34
Commentaires

Changement climatique : "Trump, ça nous fait perdre beaucoup de temps"

En annonçant son intention de retirer les États-Unis de l'accord de Paris sur le changement climatique, Donald Trump a déchaîné une réprobation mondiale. Pourtant, cet accord avait été critiqué par certains écologistes comme n'étant pas assez contraignant. Mais s'il n'est pas vraiment contraignant, la décision de Trump est-elle vraiment grave ? Et si elle n'est pas si grave, pourquoi s'affoler ? Pour s'aventurer dans les entrailles de l'accord de Paris, deux invitées : Laurence Tubiana, ambassadrice pour la France chargée des négociations sur le changement climatique, et négociatrice principale, lors de la COP21. Et Jade Lindgaard, journaliste à Mediapart, en charge des questions environnementales.

Derniers commentaires

L'émission était interessante cependant je regrette que comme sur toutes les discussions dans nos médias sur le réchauffement climatique ou l'écologie on n'aborde même pas la principale cause du réchauffement climatique, d'extinction des espèces et de pollution de l'eau: l'agriculture animale. J'aurai trouvé très pertinent de demander à vos invités pourquoi?
Pourquoi si c'est la cause numero et que c'est solvable à beaucoup plus court terme que les émissions de CO2 liées aux fossil fuels ça n'a pas été adressé dans les accords de paris? Pourquoi se concentrer toujours et uniquement sur le charbon, le nucléaire, les gaz de nos voitures alors qu'on sait pertinemment que ce sera insuffisant, et que l'on connait déjà une solution plus rapide et moins couteuse, consommer moins de produits animaux, élever moins d'animaux...?
Dommage,
peut-être dans une autre émission :)
Un faux "débat" totalement ridicule mettant en scène une lobbyiste représentant les multinationales du nucléaire et de l'industrie des "énergies renouvelables" et une journaliste propagandiste et qui démontre l'hystérisation complète du sujet.

A part l'intervention enregistrée de Nicollino, le dispositif ne permet aucune possibilité de débat contradictoire et interdit toute pensée critique qui permettrait de démystifier cette vaste blague que sont les accords de Paris et l'"objectif" absurde et totalement antiscientifique des "+2 degrés".

Merci et bravo à Daniel de contribuer à la stupidité médiatico-politico-institutionelle ambiante. Vraiment.
Faut arreter les conneries 5 mn avec trump, le congres est le seul a pouvoir ratifier ce genre d'accords, et pour l'instant la couleur politique dominante actuellement n'aurait jamais permis cela, un president peut promettre ce qu'il veut, faut la ratification des chambres. Obama ou trump, ca change pas grand chose, c'est juste une question de posture, au niveau du blabla....
(apres 8ans d'obama, quelles sont les engagements signes contraignants des usa ?)
Je parie que le philosophe dont Tubiana fait référence vers la fin est John Rawls. (video en anglais)
Autre remarque sur une autre affirmation de L. Tubiana : "le charbon est pire que le gaz de schiste".
On entend souvent cette affirmation mais elle est parfaitement erronée. Dès lors qu'on prend en compte les fuites massives de méthane dans l'atmosphère , causés par l'extraction du gaz de schiste (et trop souvent oubliées), le bilan du charbon est nettement meilleur du point de vue du réchauffement climatique. Rappelons qu'une tonne de méthane dans l'atmosphère, c'est ~35 tonnes de CO2 du point de l'effet de serre (en moyenne sur 100 ans).
Il me semble que L. Tubiana oublie la principale raison de la "conversion écolo" fulgurante de la Chine. Les Chinois ont une industrie photovoltaïque (surtout) et éolienne (dans une moindre mesure) très compétitive. Ils ont l'occasion de renouveler leur parc de production électrique avec des technologies 100% maison, et à des coûts désormais (très) inférieurs à ceux des technologies historiques. Même en l'absence de tout bénéfice environnemental, ils auraient été fous de s'en priver. Et au passage l'adoption d'un agenda climatique ambitieux leur permet d’accroître leurs exportations de panneaux photovoltaïques, d'où peut-être leur changement radical d'orientation dans les discussions internationales. (Bien entendu ce revirement est une excellente chose, quelles qu'en soient les raisons.)
Avant l'émission je me demandais comment "l'ambassadrice des négociations aux accords de Paris" allait définir l'adjectif contraignant... Après l'émission, que j'ai trouvée fort instructive, j'ai compris que ce n'était pas son problème.

