32
Commentaires

Conflans : la loi Avia aurait-elle fait rempart ?

L'assassinat de Samuel Paty, vendredi 16 octobre, à la suite d'une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux, a relancé deux débats : sur la fin de l'anonymat sur Internet, et sur la modération de la haine en ligne. Et la loi Avia, retoquée par le Conseil constitutionnel en juin, revient par la fenêtre. Aurait-elle permis d'empêcher l'assassinat ? Non, selon notre journaliste Thibault Prévost. Analyse.

Commentaires préférés des abonnés

C'est certain que si on changeait la Constitution aussi souvent que F. de Rugy change de parti, on aurait une Constitution élastique

et par exemple je ne pourrais parler (ni Wiki) de son utilisation des fonds publics

Excellent article, merci ASI. Entre "stratégie du choc" et "aubaine" (dixit C. Barbier) ce drame est comme prévu, hélas, l'occasion de nouvelles tentatives d'atteintes à la liberté d'expression qui, une fois encore, ne semblent pas intéresser nos che(...)

On censure "l'origine du monde" mais jamais "la fin de son monde". Les priorités des algos ...

Derniers commentaires

Je me rappelle ce que proposait il y environ 4 ans le (très macroniste) sociologue spécialiste des médias Gérald Bronner. Selon lui les internets seraient un marché de l'information non-régulé qui devrait être encadré pour pouvoir fonctionner sur le long-terme. Mais ce qu'il propose c'est exactement la loi Avia, des autorités spécialisées chargées de surveiller et punir les utilisateurs de réseaux. 

Ce qui est marrant c'est que Thibault Prévost propose exactement l'inverse (mais il n'est pas le seul https://www.arretsurimages.net/chroniques/votre-attention-sil-vous-plait/comment-twitter-hysterise-tous-les-debats) avec des limitations individuelles qui serait appliquées à tous les sites permettant les commentaires et les prises de paroles.

C'est quand même marrant qu'on préfère mettre en place des législations et des outils technologiques hyper intrusif et complexe (IA d'analyse des contenus) alors que les réunions qui se passent bien c'est celle où tout le monde peut parler MAIS où le temps de parole est limitée, qu'on ne parle que quand les autres personnes sur la liste ont parlées et si une personne monopolise la parole on met en place la technique de la double liste (une personne qui a déjà parlé se fera griller la priorité par rapport à celles qui n'ont pas encore eu leur tour).

Concernant les algo, je pense qu'il y a des solutions techniques. Mais pas sûr que ça intéresse twitter. A défaut de censurer abusivement qui est la menace brandie quand on dit que les plateformes seraient tenues pour responsable, ils peuvent mettre des préférences de filtres par thème.

Par défaut activer tous les filtres (violence, nudité, etc.), et ensuite déjà surveiller le contenu de ceux qui désactivent les filtres genre "scène de guerre" ou autre. 

Après on affine les réglages et à la fin on doit pouvoir avoir une modération semi-automatique potable. Aux dernières nouvelles les IA peuvent très bien identifier de manière ciblée le contenu d'une image pour que des filtres thématiques soient faisables.

Un filtre "nudité non-artistique" pourrait facilement résoudre le cas de l'origine du monde ou autre si les gens veulent filtrer la pornographie mais pas l'art (ou les images de nudité sans conotation). De même qu'il serait assez simple de filtrer uniquement la violence qui ne serait pas issue d'une production licenciée (film).


Le problème n'est pas le moyen technique à mon avis, mais plus l'intérêt de twitter à continuer la politique de l'outrance car c'est ça qui génère de l'activité dans leur modèle.


Bref, tout ça pour dire qu'on pourrait imaginer une loi obligeant la mise en place de ce genre de filtres dans les préférences utilisateurs. Et pour le coup ça ne me semble pas être une atteinte aux libertés. Si ma mémoire ne me trompe pas ce genre de chose a déjà été fait par le passé avec l'obligation d'intégrer des filtres parentaux à je ne sais plus quoi (les FAI ou autre je ne sais plus quel était le sujet).

