396
Commentaires

Cannabis, les pour, les contre, et les autres

Aie. Situation désastreuse pour un chroniqueur matinaute

Derniers commentaires

Voici un article intéressant sur Rue 89

http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/10/16/moi-fumeur-et-acheteur-de-cannabis-bien-place-pour-vous-en-parler-236229

Bonne lecture

Bien à vous
"La trouille de la réplique de la droite." (Daniel Schneidermann)

Il y a plutôt une simple évidence tactique : pas donner du grain à moudre à l'UMP au moment où ils se bouffent entre eux et sont prêts à toutes les surenchères, en vue de leur congrès UMP. Un buzz est si vite parti...

Retour sur le buzz "plaidoyer" Peillon dépénalisation
Si vous ne connaissez pas de consommateur de cannabis qui ait fait de la prison, j'en suis.
Après deux mois de "préventive" (c'te bonne blague): une torture comme une autre pour me faire donner
des informations que j'étais censé détenir (ça n'a pas marché!). On m'a condamné à dix mois de prison ferme
pour m'apprendre à leur résister et n'avoir pas voulu baisser les yeux ni me mettre à genoux devant
l'incompétence, la morgue et la suffisance dont peuvent faire preuve certains acteurs judiciaires qui prétendent
représenter la société mais ne représentent qu'eux mêmes.
Pour infos la situation du droit des citoyens à la Santé Publique et la fracture sanitaire : Alerte de Médecins du Monde

UFC que choisir sur la fracture sociale et sanitaire : Fracture sociale et sanitaire en France

Plus généralement les problèmes quotidiens au tiers-monde mais qui arrivent chez nous "Le quart-monde" à notre porte : La faim par la spéculation et la pauvreté dans le quart-monde

A suivre .....
Jean-Marc Ayrault dit :

« Par contre, il y a une campagne à mener, et d'abord à l'école, contre la consommation excessive parce que c'est dramatique. »

Il tient vraiment à passer pour un bisounours, Jean-[s]François[/s]-Marc de Nantes ! Parce que s’il connaissait un peu mieux les ados, il saurait que plus il y a de risque plus ils y vont à donf !

Et il ajoute :

« Nous mènerons la bataille contre les trafiquants ».

Mon pauvre, ça fait des années qu’elle dure, cette bataille (enfin, que dure son affichage, parce qu’en réalité…) et on voit le résultat : à peu de choses près, rien ! Et cela pour au moins deux raisons :

- Cette économie souterraine fait vivre des banlieues qui sans ça seraient dans une misère dix fois plus grande. Et un misère dix fois plus grande, qui sait, pourrait engendrer des révoltes sanglantes.

- Et où s’approvisionneraient les merdeux des Puissants cités plus haut ?
"le cannabis (répliquent les contre) provoque de graves troubles mentaux"
est-ce que les hollandais sont gravement troublés? mais de qui se moque-t-on?
manque de grands absents au débat dont le sujet en dehors du canabis est peut être l'addiction en tant que telle et la multiplication des dépendances. La vente du tabac n'est pas interdite, et l'augmentation de son prix n'en baissera pas la consommation pour autant. Un avantage par rapport au cannabis: il rapporte à l'Etat!! Le trafic de drogue de quelque ordre qu'il soit ne lui rapporte rien, mais beaucoup à cette criminalité organisée multinationalement comme celle de tant d'autres portant sur les fruits défendus.
Quelle différence font ceux que scandalisent l'hypothèse d'une légalisation de cette drogue entre le trafic de drogues, le trafic d'oganes, l'abus de pouvoir des industries pharmaceutiques qui produisent certains poisons, la mainmise de monsanto et des industries agroalimentaires transnationales sur l'environnement agricole niant à chacun l'égalité et le droit élémentaires à l'alimentation? Affamer des populations entières en spéculant sur leurs terres agricoles, c'est moins nocif moins mortelle,que le trafic de drogue? Spéculer sur la rareté de denrées de première nécessité est pourtant "légal". Comme quoi la marge entre la dépénalisation et la pénalisation reste un no mans's land très controversé qui permet de reporter à "plus tard" les vraies questions. De ces choix autrement plus décisifs dans une seule addiction bienfaisante et légitime: le courage d'assumer et de nous impliquer dans une citoyenneté qui ne se limite pas à des discours, du "je veux" ou "je ne veux pas" "ça" mais plutôt "nous voulons cela" et "cela" fait loi parce que les citoyens sont la légitime défense d'une démocratie. La dope et les trafics annexes sont possibles sur la base de ces interdits qui finissent par en confondre beaucoup pour nous enfumer et nous faire oublier l'essentiel. Merci à Daniel de nous réveiller chaque matin pour avoir l'esprit plus clair avant que la fumée absorbe la journée
Au passage, je vous signale que le red bull est autorisé alors qu'il a pas mal de morts à sona ctif! Le canabis n'a encore tué personne que je sache...
Près de trente que je fume (la dernière fois c'était durant les vendanges, 15 jours déjà. Sigh!) et je peux vous garantir que ce qui m'a le plus
nuit, c'est le regard et la législation de la société française sur le sujet.
Avant, à ce qu'il parait, les Puissants, les Maitres, utilisaient la religion comme un "opium du peuple", afin de faire accepter à ce dernier la vallée de larmes qu'était la vie en bas de l'échelle sociale.

Et maintenant les Puissants, ainsi que quelques naïfs, veulent que "l'opium" devienne la nouvelle religion du peuple.

Mais jamais on ne posera la vraie question : pourquoi veut-on sans cesse nous gaver de paradis artificiels ?
Comment les trafiquants de cannabis, ruinés par la légalisation et la concurrrence qui va s'en suivre, vont-ils bien pouvoir faire pour maintenir leur train de vie ?
Faire la promo des drogues dures ? Commettre des braquages?
Demain sera un autre jour ! Pas la peine d'en faire le sujet de l'émission de cette semaine, ce sera déjà oublié vendredi.

Par contre, Chavez....
Y'a un truc qui semblait pas mal, mais qui - faute de moyen, et ça ne devait pas plaire à tout le monde par ailleurs - a mis la clef sous la porte : l'observatoire géopolitique des drogues ...
La dépénalisation n'augmente pas la consommation de cannabis

Des chercheurs de l’université de Californie et de l’université d’Amsterdam ont analysé l’effet de lois pénalisant la consommation de cannabis et conclurent que « les politiques sur les drogues pourraient avoir moins d’impact sur la consommation du cannabis qu’on le pense ». Leurs recherches ont été publiées dans l’édition de mai du American Journal of Public Health.
Les chercheurs ont comparé des groupes de consommateurs réguliers de cannabis dans des villes comparables, aux politiques sur le cannabis opposées –Amsterdam, Pays-Bas (dépénalisé), et San Francisco, USA (pénalisé). Outre une plus forte consommation à San Francisco, les chercheurs ont trouvé de fortes similitudes entre les utilisateurs des deux villes. Il n’y eu « aucune preuve qui soutienne que la pénalisation puisse diminuer la consommation ou que la dépénalisation puisse l’augmenter».
« Malgré l’accès fortement répandu et légal du cannabis à Amsterdam, il n’y eu aucune différence entre les deux villes en terme d’age de première consommation, d’age de consommation régulière ou d’age de consommation maximale… Nous avons également trouvé de fortes similitudes dans les modèles de consommation dans les différents contextes politiques. »
(Source : Reinarman C, Cohen PD, Kaal HL. The limited relevance of drug policy: cannabis in Amsterdam and in San Francisco. Am J Public Health 2004;94(5):836-42)
Sur la drogue, lire "Les Hommes se droguent, l'Etat se renforce" (Maspero, 1976, chez les bouquinistes ou sur Internet, assez cher).

http://www.amazon.fr/Les-hommes-droguent-lEtat-renforce/dp/285184055X/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1350307976&sr=8-1

Le titre est explicite.

Livre ardu, documenté, argumenté, violent car écrit par des militants situationnistes. On aime ou on déteste les situs, force est de reconnaître qu'ils savaient mettre le doigt la où ça fait mal.
Entendu sur le répondeur de Mermet, cette nouvelle saloperie : http://www.francetvinfo.fr/la-stupefiante-methode-anti-drogues-d-un-proviseur-des-landes_154831.html
Bonjour

En Suisse nous avons réfléchis à cette question il y a déjà longtemps. Comme nous avons la possibilité de proposer des nouvelles lois par le biais de "l'initiative populaire" (qui est une sorte de référendum d'initiative, un groupe peut proposer à votation une nouvelle loi si il y a 100'000 signatures valables qui cautionnent cette initiative), il y a eu déjà deux initiatives proposées ces 15 dernières années.

L'une de ces initiatives demandait la dépénalisation du chanvre donc du Cannabis.

L'autre demandait la légalisation de toutes les drogues illégales (Cannabis, Cocaïne, Héroïne, Ecstazy, etc.) - Initiative "Droleg"

Il y a donc eu chaque fois plus de 100'000 citoyens suisses majeurs (sur 7 millions d'habitants) pour appuyer ces demandes de leur paraphe.

Les deux initiatives ont été validées et proposées en votation et ... une majorité de suisses n'en a pas voulu.

Qui pouvait donc soutenir ces deux textes, me direz-vous ?

Et bien il y avait des personnes très raisonnables de toutes orientations politiques (sauf l'extrême droite - en Suisse UDC) majeurs mais de tous âges.

Il y avait aussi les fédérations professionnelles qui s'occupent des problèmes de dépendances et d'addiction regroupant les médecins, les psychiatres, les travailleurs sociaux, les intervenants en dépendances et les professionnels de la prévention.

Je vous mets un lien sur lequel vous pouvez trouver de l'information sur l'initiative pour la dépénalisation du chanvre ici.

Je pense qu'il est aussi utile de préciser la différence qu'il peut y avoir entre "dépénaliser" et "légaliser":
- Dépénaliser veut dire que la possession, la consommation d'une substance n'est pas illégal.
- Légaliser veut dire que dorénavant les substances deviennent légales.

L'intérêt de la légalisation des substances est clair :
- On peut étudier une substance légale;
- On peut légiférer sur sa qualité, dire quel taux maximum de THC doit se trouver ou non par gramme de produit.
- On peut taxer le produit pour financer la prévention (comme pour le tabac et l'alcool)
- On peut casser les prix - et rendre le trafic inintéressant pour ceux qui le pratiquent aujourd'hui.
- Les produits peuvent être vendues en magasin et un âge minimal peut être imposé.
- Les messages de prévention sont plus clairs, tabac - alcool - et autres psychotropes sont des substances à ne pas consommer à la légère)

Voyons maintenant les mauvais côtés :
- Les sommes colossales du narco-trafic pourraient baisser
- Cet argent diminuerait sur le marché des changes
- L'achat d'armes souvent financé par cette manne diminuerait (ce qui pourrait être mauvais pour l'emploi)
- Il faudrait mettre plus d'argent dans le social et la santé que dans la police et la justice

Concernant la dépénalisation de la consommation le principal avantage est de sortir du système judiciaire des personnes qui l'encombrent et auxquelles ce système n'apporte rien. On ne soigne pas une dépendance en prison. Ce travail de longue haleine se doit d'être volontaire pour la personne sinon de nombreuses études démontrent que c'est du temps perdu.

Bien à vous
René Zaslawsky
Travailleur social dans le domaine des dépendances depuis plus de 20 ans
Comme dit ( à peu près ) Bebeuss sur Twitter : les drogues douces seront toujours moins nocives que la droite dure.
Un cocaïnomane, un héroïnomane et un fumeur de joints sont dans une cellule de prison,
le cocaïnomane dit :" on se fait un rail et on défonce les barreaux les matons et on se tire de la prison"
l'héroïnomane dit :" on se fait un fix et on se laisse porter par le vent qui nous fera sortir de la prison par les airs"
le fumeur de joints dit : " on se fume un beuz et on en reparle demain?"
La pénalisation n'est pas très utile.
Oui, ce n'est pas innocent comme substance. MAIS.
Que dois-t-on faire? Mettre en prison les gens qui en consomment? Ou se demander pourquoi ils sont si nombreux? La cause profonde n'est-t-elle pas la désespérance que notre société moderne capitaliste provoque en chacun de nous? Nous poussant à tous les excés pour fuir cette horreur destructrice?

