442
Commentaires

Ce que personne ne dit sur Frêche...

Emission enregistrée en février 2009. Nous la remettons en avant à l'occasion de la mort de Georges Frêche, le 24 octobre 2010.

Derniers commentaires

revoila (le 6 novembre 2010) un extrait savoureux de georges freche ...
Hier matin, Sophia Aram a glissé quelques mots dans sa chronique humoristique sur france inter à propos de la mort de Frêche. De mémoire, elle a dit : "Quand j'ai entendu que M. Frêche était mort j'ai dit : "Oh lalalalala ! ... sinon, tu vas bien toi ?"

Quel sens de la synthèse, cette petite !
Argh!

Pendant une fraction de seconde, j'ai cru à une nouvelle émission de Ligne J@une...

Je suis vert...
Je viens de m'inscrire sur ce site,
et je viens d'écouter (choix aléatoire) cette émission
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2745

Il est dommage que l'animateur Guy Birenbaum coupe si souvent les invités alors qu'ils sont en train de développer une pensée,
ces coupures n'apportent rien, et au contraire, nuisent grandement à l'écoute,
qui en devient limite insupportable.

Petit jeu : en 75 minutes, y a-t-il eu
- 5 interruptions ?
- 10 ?
- 20 ?
- plus de 100 ?


Cordialement, Cyril.
G.Frêche : on en pense ce que l'on veut mais comme maire de Montpellier il a fait du bon boulot .
Comparez avec Narbonne Béziers Perpignan............
Il a gagné la région , lui a assuré une visibilité et " par en bas "face aux attaques les languedociens-roussillonnais semblent avoir acquis une identité .
Ses déclarations sont des cagades qui ne choquent pas vraiment les gens du cru et qui ne méritent pas une telle publicité .Il devrait ménager sa sortie afin de laisser la gauche continuer ce qui a été entrepris .
Qu'il est navrant que seules ses outrances soient relayées ce qui ne grandit ni leur auteur ni les commentateurs .
Vers un duel Sarkozy/Frêche en 2012 ?
http://www.midilibre.com/articles/2010/02/22/A-la-Une-Freche-reve-a-la-presidence-de-la-Republique-1122472.php5
:-)
Ce qui m'embête un peu, c'est que l'émission se veut différente mais certaines "habitudes" journalistiques subsistent !
Le journaliste ne laisse pas parler le "défenseur de l'indéfendable", il lui somme de se justifier, le presse dans sa démonstration tandis que quand il parle à Paul Alliès le ton change, est plus doux, moins nerveux ! Bref, il agit comme une sorte d'arbitre corrompu sur un un ring de boxe ! C'est bien le problème, on ne sort pas encore de ces échanges spectacles ou c'est à celui qui sera le mieux communiquer ! A quand de vrai échanges, de vrai démonstrations intellectuelles qui (ha merde c'est vrai) prennent de temps. Ici on reste encore dans la superficialité..
De plus, comme le dit desper, le sujet est-il judicieux ? N'y a t'il pas plus frappant dans l'actualité qu'un vieux con d'un parti de con qui se fait taxer d'antisémite par des cons???
Je suis encore à l'université et espère faire du journalisme indépendant plus tard, ce qui me frappe le plus pour le moment c'est cette incapacité du métier à se remettre en cause, à discuter profondément sur les méthodes, les manières de faire...
Prenons l'exemple proche de la pédagogie (car également institution qui a un rôle social): il y a les vieux instituteurs à l'ancienne et d'autres de plus en plus rare, ceux qui échangent, remettent en cause leurs manières d'enseigner (même après beaucoup d'ancienneté), créer des écoles expérimentale, des groupes de travail, des groupe d'échange. Et ceci dans le but de s'améliorer ensemble, et d'avancer vers peut être un monde meilleur. A quand cela pour les journalistes, a quand une GROSSE remise en question?
Je reviens, pour compléter mon précédent post (sans l'annuler/corriger).


Un oubli de taille dans le démarrage de l'émission par l'introduction qu'en a faite Guy Birenbaum :
pas un mot sur Fabius et sa phrase soigneusement peaufinée du 20 décembre 2009, et qui est à l'origine de la réponse du berger (Frêche) à la bergère(Fabius), le 22/12/09.

Tout le monde qui suit un peu, l'actualité politique, connaît la façon de procéder de Laurent Fabius :
méthodique, préparant ses coups bas très longtemps à l'avance, froid et calculateur...

Fabius serait un intouchable ?



Même Alain Rollat n'a pas repris Guy Birenbaum.
D'entrée, j'en ai été chagrinée.


+


Je comprends Cher Guy Birenbaum, que vous connaissez Paul Alliès pour ce qu'il est, et sa trajectoire (votre tentative pour le faire accoucher de sa duplicité, est éloquente)....mais...

Le regard de votre confrère de Marianne, était encore plus explicite !
Moi qui suis du Languedoc, je n'ai pas appris grand chose, même si cette vidéo est très très très intéressante.

+ Guy Birenbaum un peu copain-coquin avec Paul Alliès... euh !...........assez ..............pour ne pas être arrivé à lui faire dire (ou le lui dire carrément en face, bon sang de bon soir !.....................ce dont il lui a été reconnaissant, c'est clair !)
= que élu, il n'aura jamais bronché ou si peu (..Pézénas, la Région...pour se limiter ! et il vient nous parler "du système", après ça !?) et
= que même "si depuis 1 an seulement, la Direction Nationale du PS sous son impulsion et celle d'Arnaud Montebourge..."
etc

Il faut être du LR pour avoir perçu qu'Alliès se défilait face aux timides tentatives de Guy Birenbaum !

+ Alain Rollat extra, mais "trop gentil, trop honnête" (vous me comprenez, n'est-ce pas ?) et caetera... se laissant couper/prendre la parole et ne pouvant contrer le culot et les mensonges de Paul Alliès.

Paul Alliès, là pour le coup ayant un allié bien peu objectif en la personne de Guy Birenbaum (que j'apprécie pourtant énormément, lui trouvant de superbes qualités d'animateur de tels débats contradictoires...)

Alain Rollat n'a pu s'imposer vraiment pour dire le comportement inadmissible des médias parisiens, qui ont lynché Frêche à plusieurs reprises, lui faisant dire le contraire de ce qu'il avait affirmé.

Cher Guy Birenbaum, il n'y a pas en effet, besoin "de décodeur" selon votre formule, si ...les journalistes font correctement leur boulot !
C'est fou de vous entendre parler ainsi, en toute (in)conscience (?) !



Car le problème est bien là:
il aura fallu
= un bouquin d'Alain Rollat, et
= tout dernièremement, l'enquête de Marianne.................sous la pression des languedociens et militants PS du LR ! (ah ! ces sondages dont la tendance forte contrariait tous les journaux !!!) pour qu'enfin, on "s'intéresse" d'un peu plus près à "la vérité" et à Georges Frêche, qui n'est pas lisse et servile comme bien de ses confrères !

+ j'ai particulièrement apprécié les interventions toutes en finesse de la journaliste de Marianne, qui approche au plus près, me semble-t'il, les réalités du personnage, de la Région LR et de ses habitants.


Merci à vous.
Je me demande si nous ne reprochons pas à BHL notre propre conformisme obsessionnel.

- Oui, BHL a pris pour argent comptant les écrits d'un canular nommé Botul, et ça pose question sur la clairvoyance de celui qui pose en phare de la conscience française
- Oui, BHL est drogué aux médias et à l'image qu'ils donnent de lui, et son égo vaut celui d'un sarkozy, d'un sartre ou d'un jean-marie Messier
- Oui, BHL écrit et parle sans vérifier et probablement sans réfléchir, il chante l'air du temps pour être sur le devant de la scène

Mais au fond, BHL n'est-il pas notre modèle à tous ? N'est-il pas l'incarnation du conformiste qui a réussi ? Que faisons-nous d'autres, en société, que de nous conformer servilement à l'arbitraire culturel de notre société et de notre époque ? Tout comme BHL, nous sommes des conformistes inconditionnels, nous en étouffons d'ailleurs chaque jour davantage, il est probable que nous jalousons secrètement BHL d'avoir réussi son conformisme à lui.

Mais qu'on se rassure, cette indignation sociétale contre un guignol si dérisoire ne juge que nous-mêmes, et BHL retrouvera bien vite la faveur des médias avides de guimauve et de lieux communs.
Merci pour cette émission.
Elle était nécessaire.
Quand Sarkozy dit "le travail rend libre" est-il fasciste ou fait-il du clientélisme ?

Pourquoi Sarkozy n'a-t-il pas droit au même traitement que Frêche ?

Je suis loin d'approuver les propos de Frêche mais je vois que la politique est en train de dériver vers ce style de logorrhée.

Y-a-t-il d'autres moyens aujourd'hui pour gagner une élection ?
http://www.laliguedumidi.com/qui-sommes-nous.php
Pas grand chose à voir mais, excellente émission toute la semaine sur le quartier (ex) La Paillade de Montpellier sur France Culture à écouter ou podcaster.
Tous les dérapages ne sont pas "effacés", dira t on pour autant que Mr Kouchner est un Le Pen de gauche ? selon l'expression consacrée (par Eric Raoult, un comble !!!) : http://www.dailymotion.com/video/xnu7b_kouchner-compte-les-noirs_news
après avoir vu l'émission, je suis sidéré. Le mec du Ps secrétaire national, c'est à dire tricheur(Ségolène Royal était majoritaire), ami de fabius ne manque pas d'air. L'animateur ne laisse pas parler, comme sur les autres télés. A quoi sert de s'abonner à asi ?
Comment se fait-il que personne ne cite les déclarations de Fabius sur Frèche : en gros "ce type n'a pas une tête d'honnête homme ! si j'étais en Languedoc Roussillon, je ne voterai pas pour lui"
Je ne savais même pas que Fabius était d'origine juive, alors l'antisémistisme !
tempête dans un verre d'eau, manipulation, mépris du peuple etc. J'espère que Frèche va gagner haut la main.
Ailleurs dans les comm. j'ai servi la soupe à Alliès.
Ici je ne l'ai pas laissé exposer les raisons de son opposition.
La leçon des forums est toujours la même : chacun regarde l'émission, son sujet, les invités et l'animateur, avec ses propres lunettes, convictions voire a priori, alors que chacun reproche à l'autre sa subjectivité ;-)
A l'attention de M. Birenbaum
Je ne suis pas un admirateur de Georges Frêche.
Mais comment avez-vous pu laisser aussi peu de temps à M. Alliès pour exposer ce qui l'oppose à G. Frêche. Sans doute aurait-il comme adversaire politique exposé en quoi le système Frêche était à ses yeux politiquement pervers et dangereux.
Il n' y a qu'à la toute fin de l'entretien qu'une information autre que "sensationnelle" est apparue: la vraie personnalité, le réel fonctionnement de l'homme politique Frêche ; cet égo boursouflé qui d'ailleurs le ramène au sein de la caste politique contemporaine, cet égo débordant qui, en l'absence de réel contrôle démocratique, conduit à toutes les volte-faces, à bien des turpitudes et goujateries.
Ce constat est bien plus important que de le fait de savoir si Frêche est raciste ou antisémite (débat que vous ne pouvez trancher!). Toujours ce goût du sensationnel dans nos médias ...même à ASI?
P. Claudel
Une fois de plus, j'aurais souhaité, ce qui aurait rendu l'écoute plus supportable, que Guy Birenbaum ne coupe pas sans arrêt ses invités, et ne parle pas notamment presque en "surimpression" de la consoeur du Nouvel Obs (sujet BHL). Je comprends en même temps qu'il faille "surjouer" pour un sujet dont la cause est entendue dès le départ, donc sans intérêt réel à part le spectaculaire: George Frêche, là dessus en tous cas, a été cité hors contexte afin de permettre à la direction du PS un "coup" médiatique pour jouer les Monsieur (ou Madame) Propre. Ca ne vaut pas une heure de blabla!
si vous invitez des gens, respectez les un peu et laisser leur la parole
Franchement, vous trouvez que les invités ne sont pas traités de manière respectueuse ?
Comment veiller à ce que les intervenants répondent vraiment aux questions si l'animateur les laisse dérouler leur texte ?
Préféreriez-vous une juxtaposition de "clips" avec une sorte de mini conférence par invité ?
dans cette émission, je trouve tout a fait insupportable Guy Birenbaum qui n'arrête pas d'interrompre ses interlocuteurs.
Ca fini par rendre cette émission illisible, on part avec un mal de tête affreux.
SVP, si vous invitez des gens, respectez les un peu et laisser leur la parole.
C'est pas les propos d'un journaliste qui est intéressant, mais celui de ses invités.

