169
Commentaires

Avec les vrais gens, Sarkozy a-t-il traversé la ligne j@une ?

Et si on donnait, pour une fois, la parole aux blogueurs ? TF1 et Nicolas Sarkozy ayant décidé de se passer des journalistes politiques, nous avons décidé de solliciter, pour commenter cette émission... des blogueurs, au détriment aussi, des commentateurs professionnels.

Derniers commentaires

Je viens de découvrir une séquence (dont DIMANCHE + vient de livrer un extrait ce midi) que voici :

http://www.dailymotion.com/video/xb4rai_le-vrai-nicolas-sarkozy-devant-dany_news

Certes, il était peut-être utile de pointer du doigt les pagnolades grotesques de Frêche, mais là, on a vraiment un problème, et c'est à dessein Guy que je place le lien de cette séquence dans un forum de LA LIGNE JAUNE ! N'est-elle pas franchie ici comme jamais ? Sous les or de l'Elysée ? Dans le reflux des rires de complaisance ? J'ai eu la nausée face aux allusions hallucinantes du premier des français, face à un Boon qui, pour complice qu'il soit, est dans l'incapacité de stopper le flux du Président pour lui dire, "Vous ne pouvez pas dire ça ! Je suis fier de ma famille, je suis là AUSSI, peut-être surtout grace à eux..." je ne sais pas ! N'importe quoi, quelque chose qui aurait pu stopper le train invraisemblable de cette logorrhée social-raciste vomitive ! Je serais curieux d'avoir les réactions ou réflexions d'autres @sinautes... c'est moi qui suis dingue où cet homme a-t-il vraiment lâché la rampe ?
super émission superbement conduite et animée :)
J'aime beaucoup le clin d'oeil à la fin de l'émission. Très sympa au passage cette dernière. :)
Ce ne sont pas des sujets de garde-barrière ça fait aussi parti de l'avenir!"Merci"pour le mépris pour les gens peu instruits!Ceci dit votre émission était très intéressante et vos idées bonnes,mais parlez en français s'il vous plait.
Guy, (puisque le Président se permet d'interpeller des personnes qu'il ne connaît pas par leur prénom, je prends aussi cette liberté)
Pouvez-vous arrêter d'utiliser des expressions anglaises quand l'équivalent français existe ? Je suis anglophone mais cela me gêne en tant que française, téléspectatrice d'une émission française, animée par un journaliste français, qu'il soit utiliser de telles expressions. Vous sous-entendez par cette pratique et mettez dans la tête des personnes qui vous écoutent, de manière presque subliminale, que le français est insuffisant pour exprimer les concepts d'aujourd'hui, modernes, etc. Face à face peut se prononcer en français, il existe le terme intervention ou mise au point alors que vous avez utilisé un mot anglais, c'est très agaçant. Vous apportez aussi de l'eau au moulin de Bernard Kouchner qui a déclaré que l'anglais est l'avenir du français. Or je veux lutter contre cette idée pour qu'elle ne prenne même pas racine. Car si nous nous y arrêtons cinq minutes ; cela ouvre la voie vers tout un champs d'inégalité d'accès à la compréhension de l'information, aux personnes "défavorisées" qui n'auront pas eu les moyens financiers ou autres, de maîtriser suffisamment deux langues. S'il vous plaît attachez-vous à la notre. Cela fait très cheap d'utiliser des mots ou expressions anglaises ;-)

Cordialement,
à propos de la dame du supermarché (c'est le seul moment que j'ai regardé pour l'instant, je n'ai pas vu l'émission) :
personne, à ma connaissance, n'a relevé l'erreur de Sarkozy sur les bourses de ses enfants.Elle dit deux fois qu'1 est au lycée, 1 au collège et Sarkozy répond 2 fois avec Pécresse et l'augmentation des bourses de l'enseignement supérieur ...
Plutot que de savoir si il est plus intéressant d 'avoir des journalistes ou non face a notre bien aimé président, il me semble important de militer pour une " journaliste attitude"
Le péché mignon de Thomas Legrand n'est il pas de revendiquer avoir des conférences de presse? Tant que l'interlocuteur n'a pas répondu à la question sur le fond, il n y a pas d'autre question ou le journaliste suivant repose la même....(reve?)
Il faut par ailleurs des questionneurs Hyper pointus sur le sujet abordé.. ( exemple catastrophique de Jf Kahn parlant de la grippe...)

Il faut une Caroline Fourest pour pouvoir argumenter correctement avec le redoutable communiquant Tarik Ramadan.....

Alors Sarko.....
A mort Sarko !!
C'est pour çà je ne le regarde jamais...
Villepin Président en 2012 - Sarko en prison !
La seule chose qui soit claire, pour moi, c'est que ce type d'emission, comme tous les modes de communications utilisés de plus en plus par les pouvoirs (celui de sarko parmi d'autres) fait abstraction du réel débat démocratique : c à d que le cadre, comme le format ne sont pas faits pour une réflexion sur les enjeux et les choix mis en place en regard de choix réellement alternatifs possibles. Le discours de l'invité n'est ainsi inscrit que dans le cadre de sa politique ou de sa vision politique. Pire, le débat avec un panel souvent de "partenaires" revient à n'inscrire la pensée politique que dans le seul cadre de l'action et de la pensée dominante. Sur le fond, dans le cas d'espèce, il serait au contraire nécessaire de construire un débat partant des mêmes préoccupations des "gens" mais en mettant en regard des choix et actions du Président, ce que proposent d'autres logiques politiques.
Sortir du "moi, je" pour s'installer dans le "nous, nous".
Cela nous immuniserait contre les pseudos "erreurs", "ommissions", "contre vérités"...mais aussi contre les pbs factices de modes d'interpellation, d'enfermement dans la mythe d'une communication personnelle ... alors que les préoccupations sont générales.
Sarko ne mord pas le trait, il creuse le sillon de de la pensée unique, libérale, dans des logiques fatalistes et instrumentalise les "prisons mentales" construites jour après jour pour que personne n'"ose" plus "rêver" comme y invitait Hugo, et ne remette en cause les principes sociaux et économiques qui bloquent la situation. C'est de totalitarisme qu'il s'agit en fait derrière le rideau de fumée du débat démocratique avec de "vrais" ou de "faux" "gens" !

De ce point de vue les "Dires" d'Hervé indiquant que les "choix du président sont restreints", car "la situation ne permet pas de faire grand chose", montre bien la réussite : ce qui n'est qu'une opinion devient ainsi une évidence, une sorte de trivialité qu'il serait insensé de remettre en cause ! Le débat est borné. De ce fait, tout en découle : puisqu'il n'y a pas d'espace on ne peut que discuter des formes et de la "qualité de la prestation". Effectivement, c'est réussi pour le sytème !

