72
Commentaires

Complots : "Heureusement, nos élèves nous font parfois confiance"

Face à des adolescents qui croient aux Illuminatis, qui se demandent ce qui a bien pu réellement se passer à Roswell, qui ne sont pas tout à fait certains que Michael Jackson soit bien mort, que doivent, et que peuvent faire les profs désemparés, les gouvernements préoccupés, les journalistes, forcément concernés... si tant est qu'ils doivent faire quelque chose ? Après avoir raconté cet été comment étaient nées ces croyances, comment elles se fortifiaient, se nourrissaient, prospéraient et se croisaient les unes avec les autres, l'heure est venue d'envisager les contre-récits possibles.

Derniers commentaires

Souvenir: "le 31 du mois d'août" je sifflotais en me rasant lorsque ma radio se mit à évoquer LA REINE D'ANGLETERRE! Merde! Rien à voir avec les corsaires....Accident de la circulation,conducteur alcoolisé,pilier en béton,princesse....Le lendemain télé dans un hôtel:DODI AL FAYED/services secrets britanniques...Et tous les journaux suivent. Complotisme?
Un psychiatre m'a raconté qu'une de ses patientes, écartant les rideaux de la salle de consultation, lui montra un attroupement dans la rue pour lui prouver qu'une meute d'agents secrets la poursuivait. Il lui fit calmement observer qu'il s'agissait d'un arrêt de bus. S'en suivit une longue discussion sur les mille et une manières pour un espion de se dissimuler.
Alors, si, souvent je dis à mes élèves : "euh, si, là, tu dis, n'importe quoi" en riant. et ça marche. Heureusement que je dis pas trop de conneries, mais un élève, ça croit à tout. Et ça croit surtout à la personne qui incarne la vérité, le prof. Surtout si le prof a l'honnêteté de dire quand il ne sait pas : du coup, quand on sait, on sait.

Après le 13 novembre, j'ai eu la question : "Ce sont les Etats-Unis qui ont commis les attentats ?" "Euh, non, c'est beaucoup plus compliqué que ça. Tu t'imagines Obama décrocher son téléphone pour dire à des gens de se faire exploser à Paris ?". Et après on a essayé de parler des problèmes géo-politiques, et on est tous tombés d'accord que c'était très compliqué, et que donc les théories simplistes étaient forcément erronées, et destinées à manipuler des cerveaux fragiles.
Parmi les complots, il y en a un qui n'a pas été évoqué : les femmes vont-elles bouter hors du pouvoir les hommes qui le détiennent depuis des millénaires ?


L'avenir nous le dira, c'est-à-dire : Chloé Delaume qui situe son roman de la rentrée en 2062 : "les sorcières de la République"

http://www.chloedelaume.net/?page_id=5004
Il me semble qu'un aspect déontologique de l'enseignant pourrait être non pas de chercher à circonscrire l'ignorance de ses élèves, mais de s'attacher tout d'abord à bien comprendre le monde, à analyser la manière dont lui-même le comprend, et à partir de là à transmettre ses connaissances. Sinon, on arrive vite à la conclusion que les élèves et les professeurs ne vivent pas dans le même monde. Or, les adultes sont, à leur niveau, sans doute au moins autant victimes de théories du complot que les élèves. La prochaine théorie abracadabrantesque qui va nous occuper jusqu'en mai 2017 est celle qui explique qu'un seul homme, élu président de la République, aurait le pouvoir de changer le sort du pays...
Et voilà que ce soir Arte a programmé "Eyes Wide Shut" !
Une drôle d'émission dans laquelle on commence à s'interroger sur la pertinence du sujet, après plusieurs autres émissions qui expliquaient que ces théories étaient un danger sans pareil. N'est-ce pas un peu tard ?
Finir par apprendre qu'on est incapable de quantifier le phénomène, ça fait un peu drôle.
A ce sujet, juste avant que nous ne regardions l'émission, j'ai discuté avec mon fils de 16 ans qui est dans un lycée très mélangé. Et lui n'a jamais entendu que des plaisanteries sur le sujet, du genre : "Oh ! Tu dessines un triangle, tu es un illuminati. Ha Ha Ha".
Mais évidemment, ce n'est qu'un témoignage.
Avant propos, je remercie @si pour cette série d'été originale, et fort bienvenue par les temps qui courent.

Je n'ai pas encore vu toutes les émissions, mais il me semble que le sujet des chemtrails n'a pas été abordé.

C'est dommage, parce que c'est l'un des marqueurs essentiels des sites et blogs à tendance conspi, et qu'il regroupe bien des sujets, où ça part généralement dans tous les sens (CIA, USA, climat, NWO...etc.).
J'aurais aimé voir et entendre des experts à ce sujet, autres que les détenteurs-de-vérité qui pullulent sur Youtube.

