18
Commentaires

Carlos, les nounours et Konrad Lorenz

Derniers commentaires

Reste à voir si la montée de l'obésité aux Etats-Unis se traduira par un gros mouvement pacifiste.... (j'extrapole trop? ah pardon... :-S)
Merci Sébastien Bohler de nous donner les définitions des mots que vous employez comme "éthologue (spécialiste du comportement)" , pour plus de lisibilité et dans le but de nous instruire, puis-je vous suggérer de faire suivre chacun des mots que vous employez de sa définition ?
bonjour

Je suis extrèmement étonnée de voir que la mort de Carlos ait fait l'ouverture du journal télévisé : J P Pernault n'avait-il plus de reportage sur la pêche à la truite ou sur des collectionneurs de lacets ?

Je ne discuterai pas l'attachement des gens à Carlos : il me rappelle les émissions de Maritie et Gilbert Carpentier quand j'étais petite qu'on regardait en famille. Sans plus de nostalgie.

La thèse que vous exposez me laisse dubitative : je suis en surpoids moi-même et franchement je n'ai pas constaté que les gens venaient vers moi plus facilement. Au contraire, quand on est gros, on est rejeté car les problèmes de poids sont vécus comme une sorte de maladie qui serait transmissible. La plus part du temps, les réactions sont : "Elle se laisse aller", " aucune volonté", "elle devrait faire du sport" ... Pour des artistes comme Carlos, on rentre dans une dimension "Clown" et les comiques "beaux" on n'en trouve pas. Votre théorie peut alors dans ce cadre fonctionner. Côté Nounous rassurant, mais également "il est gros donc il n'est pas comme moi spectateur", "il va me raconter des situations cocasses de drague, et autres situations sordides prêtant à rire", etc . L'étude que vous évoquez parle-t-elle de l'exclusion vécue par les enfants obèses, des quolibets, des moqueries en cours de gym ... C'est ça le quotidien d'un gros. Remarquez : un nounours, un doudou : on dort avec mais on ne l'exhibe pas dehors !!!
Cette chronique qui, sous prétexte d'analyse comportementale, dépeint Carlos en bon gros nounours attendrissant, simple et drôle (!?), tient du foutage de gueule.
Carlos était un beauf (cf. les blagues racistes évoquées par Franck M.), un habitué des nuits parisiennes et des escapades à Saint-Trop', qui se tapait grave du sort du bon peuple, comme l'a d'ailleurs prouvé sa totale et dernière adhésion au programme de destruction sociale de Louis XIV.

Vous vivez encore dans le monde merveilleux de Walt Disney, Sébastien Bohler. Votre bouille ronde et joviale, votre sourire candide, vous rattachent à une enfance sur laquelle vous avez beaucoup de mal à tirer un trait (moi aussi, je suis capable, à partir de peanuts, de tirer des conclusions à la con).
Seulement voilà, le fils de Françoise Dolto n'était pas Baloo, l'ours anthropomorphe, pas plus que Teddy Bear, cette gentille peluche lisse et idéalisée, complice de nos émotions infantiles.
C'était un être de (pas mal) de chair et de sang, adulte et politiquement engagé. Le présenter comme un personnage unanimement apprécié du fait de son aspect physique, est une tromperie.
S'il vous était apparemment sympathique, d'autres ne jugent pas les humains selon leur corpulence ou leur taille (encore que moi, les petits...), mais en fonction de leurs qualités morales.
N'a-t-il pas passé plutôt l'arme à droite? si j'en crois les images le montrant parmi les soutiens au meeting de Nicolas Sarkozy lors de la dernière campagne pour l'élection présidentielle... Imaginez un peu que les bandes de banlieue puissent maintenant s'inviter dans une fête comme celles que donnait feu Eddy Barclay! Gros nounours ne dort que d'un oeil...
D'accord avec tout ce que vous dites sur l'aspect gros bébé qui attire la bienveillance et qui plaît, mais pour plaire le bébé doit d'abord être *de bonne humeur* !! un gros ronchon n'a jamais attiré personne !! ce qui a fait le succès de Carlos, ce ne sont pas seulement ses rondeurs mais *l'association* rondeurs+bonne humeur : les deux font la paire, un duo de choc !
Ce Carlos ne m'a jamais été sympathique . Je l'ai toujours trouvé ininteressant , pas drôle du tout , artistiquement débile avec ses chansons niaises. Ce n'est pas pour autant que je souhaitais sa disparition. Certes non .
Mais de grâce , M.Bohler , épargnez nous le côté larme à l'oeil qui serait censé nous émouvoir ou nous attendrir sur ce personnage , simplement parcequ'il est mort. Puisque vous faites dans le "gros" , la mort de Raymond Devos m'a ,elle , vraiment attristée .
Et y'a pas une étude qui montre que les blagues grasses et racistes attirent la sympathie des masses ? Il en était un parfait exemple, non ?
"J'ai eu un moment d'étonnement en apprenant que Carlos nous avait quittés. Je me suis fait la réflexion que je n'avais pas imaginé ce gaillard passant l'arme à gauche. Il y avait en lui quelque chose de lisse sur lequel le temps ne pouvait avoir prise. On ne l'avait jamais vraiment vu comme un homme vieillissant, d'où la surprise, l'incompréhension. Il faut mettre nos pendules à l'heure. Il avait 64 ans."
Sébastien, vous êtes resté bien jeune pour penser:
* que le temps s'arrête pour certains et qu'ils ne meurent pas, sous prétexte qu'ils chantent une certaine joie de vivre
* qu'à 64 ans on est vieux.Carlos aurait pu vivre de nombreuses années encore. 64 ans, c'est encore jeune.
Sur ce plan-là, votre pensée s'apparente à celle des adolescents.
Interrogée sur le succés de son fils, F.Dolto avait fait le rapprochement entre le physique de Carlos et celui du nounours de l'enfance qui rassure.
Dites, (rien à voir avec votre chronique) pourquoi vous avez disparu de la page http://www.arretsurimages.net/chroniques.php ?
Merci Sébastien Bohler, en plein forme !
En voyant les formes plus que pleines et arrondies des idoles stéatopyges voire entièrement obèses du néolithique, ou celles des courtisanes chinoises (musée Guimet) d'antan, ou même des dames de Gustave courbet, il me semble aussi que dans les temps ancien ou dans les périodes difficiles, le fait d'être gros(se) indiquait que la personne avait accès à une nourriture abondante, et donc était à envier, la plupart des gens crevant la dalle la majorité du temps de leurs (courtes) vies. Vous même Sébastien Bohler vous aviez fait une chronique sur les hanches d'un actrice américaine à ce propos (cérémonie des oscars je crois).
Est-ce que le pédomorphisme est lié ou est-ce qu'il ne s'applique qu'aux hommes, contrairement aux femmes pour lesquelles ce serait le rapport à la fécondité qui jouerait ?
Big bisou, Sébastien !
Carlos était peut être aussi LE bébé archétypal, fruit des théories et du travail de sa célèbre maman.
Je me souviens d'une chronique similaire faite par Judith Bernard dans une émission d'arrets sur image l'année dernière, à propos de Cauet. Son coté "bébé jouflu" apaisait ses invectives et autres grossièretés à la télévision. A moins que ce ne soit déjà vous qui la faisiez ? Aidez moi, j'ai un doute...
Mais alors pourquoi mes proches veulent-ils m'inscrire sur la liste d'attente des "grosses bedaines" à l'hôpital de la Pitié ? Seigneur ! Moi qui m'étais rassuré à la contemplation des gisants des tombes étrusques de Tarquinia et depuis vivais heureux...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.