Une télé alternative, proposant un réel débat démocratique, plus complexe, plus contradictoire, plus inceratin reste à construire. Sarko pas plus que TF1, ni que le sytème n'en veut. Ils n'ont pas franchi la Ligne jaune ! La vraie, celle du refus du dogme.
Il faudrait analyser AUSSI les émissions-radio où à 99%, les animateurs ( Ecouter les émissions-Demorand, Le Téléphone sonne etc) interpellent les auditeurs au téléphone par leurs prénoms ? Certes, pour Sarko, il y a une difficulté à mémoriser les noms de famille ( surtout ceux qui ne sonnent pas "français") mais soyons justes, c'est quasi-général - et ce n'est guère interrogé lorsqu'il s'agit de nos vertueux présentateurs radios ( publiques et privées). Comme si, nous autres auditeurs, étions à materner... C'est que le Média veut la proximité (maternelle) et ne veut surtout pas du Nom-du-Père qui viendrait introduire de la Séparation et de la Perte ( d'auditeurs ?)
C'est que dans les idées reçues increvables, c'est toujours Maman qui appelle son petit par son doux, très doux prénom.

PS : Bonjour à Dany, Guitou et à Judith (surtout)
Vous dites que certains noms vous ont paru bizarres Guy.
Vous avez cru à des pseudos dites-vous.
On a tous un pseudo.
Birenbaum, c'est un pseudo je suppose.
Parce que Asinus erectus, c'est un pseudo.
acte 1: 10 min 20
"Vous êtes partis à fond dans la propagande politique...on est le pays au monde qui donne le plus d'aide sociale,c'est vrai ça!...Moi je le vois dans ma ville..."et plus loin..."je ne fais pas de politique là"

or on a entendu quoi juste avant? "toutes les réponses données par Sarkozy ne collait pas pour cette dame" ce qui est incontestablement un fait et ne relève donc pas de ce qu'on peut nommer propagande.
au niveau des aides sociales est-ce que quelqu'un a des données? notre politique (qui ne fait pas de propagande contrairement aux autres invités du plateau ! ) ne cite pas de source...Non, parce que si c'est comme pour les impots(sarko a dit que si nous qui en payions le plus au monde ce qui est faux),là pour le coup ce serait vraiment de la propagande non?

en effet selon la classification des techniques de propagande que j'ai publiées ici: http://pythacli.chez-alice.fr/bouyguesbrother.htm
son discours à lui recèle au moins 3 techniques de propagande

Imprécision intentionnelle : il s'agit de rapporter des faits en les déformant ou de citer des statistiques sans en indiquer les sources. L'intention est de donner au discours un contenu d'apparence scientifique, sans permettre d'analyser sa validité ou son applicabilité. ("on est le pays au monde qui donne le plus d'aide sociale,c'est vrai ça!")

Stéréotyper ou étiqueter : cette technique utilise les préjugés et les stéréotypes de l'auditoire pour le pousser à rejeter l'objet de la campagne de propagande. ("on est le pays au monde qui donne le plus d'aide sociale" stéréotype colporté depuis des années, vrai ou faux?)

Redéfinition, révisionnisme : consiste à redéfinir des mots ou à falsifier l'histoire de façon partisane. ("je ne fais pas de politique là" "Vous êtes partis à fond dans la propagande politique")

acte 2: généralisation de la perte de sens décrite par l'infirmière : je confirme au moins pour l'éducation
sentiment d'avoir été trompé quand on voir l'évolution sur 20 ans: je confirme aussi au moins pour l'éducation
nouvelle sortie très politique du politicien "c'est pas comme ça dans tous les hopitaux"
guy: il n'y avait pas de journaliste ! (sympa pour pernaud !)
on parle encore de "mystification" au sujet des créations d'entreprise stimulées par la baisse des charges
on peut revoir la liste des techniques de propagande déjà citée

quand on parle de panel de 3 journalistes
il aurait été intéressant de rechercher les images des différents exercices de comm de sarko
les conférences de presse (celle où il agresse Joffrin si ma mémoire est bonne)
l'émission avec un duo de journaliste ( Chabot et PPDA si je me souviens bien)
dans ces 2 autres dispositifs a-t-on eu de meilleures réponses? avons nous vu les journalistes contrer les mensonges du président? et plus généralement voit-on les journalistes sortir le bon graphique qui tue au moment ou le politique sort son mensonge (facile pourtant ils sortent presque toujours les mêmes)
d'ailleurs guy le dit ensuite dans l'acte 3

acte 4: petite gaterie
notre politique de l'UMP dit que les politiques se sentent fliqués parce que dès qu'ils disent quelque chose en public ça ressort sur le net !
les pauvres hommes politiques....nous on se sent fliqués parce que y a des caméras dans les centre ville,par ce qu'on se retrouve en garde à vue pour avoir crié "sarkozy je te vois" ou pour avoir porté un masque dans une manif, parce qu'on peut se retrouver des mois en taule comme Julien Coupat sans aucune preuve, parce qu'on est tracés sur internet etc etc. vraiment ces types vivent pas sur la même planète que nous...
La suggestion selon laquelle les journalistes politiques interviewers devraient, via une oreillette, avoir des conseillers qui leur permettraient, en temps réel, de mettre en question les assertions de l'homme politique interviewé débouchera, sans doute sous peu, sur la proposition que pour faire face à cette situation, en toute équité, les hommes politiques puissent, eux aussi, avoir une oreillette pour être à l'écoute de leurs propres conseillers. What a wonderful world !
Pourquoi faudrait-il faire des heures supplémentaires pour arriver à boucler les fins de mois? Un saliare décent suffirait. "Les gens comme vous doivent travailler plus"... pour une femme d'une quarantaire d'années avec 3 enfants et un mari qui travaille, 35 heures c'est déjà beaucoup... surtout dans un grande surface... d'ailleurs elle a l'air fatiguée cette pauvre femme. Travailler plus? c'est tout ce qu'il a trouvé comme idée pour que les exploités puissent perdre indécemment leur vie à la gagner. L'ère de l'esclavage est de retour.
Bon plateau, bonnes analyses, le gars de l'UMP a même compris tout seul qu'il devait en rabattre un peu et entrer vraiment dans la conversation.

Merci GB.

http://anthropia.blogg.org
Sur le fond de l'émission de Sarko, même si je ne suis pas content de ma presta, (pas évident de se confronter à une machine à bonheur de l'UMP qui te regarde les yeux ronds quand tu lui dit "media training") les 3 blogueurs + Guy nous fumes complémentaires.

Donc pas de regret.

Sur ce que je n'ai pas abordé :

Sur la forme de l'émission de Sarko :

- Étroitesse du lieu, absence de profondeur de champ et du coup beaucoup de plan "caméra de surveillance" en plongée.(pas anodin)

- Montage aussi saccadé que le survol des thématiques par Sarko.

- Durée élastique de l'émission (personne ne savait combien cela allait durer, imaginons qu'un avec un panel un peu plus énervé a 21h12 on envoyait Soeurtherese.com)

- Rarement les conditions d'un vrai débat (Tu parles, je réponds à ta question, tu me relances) ne furent assurées. (ce que tt le monde espérait)

- Présence de plusieurs tables empêchant physiquement les intervenants de se lever et foutre une baigne au président. (en gros nos intervenants étaient sous laisse face à un type sur-brieffé qui s'est servi de leurs questions pour rebalancer son évangile et n'apporter aucune
solution).

- Je connais ce studio à TF1, microscopique à cote de celui du JT déjà gardé en temps normal par 3 bodyguards, j'imagine
qu'à deux mètres il devait y avoir une bonne douzaine de vigiles. (ça plombe une ambiance)

- Il s'agissait pour Sarko de montrer qu'il faisait "partie de la même famille" que nous (terme qu'il a employé) malheureusement (ou heureusement), ce n'est pas le cas. (là dessus, je pense que la tonalité générale du #sarkopiposhow est parlante.
- Notez que 64% de l'audience a + de 50 ans. (c'était la clientèle visée.)