Je suppose qu'il vous fallait faire des choix. Même si j'ai beaucoup apprécié l'émission sur les OVNI, il me semble que la théorie des chemtrails est devenue prédominante sur les ET sur le web.
Bon, j'arrête là, ces personnes ne savent pas du tout de quoi elles parlent. Quand à la qualité des interventions de M. Le Quellec, elles m'auraient tout de suite plus convaincu s'il avait pensé à mentionner que le récit selon lequel nous vivons dans une société foncièrement progressiste au gouvernement bienveillant envers les citoyens est également un mythe, ou que les gens qui sont passé de ce mythe au mythe "conspirationniste" dans lequel ni le progressisme ni la bienveillance ne sont tenus pour acquis ont précisément démontré une capacité à dépasser le biais de confirmation qu'ils avaient initialement, ce qui manque, qu'ils aient tort ou raison par ailleurs (mais enfin c'est quand même un élément qu'on ne peut pas occulter à mon sens), aux personnes qui ne sont jamais sortis du premier mythe. Je ne vais même pas attendre de voir s'il se rattrape en parlant de choses essentielles sur le sujet telle que soumission à l'autorité ou au groupe, on est déjà loin de son objectif initial de commenter sans faire inférer ses opinions.
Jean-Loïc Le Quellec a fait un excellente intervention sur l'observation scientifique contre les récits anecdotiques, normal c'est son métier, et DS dans sa réponse a été extrêmement décevant !!!

Les récits anecdotiques devraient être banni du langage journalistique, ils sont la source de tous les amalgames, observations exagérées, créent d'inutiles problèmes, si je suis inscrit à ASI c'est justement pour éviter ces récits du café du commerce qui inondent les médias traditionnels

Puis si DS est incapable de comprendre qu'un anthropologue digne de ce nom ne tirera jamais de conclusion avec des récits anecdotiques, alors au revoir !!!

Aussi quand on aborde la théorie du complot, il faut introduire sur le fait que des complots ont effectivement existé (Rainbow Warrior etc ....), sinon on ne comprendra jamais rien à ce phénomène ...
3'00 Justine Brabant : En janvier 2015, Najat Vallaud-Belkacem s'inquiétait "qu'un jeune sur cinq adhérait aux théories du complot".
On ne sait pas exactement d'où venait ce chiffre, mais il avait beaucoup été repris à l'époque.
-> Rudy Reichstadt (du blog Conspiracy Watch) a communiqué ce chiffre à la ministre et a précisé qu'il venait d'un sondage de 2014. Le même chiffre avait circulé en 2008 suite à un sondage de l'Obs. Voici un sondage moins binaire. ASI pourrait d'ailleurs demander à ses abonnés s'ils sont convaincus par les explications qui nous ont été données sur le 11 septembre, ce serait intéressant.

7'17 Sophie Mazet : Le ministère est dans un désarroi absolument total pour ce problème, [...] je les ai senti totalement perdus.
-> Ils sont perdus car ils n'ont pas compris la différence entre le complotisme et le scepticisme.

8'10 Sophie Mazet : il faut d'abord une formation généraliste à l'esprit critique au doute, à la zététique.
-> Sophie Mazet devrait essayer d'appliquer les outils de la zététique à la thèse qu'elle défend sur le 11 septembre. Car pour le moment, elle a surtout montré son dogmatisme. Voici ce que ça pourrait donner.

14'27 Sophie Mazet : J'ai entendu un élève dire à un autre que les juifs dominaient tous les médias, etc. [...] J'avais toute la classe qui était de cet avis.
-> Sophie Mazet a indiqué dans plusieurs médias que l'élève a dit que "les juifs étaient au courant du 11 septembre". Cela correspond à une rumeur relayée principalement par certains médias pour la réfuter, ce qui permettait de discréditer les sceptiques sans avoir à donner de bonnes raisons de croire au récit présenté par l'administration US. C'est un peu comme ceux qui voulaient défendre la loi travail (sans le dire pour garder un semblant de neutralité) et qui se focalisaient sur les actions des casseurs.

20.25 Jean-Loïc Le Quellec explique que le biais de confirmation s'applique aussi bien à ceux qui s'inquiètent de la montée du complotisme, qu'à ceux qui pensent que la "menace" est exagérée. Sophie Mazet n'est pas tout à fait d'accord, puisqu'elle ne veut pas voir qu'elle présente les mêmes biais que les complotistes. Elle défend juste une autre thèse.

23.40 Jean-Loïc Le Quellec : On ne convainc pas les gens qui sont convaincus de quelque chose en leur démontrant qu'ils ont tort.
-> Parfois on ne sait pas qui a tort et qui a raison. C'est le cas par exemple pour le 11 septembre.

25.55 Visionnage du reportage présentant Lionel Vighier.
-> Comme la plupart des défenseurs de la thèse officielle, il n'a jamais répondu à nos messages (ce qui lui permet de ne pas avoir à se remettre en question).

32.34 Sophie Mazet évoque le Post hoc ergo propter hoc.
-> En effet, il ne faut pas confondre corrélation et causalité. Par exemple, ce n'est pas parce la 3ème tour s'est effondrée après les tours jumelles qu'il y a forcément un lien de causalité.

32.50 Sophie Mazet : Est-ce que les élèves ne vont pas retrouver l'accumulation d'arguments qui ne tiennent pas tellement la route tous seuls mais quand on les accumule, ça finit par ressembler à quelque chose ?
-> C'est le mille-feuille argumentatif cher à Gérald Bronner. Cela vaut aussi pour ceux qui croient à la thèse officielle du 11 septembre et qui n'ont que des arguments très faibles.