Bref, des progrès à faire...
Je n'ai sans doute pas lu tous les commentaires, et vivant a l'etranger, le commentaire a pu etre fait sur une antenne ou une autre.
Pourquoi ne pas voir la reaction de la direction du PS pour ce qu'elle est: un mouvement opportuniste pour justifier de se debarasser de Freche, ou au moins de se faire une virginite a bon compte, dans un contexte ou Freche fait mediatiquement un peu tache (l'UMP est trop heureux de voir avec Freche un paille dans l'oeil du PS quand ils ont tant de poutres dans les leurs), et ou les sections de l'Heraut sont/etaient acquis a la concurrente Segolene Royal + recuperer a bon compte le courant fabiusien en voie de delisquescence.
Sans doute la phrase sur Fabius n'avait rien d'antisemite. Il s'agit de faire payer au moment opportun, sous un pretexte futile sinon fallacieux, pour tous les precedents et quelque peu malheureux derapages.
si j'ai bien compris les 2 invités qui défendent freche :

- comme freche dérape tout le temps, ça devient excusable, on ne doit pas tenir compte de ses dérapages ...

- le ps a eu tort de ne pas condamner freche avant, mais maintenant qu'il le fait ... il a tort quand même ...

bonus track : "il ne faut pas tenir compte de ce qu'il dit mais uniquement de ce qu'il fait" et puis dans ce qu'il fait il ne faut tenir compte que de ce qui est positif (ses réalisations) et pas de ce qui es négatif (despotisme, clientélisme etc ...) ... bref comme il fait de bonnes choses il ne faut absolument pas tenir compte des travers, méthodes douteuses etc... , intéressant comme raisonnement !

je crois que je vais leur confier le bilan de ma boîte ... que les recettes et les actifs, aucune trace du passif et des dépenses !!!
GUY STP ARRETE DE COUPER LA PAROLE A TES INVITES AU MOMENT OU ILS VONT DIRE QUELQUE CHOSE D'INTERESSANT !!!!! stp stp
Franchement Birenbaum a été tres complaisant avec son ami professeur qui a déblatéré pour ne rien dire!
Tiens, du nouveau ici : "Frêche s'attribue lui aussi des origines juives"
Super désagréable émission où M. Birenbaum coupe la parole à tout bout de chant (plus à M. Rollat qu'à M. Alliès d'ailleurs, ce qui donne une impression de partis pris). C'est pas parce que vous êtes sur la toile (quelle fierté n'est-ce pas que d'être en dissidence!) que vos émissions doivent être du n'importe quoi.
C'est la première fois que cette émission me gêne. J'ai d'ailleurs arrêté d'écouter et de regarder ...
Ceci n'est pas lié aux thèmes de l'émission
mais plutôt à la façon d'interviewer de Guy Barenbaum (comme le chef d'orchestre...) désolé je ne suis pas du tout sûre d'avoir bien orthographier son nom (veuillez m'excuser auprès de lui) Je l'ai trouvé agressif et toujours coupant la parole à une seule personne : l'ex journaliste du monde, ne le laissant jamais développer son propos. Bien sûr il était un peu lent et redondant dans son argumentation mais en le laissant pas aller jusqu'au bout,on ne pouvait pas comprendre (puis critiquer ou avaliser) son point de vue. C'est dommage pour le débat d'idées. J'irai même jusqu'à dire que ce débat n'était pas équilibré.
Désolé mais les manières de l'intervieweur m'ont déplu, dérangé cette fois
Thérèse Bréard
Rien à ajouter ! On a bien fait le tour du personnage qu'est Frêche.
Le petit extrait (audio) à la fin est très bien choisi : on ne peut s'empêcher d'éclater de rire quand même, non ?

Je l'ai découvert, avec stupéfaction quand je suis arrivée sur Montpellier à la fin des années 80 où à pleines pages dans La Gazette , on nous racontait ses agissements mais aussi celles de ses opposants, qui, par exemple, s'enchainaient aux platanes de la place de la Canourgue (si j'ai bonne mémoire) pour éviter leur coupe !... à la Far-West quoi ! Du "pur" méridional ? ... un peu caricatural, quand même...

Sûrement très énervant pour qui veut se faire entendre et qui ne fait pas parti du cercle...
Té, fada, ils sont fous ces sudistes ! Ils s'écoutent pas, se coupent la parole, se jettent des anathèmes, sont d'aussi mauvaise foi que peut l'être GF. Ils ont tendance à radoter et veulent toujours avoir raison. Des grands enfants comme l'a si justement et finement expliqué Jacqueline Rémy, la seule qui ait un peu de profondeur, un peu de respect pour les autres, la seule adulte du plateau ?
Sur ce coup là, l'outrance n'était pas du côté de Marianne ...
Je vais enfin faire preuve de mansuétude pour Guy qui, de mon point de vue, a été (légitimement) troublé par l'intervenante de la première partie.
Dommage, l'émission m'intéressait mais je n'ai même pas pu aller jusqu'au bout... Raz le bol d'entendre à longueur d'émission Birenbaum interrompre ses invités pour leur poser une question à laquelle ils sont déjà en train de répondre...

Aux prochains invités de Guy Birenbaum: contentez-vous de oui ou non, le reste il comprends pas...

Mathieu
Bernard-Henri Lévy n’en finit plus de se discréditer lui-même, après la polémique récente de l’Affaire « Botul », mais aussi et surtout par ses multiples erreurs et contradictions qu’il nous faut rappeler.

Il devait faire son grand retour à la fois philosophique et médiatique. Tout était étudié, analysé, prévu pour que l’on mange du BHL à toutes les sauces. Interviewé partout, et par tous : Dans l’Express, Paris Match, Le point, Transfuge, Marianne…

Un seul a manqué à l’appel
C’est le Nouvel Obs qui a révélé l’imposture et l’imposteur. L’hebdomadaire nous apprend que dans « De la guerre en philosophie » (paru le 10 février) qui se voulait être le « livre programme » de la pensée béhachélienne, le « philosophe » a voulu attaquer Kant en utilisant l’argumentation d’un philosophe inexistant.

En effet, BHL cite un néo-kantien du nom de Jean-Baptiste Botul pour illustrer l’idée selon laquelle Kant n’est qu’un « fou furieux de la pensée ». Le seul hic, c’est que ce Botul n’est autre que Frédéric Pagès, agrégé de philo et journaliste au Canard enchaîné qui avait publié « La vie sexuelle d’Emmanuel Kant » sorte de parodie philosophique.

Mais BHL n’est pas que philosophe ; il lui arrive d’être (selon la définition de Wikipédia) « écrivain, romancier, essayiste, metteur en scène, acteur, producteur, homme d’affaires ». Il est à la fois tout, il dit tout et est partout. Mais il lui arrive de commettre des erreurs, de mentir ou d’omettre et de ne surtout pas admettre qu’il s’est trompé. Voici quelques exemples.

On ne peut pas tout dire tout le temps, et parler intelligemment
BHL ne perd pas un moment pour prendre la défense du libéralisme qu’il, à la différence du parti socialiste, ne voit pas comme un cadavre à la renverse. En octobre 2008, l’omniprésent philosophe clamait en pleine crise financière que « l’on frôle le gouffre », mais voyait dans cet « événement colossal », un signe fort de la vigueur démocratique du capitalisme, « drôle de machine carburant à la crise (…) autant qu’à la performance », « la preuve que le système est toujours vivant ». Il va de soi que les 9% de chômeurs français, les 16% grecs et les 4 millions de travailleurs précaires en France admettent unanimement que le capitalisme est la source de leur bonheur.

Mais BHL ne connaît ni la rigueur philosophique ni l’honnêteté intellectuelle
En effet, au mois de janvier 1994, BHL, qui se fait reporter de guerre, estime avoir recueilli un scoop lors de son voyage à Sarajevo (lorsqu’il défendait à tout prix la Bosnie-Herzégovine libre). Selon lui, le général belge Francis Briquemont, chef des forces de l’ONU en Bosnie, lui a donné « le mot et peut-être l’information » capitale : « Briquemont connaît le général Mladic », chef de l’armée serbe de Bosnie, futur bourreau de Srebrenica. BHL évoque donc, une complicité entre les 2 hommes. Il croit avoir livré au monde un secret lourd de sens.

Problème : BHL n’est pas militaire ni stratège et ignore la réalité du terrain. Le général belge de l’ONU apportera des explications en février 1994 : « Il n’y a pas d’un côté, les bons, de l’autre, les méchants ». Et oui BHL ignore que des alliances se nouent selon les rapports de force. Le général ajoutera même : « Lorsque j’entends Bernard-Henri Lévy prétendre que quelques avions suffiraient à régler la situation, je deviens fou ! C’est grave, quand un intellectuel se prend pour un expert militaire » (L’Express, 3 février 1994).
N’est pas militaire qui veut, mais allez expliquer cela au philosophe qui s’enfonce dans la bêtise…

Qu’à cela ne tienne, on remet cela !
Au lieu de se faire tout petit, BHL, le 17 décembre 1994, vante les mérites d’un « remarquable officier », « le colonel Sartre », qui dit-il, a « commandé pendant 2 ans, les casques bleus à Bihac » en Bosnie. Encore un problème

La suite sur http://www.acturevue.com rubrique: PORTRAIT
!!!

Je lis ceci sur le site de BHL à la date du 11 février : "Dans l’émission de Daniel Schneidermann, Arrêt sur images, diffusée dans la journnée d’hier, et qui consacrait une longue séquence au cas Botul, le directeur de l’Express, Christophe Barbier, et le directeur adjoint de Marianne, Nicolas Domenach ont fermement soutenu Bernard-Henri Lévy. Verbatim :
Christophe Barbier « (…)Venir le titiller uniquement parce qu’il a été victime d’un canular assez génial, ce n’est pas le bon angle d’attaque« .
Nicolas Domenach : « Il y a suffisamment de motifs de désaccord avec BHL pour retenir un détail comme ça"."


.... J'ai du rater quelque chose, là ! Si vous pouviez éclairer ma lanterne...
J'ai travaillé à Montpellier au début des années 80 et Frêche cassait déjà les grèves des bus. J'y ai vécu quelques années au début des années 2000, et ma fille a dû passer des années dans une école insalubre parce que nous, les parents étions ( je cite)"une bande de gauchistes" et qu'on pouvait toujours attendre que la mairie répare le chauffage et les fuites d'eau; j'étais RMIste et la région a toujours refusé mes projet professionnels pour m'ordonner d'aller faire les boulots dont personne ne veux. J'ai depuis changé de région , région socialiste encore et je vois la différence .. Alors quand j'entends tout ce petit monde s'accorder sur le fait que Frêche est un véritable homme de gauche, les bras m'en tombent , et quand je vois le parti socialiste s'en prendre à lui pour des petites phrases et non pour ses pratiques, je me dis que Frêche n'est pas un homme de gauche mais qu'il est à coup sûr socialiste.
http://www.rtl.fr/fiche/5932896537/Eric-Zemmour-Georges-Freche-ou-la-revanche-de-la-province-sur-Paris-video.html
Le point de vue d'Eric Zemmour...
(Oups, Zemmour, c'est un gros mot sur ce forum?)
Cette polémique sur Frêche tombe au bon moment tout de même.
A chaque élection c'est la course aux sujets embarrassant pour le PS.
J'aurais aimé qu'on souligne plus au cours du débat l'accumulation des dérapages de Frêche. Cette question de l'accumulation pose le problème de l'éthique en politique

Aussi le procès fait au parti socialiste est un peu faible, d'un côté il n'a pas pris position assez tôt, de l'autre il ne prend pas assez en compte le fond de l'affaire et les qualités de Frêche sur le terrain. Bien au contraire c'est la prise en compte de ces qualités qui a forcé le parti socialiste a adopté un de ses comportements préférés, la politique de l'autruche.

