183
Commentaires

Confusionnismes, de haut en bas

Autant l'avouer tout de suite, je n'y comprends plus rien.

Derniers commentaires

un peu confus ce billet...
C'est confus parce qu'on ne peut pas dire les choses. Exemple: la crise, c'est la cause de tout. Il suffirait pourtant de partager même sans croissance et d'un coup plus de crise. Hein? gagner moins? comme dit Arthur "j'aime toujours autant l'argent". Exemple: l'immigration. La grande part des "immigrés", mettons 15% de la population, sont ou veulent s'intégrer, mais la France peut elle en accepter encore plusieurs millions, et si oui quel lien avec la natalité dont on est si fier. Je me souviens des "thèses" d'il y a 30 ans (pas vieux, hein) qui disaient qu'après le papy-boom le chomage disparaîtrait avec les départs à la retraite. Daniel Schneidermann, je suis d'accord avec vous. Le "confusianisme" est là. Mais rien n'est confus et c'est bien çà qui est angoissant. Les infos sont là (Exemple, Courrier International : le Japon a donné plusieurs centaines de milliards à ses entreprises depuis 3 ans pour lutter contre le chomage, elles les ont placé à l'étranger, le consommateur lui achète chinois sans sourciller, 80% des jouets sont fabriqués en Chine...), (Exemple: la mer grignote les côtes maintenant et on sait depuis 25 ans que le climat se réchauffe) Qui a entretenu la confusion? comme vous le dites, le haut ET le bas de la société. Et les médias écoutent l'un et l'autre. Et disent...ce qu'ils veulent.
Pour parler d'équation, si le confusionnisme est partout, des deux côtés, c'est qu'il n'existe pas. C'est un terme qu'on peut supprimer du débat pour justement le simplifier.
Bon à part ça, on (vous, moi, les autres...) est passé à un poil de cul de mouche d'un krach financier critique (pas majeur, pas mineur...) au mois d'Octobre, s'il n'y avait eu interventions "divines" mais surtout concertées de la BCE et de la BOJ, cette dernière ayant balancé pas mal de QE aux Marchés (Ô Marchés ! Accepte mes modestes mes cahuètes !).

Alors pardon, ça vole moins haut que le confusionnisme et les débats qui s'en suivent, mais bon, juste concrètement, il se passe des trucs qui peuvent rendre inopérantes votre CB...

Econaute, où es-tu ?!
L'amalgame, la confusion, voilà les armes parfaites pour que le peuple se taise.

La guerre c'est la paix: battez-vous (entre vous), ne réfléchissez pas (car ceux qui posent des questions sont des nazis, ou discutent avec des nazis, ce qui est la même chose), et surtout Votez (tous les 5 ans, sans possibilité de choisir) !
Une proposition qui ne va pas forcément trouver beaucoup d'écho parmi les décideurs du monde politique :
le droit d'amendement citoyen.
Pourtant plus digne d'examen et de débat, et moins fumeux que la fumisterie chouardienne.
Ouah!

Ca dépote encore. La Démocratie est pour avant hier.
Donc:

"Si la parole que tu vas dire n'est pas plus belle que le silence alors ne la dis pas." (Proverbe Soufi)
Traduction de cet article: "Revenez les gauchos ! Cette fois c'est la bonne: on ne vous arnaquera pas".

Je me marre... :-D
Ouais ! Je crois surtout que la gauche Mainstream est en train de s'écrouler, purement et simplement.

La recomposition à la gauche du PS est tellement brutale qu'elle a tout emporté, le recul des vieilles idéologies a fait le reste, en déportant les idées altermondialistes.

Et donc les rouges-bruns essaient de faire leur beurre sur ce désastre, comme ils le font toujours. Parce qu'ils voient l'ouverture, puisque eux ont résolu le problème idéologique de cette façon, en allant vers la droite, un peu comme les libertariens américains..

Il faut aller plus loin que l'altermondialisme, le refondre, le restructurer, avoir des idées neuves. L'empêcher d'être fissible dans l'extrême-droite.
D'après moi, les idées d'Hannah Arendt, c'est ce qu'il nous faut, mais Dust in the wind
Mais penser le post-totalitarisme, c'est dur, il faut réfléchir, ne pas se contenter d'idées toutes faites, éviter de réfléchir avec ses émotions, et se regarder soi-même, en faisant adieu à ses rêves.
C'est pas gagné.
Pas inintéressant, la tentative de lier un "confusionnisme d'en haut et un confusionnisme d'en bas" (même si je ne suis pas certain que haut et bas soient les mieux choisis).

