210
Commentaires

Au Monde, le match de l'information et du marché

Derniers commentaires

Dans le match info contre marché, l'info est d'ores et déjà perdante.

Il va falloir éduquer nos jeunes afin qu'ils cherchent "la vérité" par eux-mêmes, leur apprendre à ne plus faire confiance aux médias, écrits, audio ou vidéo. C'est comme ça, on n'y peut plus rien.

Je pourrais poster ça dans le forum sur Murdoch et l'info payante sur Internet aussi : .
Il faut libérer "Libération" de M. Joffrin et du baron de... C'est peut-être beaucoup, non? Prenons cette histoire de "censure" par le bon bout : M. Joffrin a simplement voulu aider son collègue Daniel S., un peu trop suicidaire à son goût, et pour ce, il a mis ce qu'il considère comme un brûlot sous le coude. Voilà ce que l'on dira officiellement. A la limite, je crois que M. Joffrin attend des remerciements de Daniel S. Mais, tu sais, Daniel, tu n'es pas obligé... D'ailleurs, je ne vois pas qui pourrait t'y obliger, et c'est tant mieux pour ASI et pour nous aussi...
Admirative, je suis admirative !
Comment vous avez pu faire et écrire tout cela. Bien que ça bloque un peu mon ordinateur...
Quelle créativité !
Je suis un peu jalouse : assistance technique SVP.
A plus et à tous Madeleine
Je viens de me réincarner en blonde chez Sébastien( mes neurones ont hélas souffert de l'inversion spatiotemporelle) et le cyclope d' Ulysse s'est fait manger par le Cerbère de chez Judith !
..... qu'ils sont allés jusqu'au bout de l'escalier au dessus...
j'en ai trop ri en essayant de lire leurs commentaires, surtout SylvN qui recherchait son 70.... et Oblivion en collision chez Judith Bernard...
Dites la Rédaction, nous sommes désolé d'avoir abimé cette jolie page.
Ça mériterait une chronique......... (|¦÷ Þ)=
Pardon à la famille tout ça
Adorateur d'arrêt sur Images à la Télé, grand lecteur de Libé, malgré tous ses défauts et son incapacité de renouveau intellectuel, déçu historique du Monde version Colombani Minc, je me suis donc jeté sur cette chronique, payant sans barguigner mes 30 euros, et me demandant ce qui pouvait valoir censure (je ne lis pas la presse people, mais peut me délecter parfois de vilains ragots intello médiatico journalistiques ...).

Quelle déception ! Il n'y a rien de vraiment nouveau dans cet article, juste une analyse éclairée de la situation au Monde. utile pour un lecteur non averti, mais presque banal pour des afficionados comme moi.

Ce qui fait débat, c'est évidemment cette censure, vraiment ridicule une fois qu'on a lu la chronique, tellement déplacée , et un commentaire de L Joffrin totalement hors sujet, à coté de la plaque.

Ce qui devrait rester de cette chronique, c' est l'envie de soutenir et renouveler un journalisme digne de ce nom, indépendant financièrement et idéologiquement, dont le Monde n'est plus vraiment un réprésentant.

PS: l'interface de saisie est épouvantable
Oui, je vous comprends Madeleine.

Le problème, c'est ce que Boltanski et Chapiello appellent le nouvel esprit du capitalisme dans un ouvrage de sociologie homonyme, c'est à dire : une critique ingérée par le système qui sert à neutraliser toute volonté de changer réellement les choses. La critique pour la critique montre rapidement ses limites si elle n'est pas suivie d'effets... Je connais mal Acrimed mais Daniel leur reprochait entre autres leur approche militante, sous-entendue partielle, partiale, de la critique des médias. Cette critique n'est pas totalement infondée mais elle tient au but même de l'association, le militantisme. Et le militantisme a au moins pour but de faire suivre ses critiques d'effets...
Il est tout à fait permis de se tromper, mais l'intérêt est de tirer les conséquences de ses erreurs. Cette censure est inacceptable, donc on ne peut faire comme "si rien ne s'était passé" et reprendre le fil habituel des chroniques...

