114
Commentaires

Cédric Chouviat, un mort à Paris

Commentaires préférés des abonnés

Je pense que, plus qu’une indifférence à l’égard des violences policières, il y a désormais une vraie peur de la police. 

D’où la non-intervention des passants. 

Macron, un président qui tient parole.


Il avait promis de rompre avec l'ancien monde, c'est en bonne voie


On a le gouvernement le plus anti-social de la V° République. Retraites, aide au logement,allocations familiales, remboursements SS, réévaluation (...)

Bonjour à tous,


Vous êtes plusieurs, ici, à vous étonner que j'aie utilisé le mot "meurtre" dans la chronique, plutôt que la qualification de violences volontaires ayant entrainé la mort. Et sans doute qu'au strict sens juridique, il ne se justifie pa(...)

Derniers commentaires

Filmer la police est devenu un geste citoyen et démocratique

Quatre brutes tuent une personne pour une contravention. Ce qui me choque est le niveau atteinte de la disproportion de la répression policière. Il me semble important de souligner la bénédiction d'une hiérarchie qui hystérise les tensions avec la population (voir les tweets des syndicats de commissaires et d'officiers) en stigmatisant jusqu'à l'indignation légitime que provoquent les mutilations des policiers qu'ils ont sous leurs ordres. C'est bien la preuve qu'ils les cautionnent.

Dans une vraie démocratie, ce genre de bavures n’aurait jamais eu lieu, et si dans le cas extrême ou il y a mort d’homme(s)/ou de femme(s), les responsables auraient démissionné :


-Les policiers agissent comme dans les pires dictatures ou au mieux le démocratures


Regarder ici https://www.davduf.net/alloplacebeauvau


Ce n’est plus possible !!


Quand le seul moyen d’arrêter les citoyens qui ne sont pas contents ( dans la souffrance totale depuis plus d’un an !)  est de mutiler, frapper voire tuer.


-Les policiers sont dans l’impunité totale, et frappent des personnes âgées et des femmes.


Bon les noirs et les arabes … ça ne compte pas !! Effectivement ils dépassent les bor(g)nes car ils ont tué un BLANC, oh mon dieu !!

Un garçon est éborgné par la police et rien ! Circulez !!

Grave ! J’ai mal à ma démocratie.


Si ces flics qui ont tué et mutilé ont des corones, qu’ils se rendent à la justice ! la moindre des choses, en 2e ils démissionnent car ils ont failli !


-Les responsables hiérarchiques et politiques devraient démissionner, en tout cas dans une vraie démocratie …


L’utilisation de l’hyperbole « MEURTE » ne me choque pas , car il sert à interpeller  justement. En effet, juridiquement, c'est encore discutable... encore qu'ils sont 4 et bien armés ...


Comment faire si on rencontre ce genre de bavures/violences : réagir si nous sommes confrontés à ce genre de violence : alerter, crier, intervenir, placer sur les RS, ne pas avoir peur !


Les français ne sont pas courageux, sinon ça se saurait, mais il es temps de  changer cela, et de montrer qu’ils ne nous font pas peur.

Je m'adresse aujourd'hui à toute la Maison. (...) Je veux leur parler d'un sujet que nous n'avons pas le droit de passer sous silence : c'est celui des excès dans l'emploi de la force.(...) Nous gagnerons peut-être la bataille dans la rue, mais nous perdrons quelque chose de beaucoup plus précieux et à quoi vous tenez comme moi : c'est notre réputation. (...)

Frapper un manifestant tombé à terre, c'est se frapper soi-même en apparaissant sous un jour qui atteint toute la fonction policière (Maurice Grimaud, lettre adressée à chaque policier parisien le 29 mai 1968).

CE N'EST PAS UN MEURTRE, C'EST UN ASSASSINAT !!



Ce qui était pratiqué dans les banlieues à l'encontre des descendants d'immigrés touche dorénavant :

- les "Français de souche"

- les "vrais Français"


La police n'a plus de limite et ce gourvernement n'est plus très loin de ce que peut représenter un gouvernement d'EXTREME DROITE.


Quand un gouvernement éborgne sa population, lui arrache les mains ou la tue (Zined Redouane, Steve Maia Caniço, Cédric Chouviat etc etc) alors on peut le considérer comme proche du fachisme.


QUANT AUX MEDIAS QUI EUPHEMISENT, CE SONT DES COMPLICES.






Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

"Mais le plaquage ventral est une technique d'immobilisation [...]. Il est interdit dans plusieurs pays européens "


Plusieurs qui ne serait que deux : la Belgique et la Suisse  ( Wikipédia )

Vous auriez carrément pu mettre "meurtre" dans le titre. C'est ce qui c'est passé.

