55
Commentaires

Avisa partners attaque "ASI", nous avons besoin de vous !

Avisa Partners n'aime pas que la presse enquête sur ses activités de lobbying et ses méthodes parfois douteuses. Pour l'avoir fait, "Arrêt sur images", entre autres, est sous le coup de ce qui ressemble fort à une procédure-bâillon, extrêmement coûteuse pour un média indépendant.

Commentaires préférés des abonnés

J'suis vraiment inquiet car toute la presse indé quémande constamment des sous et subit des pressions.


C'est le cas aussi de LeMediaTV je crois. D'ailleurs, ils lancent une campagne pour en faire une vraie chaîne de TV... @SI et d'autres Indés pourrai(...)

Si cela est possible, je souhaiterais donner , sous forme de don  défiscalisé .


J'aurais, en plus d'être utile, la jouissance de faire subventionner  l'Etat ( macronien ) à raison de 66 %.


Je pourrais donc donner trois fois plus.

(...)

j’ai voudrais bien mais…


Lorsqu’il y a eu l’affaire de la tva, j’ai donné sur la plateforme adhoc.


Cependant, à mon niveau, je n’ai jamais eu le moindre bilan de ce qu’il en était advenu : combien avait été récupéré par les dons? ce que ça avant coûté (...)

Derniers commentaires

Sylvain Fort rejoint l'équipe d'Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle de 2017 comme conseiller à la communication le 30,31,32. Certains journalistes ont évoqué les controverses qu'il aurait eues avec eux pendant la campagne33,34. Il rejoint en le cabinet de la présidence de la République comme conseiller chargé aux discours et à la mémoire35,36. Ce nouveau poste à l'Élysée a notamment la responsabilité des relations avec les intellectuels et des questions en lien avec la mémoire37. À partir d', il reprend la main sur la cellule communication, après le départ de Bruno Roger-Petit. Le est rendue publique son intention de quitter ses fonctions avant la fin du mois de janvier38. Dans Le Parisien il indique qu'il en a informé le président depuis plusieurs semaines, tout en l'ayant assuré de sa totale fidélité.

En 2019, il est chargé de superviser la collection artistique de François Pinault39, à la suite de Jean-Jacques Aillagon, poste qu'il quitte en 40. Il rejoint alors le cabinet d'intelligence économique français Avisa Partners comme associé, de mars 202041 à mars 2022, avant de démissionner pour d’autres projets42

La ministre porte parole du gouvernement

Biographie

Formation et carrière

Après une classe préparatoire littéraire au lycée Sainte-Marie de Neuilly, Olivia Grégoire obtient une licence d'histoire à l'université Paris-X en . Diplômée de Sciences Po Paris en (section « communication »), elle complète sa formation à l'ESSEC en 2002 avec un master spécialisé en marketing1,2,3.

Elle rejoint ensuite l’agence de publicité-communication DDB France en tant que directrice du développement durable. Elle occupe ensuite la même fonction pour l’agence de publicité W&Cie à partir de et dans l’entreprise Saint-Gobain en 4.

Après une mission de deux ans pour Etalab jusqu'en 20135, une institution spécialisée dans l’ouverture des données publiques placée sous l’autorité du Premier ministre, elle rejoint comme directrice associée le cabinet d'intelligence économique français iStrat (depuis renommé Avisa Partners)6,7,8. Cette société avait été épinglée9,10 à cette période par le Journal du Net pour la diffusion, sur des blogs hébergés par la presse en ligne, d'articles favorables à ses clients sous des identités fictives – dissimulant ainsi le caractère commandé de la publication et donc le conflit d'intérêts associé. Selon le témoignage d'anciens salariés d'iStrat, qui contredisent les déclarations d'Olivia Grégoire, elle aurait elle-même supervisé la rédaction de tels articles de commande dissimulés pour ses clients8. Mi-2022, cette collaboration avec iStrat n'apparaissait pas dans les biographies présentes sur son site personnel ou sur le site du gouvernement8. En juillet 2022, Mediapart accuse Avisa Partners d'avoir modifié sa fiche Wikipédia en passant par un pseudonyme n'ayant pas déclaré son conflit d'intérêts11.

