42
Commentaires

Chili : les chevaux de l'Aconcagua

Commentaires préférés des abonnés

Finalement, les pauvres  ne profitent jamais du ruissellement....

Bonjour et merci pour la chronique. Ce matin, je la trouve de bric et de broc. Vous lisez un article qui émet une "hypothèse" (votre mot), et vous en déduisez la phrase suivante qu'il y a une supériorité de la presse indépendante sur la presse instit(...)

Ce qui serait vraiment chouette, au Guardian ou ailleurs, ce serait de se souvenir qu’une image ne dit rien du tout, ou plus exactement que chacun peut lui faire dire tout ce qu’il veut ... 

c’est bien de réfléchir aux images, mais quand on a bes(...)

Derniers commentaires

Sur le Chili, voir les vidéos amateurs partagées sur :


https://www.facebook.com/groups/2006373926272090/


Groupe "Deleuze y Guattari Latinoamérica (REELD&G)"

il faut qu'ils arrêtent de fumer des gros pétard à reporterre  (ou alors qu'ils fassent tourner) avant d'écrire leurs articles,  ca les rend un peu complotsites.









Pour faire suite à l’article de Reporterre que j’ai posté hier, vous trouverez ci-après un autre lien d’un article en portugais (j’habite au Brésil) que j’avais lu initialement dans le journal brésilien Folha de São Paulo, l’équivalent du journal Le monde, il y a 10 jours : https://epocanegocios.globo.com/Mundo/noticia/2019/10/seca-no-chile-animais-morrem-de-fome-em-meio-pior-crise-de-agua-em-50-anos.html


on y voit notamment cette photo : 



Chile.

O rio La Ligua, na província de Petorca, região de Valparaíso, parece completamente seco após uma estação de muito pouca chuva (Foto: Getty Images via BBC News)

traduction : Le fleuve La Ligua dans la province de Petorca, région de Valparaiso, il a l’air complètement asséché après une saison de très faible pluie.


D’autres photos :






et cette photo qui montre la séparation entre les cultures d’avocats irriguées par les barrages et le reste de la végétation :



Je suis peut-être légèrement hors sujet, mais... attention aux photos  de masques "chirurgicaux". Au Japon et en Corée, en tout cas, je sais (de 1ère main !) qu'on les porte aussi pour éviter d'infecter les autres, et cela à n'importe quelle période, et qu'il y ait de la pollution, ou pas. Je ne sais pas pour la Chine ou d'autres pays.

Si j'ai bien compris, là ce n'est pas vraiment le réchauffement climatique en cause mais la cupidité d'une caste de gros producteurs... ce qui, de toutes façons, contribue au dérèglement climatique......


Ce qui serait vraiment chouette, au Guardian ou ailleurs, ce serait de se souvenir qu’une image ne dit rien du tout, ou plus exactement que chacun peut lui faire dire tout ce qu’il veut ... 

c’est bien de réfléchir aux images, mais quand on a besoin d’argumenter, de démontrer, de convaincre, de faire réfléchir... n’en déplaise aux  médias TV et aux réseaux sociaux , les mots, et en nombre, restent le meilleur moyen, et ils font mieux leur œuvre quand ils sont écrits que prononcés . 


L’émotion que suscitent les images ne sera jamais suffisante. On a besoin de penser, d’apprendre. 


On en a partout tout le temps des images, et même ici il y a de plus en plus de contenus vidéos... je reste convaincue que leur puissance est très inférieure à une bonne vieille grosse analyse écrite. Au risque d’être la bonne grosse vieille conne de service.  

En d'autres temps, cette soudaine abondance d'eau aurait été attribuée à d ieu

et l'on aurait traité l'affaire en miracle à Rome en moins d'un siècle


mais aujourd'hui les esprits sont politisés à un tel point

qu'on en vient à prêter de vilaines intentions à ceux à qui dieu a confié les plus pauvres

pour les instruire dans la sainte obéissance


quant aux problèmes du "los ricos liberaron el agua de todos los Chilenos y los animales bebiendo, me produce emoción ver éstas imágenes. "

l'image en dessous de ces piétons d'une ville chinoise portant un masque semble un lieu commun, les Asiatiques portent souvent des masques


Non, ce qu'il faut pour faire prendre conscience, c'est s'inspirer de ces vitraux d'une église Allemande présentant des radios de poumons bien que la raison de l'artiste est parait-il d'ordre de la foi, mais je soupçonne un sarcasme plus acceptable. Il suffirait de remplacer ces radios de poumons sains par le résultat des pollutions

Photos esthétisantes, vocabulaire nettoyé de tout choc potentiel, présentateurs et journalistes bien propres sur eux jolis à voir, surtout ne dérangeons pas l'équilibre doucereux, anesthésiant de nos médias.

