99
Commentaires

Comment Pelosi-la-déchireuse a perdu la bataille

Commentaires préférés des abonnés

C'est faux effectivement, mais l'image est vraie, l'image n'a pas été retouchée, bricolée. 

L'image a juste été collée à une autre image. C'est le principe de la propagande, ne pas faire de commentaire, coller une image à une autre image et laiss(...)

Finalement, si les américains ( ou, la majorité d'entre eux ) n'exercent pas leur esprit critique, ils "  méritent " Trump....


( comme , nous, en France, nous " méritons "  Notre Président  ( que Dieu continue à L'inspirer et à L'éclair(...)

c'est vrai ! mais ne négligeons pas le lavage de cerveaux médiatique dont le but est d'annihiler tout esprit critique ( day after day )

Derniers commentaires

pas brillant cette idée de déchirer le discours ..... 

mais  elle a eu le mérite de lancer  la procédure d'impeachment à mon sens largement justifiée. Certes elle a la perdu la bataille mais je pense que ne pas la mener eût été bien pire pour elle et les démocrates sur le long terme. 


Trump va vraisemblablement être réélu  si l'économie tient jusqu'à novembre et qu'il ne fait pas plus de conneries que d'habitude, c'est moche.....


 

Le journaliste Américain Benjamin Wittes a écrit sur les mots du pasteur Martin Niemöller :

"First he came for @comey, and I said nothing because I was mad at @comey because of the Clinton email investigation and I blamed him for Trump’s election.

Then he came for Andy McCabe and I said nothing because there was this inspector general report that said McCabe lacked candor.

Then he came for Jim Baker and I said nothing because I had never heard of Jim Baker and the FBI director is entitled to his own leadership team anyway.

Then he came for @NatSecLisa and @petestrzok and I said nothing because they sent text messages and the president and Fox News kept reminding me that they had an affair.

Then he came for Bruce Ohr and I said nothing because that one was so deep in the weeds that it made my head hurt and maybe Bruce Ohr shouldn’t have been doing what he was doing anyway.

Then he came for Jeff Sessions and I said nothing because, shit, he was Jeff Fucking Sessions and it actually took Donald Trump to discover the one or two honorable bones in his body.

Then he came for Sir @KimDarroch, and I said nothing because he’s a British government official and I have no dog in a fight over how the UK staffs its embassies.

Then he came for Masha Yovanovich and I said nothing because ambassadors serve at the pleasure of the president and he can remove ambassadors for any reason or no reason at all.

And then he came for Lt. Col. Alexander Vindman and his brother, Evgeny Vindman, and I said nothing—because I was used to it.
"


Trop Tard ?


En même temps, l'intelligence collective américaine a élu Trump, alors...c'est compliqué quand même.

Bon c'est pas tout ça mais il est où l'article de Korkos sur Bretecher ?

Je ne suis pas du tout certain que Pelosi ait "perdu la bataille", comme vous dites. Que son geste symbolique soit attaqué par la droite et l'extrême-droite n'a rien de surprenant, mais rien ne dit que cette vidéo de propagande atteindra son but. Les Afro-Américains, déjà ne sont pas dupes de la mise en scène de Trump, qui, dans son discours de l'union orchestré comme un show de téléréalité, n'a rien fait d'autre que jeter quelques os, par des gestes symboliques. Or, il y a un os qui reste en travers de la gorge de beaucoup d'Américains : que Rush Limbaugh, pourvoyeur extraordinaire de haine, ait été honoré de la plus haute distinction civile des États-Unis, et pas ce vétéran du régiment Tuskegee. À mon avis, c'est justement parce que le discours déchiré a eu un fort impact que Trump & co ont sorti cette vidéo pour en diminuer, en retourner l'effet. Rien ne dit qu'ils arriveront à leurs fins.

Les succès économiques de Trump ?

A part une croissance en trompe l'oeil et une crise financière qui va bientôt s'abattre sur nous tous je ne vois pas où ce trouve les succès économiques du gominé en orange.