Aussi je pense mais c'est là mon interprétation, que la démocratie politique doit être une valeur de gauche et que dans l'histoire longue elle tient au sein de ce courant une place plus importante que dans les familles politiques de droite. Pour une fois que le parti socialiste met ses actes en accord avec ses mots, laissons les jubiler de façon irritante
bonjour tout monde...moi ça fait longtemp que je ne compte plus sur TF1 et FRANCE.TV. ni LIBE, L'OBS, le Monde, ect...pour m'informer !
George Frêche un monseiur de 71ans et il dit ce qu'il veux ! que n'en déplaise a l'intellingentsia parisianniste.
un bravo au tres courageux jean michele apathie qui vient de balance des saloperie sur George Frêche 24 heure apret l'avoire inviter au grand journal de canal+.

j'arret j'en marre , bonsoir.
Je le trouve bizarre le décor de l'émission.
J'ai l'impression que vous êtes dans l'espace attente d'un immeuble de bureaux, devant un ascenseur en dérangement.
J'ai cru que c'était provisoire et dû au déménagement d'@si, mais je vois que ça dure.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

M. Birenbaum,

je ne comprend pas que vous aussi tombiez dans l'amalgame "antisémite = anti-juif" tellement pratique et digne des lobbyistes du CRIF.

Bien sûr pour parler des mauvais mots du mauvais M. Frèche, il vous faut discuter de ce thème, mais pourtant jamais vous ne soulignez le fait que ces mots utilisés ainsi n'ont pas de sens : les sémites forment une race, là où les juifs et les catholiques forment une religion or à ce que je sache, aucun scientifique n'a jamais prouvé un lien entre les croyances et la génétique humaine .

Pas à un moment dans l'émission, vous ne faites ce travail étymologique qui pourtant permettrait en deux minutes de dégonfler cette horrible baudruche.

Alors mes question sont les suivantes : qu'avez-vous à gagner dans cet amalgame ? et si, comme je le pense, vous n'avez rien à y gagner, comment expliquez-vous la démission générale des journalistes français vis-à-vis du sens propre de ce mot ? comment expliquez un raccourci tellement facile et ignorant de la réalité de la région concernée ?

Sinon j'ai trouvé le débat mieux contrôler qu'avec M. Gavi et ne pense certainement pas que ces thèmes étaient obsolètes comme d'autres semblent le penser ici. Merci pour l'émission.

Amicalement


Ps : je tiens à m'excuser de la faute d'orthographe faite à votre nom dans un de mes précèdents commentaires
C'est sans doute grâce au format long de l'émission qu'à la toute fin, Jacqueline Remy, après une première tentative timide au coeur de l'émission, se lance dans ce qui me semble être le morceau de "bravoure" de cette ligne jaune; dans une explication psychanalytique qui donne l'éclairage qui manquait pour comprendre Frêche. Merci qui? Merci Guy!
Désolé, une fois n'est pas coutume je vais dire du mal.
Un sujet vaguement ininterressant, un Guy Birenbaum carrément impliqué, des invités qui se coupent la parole, à l'image de Guy Birenbaum qui coupe la parole à ses invités.... Ca ressemble plus à l'Objet du Scandale qu'à du ASI.
Et puis si c'e'st pour ironiser à chaque fois qu'un invité tente de remonter à la genèse du personnage ce n'est pas la peine d'y passer une heure, 3 minutes suffisent largement.
G. Frêche dérape souvent (ah bon ?)
G. Frêche est un seigneur féodal qui tient sa région en autocrate (ah bon ?)
Le PS a mis longtemps à réagir (non pas le PS tout de même ?)
G Frêche à plutôt un bon bilan, un peu de gauche.
Voilà ce que pense la totalité des invités et que l'on me cite une vrai autre idée défendue sur le sujet...
Pénible, cacophonique, peu intéressant ni palpitant.
Mais bon ça inspire les foromeurs, c'est déjà ça.
Mais qu'ils sont fatigants ces deux lascars !
Heureusement que madame était là , pour apporter un peu de calme, et prouver qu'on n'est pas obligé de s'énerver pour être entendu.

Guy, pourquoi ne pas tutoyer tout le monde dès le départ ? Vous avez, je crois, commencé par vouvoyer madame, puis vous la tutoyez la fin de l'émission. Autant donner dans le "tu" directement, non ?
Qu'est-ce qui est le plus douteux ?

Se réjouir que Sarkozy soit "juif" (alors qu'il ne l'est pas) ?

Dire que Fabius a une tête "pas catholique" (alors qu'il l'est) ?
Par pitie Mr Birenbaum, lai-ssez-les-gens-par-ler! Cette emission etait particulierement frustrante... Merci d'avance.
Le format long de l'émission et l'opiniâtreté (au sens positif du terme) de Guy font qu'il sort toujours quelque chose d'intéressant de La ligne j@une.
Merci GB.
Il ya eu des lignes jaunes meilleures... et plus interessantes...
Deux remarques que je ne retrouve plus dans les commentaires autour du buzz Georges Frêche...
a) pourquoi Guy, alors qu'une chronique du site le faisait remarquer, vous n'avez souligné que le buzz est effetcivement apparu un lois après par l'Express en d'une part tronquant la phrase mais également en faisant un renvoi bas de page pour bien souligner les origines juives de Laurent Fabius...
b) Au grand journal le rédact chef de Marianne avait évoqué un point très interessant : à savoir que l'expression "pas une tronche très catholique" à propos de Fabius était une phrase très employée depuis de très nombreuses années par l'extrême droite, notamment lors de l'affaire du sang contaminé. Et qu'un fin politique comme Georges Frêche ne pouvait ignorer cette phrase et donc en connaissait l'impact.

Pour terminer concernant "les cons" de Georges Frêche une réflexion :
- quelque soit l'échantillon la proportion de con reste toujours constant !
corrolaire
- on est toujours le con de quelqu'un.

Allez bonne soirée
François
> (...) tout le monde ne sa vaut pas comme victime.

Y'a un échelle de la victimisation ? Elle a été publiée au JO ?
Guy Birenbaum était bien fatiguant cette fois-ci.... pfiou faut arrêter de couper les invités comme ça :(
Merci de cette émission, @si, Daniel, Guy, car après plusieurs semaines à me demander ce qu'il fallait faire de ce pataquès, j'ai enfin vu la lumière : ne surtout plus s'en occuper. Georges Frêche est un cas psychiatrique sans doute très intéressant, et un incontournable en Languedoc-Roussillon, et pas seulement à cause de son tour de taille ou de son sexe apparemment démesuré, mais je ne suis ni psychiatre, ni languedocien, et comme je doute qu'il ait un jour une quelconque importance dans les batailles politiques qui me concernent, je passe définitivement mon tour. Amusez-vous bien sans moi :)
Avec cette histoire, Aubry se refait la cerise à moindre frais, elle brasse de l'air mais sait très bien que Frêche va gagner.
Sinon, émission épuisante !! Heureusement pour nos tympans que Jacqueline était là pour calmer le jeu...
Et encore, vous ne savez pas tout, des révélations sur frêche vont encore être publiées dans quelques jours : il paraitrait - j'utilise le conditionnel - que cette vieille salope de Frêche mange du thon rouge !
Ignoble!
Emission intéressante.

Mais je reste surpris par le changement de sujet un peu rapide à la 25ème minute: Pourquoi la reprise nationale n'a pas été immédiate ?

Puis il n'a pas été clairement établi : La presse locale est-elle aux ordres (alors qu'elle n'a pas repris "la puce" ordonnée par le Président du Conseil Régional). Et surtout, si cette puce devait être reprise par la presse nationale, quel est l'intérêt pour Freche alors que ses électeurs sont dans le Languedoc ?

Concernant la vidéo de son intervention sur l'élection d'un Sarkozy juif, je ne pense pas que ces propos étaient destinés à être diffusés (la piètre qualité de la camera en fait preuve), elle confirme la démagogie dont il fait preuve en présence d'une communauté (ici pro-israélienne, et probablement de confession juive), plutôt qu'une autre, mais ne démontre pas une forme de communautarisme, juste un discours "à la carte" par communauté présente.

Les éventuels propos de Freche sur les footballeurs sont plus célèbres que les "white" de Manuel Valls ou les blancs que cherche Kouchner dans l'équipe de France (qui eux, font l'objet d'un enregistrement). Je trouve surprenant, si aucun enregistrement ni témoignage n'en atteste qu'ils fassent preuve, dans la bouche de Guy Birenbaum de la même irréfutabilité que le Protocole des Sages de Sion dans celle de nombreux antisémites.
Bonjour
Concernant la partie Frêchienne de l'émission, notamment la récente Fabiussanité, je suis étonné de la décontextualisation politique de cet événement. En effet, il semblerait que d'ici 5 semaines se déroulera un avatar de la vie politique Française, c'est à dire les élections régionales.
Or, quelles sont les conditions politiques particulières en Languedoc Rousillon ?

Prenez votre véhicule temporel et sautez d'un mois en arrière, qu'en était-il ?

Et bien, il se trouve qu'une coalition politique particulière s'est constituée avec des éléments que l'on a pas franchement l'habitude de voir regroupés (NPA, PCF, PG, GU, Alternatifs, MPEP, FASE et Objecteurs de croissance ). De plus, un accord préalable a été passé avec les verts pour établir une liste commune au 2ème tour qui se maintiendra contre Georges Frêche (les conditions pour que l'une de ces 2 listes dépasse 10% pour le maintien au 2ème tour sont loin d'être impossible).

Nous sommes donc en présence d'un cas unique pour ces régionales : au 2éme tour, une liste de gauche ne s'alliera pas avec une liste qui contient des membres du P.S. (sans modem)

Maintenant, tentons de nous la jouer petite souris rue de Solférino. L'un des objectifs classique d'un parti politique est aussi, au minimum de maintenir le nombre d'élus sortants (pour plein de raisons, non seulement politiques mais logistiques). Or, cette 2ème liste non fusionnable ne fait pas les affaires des "P.S." Frêchement élus puisque le risque de grignotage de leur sièges est réel.

Mazette, comment tirer les marrons du feu ? Comment poser son c.. sur 2 chaises ? Bon sang mais c'est bien sûr !
"Coco, décongèle moi un truc que l'on pourrait monter en mayonnaise"
"Ben le truc le moins fané, c'est une tirade sur Fabius, mais ça ne casse pas des briques "
"Fait voir... si si petit, fait moi confiance, vu le fonctionnement des médias, ça va le faire, tu vas comprendre, tu vas apprendre"

Maintenant, retour au présent :

On s'affiche désolidarisé (pour une partie) vis à vis de Georges Frêche et ainsi, tout auréolée de sa nouvelle virginité, faire les yeux doux à l'un des 2 autres adversaires de son "camp", si possible le plus "gentil" (les verts). La partie restante sera bien entendu sur la liste de Georges.