- Bref, on nous a survendu de la "proximité". Mais elle était à sens unique et tirée par les cheveux (d'ou le making-of plus "fun" qui est entrain de buzzer).

- Le roi a visité ses sujets pour ma montrer sa compassion mais sans rien changer à son logiciel d''analyse : Bref, de l'utlralibéralisme compassionel (adapté le discours à la tendance média du moment : "la libre antenne")

- Là-dessus l'émission est réussie. Personne n'est dupe, et tout le monde reste triste. Mais pas pour les raisons prévues par Sarko qui, comme Thierry Solère, est ravi.

- Guy aborde la question du fast-checking sur ce type de "monologue aux allures de débat" et ça devient effectivement d'intérêt public de démonter en temps réel les intox politiques ou medias (se basant sur les faits) qu'elles soient disponibles au plus grand nombre en parallèle. Techniquement faisable soit en direct (split-screen), soit dans une version rediffusée sur @asi par exemple. (moi je dis ça, je dis rien)

Bref : Sarko n'a pas répondu aux attentes des français : comme d'habitude il s'en est servi.
Guy,

Merci pour l'effort de participer à ces forums.

Pourriez vous suggerer à DS d'intervenir un peu plus sur les forums de ses chroniques ou de ses émissions ? Pas autant que vous mais un peu. C'est pas trop dur, ça n'arrive quasiment jamais en conséquence de quoi des suggestions ou des interrogations (parfois) intéressantes restent bien souvent sans réponse.

bien à vous
Contrairement à plusieurs asinautes, j'ai trouvé l'émission inintéressante à souhait, furieusement inutile, avec un plateau raté de chez raté. Les longs tunnels du service après vente de l'UMP, merci bien...

Mon attention a été très légèrement attirée à l'occasion d'une remarque de Hervé Resse qui disait à apeu près ceci "on ne peut pas attendre des journalistes d'être les aiguillons de la réalité, de reprendre (phrase interrompue)".

Et bien justement si ! C'est même pour ça qu'on a inventé les journalistes bazar de moine !!!! Les participants à l'émission se posaient la question de savoir si la formule avec journalistes ou avec lévraigens était différente au fond. Bien sûr que non, vu que ni les uns ni les autres ne reprennent JAMAIS les hommes politiques lorsqu'ils énoncent des contre-vérités flagrantes. Les éditorialistes passent leur temps à en rajouter des pelles d'ailleurs, de reprendre à leur compte des fausses évidences sur la réforme des retraites, les 35 heures, les Français qui travaillent moins que les autres, etc. ça abimerait trop leurs petits neurones de faire un travail de vérification des données qui leur sont assénées à grands coups de communiqués des ministères !

Alors que la réalité est tout autre !!! S'il y a bien une spécificité française, c'est que la France est à peu près dans la moyenne européenne dans à peu près tous les domaines !!! Mais pour le savoir, encore faudrait-il qu'il reste encore des journalistes spécialistes des questions sociales, et pas seulement des analystes politiques qui se contentent de tendre leurs micros à leurs maîtres en leur posant la seul et unique question qui les préoccupe "serez-vous candidat aux prochaines élections présidentielles ?!".

Guy, mon cher Guy, tu es tombé dans le panneau. Non, plus exactement tu t'es éclaté grave le groin dans le panneau !! Et par pitié, arrête de nous infliger des brouettes de bloggueurs qui n'ont aucune compétence dans les sujets évoqués, ça devient vraiment lassant (et oui, quand on ne sait pas, on ne sait pas, qu'on soit sur internet ou pas !).

rrrââââhhhh (manifestation de colère rentrée).
Pourquoi avoir invité un élu UMP pour commenter l'intervention du Président ?
Comprends pas la démarche, blogueur ou pas.
Que voulez-vous qu'il décrypte ?

Et sinon euh, bonne journée :-)
Je me trompe peut-être, mais c'est dommage de ne pas avoir relevé la petite manipulation facile
"rappelez moi ce que vous faites déjà" ou "diplomée en quoi déjà" genre improvisé-je-découvre-les-gens
suivi du cours du lait en 1984 ou de la signification du sigle de l'école en question genre "je-sais-tout-mais-sans-préparer"

Manipulation grossière pour laquelle je me sens personnellement insulté. Procédé inadmissible.
Il a fallu subir les extraits du spectacle que j'avais zappé.Je ne le regrette pas et vous remercie d'avoir ainsi illustré un très bon décryptage.Le blogueur Thierry s'est à plusieurs reprises déconsidéré et je me réjouis de l'image médiocre mais éclairante qu'il a donnée de son parti..... Laure et Seb ont vraiment enrichi le débat. Pour en revenir aux réponses de Sarkozy,convenues,fausses ou vides,elles étaient exprimées dans un français souvent incorrect,et je trouve ça gênant chez le "premier des Français" comme ils disent.
Ci-dessous la copie d'un message privé (corrigé de quelques coquilles, sans doute pas toutes) envoyé à DS, intitulé "Ce n'est rien..." qui a posteriori "mériterait" (en tout humilité) d'être posté ici étant donné que l'émission qui nous occupe y est mentionnée.

... que l'appel d'un citoyen qui désespère de la situation politico-médiatique en France, plus particulièrement du traitement journalistique de l'information et très concrètement de la façon dont sont conduites les interviews politiques à la télévision et à la radio.

Cher Daniel, cher Guy,

Citoyen lambda, je m'adresse directement à vous car je suis découragé. Découragé, mais si vous prenez la peine de me lire entièrement, vous trouverez un appel lancé à @si pour me sortir de ce découragement.

Comme souvent, cela commence par un livre, en l'occurrence celui lu hier soir d'une traite, le "Ce n'est rien qu'un président qui nous fait perdre notre temps" de Thomas Legrand, paru début 2010 aux éditions "Stock".

Si sa thèse est plaisante, et sur le fond je ne peux que partager son analyse, je suis resté sur ma fin : à qui s'adresse Thomas Legrand ? Aux citoyens ou bien seulement à ses collègues commentateurs et par extension à "la gauche" (oui mais laquelle ?) qu'il appelle de ses voeux a plus de clairvoyance pour ne pas tomber systématiquement dans les pièges à indignation préparés par Sarkozy.

Car je veux bien que la "rupture" tant claironnée ne soit pas là, mais tout de même, pour les citoyens, ce n'est pas rien de subir l'action, ou plus souvent la non-action, de ce président là; car il n'y a pas ce que l'on fait qui peut nuire, il y a aussi tout ce qui n'est pas fait et qui à moyen et long terme peut avoir des conséquences graves pour le vivre ensemble, et le vivre tout court en France.

Bref, je suis ressorti de cette lecture, a priori bienveillante, assez déçu de constater une nième fois le caractère très égocentrique des commentateurs (parisiens ou non), qu'ils soient chroniqueurs, journalistes et/ou éditorialistes. Sarkozy, pour moi, ne nous (les citoyens) fait pas seulement "perdre (notre) temps"...