Il est plus facile de débattre et se bagarrer sur le fait de dépénaliser ou non - gesticuler en somme - plutôt que remettre en cause l'austérité, le capitalisme, le libéralisme économique, le travail, la société de consommation...

Dire qu'il faudrait tenir compte du "thermometre" des marchés et pas celui que la santé mentale des humains constitue clairement.
Moi je vis au Pays-Bas, où les vendeurs de drogue ont pignons sur rue. C'est un cauchemard. C'est pas une jeunesse qu'ils ont, c'est des hordes de zombie qui hantent les rues, prêt à détrousser l'honnête passant que je suis pour s'acheter leur gramme de shit. Un exemple parle de lui même ; ils sont tellement abrutis par les drogues qu'ils ne roulent plus en voiture (ils ne sont pas en état), ils roulent tous en vélo !!!
Fumigène ?
Santiago Roncagliolo écrivain péruvien a écrit, notamment dans le supplément hebdomadaire d’El Païs (15/07/12), un article Hora de legalizar où il explique pourquoi l’Uruguay envisage de légaliser le cannabis. « La mesure a pour partie une cause économique. Dans ce pays, la marihuana rapporte près de 75 millions de dollars par an qui vont intégralement dans les poches des mafias. Ne vaudrait-il pas mieux que cette somme profite aux paysans qui cultiveraient légalement le cannabis et paieraient des impôts ? (…) Mais l’objectif principal de la légalisation est d’améliorer la sécurité. (…) L’échec de la guerre contre la drogue est si retentissant qu’un ex-président du Mexique, Vincente Fox, des présidents en exercice comme Juan Manuel Santos en Colombie ou le guatémaltèque Otto Pérez Molina, un éminent intellectuel comme Mario Vargas Llosa, peu suspects d’être des hippies attardés, se sont prononcés pour la dépénalisation. L’argument de toutes ces personnalités est purement pragmatique : il est absurde que meurent des dizaines de milliers de personnes parce que des dizaines de milliers d’autres cherchent des paradis artificiels. » (L’Uruguay à l’heure de la légalisation)

En France, une déclaration de Cécile Duflot, juste avant les législatives, avait déclenché la salve des faux-culs moralistes, à droite surtout, mais à gauche aussi. Guaino, le bafouilleur, Bertrand, le gros méchant mou, ont tout de suite clamé : « C’est un désastre moral », «si la gauche l’emporte, il y aura légalisation du cannabis ». Mais la plus comique fut Rama Yade qui dans un amalgame hardi avait rapproché cette proposition des Verts, de celles de Peillon sur la notation et les évaluations des élèves, dénonçant une idéologie post-soixante-huitarde qui consiste à donner tous les pouvoirs aux élèves, à dire que l’enfant est roi, à estimer qu’il ne faut pas lui demander d’efforts, que le mérite ne compte pas , « le laxisme éducatif », c’est « le retour de Woodstock dans l’Education Nationale ».

L’échec de la politique répressive est pourtant patent. La consommation loin de régresser progresse ! D’après l'Observatoire européen des drogues et de la toxicomanie (OEDT) la consommation de cannabis a très largement augmenté chez les jeunes de l'Hexagone : +60% entre 2007 et 2011. La France arrive en première position en ce qui concerne le cannabis, deuxième au niveau des drogues en général. Et c’est dans une période – 2007-2011 – où les procureurs actuels de la gauche laxiste étaient aux manettes !

Mais cette chasse aux chiteux était si l’on peut dire pain bénit dans le cadre de la politique du chiffre instaurée par Sarkozy. Quoi de mieux pour les policiers, puisque, avec une seule interpellation, on obtient au tableau statistique : le délit, le coupable et une augmentation du pourcentage des affaires résolues. Elle a autorisé aussi des opérations à grand spectacle, mobilisant des centaines de membres des forces de l’ordre, sous les yeux des caméras, qui, au petit matin, se conduisent dans les quartiers comme une force d’occupation, pour un résultat quasi nul. Mais, au bout du compte, l’économie parallèle, dans ces quartiers, dits zones de non droit, ne s’est jamais mieux portée. La vie des habitants y est toujours et encore pourrie par les petits dealers. Marseille nous montre que la violence, sans atteindre heureusement les niveaux mexicains, se développe et que les BAC - Brigades d’arrestations compulsives - sont corruptibles.

Cet échec patent est-il suffisant pour abolir la prohibition ? Ça se discute, comme aurait dit feu J. L. Delarue. Mais, si possible avec des arguments, pas des slogans, des anathèmes et des amalgames douteux…

Vœux pieux, je le concède !
Pour, ce n'est pas à l'État d'interdire le cannabis, mais aux citoyens de choisir se qu'ils consomment.
Je suis pour l'interdiction du cannabis.
Et du tabac.
Et de l'alcool.
Et des jeux d'argent.
Arrêtons de faire les choses à moitié!
PS pour Daniel Schneidermann : apparemment, vous vous sentez obligé, chaque matin ouvrable, de commenter le buzz du jour. C'est-à-dire presqu'à chaque fois, selon votre propre expression, un fumigène. Etes-vous sûr que c'est ce que les asinautes attendent de vous?
ça va cassé le marché du picrate 45000 morts/an
on la vu taxe sur la bière pas sur le vin alors le cannabis, laissons les jeunes devenir schizophrène au noir plutôt que de détecter avant si il peuvent en parler.
Buvons à la santé du cannabis
Qu'est-ce qu'une drogue ?
Le besoin de penser par exemple est une drogue qui a mené certain au suicide est-ce une raison de prohiber la pensée ?
Toutes les civilisations ont eu leurs drogues et souvent leur usage était initiatique.
Une initiation initiatique aux drogues serait peut-être la solution ?
Magnifique chronique merci Daniel.
Pour être concernée dans mon entourage, je peux apporter mes "statistiques" personnelles:

Le cannabis est une drogue non "douce" mais lente, aux effets de loterie.

Une seule "fumette" peut réveiller les symptômes d'une maladie qui serait probablement restée latente, en l'occurrence la schizophrénie.

Depuis que je suis témoin de cette force destructrice pour la personne et aussi pour son entourage, je saisis toutes les occasions pour inciter les jeunes à ne pas prendre ce risque! Ce risque est vraiment vraiment trop gros!

Dépénaliser ou non, je ne sais pas. Mais ne jamais banaliser.
La guerre contre la drogue coûte probablement plus de vies que la drogue en elle-même (et je ne parle même pas des produits frelâtés qui innondent le marché). Vous avez évoqué sur ce site à plusieurs reprises la situation d'extrême violence par exemple au Mexique et en particulier à Ciduad Juárez, considérée comme l'endroit le plus violent au monde hors zone de guerre (en partie du fait de la pauvreté bien sûr, mais aussi et surtout de la corruption et de la guerre que se livrent gouvernement et mafias). Les drogues sont bien évidemment mauvaises pour la santé, même si les effets précis font débat pour le cannabis, mais ce sont surtout les citoyens des pays producteurs qui payent le prix de cette politique répressive. Et pour quels résultats ?
Bah c'est vrai qu'il n'y a jamais qu'un million de fumeurs réguliers, et 4 millions de fumeurs un peu moins réguliers. Et puis nos jeunes ne sont jamais que les premiers consommateurs d'Europe.

Alors je veux bien que ce soit un fumigène, que la finance folle qui licencie dans les usines de voiture soit un problème nettement plus grave, que le vote du traité européen ou les politiques qui font de l'évasion fiscale, ce soit méga important par rapport à ça.

N'empêche que ça reste un problème de société qu'on ne résoudra pas à coups de discours "fermes", comme on aime tant le faire en France, où l'on semble croire qu'en restant hermétique à tout dialogue, en n'autorisant aucune réflexion sur un sujet, on donne plus de valeur à notre position. C'est vrai qu'au pays du clivage idéologique gauche droite sur tous les sujets, on sent bien que les libertés individuelles, ça intéresse moyennement les politiques. Trop compliqué, trop de variables, trop de données, il faudrait s'expliquer au cours de débat au lieu de s'invectiver de "gauchistes" ou de "fascistes", faire de la pédagogie et tout le tintouin.

Non, en France, on choisit la méthode simple : à droite on est contre parce que ceux qui votent FN sont contre, à gauche on est contre parce que ceux qui votent FN sont contre, plus à gauche on est pour parce que les autres sont contre, et encore plus à gauche on est encore contre parce que c'est une méthode d'aliénation des masses tout ça tout ça. Finalement, les seuls à avoir une position réfléchie sur le sujet, ça a toujours été les verts. Dommage qu'ils se sentent obligés de passer pour des crétins dans d'autres domaines, ils auraient pu avoir une influence positive sur ce débat là.

Il faut se rendre compte que la répression ne marche pas. J'ai régulièrement entendu des comparaisons entre l'interdiction du cannabis et la prohibition aux Etats-Unis, et j'avoue la trouver pertinente. On ne résoudra pas le problème du cannabis avec cette méthode seule, c'est aujourd'hui un fait, certain et établi. Ce qui serait cool, ce serait qu'on ait des gens qui seraient des genre de représentant du peuple, qui pourrait se réunir dans des sortes de commission pour discuter sur ce genre de sujet, faire l'état de l'art, tout ça, et proposer des solutions en fonction de ce qu'on fait ailleurs et de ce qui ne marche pas ici. Après, tous les représentants se réuniraient et voteraient en leur âme et conscience, après avoir pesé le pour et le contre, pour la solution qui leur semblerait la plus pertinente.
Je m'interroge sur le fait que cet article se questionnant sur l'intérêt d'une dépénalisation refasse surface en même temps que la mise en cause de cette élue pour affaire de stupéfiants. C'est vrai que quand ce sont des petits dealeurs qui sont condamnés pour pas grand chose, on ne se demande pas si la dépénalisation du cannabis serait intéressante.
"A peine Peillon a-t-il proposé de rouvrir le débat, que la droite se déchaîne. "Gauche pétard", "shit type": vive twitter, et vive les hashtags qui tuent. Bref: plus que jamais ni pour ni contre, bien au contraire. Mais simplement, en attendant mieux, contre les contre."
Rétablie dans son contexte, la dernière phrase est ambiguë.
Il pourrait s'agir de prendre parti pour ou contre la réouverture du débat (ce qui sépare à la fois la droite et la gauche)
Daniel Schneidermann (contre les contre) serait partisan de l'ouverture d'un débat (fumigène dans les circonstances actuelles) dans lequel il nous a dit avant qu'il ne saurait prendre parti.
Daniel, vous avez une opinion, si vous n'êtes pas favorable à la dépénalisation alors vous êtes favorable à la situation actuelle qui est l'interdiction et donc l'encouragement au traffic illicite, aux matières dangereuses pour la santé introduites dans les substances afin d'en augmenter le poids et le prix.


Personnellement, je suis entièrement opposé au Cannabis, c'est la raison pour laquelle je suis favorable à sa légalisation, et à une mise en vente particulièrement contrôlée : contrôle de la qualité du produit, indication de la concentration des composants, interdiction de vente au mineur, contrôle d'identité des acheteurs (mais pas de liste tenue et conservée des acheteurs), on peut imaginer des listes de personnes interdites de consommation, comme à l'entrée des casinos, interdiction de consommation en public, consommation autorisée chez soi et dans des lieux contrôlés.
cherchez plus, si aucun gouvernement n'a envie de dépénaliser le cannabis c'est juste parce que d'une part ça diminuerait la criminalité dans nos pays, or le crime en banlieue fait partie des sujets nécesssaires à nos politiques pour faire oublier, par exemple, leur incurie, voire incompétence, à améliorer le quotidien des habitants de ces mêmes banlieues !

et d'autre part, à légaliser le cannabis, ils perdraient un max de taxes sur le tabac puisque comme le rappelait 60 Millions de Consommateurs : 1 paquet de clopes vaut 3 joints !
les économies qu'on ferait si le cannabis était légal....tout cela est parfaitement expliqué par Anne-Sophie de la Coquillette !!
"ou bien il y a a si longtemps que le souvenir s'en est depuis longtemps dissipé"

C'est bien ce qu'on vous dit !
Rigolo, je passe de la page d'ASI à celle du Guardian (au fait, on dit Gardian en anglais, pas Gwardian, jamais) et je tombe sur ça:

http://www.guardian.co.uk/politics/2012/oct/15/decriminalise-drug-use-say-experts

'decriminalise-drug-use-say-experts' s'intitule l'article.

Pas besoin de traduire.