Maintenant, cher asinautes, délectez vous de cette belle partie de "realpolitique" que va nous jouer le P.S. en Languedoc Rousillon, c'est du grand art (si si !)

Voilà, je suis un peu sur ma faim concernant la liaison entre le doigt (Frêche...d'accord, c'est le majeur) et la lune (élections régionales en Languedoc Rousillon).

Et bon, je suis certes parano au dernier degré, mais plus tout à fait un lapin de 6 semaines et donc, personne ne me fera croire que cet "incident Fabius" (ref. Frank Herbert) n'est RIEN D'AUTRE qu'une tactique politique via média.

Et ça, c'est dommage de ne l'avoir pas décrypté.
Je serai toujours étonnée de cette capacité du Net et de ses acteurs à se focaliser sur les points de détail. Depuis lundi, et la révélation par BiblioObs du canular dans lequel est tombé BHL, les deux pieds dedans, on ne parle plus quasiment que de ça, occultant tout le reste, à savoir le véritable fond du problème : la pensée faussement conceptuelle et réactionnaire que BHL nous assène depuis des décennies, avec l'outrecuidance de l'imposteur qu'il est.
"L'affaire Botul" n'aura mis qu'en avant le fait que ce monsieur manque singulièrement de rigueur intellectuelle, ce qui est pour un "philosophe", tout nouveau soit-il, est franchement gênant. Mais ça, lorsqu'on suit un peu le sieur, on le sait déjà. Reste que j'attends de la part des journalistes d'@si, d'avoir le courage d'aller à l'encontre de BHL, de l'interroger sur ses complaisances et ses erreurs, de le voir enfin réellement s'expliquer. Bref, ouvrir grand les fenêtres pour enfin évacuer ce perpétuel écran de fumée qu'est ce tintamarre médiatique sans grand intérêt.
par Desproges ("étonnant, non ?") et Bourdieu (extrait de "Enfin pris ?" de Pierre Carles).

Je sais, je sais, c'est déjà vu, revu, archivu - mais peut-être certain(e)s @sinautes ne connaissent pas ces extraits - facile et pas très charitable de ma part de ressortir ces extraits (quid de la persistence des textes et des vidéos sur l'Internet, vaste débat...), notamment le premier extrait, a fortiori car je dois bien l'avouer il m'arrive à moi aussi de m'énerver (même sans avoir reçu de tarte à la crème belge), si si ! Mais là c'est assez cocasse je trouve ;-)
Pourquoi Montpellier reste la ville la plus attractive de France. Frêche y est quand même pour quelque chose!
Je l'ai eu comme prof. et c'est sans doute le type le plus brillant que j'ai jamais rencontré. Mélange d'autoritarisme et d'humour. Cocktail détonnant. Frêche irait en enfer pour un bon (ou mauvais) mot.
Paris ne comprendra jamais rien à cet homme.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Merci de m'avoir censuré !
Vive le droit de réponse et la liberté des
@sinautes !!
Commentaire hilarant. Merci ! ;-) Si "on laisse parler les gens tout le temps qu'il faut", cela ne s'appelle pas une émission, encore moins un débat. Si seulement vous saviez à quel point Rollat était heureux...
Ça fait trois ans qu'il avait tout ce qu'il a dit sur le cœur.
Je vous repose la question posée plus haut.
Où, dans quel média (télé, radio ?), avez-vous vu ce débat difficile, mais à mon sens réussi et passionnant, se dérouler pendant bien plus d'une heure ?
Faites trois fois le tour de la place de la Comédie et revenez me donner la réponse.
Les émissions de Arrêt sur images pourraient être intéressantes, vu la qualité des intervenants, si ce n'était l'animation des débats. Celle de Guy Birenbaum est particulièrement impossible : il devrait laisser parler les gens tout le temps qu'il faut, que ce soit Molat et Alliès, qui sont intéressants à écouter par ailleurs, mais pas dans cette situation où l'animateur trépigne comme, comme, tiens comme Sarkozy...coupe, veut faire dire...Frèche est une bête politique dont l'analyse des ressorts populistes demande plus d'expertise...A Montpellier nous pratiquons Frèche toutes les semaines.
Bon, J.Rémy et Rollat ont bien décrit le cas Frêche, et le prétexte de la "petite phrase" utilisé (voire manipulé) par le PS pour s'en débarrasser.
P. Alliès perd du temps à essayer de nous justifier la manoeuvre: il aurait pû développer cette critique sur la "dépolitisation" de la section PS...ç'eut été plus convaincant. Pourtant GB lui a lancé une bonne perche avec cette vidéo de 2007: le meilleur argument, politique pour le coup, contre Frêche.

Me manque une info:
Pourquoi et comment l'Express en est venu à publier cette phrase (amaigrie), un mois après les faits (mais pas trop tard pour que le PS puisse "réagir") ?

Merci pour cet excellent débat.
Marianne, le niouze magazine pipolitiquement incorrect spécialisé dans les révélations et exclusivités foireuses s'est fait piquer la vedette sur le coup BHL/Botul...A mourir de rire!

Et après avoir publié un numéro presque spécial savamment intitulé "BHL face à Marianne" pour faire plus vendeur; quelle audace!

Décidément, le journalisme d'investigation a encore de beaux jours devant lui!
Le type qui passe l'émission à insulter le PS et à comparer Frêche à Victor Hugo, Jules Ferry et Rabelais raconte des conneries à propos de Jaurès. Il explique que Frêche s'inscrit dans la tradition des possibilistes et des Socialistes Indépendants. Jaurès n'a jamais été possibiliste. La figure du possibilisme, c'est Allemane ou Jean-Baptiste Clément. Quant aux indépendants, ils ne constituent pas une sensibilité à proprement parler. Ce sont des personnalités éparses, sans lien entre elles, en dehors du fait qu'elles ne se rattachent pas à un parti. On les regroupe sous ce terme par commodité.
Elle est pitoyable, cette carpette. Je comprend parfaitement pourquoi la région a recommencé à subventionner son journal.
Frêche est sur Paris pour deux jours... dommage que nous n'aviez pu l'intercepter pour le plateau :-)
Ah ! Guy ! Que ne lisez vous mes contributions qui vous expliquent dans le détail, plus d'une semaine à l'avance...

CE QU'IL NE FAUT PAS FAIRE

Et vous y allez, comme un seul homme...

Et malgré tout votre talent vous ne parvenez pas une seconde à rendre ces non-sujets intéressants.

Pour la semaine prochaine, évitez de nous parler de Martine Aubry ou des amibes (ce qui est un seul et même sujet d'ailleurs), si vous ne voulez pas faire un nouveau bide et une émission dans laquelle le meilleur c'est le générique !

Je vous pardonne au nom des 29 excellentes Lignes Jaunes qui précèdent ce foirage.

Mais cette fois, écoutez moi !

Ici Saïgon, le JT quotidien, les photos et les vidéos

***
L'arrêt de la cours de cassation sur les les harkis:

La cour de cassation a rejeté le pourvoi contre la relaxe au motif (on pourrait en rire si ce n'était pas si grave) que l'article invoqué par le MRAP et les harkis, artcile d'une loi de 2005, "protégeant" la communauté harki, si il existe bien, ne prévoie aucune sanction en cas de transgression, et que comme l'ancien article de 1881 qui lui prévoie des sanctions n'y inclus pas les Harkis, et bien... Pas de sanction!!!

Attendu qu'en l'état de ces seuls motifs, la cour d'appel, qui a exactement apprécié le sens et la portée des propos incriminés, a justifié sa décision dès lors que, d'une part, la communauté des harkis ne constitue pas un groupe de personnes entrant dans l'une des catégories limitativement énumérées par l'article 33, alinéa 3, de la loi du 29 juillet 1881, et que, d'autre part, l'interdiction de toute injure envers les harkis posée par l'article 5 de la loi du 23 février 2005 n'est assortie d'aucune sanction pénale ;

Incroyable, non, le législateur, crée une catégorie protégée, mais ne prévoie aucune sanction en cas de faute, ce qui rend la protection caduque et inopérable. Une plainte en diffamation eut été acceptée semble t il!!



Alors un cas particulier cet article?? Et bien non pas du tout, juste avant je lisais Eolas, et la nouvelle loi sur l'inceste. Ce pour quoi, c'est exactement la même chose. Le loi instaure bien un nouveau crime, l'inceste, mais ne prévoit pas de sanction. Les plaignants qui s'y référeront ont tous les risques de se voir déboutés!! Une loi pour rien, une loi d'affichage. Et Eolas de conclure ce qui peut choquer " Mais je ne me gênerai pas pour soutenir la position de Mô (l'avocat qui a soulevé le lièvre et fait l'analyse de l'inopérabilité de l'artuicle) devant les juridictions.....En attendant, bien sûr, ce seront les victimes qui paieront les mots cassés. Que Dieu les protège du législateur qui veut les protéger. Leurs bourreaux, le parquet s’en charge."


Quand Lefevbre nous racontera, regardez le PS n'a pas voté la loi sur l'inceste, il y a donc matière à répondre, et à lui renvoyer le cas Freche, en pleine poire!!
Dommage qu'on n'ait pas laissé Alain Rollat terminer ses développements, car c'était quand même lui qui a le mieux décrit le fonctionnement de Frêche. Et puis il aurait pu nous apprendre des trucs intéressants sur les 5 branches de la SFIO ;-) . Visiblement, il a de la sympathie pour Frêche, mais on ne peut pas lui reprocher, comme ça semblait parfois le cas sur le plateau, d'être complaisant ou de couvrir ses débordements. À chaque fois, il a été clair pour condamner ce qui est condamnable chez le conducator de la Septimanie. Seulement il n'admet pas (et moi non plus, et les habitants du Languedoc-Roussillon encore moins) qu'on cherche à le déboulonner pour de mauvaises raisons. Sur ce plan, Alliès (avec l'aide de Guy Birenbaum dont on jurerait qu'il est un militant socialiste) ne m'a pas du tout convaincu. Qu'il soit associé au versatile Montebourg pour aller à la manœuvre ne m'inspire pas une confiance infinie (Montebourg le moraliste : "non au cumul des mandats... sauf quand je suis concerné").
Accuser subitement Frêche d'antisémitisme après avoir adoubé sa liste (Paris a laissé faire lorsque la liste a été officialisée), ça pue la manœuvre grossière.
Je regrette que n'ait pas été évoquée la bonne raison qu'a Aubry de vouloir dégommer les fédérations favorables à Frêche et qui a certainement à voir avec la présidentielle de 2012.
Il ne faut pas oublier que ces fédérations soutenaient massivement Ségolène Royal et qu'Aubry a été élue à la tête du PS en bourrant les urnes.
Ha ben non Guy ! Ce pauvre journaliste du Monde répète 10 fois s'il ne l'a pas dit une, que le propos sur l'équipe de France de foot n'est pas étayé : personne ne peut témoigner qu'il a été tenu, pas de retranscription ni enregistrement... dans ce cas Guy, au minimuùm, Frêche ou pas, on accepte qu'il y a un doute... et un doute profite à qui ? A l'accusé. VOus avez tout de même répété plusieurs fois à Monsieur Rollat que c'était à lui de prouver que cette phrase n'avait pas été prononcée dans ces termes ! Je vais vous demander, moi, de prouver que vous n'avez pas dit que Daniel Schneiderman avait un petit kiki ! Allez, démerdez-vous, prouvez-le ! Où alors, vous avez vous des confidences, des preuves quelconques qui permettent d'affirmer que cette phrase fut bel et bien prononce et là encore, apportez les dans le débat et prouvez-le !