Votre (notre) aventure d'@si est pour moi une bouffée d'air frais dans la vie politico-médiatique française. La dernière émission de la ligne j@une a cet égard m'a enchanté (notamment les cinq premières minutes de l'Acte 3) quand a été reprise l'idée selon laquelle il ne serait pas si difficile que cela (si ce n'est en avoir la volonté - et le courage ? - rédactionnels) de mettre en place un dispositif qui, sur un plateau de télévision ou de radio, lors d'une interview d'un politique, d'un chef d'entreprise, permettrait de rectifier en temps réel les déclarations à demi juste, à demi complète. Il y a bien dans chaque rédaction des responsables de rubrique, sur l'économie, l'internationale, la culture, que sais-je encore, qui serait à même de relever EN DIRECT ces approximations ? Ce n'est pas à l'animateur de porter cette mission, il a déjà bien assez à faire pour animer le débat, de façon la plus neutre possible, i.e. donner la parole, relancer les sujets etc.

Il faudrait arriver à débattre explicitement sur @si, via une émission dédiée d'@rrêt sur images, suivi d'un débat sur le Forum d'@si par exemple, de ce sujet majeur pour la démocratie qu'est l'information et son traitement journalistique. Sujet sans doute trop vaste pour être abordé dans son ensemble lors d'une seule émission. Alors je propose de focaliser sur l'idée d'une pluralité d'experts (journalistes ou simples experts reconnus comme tels dans leur domaine) intervenant comme juge-arbitres (les faits, que les faits, documentés, indiscutables) durant les interviews politiques, et pas seulement l'animateur-vedette face à son invité.

Pour appuyer mon propos, l'idée ne vient pas de moi bien sûr, je reprendrais "Le grand bazar de l'info" paru en 2005 aux éditions "Michalon", d'Yves Agnès, ancien rédacteur en chef au Monde, et directeur général du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ).

Au Chapitre IV - Manipulation - page 123, Yves Agnès se lance :

"Lorsque l'invité émet une affirmation contestable, pas de rectification, pas de contradiction. Les journalistes sont pourtant payés pour savoir que la plupart de leurs interlocuteurs mentent sans vergogne, font des approximations, truquent des chiffres, affirment avec aplomb de fausses vérités... Laisser dire sans réagir revient à cautionner les propos de l'interviewé ; c'est en tout cas ainsi que le ressentent de nombreux téléspectateurs. Ne se fait-on pas ipso facto le porte-parole d'une forme de propagande, au lieu d'être le "facilitateur", le médiateur d'une véritable information ? On se prend à rêver d'une grande émission politique où une équipe de journalistes et de documentalistes pourraient, en direct, rectifier les propos erronés des invités, obligés d'abandonner langue de bois et messages préfabriqués. Au contraire, les questions "pointues" sont rares, qui poussent l'interlocuteur à mettre de côté ce ton doctoral qui s'est peu à peu répandu avec l'envahissement des cercles de l'élite politique et économique par l'énarchie."

Un exemple concret ? Léon Mercadet (journaliste) et Yves Jégo (alors secrétaire d’Etat à l’Outremer) lors de "La matinale" de Canal + le 12 mai 2008 à propos d'une chronique intitulée "La France bosse fort !" comme le raconte Olivier Bonnet ici.

La phrase finale d'Yves Jégo est éloquente : "il a travaillé son sujet, on le voit" (lien Dailymotion)

Si l'on en croit certains sondages récents (cf. le baromètre 2010 de confiance dans les médias TNS Sofres/Logica pour "La Croix"), la proportion de Français doutant de l'indépendance des journalistes est grandissante. Il est curieux de constater que peu de place est faite à cette information dans la rubrique consacrée à l'actualité sur le site Internet de Syndicat national des journalistes.

A @si de continuer à démontrer qu'il est possible d'inverser cette tendance ! Ce moment magique durant l'Acte 3 de la ligne j@aune dédiée à l'émission "Paroles aux Français" diffusée lundi 25 janvier sur TF1 ne doit pas rester lettre morte. Il faut alimenter ce débat et le faire naître dans l'opinion, et la récente initiative de la rédaction d'@si de multiplier les supports d'écoute va dans le bons sens !

Cordialement,
Vincent BOTTREAU, abonné content et fidèle.
Paroles, paroles, paroles-pansements...

La vertu de ce type d'émission, par Erwan Desplanques de Telerama. Fr :

« révéler l'incommunicabilité – le « je ne vous comprends pas » de Chirac au milieu des jeunes – ou l'impuissance du chef de l'État. Loin du débat sur la burqa et autres polémiques (politiciennes), ces deux heures d'échanges se sont ainsi focalisées sur le bilan de Nicolas Sarkozy, à mi-mandat, abordant de front les questions économiques et sociales. Et il n'a pu y répondre que par de nouvelles promesses. Comme s'il était en campagne, encore et toujours. Le chômage baissera, oui, dans les semaines qui viennent. Promis. « Je ne laisserai pas mourir les producteurs de lait », « Je ne vous laisserai pas tomber », « On va améliorer le système, Élodie », « Nous obtiendrons des résultats, vous verrez », « Jugez-moi sur les résultats ». Et autres paroles-pansements, qui fendillent toujours plus sa crédibilité... Il y a deux ans, à l'occasion de la première émission citoyenne lancée par TF1, l'anthropologue Marc Abelès nous avait prévenus : « L’effacement du journaliste finit par laisser la place à un face-à-face dangereux. Car il met les politiques dans une position où ils doivent faire un maximum de promesses, où ils ne peuvent pas dire non. Avec le risque de décevoir encore plus après. »
Ainsi l'émission d'hier sera-t-elle intéressante à revoir dans deux ans. »

Erwan Desplanques (Telerame.fr)

http://television.telerama.fr/television/allo-sarko-bobo,51995.php
Un peu hors sujet (et déjà signalé dans un forum plus ancien, mais sans doute peu lu maintenant), à vous signaler, une fantastique manipulation de chiffres par le "Parisien" : http://www.leparisien.fr/politique/sarkozy-sur-tf1-57-des-francais-l-ont-juge-convaincant-26-01-2010-792631.php

Où l'on passe allègrement de "57% des personnes ayant vu l'intervention (soit en totalité ou en partie) ont trouvé le chef de l'Etat convaincant"
à "Sarkozy sur TF1 : 57% des Français l'ont jugé convaincant".
Il ne vient pas à l'esprit de ces journalistes consciencieux que les Français ayant regardé Sarko ne forment pas à proprement parler un panel représentatif...

Presque pire, le titre est repris comme un seul homme par rue89 : http://www.rue89.com/2010/01/27/sarkozy-sur-tf1-57-des-francais-lont-juge-convaincant-135707
"L'hôpital n'est là que pour les maladies graves":
En ce qui concerne la chirurgie, l'idée qui avance sournoisement, c'est que l'hôpital public devrait se charger des interventions graves mais surtout URGENTES, dont le privé ne veut pas parce que ça implique une présence de 24/24, et que ça coûte donc très cher. Ce qui est intéressant pour le privé, ce sont les interventions programmées et bien codifiées, dont on sait ce qu'elles coûtent et combien elles rapportent. Qu'on peut ne pas développer si elles sont mal cotées, ou dont on peut influencer la cotation.

