165
Commentaires

Comme un lundi de perquisition à Mediapart

Commentaires préférés des abonnés

Il était évident que MACRON avait instauré, par son coup d'état financier, une ploutocratie.

C'est-à-dire un gouvernement des riches, le pouvoir au main des fortunés.

Ce mode de gouvernement est, en soit, une violence car il induit que les gouvernants (...)

Mélenchon livre une analyse intéressante de la perquisition, si on a la patience de s’infliger les premiers paragraphes, où il largue toute sa bile sur Mediapart.


En voici les extraits les plus intéressants : 


« Au-delà de tous les effets de manch(...)

"Tandis qu'une brochette de journalistes de Mediapart tambourinait sur la tentative de perquisition qui a visé le site hier matin, BFM diffusait les images bienfaisantes pour le pouvoir d'un vrai bain de foule de Macron dans l'Essonne, un bain d(...)

Derniers commentaires

Agenda: Edwy Plenel indique dans cette interview que Macron est touché par l'affaire Benalla de la même manière que Trump avec l'affaire Russe

Deux ou trois jours après perquisition chez Mediapart



Moralité : ça fatigue de tirer la conclusion évidente, ceux qui veulent se fermer les yeux et se boucher les oreilles sont donc coupables comme Macron

Vincent Glad, le journaliste qui faisait partie de la Ligue du LOL ? Ce groupe FB qui a pourri la vie de pas mal de gens (féministes et autres) et dont les méthodes de harcèlement resemblent à celles du forum 18-25 de JVC ? (Cf. article de Libération) Certes ça n'invalide pas son étude des gilets jaunes, mais ça vaut toujours le coup de le préciser, malgré les excuses un peu molles et tardives du personnage.

https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/c-a-vous-saison-10/902745-affaire-benalla-mediapart-accuse-matignon-c-a-vous-06-02-2019.html

Pendant ce temps la vraie question pour France Inter, France Info et France Culture : "Mediapart avait-il le droit de refuser la perquisition?".

https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-05-fevrier-2019


https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/mediapart-ou-commence-latteinte-a-la-vie-privee-ou-sarrete-la-liberte-dinformer


https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/agression-d-un-manifestant-par-un-collaborateur-de-l-elysee/affaire-benalla-la-redaction-de-mediapart-avait-elle-le-droit-de-s-opposer-a-une-perquisition_3174983.html

Le Nouvel Obs se distingue en se concentrant sur la réaction, certes non dénuée d'une pointe d'ambiguïté sur le secret des sources de Mélenchon.

Le journalisme c'est la hiérarchisation des informations, c'est bien ça?

Quand la langue française n'est plus bonne qu'à jouer au scrabble :


« Je suis attachée au principe de la liberté de la presse et à la protection du secret des sources, je crois que ce sont des pierres angulaires pour notre démocratie » Nicole Belloubet, ministre de la justice.

Apparemment si j'en crois un tweet de Raquel Garrido, on ne se bouscule pas au portillon sur les chaines nationales TF1, France2) pour évoquer la perquisition de Mediapart (et sans doute les récentes révélations de Mediapart sur Crase et Benalla). La NO NEWS c'est pas mieux que la FAKE NEWS. PS.: Affaire qui devrait nous conduire directement à Macron (Mars est le nom que les deux pieds nickelés ont choisi - sans doute ironiquement - pour leur société de protection, donc logiquement la prochaine étape c'est Jupiter lui-même)

Merci ! J'aimerais crier "SCHNEIDERMANN PRESIDENT" mais le régime présidentiel a définitivement touché le fond...

"la presse court toujours le risque de l'aveuglement collectif à un événement hors-normes, même s'il crève les yeux (sans jeu de mots) " ...et ne discutons même pas de l'aveuglement des individus , en témoignent certains commentaires sur la page FB de 28' Arte. On relève le fait d'une atteinte aux libertés en évoquant cet épisode MDpart , on nous répond que la justice fait son travail . Aveugles ?

Même s'ils sont (aussi...) victimes des Pinochet qu'on a au pouvoir en ce moment, je dirai: bienfait pour votre gueule Médiapart ! Après avoir orchestré le Mélenchon bashing pendant la présidentielle, pas un mot lorsque les sbires de Pinochet ont fait une descente chez la France Insoumise ? Dans la galerie des ordures, vous avez aussi une place à part...

Hier j'ai eu droit à un repas de famille devant France2, à l'heure du "JT".