35.40 Jean-Loïc Le Quellec : Il y a une infinité de récits. Comment reconnaître ceux qui sont des mythes ? [...] Nos propres mythes sont pratiquement impossible à reconnaître car on n'a pas la distance.
-> Comment savoir si le récit proposé par l'administration US est un mythe ? Peut-être en prenant de la distance et en l'étudiant sereinement.

41.20 Jean-Loïc Le Quellec : Dounia Bouzar nous dit que les théories du complot sont une porte ouverte vers la radicalisation.
-> Sa thèse a été reprise par le sociologue Gérald Bronner et contestée, entre autres, par l'historien Romain Caillet, comme l'a rappelé Justine Brabant.

48.40 Sophie Mazet : Il faut rester un petit peu modeste et pas dogmatique si possible.
-> Visiblement, quand il s'agit du 11 septembre, certains ont du mal à ne pas être dogmatiques.

48.58 Sophie Mazet : Mes élèves pensent que je suis un peu naïve parfois.
-> Ah bon ??

Dans l'article, Justine Brabant a signalé la fiche pratique de l'intersyndicale Solidaires. Voici une approche différente.
Rendre ridicule, assumer publiquement son point de vue, comme l'humoriste, est différent de se moquer lors d'une confrontation. Ce qu'on considère légitime nous est donné par le groupe et cela peut aider à nous structurer, cette image transmise par des vidéos potaches qui nous donnent quelque part un garde fou de type "le groupe dont nous faisons partie dit de se méfier de ces trucs qui m'intriguent".
Un truc que j'aimerais bien... c'est qu'on considère ceux et celles complotistes comme faisant l'expérience de leur esprit critique (donc à ce titre d'ailleurs, des outils intellectuels sont clairement un plus à apporter). Ce n'est pas MAL de se demander si x ou y dirige le monde. Se faisant, on cherche du sens. Il est clair que les invités préfère la jeunesse telle qu'elle est aux veaux sans pensée (pardon pour nos amis les veaux), mais...on pourrait aller plus loin dans le respect de l'autonomie intellectuelle qu'ils se construisent, et qu'on peut aider à construire.
Donc si on fait un peu le bilan quels sont les critiques ou reproches faits aux « complotistes adolescents » ?

1) Ils vont chercher sur internet ce qu’ils veulent trouver, et passent avant tout par des croyances dans leurs raisonnements

Que font les intervenants ici ? ils ont choisis ce qu’ils ont voulu sur internet pour légitimer le faite que les complotistes s’appuiraient forcément ou avant tout sur des éléments subjectifs à travers des caricatures. En d’autres termes, d’une vérité partielle ils font la soi disante vérité de ces jeunes : les personnes ici exposent CE QU ILS CROIENT du complotisme; jeu de miroir.

2) Ils auraient la plupart du temps une vue tres simpliste des choses

Que font les intervenants ici ?
Dans le cadre d’une critique approfondie, tout discours complexe et argumenté ici est ignoré : plutôt que de s’y confronter on préfère simplifier le débat : on n’ira pas chercher les détails d’un discours de Mr Soral, Lucien Cerise, Mme Séverac, Mme Sigault et j’en passe… quelques soient le sentiment que l'on porte envers ces personnes.

3) Ils construisent leur opinion de la réalité sur des mythes , un regard négatif voire haineux à travers un bouc emissariat.

Que font les intervenants ici ? ils construisent LEUR représentation de l’ opinion des jeunes complotistes sur leurs propres vécus, leurs savoirs, leur suffisance : aucune question n’est posé sur l'origine de ces types de comportements :
la situation sociale de ces jeunes souvent isolés, séparés souvent d’une transmission de savoirs faire ou savoir vivre et de leur experience, des jeunes en perte de repères , à travers une société où les tenants du système économique désavoue en permanence l’autorité… tout ceci est complétement ignorée dans le débat
Le contexte où un système politique imposent aux jeunes des savoirs séparés, pré établies, ou la vie noétique est complétement dévalorisée , l’imagination dictée par l’industrie culturelle, la création marginalisée ou reservée au devenir technologique et machinique , la croyance à travers un devenir choisie effacée, le projet commun quelques soit l’échelle et le domaine inexistant, l’espérance de trouver sa place à travers un parcours épanouissant remis en cause, la maitrise de véritables connaissances ou maitrise d’un art dans un temps humain marginalisés etc… tout ce contexte , cette réalité qui fait le monde de ces jeunes est ignoré.

Mais qui fait une critique à travers de la vacuité ici et « sans prendre soin » [de nos jeunes]?


Qui oublie de dire que depuis 1978 le système politique est avant tout inspiré à travers un système capitaliste spéculatif, qui spécule autant sur la monnaie que sur le vivant, et où les projets politiques sont liquidés au profit d’un guidage de projets marketings faisant d’abord appels aux pulsions et à une vision marchande du vivant?

