37
Commentaires

Blanquer, et le vrai-faux retour du redoublement

Scoop ! Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, va autoriser le redoublement. Une pratique jusque là prohibée, si l'on en croit les titres des nombreuses reprises de dépêche AFP et autres articles parus ce jeudi 8 juin. Pourtant, le redoublement n'a jamais été réellement interdit, et le ministre de l'Education, qui reste peu précis, ne semble pas annoncer de grand changement sur cette question.

Derniers commentaires

Je me permets de faire remonter ce sujet pour rappeler qu'en 2009 Alain korkos avait consacré une de ses chroniques ici même sur @si à l'analyse d'un portrait de Blanquer.
Il y a dix minutes, deux lycéens sont venus me proposer des produits Thiriet, en m'affirmant qu'il sont en compétition avec des élèves de leur classe, et que trouver des clients pour la vente à domicile de ces surgelés, leur rapporterait des points au bac !
Les former très jeunes aux nouvelles stratégies commerciales en les aidant, de surcroît, à obtenir leur diplôme est une excellente initiative.
Merci, Thiriet !
Voilà une belle initiative, en effet. On pourrait l'améliorer en les dispensant de suivre des cours, de façon à ce qu'ils puissent se
consacrer à plein temps à la vente de divers produits.
Sont venu me... ils sont...
Venu sans s, ils avec un s.
Pfff ! Si encore j'avais séché mes cours de français pour vendre du poisson pané. Mais même pas. Aucune excuse.
", leur rapporterait des points au bac ! "
Êtes-vous sûr de ne pas vous être fait rouler dans la panelure?
Je ne les ai pas du tout interrogés là-dessus, me contentant de refuser leur offre.
Mais je ne serais pas vraiment surpris qu'ils aient dit vrai.
Je crains hélas que ce soit parfaitement vrai ! puisque d'autres lycéens le font et en rendent compte sur le site officiel de leur académie....

On n'est plus si loin de la Pizzérature

Et j'ai publié il y a quelques jours un mail reçu sur ma boite pro d'enseignante de l'élémentaire pour ce programme qui initie les 8-11 ans à l'entrepreneuriat, l'association est agréée par le ministère depuis 2012.

Une synthèse intéressante de Paul Ariès sur ces problématiques.
Je crains hélas que ce soit parfaitement vrai ! puisque d'autres lycéens le font et en rendent compte sur le site officiel de leur académie....

Ces "lycées des métiers" ont d'ailleurs été instaurés par Mélenchon.

Le Medef en rêvait... Mélenchon l'a fait.
Oui.
Et ?

Quand bien même ça serait instauré par ma mère ou mon mari, quand je trouve qu'un dispositif pue, je dis " je trouve que ça pue".
Les lycées des métiers, ce sont des lycées où on prépare des diplômes donnant accès parfois directement à un métier, où à une autre formation dans ce même métier, car faisant acquérir des compétences professionnelles parmi d'autres plus générales.
La manière dont Tigi en parle en amalgamant une pratique un peu limite qui semble hors du champs des pratiques lycéennes, avec le mot "métier" que Mélenchon (qui est la cause de tout, en particulier des messages de Tigi) a osé plaqué sur les lycées préparant des bacs technologiques pour les distinguer à la fois des lycées professionnels et des filières purement générales.
Je ne crois pas que Ervé a voulu dire que "métier" c'est beurk.
Mais que apprendre suppose justement de ne pas être jeter en pâture, il doit rester une interface. Si l'école c'est la vie, c'est comme si il n'y a pas d'école.
Si l'école c'est la vie, c'est comme si il n'y a pas d'école.

100% ok.
Je n'amalgame rien, je donne une info.
Il se trouve que le lien donné par Bruanne pointe vers un "lycée des métiers", et il se trouve que le ministre Mélenchon était à l'époque pointé du doigt par les syndicats de gauche pour la mise en place de ces "lycées des métiers".

Avez-vous des éléments indiquant que ces jeunes gens qui préparent un bac vente sont "jetés en pâture" (avec la complicité de leurs enseignants) quand ils ont l'occasion de pratiquer presque pour de vrai une expérience de vente... pendant 2 jours ?