Un peu de mal avec cette chronique-là. Oui, les galimatias de Trump sont déchirables. Oui, facebook valide le mensonge et la manipulation et est donc parfaitement responsable des Trump au pouvoir (et donc, accessoirement, de la fin de l'habitabilité de cette planète, puisque c'est ça l'enjeu de la crise climatique aggravée par les trumpistes). Oui, la manipulation politique est efficace, et ce n'est pas un cours ennuyeux de deux heures sur un média obscur qui va compenser un slogan ou un photomontage viral sur un média populaire, or c'est ce qui serait nécessaire pour chacune de ces sottises. L'argument "les gens sont assez intelligents pour rendre la propagande inefficace" est un pur mensonge qui ne sert que les propagandistes, ceux qui s'enrichissent par la publicité (investissement qui serait depuis longtemps reconnu stérile), et ceux qui ont fait leur preuve en 14-18, en 1930, au Rwanda, dans tous les génocides de masse. La manipulation propagandaire, misant sur la connerie humaine (disons sur les raccourcis cognitifs du cerveau humain) marche du feu de dieu, et on ne lutte contre qu'en l'interdisant, pas en escomptant des analyses distanciées et réflexives spontanées, permanentes, générales. Ce mythe de l'individu "à qui on la fait pas", "en contrôle de soi", "libre de son choix" est en soi une flatteuse manipulation au profit du consumérisme programmé (des produits commerciaux ou idéologiques). Forcer un facebook à lutter contre la manipulation est une urgence, laisser passer les flux de manipulations et un abandon de la démocratie - la démocratie ne se fonde pas sur les choix de citoyens désinformés.  


On paye aujourd'hui le prix de la tolérance au bullshit et au mensonge, qu'ils soient discours politique au State of the Union ou clip publicitaire sur Facebook. Et c'est là qu'il devrait y avoir ligne de front, ferme, au lieu de laisser la vague de petits mensonges submerger le monde sous prétexte que la vérité reste disponible dans un tome de bibliothèque pour ceux qui veulent bien aller à chaque fois y consacrer le temps et l'effort.

Tout le monde ou presque dans ces commentaires s'en prend à Trump, mais la chronique parle bien de Pelosi. La bataille fut perdue pour elle lorsque, après avoir reconquit le parlement en 2018, elle continue de soutenir, SANS OPPOSITION réelle, TOUS les budgets de Trump avec des augmentations annuelles du budget militaire, par exemple, ou la coupe de minimas sociaux/santé.

Alors, honnêtement, faire une opé de com pour les classes moyennes bobs/citadines c'est peut-être bien, mais faire son boulot d'opposante au parlement aurait peut-être été plus judicieux surtout si son parti veux remporter des élections...

OK simplement on peut comprendre le geste de Pelosi en séance. Dans son discours sur l'état de l'union transformé en show de téléréalité, Trump a décerné la plus haute distinction civile à un type raciste et sexiste qui a proféré des insultes publiques ad personam, à l'encontre de Pelosi, dans son show radio quotidien écouté par des millions de citoyens. Dans une diatribe contre le planning familial, ce type a recommandé plutôt de faire afficher le portrait de Pelosi dans chaque chambre à coucher des foyers américains. Ça dissuaderait de faire des enfants, disait-il. Ça de quoi énerver, non ?

Je ne sais pas si le montage est vraiment l'important. Le truc c'est avant tout que le geste de Pelosi lors d'un des moments les plus sacralisés de la vie politique américaine n'est pas passé auprès des éditorialistes des grands titres de centre gauche, et de tous les modérés et indépendants qui n'envisagent de soutenir les démocrates que parce qu'ils montrent d'avantage de respect des institutions que les républicains.


En résumé ce que Pelosi a fait avec ce geste de déclaration de guerre aussi digne d'un reality show que le discours de Trump c'est symboliser l'évolution des démocrates sur la question du You go high I go low. Rejoindre le camp de tous les militants considérant qu'il est absurde de vouloir préserver les apparences d'une démocratie sereine et de chercher à accommoder des adversaires ne montrant ni respect des principes l'établissant ni bonne foi.  Que les démocrates doivent être prêts à aller jusqu'à s'abaisser au niveau de leurs adversaires si ça signifie augmenter les chances de les battre.


Et elle s'est pris en réaction le chœur de tous ceux qui n'en sont pas encore convaincus, et voudraient que les démocrates continuent plutôt à "montrer l'exemple" niveau respect des institutions, tendant sans fin l'autre joue à ceux qui leur mettent des claques, en espérant qu'un jour leur martyr émeuve et fasse bouger peut être l'opinion.