En France, les lois sur le sujet faussent complètement toute possibilité de débat raisonnable.

Sans parler de l'attitude 'responsable' (en fait électoraliste) de bien des politiciens de tous bords.

Qu'en pense maître Eolas ?
Qu'une "simple" question d'évasion fiscale fasse réagir la droite,c'est le sommet de l'hypocrisie.A Neuilly c'est un sport général,je présume.Mais en ce moment l'UMP cherche à faire feu de tout bois. La dame écolo n'a pas trempé dans un trafic de drogue,elle a cherché à planquer un héritage.C'est pas ce qu'Arnault fait en Belgique?Ou j'ai rien compris.?
yaka commander à Seralini une étude sur les effets du cannabis sur les rats....
" Bref: plus que jamais ni pour ni contre, bien au contraire. Mais simplement, en attendant mieux, contre les contre."
Pareil. Et si c'est pour se rappeler le jeune temps, j'avoue avoir fumé le "shit" au cul des chameaux dans le fin fond du désert
il y a bien longtemps (en ce temps-là, on n'en faisait pas un fromage... heu...).
[quote=Daniel Schneidermann]n'ayant jamais pratiqué personnellement (...)
(...)
Bref: plus que jamais ni pour ni contre, bien au contraire. Mais simplement, en attendant mieux, contre les contre.


La question est trop grave pour recourir à de pusillanimes demi-mesures, fût-ce "simplement" dans l'expression. Pour ce qui me concerne donc, je tiens à dire mon entière opposition à toute dépénalisation du cannabis dont non seulement il ne m'est jamais venu à l'esprit d'en essayer, mais contre quoi je me suis toujours prononcé chaque fois que l'occasion, comme aujourd'hui, m'y contraignait. Étant vous-même, dans l'amalgame, "contre les contre"* que vous assimilez à "la droite", sacrifiant ainsi à l'intimidation "de gauche", je vous déclare donc ma double désapprobation: pour votre inconséquence, et, d'autre part et plus gravement, votre conformation au "senestre" politiquement correct. Cela dit tout autant sans complaisance que sans attendre mieux: mais sans vous condamner cependant à demeurer dans ce dont présentement vous êtes dépendant: le senestre politique stupéfiant.

* En écrivant "contre le contre" au lieu de "contre les contre", vous auriez évité cet amalgame. Mais il aurait évidemment fallu pour cela vous libérer du bipartisme en pensée.
Copé, ce matin sur france-info
Bonjour
Bon moi je classerai ce sujet dans les fumigènes.
Ca c'est une politique de gô…che ! Plus importante que l'interdiction des licenciements dans des entreprises qui font d'énormes bénéfices.
Quant à votre instruction sur le sujet Daniel, je vous inviterai à regarder du côté des pays qui ont déjà procédé à cette dépénalisation.
Très bien Daniel : calme, sensé, raisonnable...mais bientôt très seul certainement, surtout si JFC à sauté la-dessus pour faire du schmurtz!
Même pour les professionnels chargés de la prévention auprès des ados, il était (il est encore?) difficile d'obtenir des informations fiables sur les effets du cannabis. Allez faire de la prévention auprès d'ados sur un produit qu'ils connaissent mieux que vous! ils ricanent et ils ont raison. Notre travail était rendu dérisoire par l'affrontement de deux idéologies, l'une dramatisant jusqu'au ridicule le produit, l'autre le banalisant de parti pris. Les deux ignorant superbement une variable déterminante, le mode de consommation, alors qu'on sait très bien faire, pour l'alcool, la distinction entre une consommation récréative et une consommation addictive.

Personnellement, j'avais trouvé quelque chose de fiable dans la revue Prescrire, mais effectivement assez dubitatif sur les conclusions. Par exemple, sur la responsabilité du cannabis dans le déclenchement d'un épisode psychotique, voire d'une schizophrénie... les conclusions n'étaient guère claires: déclencheur, peut-être (mais pas sûr), cause, probablement pas (mais pas sûr).

Faire sortir, au moins partiellement, le cannabis de la clandestinité et le sujet d'un affrontement idéologique manipulatoire permettrait au moins de libérer une vraie parole, et peut-être la recherche.
Interdiction de vous évader, les besogneux. Bossez jusqu'à la mort et consommez, mais lucides et les idées claires (quant à ces objectifs, pour le reste, on s'occupe de tout) !
Pas besoin de drogue pour s'évader ...C'est un mauvais prétexte car à la fin qui perds ? Celui qui a fumé, et en plus de prétendre que cela casserai le marché comme cela a été tenté aux States sur l'alcool avec la prohibition, sans résultats, ne soyons pas naifs. Et qui le vendra gagnera bien sa vie en l'occurrence l'Etat puisqu'il légalise.

Moi je suis contre en tant que mère, citoyenne et soignante les dégâts à long terme de cette drogue dite douce, alors qu'elle finit pas être aussi dure que les autres. Non a la légalisation

On veux nous faire croire que c'est moderne de fumer son petit joint etcela existe depuis 1960 et à l'apogée des années hippies la drogue faussement douce a emmener les "drogues dures". Sans compter que c'est un bon moyen d'exclure une bonne partie de la population déclarée "non fiable".

On a instituer à la SNCF un test de fumeurs de cannabis, vu le nombre d'accidents possibles sous l'emprise de cette prétendue drogue douce. Alors non là ...Ne donnons pas à l'état de faire de nos enfants des déchets humains, ce qui en période de crise les arrangeraient bien .

Et de toute façon qu'on arrête de dire que tout se passe dans les banlieues, car à la tête de ceux qui vendent des mafieux connus de la police, des politiciens, en liaison avec des pays producteurs comme la Colombie, Mexique, pays de l'amérique latine et accessoirement Espagne et autres qui eux sont en cheville avec "leurs présidents", et "leurs polices" pour qui c'est un commerce à très haut rendement.

On impose aux paysans de faire la culture de coca (ou chanvre ailleurs !) qui vont donner la drogue alors qu'ils pourraient faire autre choses pour se nourrir simplement ..Cela vaux pour le cannabis, ou là encore ce sont bien les Etats et leurs élites qui tiennent le marché de la drogue comme au Mexique en relation avec la CIA et autres ONG (sic !)

Un trafic juteux dont les Etats se nourrissent pour financer leurs guerres, comme en Afghanistan le pavot, qui inonde le marché russe et européen et asiatique.

Pas la peine de surcharger les Urgences avec des "camés légaux" quand on a du mal avec des malades psys ...Pour détruire un pays ou un système une population on ne s'y prendrait pas mieux ..Et c'est mettre des milliers de paysans de pays pauvres d'amérique latine ou d'Asie, en danger car ils n'ont déjà plus le choix .

NE SOYONS PAS PLUS VILS que nos dirigeants en prétendants que cela permet de vivre à des peuples entiers, alors que des massacres par des Escadrons de la mort on lieu tous les jours lié au trafic !

Non a la légalisation d'une drogue dure
J'ai tendance, spontanément, à accorder un certain crédit aux professionnels. C'est vrai qu'en plus, il s'agit de Yèza.
Dépénaliser ça veux pas dire le mettre dans les bras des ados,..

Question sérieuse : vous préférez quoi ? que votre gosse se cache pour fumer son shit ?
ou qu'il puisse l'acheter légalement s'il est majeur dans un endroit autorisé ?

le shit fait des ravages au cerveau c'est vrai, enfin je pense, mais l'alcool n'en fait pas ? ne croyez vous pas que que le binge drinking fait plus de ravage ?

Vous ne maîtriserez jamais ce que fait votre gosse dans votre dos, c'est dur a dire pour un parent (le mien a 3 ans j'ai le temps, bien qu'ils sont précoces de nos jours). et plus c'est caché plus c'est interdit plus c'est pratiqué ...
OK tu as raison laisse faire ton gosse quand il aura l'âge de faire ce qu'il veux et tu n'en saura pas plus que ce que tu prétends ...Il t'enverras chier de toute façon ..ON voit que tu n'a jamais vu quelqu'un sous l'influence de ces "drogues douces" (dures à la fin !) qui deviennent vite des drogues impossibles à décrocher ou si peu !.

Tout depends justement de la personne. Nous ne sommes pas égaux devant les drogues comme l'alcool, le tabac ou les médocs.Chacun réagit différemment libre à toi de jouer avec la santé de ton gosse mais laisse ceux des autres et leurs parents décider. Et les médecins aussi on leur mot à dire !

Les études existent pour qui sait vouloir s'informer justement. Quand à l'écolo qui veux légaliser vu le problème d'une élue je comprends tout de suite qui tiendra le marché juteux de la drogue dure ou douce.

L'alcool et le tabac sont libres et pourtant on en voit les effets néfastes tous les jours .mais l'Etat laisse faire car il touche des taxes et cela rapporte des milliards ..Est-ce que pour autant les gens arrêtent de fumer ou boire ? Non ! l'addiction est trop forte !.

Voyez les accidents nombreux et les morts précoces des jeunes. Mais non au "nom de la liberté" vous êtes pour voyons. je vous laisse à vos élucubrations de fumeurs de tout ce que vous voulez ......
Calmez vous, si j'osais je vous dirais fumez un joint ça va vous détendre ... ( je fume pas, payer pour se détruire la santé très peu pour moi) et j'ai vu des gens sous drogue dite douce, et j'ai vu des gens sous alcool, si je devais choisir ...

D'abord vous ne me connaissez pas, donc arrêter de me prêter des intentions ...
j'ai un très bon ami d'enfance qui depuis 15 ans (peut être plus) est dans la drogue dure, je n'ai des infos que par ses parents, des hauts des bas, tente de s'en sortir et replonge...

Je suis pour l'interdire avant 18 ans.

Ce que je disais en revanche, c'est que même si je suis contre, il y aura un moment ou mon gamin échappera a ma vigilance, ce que je peux faire ormis l'enfermer dans sa chambre 24h/24, c'est lui donner toutes les infos, lui éviter de se faire embrigader, qu'il a pas besoin de ça pour exister. Le problème de mon ami d'enfance c'est qu'il a toujours cru que pour exister il fallait suivre, alors il a été de petites conneries en petites conneries, jusqu'au plus grosse et maintenant il est seul.

Légaliser, c'est donner un cadre légal a la fumette, si ça pouvais au moins leur éviter toute les saloperies rajoutées dedans.
Et savez vous les saloperies qu'on rajoute au Tabac dans toutes les cigarettes ? Que fera t'on pour le cannabis ou les autres drogues à votre avis ?

Challenges Bercy pourrait avoir des milliards grace aux taxes sur le cannabis

Bien à vous
Je vous rejoins Yéza. Le débat sur les drogues dites "douces" m'exaspère au plus haut point. J'ai pu vérifier sur le terrain (Afghanistan et Pakistan) ce qu'étaient les vrais effets du cannabis, avec des taux énormes de THC (jusqu'à 40%, mais il y a sans doute encore plus concentré).

Le cannabis, quelle que soit sa forme, est tout sauf un produit anodin. L'opposer à l'acool est pour moi un non-sens. Un être humain n'est pas obligé d'être alcoolique ou dépendant d'une drogue quelconque.

Même si la répression n'a malheureusement pas prouvé son efficacité (j'aurais beaucoup à dire là dessus, compte tenu de mon expérience de terrain), je suis assez inquiet que certains envisagent sa distribution libre (la dépénalisation revient à peu près au même).