Quand Libé s'associait à Charles Hebdo dans l'affaire des caricatures, c'était pour dire que la liberté d'information était absolue et ne saurait souffrir d'aucune dérogation (mis à part tout ce qui relève du pénal). On voit que dès qu'il s'agit d'un réel pouvoir (le pouvoir médiatique), celle-ci peut tout à fait être piétinée. C'est bien pour cela que je ne comprends pas Daniel : soit cette censure est acceptable (elle relèverait donc selon Daniel d'un choix éditorial à laquelle il adhère, ce qui n'est manifestement pas le cas), soit elle ne l'est pas (et c'est une censure, soit un fait grave du type de ceux que dénonce couramment ASI, et il faut en tirer les conséquences qui s'imposent). Bref, Daniel dénonce un fait mais sans le faire suivre des conséquences attendues. Que faut-il en conclure ? C'est un peu comme disent les anglais "have a cake and eat it too" : prenez les faits, les critiques, mais laissez-nous le pouvoir...
Un article intéressant d'Acrimed sur cette affaire : http://www.acrimed.org/article2824.html

Evidemment, la censure de Laurent Joffrin est choquante pour les raisons indiquées dans l'article d'Acrimed. L'article souligne notamment que : "Joffrin confond intentionnellement des critiques qui visent nommément le comportement de responsables passés et présents du journal et des critiques qui mettraient en cause leur physique personnel ou leur moralité privée."

Ceci dit, il considère que Daniel Schneidermann s'est un peu piégé en offrant ses services, pour ne pas dire avoir sympathisé, avec ce "mandarin" du monde de l'information au moment il partait à la conquête de Libé. Un rapprochement qui avait été l'époque raillé par Pierre Marcelle...

Mais ce qui m'interpelle c'est le présent. Cette censure étant un fait particulièrement grave, pourquoi Daniel n'en-a-t-il pas tiré les conséquences qui s'imposent en quittant son poste de chroniqueur ? Qu'attend-il pour mettre en accord sa position professionnelle avec sa déontologie journalistique ?

On a en effet appris par voie de presse (je ne sais plus où) que Daniel et Laurent Joffrin continuerait à travailler ensemble, ce qui n'est pas franchement une conclusion à la hauteur du problème. C'est plus le travers dénoncé par beaucoup d'entre nous : "vous les copains journalistes, vous vous fâchez mais en fait, vous avez tro d'intérêts communs pour ne pas rester ensemble".

J'ajouterai qu'en 1996, Daniel avait invité le sociologue Pierre Bourdieu à ASI. L'un incarnait la possibilité d'une critique de la TV à la TV, l'autre voulait démontrer l'inverse. On peut dire si on veut être pragmatique que jusqu'à l'année dernière, Daniel avait raison mais que maintenant il a tort et en a tiré les conséquences en fondant @si. Question, maintenant : est-il réellement possible de critiquer les journalistes papiers dans les (grands) journaux papiers... ?

