9
Commentaires

Comment Orban a mis au pas un journal dérangeant

Origo, un journal en ligne hongrois, a publié en 2014 une enquête gênante sur un proche du Premier ministre. Depuis, sa ligne s'est pourtant alignée sur le pouvoir. Une évolution qui illustre la reprise en main feutrée des médias par Orban.

Commentaires préférés des abonnés

Ce n'est pas en France que les journaux subiraient une telle pression :


- rappelons que "Libération" est détenu par  le propriétaire de  SFR

-  rappelons que "le Monde " est détenu en partie par le propriétaire de FREE ( les autres parti(...)

Approuvé 2 fois

Et peut-être aussi qu'il nous manque qu'@si enquête sur la situation dans les rédactions françaises. Certes il y a la rébellion à l'Express (merci pour ça), mais aussi et surtout tous les petits renoncements quotidiens. 

Qu'est-ce qui amène les p(...)

Approuvé 2 fois

Ces situations ne sont pas équivalentes. On connaît les limites du journalisme d'investigation à la française. Mais il y a des enquêtes qui gênent le pouvoir aussi dans Libé, le Monde, Mediapart, etc. voire sur France 2 (Cash Investigation) et justem(...)

Derniers commentaires

Merci pour cette enquête

Ce n'est pas en France que les journaux subiraient une telle pression :


- rappelons que "Libération" est détenu par  le propriétaire de  SFR

-  rappelons que "le Monde " est détenu en partie par le propriétaire de FREE ( les autres parties étant détenues par prolétaires  assez aisés )

- rappelons que le" Figaro " est détenu par la famille Dassault

- rappelons que " le Point " est détenu par la famille Pinault

- rappelons que les " Echos "

- rappelons 

- rappelons  ...

( dois-je continuer à me fatiguer ? )

"Contempteur énamouré" ? Si mes souvenirs sont bons, un contempteur méprise... J'imagine qu'on peut mépriser l'objet de son amour, tous les goûts sont dans la Nature, mais vous vouliez peut-être dire "contemplateur" ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.