Franchement, je tombe sur le cul de vous voir pratiquer ça, qui est à classer avec les techniques journalistiques que Desproges fustigeait dans son réquisitoire sur Alain Ayache sur Inter, comme l'insinuation ("Y aurait-il quelque chose entre Guy Birenbaum et Daniel Schneiderman ?") ou pire encore, la négation allusive ("NON ! Il n'y a rien entre Guy Birenbaum et Daniel Schneidrman !")... hé bien je classe ce refus d'accepter qu'une phrase juste "soi-disant" tenue, ce dont personne ni rien ne peut attester doive tomber dans l'oubli dans la même catégorie... Pour le reste, ce que vous voulez, mais ça, vraiment, merde alors !

Sur le site d'@si, je crois (mais je vais chercher) il y eu un papier expliquant que le contexte de cette phrase serait le suivant : Frêche déplorait que l'équipe ne soit pas conforme au paysage humain de son pays : peu d'arabes, pas du tout d'asiatiques, et beaucoup de joueurs d'Afrique ou des Antilles.... il semblait déplorer que cette diversité ne soit finallement pas si diverse que la population du Pays. Il est très capable de l'avoir dit en des termes grossiers, maladroits et dans une gueulante... ça, on lui fait confiance mais, il a tellement proféré de ces propos débiles et couillons (voire très limites) attestés que, par principe, et ne serait-ce que pour donner un vrai poids à une critique de cet homme, essayons au moins de l'être le moins possible, criticable. Et cette phrase fantôme, par principe... oublions-la.

A la prochaine.
Pffff.... on peut dire la même chose en discutant peut-être... enfin, avec un minimum d'ouverture laissée à une réponse possible... là, la réponse, c'est juste : "Pffff".

Un truc rigolo quand même : l'émission, au fond, porte sur la dérive assez extrème de l'utilisation de l'excès verbal en politique, à dessein ou non... hé bien vous êtes parfaitement dans la note et l'illustration sonne juste : voilà ou l'excès de langage grossier mène... à un "pffffff".
Sur l'affaire Frêche, je n'ai vu que le début de la video, et c'est effectivement insupportable : quel type mal élevé, cet Alain Rollat, qui essaie sans cesse d'interrompre Monsieur Birenbaum, sous prétexte qu'il aimerait bien faire une phrase complète! Quel culot! Il se croit où, ce mec?
Je regarderai la suite si j'ai du temps à perdre dans les jours qui viennent.
D'autant plus que je connais la vérité, la voici: en réalité, Frêche a dit que "Fabius avait une tronche pas cathodique!". Et il a ajouté, avec un clin d'oeil aux journalistes : "à cause de son nez!"
Ah ah ah, continue, Georges, tu es un des seuls à me faire rire !
Le bilan indiscuttable de George Freche....


Il y a quand même 2, 3 petites choses à rappeler pour comprendre ce bilan:

La ville se situe à 10 km de la mer Méditerranée (Palavas-les-Flots) par voie express et à 75 km du point montagneux le plus proche (Mont Aigoual 1 567 m, situé dans le département du Gard) (station de ski de Prat Peyrot). Montpellier est à 52 km de Nîmes (Gard), 30 km de Sète, 61 km de Béziers[3], 168 km de Marseille (Bouches-du-Rhône), 248 km de Toulouse (Haute-Garonne) ou encore à 350 km environ de Barcelone. Elle est également à 750 km de Paris.

Aujourd'hui huitième ville de France par sa population intra-muros et troisième ville française de l'axe méditerranéen (derrière Marseille et Nice), elle est l'une des rares villes de plus de 100 000 habitants dont la population a augmenté de façon ininterrompue depuis une cinquantaine d'années. (La température annuelle moyenne est de 14,2 °C, supérieure à la moyenne nationale de 12,2 °C, Le taux d'ensoleillement journalier moyen est de 7 h 22, largement supérieur à la moyenne française de 4 h 46) Elle a plus que doublé sur cette période pour atteindre 253 712 habitants au 1er janvier 2007 selon le recensement de l'INSEE. Avec 55 000 étudiants, c'est également la seconde ville universitaire de France après Poitiers en considérant la proportion d'étudiants à la population totale (21%).


!!!
Quel président d'aglomération n'envierait pas cette situation si stratégique qui en fait une des villes les plus attrayantes de France.

Donc le succès de Freche?? Mettez n'imporrte quel couillon aux commandes d'une ville dont les recttes ne cessent de grandir, même sans rien faire, où tout se vend de la moindre zone commerciale, aux plus mauvais immeubles, en passant par n'importe quel port de plaisance et voilà!! Le Bilan de Freche, c'est avant tout un coup de bol. Mettez le dans une région ou une ville sans ressource où la collectivité locale doit se serrer la ceinture, sans possibilité de construire des rénovations urbaines d'envergure comme le centre de Montpellier, ou autre pour marquer son empreinte, et c'est l'échec assuré.

C'est comme pour Nice, vous pouvez mettre un ancien motard comme maire, ça n'empéchera pas la ville de se développer. (nommer le maire à un ministère fantauche, pour services rendus, celui de l'industrie, qui ne controle rien, n'ambitionne rien, n'investit dans rien, puisque c'est le privé qui dirige, et qui devient juste le comptable des fermetures et délocalisations en tout genre...)


Concernant son éviction. Certainement trop tardive, certainement sur un faux prétexte, sur une expression que tout le monde emploie, là où il a fallu aller chercher le judaisme de Fabius (suis pas plus, ni surtout moins con qu'un autre, mais je ne le savais pas. Peut être car c'est le genre de considération qui m'indiffère aussi). Il y a un mobile qui n'a pas été évoqué mais qui est à mes yeux Le mobile de l'éviction. C'est le fait que Frêche était devenu l'alibi systématique de tous les dérapages de droite. Dès qu'on disait, vous avez vu Morano, vous avez vu les auvergnats ou d'autres encore, le premier réflexe était la réplique, oui mais c'est pas pire que Freche, donc ça ne vaut rien, donc passons à autre chose. On pouvait crier à la démission, tant que la réponse, oui mais et Freche, était là, rien ne pouvait se passer
Redevenu indépendant de Freche, le PS aura maintenant les moyens de la critique qui lui était interdit jusqu'alors.

http://www.montpellier-journal.fr/2009/12/lefebvre-choisit-de-repliquer-a-freche-sur-les-harkis.html
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20091209.OBS0112/frederic_lefebvre_compare_freche_au_maire_de_gussainvil.html
http://www.lejdd.fr/Politique/Depeches/Lefebvre-demande-le-retrait-de-Freche-168105/
http://fr.news.yahoo.com/63/20100201/tpl-frdric-lefebvre-la-rescousse-du-mair-5cc6428.html
http://www.lindependant.com/articles/2009-12-15/pour-frederic-lefebvre-ump-freche-et-aubry-meme-combat-95540.php
http://www.europe1.fr/Politique/Jeune-musulman-Nadine-Morano-a-t-elle-derape-91731/

etc etc
Les invités étaient intéressants quoique tours à tours agaçants (sauf Jacqueline Rémy toujours intéressante et d'une grande qualité me semble-t-il).

En revanche, Guy - que j'apprécie beaucoup, et n'y voyez rien de dirimant* - en matière de gestion des débats, vous avez déjà fait mieux. Alors, je vous accorde que les deux hommes étaient remontés ; toutefois, si je puis mettre le doigt sur les raisons qui font que : 1/ vous avez un peu trop coupé les démonstrations (je ne trouve rien de plus insupportable qu'une démonstration inachevée ! on se retrouve avec la moitié dès éléments sans savoir où l'autre veut en venir), 2/ vous n'avez pas suffisamment, me semble-t-il, comme vous le faites habituellement, dénoué les points de corruption dans les débats. Je veux dire par là que lorsque deux personnages semblent en opposition frontale, en tout cas, ne s'écoutent pas l'un l'autre, alors qu'ils ne disent rien d'inconciliable ou de contradictoire, il eût été préférable de synthétiser un peu les pensées de dire une fois pour toutes les points d'accord important (1/ non, Georges Frêche n'est pas raciste, 2/ oui, Georges Frêche a une gestion despotique, 3/ il y a chez George Frêche l'ivresse de la provocation permanente**) et accès vos questions sur les points de divergences, essayer de comprendre clairement ce que pensait son opposant sur le fait de savoir s'il devait être réduit à ce genre de propos et dans quelle mesure ? débattre un peu plus de ce qu'est le "bilan" dont on nous parle (et pas le réduire à la seule perception des électeurs, il aurait été intéressant d'entendre son opposant là-dessus), et puis j'aurais aimé savoir et entendre clairement la position de Paul Alliès sur les raisons qui ont fondées la décision de faire une liste sans-Frêche : est-ce que la direction qui se réveille sur cette petite phrase, ce n'est pas de leur part la recherche d'une bonne excuse ? qu'il eût été préférable (honnêtement et stratégiquement parlant) de ne pas l'attaquer sur ses petites phrases mais sur l'ensemble ?
Ce que je raconte n'est probablement pas parfait : mais j'ai l'impression que le débat a un peu manqué de dépassement.

Enfin : l'émission restait tout de même intéressante (je l'ai regardée jusqu'au bout - j'ai pas vu les photos, je faisais autre chose, et j'ai pas cherché à retourner voir) ! et le débat à tout de même amener des éléments intéressants : c'est à nous toutefois d'essayer de démêler un peu les choses, ce qui fait durer l'émission peut-être plus que nécessaire. Je parle trop : il est temps d'aller se coucher.

Vivement la semaine prochaine (oui, tout de même !).





*C'est ce que m'a dit un prof cette semaine juste avant de casser tout l'exposé que j'ai fait, ça part mal, mais que voulez-vous !
** Au fond, on est revenu sans cesse à répéter, plus ou moins, ces mêmes points les uns et les autres.
J'aurai parié pour le sujet, voila, le buzz de l'actu dominante, creuse, vide, minable.

Freche et BHL, mais en quoi méritent t ils qu'on s'y attarde ? ...

Je me permet de citer JulienD qui avait parfaitement decrit cet état de fait dans le forum de la semaine derniere:

[quote=JulienD]Le problème devient épineux quand le contenu médiatique s'appauvrit jusqu'à se rouler dans la fange et c'est la limite du projet @sien : si demain l'ensemble des médias racontent des blagues Carambar à longueur de papier et d'antenne, que faites-vous ? Allez-vous commenter les aventures du prince Jean et passer sous silence ce que les médias ne disent plus ? Un reproche tout à fait dans cette veine est venu des @sinautes concernant le non traitement du coup d'État au Honduras.

Voila Frèche et BHL, c'est de la blague Carambar.

Quand aura t-on droit à une émission avec du fond ? Bon pas l'Amerique latine, on a compris, le patron a dit NON, meme si on (enfin je) n'a pas bien compris pourquoi (sauf que Chavez est un peu comme Poutine et Amadhinedjad... et puis c'est tout)

Mais je sais pas la crise monétaire avec Jacques Sapir, Fréderic Lordon (Aïe un adepte de Bourdieu) et Pascal Salin par exemple (cherchez l'erreur), l'islamophobie et le nationalisme en France,

Aujourd'hui, je ne regarde plus la télé. Du temps ou je regardai ASI TV, j'avais l'impression de ne pas regarder la télé. Il y avait de l'impertinence par rapport aux programmes ordinaires. Aujourd'hui, c'est exactement le contraire, j'ai parfois l'impression, sur ASI, de regarder la télé, il n'y a plus ce contraste sur le web.

Bon faites quelque chose svp... parce que la vraiment...ça devient pénible

Vous me direz du moment qu'il y en a que ça interesse..
J'ai une autre idée !!!
Un débat sur la scientologie !!!
En voyant la bande-annonce je me suis cru aussi dans "50 minutes inside" que je n'ai jamais vu mais que les Guignols brocardent ces derniers temps avec talent

("c'est le clash qui a créé le buzz, ou le buzz qui a créé le clash ?")
C'est vrai que les sujets étaient attendus.
C'est le Grand Journal de Canal+ de lundi et de mardi en plus étayé ce qui n'est pas forcément déplaisant si on doit comparer la LJ au Grand Journal.
Cela dit, le Grand journal d'aujourd'hui envoyait du bois.

