43
Commentaires

Chez Orange, Noël avant l'heure pour les journalistes

Quel show ! Un véritable "show à l'américaine" selon Les Echos, La Tribune et l'AFP, notamment. Ce mercredi 21 novembre 2012, le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a tenu une conférence à Paris pour annoncer une série d'innovations, notamment la nouvelle Livebox et le lancement des abonnements 4G pour les mobiles. L'un des journalistes d'@si avait reçu une invitation, mais n'y est pas allé. Dommage : il aurait pu repartir avec un joli cadeau. Car Orange a eu la bonne idée de distribuer des clés 3G+ avec un an d'abonnement à l'issue de la conférence. Un journaliste de Télérama a refusé, mais certains de ses confrères ont accepté, notamment une journaliste de l'AFP et une autre des Echos.

Derniers commentaires

La tradition veut qu’@si offre un abonnement (d’un an ? à vie ?) aux invités de l’émission @rrêt sur images.
Est-il déjà arrivé que des invités aient refusé ce cadeau ?
C'est peanuts ce cadeau, ça fait pitié.
J'aimerais plutôt savoir ce qu'il y a dans le grand sac Vuitton distribué par telle ou telle multinationale pharmaceutique
à l'issue du grand symposium des blouses blanches (bleu clair pour les chirurgiens) qui a eu lieu cette année à Nassau.
Oui mais j'ai rien reçu je suis pas journaliste et de toute façon ça fera pas avancer plus vite mon ordi et ça n'empêchera pas les orages de rendre caduques nos ordis car même les parafoudres "sautent" ...Donc leur cadeau n'en n'est pas un du tout .....Client orange tu paies et point barre !
Cette histoire rappelle pas mal la crise qui secoue ces derniers temps la presse vidéo-ludique. Une succession de petits scandales, des professions de foi opportunes et une avalanche d'articles relevant avec amertume la coupable (mais inévitable...) promiscuité entre la presse et les éditeurs.
Deux articles intéressants concernant cette presse spécialisée en plein doute existentiel :
D'abord sur Merlan Frit (site indépendant d'analyse distanciée du jeu vidéo), une longue interview de "Poischich" (rédacteur en chef de Gamekult, un des principaux sites francophones sur le sujet) : www.merlanfrit.net/Entretien-avec-Gael-Poischich
Puis cette explication d'Usul (web-vidéaste spécialisé dans le jeu vidéo, diffusé par Jeuxvideo.com, qui le rémunère), qui bien que n'étant pas critique, ni même journaliste, pose un regard sévère sur le milieu et n'hésite pas à élargir le débat à une crise générale de la Presse : http://www.nesblog.com/usul-lettre-ouverte-a-la-presse-libre/
Finalement, la journaliste de l'AFP a rendu le cadeau.
Perso je me méfie du "Mon nom n'était pas sur la liste mais ils m'ont rajouté" qui apparait deux fois dans les deux témoignages. De là, quelques possibilités : ou bien il y a eu un souci d'organisation sur la distribution des goodies, ou bien ça faisait un peu tâche d'avoir des listes où on pourrait trouver des noms de journalistes et on a donc donné des consignes discrètes.

Je pense qu'il faut rapprocher le coût des goodies du budget global associé à l'évènement, qui n'est rien que de la com'.

Au passage, la 4G, un bon moyen de recommencer à proposer des forfaits hors de prix, avec les nouveaux téléphones qui vont avec, n'est-ce pas ? Deux propositions pour que les gens se fassent beaucoup moins avoir : interdire la vente de téléphone avec des offres d'abonnement associées, et/ou imposer que le prix du forfait soit affiché par année. 600 € / an, ça devrait refroidir les utilisateurs.
Dans certaines entreprises (et notamment les grands groupes anglo-saxons), accepter un cadeau dont la valeur dépasse celle d'un bloc de papier ou d'un crayon publicitaire est un motif de licenciement.


On voit bien que les adorateurs de "l'esprit entreprenarial" (les échos) n'en garde que ce qui les arrangent.
Ce qui est choquant, ce n'est pas qu'Orange distribue des cadeaux au cours d'une opération de communication, c'est que des journalistes trouvent ça normal (ou feignent de trouver ça normal, car dans le fond il faut bien joindre les deux bouts).

Au lancement en grandes pompes de Free Mobile l'année dernière, Free avait offert à chaque journaliste présent –en forme de boutade–, 1 mois d'abonnement gratuit à l'offre mobile: en fait une pièce de 2€ collée sur une carte et posée sous leurs sièges.

Ici c'est très différent, ils mettent un de leur produit entre les mains des journalistes ; ce qui n'est pas un mal en soi : on pourrait ainsi imaginer que les journalistes testent le produit par eux mêmes pour passer derrière la couche marketing et écrivent un article éclairé sur la qualité réelle du produit. Mais si c'était l'effet réel escompté, Orange se contenterait de simples prêts pour ne pas être accusés d'acheter de bonnes critiques.