Après 2 ou 3 sujets à la gloire de la macronie (la prime pour l'emploi revalorisée, la prime à la conversion des vieux véhicules et un autre truc), on a eu droit aussi à l'explication de la position française de "défense de la démocratie" et l'ultimatum lancé à Maduro au Vénézuela, un court reportage montrant le mal-logement des travailleurs saisonniers à Tignes et Courchevel, tout en soulignant qu'il y avait des beaux logements vides à Albertville (sont cons ces pauvres tout de même), un court reportage sur l'échec commercial de l'airbus A380, la tentative de perqusition chez MDP a pris 10 secondes à peine, pas d'images, juste une phrase lue du prompteur par Mme Lapix, après on a eu droit à un reportage de 5mns sur un village indonésien où tout le monde connaît la langue des signes.

Véridique. Et y'en a qui comprennent pas pourquoi les journalistes TV sont de plus en plus haïs de nombre de nos concitoyens?

Le Monde publie un article intéressant, et particulièrement les dernières phrases


On est de plus en plus persuadé que c'est à l'insu de son plein gré


A ce point, je voudrais faire une remarque :

l'homosexualité n'est pas critiquable en soi

lorsqu'elle est refoulée, elle reste du domaine du compréhensible

mais lorsque ceci a des effets sur la sûreté de l’État et va même jusqu'à mettre en péril des droits aussi fondamentaux que la liberté de la Presse, il est l'heure de se poser certaines questions

Merci Daniel, et ne vous excusez pas de revenir sans cesse à votre ouvrage. Pour l'avoir lu, il offre une formidable perspective d'analyse à la mécanique médiatique en oeuvre aujourd'hui

la mise en perspective des deux perquisitions et des déclarations présidentielles et ministérielles récentes (toutes en vrac), de la répression, du "débat", de la loi fake news puis aujourd'hui anti-casseurs...etc, tout cela est inquiétant


de même que le suivisme de la presse dominante (pour être exacte il faudrait parler des éditorialistes et chroniqueurs, et non de la "presse", qui est un raccourcit). Je rejoins totalement la conclusion de DS.


oui ça pue l'autoritarisme, l'abus de pouvoir, la verticalité...etc


et je mets cela en perspective avec l'ambiance d'entre deux tours, où même ici on s'entendait dire que nous étions des inconscients, des anti-démocrates, lorsque nous disions que Macron représentait un vrai danger, au même titre que la facho d'en face. J'en avais moi même fais les frais quand DS avait relevé mes verbes à l'impératif dans un post qui ne réclamait rien d'autre que le droit de s’abstenir, de ne pas cautionner un simulacre d'élections.


aujourd'hui plus que jamais j'affirme que Macron est un danger pour la démocratie, et que l'élire n'a fait rempart à rien du tout, puisque 

1/ Le Pen est toujours là et elle a toujours des scores honorables (si on en croit les sondages, ce qui peut se discuter j'en conviens), 

2/ Jupiter s'est avéré tout aussi problématique et dangereux. 


On pourrait dire que le FN/RN est raciste, xénophobe et que les coulisses sont franchement craignos (je pense au GUD, aux proches de la patronne qui flattent d'anciens nazis...etc), et que ce n'est pas le fond de commerce de Jupiter. Oui mais... que penser de ses propos sur Dettinger et les gitans? de ses propos sur les pauvres? sur les migrants? sur "ceux qui ne sont rien"? sur les femmes pauvres? Il allie racisme et mépris de classe. Et il n'est pas entouré que d'humanistes, loin s'en faut...


et je maintiens mes propos d'entre deux tours (et ma colère): non, il n'y a pas eu d'élections, et il n'y en aura plus puisque la seule partition que l'on nous propose c'est "moi ou le chaos", alors même que "moi" est déjà un cataclisme....

Tout cela est très piquant parce que ce n'est pas, d'après moi, le régime qui se durcit. Il a toujours été ainsi. Des coups de pute de De Gaulle avec le SAC, et les billards à dix bandes de Mitterrand aux rodomontades de Sarko et Hollande, ce pouvoir a toujours été vicieux et cupide, malade de corruption et d'incivisme.

Macron est le mec qui a repris la taule un peu par hasard, poussé par ses maîtres d'empires financiers, et qui est comme une poule avec un couteau.

il a bien réussi à se fondre dans la Françafrique et la fausse rivalité avec la Russie, toujours fécondes pour les portefeuilles et les fidélités des subalternes qui se servent grassement.