Soyons créatifs sur le plan du droit pénal .


Après la généralisation de la  caractérisation  du  "meurtre ", serait -il possible d'envisager la notion " d'association de malfaiteurs ", dans le cas  qui nous préoccupe  ( article 450-1 du  Code pénal )


Je n'irai pas jusqu'à la notion de ' terrorisme '  , bien que certains  éléments constitutifs  paraissent réunis  .

Le fait que Castaner ne démissionne pas après de tels drames est à mes yeux extrêmement révélateur : 


ce que dit ou fait le ministre est déconnecté de ce que vivent les policiers. 


Pour tous les policiers qui font bien leur boulot, c’est certainement un sentiment d’abandon total ( que je compare volontiers à ce que vivent profs et infirmiers, situations que je connais bien).


Pour les mauvais ( qui étaient peut-être bons avant de peter les plombs , qui sait ?) ça devient de l’impunité. 


Mais dans les deux cas c’est la même dynamique : ce qui est fait sur le terrain n’est plus vécu comme incarnation de l’autorité de l’Etat. 

L’un se défonce pour bien faire malgré le ministre, qui n’en saura rien et ne montrera aucune gratitude, 

L’autre se transforme en loup malgré le ministre, qui fera comme s’il ne savait pas et ne montrera aucun désaveu. 


Y a-t-il encore un État dans ce pays ? 

Et s’il n’y en a plus, qui sont ces gens qui promulguent les lois en notre nom ? 

"Le meurtre de trop" ? J'ai cru à ce concept quand l'Aube Dorée a fini par assassiner un blanc (ce qui est interdit, en Grèce). Mais finalement la procureure demande la relaxe des meneurs néonazis, donc non, je pense qu'il y a toujours l'espace de s'arranger quand on s'entend sur le fond. 

C'est révoltant. Envie de vomir.

nous attendons de la police qu'elle s'exprime avec politesse et delicatesse, avec des opposants quel qu’ils soient opposés à ces contrôles : pardon monsieur voulez vous me donner votre carte d'identité...pardon m. pouvez vous cesser de nous taper dessus et de vous défendre avant que d'être attaqué .....qui dans le monde croit que les opposants quel-qu’ils soient ont des manières policées et polies et ne refusent pas de montrer à l'autorité qui les controle la moindre 

réponse policée....!!! l'excès en tout est un defaut a dit le philosophe mais l'excès est visible de quel côté .....???les bisonours ont encore frappé... 

« ... Peut-être aussi l'accoutumance à la violence policière se lit-elle dans une certaine indifférence des passants… »


Ca, c’est faux.

Pour certaines personnes peut-être… Mais j’en doute fortement.


Par expérience personnelle, je sais qu’il est impossible d’être « indifférent » face à une scène exceptionnelle ; or la violence est toujours exceptionnelle, même banalisée elle n’est jamais banale.


En revanche, je sais aussi que le meilleur réflexe, le plus immédiat quasiment instinctif, c’est de rester le plus neutre possible, pour soi-même s’extraire du danger, ne pas attirer l’attention, jusqu’à disparaitre comme invisible.


Mon expérience est la suivante : Il y a quelques années, j’ai été témoin d’un hold-up. Dans la rue, les gangsters sont passés à quelques centimètres de moi, flingues à la main. Ma réaction a été de ne rien changer à mon comportement, j’ai continué à marcher calmement, comme si tout était normal. Alors qu’ils coursaient les guichetiers supposés détenir les clés du coffre, ils ne m’ont pas vu, comme si je n’étais qu’un objet parmi d’autres.

     
Donc non, on ne « s’accoutume » jamais à la violence, ça c’est une fable. Ce qui est par contre vrai, c’est que lorsque les instincts de survie individuels prédominent, le sentiment d’appartenance au collectif s’effondre, en proportion. Avec à son terme l’effondrement complet de la société.


Ce qui est ici gravissime, c’est que les acteurs de la violence sont ceux qui devraient nous en protéger, avec pour promoteurs leurs chefs et nos gouvernants, objectivement destructeurs là où ils devraient être constructeurs.


A terme, si ce climat perdure par trop longtemps, c’est la guerre civile qui nous attend.