En quoi est-ce que cela constitue, selon vous, "une pratique un peu limite qui semble hors du champs des pratiques lycéennes." ?
Merci Bruanne pour cette précision et, à l'occasion, pour l'ensemble de vos commentaires.
Ce que je demandais de vérifier est que cela " leur rapporterait des points au bac" qui ne me semble pas établi.
Ce que je demandais de vérifier est que cela " leur rapporterait des points au bac" qui ne me semble pas établi.

Ah, ok, j'avais pas compris.
Si l'établissement a mis ce "raid Thiriet" à l'intérieur d'un module qui rapporte des points en contrôle continu, c'est pas exclu.
Ervé pourra peut-être nous le préciser en se renseignant sur place ?
Ce sera difficile. Les lycéens ont terminé leur porte à porte dans mon quartier, et je n'ai pas noté le nom de leur établissement.
Mais comme ils sont également passés chez mes voisins enseignants que je vois demain, j'essaierai de me renseigner auprès d'eux.
Les former très jeunes aux nouvelles stratégies commerciales en les aidant, de surcroît, à obtenir leur diplôme est une excellente initiative

Quand on prépare un Bac Vente, il est en effet recommandé de s'entraîner... à vendre.
C'est un peu le cœur du métier, vous voyez ? :-)

Comme il est recommandé de s'entraîner à confectionner des bouquets si on veut devenir fleuriste.
Quand on prépare un Bac Vente, il est en effet recommandé de s'entraîner... à vendre.
C'est un peu le cœur du métier, vous voyez ? :-)


Oui, et pour s'entrainer d'ordinaire on fait un stage, dans une entreprise, avec un tuteur qui nous encadre ...si c'est de la formation.
Disons que là c'est une formation de 1 jour avec les commerciaux de Thiriet, pour ensuite 2 jours de pratique de vente en porte à porte, sur le mode compétition ... les gagnants sont récompensés en bons d'achat, les autres ont rapporté des vrais clients.
Ce sont donc des vendeurs qui apprennent la vente, mais pas la commission, à mon avis, il leur manque un élément fondamental de leur coeur de métier. Qui, de surcroît, est pour beaucoup de ces professionnels-là un fort levier de motivation.
Mais, ô, merveille, ils pourront mettre dans leur CV qu'ils ont fait un raid de vente de 3 jours quand ils étaient au lycée.
Le monde est donc merveilleux.
Là, vous semblez dire que ces 2 ou 3 jours d'expérience de vente en porte à porte ne servent pas à grand chose, à part mettre une ligne dans le CV de ces jeunes gens.

Si vous étiez enseignante d'une classe de Bac vente, que feriez-vous ?
Si vous étiez enseignante d'une classe de Bac vente, que feriez-vous ?

Je vous avoue que l'hypothèse est particulièrement difficile à envisager.
Mais si je me force à dérouler le truc, je sais : un burn-out.
Dites-moi Tigi, vous préparez un bac "co**eries" et vous vous entraînez avec nos depuis un à deux mois.
C'est le stage @si.
Sûr, vous l'aurez votre bac, avec la mention très bien.
Vous n'avez pas encore compris que vos insultes me laissent indifférent ?
@Tigi,

Ceci, est la tournure que nous, Occitans, mettons pour dire "con", "conneries" avec un côté gentillet non négligeable.
Si vous voulez des insultes, je peux y aller...mais je n'aime pas, mon pauvre.

Bonne fin de semaine.
Profitez du soleil, les coquelicots éclatent leur couleur.

Dans les différentes symboliques, celle que je préfère est: " Le coquelicot est le symbole de Morphée le dieu des rêves et du sommeil dans la mythologie gréco-latine."