Mais il n'a pas compris que Benalla était un arriviste sans frein, aussi malade de pouvoir et d'argent que lui. Cette petite frappe a attiré imprudemment l'attention sur lui en allant casser du gauchiste à une manif. 


Comme tout indique qu'il se faisait son propre beurre indépendamment des magouilles macroniennes, et qu'il en savait lourd,, Macron a été obligé de le défendre, axant sur lui l'attention de journalistes d'investigation.

Et ça commence à aller loin. Mediapart et d'autres sont en contact avec des officines d'un côté, et ouvrent leurs lignes aux Leaks, Medialeaks, WIkileaks. 


Jojo 1er, le premier des jojos, le petit garçon narcissique et mal élevé, Macron, sent les vagues venir sur lui de tous côtés, il est dans la tempête. 

Il veut savoir qui le trahit (alors que c'est tout bonnement Benalla), et envoie ses fins limiers, grâce à un procureur à sa botte, voir chez Mediapart  Ses gros limiers, plus embarrassés par la mission que convaincus, glissent aux journalistes interloqués, et sans Edwy Plenel, qu'ils peuvent refuser. 


Fin de l'acte.... je ne sais pas quel numéro de l'affaire Benalla, qui en comptera sans doute des centaines., de plus en plus grand-guignolesques. De plus en plus ubuesques. A la mode française...


Jojo 1er est aux commandes, et il nous en prépare des farces et du grand-guignol, malgré lui.

Peut-être une occasion inespérée de mettre fin à toute cette M.




La dernière phrase de ce billet est très inspirée, merci pour cette noble et pourtant humble conception du métier. Les braises du journalisme ne se sont pas encore éteintes.

Rappelons ce cri de Ch. de Courson: "Réveillons-nous, mes chers collègues, RÉVEILLONS-NOUS !"

Vous etes tou.te.s collectivement aveugle, comment ne pas voir que la plus grande violence en ce pays l'est sure les enfants et les femmes violentées sexuellement (baratin sur les vioc, celles qui n'ont aps bosser, ben pas de retraite, normale), je suis une des seules victimes,  a me battre chaque jour pour contrer la #cultureduviole , et cette culture, fait quoi  a la société ? en abusant sexuellement ces enfants, en ne leur donnant pas de justice , une société veut des soumis.e.s parcequ'il est tres dure de lutter efficacement socialement, qd on a ete violenté jeune, ca marque, notre emotion, cervaux, a la Lordon ca donne des plis au corps,  (ce qui est mon cas, mais  moi je pillonne et ca me va, j'ai pas d'autres choix que ca, et je ne me tairait pas).  Une société qui des l'enfance nous vole notre vie, est une société tres mal, et les bobos avec leur , "il est interdit, d'interdire ,  a ma bitte de faire ce qu'elle veut" .. nous detruit tous, pas que les victimes physique.. battez vous pour les plus faibles, nos enfants, et ayez de l'empathie pour les victimes adultes, ras le bol de vos jugements sur nos ecris, nos emotions, on paye des impots, nous,  pour que vos gosses bouche pleines se servent des ecoles de zelites, pour que la police tiennent les anciennes victimes et les noire et arabes dont vous avez peur a distance de vos quartier latin, alors un merci serrait  le minimum. 

 "Chronique d'une Sidération annoncée" ou "Les Manoeuvres M. Macrey en Plein Soleil"


Le temps des "Cadavres dans le placard", et autres actions D’État, bien couverts puis "découverts" à postériori -Ten Years After- ne sont plus de mise.

Décomplexé à fond, le type au pouvoir de la République de l'argent ! 


Fric Artiche Flouse = FAF 



"De fait, comme lui, j'ai mis un certain temps avant de me résigner à considérer que les "accidents de lanceur de balles" fai'     

fallait comme d'hab ecouter les Militant.E;s de gauche, comme les FI,, comme moi au moment de la loi El Komery, depuis Hollande, votre petites bitte agitée (les presidents et les vieux males obsédé de leur bite molle , parcequ'avec leur bide il ne la voie plus ?), qui nous a gazer , frappé, marqué, et a la COP 21 paapreil, et tuer Remy, mais les bobos ne s'enervent pas eux, les journalistes savant qui est complotiste, qui est contre leur confort, leur appart ils l'ont merité, leur libido c'est un droit de 68 c'est bon des petite chatte de gamines, ils ont le vagin et l'anus sans colere eux, pas comme les jeunes de banlieu ou les femmes et enfants en France, eux sont dans le bon, dans le bien,  et gare aux femmes, aux noir.e.s et arabes, aux vivant.e.s qui osent leur dire la verité, nous ne recoltons que mépris, exclusion (pas ici je paye, comme chez les psychanalises, les seul bobo a faire semblant d'ecouter les prolo, alors qu'ils n'ecoutent que le vide de leur empathie).. '