Au fait : Je me suis laissé dire que l'Inde achetait des rafales d'armes à la France; mais cela n'a sans doute rien à voir avec son engouement pour l'accord de Paris ?
Amiante: http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/06/27/amiante-vers-un-non-lieu-dans-plusieurs-dossiers-emblematiques_5152077_3224.html
Que dit Nicolas Hulot? Rien, il n'a pas le temps, Il inaugure une ligne de TGV http://www.sudouest.fr/2017/06/29/lgv-paris-bordeaux-nicolas-hulot-dans-le-premier-train-3575575-731.php
Les écologistes sont contre; pas lui https://reporterre.net/LGV-a-Bordeaux-et-a-Rennes-Les-ecologistes-bataillent-contre-le-projet-suivant. Les écologistes bataillent contre le projet, il ne sera pas avec eux.


Il n'a pas non plus le temps de commenter le feu vert au démarrage de l’EPR de Flamanville, avec ses défauts de cuve et couvercle.

Le scandale de l'amiante ne l'intéresse pas, la disparition effrénée de terres agricoles non plus,pas plus que les risques de catastrophe nucléaire...Un bon choix pour Macron et Philippe, il est en marche, il n'est pas em.merdant.
Très bonne émission. Je comprends pas les commentaires précédents. On a une actrice centrale des négociations qui explique le contenu de l'Accord de Paris. D'accord ou pas d'accord c'est une occasion unique d'avoir une explication de la logique de l'accord.
C'est juste excellent comme démarche.
Moi cette émission ça me "f.." les boules. C'est de l'eau tiède autour d'une méga-monstrueuse hypocrisie (comme le nucléaire) qui veut pas dire son nom. Daniel je d'mande même si ça participe pas à inscrire dans le paysage médiatique une certaine résignation (du blanchiment d'idées en qq sorte). Et on trouve encore des gens optimistes (Médapart y compris bonjour la confrontation des arguments); on espère, on y croit, on trouve des points positifs et... gnagnagnagna (c'est qu'on est civilisé nous, monsieur).
Pour moi les pessimistes se sont des anciens optimistes qui ont qq heures de vols au compteurs, les autres ma foi c'est qu'ils ont encore qq chose à y gagner en se la jouant perso (c'est qu'il faut manger! sans doute et il suffi juste de faire de petits arrangements avec sa conscience).
Mais blague à part là, sérieux, si on change pas le cap rapidement on va "crever". Alors comment on le fait, comment on le dit???. Et bien on le G...haut et fort et on rentre en résistance,à chacun de trouver la forme.
Le principal problème de l'accord de paris comme de tous les acords, c'est qu'il ne parle de rejet de co2 et non de bilan de co2.
C.a.d. que l'on ne pose pas comme source du pb les énergies fossiles qui sont LE pb car irréversible.
Il faut donc le plus rapidement possible ne plus du tout avoir recours à aucune énergie fossile : gaz naturel ou de schiste, pétrole, charbon.
Exemple passer du charbon au gaz permet de réduire de 30% les rejets de co2 mais leur bilan CO2 par contre non nul et donc en passant du charbon au gaz on retarde le réchauffement climatique mais on ne l'évite pas.
Donc si on passe en 50 ans à plus de 3°C de façon irréversible avec le charbon on le fera en 75 ans avec le gaz natutrel et de façon tout aussi irréversible.
Par contre si on substitue les deux avec des éneregies cyclées, alors les rejets de co2 peuvent être du même ordre que le charbon et le gaz mais le bilan Co2 est, par définition nul, et donc pas de réchauffement climatique.
Il n'y a donc pas d'alternative ni vraiment de réunion à faire, il faut taxer les énergies fossiles de façon progressive pour les rendre définitivement non concurentielles face aux énergies renouvelables, et taxer aussi tout les produits fabriqués à base d'énergie fossile non déjà taxé.
Les taxes recueillies devant servir à la trasition énergétique.
Le message de Laurence Tubiana vers la fin de l'émission m'a fait pensé au discours de Christiana Figueres sur le TEDs talk.

https://www.ted.com/talks/christiana_figueres_the_inside_story_of_the_paris_climate_agreement?language=fr (sous titres au choix dans le menu de la vidéo en bas à droite)

Bon, en substance, il faut injecter de "l'optimisme transformationnel" ... ;-).

