nous questionne (selon mon humble avis). Et vous n'échappez pas à la règle Mr Daniel Schneidermann !
Ciao !
Il y a longtemps que l'Europe est dans le précipice Daniel ! C'est tout sauf un scoop !

Depuis qu'elle a choisi d'être économique et non politique,

Depuis qu'elle a choisi de s'asseoir sur la volonté des peuples, y compris quand elle s'exprime par référendum...

Depuis enfin qu'elle a choisi de vivre à crédit, n'hésitant pas une seconde à recourir à de nouveaux emprunts pour solder les anciens, n'ayant pas même le minimum de culture en droit qui permettrait de savoir que tous les codes pénaux condamnent sans appel et lourdement le "cavalerie". Pour l'excellente raison que tout le monde sait depuis toujours comment ça se termine !

Mais la plupart des Européens sont coupables d'avoir laissé faire des marchands de promesses sans suite et des voleurs au petit pied, les politiciens plus encore et les journalistes sont naturellement leurs complices (rappelez-moi combien de femmes journalistes partagent leurs nuits avec des oligarques ?) Ceci est tellement vrai que la carte de journaliste qui vous rend si glorieux n'a de valeur (à mon avis) que pour échapper en partie à l'impôt... Ce qui devrait être loin de l'idéal un homme qui se revendique "de gauche"...

Au milieu d'un monde en cours d'écroulement, faute de valeurs et faute de projet, quoi regarder de plus intéressant en effet qu'une malheureuse folle qui a éliminé ses huit mouflets, juste un peu plus tard que dans un avortement parfaitement légal depuis que la bonne Simone a jugé utile de faciliter la contraception à postériori ? Et qui ira certainement regarder la télévision en cellule plutôt que chez elle. Mais à nos frais !

Il y a quelque chose de profondément triste dans cette époque qui a perdu tout espoir de rendre le monde meilleur après avoir constaté l'échec de toutes les tentatives. Et qui ne vit plus que dans l'espoir de faire un peu de fric.

À ce propos, combien de temps la France mettra-t-elle à suivre la Grèce dans le gouffre à votre avis, sachant qu'elle vient d'ajouter 51,6 milliards à sa dette en un seul trimestre, pour payer ses ponctionnaires aussi inutiles que néfastes (trop souvent) et surtout onéreux. 550.000.000 € par jour - c'est une belle somme -, samedi et dimanche compris, parce qu'un ponctionnaire ça mange même quand ça ne travaille pas !

Je dois avouer que le petit procès minable ne fait pas grand bruit à Saïgon... La chute de la Grèce un peu plus, d'autant qu'à l'évidence elle préfigure l'écroulement d'un château de cartes fort peu solide ! Le temps de se mettre au travail, ici ou là est peut-être arrivé et les droits acquis vont probablement pâtir sérieusement de la faillite qui s'annonce. Alors le sort de l'infanticide paraîtra moins passionnant aux malheureux propriétaires de pavillons de banlieue contraints de vendre leur sam'suffit pour bouffer sans y parvenir faute d'acheteur solvable ! Il y a un moment que les Grecs n'ont plus les moyens de s'offrir des Phénix !

PG
" L'affaire Cottrez n'a aucun intérêt que sa monstruosité intrinsèque" DS

Evidemment, il y a cette dimension.
Mais on peut aussi creuser le contexte social et inévitablement politique de ce " cas" individuel.

- le contexte familial et de son entourage immédiat. Comment une femme complètement seule, abandonnée peut-elle donner la mort à 7 bébés sans que personne ne s'en rende compte? Cela mérite d'être connu: certainement, d'autres
situations " comparables" existent. En parler pourrait aider à franchir le pas et inciter à en parler et à intervenir tout simplement.

- les alertes sociales et médicales
il n'avait pas de médecin ou de travailleur social dans son environnement? On n'arrive pas à 160 kilos en 3 mois.
On dépense des milliards pour le curatif, pour la prévention, c'est minime.
Et un psychologue? du coté estime de soi, il y avait peut-être des petites lacunes...
Je pense que si ces différentes alertes avaient fonctionné, on n'en serait pas arrivé à cet immense gachis.
Et pourquoi, en citant vous aussi les prénoms des deux filles, vous faire complice de ce pillage de vies privées?
C'était pas déjà assez d'en avoir longuement parlé?
Ce n'est hélas pas nouveau
Le procès Pérol fait appel à la réflexion
le procès Cottrez fait appel à l'émotion

Le procès Pérol nous parle aussi de l'intérêt général
le procès Cottrez nous parle uniquement les personnes concernées

Celà fait bien longtemps que nos média ont besoin d'aller vite et de parler le plus directement possible au public
émotion, identification et personnalisation

Pour faire simple faire réfléchir ne fait pas vendre (pas assez)
et l'intérêt général ne fait pas parti des critères de hiérarchisation de l'information

c'est bien triste
Les chroniqueurs judiciaires ont judicieusement choisi de chroniquer le procès qui attirera le plus de clics.

Cela fait bien longtemps que les journalistes ne présentent plus les informations en fonction de leur importance objective, mais en raison de leur audience potentielle.
Ces photos qu'on voit partout ont quelque chose de poignant et d'indécent, et on se demande même si elles ont été prises pendant l'audience, mais
c'est heureusement interdit. Alors, Daniel, qu'est-ce qu'elles font à la fin de ta chronique, bon sang !
Merci de nous avoir éclairé sur ce non événement.

Il est des moments dans l'année où les radios, quotidiens papiers nationnaux et autre flux d'infos continues deviennent insupportables. Cela fait une semaine que ma soif de nouvelles à propos de la Grèce a pris le pas sur mon écoute routinière d'une matinale radiophonique.

Votre chronique a permis de contrebalancer tout cela en collant en Une de votre homepage les mêmes photos que les médias mainstream. Le monde continue de tourner. Ouf !
En lisant les articles du Monde sur cette affaire j'avais l'impression de sombrer dans le voyeurisme. Un certain dégoût de voir le tout illustré avec des photos de l'accusée au lieu des classiques dessins plus habituels en la matière.
Merci d'avoir mis des mots sur mon malaise et rappelé que les vrais sujets sont ailleurs
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.