Un des effets pervers, c'est que l'hôpital assure aussi la formation des médecins. Il n'est peut-être pas sans conséquences que les interventions moins graves et /ou programmées ne soient plus pratiquées à l'hôpital public.

Plus "dans le sujet" de l'émission, il m'apparaît à l'évidence que c'est la carence monstrueuse des journalistes dans leur relation avec la population qui est en jeu. La pratique des micro-trottoirs qui ne veulent rien dire, l'absence de toute émission, actualité ou reportage au long cours, où on entende une parole vraie. Je me souviens d'un reportage de Marcel Trillat qui suivait le parcours de plusieurs femmes, sur leur lieu de travail, dans leur famille, leurs loisirs, leur histoire. Dans ce genre de travail, on a les deux, une authenticité des personnes suivies, et un vrai projet journalistique où le thème (en l'occurence la précarité chez les femmes) est creusé en profondeur par quelqu'un qui EST journaliste, en lien avec une réalité quotidienne non trafiquée. L'un sans l'autre, ce n'est plus du journalisme.
je n'ai pas vu l'émission de TF1 (je n'ai pas l'abnégation d'une oblivion :)) mais je veux réagir sur ce que j'en ai vu dans cette Ligne Jaune et en particulier sur le passage avec l'infirmière puisque c'est le domaine que je connais le mieux !!

le court extrait passé avec cette infirmière qui parle de son travail, passage tout à fait émouvant car les conditions en milieu hospitalier sont tout à fait catastrophiques, me montre ce que je pressentais de ce genre d'émission traitée par TF1 : tomber dans l'émotionnel, la pitié, forcément fausse d'un sarko au vu de la politique sociale qu'il pratique !
du Delarue en quelques sorte qui va chercher les vies les plus abracadabrantesques sexuellement parlant pour faire de l'audience !!
là on n'a pas parlé de sexe...apparemment...mais on a tenté de faire pleurer la ménagère !

or, du côté des infirmières et de leurs combats menés depuis 30 ans c'est exactement de cela qu'on voulait sortir : tout le monde sait que les conditions de travail à l'hôpital sont catastrophiques, pauvres infirmières si dévouées, c'est une vocation et elles souffrent de voir des patients dans les couloirs etc, etc..........
quand on a dit ça on a rien dit face à un prez qui passe son temps à réduire les lits (et réduire les lits veut dire réduire le personnel, fonctionnaires tire-au-flanc comme chacun sait, !!) dans les hôpitaux pour payer sa colossale dette creusée pour payer les banques et le bouclier fiscal !!!

ce que les infirmières veulent c'est augmenter leur salaire et leur nombre, un salaire plus attirant favoriserait l'augmentation de leur nombre : 1500 euros par mois, jusqu'à 2000 avec des nuits, c'est peu ragoutant pour aller se faire agresser dans les hôpitaux par des patients exigeants (à juste titre car on a qu'un corps !!) qui poireautent pendant des heures dans des couloirs parce que les politicards ont diminué depuis des années le numérus clausus des facs de médecines et des écoles d'infirmières !!
il aurait été bienvenu que les questions posées soient un peu plus concrètes appelant des réponses concrètes, fi de la pitié sur-jouée présidentielle !!

les choix concernant la santé et l'éducation sont des vrais choix de société et la politique umpiste du suprême ne va pas dans le sens de l'amélioration du secteur social !!

les infirmières depuis le début de leurs combats, se désignaient alors comme : " ni bonnes, ni connes, ni nonnes !!"
cette émission a fait retomber le témoignage de l'une d'entre elles dans ce registre delaruesque de la pitié stérile !!
elles attendent des améliorations chiffrées de leurs conditions de travail, ce petit salaire ne fait plus envie vu les responsabilités (à travers chaque soin une vie est en jeu) de ce genre de métier !

bref aucune réponse...et donc aucun intérêt de ce genre d'émission !!
mais je ne suis pas sûre que des journalistes auraient mieux fait, ça fait longtemps qu'ils n'ont pas poussé un Sarko dans les cordes ; à croire qu'ils ne connaissent pas mieux que lui les sujets sociaux !!

juste un mot en réponse à Thierry Solere : "l'hôpital n'est là que pour soigner les maladies graves" ah bon ???? c'est nouveau, ça vient de sortir ; jusqu'à ce jour l'hôpital public est là pour soigner tous les malades et toutes les maladies ; sinon il ne reste que les cliniques privées avec des dépassements d'honoraires que de plus en plus de français ne peuvent plus se payer !!
" la mission d'assistance publique de l'hôpital en précisant que toute personne malade, même sans ressources, doit être admise à l'hôpital de sa commune."
à bon entendeur..

je suppose que tous les cas de figures étaient à l'avenant dans l'émission de Pernaut : faire pleurer dans les chaumières beurkkkkkkkkkkkk


à Guy (si nous suivons tous la parole présidentielle alors je peux dorénavant vous appeler Guy ?? :)) : bravo pour cette émission, décrypter des émissions de télé j'adooore ça ...
les bloggeurs étaient bons ; le bloggeur umpiste poiticien à fond évidemment quand il démarre pour ses collègues par un : "...vous êtes vachement bon en politque....à fond dans la propagande politique...." nul ! mais bien repris par Laure Leforestier...

nb : j'adore le nouveau décor et le générique
J'ai trouvé l'émission très intéressante, et le choix des intervenants également très judicieux (merde j'ai l'impression de faire une mise en abîme de l'émission de lundi soir). Les points de vue exprimés étaient très divers donc le débat riche. J'ai spécialement apprécié la mesure du blogueur hervé.
Bon sinon il se passe un truc avec le Petit Journal, là. L'histoire des vouvoie-tutoiements (dans le petit journal d'hier et dans l'émission d'aujourd'hui), le montage concernant les répétitions entre les différentes interviews sur le débat sur l'identité nationale, très estampillé petit journal quand même (d'ailleurs GB l'a souligné je crois avec ironie), avec son montage vif et rythmé.

Voici mon hypothèse. J'ai le sentiment que DS n'a jamais vraiment souhaité faire vivre son site avec des vidéos qui buzzent, pourquoi je ne sais pas. Pour preuve, aucune des vidéos du site Arrêt sur images ne buzze:). Or les montages qu'on retrouve chez Yann barthès disent des choses, et finalement offrent souvent un vrai décryptage (d'ailleurs on peut des fois les retrouver dans les vite-dit du site). Et là peut-être que DS a eu une prise de conscience, et a vu que l'on pouvait faire du fond avec des vidéos courtes, et qu'en plus elles pouvaient largement rentrer dans la ligne éditoriale du site. Mais peut-être que je me trompe.
En tout cas je trouve ça bien que vous alliez dans cette direction (sans copier LPJ bien entendu). Par exemple pendant l'émission GB a parlé d'une chose que j'avais également noté, les chiffres qu'envoyaient Pernaud étaient quand même plutôt très favorables à Sarkozy, mais de manière insidieuse. Un petit montage, opposant situation d'un des français et chiffres de Pernaud aurait été sympa, dans un souci de décryptage encore.

Bonne continuation en tout cas et encore merci pour l'émission.
J'ai eu du mal à tenir dvt mon écran quand les extraits de la sarkothérapie ont étés diffusés.
C'est absolument atroce : on se retrouve au sein d'un cercle de paroles, comme une réunion d'alcooliques anonymes, Pernaut lance "bon vous, c'est fin de mois difficiles".