Bonjour à tous,


Vous êtes plusieurs, ici, à vous étonner que j'aie utilisé le mot "meurtre" dans la chronique, plutôt que la qualification de violences volontaires ayant entrainé la mort. Et sans doute qu'au strict sens juridique, il ne se justifie pas. Mais le plaquage ventral est une technique d'immobilisation qui, au moins quatre fois dans les dernières années, a entrainé la mort de personnes, en France. Il est interdit dans plusieurs pays européens. Il est pourtant encore enseigné dans les écoles de police. A partir de quand un Etat, qui laisse pratiquer (voire encourage par l'impunité) une technique létale d'immobilisation peut-il, au sens large, être considéré comme coupable de meurtre ? Veste question, qui dépasse le cadre juridique étroit. Je regrette de ne pas avoir eu le temps de développer dans le matinaute. Merci, et très bonne année à tous, malgré tout !

"En êtes-vous rassurés ?"...sûrment pas , en râge oui !

Les polices m'ont, de tous temps, fait craindre le pire.


Déjà, lors d'une "simple algarade" entre civils dans le métro, personne ne réagit.


Alors si c'est la police qui est au-milieu de l'action ...


Again, la foule est d'une lâcheté incommensurable.


MORT AUX VACHES !



En admettant même que Cédric Chouviat ait été "insultant et agressif" (il me semble que ce sont les termes utilisés par la police), est-ce qu'il est admissible que ça puisse justifier un tel déchaînement de violence et a fortiori un décès ? En ce qui me concerne la réponse à cette question est : non, ça ne peut pas justifier une telle violence et a fortiori un décès. Et cette réponde me parait à la fois parfaitement évidente et totalement non négociable.

Et là me vient une question fondamentale : comment se fait-il que, pour un nombre important de policiers/ières et pour l'institution qui vient systématiquement les soutenir quand ils/elles se livrent à de telles exactions, cette réponse ne soit visiblement pas évidente et non négociable ?

Et a partir de là, les questions s’enchaînent. Comme par exemple : est-ce que durant leurs formations initiale puis continue, les policiers/ières ne se voient pas expliquer que "non, même dans le cadre de vos fonctions policières, vous n'avez aucun droit à et il vous est strictement interdit de vous livrer à de telles violences simplement parce qu'un individu vous a insulté-e ou simplement énervé-e" ou que "non, vous n'êtes en aucun cas autorisé-e à faire usage de violence de manière disproportionnée en réaction aux agissements d'un individu" ? Le tout bien spur avec des exemples précis et circonstanciés de ce qui est acceptable, ou pas, en terme de violences et de proportions ?

Plus ça va, plus on a l'impression que les policiers/ières sont laché-e-s dans la nature sans aucune formation et sans aucune évaluation de leur capacité à faire leur métier sans se transformer à la première occasion en brutes sans foi no loi.

La police française donne de plus en plus l'impression de se comporter, de haut en bas de la pyramide institutionnelle, comme un gang : violences systématiques, mentalité paranoïaque pour laquelle tout individu non-membre est un ennemi, sentiment d'impunité.

Alors vous allez me dire... ils/elles ne sont pas touts/tes comme ça. Ce n'est qu'une infime minorité. Soit, je veux bien entendre cet argument. Mais alors pourquoi l'immense majorité et l'institution elle-même protège-t-elle systématiquement cette minorité-là ? Pourquoi seule une infime minorité en fait dénonce-t-elle depuis l'intérieur de l'institution ces agissements ? Mentalité de gang comme je le disais...

Tout... le monde... adore la police !

Tout... le monde... adore la police !

Tout... le monde... adore la police !

...

Certain s’émeuvent du terme meurtre ou assassinat dan cette affaire. Certes, il comporte une part de provocation (ou de colère bien compréhensible de la part du père), mais il faut rappeler que les policers sont des professionnels qui utilisent des procédure d’interpellation bien précises.  

Quand 3 ou 4 policier exécutent ensemble une procédure connue pour être mortelle depuis des années. Quand cette procedure bien que connue pour être mortelle est interdite dans plusieurs pays mais qu'elle reste active en France...


Se pose aussi la question de réponse proportionné. Selon la police l'homme étais "irrespectueux et agressif". Sur la vidéos c'est lui qui se fait bousculé alors qu'il est en train de filmer au téléphone. Ces policier ont donc appliqué une technique qu'il savent être potentiellement mortelle sur un homme qui ne représentait aucun risque physique pour eux.

Alors oui : les termes meutre et assassinat sont juridiquement faux et excessif. Mais, de mon point de vue, il y a des fois ou l'excés mortel justifie l'éxcés de mot...