Je souhaite que Daniel ait raison jusqu'au bout mais là encore, je pense qu'il se trompe.
Daniel, Elisabeth arrive à la rescousse . Et oui, il vous est désormais interdit de prononcer les mots : "journal le Monde".
Pour les suspicieux il sera difficile de parler "du caractère émotionnel" ou encore "des propos revanchards" de son papier.
Comment se fait-il que vous qui étiez si impliqué en 2005, lors du référendum, ne parliez quasiment plus de la ratification à venir de la constitution, seul sujet réellemnt important de ce début d'année? Les tribulations du Monde, le mariage du Général Boulanger et de sa boulangère (peut-être un jour la naissance d'un petit mitron)... Broutilles, sans doute, que tout cela au regard des années à venir. Vous n'avez même pas relayé le texte, extrêmement concis et bien écrit d'ETIENNE CHOUARD (http://rue89.com/2008/02/04/etienne-chouard-on-se-fout-de-nous-avec-le-traite-europeen ) alors que c'est probablement le seul sujet d'importance capitale dont on devrait actuellement se préoccuper.
Dans quelques années, on se demandera pourquoi nous avons tous laissé passer une chose pareille et où nous étions en 2008. Faudra t-il répondre que nous avions alors trop à faire et que nous n'avions l'oeil que sur Sarkozy, Alain Minc et la fesse droite de Beauvoir et les blagues des Guignols?
La seule injure que je trouve dans la chronique de D.S, c'est de traiter lejournal Le Monde de “sarkosyen”. Voilà une injure qui mériterait au moins les galères sinon la guillotine.Ceci dit, j'epère que D.S continuera d'écrire dans Libé, car, c'était pour moi une bonne raison d'acheter ce canard le vendredi.
C'est trop nul votre réaction, M. Joffrin !
Dans le Nouvel Obs ça aurait peut-être pu passer, mais à Libé ! Ca va pas la tête ?
J'ai lu la rubrique censurée de DS sur @si. C'est assez juste et pas du tout méchant.
Pas de quoi casser trois pattes à un canard comme Le Monde.
Les vacheries, les vraies, ils sont assez grands pour se les faire entre eux au Monde, DS est bien placé pour le savoir.
Humilié à tort par NS lors de Sa conférence de presse, je compatissais avec vous M. Joffrin : je retire ma compassion.
Je crois, M. Joffrin, que vous êtes maintenant tout à fait compétent pour sévir au Figaro.
Chapeau bas Monsieur et bonne chance dans vos futures nouvelles fonctions.
J'avoue que la chronique de DS était assez venimeuse, et je pense en même temps qu'elle aurait pu être 'corrigée' sur l'aspect attaque ad hominem, sans être refusée. Mais peut-être Daniel en avez-vous fait une posture, tout ou rien ? Ou est-ce Joffrin qui a dit Rien ? Je n'en sais rien.

Quant à l'acte de censure ?

Y a-t-il censure quand on tient le positionnement de son journal, Libé, et qu'on coupe, élague, tranche, fabrique. N'est-ce pas le propre du journalisme que de produire une ligne éditoriale nette, de retravailler les papiers ?

Quelle différence entre censure et ligne ?

J'avoue que c'est assez simple à dire, quand il s'agit de l'omission d'une information, de la suppression arbitraire d'un documentaire dérangeant ou de certaines phrases dans un texte, par crainte des annonceurs

En tant que chroniqueur, DS a-t-il un droit absolu à sa liberté d'expression ? A-t-il atteint la limite de ce qu'il peut dire, est-ce une limite juridique (pas d'attaque ad hominem), une remise en question, en soupçon, de la position anti-Monde d'un ancien journaliste licencié par ce même organe (DS réglerait ses comptes ?) ?

La réponse de Joffrin semble honnête et ne cache pas son droit autoritaire à choisir et à protéger le positionnement de Libé.

Ne peut-on y voir simplement un différend sur la conception d'une chronique et la marque hiérarchique du patron à décider ?

Après tout, Joffrin n'a pas empêché la sortie d'un papier sur Cécilia, d'autres chroniques ont été assez acides, pour autant elles sont passées.

Peut-on y voir deux identifications contradictoires au Monde ? L'une d'un patron pour un autre patron qui rame, le respect pour un organe qui cherche à protéger son indépendance ? L'autre d'un critique des médias, mais peut-être aussi d'un ancien salarié qui prend fait et cause pour le syndicat des salariés ? Assiste-t-on là à un conflit de classe, patron versus salarié ?