Le lien, Daniel, se trouve peut-être du côté de ce que Fabien Jobard a proposé d'appeler "relativisme hyperbolique", dans un remarquable billet de blog de Mediapart (au moment de la sinistre "affaire" Dieudonné)
Dans la série confusionnisme et enfumage, le gros titre du Monde.

Michel Sapin, resplendissant comme un Nordmann plein de boules et de guirlandes, nous annonce qu'en 2017 nous serons sous les 3% de déficit.

Il n'a pas les dents d'Alexandra Sublet mais ça ne l'empêche de sourire sur la photo.
Le sinistre des finances confirme : l'objectif de toutes les intelligences d'un pays, de toutes ses bonnes volontés, c'est le déficit. Les chômeurs, les suicidés, les enfants qui poussent de travers, les grenadés en toute légalité, les courbettes devant le patronat le plus bête du monde, tout ça, c'est pour le déficit.
On dirait du Brice Couturier.

Alors, on peut s'étonner du confusionisme.
Mais je ne vois pas en quoi c'est étonnant.
C’était un temps déraisonnable
On avait mis les morts à table
On faisait des châteaux de sable
On prenait les loups pour des chiens
Tout changeait de pôle et d’épaule
La pièce était-elle ou non drôle
Moi si j’y tenais mal mon rôle
C’était de n’y comprendre rien...

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Il n'y a ici aucune confusion. C'est encore de la communication.

Ils ont déjà fait la même chose avec le traité budgétaire européen, ou le gouvernement Sarkozy avec la réduction de la TVA pour les restaurateurs ou pour le soit disant plan de relance ou pour le sauvetage des banques.

Il était évident qu'en ne mettant rien en place de contraignant pour garantir des contreparties, qu'au bout du compte il n'y en aurait aucune ou quasiment. Ce fut à chaque fois la même chose.

Donc on ne peut pas vraiment croire que cela soit une surprise pour eux.

Mais comme à chaque fois il leur suffit de jouer la surprise et de mettre la responsabilité sur "choisissez", l'UE, Merkel, le medef, les syndicats ce qui ne chamboulera guère la vie des personnes désignées vu qu'elles sont habituées à être mises en cause et qu'elles s'en contre foutent, mais qui a le mérite de pas avoir à assumer la responsabilité de ses trahisons contre le peuple français.

Ces gens ne sont pas dans la confusion, ils sont tout simplement cyniques, ouvrez-les yeux. Il est d'autant plus urgent de les virer le plus vite possible du pouvoir, et certainement pas en les remplaçant par les mêmes de l'UMP. Il faut sortir de ce jeu de saute mouton entre le PS et l'UMP qui nous entraine par le fond et qui est devenu insupportable, et la solution n'est surtout pas le FN !
[large]Une autre façon de parler aux patrons[/large].

(Ce document est tellement étonnant qu'on se demande si ce n'est pas une publicité tournée par le service de communication de Poutine, avec des acteurs professionnels dans le rôle des patrons).

Avertissement : le visionnage de cette courte video (1mn45s) est déconseillé à ceux qui haïssent Poutine. Ils risquent eux aussi d'être déboussolés.
Pour ceux qui perçoivent, analysent puis ressentent, confusément ou pas, qu'on se fout de leur gueule chaque jour davantage, plus d'indifférence puisqu'elle finit par devenir impossible. On peut dire qu'une vraie souffrance est là, sourde mais bien présente. elle sommeille et parfois se réveille avec une violence infinie. Un sentiment de dégoût et de réelle impuissance, une absence de solution ,une envie de ne plus même ouvrir un oeil sur l'actualité de virer les Le Pen - Sarkozy - Gattaz et les autres loin très loin de nos pensées.
Que des nullités de tous bords, politiques, médiatiques, artistiques etc tiennent le haut du pavé devrait leur retomber sur le nez. Mais le fric, la vulgarité et la bêtise mènent désormais le monde.
quand la rédaction de votre site,daniel schneidermann paraphe le texte d'un asinaute,it qui commence par la formule suivante:
"autant je suis scié par l'omniprésence des baudruches médiatiques à la bhl,fourest,ferry,finkielkraut,zemmour etc..."
vous participez à la confusion:
par définition,dans la société du spectacle tout médiatique est une baudruche,par rapport au citoyen de base.si vous avez pu monter un site internet,c'est votre surface médiatique qui vous l'a permis.

journaliste au "monde",sur la cinq,créateur d'@si,des passages sur france-culture,canal+,chroniqueur à "libération"....
vous êtes le prototype même de ce que debord appellait:"les médiatiques".j'ai suivi avec bonheur la vie de ce site depuis l'origine,car sa grille d'analyse de la réalite me plait,les infos qu'on y trouve sont passionnates,et votre talent est indéniable.

mais mettre en exergue,sur ce site,à propos de la résonnace sur internet,de dieudonné,soral,chouard,le texte d'it,avec son présupposé "baudruchesque" ,que nous assène sans discontinué depuis longtemps les plus délirants forumeurs de ce site,
c'est rendre service au confusionnisme et à l'extrème droite.
Intéressant article de libé sur les "avancées" ( je préférerais " gloutonneries") du medef sous ce quinquenat.
Les confusionnismes ambants viennent de la peur que nous avons tous de sauter dans le vide afin de préparer collectivement quelque chose de nouveau.
Nous le savons en tripes, en nécessité absolue, nous qui avons, depuis des siècles,délégué nos vies à des "élites représentatives" (!!??)