D'abord je voudrais citer un commentaire sous la vidéo de la fille de la victime du meurtre :

"En écoutant sa fille, on se dit que cet homme devait vraiment être un mec bien. "

car c'est aussi mon sentiment


Mais même s'il en avait été autrement, en voyant les images hier de la vidéo du meurtre, je dois dire que chaque fois que l'occasion nous est donnée, et il s'agit de tristes occasions, je ne peux m'empêcher de faire le parallèle entre les images de meurtres de citoyens Américains par leur police et la comparaison de la différence entre les deux pays USA et France s'amenuise  au fil des jours.


Il ne s'agit pas uniquement d'une mort de plus au tableau de déshonneur de Castaner 

et sa démission de viendra pas changer la chose, l'homme est sans conviction,

mais une mort de plus pour Macron, sans conviction tout autant sinon une égoconviction,

L'un et l'autre ne démissionneront pas, car ils considèrent que la police peut enfreindre les règles internationales qui valent dans les pays développés avec lesquels la France a des liens étroits


Je dois avouer que je n'ai guère plus de respect pour les Policiers à l'exception de quelques uns que j'ai été amené à rencontrer et qui véhiculent encore une éthique remarquable en ces temps


Hier à Strasbourg voyant une brigade de policiers à vélo, dans un quartier "calme", j'éprouvais un sentiment d'inconfort comme celui qu'il m'est arrivé de ressentir dans d'autres temps et d'autres régions du monde. Je me suis aperçu en les approchant qu'il s'agissait de la Police municipale, mais je n'en fus pas réconforté pour autant au vu de leur armement et leur dégaine. Une bande de dealers m'aurait fichu le même inconfort.


Sans parler de la vue de ces camions chargés de tortues ninjas à la moindre manifestation annoncée qui a le don de ruiner ma journée

Bravo pour les propos. Parions que, selon les habitudes chères à une certaine police, les meurtriers ne seront pas inquiétés, ou légèrement, et ne seront pas exclus de la police.De plus en plus la police se croit au dessus de tout, commet des actes d'une violence poussée, tabasse, confisque illégalement et rien ne se passe pour sanctionner. Comment s'étonner alors du "désamour" vis à vis des policiers, dont d'ailleurs une forte proportion est très proche de l'extrême droite dont on connaît les méthodes de nervis. Quand au lamentable Castaner, s'il avait encore un tant soit peu de fibre de gauche, s'il n'en a jamais eu et ce qui se démontre par son action, il se devrait de dénoncer de tels actes, sanctionner, exclure et s'il n'était pas suivi par le gouvernement : démissionner! Si la police veut retrouver de l'estime qu'elle fasse le ménage dans ses rangs, se comporte en citoyen démocrate et tienne le public informé des mesures prises envers ses délinquants.

Dur de faire la morale dans un cas comme celui-ci mais nous vivons dans une société du spectacle. Je trouve pitoyable les gens qui filment en voiture (ou autres). Ce n'est pas pour la protection de cette personne interpellée (pour quelle raison d'ailleurs ?), c'est du pur voyeurisme. Triste époque, la police fait des morts, les gens passent.

Macron, un président qui tient parole.


Il avait promis de rompre avec l'ancien monde, c'est en bonne voie


On a le gouvernement le plus anti-social de la V° République. Retraites, aide au logement,allocations familiales, remboursements SS, réévaluation du SMIC, tout y passe

On a une des polices les plus brutales d'Europe; elle tue parfois, elle éborgne beaucoup; peut mieux faire mais n'a pas dit son dernier mo(r)t


On a le gouvernement le moins négociateur qu'on n'ait jamais vu: 


* Ford ( pas Gérald, l'autre) disait: "Mes clients peuvent choisir la couleur de leur voiture qu' ils veulent, pourvu que ce soit Noir".

* Philippe (pas Gérard, l'autre) dit: "Je suis ouvert à la discussion, pourvu que mes interlocuteurs acceptent mes positions".


Avec Hollande, on pensait avoir touché le fond. Comme quoi, faut jamais désespérer du pire

Macron élargit son électorat à droite, vraiment à droite, et il y met le prix ; tant pis pour les vies... 