Ben mon côlon !

biscotte, z'êtes craquante. vous venez de me faire piquer un fou rire, merci.

Moi aussi j'ai éclaté de rire

bien que j'ai dû chercher ce que voulait dire l'expression


Au passage avec un accent circonflexe, c'est un jeu de mot utilisé dans un livre de régime alimentaire ("Ben mon côlon")


Mais peut-être que Biscotte voulait aussi parler du côté indigeste :)



Bonjour et Merci, lettre excellente, merci de remettre les pendules MP à l'heure.

"Tandis qu'une brochette de journalistes de Mediapart tambourinait sur la tentative de perquisition qui a visé le site hier matin, BFM diffusait les images bienfaisantes pour le pouvoir d'un vrai bain de foule de Macron dans l'Essonne, un bain de foule comme avant, avec un vrai long dialogue avec un chauffeur de VTC. "


Salut Daniel. Hier matin, j'ouvre mon ordi pour bosser, je jette un oeil à mon fil Facebook... et je vois que Mediapart annonce un direct... en pleine matinée. Tiens tiens... je clique et regarde quelques instants la conférence de presse (bien entendu, je savais depuis une heure ou deux qu'une perquisition avait eu lieu le matin même dans leur locaux du passage Brûlon). In petto, je me dis : t'es con de regarder ça, avec un son pourri, sur ton petit écran 17 pouces. Dépoussière ta télé et va sur les sites d'info en continu, tu verras ça sur grand écran, de face, et surtout avec le son professionnel des caméras préférable à la petite caméra témoin du live de Madiapart. J'allume... et je défile les 4 chaines (et PAS seulement BFM... et c'est là que je voulais en venir). 

CNEWS : Macron qui écoute...

BFM : Macron qui sourit.

LCI : Macron qui prend la parole.

FRANCEINFO : Macron qui parle toujours...


C'est pas seulement BFM qui "diffusait des images bienfaisantes pour le pouvoir d'un vrai bain de foule de Macron dans l'Essonne"... ce sont les 4 chaines d'info continue... j'ai zappé de l'une à l'autre, n'en croyant pas mes yeux, et suis revenu à mon ordi alors que Chistophe Deloire tempêtait de concert avec la rédaction de Mediapart flanquée de son avocat. Voilà mon petit complément du matin à votre indication sur BFM. S'il n'y avait QUE BFM, ma foi... dans un cadre pluraliste, cette chaine fait ces choix éditoriaux, mais nous avons nous aussi, le choix. Non ? Il y a trois autres chaines d'info, dont une chaine publique... Eh bien non. Pas le choix. Je vous laisse nous dire quoi en penser. Bises à la rédac. Ciao.

Mon billet sur Mediapart


ALERTE ! Affaire Benalla : Tentative de perquisition dans les locaux de Mediapart !!!


Ce lundi 4 février, deux procureurs et trois policiers ont voulu perquisitionner les locaux de Mediapart dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet notamment pour atteinte à la vie privée d'Alexandre Benalla et enregistrements illicites. Mediapart a refusé la perquisition "susceptible d'atteindre le secret des sources de notre journal" selon Fabrice Arfi. Soutenons notre journal !


https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-favier/blog/040219/alerte-affaire-benalla-tentative-de-perquisition-dans-les-locaux-de-mediapart

Une remise en question qui fait plaisir. L'honnêteté est une grande qualité essentielle. Puisse Médiapart en prendre modèle vis à vis de LFI.

Bonjour et merci pour la chronique. 


Dans le suivi de V. Glad, je ne trouve pas de trace excessive d'empathie, au sens où ses informations ont éclairé les aspects intéressants du mouvement passés sous silence par la plupart des autres journalistes, mais aussi les aspects moins reluisants. Et c'est tout à son honneur, et c'est cela qui fait qu'on le suit avec intérêt, avec le sentiment qu'il ne va pas oblitérer les choses qui lui semblent notables mais qui n'iraient pas dans le sens de ses préférences. Au final, subjectivité pour subjectivité, elle ne me semble pas à ce jour plus visible que celle d'@si sur le mouvement, d'ailleurs elle aussi fluctuante. 