Malalaï Joya (élue afghane) a enterré Massenet et tous les médias et intellectuels à gage aux ordres de Washington en répondant à une question.
Question : "Que deviendrait votre pays si toutes les forces occidentales disparaissaient d'Afghanistan ?"
Réponse : "Les médias continuent de tromper les gens partout dans le monde, il ne s'agit pas d'une simple guerre contre la terreur, il s'agit d'une guerre de propagande... nous avons été trahis par ceux qui parlaient de démocratie."

N'importe qui d'autres aurait tenu le même discours, les Massenet, Denisot et Aphatie lui auraient sauté à la gorge et auraient donné avec arrogance dans le "oui il y a un grand manitou qui coordonne tout ça", "pensez vous que les femmes afghanes si elles vous entendaient , comprendraient ce que vous dites"... enfin vous connaissez le refrain.
Là on les sentait presque gênés (pas trop non plus).
Bref je signale juste ce passage (hors sujet) parce qu'il éloigne un temps des futilités et qu'au fond ça fait plaisir.
Si je vois que dans la semaine ce passage n'est pas mis dispo sur la toile, je l'y mettrai.

Une pasionaria cette femme qui démontre que l'expression (pourtant consacrée) "avoir des cojones" n'a véritablement pas de sens.
et hop
Merci Daniel, Mermet bien sur ;-)
j'ai hate de voir cet extrait !
Je ne pourrai pas mettre cet extrait en ligne, j'ai merdé dans la compression du fichier (j'ai gardé les passages que je voulais enlever et vice et versa) ;-(... le boulet!
Bien qu'@si déclare être incompétent sur les questions internationales, ses fines lames doivent bien avoir enregistré le passage que je mentionne.
Ce n'était pas spécialement spectaculaire au demeurant mais à la question faussement naïve et attendue de Massenet, on aurait pu s'attendre à une réponse convenue dans la lignée de l'agent US Ayaan Hirsi Ali.
Il n'en fut rien et elle répondit du tac au tac ce que j'ai retranscrit plus haut sans s'embarrasser de convenances germano-pratines, impassible, d'une voix monocorde sans pause ni pose, une mitraille touchant sa cible à chaque mot.
Loin de la guymauve dont on nous gave ici.
Je vous ai déjà longuement répondu. Et je vous dirai effectivement, qu'il y en a beaucoup que ça intéresse. Aves-vous vu Rollat sur un seul plateau de télévision ? Votre problème, ce n'est pas la ligne Jaune. Ce sont les thèmes qu'elle aborde. Là aussi, je vous ia répondu dix fois, vingt fois, sur ses conditions de production et sur son lien à l'actualité nationale (voir l'émission avec les abonnés). Bien à vous.
Merci de m'avoir invité Guy! Pardon pour les gesticulations, les interruptions, les grimaces, etc. C'était la première fois que j'avais la possibilité de m'exprimer sur Frêche. Jusque là tous mes écrits avaient été censurés par omission. Y compris dans les colonnes du Monde où mes décryptages de naguère sur Le Pen, Pasqua, Mitterrand, etc. utilisaient pourtant les mêmes grilles d'analyse. J'espère que d'autres observateurs se montreront aussi curieux qu'Arrêt sur Images car il y a quelque chose de totalitaire dans la prétention qu'ont aujourd'hui la plupart de nos confrères de détenir sur Frêche la vérité absolue et de l'acharnement qu'ils mettent à traiter comme des imbéciles ceux qui émettent quelques objections fondées sur les faits que j'indiquais hier, en particulier sur le fait que Frêche a été exclu du PS sur la foi d'un propos (les Blacks) dont l'exactitude n'a jamais été prouvée. Je tiens à votre disposition la version admise par la plupart des témoins directs qui ont interprété ledit propos comme un éloge de la France multiraciale et la stigmatisation...des Blancs!

Je tiens à votre disposition la version admise par la plupart des témoins directs qui ont interprété ledit propos comme un éloge de la France multiraciale et la stigmatisation...des Blancs!


C'est quand même de là que vient le malentendu, je crois.

Au delà du racisme ou de l'antisemtisme soupçonné ou avéré des propos de Freche, il y a que ses propos qui pretent à polémique sont souvent empreint de communautarisme exacerbé. Et contrairement à ce que vous prétendiez dans l'émission, le communautarisme (qu'il soit pro ou anti juif, pro noir ou pro blanc), c'est l'inverse des "Hussards de la République", c'est l'inverse de la laïcité.

Quand Freche dit "je peux pas être taxé d'antismétisme, je suis un ami d'Israël", il dit une enorme connerie.Il mélange tout. On peut parfaitement être reservé sur son sionisme exacerbé ou celui de tout autre) sans être antisémite d'ailleurs, loin de là.

J'insiste mais peu importe que ses propos soit anti noir ou pro blanc, ils stigmatisent toujours une communauté, un aspect communautaire (le summum, c'est quand même "les français ont élu un président Juif, et en plus Kouchner est au quai d'Orsay".
Moi, cette phrase là, elle me fait frémir.
Entièrement de votre avis Cyrille.

Cette vision très communautaire est en opposition flagrante avec les valeurs universalistes de la République Française. Là où Frêche voit des juifs et des non-juifs, un vrai républicains ne devrait voir que des hommes, que des citoyens. Frêche s'inscrit donc dans une pensée communautaire qui est une manière très vicieuse de détruire l'idéal politique français par une fragmentation de la population des citoyens en juifs/non-juifs, musulmans/non-musulmans, homme/femme, homosexuel/hétérosexuel, Paris/province, que sais-je encore.

Sous couvert de vouloir appliquer une politique égalitaire ou en se réjouissant de l'accession au pouvoir de quelqu'un qui a de vagues origines juives, Frêche participe au renforcement de ces catégories comme grille de lecture pertinente de la société.

Là où ces questions d'appartenances communautaires ou particulières devraient être des non-questions, les communautaristes les renforcent en paraissant les dénoncer. Je crois par exemple que les combats pour les droits spécifiques des femmes, des homosexuels ou des noirs participent paradoxalement à la destruction des droits de l'homme et de l'idéal universaliste. Si les noirs ou les homosexuels sont bien des hommes comme les autres, alors il suffit de réaffirmer les droits de l'homme, un point c'est tout.

D'ailleurs le sionisme ou le philosémitisme de Frêche me fait penser au discours de Haenel dans l'émission D@ns le texte de cette semaine. http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2730

Qu'un président ou qu'un ministre soit juif n'est pas plus pertinent que de savoir s'il est grand ou petit, gros ou mince, blond ou brun, moustachu ou non, etc. Sauf bien évidemment si celui-ci revendique de pratiquer une politique juive, une politique de noir ou une politique de femme.

Bref, la réponse républicaine, c'est de se foutre comme d'une guigne de savoir d'où les gens viennent ou à quelle "communauté" ils peuvent bien appartenir, c'est de les considérer fraternellement, c'est-à-dire considérer qu'il n'y a pas de différence méritant d'être soulignée entre eux et vous.

C'est là que bât blesse dans ce discours "pas Frêche".
Vous délayez vos préjugés sur Frêche. Votre raisonnement devient scolastique. Vous niez les arguments qui vous déplaisent. Si vous connaissiez mieux Montpellier vous sauriez que c'est justement parce que sa façon de gérer politiquement les diverses communautés locales procède d'une laïcité républicaine à l'ancienne qu'il a été pris pour cible, depuis 2002, par les quelques groupes religieux intégristes que l'UMP locale a instrumentalisés, avec succès, pour le battre aux législatives. Mais à quoi bon discuter si votre point de vue sur cet homme est désormais figé?
Mon point de vue n'est jamais figé et je n'ai pas de préjugés sur Frêche.

Par contre vous m'invectivez en disant que je "délaye" mes "préjugés, que mon raisonnement devient "scolastique", que je "nie" les arguments qui me "déplaisent". Bref uniquement des attaques périphériques ou ad hominem ou quelques procès d'intention. Jamais, en somme, vous ne répondez sur le fond.

A vos yeux la seule explication de mon opinion, que vous ne partagez pas, vous semble être ma méconnaissance du terrain. Soit un argument d'autorité pour finir.

En effet, si vous en restez là, à quoi bon discuter...
Bravo, Julien D, pour cette analyse de l'expression du communautarisme qui est pour moi un des tout premiers ennemis de la République!
Je crois par exemple que les combats pour les droits spécifiques des femmes, des homosexuels ou des noirs participent paradoxalement à la destruction des droits de l'homme et de l'idéal universaliste. Si les noirs ou les homosexuels sont bien des hommes comme les autres, alors il suffit de réaffirmer les droits de l'homme, un point c'est tout.

Quand le constat est fait que les droits diffère en fonction d'une appartenance, il est utile de le pointer pour prévenir cette distorsion avant qu'elle ne pèse sur d'autres membres du groupe concerné, ou pour l'identifier et la reconnaître. C'est pourquoi je ne comprends pas votre volonté de gommer une caractéristique primordiale : la systèmatisation d'un droit bafoué à tous les individus ayant une similitude notoire, même si ils ne sont pas des individus réductibles à cette similitude. C'est un peu "cacher ce sein que je ne saurais voir". C'est reporter sur l'autre le problèmes qu'il pose à soi. Pour mieux me faire comprendre, je vois ça comme par exemple si vous aviez demander aux noirs d'Afrique du sud de pas dire que c'est en tant que noirs qu'ils voulaient la fin de l'apartheid, mais juste en tant qu' êtres humains. D'accord mais c'était le problème des blancs de déconsidérer les noirs en moins qu'un homme ayant des droits, pas celui des noirs.
Quand le constat est fait que les droits diffère en fonction d'une appartenance, il est utile de le pointer pour prévenir cette distorsion avant qu'elle ne pèse sur d'autres membres du groupe concerné, ou pour l'identifier et la reconnaître.

Oui mais sans adopter ce cadre de lecture pour autant. Le fait qu'il y ait un « constat [...] que les droits diffèrent en fonction d'une appartenance » ne doit pas conduire à défendre un cadre spécifique et respectant ces clivages indus, mais à réaffirmer l'universalisme des droits en question. Ce qui n'empêche absolument pas de combattre les discriminations débiles, bien au contraire.

C'est pourquoi je ne comprends pas votre volonté de gommer une caractéristique primordiale : la systématisation d'un droit bafoué à tous les individus ayant une similitude notoire, même si ils ne sont pas des individus réductibles à cette similitude. C'est un peu "cacher ce sein que je ne saurais voir". C'est reporter sur l'autre le problèmes qu'il pose à soi.

Je ne comprends pas bien ce que vous écrivez là.

Pour mieux me faire comprendre, je vois ça comme par exemple si vous aviez demander aux noirs d'Afrique du sud de pas dire que c'est en tant que noirs qu'ils voulaient la fin de l'apartheid, mais juste en tant qu'êtres humains. D'accord mais c'était le problème des blancs de déconsidérer les noirs en moins qu'un homme ayant des droits, pas celui des noirs.