A propos de l'émission en elle-même, j'ai du mal à comprendre comment on peut s'attacher à avoir un plateau diversifié sachant que le pouvoir en place ne se gène pas le moins du monde pour occuper tout l'espace pour lui tout seul.

Cyril.
J'aurais bien aimé voir un panéliste invité pour évoquer le "problème de l'identité nationale", on aurait vu le bordel que ça génère.

Sur le fait que Sarko appelle les hommes par leur nom de famille et les femmes par leur prénom, ce n'est pas tout à fait vrai.

Les femmes sont appelées par leur prénom mais également Samir et Rex. Mon interprétation au ras des paquerettes est que Sarko, lui aussi très souvent au ras des paquerettes, a un côté macho facho (dans sa communication et/ou son inconscient) qui ressort à cette occasion.
Je n'ai pas vu l'émission, seulement LJ

J'aurai souhaité que se trouve dans le panel, un immigré sans papier en attente d'expulsion.

Malgré les bons coté que l'on peut lui trouver, le coté "vrais gens", pose un problème idéologique. Il s'inscrit dans l'hyper individualisation de la société libérale. Celle ci ne reconnait dans la société que la somme des individus qui la composent.
[quote=Tatcher]La société n'existe pas, il y a seulement des hommes, des femmes et des familles

Bon y a un coté Delarue quand meme dans ce format d'émission. En individualisant et en incarnant dans des personnes, les maux de la société ne risque t-on pas de s'éloigner des débats et des solutions de fond, plus générales qu'individuelles et essentiellement collectives ?

Le problème des inexactitudes et des mensonges. On peut rêver d'un journaliste capable en temps réel d'infirmer ou de confirmer de manière parfaitement objective certaines affirmations de l'invité. C'est comme l'arbitrage vidéo au foot qui pourrait exister depuis 20 ans...
Pourquoi ne le fait on pas ? L'analyse est tellement simple.

Au dela de la répétition de la métaphore du couple lors des deux émissions, on peut rappeler que, pour l'immigration, c'est le programme du Front National qui est appliqué en France aujourd'hui. La France est devenue dans son droit; un pays xénophobe et raciste.
Moi j'ai pas regardé cette "mystification"©seb, j'ai juste regardé la Ferrari au 20 h.
Je suis en train de regarder cette émission au sujet pas très captivant. Mais j'interromps l'acte 2 pour m'indigner : Thierry Solère parle de journaliste en faisant un geste de la main vers Guy (acte 2 ; 17'42).
Je félicite Guy pour son sang froid (je vois bien qu'il tapote ses fiches pour se maîtriser).

Acte 3 : Quant à épingler les mensonges de Sarko au 20 h, j'ai personnellement trouvé que le coup des talibans et de la bombe pakistanaise, c'était digne de collin Powell à l'ONU avec sa petite fiole d'eau distillée. Une bonne propagande, et rajoutée à la loi sur la burqa, il faudrait être un bien mauvais français pour contester l'occupation de l'Afghanistan et accueillir ces ennemis de notre identité nationale sur notre territoire.
http://rimbusblog.blogspot.com/2010/01/sarkozy-et-lenfumage-afghan.html

Quand Claire Leforestier dit qu'on a maintenant une "défiance" face au discours des politiques c'est significatif du rôle des medias sociaux et de l'information en ligne libre : avant on était encore plus manipulé, mais plus tranquille de l'ignorer.

Sur les prénoms, pour moi c'est son côté populo. Il pourrait dire m'ame colette ou m'sieur Poirier. Façon bistrot. Ça va avec la démarche du bonhomme, calquée sur le pas de la légion étrangère. Mais bon, il paraît qu'il faut pas s'en prendre au physique, encore que selon moi ce qui peut expliquer le psychisme des gens n'est pas sans intérêt.

Guy, tu as rendu compte du No Sarkozy Day, mais ton panel de blogueur était orienté. Ceci mérite un droit de réponse, tu en conviendras :

Ceux qui pensent qu'il est inutile de manifester contre quelque chose d'immuable condamnent aussi les manifestants contre les guerres, et tous les rassemblements motivés par l'indignation (manifester contre la guerre n'a jamais arrêté un conflit, en Irak, à Gaza ou à Kandahar). Alors que les forces d'oppositions refusent toutes les alliances nécessaires pour combattre le sarkozysme, et qu'elles donnent un spectable de division et de rivalité, un rassemblement citoyen, au delà des clivages partisans, contre le coup d'état orchestré par Nicolas Sarkozy ne me semble pas une si mauvaise idée. Et si ça ne fait pas de bien, ça ne fera pas de mal.

Il faut savoir relever la tête, de temps en temps.
Pourquoi dites vous que Sarkosy a dit des erreurs, des bêtises et non pas des mensonges? Qui vous dit qu'il ne sait pas que c est la Belgique qui offre la plus longue durée d indmenisation chômage?

Vous revenez sur la présomption d innocence pour Villepin dans l affaire Clearstream, Pujadas et Ferarri qui ne disent rien. Hier soir, Sarkosy traite les passeurs (en Corse) d'assassins. A t il des preuves que ces personnes en particulier ont tué des personnes avec prémiditation? Un assassin est une personne jugée et reconnue d avoir commis un homicide volontaire avec préméditation... quid de la présomption d innocence pour ces personnes?
Sérieux, ça sert à quoi de se prendre la tête à chercher un sarkoziste à mettre sur le plateau ? Ça vous amuse la logorrhée de rhétorique politicienne UMPiste ? Je trouve surtout que ça bouffe du temps de parole à un Seb Musset qui fait quand même preuve d'une rigueur d'esprit un peu plus élevé qu'un UMPiste ayant L'Art d'avoir toujours raison de Schopenhauer comme livre de chevet.
Après presque un an de ligne jaune, j'ai enfin compris le fonctionnement de l'émission,

C'est le diner de cons.

Il arrive parfois que ceux ci soient en majorité (voir la semaine dernière),
J'ai à peine regardé 10 minutes et manifestement, ce soir il n'y en avait qu'un. Saurez vous le reconnaitre ?

Merci Guy pour la poilade lol

PS: Mes excuses pour certaines critiques acerbes que j'ai pu faire, n'ayant pas compris alors ce principe fondamental.
C'est pas gentil de parler de moi comme ça.
Meuuuuuuuuuuuuuuuuuuh nooooooooooonnnnnnnnnnnnnn

L'organisateur du dîner ne peut pas l'être, en tout cas pas officielement ;-)
Aie. Dois je le prendre pour moi?... (parano resse)
Cher Guy,

Je suis votre émission avec un réel intérêt chaque semaine, j'ai rarement des critiques à émettre, et je trouve l'ensemble plutôt rondement mené.
Mais aujourd'hui je bondis, sur votre question : pourquoi monsieur Sarkozy fait-il une distinction Mr Untel / Bernadette, et que vous poussez jusqu'à demander si c'est sexuel ?!!
Alors moi je me pose la question, pourquoi pendant la campagne présidentielle(ce n'est qu'un exemple), Madame Royal, n'était nommé ainsi le plus souvent que sur France Culture, et que ailleurs que se soit par les médias, les politiques ou les "vrais gens" d'en haut et d'en bas, c'était au mieux Ségolène Royal, puis "Ségolène" tout court et enfin "Ségo".
Du coté masculin, nous ne sommes pas arrivé de manière si large à utiliser "Nicolas" ou "Nico"".