Quelle génération oublie de faire son autocritique , de reconnaitre son "défaut d’origine", ou la créativité et la croyance en une vie epanouie a laissé place a une société automatique où la promesse ne passe qu’a travers la technologie et non plus à travers l’homme et sa confiance, à travers une humanité qui ne fait bientot plussa publicité d’elle-même que par la méfiance, la corruption, le discrédit, le négatif plutot que le positif des différences, et l’exploitation des « passions tristes » comme vous semblez le relayer très bien dans votre approche?

Et vous nous parlez de zététique et de faits que l’on DOIT croire alors qu’on ne donne plus à la pensée humaine le temps de faire suivre (dans le dialogue) ces états de faits en des états de droits, et de fait, ils s’y substituent ?

Vous pensez vraiment que l’attitude qui consiste et se réduit à ériger un savoir comme vérité pour répondre à un comportement certes en partie inadéquate, mais qui répond à l' attente d'une construction d’une réalité tangible chez les jeunes, est le plus approprié ?
à travers un métier qui vous sert à vivre - vous -, accesoirement à rire ou à tourner ce qui vous dérange en dérision, bref réduire leur intention de trouver un sens à leur monde juste dans leur défaut, "péché de penser" qui devient tabou supreme autant que le péché de chair d'un monde pas si ancien ?
Connaissez vous vraiment la condition de ces jeunes ? la suffisance apparente des intervenants dans leur propos semble traduire que cette question semble négligeable pour traiter le sujet, contrairement à la volonté de construire un discrédit issue d’une déshérence … qui semble répondre surtout à… votre peur ?

En ce qui concerne les mythes… où le specialiste de l’émission ne semble pas juger utile de distinguer mythe et mythologie en passant , accorde également peu d’importance aux questions de limites sur « le savoir rationnel démontré », comme si il suffisait pour faire société (et comme si, en passant, le savoir mathématique était dépourvu d’axiome non démontré, pas si loin de certaines mytho-LOGIES qu'on aurait tord de trop mépriser à mon avis ).

Vous accusez ces jeunes d’être plus ou moins dans l’indistinction de choses subjectives et négatives : ils sont à l’image de vos démonstrations quelquefois pertinentes, mais largement limitées, répondant à la souffrance et la haine par le mépris, et en substituant les effets d’un phénomène à ses causes : c'est-à-dire le processus qui définit le mieux l’idéologie.

Et puisqu’on parle de mythes, je vous laisse un extrait de cette vidéo « les barbares attaquent l’education » :
http://barbares.thefamily.co/l-education
un site fondé par un ancien inspecteur des finances qui défendaient le service publique et qui est passé de l’autre coté : à l’économie QUI FAIT AUTORITE, dont il décrivait les dégâts ; un site pour créer un fonds d’investissement qui collecte de l’argent pour pratiquer ce qui à terme ne peut qu’avantager la destruction des équilibres sociaux (certaines formes de moocs et autres formes de savoirs dépersonnalisés)
je cite :

«L’école est construit sur un mythe auquel plus personne ne croit, un mythe du schéma de vie : travail dure à l’école donc tu réussiras, et tu auras un super job (..) l’ecole se trouve complètement impuissante à donner le moindre confort et sécurité mentale aux gens qui y sont »
De grands entrepreneurs sont prêt a payer des milliers de dollars les prétendants aux universités les plus cotés pour qu’ils n’y mettent pas les pieds : eux-mêmes sont des « autodidactes » (Steve Job, Bill Gates, les createurs de paypal etc) qui sont partis de ses institutions qui ne répondraient plus aux promesses qu’elles font.

Ce qui semble se mettre en place donc de fait, que l’on percoit cela ou non à travers une vision complotiste, entre ceux qui s’accrochent à la réalité à travers des passions tristes, d’autres haineuses , d’autres « optimistes » mais souvent et par défaut à travers une vision de parcours narcissique et téléguidée, c’est un darwinisme social où la variante principale semble bien plus etre de l’ordre de la compétition que l’égalité ou la liberté de prendre le temps de vivre avec ses proches.
Quelqu’un disait bien dans un extrait repris dans votre emission que l’on « devait » croire au fait ?
Tapez pas sur @SI
Fallait bien meubler pendant les vacances et comme le sujet était politiquement à la mode ils ont donné dedans.
Je soupçonne @SI en mode déconnage et ne croyant pas trop à la gravité su sujet.
Au final on peut peut-être leur reprocher d'avoir nourri un poil la propagande et les manœuvres d'enfumage gouvernementale en en parlant, mais bon...
@si: comment mesurer le nombre d'élèves qui souscrivent à des théories complotistes ?
M. Le Quellec: ah mais nous n'avons aucune donnée statistique là-dessus

@si: comment prouver/réfuter que des élèves souscrivent ou non à des théories complotistes ?
Mme Robert: ah mais la réalité de cette souscription n'a jamais été démontrée

Les gens médiocres me fatiguent.
où peut-on regarder voir le "classe télé" spécial dont on a pu voir ici un extrait ?
hâte de le découvrir en entier
Emission mortellement ennuyeuse qui vient clôturer un cycle qui l'était (un peu) moins.

Pas étonnant quand on voit que le vaillant petit soldat de la pensée conforme (aka Justine), est associé à cette émission de conclusion.