S'agit-il d'une censure ? Je suis bien embêtée de répondre à cette question. J'ai plutôt l'impression d'assister à un combat entre deux fortes têtes, qui ne sont pas d'accord.
Juste un commentaire : si dans un grand journal, un journaliste s'autorisait à écrire sur une entreprise qui l'a licencié, que dirait Daniel Schneidermann ? Sans doute que c'est un scandale, qu'il y a conflit d'intérêt évident et manifeste, que c'est un autre exemple de maljournalisme, etc. Le problème est que M. Schneidermann se permet ce qu'il refuse aux autres. C'est un peu pénible.
C'était vers la mi-juin 1968, dehors on goudronnait le boulevard Saint Germain pour oublier les pavés. Nous dînions dans un petit resto du quartier latin , quand est entré un jeune homme avec une pile de "France Soir" qu'il distribuait gratuitement en criant-" FRANCE SOIR A SON VERITABLE PRIX, C'EST GRATOS...D'accord Libé c'est pas France Soir! Quoique!!" France Soir des années 60 n'était encore pas tout à fait le cadavre que l'on connaît.
Mais, je me suis dit la même chose en apprenant que Joffrin avait sucré ton papier, avec ça, dans un numéro consacré à Mai 68 -voila un journal qui ne vaut plus rien, qui lui aussi va disparaître, et je suis triste;
D'accord il y a le Net, mais j'aime le papier.
IL y a chez vous, comme souvent, des termes outranciers, des jugements qui relèvent plus de l'humeur que de l'analyse. Et c'est plutôt ce que je regrette dans votre article. Le fond est juste : Le Monde actuel vit sur le mythe Beuve-Méry de notre adolescence, il est devenu un journal comme un autre, pire, un produit comme un autre, soumis à des exigences plus commerciales et idéologiques que relevant de l'éthique de la presse. La prochaine fois, soyez aussi clair, voire plus explicite, et supprimez ces outrances inutiles.
Maintenant, fallait-il le censurer ? A moins que Joffrin, inconsciemment, ait voulu que votre éditorial passe en le censurant et en le faisant savoir.
Dans ce cas, vous seriez le grand gagnant, et Joffrin serait votre allié (involontaire ?).
J'attends la suite : écrirez-vous encore dans Libé la semaine prochaine ? Si oui, ce sera la preuve que, malgré les apparences, vous êtes deux partenaires dans un billard à trois bandes (l'expression est de vous !)

Allez, je continuerai à vous soutenir. Rien de pire que l'eau tiède. Disputez, invectivez, mais surtout, informez-nous. Nous en avons vraiment besoin, foi de TF1 (voilà que moi aussi je verse dans l'attaque personnelle !)
.. Comme de juste, ma réaction, pourtant sans attaque personnelle bien que dénoncant les méthodes employées, a été modérée par le site de Libération.
Une broutille de plus.
Par contre, les pop-ups règnent (comme sur le site du Monde d'ailleurs) grâce à smartadserver incrusté dans leurs pages, n'oubliez pas de virer les cookies traceurs après visite internautique des pages des journaux précédemment mentionnés.
J'aurai pas dû l'évoquer dans ma réaction, remarquez, évoquer et dénigrer la pub qui cimente leur site ! Après je m'étonne (John)...
Ce matin, comme chaque vendredi, j'ai ouvert Libération pour lire, avant tout autre article, la chronique de Daniel Schneidermann. Pas trouvée ! Déçue ! J'ai feuilleté le journal, lu les articles qui m'intéressaient et découvert l'explication de Laurent Joffrin, annonçant la non-publication de la chronique de D.S. Je viens de lire sur @si la fameuse chronique censurée ! Je ne comprends pas la décision de Laurent Joffrin. Avec cette censure, nous touchons le fond du fond. Depuis 2 mois, j'achetais de nouveau Libération. Après une rupture d'une dizaine d'années ! Je vais de nouveau rompre avec Libé. Pour toujours.
Inutile de traiter Laurent Joffrin d'imbécile ou de mauviette, ce n'est pas par bêtise ou manque de courage personnel qu'il prend cette décision. Son explication, qu'on peut résumer par la formule : ne tirons pas sur l'ambulance, est loin d'être convaincante. Cela donne le change, fait bonne figure et le range du côté des journalistes consciencieux.
Sauf à penser qu'il ménage la sphère de la presse au sens large parce qu'il espère poursuivre sa carrière au Monde, un jour, pourquoi pas, on doit supposer qu'il ménage la presse au sens large par une sorte d'identification personnelle de Libé/lui-même au journal Le Monde, parce qu'il se met à la place des dirigeants actuels et qu'il les épargne comme il aimerait être épargné des attaques "guerre civile" alors que tellement d'ennemis extérieurs menacent les quotidiens de la presse écrite. Cela part d'une bonne intention.