Dormez!
L'interdiction de redoubler existe bel et bien et,malgré ses déclarations,le nouveau ministre ira à Canossa. En première on trouve des élèves (plutôt des garçons) qui ont fait une seconde médiocre mais pour lesquels le choix (des parents) s'est porté sur la section S en raison du "syndrome du wagon de première classe". Pour ceux qui ne connaissent pas: c'est ce qui vous pousse à choisir ce wagon parce que vous avez vu que ceux qui sont dans ce wagon ont l'air plus riches,plus détendus et sont mieux traités. Que se passe-t-il à la fin d'une année catastrophique en fin de première? L'élève continue dans sa filière sauf si ses parents sont revenus de leur aveuglement et sont POURVUS DE SOLIDES RELATIONS. Que se passe-t-il ensuite pour l'élève collé au bac? Le proviseur de son établissement admet qu'il a le DROIT de redoubler mais que les murs de son établissement ne sont pas extensibles et qu'on ne peut bourrer les classes au-delà d'un certain seuil,bref,il engage cet élève à aller se faire voir ailleurs (si on y veut bien de lui).
A moins que les choses aient bien changé il en est de même pour le passage de quatrième à troisième puis de troisième à seconde pour les mêmes raisons. A de rares exceptions près la troisième et la seconde se faisant dans 2 établissement différents il est tentant de céder aux objurgations des autorités administratives et d'envoyer tout le monde en seconde. Il faut savoir ,en effet, que les dites autorités tiennent des états des pourcentages de redoublement et font pression pour que ça baisse.
Toute cette gabegie fait d'ailleurs partie d'un ensemble plus vaste qui concerne l'orientation des élèves. Ici je vais évoquer un souvenir personnel,il est ancien mais je pense que les choses n'ont pas vraiment changé. A la fin d'une année scolaire dans le collège où j'enseignais alors tous les professeurs principaux ont été convoqués (dont moi-même) pour se faire savonner la tête:"VOUS DEVEZ ENVOYER MOINS D'ELEVES EN COLLEGE TECHNIQUE ET PLUS EN SECONDE GENERALE" ... Explication (et je jure que c'est vrai!) "On peut toujours mettre quelques élèves de plus dans les secondes générales,c'est l'affaire de quelques tables et chaises supplémentaires,en revanche créer un poste supplémentaire en collège technique nécessite d'acheter de coûteuses MACHINES et nous manquons de moyens".
Autre scoop ce matin...

Des stages de remises a niveau au mois d'aout avec des profs volontaires payés en heures sup....

Ah ben non ca exixte déjà...

LOL des fois quand même
Je me demande si les journalistes savent bien ce qu'il se passe à l'EN ?

En fait, je ne me le demande pas du tout.
Bon, là, ça y 'est, ça m'énerve.

Ce papier est typiquement du genre de ceux qu'on peut pondre en faisant une recherche sur internet, mais y'a un moment où il faut se dire que la vraie vie passe peut-être AVANT, non ?

Si, le redoublement a été interdit en partie dans les textes et beaucoup dans les faits.

Si un jour @si veut faire un vrai dossier là-dessus, y'a pléthore de profs de tous niveaux parmi les abonnés et je suis sûre qu'on serait nombreux à être ok pour expliquer ce qui est interdit par les textes et ce qui est interdit dans les faits.

Donc, une fois n'est pas coutume, je trouve que les titres de ces jours-ci ne sont pas si abusifs que ça et que le "démenti" d'@si est bâclé.

Et j'en profite pour dire que je trouve carrément insultant et irrespectueux qu'un ministre dise que ça peut s'envisager " si c'est dans l'intérêt de l'élève" sans que personne ne relève l'immense stupidité de cette posture.
Mais scrogneugneu, on est profs, pas bourreaux !
Qui pense sérieusement que quand on a passé 6 heures par jour avec un enfant pendant un an (ou plus), c'est en pensant à autre chose que son intérêt qu'on en arrive à la conclusion que lui demander d'aller plus loin c'est lui en demander trop et que du coup on trouve préférable de lui laisser du temps !?!?!

Et entièrement d'accord avec GPMarcel, il est à prévoir que les délires sur les méthodes de lecture vont recommencer....
Attendez un peu!
Dans quelques temps on va reparler des méthodes d'apprentissage de la lecture.
Quand il était chez de Robien c'était un des thèmes privilégiés...

Sur ce thème là, on va redoubler.
Ce qui est interdit depuis 2014? C'est simple: en fin de 2nde en tout cas, c'est de proposer le redoublement à l'élève. La demande doit venir de la famille, ce qu'elle fait parfois si elle n'est pas d'accord avec la 1ère proposée. Oui, on est obligé de proposer une 1ère.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.