La question à son sujet est pourquoi il est le seul à avoir, selon vos mots, inventé le journalisme politique sur les gilets jaunes. S'il s'agissait juste d'aller écumer les groupes facebook des gilets jaunes, et, ô effroi, devoir écouter les facebook live, merci sincère à lui de l'avoir fait, mais pourquoi fut-il quasiment le seul ? C'est plus dur que d'aller couvrir une guerre ? C'est une question sans arrière-pensée que je vous pose : d'après vous est-ce que c'est, parce que 15 ans après la naissance de Facebook, les journaux ne comprennent toujours pas sa puissance protéiforme (malgré les partenariats sonnants et trébuchants qu'ils passent avec lui par ailleurs) ? Est-ce que c'est du mépris de classe implicite ? 


Je trouve que, par exemple, quand on lit le nombre de commentaires sur Twitter (plus urbain, plus peuplé de journalistes) sur les fautes d'orthographes des écrits Gilets Jaunes repérés sur Facebook, privilégiant ainsi la moquerie sur la forme que l'analyse du fond, la thèse du mépris de classe n'est pas complètement farfelue, non ? Il en résulte une violence symbolique qui a été d'ailleurs déjà repérée par  Samuel Laurent ou Laelia Véron.(entre autres, j'imagine)

 A discuter, je suis loin de toutes certitudes !


+ Plein soutien à Mediapart. Au passage, Fabrice Arfi a donné des détails incroyables sur la motivation de la tentative de perquisition qui valent d'être connus de tous.


S'il y avait un doute sur la nature autoritaire et fascisante du gouvernement Macron, il suffirait pour les journalistes de venir à l'Assemblée Nationale et de juste d'entendre les députés de France Insoumise énumérer à la face du ministre de l'intérieur la liste des victimes des manifestations et de demander justement à Castaner sa démission


Mais les ministres de Macron n'ont pas été choisis pour leur courage mais pour leur malléabilité convexe et concave et multi-directions

et Castaner de nier


cette perquisition chez Mediapart devrait mettre un point final aux interrogations des députés de EnMarcheAReculons

mais non, ceux-ci sont aussi flasques et imperméables, et étouffent leur conscience


France Info/Inter étant en grève, j'ai tourné mon oreille vers Europe 1.

Et l'on parle de l'homme qui marathonne comme s'il s'agissait d'une pub de Nike


Strasbourg ce matin : Militaires et policiers entourent la Préfecture, vision qui rappelle des images d'ailleurs : Rio, Bogota voire Bagdad


 

Faudrait pas oublier que dans le cas de l'affaire France Insoumise (comme pour le Modem de Bayrou) il y a soupçon d'emplois fictifs et surfacturation de frais de campagne ; ça fait une différence avec le cas Mediapart, en effet.

Je vous pardonne, je pense moi aussi souvent aux années 1930 depuis 10 ans. Au final vous ne l'aviez probablement pas prévu mais votre livre est sorti à la période la plus pertinente.

Amusant comme ces gens publiques qui crient toujours aux heures les plus sombres à la moindre contrariété se taisent face aux preuves de dérives qui se multiplient.

Si  seulement une petite partie  des " journalistes" français pensait et s'exprimait comme vous ....


Malheureusement, pour la quasi-intégralité, leur silence est assourdissant.


Nos brillants éditorialistes, d'habitude, si prompts à tenir le crachoir ferment leur gueule.


Pourtant, " la liberté de la presse ne s'use que quand on ne s'en sert pas "

Une des raisons de "l'indulgence" des grands médias à l'égard de Macron (pour ceux qui n'affichent pas directement une connivence, naturellement), vient peut-être qu'il n'a pas la "tête de l'emploi" ?

La face de brute de Maduro, le regard de fouine de Poutine, la moustache d'Erdogan ou les grimaces débiles de Trump?

Un représentant du " pouvoir des super-riches, prêt à toutes les brutalités pour se préserver" ? Comment y croire ? N'a-t-il pas été légitimement élu ? N'est-il pas à l'écoute des doléances du peuple, mouillant sa chemise - au sens propre - dans d'interminables débats finissant systématiquement par des "standing ovations" ? N'est-il pas - toujours - en tête des sondages pour les européennes ? N'est-il pas - toujours - le seul recours contre le populisme qui s'annonce ?