Une bonne intention peut faire des ravages.

Un journaliste (qui est une signature) parle-t-il en son nom ou parle-t-il de derrière le titre qui le publie? La question est là. Une fois adoptée "la signature" en question, ne peut-on pas attendre du titre qu'il lui offre une presque totale liberté de parole, en tant que lecteur?
En lui refusant la publication de l'article ci-dessus, Laurent Joffrin tend à dire à Daniel Schneidermann : vous utilisez Libé à des fins propagandistes pour interférer dans les affaires d'un autre journal. Est-ce le cas? Ou est-ce un article qui fait froidement un état des lieux sur le journal Le Monde en énumérant les faits particuliers qui peuvent expliquer cet état et en entrebaillant la porte sur l'avenir d'un journal Le Monde qui ne sera plus comme avant. A nous de juger. Mon idée c'est que seuls les gens qui lisent l'article en diagonale, et en présumant que Daniel Schneidermann sent la poudre, peuvent s'imaginer qu'on est dans le premier cas. Les autres non. Moi non, je crois que c'est un article qui nous informe, pas qui nous manipule. C'est dommage de ne pas le publier, mais on s'en fout puisqu'on le lit ici, alors à quoi sert libé, on se demande? Dites, Monsieur Joffrin, et si vous pariez sur la qualité de lecture de vos lecteurs? Sur leur droit à être informés? Ce serait mieux pour faire exister Libé.
Pendant mes dernières vacances, j'ai acheté libé pour lire dans le train, et j'ai ramassé Le Monde abandonné sur un siège, le pauvre. Libé m'a encore occupé un soir au lit avant d'éteindre la lumière. Le Monde m'a servi de lecture de chevet pendant la semaine...
Monsieur Joffrin, on ne veut pas que du vite lu mal lu! On veut des trucs qu'on peut relire, ressasser, et même des trucs dont on puisse dire "il y va un peu fort". A relire deux fois l'article de Daniel Schneidermann : Eric Fottorino, ne pas le prendre pour un habile homme comme il le fait, ce serait le prendre pour une marionnette dont les actionnaires tirent les ficelles. Ce qui peut sembler une attaque n'est donc pas si méchant. Et à la fin de l'article, le traiter d'"inconnu" au sens mathématique est bienveillant.
Les actionnaires du monde, privés de pouvoir direct par la présence des actionnaires de la société des rédacteurs, ont su trouver un autre pouvoir qui m'a l'air bien puissant puisqu'il a délogé Jean-Michel Dumay. Ou bien c'est juste pour apaiser le diabolique Alain Minc, avoir la paix pour qu'ainsi tout le monde puisse redevenir serein, tant pis pour le sacrifice. Voilà, comme quoi je suis bien informée, grâce à asi, et que je réfléchis au truc par moi-même un peu, en ayant tout faux peut-être, mais sans être manipulée, ni qu'on me dicte mes idées, c'est mon impression, est-elle fausse?
JOFFRIN ,DOIT PENSER, QU'EN "RENDANT UN PETIT SERVICE AU MONDE" çÀ POURRA TOUJOURS SERVIR, QUAND LAGARDÈRE SERA LE CHEF!!!!ET PUIS ENTRE COPAINS DE SARKO, TOUT CE BEAU MONDE SE TUTOIE ,ET COPINE!!!!PASSE MOI LA RHUBARBE,JE TE PASSE LE SÉNÉ!TOUT VÀ BÉNÉ!!! LECTEUR DU MONDE,J'AI LAISSÉ TOMBER, DEPUIS 2004 ET L'ADOUBEMENT DU TANDEM MINC /COLOMBANI, TROP DE SERVILITÉ , DE DÉFÉRENCE ET DE RÉVÉRENCE, AU LIBÉRALISME ET À SON AVATAR SARKOZYSTE!!!! LA CHRONIQUE DE