Il n'en est rien : au lieu de ça Orange achète les journalistes à coup de cadeaux. Et si Stéphane Richard, qui n'est pas stupide, ose faire ça, c'est qu'il sait que ce sont globalement des vendus.
La réalité c'est qu'orange se débarrasse des trucs qui ont du mal à se vendre, l'abonnement gratuit pendant quelques mois ne leur coûte rien, il est donné à des gens largement pourvus en connexion par leur profession et le matériel est à 1€.
C'est comme les bonbons dans les stations service des autoroutes, ça ne justifie pas complètement notre choix de s'y arrêter.
Et les journalistes sont égaux à eux-même avec ou sans, voir lien de J-net ou la page des échos de Guiiillaume ci-dessus.
La réalité c'est que l'info-pub produite à partir de ça, le consommateur n'y jette qu'un œil très très distrait et va sur des forums au petit bonheur la chance voir se qui ce dit sur le matériel. Ou si c'est un novice il va aller IRL, mais bon courage!
On justifie des salaires mais ça roule à vide, sur son erre. On n'a pas trouvé encore comment s'en passer.
Et voilà comment la comm' évènementielle produit, dans ce qu'on appelle encore étrangement "l'information", des pleines pages web de promotion d'une marque. J'ai pas trouvé la moindre analyse, la moindre critique, aucun point de vue...

Comme chez papi Drucker !

Un bon article d'@si qui pourrait malheureusement faire partie d'une longue série...
La tradition se perpétue. Une orange pour noël.
Chez moi c'est de la corruption.
Et ici, c'est quoi ?
Orange: "Il n'y a pas de message à retirer de cela ".
L'humour pince-sans-rire existe même chez les technicos-commerciaux, c'est toujours un petit brin de soleil.
[large]@[/large]si: "Promis, on ne donnera pas les noms des grands gagnants. "
Pourquoi faire ? il suffira de suivre les futurs billets qui vont faire l'éloge de l'entreprise dans les prochaines semaines pour connaitre les arrêts prématurés du père Noël, de nous donner les liens dans un article ultérieur, et on se fera notre petite idée.
Merci pour ce flag, Sébastien Rochat.
On compte sur vous pour le suivi ? ^^
Comme "goodies", j'espère qu'ils n'ont pas oublié d'offrir cela à leurs employés!!!!!!
Attention, ce n'est pas une Clé 3G, c'est un équipement beaucoup plus performant.

C'est un boitier autonome (on ne le branche pas sur une quelconque prise USB) qui offre une connection 3G (Data) afin de connecter à celui ci plusieurs appareils en Wi-Fi

c'est en effet un très beau cadeau...
Ce qui me pose question c'est ma propre réaction à cette info.
Du genre "ouais, bon, y'a pas de quoi fouetter un chat, les petits cadeaux des boites aux journalistes comme à leur clientèle, c'est une pratique banale, connue de tous, et c'est pas si grave tant qu'il ne s'agit pas de sommes folles ou de conférences dans des petits paradis à lagon bleu.

Et je pense que c'est à peu près l'état d'esprit de tous ces journalistes.

J'ai mis un temps avant de me dire que finalement, si, ça craint, quand même.

Et ça, ça craint ! ;-)
Ceci dit ne pas citer les journalistes et préciser leurs quotidien d'appartenance ça permet d'établir relativement facilement une short list des corruptibles potentiels. Il suffit de faire la liste des journalistes de ces organes qui ont couvert la conférence. C'est pas un peu limite ce que vous nous faites là monsieur Rochat ??
C'est là qu'on voit les convictions fortes qui animents ces "journalistes"... J'ai honte pour eux.
Je mettrais ma main à couper que beaucoup de journalistes ont dû accepter le petit cadeau...
Ca a été une grosse surprise, en 71 lorsque j'ai découvert ce que les attachés de presse "donnaient" aux journalistes...
J'ai même eu la honte de ma vie, avec un éditeur que mon boss (directeur-adjoint de la rédac où je travaillais) m'avait demandé de contacter. Il me faisait régulièrement une liste de bouquins qu'il voulait avoir en service de presse, avec les éditeurs. Je devais appeler les éditeurs et demander qu'on veuille bien envoyer un exemplaire de tel bouquin en service de presse à mon chef. Un jour, J.J. Pauvert, à qui j'ai parlé personnellement, m'a soupçonnée de commander ce bouquin pour moi, moi petite secrétaire de patron de presse. J'étais ulcérée ! Je me souviens lui avoir répondu que moi, j'achetais tous les bouquins que je lisais, contrairement à certains.
Il ne m'a jamais crue, bien sûr. Pourtant il avait tort.
J'ai connu des présentateurs du 20h qui appelaient des grosses boîtes pour se faire "donner" des caméras, des appareils photos... enfin, des attachées de presse qui racontaient qu'elles avaient refusé et que le même présentateur était passé par le dir. com pour obtenir ce qu'il voulait ;o)).
Donc c'est vieux, cette habitude des petits cadeaux... déjà dans les années 70, ça fonctionnait ;o)
J'avoue tout. J'ai reçu un jour une bonne bouteille de vin de la part d'Olivier Marchal. J'avais simplement fait un compte-rendu d'une série télévisée dans laquelle il jouait. Vous savez ce que j'ai fait ? J'ai ouvert la bouteille et j'ai bu le vin. Il était très bon.
Je vous rassure, j'ai eu honte.
Jaloux !

[large];[/large]o[large])[/large]
La vérité sort de la bouche des enfants, et les enfants adorent les cadeaux.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.