Alors, on s'accroche aux parois qui petit à petit s'effritent.
Nos mains sont engourdies sur les bulletins de vote à glisser dans les urnes.
Nos pieds sont lourds à battre sur place.
Nos horizons sont trop grands.
Perdus, pendus au dernier piton nous espérons le piolet sauveur.

Il ne vient pas, il ne viendra pas.
Seuls nous devons décider.
Merde, il nous faut inventer et triturer nos derniers neurones endormis.

Alors, on dévisse ou on Invente la DEMOCRATIE.
Quel rapport entre ces confusions, les confusions du paysage politique d'en haut, qui rendent illisible le débat qui occupe les medias mainstream, et le confusionnisme "d'en bas",

Vla-t-il pas que le lider maximo se prend pour Raffarin ?
L'enfumage d'en haut n'est que ce qu'il est : de l'enfumage. Les conseils en communication ne sont pas payés pour rien.

Quant au confumachin "d'en bas", comme vous dites, je n'y ai absolument rien compris, et je m'en réjouis.

Il semble que plus les enjeux sont brumeux, plus les débats sont excités.
Il fut un temps où l'on s'étripait sur le sexe des anges.
Bonjour
Par contre, chez les gendarmes, il n'y a pas de confusionnisme: sortez y a rien à voir. Imaginez un jihadiste qui après un massacre dise qu'il a tout fait dans les règles (les siennes)…
C'est quand on tente de l'éclaircir que la confusion devient visible. Ça me déplaît pas, tout ce foin, ça me fait réfléchir. Je parle du foin à la base. Pour les autres, c'est du (mauvais) théâtre. Ça vaut même pas le coup de les huer, juste sortir de la salle.

Le mot "naïveté" utilisé par Judith me semble un peu trop auto-flagellant. Il y a toujours eu, chez les gens qui évoluent, des prises de conscience décalées. Soit dues au hasard des rencontres (Tchang pour Hergé) soit dues à des mots qui font clic pour les uns et pas pour les autres en fonction de leur histoire. Exemple, j'ai accepté de me pencher sur le cas Asselineau après avoir longtemps différé, et l'expression qui a fait clic, c'est "grandeur de la France" (c'est bon, laisse tomber, exit Asselineau). Quand j'étais ado, j'étais fan de Jean Nocher, c'est dire... et mon père, plutôt à droite mais quand même, ricanait car en même temps je me piquais d'être à gauche. Un jour, il (Nocher) a dit quelque chose, je sais même plus quoi, exit Jean Nocher. Avec une copine, on était groupies d'un prof d'histoire, en fac. On allait à ses cours alors même qu'on était pas inscrites. Un jour, on est arrivées, tout essouflées, en retard et un peu exubérantes. Il nous a écrasées de son mépris genre père noble. Exit Bligny, il était d'extrême droite, on s'en était pas aperçues avant. On s'en serait peut être jamais aperçues et on serait aujourd'hui marinistes (ptèt pas quand même...) si on était arrivées à l'heure ce jour là.

Donc, plutôt que "naïveté" (et encore moins coupable!) je dirais "prise de conscience décalée", après certains mais avant d'autres. Chacun son rythme et son histoire.
Quand on a cassé la boussole, faut pas se plaindre d'être déboussolé.
// sur fond de tirage au sort et de naïvetés coupables //

Si DS ne crosse pas son employée JB la confusionniste, là, moi je je suis la couine ov Ingland.

"Je l'ai même entendu dire que les salariés souffraient au travail"

Que le beau Manu découvre la souffrance au travail n'a rien pour étonner, lui qui n'a jamais travaillé.

(Je dis ça mais en fait, sa « découverte », c'est uniquement de la com' pour faire croire qu'il revient au bercail de gauche. Un peu qu'on va te croire, MiniSarko !)
Bien qu'ayant contribué, par naïveté et par mon vote, à placer au pouvoir certains des hommes politiques dont il est question dans ce neuf-quinze, j'affirme catégoriquement n'avoir aucune proximité idéologique avec eux.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.