Ou alors, s'il s'agit d'alléger la répression et de laisser l'initiative privée faire du pognon librement, il y a deux ou trois choses que l'on pourrait d'emblée légaliser...
L'argument classique à vous opposer c'est : avez vous vu les effets désastreux de l'alcool, ou du tabac ? Ça n'empêche pas l'état, avec cynisme, de s'en mettre plein les poches en taxant à mort ces produits addictifs et en autorisant leur vente. De plus, les scientifiques et les spécialistes de la toxicomanie classent l'alcool comme une drogue, plus dangereuse que le cannabis, même. Ce qui est critiquable, c'est bien l'absence de logique et le système du "2 poids 2 mesures".
Mais de quoi il cause ? C'est à cause de gens comme vous, qui ne font pas de distinctions entre les drogues, à cause de la désinformation véhiculée par des gens comme vous, que celui qui veut faire des expériences, comme beaucoup de jeunes dans une période "de transgression", prendra aussi bien un acide, un peu de coke qu'un joint. puisque "c'est tout pareil".
Qu'on soit pour la dépénalisation ou non, le plus important vis à vis des jeunes, c'est de ne pas leur raconter de [s]crack[/s] craques.
Je connais beaucoup de gens sensés, beaucoup plus calmes que nos agités du bocal de politiques, qui souhaiteraient aussi la dépénalisation en attendant la légalisation... à des fins médicales. Une copine, cancer se généralisant, souffre le martyr de sortes de "courbatures"... un petit joint la soulage. Une autre copine, parkinsonienne, aurait besoin d'un petit joint de temps à autre... D'autres, sclérose en plaque aussi...
Parce que j'ai vu ce que représente l'arrêt brutal de médocs à base de morphine : effet de manque (gratouilles, dépression, stress) ! Un petit joint aurait peut-être permis l'arrêt de la morphine et de ne pas créer de dépendance aux médocs...
Comme moi pour les anxiolytiques... je pense qu'un petit joint me permettrait d'arrêter cette saloperie qui me donne des trous de mémoire (et des défauts d'attention qui me font réagir un peu trop vite, donc un peu "à côté" comme je l'ai fait plus haut)...
Sinon, je viens d'entendre Copé brandir ses opinions de beauf de droite sur la dépénalisation... envies de meurtre ;o((
A la limite, qu'il y ait d'autres Peillon et que Hollande et Ayrault aient enfin les couilles de faire ce qu'ils devraient faire, museler ces cons de droite et leur beaufitude ;o(( ! (ooops, je vais me faire censurer moi)
L'avis éclairé de quelqu'un qui n'y connait strictement rien + un concentré de lieux communs et de hors sujet.
@pas voté
Lancez-vous, éblouissez l'auditoire de votre contribution éclairée...
Totalement d'accord.

Yéza ne connait RIEN au sujet. Elle aligne les clichés, confond les produits (pour info, la Colombie ne produit quasiment pas de cannabis), ressort la très sophiste "théorie de l'escalade" que plus personne ne devrait prendre au sérieux, se place sur un plan moral ("en tant que mère", "faire de nos enfants des déchets humains") pour sortir les amalgames les plus idiots (Évidemment, il ne faut pas fumer avant de conduire, a fortiori une locomotive, comme avec l'alcool. D'ailleurs, même parmi les plus fervents partisans de la légalisation, personne ne le suggère)...
Quant à la géopolitique... pffff! C'est consternant de n'importe quoi.

@ pas voté non plus
Et bien si je connais rien à rien toi apparemment tu te prends pour un grand génie ..Que tu fumes perso on s'en fiche mais laisse les gens décider et non les politiques qui sont faciles à acheter et qui eux sont prêts à tout pour nous imposer leur point de vues...Désolée mais non je suis contre et il y a assez d'études scientifiques pour prouver que la légalisation aura des conséquences aussi graves et voir plus que le tabac ou l'alcool. De plus cette attaque ad hominem ne plaide pas en votre faveur car la vérité c'est que les paysans pauvres eux seront exploités au profit de bobos comme toi et d'autres Va fumer dans tes WC et fous nous la paix ! Toi tu est plus que consternant : minable !
Et la collection de clichés continue...
Tu devrais militer pour l'interdiction de l'alcool et du tabac non ?
Ben tiens sait -on jamais je te proposes d'aller faire un tour en service d'ONCOLOGIE pulmonaire et Oto-Rhyno pour voir les méfaits mortels ou morbides de l'alcool ou du tabac ...Je suis pas pour l'interdiction en tant que tel ...Mais l'homme ayant toujours tendance à en abuser, vu l'addiction qu'il ne contrôle pas, l'Etat peux augmenter le prix il sait très bien que cela n'arrêtera jamais la vente. Il gagne trop d'argent dessus ...Voilà pourquoi ce sera jamais INTERDIT !
Deux trois petites choses.
Tout d'abord, pour moi, ce n'est pas la legalisation et la vente libre dont il doit etre question (cela arrivera plus tard), mais juste la possibilite de pouvoir consommer tranquilement, et de pouvoir produire sa propre herbe. Sans en faire l'apologie, et de permettre a tout un chacun de pouvoir eduquer sa progeniture comme il l'entend (comme c'est fait avec l'alcool, c'est mon pere qui m'a appris a boire, et contrairement a mes camarades de prepa et d'ecole d'ingenieurs, cela m'a evite quelques siestes sur des bancs publics, voire coma ethylique). Et cela n'est possible que s'il y a depenalisation. Alors vous nous dites que nous n'avons qu'a faire comme nous voulons et laisser les autres tranquilles, mais c'est ce dont nous sommes empeches par le fait que ce ne soit pas depenalise.
Ensuite, vous vous appuyez pele-mele sur des etudes scientifiques non sourcees (vous pouvez toujours editer vos commentaires pour les enrichir des liens vers les etudes a posteriori), ainsi que d'etudes epidemiologiques personnelles basees sur l'echantillon que l'on sait fort representatif des populations des services d'oncologie.
Je respecte tout a fait votre opinion, et meme plus que vous ne semblez respecter la mienne. La difference, c'est que je ne fais pas la propagande de la mienne, du moins j'essaie de me baser sur des faits objectifs pour l'etayer.
Le bon sens et la subjectivite ayant ete la base des (non-)decisions politiques sur ce sujet depuis trop longtemps, essayons la reflexion et l'objectivite cette fois-ci, peut-etre trouverons nous une solution moins pire que la prohibition de ces 40 dernieres annees, que vous semblez defendre et qui pourtant ne mene a rien.

PS : desole pour les accents, qwerty
Gildas Miclet argumente sur le contenu de votre message (il est vrai qu'il ne prend pas de pincettes). Ça par contre : « apparemment tu te prends pour un grand génie », « Que tu fumes perso on s'en fiche », « de bobos comme toi », « Va fumer dans tes WC et fous nous la paix », ça ressemble effectivement à une attaque ad hominem.
Et bien c'est fait exprès mon cher ..Pourquoi je me gênerais avec des types comme cela ? Gildas est il un dieu ? Il a le droit de me passer pour une idiote et moi non ? Et puis quoi encore ! Je vais me gêner tiens ....Pfuuuiitt !
Ouais enfin... ne vous étonnez pas d'être accusée d'aligner les clichés si vous accusez tous ceux qui ne sont pas de votre avis d'être des fumeurs irresponsables (je pense aussi à votre réponse à Atom : « libre à toi de jouer avec la santé de ton gosse », « je vous laisse à vos élucubrations de fumeurs de tout ce que vous voulez ...... »)
Et bien mon cher il est permis de se poser des questions non ? Je dis cela justement pour ceux à qui c'est adressé ...Avoir une réaction ou une explication ...Si on me parle sur un ton je reprends sur le même ton....Ok ?
Avec juste un petit détail à prendre en compte : les effets des drogues et de toutes les substances psychotropes sur la santé ne sont pas affaire d'opinion ou d'avis.
La question n'est pas « les drogues sont-elles nocives pour la santé » mais « faut-il dépénaliser les drogues ? » et ça, c'est bien une affaire d'opinion (on peut admettre la nocivité des drogues sans nécessairement être favorables à leur interdiction, comme c'est le cas de beaucoup de gens quand on parle d'alcool).
oui, en fait ils devraient plutôt demander, au lieu de:

êtes-vous pour ou contre la dépénalisation du cannabis?


êtes-vous pour ou contre le fait que si votre enfant se fait piquet avec un bout de shit, il puisse être

condamné?
Celui qui voudra vraiment fumer le pourra dépenalisé ou non. Sauf que pénalisé, il y aura probablement moins de gens qui s'y mettront, et moins qui continueront.

Qu'un enfant se fasse piquer pour détention c'est l'apprentissage de la vie et des conséquences de ses actes, ça ne fait pas plaisir, mais après le problème c'est qu'on ne peut logiquement pas accepter la possession si on interdit la vente (lien de cause à effet) puisque c'est les demandeurs qui font les dealers dans le fond.

Dans ce sens j'espère souvent que certaines personnes que je croise parfois qui fument des joints de temps en temps (ce qui n'est pas très grave sur le plan de la santé, même si personnellement je suis contre toute substance pour moi-même, à part le vin à table, et en apéro :) de temps en temps) acheté au dealer du coin, se rendent compte de toutes les conséquences néfastes qu'a leur petit plaisir pas indispensable, puisque ça finance malgré tout des délinquants et des criminels, et que ça favorise l'accès à la drogue aux plus atteints.

J'ai par ailleurs connus des gens pour qui le shit c'était le principal objectif de la journée. Le joint du matin, puis aller en acheter, pour préparer le joint du milieu de matinée, puis manger, pour apprécier le joint d'après repas, puis trouver des feuilles pour préparer le joint du milieu d'après midi et le joint du gouter etc.
Des personnes très vives et brillantes se sont transformées en loque, complètement abruti et endormi avec ce truc là à haute dose, le pire c'est que les effets ensuite ne sont pas temporaire.

A petite dose je peux comprendre, mais vu les nuisances que ça engendre que ce soit économiquement ou sur le plan de la santé, franchement on peut tous s'en passer.
"Des personnes très vives et brillantes se sont transformées en loque, complètement abruti et endormi avec ce truc là à haute dose, le pire c'est que les effets ensuite ne sont pas temporaire."

Ben voyons. Comment expliquer alors que la plupart des jeunes cons, une fois devenus vieux cons, arrêtent de fumer du shit ? Faut pas confondre avec l'héroïne. Ou avec l'eucalyptus de Marie Dubas ;-)
Il y a une chose, tout de même, que la pauvre loque que je suis devenue peut confirmer, c'est que le jaja ça rend fainéant. C'est ça d'ailleurs qui emmerde le pouvoir. À mon avis, plutôt que les questions de santé publique, ce qui est insupportable pour nos politicards productivistes, de gauche comme de droite, c'est de voir des gonzes et des gonzesses préférer rester au pieu à baiser et à tirer sur le bambou plutôt que d'aller faire esclave salarié pour des cacahuètes.
Je me demande si c'est pas ça, au fond, qui est révolutionnaire. D'ailleurs, je me demande si Paul Lafargue n'a pas écrit "Le droit à la paresse" en fumant des cigarettes qui font rire et si les membres du collectif Adret n'ont pas écrit "travailler deux heures par jour" entre deux joints, comme le chantait Charlebois.
Enfin quelqu'un qui me comprend...
Charlebois dit que ça empêche d'être râleur aussi, pas seulement de travailler. La passivité est globale.
Et c'est comme l'alcool, il y a des gens à qui ça donne de l'esprit et d'autres pour qui ça met bien en valeur le manque d'esprit.
Oui, c'est ce que disaient aussi les communistes, avec leur bob Ricard sur le crâne : "la lutte, hips, pas la drogue". Tiens, comme par hasard, Charlebois est un grand amateur de bière. L'herbe est toujours plus verte ailleurs...
??? votre réponse me laisse perplexe, je comprends pas si vous me réfutez, et si vous le faites ce que vous réfutez.
Enfin je demande si vous m'avez lu.

notamment à "HAUTE DOSE", je sais faire la distinction entre le type qui se fume un joint le soir de temps en temps pour dormir, et celui qui passe sa vie à ça.
Et puis j'ai l'impression que vous le prenez personnellement. Vous faites ce que vous voulez, si vous êtes bien avec ça m'est égal, vous ne dérangez personne, et tant que vous n'abusez pas vous ne vous faites a priori pas (trop) de mal.
Personnellement l'idée d'avoir besoin de substance pour "aller bien" ou pour avoir une sensation de bien être me dérange. C'est une forme de dépendance sur le principe, ça signifie je ne suis pas capable de prendre du plaisir tout seul, ça sonne comme un renoncement une lâcheté un manque de persévérance et d'autonomie. Chacun son truc.

Enfin pourquoi comparer à l'alcool? c'est comme quand on compare Hitler à Staline, ou la Shoah à l'esclavage (hop un point Godwin).
On n'a pas besoin de comparer un truc néfaste à un autre truc néfaste.
A haute dose tout comme l'alcool le joint c'est néfaste, différemment, ce n'est pas la même substance pas les mêmes effets, mais le principal c'est que c'est néfaste, point besoin de faire des comparaisons à deux sous et des calculs d'apothicaire.
A haute dose, n'importe quoi est néfaste, même l'eau minérale, même l'oxygène.
Oh le bon mot là Géant et intelligent .quel humour là vous me battez ..L'eau minérale et l'oxygène a comparer avec les cannabis et autres ..Belle comparaison et puis comme le chocolat et le café, le thé et le sucre et quoi d'autres dans votre cuisine ? Les épices tiens .a suivre ?....
c'est la dose qui fait le poison.

franchement en quoi ça vous gêne que des gens puissent fumer tranquillement chez eux sans craindre de voir débouler la flicaille ?

