12
Commentaires

Coronavirus : la Chine fulmine contre le Wall Street Journal

Ce 19 février, le ministre des Affaires Étrangères chinois a retiré à trois journalistes du Wall Street Journal leur accréditation presse. En cause : un édito au titre jugé raciste, "La Chine est le véritable homme malade de l'Asie". Ces dernières semaines, les autorités chinoises ont multiplié les demandes officielles d'excuses auprès de médias occidentaux, qui traitent largement de l'épidémie du coronavirus.

Commentaire préféré des abonnés

Le gouvernement américain s'indigne de même quand les associations américaines sont classées par la Russie comme 'agents du gouvernement américain".


Pour le reste, la manipulation de la presse est du même acabit en Occident (à qui appartiennent les gr(...)

Derniers commentaires

Et si finalement la chine gérait bien cette crise?

Et si finalement on faisait beaucoup moins bien ?

Il y aura urgence après cette crise sanitaire d'analyser le traitement médiatique qui est désastreuse d'ignorance et de mépris des chinois mais aussi des autres "gens" (qui paniquent toujours)...

On est bien souvent dans la critique des Chinois par à priori plus que par analyse.

Depuis le début de la mondialisation, on a cru que les chinois resteraient de braves chinois, qu'ils se contenteraient de travailler dans nos usines délocalisées... Moralité ils sont en avance sur l'IA, ils nous vendent la 5g et demain tous les prix Nobel scientifiques seront chinois.

On a perdu et c'est bien fait pour notre arrogances...

Malheureusement les chinois ont aussi fait une erreur qui va les perdre autant que nous, c'est qu'ils sont irrémédiablement dépendant des énergies fossiles et les conséquences climatiques vont peser sur la seule chose qu'ils ne métriseront jamais : leur alimentation.

Je suis assez d'accord avec les chinois sur ce point. L'humour n'est drôle que lorsque sa cible ne se sent pas concernée.

J'ai trouvé le drapeau-virus drôle et bien trouvé mais eu égard au contexte en Chine, déplacé.  

On ne rit pas de son propre malheur, seulement de celui des autres.  Rire du malheur de la Chine tant que le virus y reste c'est assez facile, j'attends de voir les "UNE" quand l'épidémie se sera enkystée ailleurs. Nul doute que le grave voire, le drame,  l'emportera

Un ami complotiste me souffle : Coronavirus, pile poil au bon endroit et au bon moment.

A lire : Maurice Gouiran « Le diable n’est pas mort à Dachau ». Un autre « complotiste »?

Les cinqs medias chinois cites sont des medias d'Etat, qui appartiennent directement ou indirectement au Parti et suivent exclusivement la ligne du Parti. Il n'est donc pas surprenant qu'ils soient consideres comme des organes d'influence de Pekin.

Pekin (je dis Pekin, car Pekin est a la Chine ce que Vichy est a la France, une ville) n'est pas seulement en guerre contre les journalistes etrangers, ayant fait disparaitre deux journalistes chinois un peu trop critiques a Wuhan.

https://www.scmp.com/news/china/society/article/3050791/missing-chinese-citizen-journalists-highlight-risks-telling 

Ils avaient aussi arrete et fait efface les images de reporters Hong Kongais qui visitaient Wuhan au debut de l'epidemie,  (14 Janvier!) quand les officiels essayaient d'etouffer l'epidemie dans les medias. 

https://www.businessinsider.com/china-information-crackdown-on-wuhan-coronavirus-2020-1 

Et pendant ce temps, Pekin reaffirme sa ligne dure, en faisant voler ses avions de guerre au dessus de l'espace territorial de Taiwan, en nommant un nouveau responsable pour Hong Kong qui s'est distingue en detruisant de nombreuses eglises a son poste precedent.

Mais shhht, mieux vaut ne pas en parler!


https://www.scmp.com/news/china/politics/article/3049748/taiwan-scrambles-jets-mainland-chinese-air-force-flies-around 

https://www.scmp.com/news/china/politics/article/3050540/xia-baolong-toppling-church-crosses-overseeing-hong-kong 

"la Chine fulmine contre un édito du Wall Street Journal"


L'hôpital qui se moque de la charité.

La Chine - son gouvernement (c'est-à-dire pas tous les Chinois) - exige des excuses mais piétine le droit des peuples. Qu'ils redescendent un peut sur Terre et cessent de jouer aux vierges effarouchées. Ils étaient beaucoup moins sensibles quant il s'est agi de cogner sur les étudiants de la place Tien An Men ou les manifestants de Hong Kong. Suivre l'exemple de Macron n'est pas un signe de grande maturité politique.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.