Aujourd'hui, encore on dit plus facilement "Martine" que "François" ou "Brice"...
Pourquoi tant de désinvolture ? Je ne sais pas, un fond paternaliste surement, peut-être que le nom d'une femme mariée est avant tout le nom de son mari ? avec l'exemple outre-manche de "Vote for Obama" et "Vote for Hillary".

Bref, ce qui m'a fait réagir c'est de chercher à "Sarko" un défaut qui est juste le reflet de ce que l'on entend et que l'on utilise chaque jour sans que cela ne vous choque ni même ne vous interpelle.

Il est cependant vrai que l'on aimerait que le premier des français soit capable de montrer l'exemple. Mais sur ce point cela fait longtemps que l'on est fixé...

Elaine.
Je suis d'accord.
Le temps passe trop vite, déjà finie l'émission... bon bien sûr il y a le propagandiste UMP qui gâche du temps de parole avec son encensoir mais qui ne fait pas avancer la discussion.

J'ai pas vu l'émission de TF1, je peux pas regarder ça, même en différé, c'est trop dur. Les extraits sont largement suffisants pour voir que les réponses sont à côté de la plaque.

Le fait que Mr S répète les même phrases à 1/2 h d'intervalle n'affole pas du tout son copain de l'UMP, moi ça me sidère. ça me fait un peu penser que peut être la leçon du pauvre homme est trop dure, on lui a préparé une récitation qu'il rabâche laborieusement, le débit de notre président est tel qu'on peut se dire qu'un élève de CM2 ferait mieux avec plus de vie. En plus quand il fait un discours, ses pantomimes et gesticulations sont parfaitement insupportables.
Le pire est toujours devant nous, Sarkozy se révélant jour après jour, mois après mois, doublement pathétique : en effet, il a beaucoup de mal à être ce qu'il souhaite être, tout en sachant qu'en tant que Président, il serait mal venu qu'il le devienne, même si l'on peut déjà regretter qu'il le soit... un peu.
Je fais partie de ces gens qui n'ont pas pu regarder jusqu'au bout le spectacle d'hier.
(j'ai dû voir la moitié des 11 "vrais gens")
Il me reste en mémoire, plus que l'émouvant témoignage de l'infirmière (relevé ici) et la combativité du syndicaliste, le regard fixe de la jeune fille au chômage avec un bac+5. Je crois bien qu'elle n'a pas sourcillé une seule fois et sans jamais détourner son regard de celui qui se donnait en spectacle.
Allez savoir ce qu'elle y mettait réellement dans ce regard...mais j'y ai trouvé ceci:
"je sais que tu sais que je sais que tu te fous de mon problème. Mais il y a une chose que tu ignores pendant que tu t'agites: je sais qu'un jour viendra où ce sera ta peau contre la mienne..."
C'était la première à témoigner, il pouvait encore se racheter. Mais face à l'infirmière, si digne, il s'est agité de plus belle...la nausée, j'ai zappé.

Me reste encore en mémoire un étrange silence (de mort) accompagnant son premier quart d'heure avec L.Ferrari.

Un étrange malaise que j'ai retrouvé sur ce plateau, chez Seb Musset. Très digne, face à un blogueur UMP très agité ...
Seb Musset a été dans le mutisme, lui qui a pourtant l'habitude de s'exprimer oralement.

Vous êtes mignon, Guy, à prétendre que contredire les affirmations des politiques est aisé pour un journaliste actuellement (oreillette, internet).
Et le risque de perdre sa place bien chaude à la télévision, vous y avez pensé ?
Notre système médiatique est celui de l'obédience - tiens, ce mot sonne comme "audience" ! - bon alors disons aubédience.
Alors, par défaut, par dépit, autant entendre les vraigens contredire Sarko en direct.

Autre sujet, j'attends toujours le sondage "Le président vous a-t-il convaincu ?".
Il n'y en a plus ? Ou c'est exceptionnellement pour cette émission d'hier ? Si @si à la réponse, c'est bienvenu.

Oui, euh, je vous appelle "Guy" dans ce message, j'aurai dû vous appeler Monsieur Birenbaum, selon les dernières lois de civilité sarkozyste :-)
Effectivement Seb Musset a fait pâle figure, j'ai trouvé qu'il avait l'air carrément abattu, faut qu'il se reprenne le garçon, il est très bon sur son blog en tous cas. Thierry de l'UMP, outre le fait qu'on dirait qu'il a eu envie de faire pipi tout au long de cette émission et qu'il a bien fait son job de VRP du $arkozysme, bon on est content de constater qu'il existe au moins un type de l'UMP qui ne crache pas sur internet, c'est déjà ça.

Je ne pense pas que la présence d'un ou plusieurs journalistes aurait changé quoi que ce soit, pour corriger les approximations, pour exposer des questions moins personnelles ou catégorielles, pour remettre le contexte général en avant; à mon avis, $arko est complètement sourd de toute façon, ses non-réponses sont les mêmes à l'adresse des journalistes ou à celle des "vrais gens", il est à l'évidence démuni sur beaucoup de points, et non seulement il est devenu sourd aux autres, mais également devenu sourd à lui-même, on dirait qu'il a mis le pilote automatique comme réponse globale, il y a des sortes d'automatismes qui le meuvent, la preuve dans cette propension à appeler par leurs prénoms les femmes et les noms à consonances auvergnates, et par leurs noms les autres. Le mec est en roue libre, totalement déconnecté, et je pense en plus qu'il est vraiment malade, profondément. Mais je suis aussi sûr qu'aujourd'hui, il est très satisfait de sa prestation, aveugle qu'il est.

En tous cas, j'ai vu quelques extraits de cette émission aujourd'hui, et à sa place, je serais très inquiet de ce que j'ai vu. Une incompréhension entre les gens et lui à son paroxysme, des gens fermés mais pas que, abattus aussi, résignés et comme sachant que leur intervention n'allait servir que du spectacle. Finalement, ce panel est peut-être suffisant et assez représentatif pour comprendre que les français, à l'heure d'aujourd'hui, n'ont plus rien à perdre, tellement on leur a déjà pris.

Ceux qui n'ont plus rien se retrouvent aux abois, et la seule réaction qui meut un être aux abois est la survie, qui fait appel à des réactions primaires, comme la violence, la défense ou l'agression. Il serait temps qu'ils se réveillent, tous ces beaux messieurs dans leurs costumes à 10000 euros, et qu'ils voient que tout ça n'est pas loin de leur péter sérieusement à la gueule.
la plus mauvaises ligne jaune de la saison,des invités nuls et un guy pas au meilleur de sa forme,et puis du sarkosy matin ,midi, et soir,c'est vraiment trop,ce president nous usent.
je vous annonce qu'une nouvelle page web est née sur mon site:
Bienvenue chez Bouygues Brother ! http://pythacli.chez-alice.fr/bouyguesbrother.htm
c'est un genre de synthèse de tout ce qui a été dit et diffusé ici avant la ligne jaune que je n'ai pas encore regardé.
J'me pose une question.