Mais oui, c'est en tant qu'êtres humains et non pas en tant que noirs que le combat est légitime. Penser en terme de noirs ou de blancs c'est l'affaire des racistes, laissez leur ce cadre de pensée nauséabond. N'adoptez pas leur vision des choses en revendiquant des droits en tant que groupe humain particulier mais défendez un discours universalisable. Ce point me semble crucial.
J'ai oublié des mots alors c'est vrai que c'est pas clair!
Ce qui me dérange c'est que vous reprochez aux femmes, aux noirs etc. de revendiquer des droit en tant que femmes, que noirs... Si il y a un moment et un seul où on peut mettre en avant son identité et pas seulement sa qualité d'être humain, c'est bien celui là, quand on doit se défendre et revendiquer un droit perdu à cause de cette identité. Le reste du temps cela fait juste partie du décor d'être comme ci ou comme ça. Dans ces moments ça fait partie de la manière de se défendre et ça aide à ne pas se remettre en cause à tort.
Et le communautarisme (mot ignoré du dico) ne s'appuie pas sur les individus qui défendent leurs droits, mais existe à cause d'individus qui cherchent à inféoder d'autres individus au nom d'une particularité (qui créerait selon eux une appartenance à un groupe primant sur l'appartenance aux groupes des êtres humains, certes, nous sommes d'accord). Gommer les différences ne lutte pas contre le communautarisme mais semble l'exacerber, d'où la difficulté de votre position. De plus il existe des cas où le communautarisme est en dehors de toute discrimination et revendication d'une communauté, qu'en faites-vous?

Désolée, le premier message était écrit trop vite pour cause de repas, celui-ci encore plus vite car hier soir ma réponse s'est volatilisée pour cause de coupure d'internet et ce matin j'essaie de retrouver mes idées mais je n'ai pas le temps de fignoler.
"Gommer les différences ne lutte pas contre le communautarisme mais semble l'exacerber, d'où la difficulté de votre position."

Je ne pense pas qu'il faille gommer les différences mais qu'il faut surtout les négliger. Essayez par exemple d'exacerber dans votre milieu professionnel vos spécificités, dite aux gens qui vous entourent que vous êtes de Limoges et que la cuisine de Limoges est spéciale, est tellement différente que personne ne peut comprendre à moins d'être limousin. Dite leur aussi que votre enfance fut très particulière, très spécifique, très limousine. Revendiquez donc des droits en tant que Limousin et vous verrez.

Les gens qui vous entourent se sentiront exclus par votre discours et ils se diront : "Merde alors, moi je suis normand. Nos vaches et nos chevaux sont les meilleurs et rien ne vaut le calva." Et peu à peu, ils se diront : "j'emmerde les limousins et je revendique les mêmes droits et les mêmes spécificités de traitement que les limousins".

Bref on peut multiplier à l'infini les exemples qui mènent à la guerre de tous contre tous.

P.S.
c'est exactement ce mécanisme qui explique selon moi l'apparition du CRAN, de SOS racismes, des luttes féministes, des positions du CRIF et récemment des gens qui luttent contre le racisme anti-blancs. Tout ce petit monde abandonne les valeurs universelles pour défendre des intérêts particuliers. On courre à la catastrophe avec tout ce bazar et les Bretons vont bientôt poser des bombes pour récupérer le Mont Saint-Michel dans leur région.

Quel gâchis !
Disons qu'il faudrait peut-être préciser ton propos.

Si du jour au lendemain, je chausse de nouvelles lunettes qui me font voir le monde comme universaliste, et gommant toute différence entre les gens : paf, du jour au lendemain, je ne vois plus que des êtres humains, tous différents certes, mais sans plus aucune catégorisation ou communauté, hop, de l'Homme Universel et rien d'autre.
Mais alors du coup, comme par magie : le sexisme et le racisme disparaîssent ! (à l'Assemblée Nationale, hop je ne vois que des êtres humains, plus de problème de sous-représentation des femmes, ou des noirs).

Or bien évidemment, ce n'est pas ce que tu veux dire. Donc faudrait le formuler de manière à éviter toute confusion. Si je te suis bien, par exemple, on peut lutter pour le féminisme, de deux manière : lutter pour les femmes en tant que groupe de défense des femmes, ou lutter pour que les femmes soient considérées comme êtres humains sans distinction. Dans le second cas, il s'agit bien toujours de féminisme et d'une lutte qui part d'un groupe différencié parmi les humains, mais c'est la perspective et le mode d'action qui change complétement.

C'est ça ?
Ouaip, c'est ça.

Mais du coup, il n'y a plus de "spécialisation" dans un combat particulier, ni besoin de créer une association par couleur de peau ou tout autre critère....
Niveau féminisme, ca relève du « dilemme de Wollstonecraft ».
Le problème cher Julien, c'est que les êtres subissent des discriminations à raison de l'une de leurs qualités particulières, parce qu'ils sont des femmes, des noirs, des juifs, etc.

Ensuite la nature des discriminations subies ne recouvre pas toujours des réalités similaires chez les groupes susmentionnés. Les noirs par exemple réclament la possibilité d'être traités à égalité avec les blancs. Chez les femmes tu retrouveras aussi une revendication égalitaire de même nature, mais s'en écarte aussi à plueisurs titres :

- non seulement elle ne visera pas les mêmes types de discrimination (la femme revendiquera par exemple le partage des tâches ménagères, en plus de l'égal accès aux professions de toutes sortes ou l'équivalence des salaires - que tu pourrais retrouver chez les noirs)
- mais aussi des revendications de type spécifiquement féminin, comme le contrôle de la reproduction (liberté sexuelle, pilule, avortement).

Les causes comme les conséquences des comportements discriminatoires ne sont pas les mêmes en fonction des groupes et nier cette réalité revient à nier la possibilité d'un débat sur des questions spécifiques telles que la reproduction (pour les femmes), justement, ou les droits civiques (pour les noirs américains des années 60 par exemple).

Que l'universalisme soit le fondement idéologique de toute revendication je te l'accorde et ne conçois d'ailleurs pas de lutte égalitaire en dehors de ce schéma, mais tu ne peux nier qu'il existe autant de discriminations spécifiques qu'il existe de groupes sociaux discriminés. Nier ce fait oblitère la possibilité d'une discussion ouverte sur des points qui ne vont pas de soi (comme l'avortement par exemple).

Par ailleurs comme je te l'ai dit le combat féministe ou antiraciste s'est déroulé, avant de devenir spécifique, dans le cadre d'autres luttes, plus générales, comme celui de la lutte des classes. Les liens entre féminisme et socialisme sont à la fois étroits (projet humaniste) et distendus, le parti communiste faisant systématiquement passer à la trappe toute discussion sur les droits des femmes censés advenir miraculeusement de la réussite du projet social commun. Bien sûr. Comme si l'affirmation de l'égalité entre les hommes suffisait à assurer l'avènement d'un monde dans lequel la portion féminine du corps social aurait autant de droits que son pendant masculin dans l'univers communiste réalisé.

Entre passion, désamour et divorce, le chemin ne fut pas long, et je t'invite à consulter les actes de ce super colloque organisé à l'UNESCO en 1983.

Même démarche pour de nombreux noirs américains des années 1930, adhérant au parti communiste car persuadés que la lutte des classes accélérera l'émergence d'une société nouvelle dans laquelle les noirs ne seraient les inférieurs de personne. Chester Himes le décrit brillamment dans La croisade de Lee Gordon, et Richard Wright en fait de même dans la suite de son autobiographique Back Boy, Une faim d'égalité - tous deux de sublimes romans.

Je crois que le problème ne réside pas tant dans le fait qu'il existe des luttes spécifiques. Le problème se loge bien davantage dans la conception qu'on les minorités de la signification de leurs droits, destinés à servir le corps social tout entier, et non pas les privilèges ou les susceptibilités de groupes sociaux déterminés. On passe donc de l'égalitarisme à "l'antisexisme" ou à "l'antiracisme", et c'est là, à mon sens, que le bât blesse.

Ce glissement conceptuel s'est opéré lentement, accompagnant l'échec relatif des combat égalitaires et l'émergence d'une société ou chacun est victime, phénomène qui se combine lui-même au politiquement correct obligatoire. Bref, je ne suis pas sociologue mais je pense qu'il faudrait creuser dans cette direction, s'attaquant aux dérives accompagnant une reconceptualisation corporatiste des droits de l'homme bien davantage qu'à l'existence effective de luttes spécifiques qui me semblent demeurer nécessaires.
Concernant l'Afrique du Sud, c'est justement parce que un Mandela n'a pas eu de réaction communautariste (y compris en s'opposant à sa propre communauté) à sa prise de pouvoir que ce pays a connu une transition post-apartheid beaucoup moins violente que ce qu'on n'aurait pu craindre

voir à ce sujet Invictus d'Eastwood

Cette vision très communautaire est en opposition flagrante avec les valeurs universalistes de la République Française. Là où Frêche voit des juifs et des non-juifs, un vrai républicains ne devrait voir que des hommes, que des citoyens. Frêche s'inscrit donc dans une pensée communautaire qui est une manière très vicieuse de détruire l'idéal politique français par une fragmentation de la population des citoyens en juifs/non-juifs, musulmans/non-musulmans, homme/femme, homosexuel/hétérosexuel, Paris/province, que sais-je encore.



Bref, la réponse républicaine, c'est de se foutre comme d'une guigne de savoir d'où les gens viennent ou à quelle "communauté" ils peuvent bien appartenir, c'est de les considérer fraternellement, c'est-à-dire considérer qu'il n'y a pas de différence méritant d'être soulignée entre eux et vous.


Permettez moi de douter de votre notion de "réponse Républicaine" et de votre notion de fraternité.
Pour moi et jusqu'à ce que quelqu'un arrive à me prouver le contraire, nous sommes tous différents, mais on peut nous regrouper (nous classifier) et l'on peut appartenir à plusieurs sous-ensemble d'une population.

Et la meilleure réponse que la République aie à donner à ça n'est pas de gommer ou d'ignorer ce fait, mais bien d'en tenir compte pour que l'on vive ensemble avec nos différences. Pour moi la fraternité c'est pas tous pareil, mais tous ensemble!
"Et la meilleure réponse que la République aie à donner à ça n'est pas de gommer ou d'ignorer ce fait, mais bien d'en tenir compte pour que l'on vive ensemble avec nos différences."

Mais on n'arrête pas d'en tenir compte ! C'est exactement ce que fait Besson, tous les jours.

A tel point que l'on souligne toujours ce qui nous divise et jamais ce qui nous rassemble. Bien évidemment que tout le monde est différent, bien évidemment tout le monde est né quelque part, chacun son village et son clocher, mais à un moment - et ce moment là est un moment républicain - on en fait abstraction : on mange ensemble, on fait des enfants ensemble, puis on s'interroge collectivement sur la façon de les éduquer, on définit collectivement un projet de société, bref on forme un communauté ouverte, basée sur des principes de dialogue, d'élaboration collective et de valeurs universelles.

Et on ferait bien de chanter plus souvent avec Brassens : "la ballade des gens qui sont nés quelque part"

http://www.dailymotion.com/video/x1n3ap_brassens-ballade-des-gens_music

(à partir de 4 minutes 54')
Bonjour julien d. merci pour ce que vous dites dans vos interventions, on respire (enfin moi je respire). Un bisou pour le cadeau Brassens. emmanuelle
Oui, pénible: on ne peut pas être plus philosémite que Frêche. Le prétendre antisémite, c'est non seulement absurde (demandez aux représentants de la communauté juive de Montpellier qui n'en finissent pas de protester, depuis une semaine...) mais insultant pour sa famille dont la maison de Puylaurens, pendant la guerre, était l'un des refuges d'où les juifs persécutés par les nazis fuyaient en Espagne.
La vertu n'est pas héréditaire et rien n'est plus proche de l'antisémitisme que le philosémitisme.
Vous voulez qu'il soit antisémite? Comme il vous plaira.
Vous êtes vraiment un champion de la nuance !

On peut se tromper, on peut faire des erreurs et croyant défendre une cause juste contribuer ainsi à aggraver la situation. Peut-être que Frêche est dans ce cas. Je ne sais pas du tout si Frêche est antisémite et je m'en fous un peu. Par contre il a un discours communautaire explicite dans de nombreuses interviews et ça, c'est, selon moi, néfaste.

La vertu n'est pas héréditaire et rien n'est plus proche de l'antisémitisme que le philosémitisme.