Et envoyer ces mêmes policiers démanteler des vrais réseaux criminels plutôt que de courir après des consommateurs à la petite semaine pour gonfler leurs stats d'affaires résolues.
Je l'ai expliqué que je suis contre de faire la chasse aux dealers ou des fumeurs qui n'en font pas le commerce. Donc c'est pas cela qui m'inquiète ...Ce sont les vrais responsables des trafics les "gros" ceux qui justement sont aidé par les politiciens véreux par le biais des mafias ...

Ce sont eux qui doivent être en taule pas les petits qui n'ont pas vraiment le choix vu que les moyens de subsistance par le travail sont quasi nuls. Je sais faire la distinction entre les deux mondes.

Je rappelle que l'Etat voudrait bien taxer le cannabis et que c'est cela qu'il faut combattre ...Demain les drogues seront pour l'ETAT une rentrée d'argent possible étant donné que notre pays est complètement dés-industrialisé; plus de chomeurs, donc c'est un moyen comme dans l'article que j'ai mis en ligne ou il est dit que Bercy pourrait récuperer pas mal d'argent grace à la dépénalisation. Dépénaliser ne fera pas arranger les choses mais simplement comme l'alcool et le tabac ajouter encore des pathologies subséquentes au fait que certains n'arriveront pas à s'arrêter à temps ou perdrons pieds

Et en tant que soignante, je plaide pour dire que si toi tu arrives à te contrôler il n'en pas de même pour les autres. Nous sommes tous différents face à l'addiction. tu peux commencer un joint ne jamais te droguer mais les autres ne feront pas la même expérience et chercherons toujours plus forts ...

Quand au prix ou coùte certaines drogues il en est beaucoup qui préfèrent se droguer et ne pas manger. Si ils ont une famille, ils peuvent aussi claquer tout pour la dope ..

.C'est de cela que je ne veux pas. Et que toutes les mères craignent quand il s'agit de leurs enfants.
que toutes les mères craignent quand il s'agit de leurs enfants
et les pères ils sentent le pâté ? ;)
Les hommes y pensent qu'au foot à la bière et à tromper leur femme... c'est bien connu
ah oui c'est vrai, j'avais oublié.

Les hommes y pensent qu'au foot à la bière et à tromper leur femme... c'est bien connu


et fumer des pétards.
Ah et bien tu me suis partout alain ! Tu m'en veux tant que ça hein .....Les pères sont souvent moins proches et parlent moins facilement mais cela change heureusement les nouveaux pères sont plus impliqués sur l'avenir et le devenir de leurs enfants.

Mais se sont les mères les plus facilement inquiètes. Ne me faites pas dire ce que j'ai pas dis. Je parle là en tant que "mère" ..moi-même et je j'aurais pas voulu de telles choses pour mes gosses. point ça va ?
Mais non je ne t'en veux pas, je réagis toujours à ce genre de chose (mon vécu avec ma fille n'y étant pas pour rien).
Ben c'est peut-etre ca le probleme alors. Faudrait peut-etre moins s'inquieter, moins avoir peur, et essayer de reflechir. La peur n'evite pas le danger, et fait se figer, la ou la reflexion fait avancer, et permet de prevenir le danger.
mieux vaut prevenir que guerir, et vous etes purement dans la guerison...
Je vous ai répondu sur l'autre forum car je viens de m'appecevoir qu'il y en a deux du temps ou mon ordi a sauté ...Non je vies pas dans la peur étant soigante mais la peur pour mes gosses qui ont aujourd'hui 35 ans et 25 ans quand même Et je suis pas peureuse de nature croyez moi ....
Ce qui me gène personnellement ce sont les conséquences de ces personnes qui pour un petit plaisir personnel lâche et pas du tout indispensable subventionnent un trafic, donc une déliquance et une criminalité.

On peut faire un parallèle avec la prostitution d'ailleurs où le débat se fait sur la responsabilité des clients, par un lien logique simple, pas de client pas de prostitution donc pas de proxénétisme de traite de femme etc.

Par ailleurs la dépénalisation ne peut se faire logiquement qu'en légalisant la vente, sinon ça revient à adouber le trafic.
@gemp
Vous avez raison, question de santé public on devrait interdire l'eau et l'oxygène.

Bravo pour cette perle de mauvaise foi, j'ai bien ri.
Il y a effectivement une exception notable à cette règle: même à haute dose, la bêtise n'est pas nocive pour la santé (quoique).

Des résultats expérimentaux sur des modèles animaux montrent qu'une exposition à des concentrations élevées d'oxygène (> 95 %) est létale.

Peu d' eaux minérales sont de potabilité permanente.
Vous êtes au premier degré en plus ??!

Comparer la nocivité de la haute dose (sans préciser les doses, vous profitez de mon abus de langage du terme "haute dose") de deux produits de natures totalement différentes (un liquide, un gaz, et une plante qu'on fume ?!) dont la nécessité pour l'homme n'est pas la même (que je sache l'organisme n'a pas besoin de THC pour son bon fonctionnement), et surtout qui n'ont pas la même propension à générer une addiction démontre en effet que si la bêtise n'est pas nocive pour la santé, elle peut néanmoins être tenace.

Pour revenir donc à ce que je disais de "haute dose" et rester à votre niveau je pourrais m'amuser à dire que trois joints par jour peuvent facilement rendre une personne assez mollassone et apathique pour que ça devienne inquiétant, tandis que trois verres d'eau ou même trois bouteilles de 2l d'eau n'auront pas de conséquences particulières (si ce n'est d'aller au cabinet assez souvent).
Vous aimez les comparaisons et les parallèles, hein ? Même si vous les réfutez chez les autres.

Je ne compare rien du tout, je faisais juste une remarque en passant, que vous avez tenté de rattacher à votre raisonnement un peu bancal, sans trop de succès.

Mais n'ayez crainte, je ne pratique pas la remarque en passant à haute dose.

Vous aimez les comparaisons et les parallèles, hein ? Même si vous les réfutez chez les autres.

(Explication de texte): "pour rester à votre niveau, je pourrais ..." je fais donc exprès exactement ce que je vous reproche, notez l'emploi du conditionnel = Ironie, je reprend votre procédé pour vous montrer à quel point il est absurde.


Je ne compare rien du tout, je faisais juste une remarque en passant, que vous avez tenté de rattacher à votre raisonnement un peu bancal, sans trop de succès.

Evoquer les effets de l'eau ou de l'oxygène pour répondre aux effets du cannabis, ça s'appelle une comparaison.

Raisonnement bancal : pensée magique, pas d'argument, pas de démonstration. Quel respect vous avez de vos interlocuteurs ! (après avoir sous entendu gratuitement qu'ils étaient bêtes).


Mais n'ayez crainte, je ne pratique pas la remarque en passant à haute dose.

Vous m'en voyez rassuré, c'est toxique votre machin.
Dites, comme je le faisais remarquer, je n'ai fait qu'une remarque en passant, c'est vous qui me sautez sur le paletot avec vos amalgames. Je n'évoquais en rien les effets spécifiques du cannabis (accessoirement souhaité pour un certain nombre de médications) mais sur un principe: à haute dose, pratiquement tout est nocif. Ni plus, ni moins.

J'admets que je mettais en exergue une formulation qui, de votre aveu, était peut-être un "abus de langage" comme vous le caractérisez. Il me semblait pourtant intéressant de le souligner puisqu'on stigmatise aussi d'autres substances comme le tabac (sans additifs), le vin ou je ne sais quoi qui, à petites doses qui ont été présentés comme utiles à la santé. Je ne vais pas débattre de ça, je n'en sais rien, je ne suis pas toubib, certains des miens semblaient penser que oui.

Votre problème de "niveau", en revanche, j'en sais quelque chose. Vous avez simplement pris comme une critique, voire un camouflet, ma pauvre remarque qu'à cette heure j'estime que j'eusse pu m'en passer, pour m'éviter notre pénible confrontation. Je ne cherchais qu'à apporter un élément qui n'avait apparemment pas été dit et qui me semblait notable. Vous l'avez effectivement rabaissé au "niveau" de votre pauvre argumentation et, paradoxalement, je m'en excuse.

Si vous voulez mon avis, et pour reprendre votre goût de la comparaison, je pense qu'en plaçant côte à côte l'usage du McDonalds et du cannabis, les effets sur la santé du premier seraient considérablement plus perceptibles et plus néfastes, nocifs ou tout ce que vous voulez. Surtout, beaucoup plus à même de causer des décès par cause directe. Mais, là encore, je n'ai aucune étude pour appuyer mes dires. Je fais juste des comparaisons équivoques (pour vous faire plaisir).

Et, juste pour ma défense, sans attaque personnelle, cependant pour vous faire remarquer votre propension à vilipender la comparaison et à l'utiliser à votre propre compte, et juste dans ce fil : « c'est comme quand on compare Hitler à Staline, ou la Shoah à l'esclavage » et un peu plus loin « On peut faire un parallèle avec la prostitution... ».

Vous élaborez, supposez, fantasmez beaucoup sur quelque chose que vous ne connaissez pas. Votre "haute dose" m'a semblé notable, ce pourquoi je l'ai singularisé. Vos jugements et vos a priori ne sont qu'un verbiage pompeux. Vous vous basez sur vos convictions, très légitimes je l'admets, mais totalement dénuées de toute nuance et de tout esprit critique et surtout de tout fondement social et réaliste.

La "pensée magique" c'est la vôtre, celle d'estimer que tout peut se résumer à ce que vous considérez comme juste, voire vrai. Je n'ai rien contre vous. Vous me tartinez des poncifs, je vous en renvoie. Et je suis pourtant tout à fait prêt à dialoguer. Simplement, lisez ce que j'écris et ne le réduisez pas à une médiocrité attendue (ou souhaitée). Si c'est le cas, ignorez-moi, je ne vous en tiendrai certainement pas rigueur.
Euh pour sa defense, qund il cite les comparaisons entre Hitler et Staline, ainsi qu'entre la Shoah et l'esclavagisme, c'est deja pour denoncer des comparaisons stupides...
Mais je suis d'accord avec le raisonnement sur le reste.
@lullushu : votre propos sur "a haute dose" ne tient plus si on retire cette partie de la phrase, donc ce n'est pas jouer sur les mots que de dire qu'a haute dose, tout est nocif. Avec vos 3 bouteilles de 2l d'eau, si vous ne faites pas d'exercice, vous etes en danger de mort...
"Si l’on en absorbe plus de 5 litres en une seule journée sans faire le moindre effort physique, l’eau passe dans le sang où elle fait chuter la concentration en sodium. Or, dans le même temps, le taux de sel contenu dans le reste de l’organisme ne change pas, et l’eau se déplace du milieu le moins concentré en sel vers celui le plus concentré : au contact de la circulation sanguine, les cellules des tissus vont absorber le surplus aqueux via leur membrane semi-perméable. Les muscles et les organes se gorgent peu à peu de liquide. Même le cerveau n’y échappe pas : enfermé dans la boîte crânienne, il est comprimé, et son oedème peut conduire à la mort."
Source contestable, il est vrai : http://www.caminteresse.fr/questions_reponses/les_qr/sante/peut_il_etre_dangereux_de_boire_trop_d_eau

@lullushu : votre propos sur "a haute dose" ne tient plus si on retire cette partie de la phrase, donc ce n'est pas jouer sur les mots que de dire qu'a haute dose, tout est nocif. Avec vos 3 bouteilles de 2l d'eau, si vous ne faites pas d'exercice, vous etes en danger de mort...

Il est évident que tout à haute dose est nocif.
Seulement dans le contexte dans lequel nous débattons (la question de la légalisation du cannabis), en tant qu'argument il revient à sous-entendre que puisque tout est nocif à haute-dose, alors tout se vaut. Ainsi tout doit être soit autorisé, soit interdit.