À son départ d'iStrat en avril 20148, elle fonde son propre cabinet de conseil en stratégie et communication, dénommé Olicare, spécialisé dans le suivi des PME et TPE et des sujets touchant au numérique et à la santé12. Devançant la loi pour la confiance dans la vie politique, elle annonce sa fermeture au début de son mandat13 et procède à sa dissolution un an plus tard14

et un conseiller ,ou porte plume  du président ,travaillaient dans cette entreprise,Avisa Partners .

En tout cas, le procédure bâillon d'Avisa Partners n'a pas l'air d'émouvoir notre chère presse de révérence.

Ce qui m’ennuie c’est qu’@si semble se positionner dès le départ comme perdant alors que les sommes éventuellement allouées par les tribunaux au titre d’une procédure abusive et au titre de l’article 700 du NCPC hors dommages- intérêts ne sont quand même pas complètement négligeables quand le demandeur perd son procès.


Mais je ne maîtrise en l’espèce, comme disent les avocats, ni le dossier ni la jurisprudence simplement je réagis en juriste retraité choqué que l’un de ses sites préférés subisse une telle épreuve !

Soutien total a ASI auquel je suis abonné depuis le début !

Bonjour la rédaction,


Merci de nous tenir au courant de la progression des dons utilisés pour contrer Avisa Partners en affichant un petit compteur avec le solde de la collecte.

Cela pourrait en motiver certains et j'espère nous rassurer sur votre avenir.

Bon courage 

Bien cordialement,

JYG

Il faudrait imaginer une sorte de caisse des frais de procès, un peu comme une caisse de retraite. 

Pour garantir à tous le droit à l'information.

Bonjour, je pense qu'il y a un pb sur le site de donation; ça "bugge" après avoir certifié que "je ne suis pas un robot" ! (pourtant je vous jure que j'existe en vrai)...

Désolé, ce sera pas possible pour moi. Déjà abonné et pas les moyens de faire plus (difficile de défiscaliser une non-imposition 😁) mais le coeur y est et je vous soutien!


Tout ce que je peux vous offrir, c'est une idée,  un peu naïve certes, mais je me dis qu'avec vos puissances médiatiques respectives et vos suiveur.euses sur votre réseau social préféré,  il ne serait pas deconnant que vous vous mettiez tou.te.s ensemble en mode contre-attaque médiatique pour lancer un hashtag du type #payetonbaillon, visant à mettre la pression sur le pouvoir législatif afin qu'il définisse et légifère autour de ce type de procédures et qu'il déterminent un montant de "dommages et intérêt automatiques" si les plaintes n'aboutissent pas.


Bon, voilà,  c'est tout ce que j'ai à offrir en attendant d'avoir un meilleur salaire!


Courage à vous! Vous faites du bon boulot

C'est dans ces moments là que je suis fier de déjà vous soutenir !
Et de vous lire ! De mieux en mieux. Merci. Juste merci. 

Merci pour ces informations. On va vous aider et relayer. Longue vie à @si.

La plateforme de dons a l'air HS : Traitement... puis redemande plusieurs fois de cocher Je ne suis pas un robot.

Or je confirme Je ne suis pas un robot robot robot robot robot robot robot robot robot robot robot robot...

Plus sérieusement, nouvelle tentative demain.


Je plussoie... Voilà  bientôt une heure que j'essaie.


Sans doute le site est-il débordé par une avalanche de dons et dès la semaine prochaine toute l'équipe d'ASI part s'installer aux Seychelles (en jet privé, bien sûr).

Avec jacuzzi, comme ils disent chez Fakir...