"L'anonymat évacué"


si je puis me permettre vous allez  un peu vite en besogne , il est encore toute a fait possible d'etre anonyme sans beaucoup d'efforts.dans votre demonstration  vous partez du principe que tout le monde se connecte de chez soi et avec son ordinateur ou sur ton téléphone portable personel.... se connecter sur un ordinateur lamba  , utiliser un téléphone jetable avec de la data, créer des comptes bidons avec vpn et encryption pa dessus c'est possible avec un minimum d'efforts. c'est bien d'avoir un avis mais attention a ne pas "évacuer" trop vite. 


apres on est d'accord que l'anonymat dans le cas présent n'est pas le problème, par ailleurs la loi actuelle couvre la majorité des abus que l'on constate sur internet encore faut il qu'ils soient judiciarises ce qui est au final rarement le cas..... bref commençons par appliquer la loi avant de vouloir en faire de nouvelles.

 

L'anonymat, c'est la pierre angulaire. Réfléchir mille fois pour justifier, ( pourquoi justifier?) un système étrange : on se cache et se cache encore.. La responsabilité de chacune ou chacun passe par une identité délivrée, on ne dit pas que l'on est "x", ou alors on est d'une singulière lacheté. 


Au risque de choquer, on ne peut pas faire l'impasse sur un autre fait, une autre particularité : il y a urgence à une critique du fait religieux. Qu'est-ce que le fait religieux apporte à une vie? à se vie. Il appartient à l'imaginaire, l'imaginaire le plus sommaire. Les bases et les sources? souvent falsifiées, oubliées, aménagées. Le fait religieux, au lieu d'être enseigné avec distance -la distanciation brechtienne?- le fameuse objectivité ?due à chacune et chacun? Non, un combat à mener face à une forme d'obscurantisme. Qui a dit : quand vous adoptez une croyance, un préjugé, alors vous n'êtes pas libre.? 

Vous devriez relire cet article deux voire trois fois si vous n'avez toujours pas compris que l'anonymat ne change rien à l'affaire...

Prométhée, j'ai lu quatre fois, et alors? Persiste et signe.

Dans ce cas, un seul remède : arrêter de lire totalement (et d'écrire au passage !)...

Votre avis vaut pour vous. Je le respecte. Mais je choisis de l'ignorer. C'est mon point de vue. Ce n'est bien entendu QU'UN point de vue. Une question: supporteriez-vous, qu' ici  Daniel Schneidermann fonctionne, en tant qu'animateur et créateur de site, avec un ou DES pseudos? Quand la bête lève la patte pour se protéger, il faut se méfier..

supporteriez-vous, qu' ici  Daniel Schneidermann fonctionne, en tant qu'animateur et créateur de site, avec un ou DES pseudos?


Je ne verrais absolument pas le problème, non, désolé. Peu m'importe les noms des gens (vous demanderez aussi les visages et la carte d'identité ?). Ce qui compte, c'est l'échange que je peux avoir avec eux et les informations que je peux en tirer.

On a d’ailleurs un exemple qui cartonne sur Youtube : Thinkerview.


Surtout, l'objet de l'article est justemennt, entre autres, de rappeler que l'anonymat ne servirait à rien pour faire face aux nombreuses questions que pose l'ère numérique (les réseaux sociaux numériques en particulier)...

Hint : saviez vous que la plupart des articles de presse sont souvent rédigés sous pseudo ? Est ce que cela discrédite le contenu des dits articles selon vous ?


Faut arrêter avec votre fantasme sur le pseudonymat et l'anonymat sur internet, mais surtout arrêter de lire des textes pourtant suffisamment didactique pour comprendre le sujet, mais de quand même refuser de comprendre le dit sujet.


J'ai mon pseudo depuis les années 90, tous ceux qui ont à me connaitre dans la vraie vie me connaisse. 

Car je l'ai choisi, comme on choisit de se présenter exclusivement aux personnes que l'on souhaite rencontrer dans la vraie vie/la rue/l'entreprise.


Chacun choisit son identité numérique. 