Bonjour et merci pour la chronique. Ce matin, je la trouve de bric et de broc. Vous lisez un article qui émet une "hypothèse" (votre mot), et vous en déduisez la phrase suivante qu'il y a une supériorité de la presse indépendante sur la presse institutionnelle (et des réseaux sociaux, on se demande bien pourquoi. A-t-on besoin de réseaux sociaux pour lire la presse indépendante ? On parle 2 minutes de cette addiction ? ). 

Je trouve ça hasardeux. Etes vous informé par une "hypothèse" ? Moi pas, aussi séduisante soit-elle. Surtout quand elle est un peu conspi. Je ne dis pas qu'un complot de producteur d'avocats ne peut pas exister, je dis que quand on veut "démontrer" un complot, il faut le faire solidement et pas à base de "et si?". 


[Pour les @sinautes qui n'iront pas lire l'article de Reporterre, voilà le passage intégral qui évoque cette hypothèse 

"Explication probable : les entreprises privées qui gèrent les barrages, et donc l’approvisionnement en eau des fleuves, auraient ouvert les vannes pour calmer le mouvement social. " Ni avant, ni après, on n'a d'éléments factuels. POurquoi probable ? par rapport à quelle autre hypothèse ? Quelle garantie que d'autres ont été étudiées et rejetées ? ]


Ensuite, vous nous montrez des photos qui ne montrent pas grand chose. Et maintenant, dans le forum, i.e. le même espace que celui qui vous a donné l'idée de la chronique, un @sinaute vous donne une source (a vérifier bien sûr) qui problématise votre exemple. 


Je ne connais rien aux chevaux et aux avocats chiliens. Vous avez peut-être raison. Mais je ne suis pas sûr d'avoir appris grand chose ce matin (pas grave), j'ai plutôt l'impression que vous m'avez mis inutilement dans le flou (moins acceptable). 

Hors-sujet mais bravo Monsieur Schneidermann pour votre chronique de lundi dans Libération "La femme voilée ne parle pas".

On peut voir le reportage https://www.youtube.com/watch?v=g4599q5uxnM en revenant environ 30-35 minutes (diffusion en direct, cela continue d'avancer...). 

Et évidement, je ne sais rien de la chaîne de télévision en question et d'un éventuel parti pris.

Je viens de voir un reportage sur  24horas.cl (visible en direct sur youtube) dans lequel ils font du "fact checking" sur des événements de ces derniers jours. Ils reviennent sur l'épisode de l'eau de l'Aconcagua et ils semblent dire que l'année passée à la même époque, le niveau d'eau était supérieur à la situation d'aujourd'hui et que dès lors ce n'est pas lié à ce qu'il se passe pour le moment. (Mais à vérifier mon espagnol n'étant pas parfait...)

Pas besoin d'aller au Chili. 

En France, les épisodes pluvieux de Béziers en sont aussi la traduction. Ils existaient avant, mais aujourd'hui ils sont d'une intensité beaucoup plus importante du fait du réchauffement de la Méditerranée.


Moi qui suis un cueilleur de champignons, je peux assurer que la saison commence de plus en plus tardivement en raison du déficit pluviométrique en été.

Jusqu'il y a 15 jours, la forêt de Versailles était sèche comme un coup de trique. Donc, pas un champignon.

Ils ont commencé à pousser timidement le week-end dernier.

Avant, on commençait en septembre. Aujourd'hui, c'est fin octobre. Dans 5 cinq ce sera en novembre sauf que, comme l'aurait dit les STARK, l'hiver vient. 

Dans 10 ans, il n'y aura plus de champignons et c'est grave. Pas parce que des cueilleurs ne pourront plus faire de poêlés mais parce qu'ils ont un rôle important dans l'écosystème forestier.


Si nos politiques allaient en forêt avec les connaisseurs du milieu plutôt que de courir les plateaux télé et les réunions inutiles, ils en auraient conscience. 

Finalement, les pauvres  ne profitent jamais du ruissellement....

Une image assez parlante issue du reportage d'Envoyé Spécial sur les avocats du Chili (et la sécheresse subie par les petits producteurs voisins) du 29 août 2019 :


https://sivideo.webservices.francetelevisions.fr/staticftv/images_pdm_ni/2019-08-29/cc6c9c18-ca8e-11e9-99fa-000d3a2437a2_1567105055_1200.jpeg

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.