C'est je pense l'un des débats les plus essentiels qui agitent et divisent les démocrates, comment répondre à l'évolution de plus en plus cynique et absolutiste des républicains, et qui a du mal à être tranché entre une gauche de plus en plus partisane d'une attitude combattive quitte à participer à l'affaiblissement des institutions, et un centre qui reste attaché à l'exemplarité, le respect des formes, la recherche de consensus bipartisans, etc...  

Trump m'a toujours rappelé par ses mimiques et sa gestuelle quelques grands dictateurs de sombre mémoire

et l'image la plus évidente est celle de Mussolini (regardez le lien à partir de 0:30 )


Trump est avant tout un chef de gang New-Yorkais adolescent


Pelosi l'a toujours traité comme l'enfant qu'il est

et elle a prit le rôle de mère ou de maîtresse

le montrant du doigt en réunion, déchirant son brouillon de discours

on ne peut décemment lui en vouloir

La seule chose dont on peut lui tenir rigueur, c'est de s'être comportée avec dignité pendant que l'autre égrainait tous ses mensonges une heure durant

Elle a commis l'erreur majeure de venir participer à ce faux-semblant démocratique alors que les Républicains avaient dès le départ indiquaient qu'ils n'appliqueraient pas les règles de cette démocratie lors de l'impeachment


Si les Américains se sont choisi par l'infirmité de leur système démocratique Trump comme président

c'est bien qu'il y a quelque chose de pourri aux USA, mais aussi par extension dans tous ces pays d'Occident qui se trouvent des ersatz de Trump plus ou moins présentables en fonction du degré d'évolution de leur population


c'est quand meme effrayant que l'avenir du monde se joue peut être sur une video de com'... la vraie question est ,est ce que c'est entendable qu'un seul pays puisse détruire le monde .Il serait temps de démanteler les States , et tout ces grands pays qui prétendent donner le la  .Bigger is not better ,contrairement a ce que pense nos potes ricains . La preuve , je me suis congelé l'estomac avec un milk shake Large ...Basique!

Cette politique américaine résumée à des combats de vieux vicieux devient de plus en plus consternantes. Le jeunisme est une calamité. La sénilité croissante, façon Trump, Pelosi et même Bernie Sanders est tout aussi affligeante. 


Retrouvera-t-on  la voie d'hommes ou de femmes solides, équilibrés, pas nécessairement géniaux, mais à tout le moins non affligés  par les atteintes intellectuelles de l'âge ? 

L'effet Streisand par excellence. En voulant censurer elle se ridiculise, y prête attention . Ça prête presque a rire.

Elle est comme nos vieux politiciens, elle veut s accrocher a sa vieille école , mais le monde a changer .

Une image chassant l'autre, elle peut espérer, en viralisant ces quelques secondes, effacer le souvenir de son combat perdu pour la destitution de Trump.


Aucun démocrate ne s'est imaginé sérieusement que l'impeachement allait aboutir. Ce n'as jamais été le but. Le but était de mediatiser et les saloperies de Trump; et la manière dont les sénateurs républicains lui mangent dans la main. de ce point de vue c'est plutot réussi; surtout qu'un des sénateurs républicains; Romney; a quand même voté pour. Trump a transformé son parti en culte à la vie à la mort; c'était déja clair avant; c'est devenu évident avec cette procédure où les sénateurs n'ont même pas fait semblant d'appeler des témoins mais se sont torchés publiquement avec leur constitution; et c'est devenu évident que Trump peut rééllement assasiner quelqu'un sur la 5e avenue sans être inquiété (texto l'argument de son avocat). Les démocrates pourraient aussi continuer d'envoyer des articles d'impeachement au vote; ce n'est pas la matière qui manque; même si c'est difficile à mesurer en terme de stratégie. Les vrais supporters de Trump savent qu'il triche; qu'il ment; qu'il harcèle et ainsi de suite; et ils aiment ça; ça s'adressait plus aux élécteurs républicains "modérés" ou aux abstentionnistes.