Bonne émission sinon ;-)
Nico.
Bonsoir, juste un détail de traduction: durant l'extrait qui présente la réponse du maire de Pittsburg à Donald Trump, vous traduisez par "plusieurs décennies avant l'Accord de Paris" ce qu'il me semble être "decades before there was an EPA" c'est-à-dire l'Environmental Protection Agency - l'Agence de Protection de l'Environnement créée par les Etats-Unis dans les années 70.
La dame aux cheveux clairs, elle regarde systématiquement la table tout le temps que la journaliste d'ASI parle, comme si elle n'en avait rien à foutre de ses propos. Bizarre...
Petite question d'ordre pratique et journalistique : pourquoi au moment de l'intervention de Nicolino, n'avoir pas pris la peine de vérifier les contributeurs à l'IDDRI dont il parle, pour pouvoir lui apporter directement la controverse et l'entendre à ce sujet, au lieu de le faire devant votre invitée ? Ce que vous avez réussi en quelques secondes.
Encore une qui ne me donne pas envie... pfff....
Le discours de Laurence Tubiana, tout en escamotages et en empêchements, est révélateur du malaise qui saisit les classes dirigeantes lorsqu'elles tentent de s'emparer de la question climatique. L. Tubiana constate bien que notre modèle productif (capitaliste, accumulateur, extractiviste) n'est pas soutenable, mais son "logiciel" n'est pas adapté pour envisager un autre cadre, elle se refuse à admettre que c'est bien la logique profonde du capitalisme (l'accumulation illimitée), en particulier sous sa forme financiarisée, qui est en cause.
Le temps me manque pour développer cette idée, mais il me semble que quiconque s'intéresse un tant soit peu à la question et comprend l'ampleur des transformations requises par l'urgence écologique (systémiques, voire anthropologiques) ne peut que conclure au fait que le capitalisme vert est une contradiction dans les termes.
Sans parler de nos institutions politiques (et médiatiques), parfaitement fonctionnelles au système productif mais si peu démocratiques et totalement inadaptées à l'élaboration d'un projet politique écologiquement et humainement soutenable...

Dans la mesure où Jade Lindgaard adopte une posture relativement conciliatrice vis-à-vis de Tubiana, on en sort avec la sensation l'émission (ou plutôt Tubiana) crypte les enjeux plus qu'elle ne les décrypte.

Vous n'aviez que l'embarras du choix concernant les invités qui, eux, auraient été capables de politiser la question écologique : Hervé Kempf, Matthieu Auzanneau, Pablo Servigne, Jean-Baptiste Comby dont le nom est évoqué à la fin de l'émission par J. Lindgaard, Jean Gadrey, Jean-Marie Harribey, voire (rêvons un peu) Serge Latouche (décroissant), Razmig Keucheyan, Daniel Tanuro (marxistes et écosocialistes), etc.

Déçu de l'émission, donc, mais optimiste quant à la perspective qu'@si organise prochainement une belle émission avec des invités un peu moins engoncés dans un cadre de pensée étriqué (de classe) que ne l'est Laurence Tubiana.
Punaise, je ne connaissais pas Mme Tubiana... Elle me terrifie et désespère encore plus qu'un Pablo Servigne et ses annonces d'effets d'ampleur biblique. Si Trump "nous fait perdre beaucoup de temps", combien "sa" fondation nous en fait gagner ?

Pour le lol : le reportage "pujadien" utilise la musique du jeu "Last of us", qui dépeint un univers post-apo' où l'humanité se paye une gastro-zombifiante planétaire et survit vaguement dans une paranoïaque loi du plus fort (torture et cannibalisme inside).
Je pife un troll caché dans l'(ex-)équipe de Mr Pujadas.
Et qu'en pensent les associations écologistes dont certaines ont vu leurs militants interdit de manifester ?
l'excellent Nicolino sur l'accord de Paris :

http://partage-le.com/2015/12/farces-et-attrapes-de-la-cop21-le-savoureux-mystere-des-chiffres-truques-par-fabrice-nicolino/
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.