Et conseil d'un professionnel de la sécurité informatique, c'est plus simple de reconstruire son identité numérique sous pseudo que sous identité réel en cas de compromission. 

Mais bizarrement, les risques d'une identification absolue et complète correspondant à une identité réelle, ça n’effleure jamais l'esprit des grands contempteurs du pseudonymat sur internet. Certainement trop d’efforts intellectuels et nécessité de se renseigner... Et puis l'assertion pleine d'émotion façon "Bébért le pilier de bar" semble suffire pour se faire passer pour un expert hautement bankable et "crédible" pour les béotiens dans les médias de masse.



Et pour un internaute qui signe sous le pseudo de Bipbip, c'est assez cocasse de vous voir vous indigner sur la perversion d'utiliser un pseudo... Pourtant, les propos sous pseudonymes sont tout aussi valides que des propos sous le pseudo ressemblant à une véritable identité.

Peut-on connaître votre identité alors ? 

Je pense que si l'on supprime l'anonymat sur internet, vous allez surtout voir disparaître la voix des modérés. Les virulents se fichent de l'anonymat. Les modérés préféreront se taire plutôt que risquer qu'on les importune dans leur vie car ils auront exprimé une opinion qui fâche les plus virulents.

Ceux-là, les dangereux, auront juste à récupérer votre nom pour trouver votre adresse. Comment échapper à ce risque ? ne plus rien écrire sur internet pour ne pas laisser de trace. 


Dans un autre registre mais pour illustrer le danger : sur les forums de passionnés de voiture, toutes les photos sont prises en cachant les plaques d'immatriculation car sinon les délinquants s'en servent pour falsifier leur propre plaque en recherchant un véhicule d'un modèle similaire au leur (pour tromper les radars, c'est alors vous qui recevrez les amendes à leur place). Et les voleurs s'en servent pour repérer un véhicule à voler.

Rappelez-vous le rôle quasi criminel joué par les les fameuses lettres anonymes durant l'épisode 1939-1945. Le corbeau planétaire génaralisé Si par le lus grand malheur, nous nous retrouvons avec des gouvernants trumpistes en France (MLP) par exemple, les risques de folies collectives et pernicieuses seraient réelles. Mais quel est le rôle de l'anonymat - les pseudos- dans internet? Pour exister avec un ou plusieurs doubles? Qu'on ne parle pas dans ces cas de protection de la vie privée, de l'intimité. L'intimité et sa protection sont d'un autre ordre. Pourquoi se cacher? pourquoi ce besoin de "page blanche"?; Il faut y réfléchir; c'est contemporain à internet, et je ne vois nulle part un progrès face à cette pratique, d'une manière générale. Pourquoi se cacher et jouer les nuages? Il nous faudrait être  clandestin?

Avec toutes les lois diverses mises en place pour asseoir "l'autorité de l'état" en France, l'anonymat sera le dernier de vos soucis le jour où Lepen et ses phalenges feront des descentes avec l'historique et toutes les traces informatiques que nous laissons tous derrière nous.


Vous vous faite un délire sur les multi accounts, qui sont généralement quelques psychotiques qui n'ont pas attendu Internet pour avoir des comportements déviants. Et sinon, c'est assez cocasse de savoir que le parti du président actuel de la France fait usage de bots et accounts fantomes pour faire des raids et de la désinformations.

Mais là, ce n'est pas du pseudonymats, c'est de l'industrialisation de la propagande et manipulation. De nombreuses enquêtes ont déjà démontrer l'existence et les sources de ces bots/relais, mais bizarrement, ni la justice ni les politiques ni vraiment les GAFAM n'ont envie d'adresser cette plaie, car justement ces mécanismes sont utilisés à dessein politique/social de masse.


Mais bon, vous vous excitez sur le pseudonymat de l'internaute lambda, car on vous agite cet épouvantail devant les yeux. Pendant ce temps là, l'arbre qui cache la forêt vous diverti des véritables problèmes dont vous et vos pairs feriez mieux de vous indignez et exprimer votre opposition.

