22
Commentaires

Comment #sciencesporcs a brisé le silence de Sciences Po

Le mouvement #sciencesporcs, dénonçant des centaines d'agressions sexistes et sexuelles et un climat de culture du viol au sein de Sciences Po Paris et des Instituts d'Etudes Politiques (IEP), est davantage signe d'écoute salutaire que de prise de parole nouvelle : depuis des années, par le biais de collectifs, d'articles, de rapports et de mouvements sur les réseaux sociaux, les étudiants des IEP alertent sur la situation. Retour sur plusieurs de leurs tentatives de se faire entendre, et sur le lourd silence de leurs administrations.

Commentaires préférés des abonnés

non ça ne se limite pas à un problème de classe mais dans ces grandes écoles on forme de futurs dirigeants à exercer du pouvoir sur la vie de millions de gens. Ces gens feront partie de la classe dirigeante, de la classe bourgeoise et la domination n(...)

Le problème de fond c’est que les critères de sélection de cette élite dominante blanche et masculine convergent vers des profils psychologiques qui surrepresentent les violeurs. Quand on veut des dominants, on en a...

Si seulement il n'y avait qu'à Sciences Po... Les étudiantes en médecine aussi pourraient écrire le même texte! Si les crits de sciences po  sont critiquables, que dire des crits médecine???? Et de toutes les grandes écoles? 

Et si on parlai(...)

Derniers commentaires

Cela me fait bizarre de lire cet article. Bien loin de mes souvenirs (j'étais étudiante à l'IEP d'Aix il y a 20 ans). Est-ce que tout cela n'existait pas (peu probable) ou au-delà même du fait de ne pas écouter, on en parlait moins... 


Je rejoins de plus les quelques commentaires plus bas, tout cela n'est pas réservé aux IEP.

Bon article. Merci.


" le poisson pourrit par la tête" proverbe chinois. 

Les administrations semblent porter une lourde responsabilité dans ces affaires. Comme les témoins silencieux. 

Se rappeler que F Mion a démissionné pour avoir menti, pas pour avoir pris zero mesure dans une affaire voisine.


Comme le disent plusieurs victimes, c'est donc ainsi qu'on prépare l' "élite" du pays? Quelle honte.


J'aimerais aussi voir davantage d'étudiants impliqués dans cette lutte (il y en a mais pas assez. Tous ceux qui sont clairs devraient être visibles aussi.)

Si seulement il n'y avait qu'à Sciences Po... Les étudiantes en médecine aussi pourraient écrire le même texte! Si les crits de sciences po  sont critiquables, que dire des crits médecine???? Et de toutes les grandes écoles? 

Et si on parlait des écoles d'ingénieurs? Des prépas?


La domination masculine (quel gros mot!!!) est en place dans toutes ces filières dites "d'élite", qui sont des lieux de reproduction sociale par excellence. Fermer les grandes écoles pour avoir une université ouvertes à tous (donc fini parcoursup aussi, hein!), oui. Mais cela ne suffira pas à régler le problème, car les mêmes prédateurs seront là, ils seront seulement dans d'autres filières et d'autres universités. 

Les rites tels que les bizutages ou les crits sont des rituels de maintient des structures de domination... Ces rituels se reproduiront ailleurs, car ceux qui les perpétuent ne disparaîtront pas avec la disparition des grandes écoles. C'est beaucoup plus compliqué que ça.


La libération de la parole est un moyen de détruire un système, là où il est. Mais hélas ces prises de parole en public, ces dénonciations, ne sont que des évènements locaux: ah, il y a des viols à Sciences PO!!! Réglons le problème de Sciences PO! Oui mais le problème n'est pas réglé ailleurs et il faut attendre que d'autres victimes se manifestent ailleurs pour qu'on règle le problème ailleurs, toujours au coup par coup. Alors qu'on a affaire à un SYSTEME de domination, c'est donc plus vaste que juste une école ou juste un milieu social....

Le problème de fond c’est que les critères de sélection de cette élite dominante blanche et masculine convergent vers des profils psychologiques qui surrepresentent les violeurs. Quand on veut des dominants, on en a...

Je n'ai pas le souvenir d'avoir croisé(e) un diplômé(e) de Sciences Po pour lequel j'ai ressenti un soupçon d'intérêt et encore moins d'admiration. La liste importante des anciens élèves qui polluent et encombrent le débat public finit de me convaincre de la superficialité toxique de cette formation pour la démocratie.

Dans son bouquin "Moi Charlotte Simmons" Tom Wolfe décrit la vie d'une jeune fille qui entre dans une université sélect. Je me disais "Ah ces américains" et ça me donnait une piètre image de leurs universités. Ben c'est beau l'Amérique et on fait comme eux, mais ils ont une longueur d'avance.