Desole d'etre hors-sujet, mais ce matin, vous auriez aussi pu choisir de commenter cet article du Guardian :

https://www.theguardian.com/world/2020/feb/11/coronavirus-expert-warns-infection-could-reach-60-of-worlds-population

En particulier, le medecin interviewe, specialiste vivant a Hong Kong, explique pour pour etre efficaces, les mesures gouvernementales pouvant limiter la catastrophe reposent enormement sur la confiance de la population dans ses dirigeants. Il pense a Hong Kong, et explique que la confiance dans les autorites y est inexistante, ce qui est un probleme tres tres grave.

Cela dit, si on transpose a la France, on peut s'inquieter aussi : avec des manifs massives dans tout le pays toutes les semaines, un systeme hospitalier completement a bout et un gouvernement completement grille, ca va etre complique de gerer une crise sanitaire qui pourrait toucher des millions de gens et en tuer des dizaines ou des centaines de milliers.

En toute logique, la premiere chose a faire, ce serait que le gouvernement abandonne, au moins temporairement, l'ensemble de ses reformes. Et en particulier qu'ils debloquent immediatement une enveloppe d'urgence pour rafistoler ce qui est possible du systeme de sante.

Mais j'ai peur qu'ils ne profitent au contraire de la crise pour passer en force.

Échange un président zinzin très riche contre un président déconnecté très riche.


Échange pas un petit pays sans gouvernement qui continue à fonctionner comme si les politiciens jouaient entre eux.

intelligence collective des Américains


on est le 1er avril ?

Théâtre d'ombres?

Finalement, si les américains ( ou, la majorité d'entre eux ) n'exercent pas leur esprit critique, ils "  méritent " Trump....


( comme , nous, en France, nous " méritons "  Notre Président  ( que Dieu continue à L'inspirer et à L'éclairer )

"L'ai je bien descendu?" Telle pourrait être le résumé du fondement de la campagne US qui commence seulement


 ( Le COD de descendre peut être au choix "l'escalier" - sens original, qui témoigne de la futilité de ce type de campagne qui se réduit à une image, ou, plus prosaïquement, l'adversaire)


Nous sommes quand même en train de parler de la future 2° économie et puissance militaire mondiale, où la démocratie se résume à quelques milliards, un bonne image et, probablement, un peu de corruption (Cf. la précédente campagne présidentielle et l'Ukraine...) Et accessoirement, il y a peu, le gendarme du monde, rien que ça !


Ne nous leurrons pas quand même; c'est kif kif chez nous, avec moins d'envergure bien sûr, comme chaque fois qu'on copie "nos amis" US. Ensuite, de bonnes âmes condamnent avec mépris (Cf. Julliard ou JFK dans le dernier Marianne) le mouvement des Gilets jaunes et leur dégagisme...


Enfin,quand on prétend avec cynisme que "les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent", il y a quand même de quoi s'interroger sur le niveau de notre démocratie ?


Eh bien non. Je les entends déja se lamenter après la prochaine élection présidentielle, sur la hauteur de l'abstention et la nécessité de rendre le vote contraint ( et non obligatoire !). ça me fait toujours rigoler: <J'imagine un prof, le jour de la rentrée: " Et ceux qui ne sont pas interessés par mon cours seront collés" !

C'est faux effectivement, mais l'image est vraie, l'image n'a pas été retouchée, bricolée. 

L'image a juste été collée à une autre image. C'est le principe de la propagande, ne pas faire de commentaire, coller une image à une autre image et laisser le spectateur en tirer la conclusion. 1 + 1 = 3 C'est ce que Leni Riefenstahl avait travaillé avec brillo dans tous ses films à la gloire du IIIe Reich. A la fin de la guerre, elle se défendit en disant "Ce sont juste des images montées ensemble, il n"y a pas de commentaire, vous voyez bien que ce n'est pas de la propagande."

Le culot, déjà, c'est ce que beaucoup repprochait à Leni Riefenstahl…

La bataille des images, toute aussi importante que la bataille des idées....  plus même pour ceux qui ne s'intéressent que modérément à la politique ( soit la majorité, chez eux, comme chez nous )


Trump, qu'on dit ( croit ou espère ) battu depuis longtemps pour un second mandat, et loin d'être enterré; quel que soit le candidat démocrate qui l'affrontera, j'espère qu'il saura rallier tout le monde, et que les battus seront plus intelligents que les vaincus des primaires françaises qui ont soutenus le vainqueur de la primaire "de gauche" (que ce soit Royal ou Hamon ) comme la corde soutient le pendu !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.