Il n'est quand même pas compliqué de voir que le terme de "théorie du complot" est une tentative maladroite et risible du pouvoir d'associer la contestation à la bêtise et à la crédulité, de regrouper cela dans un même sac et de le jeter le tout à la rivière.

Dans toute ces émissions, nulle mention de Snowden. Pourtant, au moins un responsable de la NSA a été pris en flagrant délit de mensonge au Congrès (no less) sur le point de savoir quelle était l'étendue de l'écoute, de la surveillance et de l'archivage des communications auxquelles sont soumises les populations américaines et mondiales. Et la collusion de tous les géants du net américains dans cette entreprise. Juste un moyen de mettre à nu n'importe quel individu sur la planète en un clic et de faire pression sur lui (à moins qu'il ne soit un saint ou un pur esprit). En gros, le contrôle global de tout un chacun activable au besoin (reprise d'Alstom?, vente de frégates? activistes incontrobables? bougez pas je sors les fiches et je trouve des points de pression efficaces, des gens à retourner etc...).

Oh le tout petit complot de rien du tout!
Et en mentant aux institutions "démocratiques" du pays instigateur...

Oh mais non Justine. Surtout, le sujet c'est l'ado débile de 13 ans qui croit aux Illuminati pendant 10 jours. L'usage politique qui est fait du concept foireux des "théories du complot", c'est utiliser l'ado débile pour protéger la NSA ou tout autre sujet gênant vraiment le pouvoir.

Beau travail, "Arrêt sur Images", pour mordre à l'hameçon de ce concept inepte de manière aussi idiote dans toute une série d'été (no less). Belkacem va sûrement vous donner un bon point.Justine, y a encore beaucoup de boulot. Vous me désespérez un peu...
J'ai bien aimé ce petit texte de Johann Sfar: partir d'une base modeste et du coup humanisante de: il n'y a pas que jeunes de banlieue qui savent rien et comprennent rien, on est tous des cons dépassés par les événements...

http://www.huffingtonpost.fr/joann-sfar/theorie-du-complot-attentats-israel-palestine_b_8936818.html

Et en même temps, ces théories du complot, et l'immense merdier géopolitique humain, trop humain, qu'elles n'arriveront jamais à décrire nous mettent dans la (vraie) peur réciproque.
Sinon, il faut reconnaître cette vraie jouissance qui existe à écouter une théorie du complot qui est une forme de rationalisation du chaos: D'un coup tu comprends le sens caché des choses, et tu fais même l'expérience par procuration de la toute puissance (à travers les méchants, c'est en effet la version noire de Dieu a un dessin caché pour le monde, au fond c'est rassurant, il y aurait des gens qui maîtrisent quelque chose quelque part).
Même si tu n'y crois pas complètement (du coup on peut être complotiste et aimer aussi les parodies, parce qu'elles gardent la même puissance de fiction, tout en te faisant rire).
Ce qui m'a frappé dans l'extrait de Moreira destiné à l'édification des jeunes, c'est que c'est, involontairement, paradoxal: ce que j'y vois surtout, c'est que l'on peut aussi dénoncer des vrais complots (comme Moreira) et utiliser les mêmes ficelles que les complotistes pour les rendre "intéressantes" (c'est quand même rigolo, en un extrait, de voir les mêmes procédés de récit employés: musique stressante, voix d'autorité, et même une terminologie "mythologique", les "sept nains" pour rendre sexy la corruption du pouvoir). Peut-être que s'il s'agit de "faire un pas de côté", ce serait intéressant d'aller voir d'autres façons de raconter la vie (même si celle là est marrante, et que par ailleurs Moreira est un type courageux qui fait un vrai travail de fond). Du genre par exemple de ce qu'a fait "Salafistes" (celui-là ne risque pas d'être diffusé dans les écoles, il est même poursuivi avec acharnement par le ministère de la culture (du prêt-à-penser?)). Peut-être à juste titre. Peut-être qu'il y a un temps pour tout, et qu'il faut être un peu vieux, comme Sfar, pour admettre que souvent on ne sait rien, et que parfois on ne comprend même pas ce qui est sous nos yeux? Je ne sais pas....
Dans "Salafiste", il n'y a pas de musique stressante, pas de zoom sur des visages méchants entourés de rouge sur des photos, pas de voix qui te guide. Et, c'est vrai, on est un peu dans la merde: ces gens que l'on voit se repentir devant les tribunaux islamiques et approuver leur propre mutilation, est-ce qu'ils le font pour garder une infime chance de survie? Est-ce qu'ils gardent au fond d'eux leur estime d'eux-même, bien dissimulée, à l'abri? Ou est-ce qu'ils ont été convaincus de leur propre faute? Ou un peu des deux? On ne le saura jamais. On ne rentre pas dans les consciences. Hélas. Tant mieux.
Du coup: Merci à ASI du partenariat avec Lussas et la plate forme documentaire, Ce sera l'occasion de voir des choses racontées autrement que dans les formes standards en miroir qui passent à la télé et sur les sites complotistes (même si la question de l'authentification scientifique, parfois, heureusement les différencie). S'interroger sur les formes, vraiment, de notre rapport au monde et à la splendeur angoissante de sa complexité.
Émission excellente
Justine Brabant est vraiment devenue indispensable. Sa maitrise des sujets et ses interventions sont remarquables. Une grande professionnelle qui fait honneur à la profession de journaliste