C'est relativiser pour établir que des substances aux propriétés différentes se valent, notamment sur le plan de la toxicité.
Ceci est faux. Boire un verre d'eau ne donne pas les mêmes effets qu'un joint ou qu'un verre d'huile de moteur. Boire 10 litres par jours ne donnera pas non plus les mêmes effets que fumer 10 joints par jour, et si on peut s'accorder pour dire que les deux sont néfastes, il serait malhonnête de dire que les deux situations présentent les mêmes probabilités, car nous avons là deux substances qui n'ont pas la même propension à créer de la dépendance.

Or et c'est bien le problème des drogues, l'addiction qu'elles provoquent de par leur nature, pousse à l'excès bien plus que d'autres substances. La question de la "haute dose" est là. La drogue et ses effets (notamment sécrétion d'endorphines bien souvent) nous poussent à en abuser, pas l'eau il me semble.

C'est pourquoi manquer de voir ce caractère essentiel des drogues pour le comparer à n'importe quelle substance de base me parait être particulièrement douteux en tant qu'argument sur le sujet, et je suis finalement très étonné d'avoir à le rappeler sur un forum comme celui-ci.


"Si l’on en absorbe plus de 5 litres en une seule journée sans faire le moindre effort physique ...Même le cerveau n’y échappe pas : enfermé dans la boîte crânienne, il est comprimé, et son oedème peut conduire à la mort."


Je poserai la question à un ami médecin, mais j'en doute. Je pense qu'à 5 litres d'eau sans faire d'effort (tout dépend déjà de la capacité d'absorption du sujet, un homme de 90 kilos peut probablement ingérer cela sans effort sans poser de problèmes particuliers, une femme de 45 kilosn'aura peut-être pas la même expérience) on va soit très souvent aux toilettes, soit on finit par vomir d'avoir l'estomac trop rempli. Après à faire ça trop souvent on doit s'user les reins.
Je me suis renseigne plus avant sur la quantite d'eau mortelle, il semble que cela se situe plus autour des 8-10 litres.

Par ailleurs, je ne suis pas d'accord sur votre raisonnement. Tout d'abord, c'est vous qui avez introduit l'argument qu'a haute dose, le cannabis est nocif, tout en concedant qu'il ne vous derangeait pas plus que ca a dose "normale" :

Des personnes très vives et brillantes se sont transformées en loque, complètement abruti et endormi avec ce truc là à haute dose, le pire c'est que les effets ensuite ne sont pas temporaire.

A petite dose je peux comprendre, mais vu les nuisances que ça engendre que ce soit économiquement ou sur le plan de la santé, franchement on peut tous s'en passer.

Si on retire la partie "a haute dose", il reste :
A petite dose je peux comprendre, mais vu les nuisances que ça engendre que ce soit économiquement ou sur le plan de la santé, franchement on peut tous s'en passer.

Avouez que ce n'est pas du tout le meme discours, et que du coup il est important (pour un interet de nettete du debat) de demonter a peu de frais la premiere partie, sans laquelle la conclusion de votre raisonnement est pour le moins enflammee.
Donc dire que tout a haute dose est dangereux, ce n'est pas jouer sur les mots, c'est depolluer le debat.

Par ailleurs, je ne suis pas d'accord sur votre raisonnement. Tout d'abord, c'est vous qui avez introduit l'argument qu'a haute dose, le cannabis est nocif, tout en concedant qu'il ne vous derangeait pas plus que ca a dose "normale" :

A haute dose c'est nocif. Personne ne le contredira.
Je n'ai jamais dit qu'à petite dose ou dose "normale" il ne l'était pas. J'ai dit qu'il ne me dérangeait pas. Si je précise le fond de ma pensée je veux dire il ne me dérange pas que des gens qui ont le goût pour cela et puisse le consommer dans des proportions raisonnables, c'est à dire des proportions qui ne viennent pas mettre en danger la vie d'autrui, soit très longtemps avant de conduire, et pour les métiers ou leurs décisions et agissements peuvent mettre les autres en dangers, pas la journée, et pas en semaine.


Avouez que ce n'est pas du tout le meme discours, et que du coup il est important (pour un interet de nettete du debat) de demonter a peu de frais la premiere partie, sans laquelle la conclusion de votre raisonnement est pour le moins enflammee.

Je vous avoue que je vous suis pas, et ne comprend pas en quoi mon discours est incohérent selon vous. Seulement vous montrez quelque chose de très enrichissant peut-être c'est qu'à vouloir répondre vite et longuement mon expression est peu claire et peu précise.

Je la refais brièvement.
Je considère que le cannabis présente une propension non négligeable à être consommée régulièrement, et que cette consommation régulière entraîne bien souvent des effets très néfastes sur le métabolisme, le psychisme et au final la vie sociale des individus qui la consomment. Parti de ce point là je ne souhaite pas qu'elle soit commercialisée.

Quant à la dépénalisation, le fait de permettre à tous les fumeurs occasionnels de le faire, sans en autoriser la vente, c'est subventionner de manière assez hypocrite des réseaux de trafiquants.
Si la consommation occasionnelle que font certains ne me dérange pas en soit, le fait que ça finance la criminalité me dérange.
En d'autres termes je ne suis ni pour la légalisation ni pour la dépénalisation, et pour une lutte plus active contre les trafiquants.


Donc dire que tout a haute dose est dangereux, ce n'est pas jouer sur les mots, c'est depolluer le debat.

Je ne comprends pas, le dépolluer de quoi.
Qu'est ce qui est pollué dans mon propos, c'est ça qu'il faut adresser si vous voulez me réfuter.
Que vous ne soyez pas d'accord avec le fait que je suis contre la légalisation et la dépénalisation je le conçois tout à fait.
Mais il faut me démontrer en quoi ce que je dis, qui me pousse à penser ainsi, est faux.

En d'autres termes, la question est : le canabis est il nocif ou pas?l'est-il à toutes les doses?
Ai-je tort de croire qu'il transforme certains de ces sujets en loques, et qu'il a des effets secondaires néfastes au jour le jour?

Ai-je tort de penser que dépénaliser c'est subventionner une criminalité?

Dites moi que tout cela est faux, je veux bien l'entendre, mais il faudra le démontrer.
Je ne vais pas revenir sur le debut, si vous n'avez pas compris ce que je veux dire, quelque explication supplementaire ne suffirait pas a le changer.
Pour ce qui est de la pollution du debat, c'est le "a haute dose" qui le pollue. Debarrassons nous en et raisonnons sur un usage normal.
Pour faire une analogie (je sais que vous en etes peu friand, mais bon on va quand meme la faire), ce n'est pas parce que certains roulent a 200km/h qu'on va interdire les voitures.
Donc raisonnons dans un cadre normal, pour un debat non pollue des outrances qui le caricaturent. Il sera ensuite temps de reguler les usages anormaux, ce qui ne peut etre fait que dans le cadre de la depenalisation (au minimum).
Votre rhetorique me fait un peu penser (ne vous offusquez pas, ce n'est pas le but) a C. Boutin qui pense que le mariage homo derivera vers la polygamie. Sans rien pour l'etayer...

Sur la fin, vous changez la question, qui etait a la base "faut-il depenaliser le cannabis?" par "le canabis est il nocif ou pas?".
Oui le cannabis est nocif. Mais c'est une question qui ne fait pas debat, et vous ne trouverez personne ici pour vous dire le contraire. Il est au moins aussi nocif que le tabac, qui est legalise, et encore plus nocif dans les conditions actuelles qu'il ne pourrait l'etre s'il etait legalise.

Ai-je tort de croire qu'il transforme certains de ces sujets en loques, et qu'il a des effets secondaires néfastes au jour le jour?

Non vous n'avez pas tort, au meme titre que l'alcool, au meme titre que la vitesse, au meme titre que le tabac. Je rephraserais juste en "il transforme certains de ses consommateurs en sujets", mais la encore beaucoup moins que le tabac.

Ai-je tort de penser que dépénaliser c'est subventionner une criminalité?

Oui et non. Tout depend de comment c'est fait. Il vaudrait mieux de ce point de vue legaliser, pour pouvoir controler le marche. Mais si seule la depenalisation est envisagee, alors il faut aussi depenaliser la production a usage personnel (cad tolerer qqch comme 3-4 plantes en exterieur poour tout le monde, ce qui permet soit de fumer sa propre production, soit de produire pour quelqu'un, un peu comme ce qui se fait au niveau du tabac ou de l'alcool, avec les bouilleurs de cru), ce qui permet de se fournir dans son jardin plutot que dans la cite, et ainsi priver les trafiquant de la plupart de leurs clients, et ainsi faire baisser les prix et augmenter la qualite, mais ce sont des mecanismes de marche difficiles a prevoir.

Voila, j'espere avoir ete clair et avoir fait passer mon message de maniere intelligible.
Une femme de 28 ans décédée dans un marathon à Boston.
Ce n'est pas qu'on ne l'élimine pas, c'est qu'on élimine le sodium avec qui est dangereux.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Intoxication_par_l'eau

Un peu de prévention!
déshydratation :-(
trop d'hydratation :-( aussi
Je n'imaginais pas que mon truc sur l'eau irait aussi loin, on a des morts maintenant :-)
je pense qu'en plaçant côte à côte l'usage du McDonalds et du cannabis, les effets sur la santé du premier seraient considérablement plus perceptibles et plus néfastes, nocifs ou tout ce que vous voulez. Surtout, beaucoup plus à même de causer des décès par cause directe. Mais, là encore, je n'ai aucune étude pour appuyer mes dires.
tiens, prends donc celle-ci https://www.youtube.com/watch?v=VbP0Ycm7T2Q

@William Perrin
La consommation d'eau à haute dose a aussi un nom : la potomanie https://fr.wikipedia.org/wiki/Potomanie
La potomanie est une maladie pas une dépendance à un produit toxique.
La dépendance est une maladie.
Et ma dépendance à l'eau est très certaine. Faudrait que je me soigne.
C'est incroyable comme vous êtes de mauvaise foi, et jouez avec les mots. Vous êtes un troll. Je réponds à alain b qui est de bonne
foi.

La potomanie est un trouble psychologique relativement rare.
Les drogues ont un effet physique et psychique qui pousse à la dépendance. En l'occurrence la dépendance ne vient pas de l'individu (quoiqu'elle puisse être amplifiée selon les cas) mais de la substance.
Rhôôô un peu d'humour, Lullu... ^^
Les drogues ont un effet physique et psychique qui pousse à la dépendance. En l'occurrence la dépendance ne vient pas de l'individu (quoiqu'elle puisse être amplifiée selon les cas) mais de la substance.

Non. Ou alors je pourrais vous dire que n'etant pas personnellement dependant, bien que fumant regulierement (mais je fais des pauses regulierement, de 2 semaines-1 mois), alors c'est qu'il n'y a de dependance pour personne, donc c'est un produit completement anodin.
Mais ce n'est pas plus vrai que ce que vous dites.
La dependance est dans le cas du cannabis une rencontre entre un produit, une personne et un contexte. Je ne sais pas dans quelles proportions, mais le produit seul ne suffit pas (j'en suis la preuve vivante).
Il y a toujours un seuil de dépendance et cela varie selon les métabolismes.
Vous faites des pauses ça vous évite peut-être de franchir ce seuil.
De plus le THC reste peut rester dans les graisses pendant près d'un mois, pour la dose d'un seul joint. Il est probable que vous n'en ressentiez pas le besoin sur deux trois semaines.

Sinon renseignez vous sur les effets de dépendance du cannabis, vous verrez que cela confirme ce que je vous dis.

En tapant dans google on tombe facilement sur ça
Mais vous me direz qu'il y a probablement de meilleures sources.
L'article que vous citez dit justement :

L'usage répété et l'abus de cannabis entraînent une dépendance psychique moyenne à forte selon les individus.

et

la dépendance physique est minime.