Il y a vraisemblablement matière à étendre les investigations en direction de toutes les "grandes écoles", écoles supérieures de commerce, écoles d'ingénieurs.
Et aussi, à poser un regard sociologique. Le sexisme de ces antichambres du pouvoir existe sans doute depuis leur création. Mais le niveau de violence relaté ici, me semble plus récent ? Comme si l'accession de plus en plus de femmes, au fil des années, n'avait fait qu'exacerber les comportements odieux et déviants. Je ne sais pas. Je m'interroge.

tant qu'il y aura des rapports de domination , il y aura des abus .Alors comment éviter les rapports de domination? avec une nouvelle loi ?  plus de peur pour les méchants ? Bouh! changer le comportement des femelles et des mâles heureusement que la dernière loi pour le consentement ai une base 15 , sinon la prédatrice Brigitte aurait eu des problèmes ...Bouh! J'ai une amie qui a 60 ans n'est plus bankable sur le marché occidental du coup elle va se faire sauter en Afrique noire , mais là elle est embêtée parce le mec voudrait  venir en Europe ...heureusement qu'il y a les vols low cost pour emmenez nos rapports de domination ailleurs ....etc etc etc .....vous avez essayez de tuer une mouche avec un bazooka ? c'est pas dit que quand la maison sera en ruine que la mouche sera morte ..

Tant qu'existera le pouvoir, tant que s'exercera le pouvoir, par qui que ce soit,  quel que soit le pouvoir, sa nature, ses formes. Ceux qui réclament l'égalité ne réalisent même pas qu'ils alimentent le chaudron, car ils ne souhaitent que l'égalité dans le pouvoir. . le pouvoir est le poison suprême. Peut-être dans 1 ou 2 siècles si la planète supporte encore quelques humains, nous y serons. . C a d quand la planète aura repris son pouvoir.

Mon cousin, aujourd'hui âgé de 73 ans, élève de sciences po, d'origine modeste: mère directrice d'école, père agriculteur, a subi le bizutage. Il a eu droit aux oeufs cassés sur la tête, au déshabillage etc... sans avoir à subir de pénétration dixit. Il a eu du mal à le vivre et semblait traumatisé. Ca ne l'a pas empêché de suivre, par la suite, une belle carrière politique. Je pense que cette attitude est due à des gens qui veulent rester entre eux, mecs (blancs, je suppose) appartenant à la classe supérieure. Pas de femmes, pas de racaille..., tout cela a un rapport avec la domination de classe, de sexe, de race

vous pouvez etendre ca a toute la societe francaise .... pourquoi tout d'un coup essaye t on de minimiser cette culture du viol a des cas ou des lieux spécifiques.


le viol n'arrive pas que dans les "grandes ecoles". c'est iswnri la fac.... venez faire un tour en medecine vous verrez si c'est mieux. 

iswnri = identique.


je sais que ca ferait plaisir a beaucoup de limiter ca a un probleme de classe mais le viol n'a pas de de barrières dans ce domaine. 



non ça ne se limite pas à un problème de classe mais dans ces grandes écoles on forme de futurs dirigeants à exercer du pouvoir sur la vie de millions de gens. Ces gens feront partie de la classe dirigeante, de la classe bourgeoise et la domination ne peut s'exercer sans dévalorisation des dominés, sans justification des hiérarchies. La culture du viol, le racisme font partie des justifications idéologiques de la domination. On ne discute pas du sexisme et du viol en général dans la société - qui touche aussi les classes populaires - mais dans le cadre spécifiques des grandes écoles de la République et ce que ça signifie dans ce cadre là.

1. fermeture de Sciences Po

2 fermeture de l'ENA

3 revenir sur les réformes  Berthoin en 1959 et la  loi Fouchet-Capelle en 1963 


Un instant, j'ai cru que "Closer" avait racheté ASI

il y a quelques années , un fait divers dans le 16eme .Une gamine qui voulait être actrice a rencontré un producteur qui lui a promis de réaliser ses rêves , mais bien sur , c'est connu toutes les actrices passent a la casserole .Alors pendant 2 ans , oui elle était vraiment bête, lui et tous ses potes usaient et abusaient de la future actrice.Puis un jour elle a portée plainte , c'datait avant Metoo, je sais pas si c'est condamnable , c'est dégeulasse ça c'est sur , et un petit peu excitant aussi  d'avoir affaire a autant de bêtise , quelque part ça me désolerais de ne plus pouvoir baiser les cons , mais on va y arriver(ça c'est juste pour le jeu de mot a la...).Est ce que ça les rendra plus intelligent ,aussi rapidement qu'une bonne expérience bien dégeulasse , je ne pense pas .Heureusement que la dégeulasserie aura toujours un temps d'avance , a 18 ans j'étais naïf , et aujourd'hui je remercie tous les enfoirés qui m'ont foutu des pains dans la gueule , je mourrais moins con! Et quand on veut me baiser sans mon consentement , comment dire , j'ai un plaisir immense a voir se faire dessus les crapules qui ont osé venir sur ces berges ...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.