" la presse court toujours le risque de l'aveuglement collectif à un événement hors-normes, même s'il crève les yeux " Ouais. Il n'est tout de même pas d'aveugle plus parfait que celui qui ne veut pas voir. Toute une partie de la presse est aussi l'organe... du pouvoir des super-riches.


Mais pardon, je deviens, moi aussi, tellement "populiste"...

Il était évident que MACRON avait instauré, par son coup d'état financier, une ploutocratie.

C'est-à-dire un gouvernement des riches, le pouvoir au main des fortunés.

Ce mode de gouvernement est, en soit, une violence car il induit que les gouvernants n'oeuvrent que dans le but de de la conservation de leurs privilèges. Exit, donc, l'intérêt du peuple.


Il devient clair que cette ploutocratie mute vers l'autoritarisme.

Les lois en sont l'exact reflet.

On parle beaucoup à raison de la loi anti-casseurs.

On a moins parlé de la loi sur le secret des affaires alors qu'elle n'a d'autre but que de museler la presse.

La nomination du Procureur de Paris, choisi par MACRON himself, est très révélatrice. Si SARKO avait fait ça, toute la presse de gauche aurait crié à la dictature.

MACRON est fort car il fait pire qu'un SARKO sans que cela n'offusque grand monde, à part les "droitdelhommistes". Sa com', même si elle se fissure, reste efficace.


Il est, de ce point de vue, extravagant qu'un Président de la République puisse critiquer la presse comme il l'a fait, choisir ses journalistes.


Il est tout aussi extravagant qu'un Président puisse exprimer son mépris du peuple avec tant de clarté sans que la presse grand publique ne lui tombe dessus.


DS fait référence à "33". De Courson à Vichy. Je crains que ces rappels soient très pertinents.


On est très, très mal...................................


 

Mélenchon livre une analyse intéressante de la perquisition, si on a la patience de s’infliger les premiers paragraphes, où il largue toute sa bile sur Mediapart.


En voici les extraits les plus intéressants : 


« Au-delà de tous les effets de manche et postures héroïques de défenseurs de la liberté de la presse, la réalité crue est d’une autre nature et d’une autre gravité. Les médias, la police et la justice fonctionnent en circuit fermé depuis des années. Les uns achètent des informations à certains des autres qui ne devraient pas les vendre. Parfois, la tractation est gratuite quand se produit un cas qu’ils appellent le « donnant-donnant ». On se demande ce que chacun donne et contre quoi. La preuve de ce trafic impuni : jamais aucune plainte pour violation du secret de l’instruction n’aboutit. Jamais. [...]


Le démarrage de l’affaire Benalla a ouvert une guerre sans merci entre services de police, également entre eux et le palais de l’Elysée, et entre magistrats et médias qui servent de relais d’habitude aux fuites organisées. Tout le monde est en embuscade autour d’un palais présidentiel en état de siège multiple. Tout est en cause dorénavant dans un régime aux abois. Les deux procureurs et les trois policiers venus perquisitionner savaient parfaitement que les dirigeants de Médiapart, sans doute prévenus de longue date, ne permettraient pas la perquisition. En effet celle-ci n’avait pas l’aval d’un juge, au contraire de mon invasion matinale. Ils savaient qu’ils exciperaient du secret des sources. Ce privilège réservé aux seuls journalistes, s’il est parfaitement compréhensible et nécessaire dans une enquête menée par un média, change de nature quand il concerne les affaires de justice. En effet il devient alors la négation des droits de la défense à une instruction sans publicité et donc sans pression. Le secret des sources dans le délit de violation du secret de l’instruction est tout simplement la porte ouverte à tous les abus et manœuvres puisque personne ne peut se défendre, ni contredire les informations publiées, ni solliciter personne pour faire cesser le trafic marchand de l’information. Il devient un droit à faire des piloris médiatiques.


Ceux qui sont venus chez Médiapart avaient donc une autre intention évidente : intimider les sources d’informations policières à l’œuvre dans l’affaire Benalla auprès de Médiapart et auprès des autres médias qui attendent leur tour de balançoire. Une guerre de grande ampleur a donc lieu en ce moment au sommet des hiérarchies élyséenne, policière et judiciaire. »

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.