Or dans votre message, vous parliez de dépendance physique (la dépendance psychique ne dépend pas du métabolisme)

Va falloir trouver d'autres sources...
Oui parce qu'elle existe, c'est un fait je dois bien la mentionner, minime ou pas.
Je remarque que tout le monde n'est pas d'accord sur le sujet.
Certains mettent en avant que la THC n'a pas d'effets de dépendance physique en soi, mais que c'est le tabac qui le provoque.
Question à creuser en effet.
D'abord, il faut en consommer une quantité astronomique pour que la dépendance physique apparaisse, Ensuite, les symptômes de manque décrits dans l'article (sudation, problèmes digestifs) me semblent bien anodins comparés à ceux de l'héro (il paraît que la douleur est atroce) ou de l'acool (délirium)

Au passage l'article cite l'irritabilité comme symptôme de manque physique, ce qui me semble discutable,
Ce n'est pas scientifique, mais c'est une observation que je fais. Il me semble qu'il y a pas mal de consommateurs qui fument des joints quand ils sont jeunes et qui arrêtent une fois qu'ils sont "rangés". C'est mon cas. Il m'arrive de tirer sur le bambou quand l'occasion se présente, mais je ne cours plus après ça. Il m'arrive même d'entendre des vieux cons de mon âge dire, quand on leur propose un joint, des trucs du genre : "non merci, ces conneries c'était bon quand j'étais jeune". Où est l'accoutumance alors ?
Par contre, j'ai rarement vu des mecs ou des nanas qui se piquent, renoncer aussi facilement.
ouf que l'eau n'est pas psycho-active..
La différence c'est qu'avec l'eau il n'y a aucune accoutumance = obligation d'augmenter les doses pour obtenir l'effet souhaité.
Parlez pour vous! J'ai remarqué que la durée de mes douches s'allongeait d'environ une minute par an...

La potomanie est une maladie pas une dépendance à un produit toxique.


je croyais que c'était un pays dans un album de Tintin.
Z'avez mangé un clown aujourd'hui, vous.

Z'avez mangé un clown aujourd'hui, vous.


ou alors....

pour les "non dépendants" ( je crois que ça existe quand même) : je fume un joint une ou deux fois mois, etc... je n'éprouve pas le besoin entre temps.... Mème pas une petite bière ?, un ptit whisky ? une autre ivresse ? zêtes sûr ?

Dites, comme je le faisais remarquer, je n'ai fait qu'une remarque en passant, c'est vous qui me sautez sur le paletot avec vos amalgames. Je n'évoquais en rien les effets spécifiques du cannabis (accessoirement souhaité pour un certain nombre de médications) mais sur un principe: à haute dose, pratiquement tout est nocif. Ni plus, ni moins.

Bien entendu cependant c'est aussi minimiser l'effet psychotrope et toxique d'une substance avec une autre qui n'en a pas (l'eau évidemment potable ne présente pas ce problème, quant à l'oxygène nous respirons de l'air, qui n'est pas que de l'oxygène). Donc c'est une comparaison qui n'apporte rien à la question du cannabis (qui est le sujet ici il me semble), et qui feint de ne pas comprendre à quelle dose correspond mon "haute dose". Bref c'est de la rhétorique.


J'admets que je mettais en exergue une formulation qui, de votre aveu, était peut-être un "abus de langage" comme vous le caractérisez. Il me semblait pourtant intéressant de le souligner puisqu'on stigmatise aussi d'autres substances comme le tabac (sans additifs), le vin ou je ne sais quoi qui, à petites doses qui ont été présentés comme utiles à la santé.

Ca se discute, je ne suis pas médecin non plus. Mais à priori il semble que si à petite dose le vin ne fait pas de mal et peut favoriser certains aspects il reste préférable de ne pas boire que de boire quelle que soit la dose. Quant au tabac l'orthodoxie médicale selon mes informations estime que c'est néfaste de toute façon quelque soit la dose (et que ça l'est bien entendu d'autant plus que la dose est élevée).


Votre problème de "niveau", en revanche, j'en sais quelque chose. Vous avez simplement pris comme une critique, voire un camouflet, ma pauvre remarque qu'à cette heure j'estime que j'eusse pu m'en passer, pour m'éviter notre pénible confrontation. Je ne cherchais qu'à apporter un élément qui n'avait apparemment pas été dit et qui me semblait notable. Vous l'avez effectivement rabaissé au "niveau" de votre pauvre argumentation et, paradoxalement, je m'en excuse.

Ok vu comme ça. J'ai peut-être mal compris votre allusion à la haute dose de la bêtise, que je trouvais fort peu courtoise.


Si vous voulez mon avis, et pour reprendre votre goût de la comparaison, je pense qu'en plaçant côte à côte l'usage du McDonalds et du cannabis, les effets sur la santé du premier seraient considérablement plus perceptibles et plus néfastes, nocifs ou tout ce que vous voulez. Surtout, beaucoup plus à même de causer des décès par cause directe. Mais, là encore, je n'ai aucune étude pour appuyer mes dires. Je fais juste des comparaisons équivoques (pour vous faire plaisir).

Je pense que vous faites plus de comparaison que moi, mais bon.
Là encore je pense que la comparaison n'est pas opportune et ne peut que dédouaner l'une ou l'autre.
La question n'est pas de savoir ce que telle substance est plus nocive que telle autre, mais quelles sont les substances nocives (ou les doses).
Or le cannabis est toxique que ce soit au niveau respiratoire (tout comme le tabac) mais aussi au niveau du système nerveux central. De plus il est stocké et les effets peuvent resurgir 24h après avoir fumé un joint, raison pour laquelle dans l'aviation les personnels navigants (et particulièrement les pilotes) sont régulièrement contrôlés pour s'assurer qu'il n'y a pas de traces de ce genre de choses dans le sang, car ça ne s'élimine pas rapidement du corps, même à petite dose (à la différence de l'alcool d'ailleurs). Enfin c'est une substance addictive et peut en plus provoquer chez certaines personnes des troubles psychologiques.
Le macdo avec ses conservateurs et sa constitution d'agglomération de viandes et de produits de basse qualité, est probablement toxique pour l'organisme.

Nous avons donc une substance qui en plus de pouvoir rendre malade (cancérigène, affection respiratoire) altère les perceptions, la motricité, l'attention et la concentration, peut provoquer de la dépendance psychique, parfois physique, et des troubles psychologiques chez certains.
Le macdo est moins étudié moins documenté (lobbying et compagnie très certainement) difficile d'établir son degré de toxicité, cependant on se doute tous que ce n'est pas un régime alimentaire sain.
En l'état la chose sage est donc d'éviter de consommer ces deux produits.



Et, juste pour ma défense, sans attaque personnelle, cependant pour vous faire remarquer votre propension à vilipender la comparaison et à l'utiliser à votre propre compte, et juste dans ce fil : « c'est comme quand on compare Hitler à Staline, ou la Shoah à l'esclavage » et un peu plus loin « On peut faire un parallèle avec la prostitution... ».

Je ne vilipende pas la comparaison en soi. Seulement je pense qu'il convient de comparer ce qui est comparable, que deux substances aux natures et propriétés très différentes n'ont pas d'intérêts à être comparé, mais qu'il convient de les juger chacune à part pour ce qu'elles sont.
Or l'argument récurrent pour le canabis est de dire, l'alcool est légal le cannabis ne l'est pas, c'est pas juste. Ce ne sont pas les mêmes substances elles n'ont pas la même histoire, et si la légalité de l'alcool était une erreur, ce n'est pas une raison pour en faire une seconde.


Vous élaborez, supposez, fantasmez beaucoup sur quelque chose que vous ne connaissez pas. Votre "haute dose" m'a semblé notable, ce pourquoi je l'ai singularisé. Vos jugements et vos a priori ne sont qu'un verbiage pompeux. Vous vous basez sur vos convictions, très légitimes je l'admets, mais totalement dénuées de toute nuance et de tout esprit critique et surtout de tout fondement social et réaliste.

Dire que je fantasme et que ce ne sont qu'a priori et verbiage pompeux ne s'apparente qu'à de l'incantation s'il n'est pas suivi d'un raisonnement et d'une démonstration. Ce que je disais plus en qualifiant cela de pensée magique.
Ce n'est pas parce que vous qualifier une chose qu'elle sera telle.
Enfin vous partez du principe que je ne connais pas le sujet et sa réalité, c'est d'abord, faux, et ce n'est pas un argument (c'est de l'ad hominem supposé). Dites moi que j'ai tort, et dites moi pourquoi. Pas que je m'appelle madame michu et que j'habite dans un château.
Je connais le cannabis, j'en ai fumé, j'ai côtoyé des gens qui en fumaient très régulièrement, d'autres modérément et d'autres plus occasionnellement (dont j'ai pu faire partie). Ca ne fait pas de moi un spécialiste je le conçois, mais pas moins non plus, il me semble pouvoir en parler sans dire tant d'absurdité que cela, pas plus pas moins que vous a priori.


La "pensée magique" c'est la vôtre, celle d'estimer que tout peut se résumer à ce que vous considérez comme juste, voire vrai. Je n'ai rien contre vous. Vous me tartinez des poncifs, je vous en renvoie.

Tout ce que je considère comme le plus proche de la vérité (je ne suis pas dupe sur la notion absolue de la vérité), tant qu'on ne peut me réfuter.
Or, et c'est tout l'intérêt d'intervenir sur un forum, c'est qu'on puisse me réfuter et donc me rapprocher de la vérité, ou ne pas pouvoir le faire et donc confirmer mon point de vue.
Vous m'indiquez que je me trompe sans me permettre de comprendre pourquoi, j'en présume que je ne me trompe pas. A vous de présenter des arguments et des démonstrations valables donc.


Et je suis pourtant tout à fait prêt à dialoguer. Simplement, lisez ce que j'écris et ne le réduisez pas à une médiocrité attendue (ou souhaitée). Si c'est le cas, ignorez-moi, je ne vous en tiendrai certainement pas rigueur.

Faites de même. Le procédé qui consiste à prendre un abus de langage de son interlocuteur pour tenter de le contredire en prenant une évidence n'est pas signe de respect. Vous ne me ferez pas avaler le contraire, je ne peux donc à partir de là prendre le parti que vous voulez discuter sérieusement (bien que depuis il me semble que ce soit le cas).
Ne le prenez pas mal gemp mais voici ce qui arrive souvent car le propre de l'homme ou de la femme c'est de ne pas pouvoir s'arrêter je dis bien "pouvoir " pas vouloir. Car c'est devenu une addiction. Nous ne sommes pas tous égaux face aux drogues, médocs, pathologies, et le caractère donc : Un jeune fumait jusqu'à 10 joints par jour

Vous ne pouvez pas extrapoler à partir de votre seule expérience, si vous arrivez à vous contrôlez tout le monde n'accroche pas de la même façon. C'est la même chose pour toutes les sortes de produits licites ou illicites.

C'est cela le vrai problème ..Comment contrôler chaque fumeur ? Comment expliquer que tous ne pourrons pas décrocher au bon moment .

..Telle est la question qu'il faut régler. ON ne peux le niez ..Les effets indésirables marqués sur les médocs, pas sur le joint ou le crack et autres.
au moins vous restez sur le terrain de la dépénalisation...

"à part le vin à table, et en apéro :)"

et pour ceux qui,comme vous, son contre toute substance, mais qui apprécient un petit joint de temps

en temps?
Comme je le dit, à petite dose je peux comprendre. C'est pas mon truc perso, et je préfererais que les gens s'en passent pour éviter de subventionner les trafiquants.
Je suis pas un super fan de l'alcool non plus, j'ai plaisir à boire du vin à table, et je ne le fais d'ailleurs que quand je partage des repas en famille ou entre amis. Et si le vin devait financer des trafiquants ça changerai pas grand chose à ma vie de ne plus en boire (soit un ou deux repas un week end sur deux).

Alors après ça peut être un argument pour la dépénalisation, j'entends. Au moins les amateurs occasionnels pourraient en profiter sans financer des criminels. OK, mais ça risquerait aussi d'augmenter le nombre d'abuseurs à haute dose qui se transformeraient en loque. Et contrairement à ce qui disait Varlin plus haut dans un délire créatif, cet état est plus le paravent d'une énorme souffrance qu'il n'est un acte révolutionnaire. Je ne souhaite ça à personne.

On peut couper la poire en deux, on interdit toute substance néfaste, alcool compris (ça va être très compliqué en France). Ce que je veux dire, c'est que franchement tous ces machins là, alcool, cigarette, canabis etc, on peut largement s'en passer, non?
je suis pour la dépénalisation car ça ferait une excuse de moins aux flics, comme les BACs, de

faire chier nos mômes.

je suis accros aux clopes et je souhaite que ma fille de 16 ans n'y touche pas, bien que ce ne soit

pas illégale, si vous voyez ce que je veut dire.
Rien ne permet d'affirmer que la dépénalisation ou la légalisation provoqueraient une augmentation de la consommation. On sait par contre que la lutte répressive contre la drogue n'a pas permis de l'empêcher et elle a aussi eu l'effet pervers de faire apparaître de nouvelles drogues sur le marché (en remplacement des drogues devenues difficiles à se procurer, mais je parle ici surtout des drogues chimiques).

