47
Commentaires

Comment les médias américains ont (enfin) publié sur Harvey Weinstein

La chute n'en finit pas pour Harvey Weinstein. Le producteur, fondateur avec son frère des sociétés de production Miramax Films, puis Weinstein Company, doit faire face depuis près d'une semaine à des multiples accusations de harcèlement sexuel, d'agressions et de viols après des révélations en série dans les médias américains. Une chute vertigineuse pour celui que les médias américains présentaient comme le grand "magnat" du cinéma hollywoodien – et la fin d'une omerta.

Derniers commentaires

J'ai déjà posté ça sur un autre fil mais je pense que la substance peut aussi être débattue sur celui-ci:

Moi j'ai un autre truc. Pourquoi Weinstein tombe-t-il maintenant?
[en.wikipedia.org]
Guantanamo is an upcoming television series, to be directed by Oliver Stone for Weinstein Television and Showtime, and produced by Alexandra Milchan.[1][2]

There will be a ten-episode first season, including a two-hour opening episode.[1] The show will focus on the inmates of the Guantanamo Bay detention camp.[3][2] Following the Harvey Weinstein sexual scandal, however, Oliver Stone announced he would no longer direct the series.[4]


Et Oliver Stone qui a demandé plus de clémence envers Weinstein a lui aussi senti le vent du boulet (il s'est retiré du projet depuis):
[www.independent.co.uk]

Alors je ne dis pas du tout que Weinstein ou Stone sont des oies blanches. Je me demande juste pourquoi ils sont en teflon pendant trente ans et pourquoi on les liquide tout à coup.

Niveau d'analyse complètement inaccessible à nos médias ineptes bien entendu. Beaucoup de mécanismes rappellent l'affaire Fillon. Comme l'aspect absolument tsunamesque des "révélations". Alors que tout le monde le sait depuis toujours...
Sur son blog, le journaliste Renaud Revel a commis un article sur Weinstein, et a jugé que le terme le plus adéquat pour le désigner était... "le serial lover" !!!
Étrange la manière dont l'article ne mentionne pas le coté politique de l'affaire, Weinstein ayant été un gros donateur démocrate proche des Clinton et des Obama (et en bon militant ayant même participé à la manifestation des femmes contre son confrère harceleur Trump, avec pussy hat et tout !).

"Comment les médias ont (enfin) publié" (...) est peut être une moins intéressante question que "Pourquoi les médias ont (maintenant que ses amis politiques qui sont aussi les leurs ne sont plus au pouvoir et ont leurs carrières derrière eux) publié sur Harvey Wenstein ?". Enfin, si c'est une question.
Peut-on supposer, que faisant partie de " l'élite ", ils sont " sûrs d'eux et dominateurs " ?
Alors pourquoi se taisaient-elles ?
J'ai le sentiment, jour après jour, révélation après révélation, que si on faisait la liste des actrices qui n'ont pas été harcelées par Harvey Weinstein, on gagnerait du temps.
Il est exact que ce M. Weinstein s'avère un porc d'exceptionnelle envergure. Mais l'avalanche pudibonde sous laquelle il succombe enfin laisse quelque peu perplexe. C'est que l'époque est devenue tellement sexuée, si exhibitionniste, qu'on ne distingue plus très bien où sont les limites. Le permis, l'interdit, de quoi parle-t-on au juste ?
Nombre de ces actrices sont sans doute des femmes délicieuses, certainement honorables, il n'y a aucune raison d'en douter. Mais selon les critères encore en vigueur il n'y a pas si longtemps, la plupart ont des aspects de courtisanes peinturlurées, exhibitionnistes, ne négligeant aucun dévoilement pour figurer sur la photo.
Il y a quelques semaines, un animatrice dévoilait ses seins pour booster le lancement de sa nouvelle émission. Tous les magazines spécialisés font leurs choux gras de cet étalage de glos, de rimmel, de rafistolages au botox ou au bistouri. C'est ainsi, notre monde est devenu ainsi. Et l'on dira qu'il y a toujours eu des temps où ce fut ainsi. De l'empire romain jusqu'à la régence, les époques de grande licence ont alterné avec les temps de puritanisme.
L'industrie du cinéma vit, pour une grande part, de ces exhibitions. M. Weinstein en était un des rois. Apparemment, il avait des désirs au dessus du commun. Avec les moyens dont il disposait n'était-il pas inévitable qu'il fasse n'importe quoi pour les satisfaire dans ce monde où la puissance et l'argent mènent tout ?
La réaction actuelle des médias fait plaisir parce qu'on aime bien voir les méchants punis. Mais nous donne-t-elle quelque illusion sur la façon dont seront désormais traitées les femmes dans ce milieu comme dans tant d'autres ? On peut en douter.
Je ressens de la honte à être au courant de cela. J'aimerais pouvoir dire que je ne veux pas être au courant, même sil est évident que cette publicité participe à la prévention du harcèlement.

Et si on invitait Christiane Taubira pour parler du mythe de l'égalité de droits ?
Harvey ? C'est pas un prénom de cyclone ?
c'est comme cash investigation c'est bien mais ca laisse a penser qu'il n'y a qu'une brebie galeuse alors que c'est l'ensemble de la profession qui est touchée et pas qu'aux US. les producteurs, realisateurs et créateurs de show ont le pouvoir de faire ou défaire les carrières et ils en jouent.... que ce soit weinstein ou bill cosby ils sont denonces alors qu'ils sont en fin de carriere avec un pouvoir en declin.
esperons que cela sera suivi d'autres articles sur d'autres grands noms de la profession.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.