30
Commentaires

Ces "soignants héros"... qui sont surtout des soignantes

"Avec eux", ces "héros en blouse blanche", ces "soignants au front"... Les hommages au personnel hospitalier se multiplient dans les médias, comme les prises de parole de leurs représentants. Au risque d'oublier que ces "héros" sont surtout... des "héroïnes".

Commentaires préférés des abonnés

Merci pour cet article intéressant et, hélas pas surprenant. C’est important de continuer à souligner ces mécanismes et à les exposer.


Une réflexion par ailleurs. Ici, les femmes sont invisibilisées en tant qu’héroïnes. Il est intéressant de parallèle(...)

Sexisme ordinaire; on met les femmes en photo (quand elles sont jeunes et jolies), on laisse parler les hommes (surtout quand ils ont passé 40 ans).


Le pire, c'est que les journalistes qui font ça ne sont probablement pas conscient(e)s de ces biais. C(...)

Asi, le 13 mars : “nos deux invités : François Salachas, neurologue à la Pitié-Salpêtrière et membre du collectif Inter-Hôpitaux ; et Philippe Devos, intensiviste au CHC de Liège, président de l'Association belge de syndicats de médecins (ASBYM)” ;

et(...)

Derniers commentaires

Sibeth Ndiaye vient d'annoncer la remise d'une médaille de l'engagement face aux épidémies, à tous les soignants qui se sont dévoués pendant la crise du covid-19.

Quant au gouvernement qui a ressuscité pour l'occasion cette récompense créée en 1884 lors de l'épidémie de choléra, il recevra, à titre collectif, la médaille d'or du foutage de gueule.

Le moment de rappeler la règle de proximité (et son abandon à partir du 17ème pour des raisons hautement scientifiques et morales - le mâle c'est bien, la femelle c'est mal)


https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A8gle_de_proximit%C3%A9


Ça peut être vu positivement. On peut aussi analyser cela par le fait que les femmes se sentent moins légitimes à raconter des conneries. Il y a des commentateurs que le silence grandirait.

Personnellement, sur cette Une je vois un système de santé à poil.

Car, à part un string sur le nez,  elles (ou ils) n'ont pas grand chose pour se protéger.

Pitié, rouvrez amazon

Cela me fait penser au livre de Martin Winckler "L'école des soignantes", l'auteur y fait justement le choix et pour les raisons que vous évoquez de féminiser l'ensemble du corps médical, tout le monde devient "soignante". Le héros du roman, un homme, est aussi une soignante comme les autres.

Article d'utilité publique (voté)! Merci d'avoir mis le doigt sur une évidence oubliée (il semble que les inconditionnels de l'hostilité agressive à l'écriture inclusive aient finalement gagné). Des femmes partout... sauf quand il s'agit de donner la parole à un(e) majuscul(e). 


Ça me rappelle les colloques "Petite enfance" du temps où je travaillais: une salle pleine de bonnes femmes, et que des mecs à la tribune. Ceux qui en font le moins et en parlent le plus.

Merci Juliette pour ce rappel bien utile.


Petite remarque de forme sans aucune importance : dans l'écriture inclusive le point milieu ressemble à ça : · alors que le point bas ressemble à ça : . Je vous les mets côte à côte pour bien marquer la différence : ·. Si, comme bon nombre de journalistes, vous utilisez un Mac avec clavier français la combinaison de touches qui donne le point milieu c'est <option><shift><F>.

Je me suis toujours demandé pour il n'y a plus de Lysistrata.

Bien plus efficace que d'offrir à toute force des camions à des petites filles... :-)

autant je suis complètement en accord sur l'analyse faites des  interventions de TF1, analyse toute aussi pertinente pour le reste du monde d'ailleurs (parce que cette discrimination médiatique n'est pas un phénomène Francais on le retrouve partout)  par contre s'emporter contre la grammaire je vois moins. pour moi mechaniquement quand je lis un pluriel j'englobe tout le monde et c'était a n'en pas douter l'intention des journalistes qui l'ont écrit également..... 