Une question: ne peut-on imaginer que certains des commentaires postés sous la vidéo du faux complot concernant Michael Jackson soient écrits par des amateurs du ... 3ème degré ?
J'ai toujours des problèmes de sons avec vos émissions : je dois mettre le son plus fort et j'entends moins bien malgré un son doublé par rapport aux autres applications/vidéos. Sur la TV ça passe encore, mais sur un portable le son max est limité et la moindre goutte d'eau qui tombe fait que l'émission n'est plus audible.
Daniel Schneidermann a fait un lapsus révélateur en fin d'émission, il a parlé de la théorie des "lézards" au lieu des reptiliens. Sa langue à fourché...comme par hasard... Ne vous êtes vous pas demandé pourquoi il parle de lézards??? Eh, bien c'est parce qu'il est lui-même un lézard. Les lézards sont venus sur Terre pour faire un complot contre les reptiliens. Les lézards veulent faire capoter les complot des reptiliens et prendre la place que ceux-ci convoitaient, dominer les hommes.
Dans son nom on trouve les lettres pour faire: ALIEN et MEDIA........?????? Comme par hasard....
C'est incroyable que personne n'ai remarqué que Justine Brabant a comploté pour faire apparaitre a l'écran son double alien, soi disant Sophie Mazet !
fin d'emission relativement moyenne.
je tiens juste a signaler une radio sur la FM,qui depuis 25 ans fait ses choux gras avec ce genre de propos,
ce que personne n a jamais signalé avant.........
Une remarque sur la remarque concernant l'opposition de Dabiq aux théories du complot : certes Dieu est le plus grand en stratagèmes dixit le Coran, mais très concrètement, leur problème est que ceux qui croient que tout est un coup de la CIA, du Mossad etc., que le 11 Septembre, Al Qaeda, Charlie Hebdo sont des "false flags" ne s'engageront pas dans le jihad.
Quelque part, les théories du complot aident contre le recrutement, et quitte à faire un complot, nos gouvernements pourraient peut-être penser à une psy-op où fuiteraient de fausses preuves attestant que Daech bosse pour l'occident, du genre un chef serrant la main d'un officier américain (une photo truquée suffit)...
Au minimum, il serait "amusant" de voir Dabiq essayer de prouver à des complotistes que l'accusation de complot est un complot.
Ne pas oublier que le gouvernement crée des mythes en utilisant des méthodes similaires à celles des lanceurs de complots.

Ci-dessous une liste (non-exhaustives) de mythes soutenus à grand renfort de matraquages (chiffres trafiqués, corrélations bidons, comparaisons sans fondement) :
* le président gouverne avec intelligence
* avec des actions adaptées (dérégulations, incitations fiscales pour les entreprises) le chômage régressera
* la croissance doit continuer à croître, TINA
* les élections permettent aux français de choisir leur avenir ; ils doivent faire le bon choix !
* la durée de vie s'allongeant, il faudra travailler plus longtemps
* ...

Alors ?
Deux remarques :

- Quel est le degré d'adhésion des enfants et adolescents à ce genre de théories ?

C'est très étonnant de balayer si vite la première question sur la quantité et l'intensité de l'adhésion des jeunes gens aux théories complotistes farfelues pour continuer sur la seconde question : qu'est-ce qu'on peut faire pour lutter contre, alors que la réponse à la première est précisément le cœur du sujet, et essentielle pour juger de la légitimité même de la deuxième. Si le phénomène est marginal, ou si même il est répandu, mais que ces croyances sont molles et éphémères : doit-on faire quelque chose ?

- Est-ce aux enseignants de déconstruire les théories complotistes ?

Le rôle des enseignants est d'essayer de contribuer à la construction d'un esprit à la fois ouvert (par les connaissances) et critique (par la réflexion), à un moment crucial du développement intellectuel des élèves. Un collègue disait assez joliment que notre boulot est de rendre les élèves "accro" à la joie d'avoir compris quelque chose. En conséquence, le temps de l'école (primaire-collège-lycée) n'est pas, ne peut pas être, le temps des médias. Recul et sérénité sont nécessaires.

Il est certain que les élèves en classe ne sont pas magiquement différents des personnes qu'ils sont à l'extérieur. Ils arrivent nécessairement avec des tas de représentations, de croyances, de connaissances aussi, d'interrogations. Évidemment, c'est tentant pour un prof de répondre à toutes leurs questions (pour une fois qu'ils s'intéressent).

Mais l'école est, il me semble, le lieu où l'on doit apprendre à s'arracher du flot continu d'informations quotidiennes pour aborder des pistes de réflexion a priori étrangères qui, à long terme, apporteront les clés de compréhension du monde contemporain. En clair : c'est très dangereux, à mon avis (et c'est d'ailleurs rappelé au cours de l'émission par deux invités), de traiter sérieusement des productions complotistes en classe ; on ne convainc que les convaincus et on risque de susciter ou confirmer les soupçons des autres en donnant une légitimité (on en parle en classe !) à des productions insignifiantes. En revanche, les enseignants s'attachent tous les jours à fournir aux élèves des outils de résistance aux propagandes de toutes sortes, en travaillant simplement sur d'autres objets ou avec d'autres exemples.