C'est sûr qu'avec ça vous êtes un champion de la nuance itou.
Je ne dirais rien sur le fond, je relevais juste l'aspect comique de la phrase sentencieuse assénée au détour d'un message puis soutenue plus bas par un "champion de la nuance" adressé à votre contradicteur.
Rien d'ironique non plus, j'ai vraiment ri.
j'avais remarqué ce paradoxe et vous avez raison. Mais c'est un peu la réponse du berger à la bergère. J'ai développé plus haut une longue argumentation balayée par quelques remarques assez vides de monsieur Rollat donc après, je m'adapte et j'assène aussi, sans nuances.

J'insiste mais peu importe que ses propos soit anti noir ou pro blanc, ils stigmatisent toujours une communauté, un aspect communautaire

Les noirs ne sont pas une communauté, pas en France. A mon humble avis, ceux qui pensent le contraire se trompent.
L'apparence physique ne suffit pas pour en faire une.

Et en plus Frêche n'attaquait pas vraiment les noirs dans ces propos. Plutôt, les "non-noir" ... Mais cela ne change pas grand chose dans le fond; les propos restent déplacés.

Au départ, je me disais que le PS, égal à lui même, était à côté de la plaque. Qu'on se moquait complètement que Laurent Fabius ait une tronche catho ou pas catho. Que ce n'était pas si grave. Qu'il fallait arrêter avec les confusions entre origines et religions. Qu'étant agnostique, Fabius s'en remettrait.

Mais finalement, l'intervention de Paul Alliès m'a convaincu qu'en effet ce n'était pas plus mal de se "débarrasser" de Frêche.
Qu'on arrête de nous faire perdre notre temps avec ces personnes sournoises, vivants de petites phrases à polémique.
Je parlais de sa "prestation" concernant Sarkozy, Kouchner, les juifs.

J'aurai parié pour le sujet, voila, le buzz de l'actu dominante, creuse, vide, minable.



Freche et BHL, mais en quoi méritent t ils qu'on s'y attarde ? ...



Je me permet de citer JulienD qui avait parfaitement decrit cet état de fait dans le forum de la semaine derniere:


Citation:JulienDLe problème devient épineux quand le contenu médiatique s'appauvrit jusqu'à se rouler dans la fange et c'est la limite du projet @sien : si demain l'ensemble des médias racontent des blagues Carambar à longueur de papier et d'antenne, que faites-vous ? Allez-vous commenter les aventures du prince Jean et passer sous silence ce que les médias ne disent plus ? Un reproche tout à fait dans cette veine est venu des @sinautes concernant le non traitement du coup d'État au Honduras.


Voila Frèche et BHL, c'est de la blague Carambar.



Quand aura t-on droit à une émission avec du fond ? Bon pas l'Amerique latine, on a compris, le patron a dit NON, meme si on (enfin je) n'a pas bien compris pourquoi (sauf que Chavez est un peu comme Poutine et Amadhinedjad... et puis c'est tout)



Mais je sais pas la crise monétaire avec Jacques Sapir, Fréderic Lordon (Aïe un adepte de Bourdieu) et Pascal Salin par exemple (cherchez l'erreur), l'islamophobie et le nationalisme en France,



Aujourd'hui, je ne regarde plus la télé. Du temps ou je regardai ASI TV, j'avais l'impression de ne pas regarder la télé. Il y avait de l'impertinence par rapport aux programmes ordinaires. Aujourd'hui, c'est exactement le contraire, j'ai parfois l'impression, sur ASI, de regarder la télé, il n'y a plus ce contraste sur le web.



Bon faites quelque chose svp... parce que la vraiment...ça devient pénible



Vous me direz du moment qu'il y en a que ça interesse..



On est là typiquement dans le journalisme à la mode de Marianne: on est en droit de se poser la question de savoir comment est-il possible que ce niouze pipolitiquement "incorrect" tellement friand d'improbables "révélations" n'est pas même réussi à débusquer le lièvre Botul!

Comme le dit Blague Carambar, ça devient pénible...
Je n'aurais pas mieux dit : je voudrais aussi voir une web-tv aussi bien faite qu'arretsurimage.net mais avec des émissions qui annoncent, critiquent, décryptent, etc... uniquement des actualités qui ne sont pas reprises par les autres médias (ou alors des mois plus tard).

Sauf que ce n'est clairement pas le postulat de départ d'@SI : il n'y a pas tromperie sur la "marchandise"...

Pourtant, le résultat est si proche de ce désir d' "alter-info-web-tv" qu'on est tenté de critiquer les choix de la rédaction d'ASI.
Bien que ce soit des web-tv engagées qui ne traitent pas en particulier du décryptage médiatique:

au Canada, il y a ça
aux USA il y a ça

Sinon je partage complètement:
@SI sur la forme et Acrimed, sur le fond ? On s'abonne ou ?

@SI sur la forme et Acrimed, sur le fond ? On s'abonne ou ?


Diplo-TV ? Je signe tout de suite ! :)


@SI sur la forme et Acrimed, sur le fond ? On s'abonne ou ?


Diplo-TV ? Je signe tout de suite ! :)


Et vous tombez parfaitement dans le point 3 exposé dans cet article:
http://www.internetactu.net/2010/01/06/danah-boyd-ce-quimplique-de-vivre-dans-un-monde-de-flux/

Ce qui me dérange le plus avec ceux qui sont resté acro du Diplo et d'Acrimed, c'est qu'ils ont oublié de s'ouvrir. On a l'impression de revoir le temps de l'URSS où les méchants médias occidentaux mentaient sur les pays de l'est.
Je suis sorti de l'émission avec une opinion plus nuancée sur le cas Frèche qu'avant de l'avoir vu. Rien que pour ça, ça valait le coup.
L'attitude de Birenbaum qui défend systématiquement son copain Alliès, celui-ci refusant d'être un tout petit peu interrompu par son contradicteur, donc de débattre (il est vraiment homme politique, lui?), m'énerve. Elle me pousserait presque, bien malgré moi, vers Frêche.
Ah oui je défends Alliès, vous êtes vraiment un téléspectateur attentif...

Ah oui je défends Alliès, vous êtes vraiment un téléspectateur attentif...


Faut l'excuser, il a eu la berlue. Comme de nombreux forumeurs (j'savions point que c'était contagieux).

L'attitude de Birenbaum qui défend systématiquement son copain Alliès, celui-ci refusant d'être un tout petit peu interrompu par son contradicteur, donc de débattre (il est vraiment homme politique, lui?), m'énerve.



Ah ben merde alors, je ne suis pas le seul à avoir eu la berlue !
Tous les commentaires que j'ai eu le courage de lire sur "l'affaire FRECHE" relèvent du traité de la sodomioe des diptères par des jean-foutre dont leur seul plaisir est la logorrhée.
Pour guy B.il serait souhaitable, pour donner un peu de crédit aux faits traités dans"le franchissement de la ligne jaune",
-qu'il s'abstienne de prendre parti dans les débats.
-qu'il soit sobre dans ses gestes (il y a des moments où il me fait penser à un acteur de l'émission TV" au theatre ce soir".

Pour conclure je suis d'accord avec certaines observations faites sur les sujets traités par Asi:je trouve vos sujets dans le style "veillées des chaumières";Je suis un lecteur assidu depuis 50 ans du CANARD;
Merci ! Au théâtre ce soir était mon émission favorite. Au fait, j'aime aussi beaucoup les deux vieux du Muppet Show !
Franchement, même si le sujet est intéressant, je n'ai plus envie d'écouter la suite.
Des personnes qui se coupent sans cesse la parole, (y compris vous, M. Birenbaum!)
c'est non seulement une impolitesse mais en plus c'est inaudible....
Donc, cultivez la patience que l'autre ai fini, ou alors montrez qui est le chef...

Franchement, même si le sujet est intéressant, je n'ai plus envie d'écouter la suite.

Des personnes qui se coupent sans cesse la parole, (y compris vous, M. Birenbaum!)



Ah ben merde alors, je ne suis pas le seul à avoir eu la berlue !
Une très mauvaise animation du débat.
Une orientation et un parti-pris malsain sous couvert d'un franc parler agaçant, qui ne fait apparaître aucune part de vérité supplémentaire.
On coupe la parole, on parasite la pensée des intervenants.

Du mauvais interview. Dur d'aller au bout de cette émission. Surveillez-vous.
Sur un autre ton.
un ton ferme. Sans malveillance.

A la hauteur des attentes que vous avez pu susciter grâce à certaines magnifiques émissions que vous avez pu faire.

Sur celle-ci, vous n'étiez à mon avis pas bon, ça arrive.
un ton normal suffit.
Inviter quelqu'un sur l'actualité avant d'aborder le thème de l'émission est intéressant (oups j'espère que c'est nouveau dans la Ligne jaune :))

La question de Guy — quel éditeur a pu laissé passer ça — est très intéressante, ça m'étonne que personne ne l'ait encore dit : c'est porter le regard d'@SI, le site, sur un autre média que l'audiovisuel. Un domaine que Guy connait profondément, Daniel pas mal (il a écrit des livres, non ?), Judith aussi évidemment. Pour parler de nos trois présentateurs.

Est-ce qu'@SI devrait faire une émission sur le livre ? Un « vite dit » ? Rien ?
OUPS! Jacqueline Rémy et pas Aude Lancelin!....
Aude Lancelin, voyons...Aude Lancelin... Mais!... C'est encore une journaliste de "Marianne"!!!
Décidément, ça devient une habitude!
Et de quatre à ma collection "Ligne jaune"!
Demain, un "post" relatif à cette émission de "La ligne jaune" sur Marianne2.fr?
Vous avez un deal?...
C'est étonnant cette conclusion de Jacqueline Rémy sur le personnage : son narcissisme, son immaturité, son goût pour la démesure, etc. Par bien des aspects, cette analyse pourrait s'appliquer exactement à Nicolas Sarkozy, lui aussi habitué des dérapages verbaux. La question posée est encore celle du type anthropologique de l'homme politique moderne. Dans la continuité de la ligne j@une précédente.

Ce que dit Paul Alliès est également à creuser. En disant que Frêche détruit le politique par son système, il produit une analyse qui, au-delà du personnage de ce gros tyran immature et provocateur, pose la question de l'évolution de l'ensemble de la vie politique française.

Et, n'en déplaise à Alain Rollat, on est bien loin de Jaurès ou de Victor Hugo.
Bonjour
Dites moi si j'ai été trompé, Mr L. Fabius n'a-t-il pas déclaré auparavant qu'il ne voterait pas Mr G. Frêche s'il avait à voter dans le Languedoc, car personne dans l'émission n'avance que ce serait une réponse au propos de Mr L. Fabius.
J'ai trouvé detestable la manière du journaliste animateur et distributeur de la parole.... Son parti pris affiché, sa manière de pousser l'interlocuteur à répondre vite court et sans explication... je croyais que ce n'était pas la déontologie de cette émission....
Pas d'écoute, interruption, voix exagérément forte , jeux de lunette, mimiques faciales INSUPORTABLE comme dirait coluche
bonjour la ligne jaune!!!!
Frêche,ce soir sur canal+: un monstre de mépris et de suffisance.Comment peut-on voter pour ce personnage ?
Alain Rollat me fait rigoler avec les actes de Frêche. Ça me rappelle les actes de Médecin à Nice, ceux de Deferre à Marseille, ceux de Balkany à Levallois;

Les tenants d'un "système féodal local" mettent toujours leur bilan en avant. Même contre toute évidence.
<<dans les dernières minutes de l'émission, nous vous recommandons d'éloigner les enfants !..

Enfin, était-il vraiment pertinent de montrer ces photos de Georges Frêche nu à l'écran ?
Se faire mystifier par un personnage fictif, c'est comme croire au Père-Noël...!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.