J'ai quelques amies et collègues PU-PH (professeures de médecine), dont peu de cheffes de service (faut pas déconner non plus). Sans livrer d'étude sociologique, leurs témoignages suggèrent que, si le monde médical académique est dur pour tou.te.s (guerres de clochers, d'égo, personnalités parfois bien déconnantes à la Raoult...), il l'est encore plus pour les femmes (difficultés plus importantes pour nommer des femmes, comportements sexistes, harcèlement sexuel...). Le monde de la santé est majoritairement féminin, mais le haut de la hiérarchie encore majoritairement masculin, et le "ruissellement" se fait au goutte à goutte... à l'image de notre société.

Et les internes en médecine sont à 60% des femmes aussi!

Merci!!!!!

Asi, le 13 mars : “nos deux invités : François Salachas, neurologue à la Pitié-Salpêtrière et membre du collectif Inter-Hôpitaux ; et Philippe Devos, intensiviste au CHC de Liège, président de l'Association belge de syndicats de médecins (ASBYM)” ;

et le 10 avril : “notre invité : Christian Lehmann, médecin généraliste, écrivain et chroniqueur régulier pour Libération”



Merci pour cet article intéressant et, hélas pas surprenant. C’est important de continuer à souligner ces mécanismes et à les exposer.


Une réflexion par ailleurs. Ici, les femmes sont invisibilisées en tant qu’héroïnes. Il est intéressant de parallèlement constater que les hommes le sont souvent, eux, en tant que victimes. Or, je trouve qu’ASI ne pose pas vraiment le regard sur cette question qui est un peu le corollaire de celle traitée ici.


Déjà, les victimes du Covid sont des hommes à 60% alors qu’ils ne représentent qu’un gros tiers des 75 ans et plus, la classe d’âge la plus touchée par la maladie. C’est assez peu souligné en-dehors des classiques discussions sur les causes ou répartition de mortalité. Ce n’est pas un sujet en tant que tel.


Il me semble que dans d'autres cas aussi, la société et le monde médiatique en particulier ont autant de mal à visualiser les femmes en tant qu’expertes, héroïnes ou leader qu’ils n’en ont à visualiser les hommes en victimes.


J’ai un exemple d’ASI assez frappant à ce sujet. Par moments, ASI se penche avec raison sur les accidents du travail, mortels en particulier. Dans cet article ( le lien ), pas une seule fois n’est mentionné le fait que plus de 90% des morts suite à un accident du travail sont des hommes (voir par exemple cette référence qui date un peu, si qqun a plus récent : rapport de l'ANACT ). Pourtant, l’article ne cite assez évidemment que des morts d’hommes.


Au contraire, dans les phrases, ASI prend bien garde de parler « d’un homme ou d’une femme », « les victimes, hommes ou femmes » sans jamais, dans ce cas-là, mettre en évidence la forte différence de genre.

Plus intéressant encore, la séquence des tweets du compte twitter analysé reprend la formulation inclusive « Ils/elles avaient… » et ASI la cite telle quelle, sans la questionner. Mais alors, est-ce que dans ce cas-là c’est approprié ? S’il est logique de dire « les infirmières », faudrait-il ici ne conserver que « ils », d’autant que ce pronom laisse la possibilité d’englober « elles » ?


J’ignore si cette question de l’invisibilisation des hommes en tant que victimes spécifiques de différents phénomènes fait l’objet d’études particulières. Ce n’est pas le seul exemple de différence de genre en défaveur de l’homme en position de victime dont le traitement est rarement ou jamais différencié. On pourrait ajouter les suicides par exemple dont la différence de genre fait l’objet d’études mais pas, à ma connaissance, d’une attention médiatique particulière ni de campagnes de prévention spécifiques.


Je pense que ce serait intéressant de questionner ces phénomènes sous l'angle médiatique.


Et en parler plus aurait l’avantage de mettre en évidence que la « patriarcat » est nuisible aux femmes, c’est certain, mais peut paradoxalement l’être pour les hommes aussi. Avoir plus de risques de mourir de son travail si on est un homme par exemple car on est assigné à des métiers dangereux.  Et que dans ce cas aussi, le traitement médiatique n’est pas approprié.


Ces mortes et morts, qui sont surtout des morts…

Sexisme ordinaire; on met les femmes en photo (quand elles sont jeunes et jolies), on laisse parler les hommes (surtout quand ils ont passé 40 ans).


Le pire, c'est que les journalistes qui font ça ne sont probablement pas conscient(e)s de ces biais. C'est juste comme ça que fonctionne notre société.


Allez y compartimentez!

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.