Si le mot de "meurtre" est discuté, c'est qu'on fait la part belle au "légalisme". Oui, dire meurtre, au sens juridique, c'est dire homicide volontaire. Or le problème demeure qu'il n'y aura pas de procès au cours duquel le caractère volontaire ou non sera examiné, retenu, ou pas. "Meurtre", ça attire l'attention sur le fait que oui, ils s'y sont mis a 4 et ils l'ont tué. Mais si on tient à rester juridiquement prudent dans l'emploi des mots, on peut dire que "les gardiens de la paix ont selon toute apparence commis, encore, un homicide involontaire".

pardon mais non, au vu des photos il ne s'agit pas d'homicide involontaire (un "accident"), mais de violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner, ce qui est, comme le meurtre ("avec intention de la donner"), un crime.

avec deux circonstances aggravantes : "en réunion" et "par personne dépositaire de l'autorité publique"

En effet. .Au temps pour moi, je n'avais pas l'intention de mimimiser la chose. Je voulais seulement souligner la triste farce qui veut que les badauds que nous sommes se perdent en arguties juridiques quand on sait qu'aucun des quatres responsables ne passera devant la justice .

quand on sait qu'aucun des quatres responsables ne passera devant la justice .


voilà l'une des raisons principales pour lesquelles cela n'est pas prêt de s'arrêter !

Sans n'en avoir rien à foutre de la donner.

Un homicide, point !

Seul Dieu peut lire dans les âmes et dire si la fracture du larynx a été provoquée volontairement ou non.

Après ... le doute doit profiter à l'accusé... s'il n'est pas JG bien sûr.

Et un mort de plus sous les coups indignes de la Milice Nationale !

Streetpress fait également un décompte des personnes tuées par la police

Castaner et Macron sont entrain de s'enfermer dans le déni totale et entraîne tout un pan de l'état 

La multitude d 'affaire classés dans suite dont la dernière celle de Mélanie Gilet jaune,(vidéo a voir sur le compte de Mr Ruffin ) ou un policier frappe de dos une femme laisse sans voix .


L impunité grandi est une minorité de policier pourri ont des ailes qui leurs poussent dans le dos 


Quelle belle ambiance dans ce pays en ce moment 

Je pourrai vous dire, cher Daniel, que vous ajoutez au malheur du monde en revendiquant le terme de "meurtre".

Je pourrai citer le Code pénal et définir le meurtre, l'assassinat et, finalement, ce que l'on appelle trivialement les coups mortels, c'est-à-dire les violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Je pourrai vous préciser que je n'ai aucune accointance avec la maison police : même si j'ai défendu des policiers, il m'est arrivé aussi d'en poursuivre.

Je pourrai déplorer en toutes hypothèses l'impunité scandaleuse dont bénéficient les policiers. L'affaire TRAORE en apportant, jusqu'à la caricature, la démonstration.


Je ne vous demanderai cependant qu'une chose : méditer une pensée de Gilbert CESBRON :


"LE MÉTIER DE POLICIER COMME CELUI DE SOLDAT EST DANGEREUX POUR L'AME CAR LE DEVOIR S'Y CONCILIE AVEC LES MAUVAIS INSTINCTS"

Je pense que, plus qu’une indifférence à l’égard des violences policières, il y a désormais une vraie peur de la police. 

D’où la non-intervention des passants. 

Bonjour, merci pour la chronique. 

Vous écrivez "meurtre" et vous insistez sur ce terme. 

Meurtre = homicide volontaire, donc avec intention de donner la mort. 

Est-il indiscutable pour vous que cet homicide absolument terrifiant était volontaire ? Sur quelle base, à l'heure où nous parlons ? Je pose la question sans arrière pensée, je cherche à comprendre, car je sais que vous n'utilisez pas ces mots à la légère,  et je précise que je n'ai pas regardé les vidéos car en cet instant c'est au dessus de mes forces. Sont-ce les vidéos qui vous font choisir ce terme ? Voit-on une intention de tuer dans ces vidéos (ce qui est différent d'une intention de violence, qui peut conduire à faire mal, à blesser et qui est bien sûr condamnable mais pas au même point et pas avec la même qualification) ? Si oui à quoi la reconnait-on, cette intention précise de tuer, sur ces vidéos ? Merci d'avance. 

le meurtre de trop ...


Quel intérêt d'employer ce terme ? Vous croyez vraiment que ça va s'arêter là ? Que parce que la victime est blanche et père de famille nombreuse ça va changer les choses ? 


Belle utopie mais franchement ça ne tient pas la route 2 minutes !!!


Pour ceux qui ont le coeur bien accroché vous pouvez aller jeter un oeil sur les commentaires des "bons français" du site Sud Ouest dans l'article concerné à ce drame pour se rendre compte que non seulement les actes de ce genre ne sont pas prêts de se tarir; mais qu'en plus certains arrivent encore à les justifier.


Å gerber !

Il semble que le Parquet ouvre une enquête pour " homicide involontaire".


Il me semblait que l'homicide involontaire visait des actes commis par maladresse, négligence, imprudence,  ou manquement à des règles de sécurité.


On va encore critiquer la police et dire qu'elle manque de volonté.



Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.