Je m'interroge aussi sur la pertinence pédagogique et éthique d'inciter les élèves à fabriquer leurs propres théories complotistes. Ça me fait penser aux séquences où un prof demande aux élèves de fabriquer des affiches de propagande stalinienne ou d'écrire un discours de propagande nazie à destination des troupes allemandes en reprenant des arguments antisémites... Il y a quand même d'autres moyens de comprendre, que l'imitation.
Merci pour cette émission, dont le thème permet d'envisager d'autres solutions que celle proposée par le Ministère. Catherine Robert, bien qu'intervenant finalement peu me paraît avoir dominé le débat. Madame "post hoc ergo propter hoc" ne doit pas convaincre beaucoup de ses élèves.

Merci aussi à Justine, Anne-Sophie, Robin, Sonia, Sébastien et François qui ont beaucoup bossé sur toute cette intéressante série d'été
Ce qui est aussi regrettable c'est de ne pas avoir traité le cas des francs maçons qui sont quand même régulièrement ciblés non seulement par les sites dits complotistes mais qui font aussi l'objet de dossiers marronniers de la presse mainstream qui quelque part participe aussi à la propagation de théories complotistes ...
Bonjour,

Alors, dans l'ordre de mes notes (et oui, je note), on refait le match:


1- J'apprends que la Ministre de l’Éducation Nationale entend "détruire les accents circonflexes" ?
J'ai du rêver j'imagine...


2- Attention, le complot, en voilà un : 816 élèves ont étés dénoncés à la Police par le corps enseignant pour "faits de complotisme".

Faut-il faire relire la lettre de Guy Môquet dans les écoles de profs ? La question se pose amha ! Au départ, j'avoue que j'aurais plutôt imaginé la faire lire dans les écoles de Police, du genre à Vincennes, mais comme aujourd'hui les profs vont main dans la main avec les flics...

Bref, comme dirait un ami corse : On te les donne tous les matins nos gosses, alors si jamais tu les livres au flics, ça va mal finir! Vous êtes prévenues !


3- Anthropologue et mythologue, Jean-Loïc Le Quellec, alias "Indiana Jones" a été admirable. Ça le fait tout de suite quand tu as un chercheur. Le calme et la méthode. Tranquille... :-)

4- Giulio Callegari ? Nul. A l'ouest. HS. Et au final conspirationniste. Le comble !

5- Le cumulonimbus d'orage du CERN : Ben ouais, c'est un orage ! :-) Faut être vraiment tordu pour y voir du saladisme.

8- Plus intéressant : Les chats !
Alors, à votre avis pourquoi depuis des siècles nous avons des chats ???
Ben c'est pour manger les souris bien sûr! Les souris qui grignotent quoi ? Ben nos réserves de grains !
Du coup, le chat est un animal qu'on adore, y compris en Égypte du temps des pharaons...

Miaouuuu ! :-)


9- Les juifs contrôlent les médias. Ce qu'il a de bien c'est que DS ne se déballonne pas en plus :-)

10 - On t'encule.fr, ah non, c'est on te manipule.fr. Désolé, on s'y perds.

11- C'est quoi l'url pour lire en fr la revue d'ISIS ? C'est top secret ? Faut qu'on cherche par nous même ?

A+

Yann.

PS: Si je ne cite pas Catherine Robert , c'est que je n'ai rien à lui reprocher en fait. En dehors du point n°2 bien sûr...

PPS: Si je ne cite pas Sophie Mazet, c'est que la "zététicienne" de service a une fois de plus montré ses limites (qui sont très faibles). Mais on a l'habitude avec cette espèce particulière qui ne résiste pas à un éclairage trop important.
Je suis prof et je me demande quels sont ces collègues qui dénoncent -ou "signalent"- leurs élèves au chef d'établissement puis à la police, en gros pour mauvaise pensée ("théorie du complot"). Il ne faut pas que prof devienne un métier de curé ni d'auxiliaire de police, sinon finie la confiance -nécessaire pour instaurer un climat propice à l'acquisition du savoir, et donc à la construction de la pensée critique.

J'ajoute que l'obsession pour la théorie du complot me semble elle même très douteuse...

Très inquiétant ce climat.
J'ai peut-être raté l'intérêt profond de toute cette discussion, mais j'ai pour ma part trouvé cette émission extrêmement laborieuse.

Une bonne demi-heure uniquement consacrée non pas à interroger l'absence de statistiques et de mesure fiable, mais à carrément dénier l'existence du complotisme lycéen, en s'appuyant uniquement pour cela sur une donnée passablement absurde (les reports à la police) qui aboutit à un chiffre ridicule (816 personnes sur toute la France : quiconque a passé deux minutes de sa vie sur les commentaires de n'importe quelle vidéo youtube aura bien ri, c'est déjà ça...).