Un quinqua de l'UMP est-il, forcément, une tête à claque ?
Est-il obligé de dire "job" comme Raffarin, d'avoir la fausse coolitude de Jean Sarkozy, a coupe d'Estrosi et la sûreté de soi de Frédéric Lefebvre ?

Bref : c'est quoi le moule qui fabrique ça ?
Pff! Un peu déçu ... J'attendais mieux de Seb Musset à l'oral, lui qui est si brillant à l'écrit, mais il s'est contenté de jouer la silencieuse sur l'air de taisez-vous. Pour le reste, l'émission est sympathique, heureusement qu'il y a les 2 montages pour mettre du poivre dans la minestra, et puis le gars de l'UMP en service commandé, il a bien mérité son salaire! FRanchement, il aurait pu faire aussi les demandes et les réponses ...
"Si bruyant ou silencieux", joli, joli...

La jeune femme de l'hyper, a aussi été l'angle d'attaque de Martine Aubry dans le JT de TF1 20h.

et accessoirement le mien aussi...


Comme il l'a expliqué au début de l'émission, Koko, ne vit pas la vie des français, ne prend pas les transports en commun, ne fait pas la queue dans les aéroports et ne peut faire ses courses. C'est bien dommage. L'on comprend mieux dès lors son incompréhension répétée, devant la mère de famille avec trois enfants qui ne peut boucler ses fins de mois. Employée de supermarché, son employeur lui refuse toutes heures supplémentaires! Stupeur et émois présidentielles! Comment, pourtant "travailler plus pour gagner plus" est la leçon du monde à appliquer, pourtant les 35 heures sont un échec, pourtant, pourtant, il promet d'en toucher deux mots au big boss du supermarché!

De ne pas mener la vie des français, l'amène forcément à ne pas la comprendre. et lorsque cette incompréhension se porte sur des sujets de grande envergure, des choix sociaux de taille, cette incompéhension, ce non vivre la vie de tout le monde, encadenassé à Cap Nègre, est meutrière.

Alors voilà en deux mots, m'sieur le président et admirateurs UMP épars:
La vie quotidienne est aujourd'hui une question de flux. de flux de personnes, régulés par les horaires de travail à peu près identiques, du travail le jour, en commençant le matin, avec pause le midi, pour finir le soir, avec week end, et quelques options, liés à la présence d'enfants ou non dans la cellule familiale. c'est le cadre de vie classique d'une très grande majorité de foyers.
Ce qui implique, Monsieur Le Président, que le matin, et le soir dans toutes les aglomérations, on trouve des bouchons de Clio4, aux entrées et sorties des villes. Ce qui implique, une mobilisation de tous les services et sociétés, vivant de la route, DDE, forces de Police, employés de péage, de station, d'aire d'autoroute etc etc. A cela votre travaillé plus pour gagner plus, ne mène à rien. A ces heures là ce qui compte, ce n'est pas la durée hebdo de travail des salariés, mais le nombre de salariés disponibles pour être présents pour faire face aux rush des heures de pointe. Voilà! C'est tout simple comme une donnée économique cruciale peut passer au travers d'une réflexion économique. Ces sociétés donc préféreront plus d'employés à 35 heures, temps complet que de faire travailler plus leurs personnels déjà présents. Et ce processus, se répète à l'infini presque dans tous les domaines économiques, sous la même forme!!! "Tout le monde" fait la même chose au même moment dans ce monde. Tout le monde va au McDo et autres resto de 12h15 à 13h45, tout le monde fait ses courses le samedi ou de 18h00 à 20h00, tout le monde utilise le même service à des crénaux horaires assez précis, où là les sociétés doivent mobiliser le maximum de personnels. Si vous attendez 30 minutes à une caisse d'un hyper, parcequ'il n'y a pas beaucoup de caisses d'ouvertes, c'est la misère.

C'est la loi du service, le maximum de personnel pour le maximum de satisfaction. Ne pas comprendre cela, c'est ne pas comprendre l'économier des services, l'économie post industrielle. Dans un milieu de production industrielle, on peut penser que le total d'heures disponibles par l'employeur par sa masse salariale importe peu suivant le nombre de personnes sur le quel il repose. C'est encore faux, les employeurs pour des questions de gestion de planning, mais aussi de disponibilité immédiate de personnes, ou au contraire d'indisponibilité (un Arrêt Maladie sur une personne qui fait des heures sup. est plus dommageables qu'un AM sur un petit contrat), de rotation, ou de stock de personnel, préfèrent sans aucun doute avoir plus de personnels avec des plus petits contrats qu'un nombre plus réduits de personnes, dont forcément l'entreprise sera à titre individuiel plus dépendante!

Voilà, pourquoi, le partage du travail est une nécessité, en plus de celle du partage des richesses du travail et pourquoi "le travailler plus pour gagner plus" est une voie sans issue.
L'incompréhension de ces lois de base, qui interdisent forcément aux caissières ( de la FNAC) de faire des heures supp., c'est l'incompréhension de la vie économique actuelle, et c'est l'échec vers lequel nous nous dirigeons à nouveau au coût de la défiscalisation des heures supp., du nombre plus élevé d'accident du travail que les heures supp entraienent, de l'insatisfaction sociale des heures supp toujours imposées, jamais proposées imposées, et du décalage entre les propos politqiues et la vie réelle. Un bel échec social donc!!


Pov' Nico, il a pas de chance... Rien que cette phrase... C'est plutôt cette dame qui n'a pas de chance non??
Je viens de regarder les 2 premiers actes :
mauvaises impressions.
Pas mal de "faux culs" dans cette émissions !
sauf, Thierry Solère, bien dans son rôle langue de bois, normal !
et seb Musset ,( un peu gnan gnan )
sinon, les deux autres :
langue de put !
je deviens vulgaire, donc stop.
gamma
Ah, le Thierry ! Quel air patelin ! J'ai passé toute l'émission à me le figurer comme représentant en canapés ;-)
Pas encore vu la Ligne Jaune mais une rectification (après avoir vu le "Petit Journal" sur Canal) : Sarko a appelé les femmes et les hommes issus des minorités "visibles" par leurs prénoms, les autres hommes par leurs noms de famille en y ajoutant du "Mossieur"... Le CGTiste breton a d'ailleurs été nommé de diverses manières, faisait remarquer Yann Barthès.
On ne peut pas appeler ça un lapsus, ça a duré trop longtemps. C'est son inconscient, au président, qui a parlé : paternalisme avec les "minorités", égalité avec les mecs, les vrais !
Il m'énervera toujours, même quand je le boycotte !
(zut, c'est redondant avec le post ci-dessus)... tant pis, je laisse !
[quote=ligne j@une]En prime, après ces graves questions, cette interrogation fondamentale : pourquoi Diable Sarkozy , dans cette émission, a-t-il appelé les hommes par leur nom, et les femmes par leur prénom ? Comme le souligne Guy Birenbaum, est-ce "tout l'inconscient sarkozyste" qui ressort ainsi ?

Pour être plus précis concernant les mystères de l'inconscient de notre président, messieurs Rex Kazadi et Samir Abbas n'ont pas eu droit à du monsieur également. Tonton Sigmund si tu nous entends...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.