Bonjour,

Nous avons effectivement eu quelques retours signalant des dysfonctionnements de cette plateforme.
Pourriez-vous m'écrire à l'adresse webmaster@arretsurimages.net en me donnant un peu plus de détails comme le matériel (ordinateur,tablette, smartphone, modèle et version) et surtout le navigateur (et sa version) que vous utilisez, ainsi que les extensions tierces éventuellement activées dans votre navigateur.

Merci !

ATTENTION! le site déconne mais prélève qd-même les sous! (m'en suis aperçue en retournant sur mes mails où j'en avais un de remerciements!).

En fait ils prélèvent mais ne confirment pas le prélèvement!

Bonjour,

Il est censé y avoir un message de confirmation à l'écran (je suis en train de me renseigner à ce sujet), mais vous recevez surtout immédiatement une confirmation par email, ainsi que votre reçu fiscal. 

Merci de votre soutien !


Il doit y avoir plusieurs cas de figure, car j'ai fait 2 tentatives : ni remerciement, ni prélèvement sur mon compte bancaire (alors que des achats fait plus tard apparaissent).

J'ai envoyé les infos à Sébastien.

Le mieux, à mon avis est d'attendre le retour de sa part.

avant de cocher Je ne suis pas un robot, il faut regarder à gauche les images à retrouver ; bonne chance

C'est effectivement souvent comme ça.

Mais jusque là, ces images ne s'affichaient pas.

Contrairement à ce que je disais dans un autre message, j'ai ré-essayé ce matin : plus de vérification Je ne suis pas un robot, toujours pas de confirmation, mais réception d'un courriel avec reçu fiscal.

Si votre article est carré, ne serait-il pas mieux de se reposer soit sur un prêt pour étaler la dépense sur plusieurs années et absorber le choc, soit sur un provisionnement (j'imagine que si vous avez 16K€ de bénéfice annuel, vous avez provisionné de l'argent pour les imprévus). 


Car tout de suite se tourner vers le client (probablement pas riche lui non plus) pour lui demander de l'argent (qu'il ne reverra jamais alors que si vous gagnez vos frais seront remboursés pour tout ou partie), ça ne me parait pas top top. Faire appel à nous pour les situations critiques OK, mais pour si peu ?

Est-ce que les articles sur Avisa Partners sont en accès libre ? J'aimerais relayer cet appel sur mes réseaux sociaux mais je pense que cela serait plus fructueux si les gens peuvent accéder à l'enquête d'abord (ou au moins une partie) pour se faire une idée...

Si cela est possible, je souhaiterais donner , sous forme de don  défiscalisé .


J'aurais, en plus d'être utile, la jouissance de faire subventionner  l'Etat ( macronien ) à raison de 66 %.


Je pourrais donc donner trois fois plus.

Et sur quel compte doit on verser de l,argent ? Quid de la solidarite des autres organes de presse et de la profession de journalistes ?

j’ai voudrais bien mais…


Lorsqu’il y a eu l’affaire de la tva, j’ai donné sur la plateforme adhoc.


Cependant, à mon niveau, je n’ai jamais eu le moindre bilan de ce qu’il en était advenu : combien avait été récupéré par les dons? ce que ça avant coûté réellement au final ? quelle part des dons avait été utilisée pour payer (ou pas) le redressement de tva (total ou réduit )? S’il y a eu excédent, qu’est-il devenu ? 


Avant d’écrire ce texte, j’ai cherché sur le moteur de recherche "bilan redressement tva" et "bilan tva" et ai obtenu 0 réponse dans les 2 cas. Est-ce que je cherche mal ? 


quel scandale  ! tout notre soutien !

J'suis vraiment inquiet car toute la presse indé quémande constamment des sous et subit des pressions.


C'est le cas aussi de LeMediaTV je crois. D'ailleurs, ils lancent une campagne pour en faire une vraie chaîne de TV... @SI et d'autres Indés pourraient pas relayer ça / les rejoindre ? Si on ne passe pas à l'échelle supérieure on continuera de voire des 10aines de titres vivoter... 


cf https://www.lemediatv.fr/on-change-tout

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.