Rien ne permet d'affirmer que la dépénalisation ou la légalisation provoqueraient une augmentation de la consommation.

Rien ne permet d'affirmer le contraire non plus.
Pur bon sens, les amateurs pourront plus facilement en acheter, les gosses auront moins de barrières pour s'en procurer (surtout si le prix est moins élevé).
Ca ne veut pas dire qu'il y aura plus de consommateurs (quoique ce soit très probable) mais qu'il y aura probablement plus de GROS consommateurs.
Ca et puis la liberté de le fumer dans la rue. Certains ne se gênent déjà pas pour le faire bien que ça reste marginal.
Alors déjà que dans certaines grosses villes de fumeurs (au hasard, Paris) on ne peut pas se promener dix minutes dans les rues sans humer les clopes pleines de goudrons des autres, j'imagine pas le bazar que ce serait avec le cannabis dépénalisé, parce que bon il faut quand même avouer que ça pue sévère en plus de faire mal au crane.
« Rien ne permet d'affirmer le contraire non plus. »

Non en effet. Ce n'est pas la dépénalisation qui fera baisser la consommation. Pour ça, il faudrait une meilleure prévention et s'attaquer aux causes (envoyer des policiers dans les lycées faire un discours moralisateur, ça ne sert à rien et c'est ridicule comparé aux moyens qu'on déploie pour la répression).
Mais si la pénalisation ne permet pas de baisser la consommation, quelle est sa justification, surtout si on considère tous ses effets pervers ?

Vous dites qu'il est « probable » que la dépénalisation provoque une augmentation mais les études à ce sujet vont plutôt dans le sens inverse (à savoir que la dépénalisation n'influe pas significativement sur la consommation). Au Pays-Bas la consommation de cannabis chez les 15-34 ans est plus faible qu'en France selon l'OEDT en 2010 (http://www.touteleurope.eu/fr/actions/social/sante-publique/presentation/comparatif-la-consommation-de-drogues.html)

Dans l'article suivant : http://www.francetvinfo.fr/trois-idees-recues-sur-la-depenalisation-du-cannabis_155465.html (qui se base sur un rapport de l'OEDT de 2011) on peut lire « [Ce rapport] montre que la consommation n'a pas baissé dans les deux pays qui ont renforcé leurs sanctions. Chez ceux qui ont choisi de moins punir les consommateurs, la situation est plus contrastée : en Grande-Bretagne et en Grèce, la consommation a fortement diminué, tandis qu'en Finlande et en Slovaquie, elle a légèrement augmenté. »
Je me suis un peu mal exprimé dans le premier paragraphe (trop tard pour modifier). Rien ne permet d'affirmer que la dépénalisation ferait baisser la consommation, mais il y a des raisons de penser qu'elle ne la ferait pas augmenter. Donc ça dépend un peu de ce qu'on comprend par « le contraire »...

Mais si la pénalisation ne permet pas de baisser la consommation, quelle est sa justification, surtout si on considère tous ses effets pervers ?

Si interdire la vente ne permet pas de baisser la consommation (et c'est un sacré "si") sa justification est juste une question de principe et peut aux yeux de beaucoup se révéler être une hypocrisie.

Mais personnellement je ne crois pas à cette hypothèse, car quand bien même sa légalisation n'augmenterait pas le nombre de consommateurs, elle changerait très probablement leurs habitudes de consommation. On imagine alors des gens qui fument dans la rue, le midi, le matin, et là ça pose énormément de problèmes de santé public et de responsabilité, cela agissant nettement sur la concentration, la mémoire etc.
Vous me direz c'est probablement déjà le cas parfois.

Quant à comparer aux Pays-Bas c'est difficile de dire, que la légalisation est le seul facteur qui explique la courbe de consommateur. Je pense qu'il y a aussi des facteurs culturels qui influent. On ne peut pas savoir comment va réagir telle ou telle population à telle ou telle règle ou telle ou telle possibilité de consommation.

On peut le constater avec le tabac, il n'est pas consommé en même proportion selon les pays, selon les régions et selon même les villes (comparez une balade en plein Paris et dans une moyenne ville de Province c'est assez bluffant).

Sur ces mesures je pense qu'on joue aux apprentis sorciers parfois. On ne sait pas trop vers quoi on va et on affirme que ça va jouer dans un sens plutôt qu'un autre.
La possibilité pragmatique c'est de présenter la chose comme une tentative.
Essayons et faisons le bilan dans 5 ans, on aura des données fiables sur lesquelles statuer définitivement. Le problème c'est que revenir en arrière peut devenir compliqué.

Enfin s'il y avait une réelle volonté de lutter contre la drogue en général, je pense qu'on n'en trouverait pas aussi facilement. Vous constaterez que bizarrement les terroristes sont empêchés assez souvent d'agir (ou alors la menace est fantôme), les trafiquants de drogues sont pléthores et à part deux trois saisies çà et là ça ne change pas grand chose.
On sait tous qu'il y a des réseaux hauts placés qui profitent de ce circuit et blanchissent l'argent au passage en finançant certaines choses. Bref cela sert de hauts intérêts donc on laisse faire.
Enfin le trafic est un métier d'avenir dans les cités où la plupart des gens n'en ont pas.
C'est parait-il ce qui paye les loyers de beaucoup. Retirer cette activité, c'est s'assurer l'émeute dans divers banlieues de grandes villes simultanément. Or plutôt que régler le problème socio-économique qui se pose en banlieue on achète tranquillement la paix sociale, notamment par le trafic, quitte à laisse certains territoires sous la coupe de petits trafiquants sans scrupules qui remplacent la république et font leurs lois.

C'est pour ça que je dis aux consommateurs de s'abstenir, c'est en consommant qu'on assure l'existence de tout ce bazar, on permet aux gouvernements de ne pas avoir à résoudre les problèmes et on pourrit la vie de pleins de gens qui subissent les caïds, sans parler des financements occultes, et des crimes.

C'est pour ça que je dis aux consommateurs de s'abstenir, c'est en consommant qu'on assure l'existence de tout ce bazar, on permet aux gouvernements de ne pas avoir à résoudre les problèmes et on pourrit la vie de pleins de gens qui subissent les caïds, sans parler des financements occultes, et des crimes.


et d'arriver vierge au mariage pour lutter contrer le sida ?
Je continue là, on manque de place, en haut.

Vous tenez absolument à rester dans le contexte, à ne surtout pas relativiser, à stigmatiser le cannabis à la fois pour sa terrible toxicité et ses méchants effets psychotropes -- que vous jugez par ailleurs inutile et dont on devrait s'abstenir. C'est noble.

Mais tout ceci s'inscrit dans un cadre. On peut ne regarder, comme le font politiques et médias confondus, que la maigre portion de la population qui consomme effectivement du cannabis et s'extasier sur ceux chez qui les problèmes de santé (ou autres) sont graves. Encore qu'il faudrait arriver à déterminer quelles causes sont directement imputables au cannabis ce qui, en restant strictement dans le contexte comme vous le souhaitez, n'est pas possible.

Ce qui démontre que tout ce foin autour de la dépénalisation de ceci ou de cela n'est pas du tout une affaire de santé publique. Puisque si on s'extrait un tant soit peu du contexte, on se rend évidemment compte que d'autres facteurs causent considérablement plus de problèmes de santé (ou autres), voire de morts qu'on peut facilement directement imputer à tel ou tel.

Dépénaliser serait la chose sensible à faire, puisque selon toute probabilité, ça ne changerait pas grand chose à l'état de fait, n'allant certainement pas faire exploser la consommation. Mais ça serait priver le pouvoir d'un commode écran de fumée qu'il ressort périodiquement pour faire peur à la bienpensance et in fine l'autorise par contumace (vu que l'opinion s'écharpe) à ne pas aborder des problèmes plus profonds -- ce qui pourrait, même, conduire à régler durablement ce de quoi il est question ici, par effet de bande.

Ça nous occupe, quoi.

Ce qui démontre que tout ce foin autour de la dépénalisation de ceci ou de cela n'est pas du tout une affaire de santé publique. Puisque si on s'extrait un tant soit peu du contexte, on se rend évidemment compte que d'autres facteurs causent considérablement plus de problèmes de santé (ou autres), voire de morts qu'on peut facilement directement imputer à tel ou tel.

Je ne suis pas naïf au point de penser qu'il soit réellement qu'une question de santé publique, mais personnellement c'est principalement celle-là qui me préoccuppe.
Vous avez raison sur ce point.


Dépénaliser serait la chose sensible à faire, puisque selon toute probabilité, ça ne changerait pas grand chose à l'état de fait, n'allant certainement pas faire exploser la consommation.

Bien sur, et je conçois votre point de vue. Moi je trouve la solution hypocrite, puisqu'elle consiste à autoriser la possession d'une chose qu'on ne peut obtenir bien souvent que par des moyens illicites. (tout le monde n' a pas un jardin ou la main verte), et donc à favoriser indirectement la prolifération de trafics, et de la criminalité qu'il y a autour (qu'elle soit de col blanc comme on l'a vu récemment ou à capuche).



Mais ça serait priver le pouvoir d'un commode écran de fumée qu'il ressort périodiquement pour faire peur à la bienpensance et in fine l'autorise par contumace (vu que l'opinion s'écharpe) à ne pas aborder des problèmes plus profonds -- ce qui pourrait, même, conduire à régler durablement ce de quoi il est question ici, par effet de bande.

Je suis sur ce point là en parfait accord avec vous.
Celui qui voudra vraiment fumer le pourra dépenalisé ou non. Sauf que pénalisé, il y aura probablement moins de gens qui s'y mettront, et moins qui continueront.
Lien vers une etude? Ou bien encore le bon sens (ennemi de la reflexion)? Vous semblez oublier le facteur "l'interdit attire", qu'il serait necessaire d'evaluer pourtant

Qu'un enfant se fasse piquer pour détention c'est l'apprentissage de la vie et des conséquences de ses actes, ça ne fait pas plaisir, mais après le problème c'est qu'on ne peut logiquement pas accepter la possession si on interdit la vente (lien de cause à effet) puisque c'est les demandeurs qui font les dealers dans le fond.

Dans ce sens j'espère souvent que certaines personnes que je croise parfois qui fument des joints de temps en temps (ce qui n'est pas très grave sur le plan de la santé, même si personnellement je suis contre toute substance pour moi-même, à part le vin à table, et en apéro :) de temps en temps) acheté au dealer du coin, se rendent compte de toutes les conséquences néfastes qu'a leur petit plaisir pas indispensable, puisque ça finance malgré tout des délinquants et des criminels, et que ça favorise l'accès à la drogue aux plus atteints.
Vous vous placez ici dans le contexte de l'interdiction pour essayer la depenalisation. Si c'est depenalise, alors on change de paradygme, on a le droit de faire pousser, et plus besoin de vente pour la possession...

J'ai par ailleurs connus des gens pour qui le shit c'était le principal objectif de la journée. Le joint du matin, puis aller en acheter, pour préparer le joint du milieu de matinée, puis manger, pour apprécier le joint d'après repas, puis trouver des feuilles pour préparer le joint du milieu d'après midi et le joint du gouter etc.
Des personnes très vives et brillantes se sont transformées en loque, complètement abruti et endormi avec ce truc là à haute dose, le pire c'est que les effets ensuite ne sont pas temporaire.
On a tous connu des gens, qui donnent des exemples dans un sens ou l'autre. Quand j'etais en prepa, 1/3 de ma classe fumait des joints, on a tous fini en ecole d'ingenieurs...

A petite dose je peux comprendre, mais vu les nuisances que ça engendre que ce soit économiquement ou sur le plan de la santé, franchement on peut tous s'en passer.
Vus les problemes que l'homme cause a la planete, on pourrait se passer de la plupart. Est-ce pour autant une solution?
Gildas est il un dieu ? Il a le droit de me passer pour une idiote et moi non ? Et puis quoi encore ! Je vais me gêner tiens ....Pfuuuiitt !

Je crois que vous n'avez pas besoin de lui, vous le faites très bien toute seule

Je ne suis pas méchant en général, mais si ça pouvais vous ouvrir les yeux, et vous rendre compte que vous ne raisonnez plus, mais vous partez dans le passionnel, ou l'affect qui ne mènera a rien..

il y a un truc qui s’appelle l'éducation au fait ...