Une longue description de la genèse des (très bonnes, au demeurant) vidéos "Le complot", mais dont on n'apprend rien. Pas d'exploration précise des cours de défense intellectuelle donnés par la jeune prof. De longues définitions du mythe qui n'ont pas vraiment trouvé d'applications constructives dans le débat. Trois heures sur le titre d'un site gouvernemental dont on ne connaîtra pas le contenu... Le tout noyé dans milles circonvolutions inutiles (notamment de la part de Catherine Robert, épuisante : 1 minute pour arriver à dire "jeune de banlieue", fallait y arriver).

Je retiens l'analyse rapide mais éclairante de ce qui fait l'échec de la vidéo de Kevin Razy, même si ça tient en partie à un classe télé déjà existant, et plus généralement tout ce qui interroge l'approche "jeune et complice" du gouvernement sur ces questions, et l'erreur d'en reprendre les codes.

Pour le reste, pas vraiment matière à réfléchir, ni aucune conclusion ou piste constructive... Bref, dommage de finir cette belle série d'été, souvent de très haut niveau, par une émission aussi ratée. Je partage également le regret de pas mal de foruméens de ne pas vraiment avoir vu ces émissions étudier des complots plus sérieux ou dommageables, car plus en prise avec des éléments de l'actualité (11 septembre, juifs dans les médias, CIA qui contrôle le monde, etc).
Merci pour cette émission intéressante, riche en informations et surtout en réflexions pertinentes.

Deux petits bémols d'ordre sémantique.

1. Je pense qu'il aurait été bienvenu de relever une expression maladroite dans l'extrait du documentaire fait par les journalistes de Cash investigation. Il y est dit, en effet, que le contraire de la réalité est le mensonge. Or, cela n'est pas exact. D'abord, le contraire de "réel" est "irréel". Il ne faut pas confondre la réalité et les discours (vrais ou faux) qu'on peut tenir dessus. Un mensonge est un discours sur la réalité. Et ce discours, dans la mesure où il existe bien, est aussi réel qu'un discours vrai - même s'il dit des choses fausses concernant la réalité ! Ensuite, et je veux surtout insister là-dessus, diffuser une fausse théorie n'est pas forcément mentir. Mentir, c'est dire quelque chose dans l'intention de tromper. Dire qu'il y a un complot des Juifs, des extra-terrestres ou des Illuminati, ce n'est pas mentir, la plupart du temps, dans la mesure où on croit à l'existence de tels complots.

2. A aucun moment, dans l'émission, l'expression "théorie du complot" n'a été questionnée. En général, si j'ai bien compris, elle a été employée pour désigner des théories irrationnelles. Or, comme l'ont bien montré les journalistes de Cash investigation, il peut être tout à fait rationnel de croire en l'existence d'un complot. Il peut y avoir des preuves qu'un complot a eu lieu, comme celles qui ont été fournies par des courageux employés de firmes fabriquant des cigarettes. Par ailleurs, il existe un certain nombre d'actions violentes de grande ampleur qui sont presque impossibles à commettre sans une entente secrète préalable, donc sans complot. C'est notamment le cas pour les coups d’État. Quand ce genre d'évènement a lieu, il n'est pas toujours facile de savoir le nom de tous ceux qui l'ont préparé, mais on peut être à peu près sûr qu'il n'a pas été improvisé au dernier moment. Parfois même, il arrive qu'un État reconnaisse qu'il a participé au complot contre une puissance étrangère, comme ce fut le cas dans les années 90, quand Madeleine Albright a avoué que les services secrets états-uniens avaient joué un rôle dans le renversement du premier ministre iranien Mossadegh, quarante ans auparavant. De la même manière, un attentat de grande ampleur est forcément le résultat d'un complot. Tout le monde s'accorde pour dire que les attentats du 11 septembre 2001 ont été préparés en secret et dans la concertation par un groupe de malfaiteurs. Autrement dit, tout le monde est d'accord pour admettre qu'il y a eu complot. La seule chose qui distingue les tenants de la "version officielle" de ceux qui la contestent, c'est qu'ils n'ont pas la même conviction quant à l'identité des comploteurs.

Bref, il faudrait arrêter d'employer sans précaution cette expression de "théorie du complot". En effet, elle contribue à décrédibiliser par avance ceux qui croient en l'existence d'un complot, alors même que cette croyance est fondée sur d'excellentes raisons.
Jean-Loïc Le Quellec, diplômé de l’École pratique des hautes études est docteur en anthropologie, ethnologie et préhistoire si en plus il est mythologique, je rage de ne pouvoir regarder immédiatement ce sujet qui doit être passionnant du point de vue humain et sociologique.
Vu la qualité de cet intervenant, je ne pense pas que je pourrais argumenter ou donner un avis personnel différent de cet universitaire...
Pour les autres intervenants...?
Monsieur " * * * Stanley MILGRAM™ * * * Soumis à aucune autorité",

Votre phrase "Vu la qualité de cet intervenant, je ne pense pas que je pourrais argumenter ou donner un avis personnel différent de cet universitaire..." est un coup porté à votre ambitieux pseudo...
Apparemment, vous êtes au moins sous l'autorité du travail universitaire :)

Enfin, c'est juste pour faire débat. Je n'ai pas encore vu l'émission et je ne suis pas contre plus d'universitaires en général, même si je trouve que Asi ne s'en sort pas si mal.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.