Je ne comprends pas votre question, j'ai expliqué l'intérêt du pseudonymat : se protéger des "fous" : internet est très peuplé et vous pouvez croiser des gens dangereux qui vont chercher à vous nuire de manière plus ou moins prononcée si vous les contrariez. :)



En dehors de cet aspect, il y a d'autres intérêts à l'anonymat et le multi-account : en premier lieu, brouiller les pistes pour google et autres entreprises pouvant vous profiler (ça peut vous éviter au minimum des déconvenues lors d'une embauche si vous n'apparaissez pas comme un profil gauchiste, gréviste ou autre. Et parti comme on est parti, on n'est pas à l'abri d'une société dans 20 ans où l'Etat irait vous chercher pour délit d'opinion passée. Regardez déjà comment les gens peuvent avoir des problèmes professionnels pour des trucs qu'ils ont écrit il y a 20 ans).


Ensuite, le pseudonymat permet de faire disparaître les préjugés (plus de noms connotés, ça facilite les rapprochements. On le voit très bien dans les jeux où valides, handicapés, blancs, noirs, arabes sont tous mis à égalité).


Par ailleurs, comme dans la vraie vie, vous n'êtes pas obligé d'avoir le même visage tout le temps. Vous n'agissez pas avec vos amis comme avec votre famille ou vos collègues de travail. Le multi accounts et le pseudonymat permet de segmenter votre représentation publique. Si vous enlevez ça, c'est comme si dans la vraie vie vos collègues et votre famille pouvaient voir vos soirées entre amis par exemple. 

Là je pense par exemple aux femmes qui peuvent pâtir d'une image qu'elles ne veulent pas renvoyer à des inconnus qui vont les juger selon leurs critères dégradants.


Le nominatif peut avoir son intérêt dans des espaces protégés. Mais l'"internet public" (twitter etc.) c'est la zone, il ne faut pas le voir comme un espace public classique mais plutôt comme une rue mal éclairée avec des potentiels coupe-gorges.

on se cache et se cache encore on ne dit pas que l'on est "x", ou alors on est d'une singulière lacheté


Quel est votre vrai nom ? Bibbip ou  Tartuffe ?


Ayez au moins l’honnêteté d'écrire sous votre propre nom sur ce forum. 


Pour ma part, je n'utilise pas de pseudo sur ce forum, mais je ne vais pas exiger des autres qu'ils fassent comme moi.

"Qui oserait imaginer une loi Avia pour surveiller et censurer automatiquement nos messages WhatsApp, nos boîtes mail, nos SMS?"

Qui, en effet ? Un indice : ça commence par L, ça finit par M et il y a un R au milieu.

Merci pour cet article.
J’ai malgré tout une frustration par rapport au compte de l’assassin :

Le compte a été "nettoyé" avant le passage à l'acte : des 400 tweets, dont certains lui ont valu deux signalements en juillet et août dernier (pour propos antisémites, et photomontage de décapitation), ainsi que le déclenchement d'une procédure Pharos contre les contenus illicites en ligne (le 30 juillet dernier), il n'en reste que quatre. Dont l'ultime, qui lui vaudra sa fermeture définitive quelques minutes plus tard.


Des personnes ont affirmé sur Twitter que des personnes (des musulmans) ont repéré que le compte du terroriste était « au minimum daéshien ». J’ai vu les tweets en question, et oui, l’un écrit « lui, c’est du lourd » et un (autre ?) « il est minimum daeshien ». Et je ne comprends pas. Ont-ils signalé le compte à Twitter ? À Pharos ? Que s’est-il passé ?

On censure "l'origine du monde" mais jamais "la fin de son monde". Les priorités des algos ...

Excellent article, merci ASI. Entre "stratégie du choc" et "aubaine" (dixit C. Barbier) ce drame est comme prévu, hélas, l'occasion de nouvelles tentatives d'atteintes à la liberté d'expression qui, une fois encore, ne semblent pas intéresser nos chers médias, hormis les "gauchistes" habituels... Heureusement qu'on est en démocratie...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.