DANIEL EST EXCELLENTE,C'EST LE TYPE DE PAMPHLET, MORDANT ET CRUEL, MAIS JUSTE , ET QUI DÉPLAÎT SOUVERAINEMENT AUX MOUS ET TIEDASSES QUI PRÉFÈRENT LA LANGUE DE BOIS ,L'HYPOCRISIE ET SURTOUT....... LA DOCILITÉ!!!!MR JOFFRIN,QUI LORS DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE DE SON "AMI SARKO" S'EST FAIT RABROUER PAR LE PETIT CHEF, SOUS LES RICANEMENTS DE SES "COURAGEUX CONDISCIPLES SE PRÉTENDANT JOURNALISTES" ET QUI PEU APRÉS PLEURNICHAIT DANS LIBÉ, SUR SON SORT, MANQUE, QUELQUE PEU DE CLASSE!!!! CHERCHERAIT IL À COMPLAIRE À "SON AMI PRÉSIDENT" OU À SON "PATRON ET TOUT AUTANT SARKOPHILE DE ROTHSCHILD???????CELA Y RESSEMBLE!!!!!!
Je ne sais pas quelle mouche vous a piqué : se gargariser de la chute d'un adversaire et choisir son concurrent direct pour cette diatribe, c'est pas terrible. Vous avez sans doute de vieux comptes à régler avec cette équipe mais la forme extrême me semble malsaine. Le truc purement méchant qui ne vous ressemble pas. Et je le dis sans pseudo !
Ne serait il pas ce passage qui aurait froissé monsieur Joffrin
La fin de l'exception Monde, en tout cas, celle d'un journal gouverné par ses journalistes.
????
Vous pouvez penser ce que vous voulez mais moi je dis pour Daniel SCHNEIDERMANN hip hip hip houra !
Et vive Dumay !
Du bonheur Daniel... en réponse à ces gens sans "RIEN".
Qui a voté pour les commentaires tout en haut....
"Les geux et geuses réagissez..."
Madeleine
Si Libé commence à censurer ses journalistes ou chroniqueurs, où allons nous? L'espace de notre liberté d'expression se réduit comme un peau de chagrin.De plus, au vu de l'historique de ce feuilleton, la réaction de DS me paraît des plus normales.
Pour moi cet article pose le probleme des limites de ce site. Que DS grand timonier d'ASI donne la une à DS chroniqueur pour Libé et ce pour une chronique passée à la trappe me choque un peu. Qu'on le veuille ou non Joffrin fait ce qu'il veut de son journal - tout comme DS fait ce qu'il veut de ce site - DS en tant que chroniqueur n'est pas Dieu tout puissant, sa chronique à le droit d'etre mauvaise ou pas en accord avec la ligne du journal. Apres que la ligne du journal soit frileuse c'est une autre histoire. On a un peu vite tendance ici à crier au loup dès qu'il y a une contrariété, en quoi le refus de cette chronique est-il le match de l'info et du marché? DS est-il seul contre tous tel le Charles Bronson de l'info? Ce qui me gene particulierement c'est qu'à aucun moment on ne se remet en question, personne en se pose la question de la qualité de fond ou de style de la chronique, ce n'est pas la peine puisqu'il y a un méchant (le trappeur). C'est une espece de jeu (d'où le terme match), on va faire la chronique la plus limite pour voir jusqu'où aller sans que ça craque, et une fois que ça craque on va dénoncer les censeurs, les museleurs. Autant je ne lis plus Libé depuis un moment parce que je trouve ce journal sans interet, autant je trouve cette méthode déplaisante, peut-on etre employé par le systeme et le criiquer en meme temps???
On se doutait que M. Joffrin, qui essaie pourtant de regonfler sa voile avec le zéphir de Mai 68, ne faisait pas sien le fameux slogan bombé à l'époque sur les murs des institutions: "il est interdit d'interdire"...
est-ce que le titre de cette chronique "le match de l'information et du marché" n'est pas un peu démagogique et racoleur?
voilà le passage de la lettre de Dumay ou il explique son départ


Je me retire donc.

Tout d'abord, parce qu'il me semble impossible que la fonction de
président de la SRM puisse être entaché par un quelconque choix
imposé par des administrateurs tiers. C'est une question de
souveraineté. Ensuite, parce que seul ce geste, libre, peut à mes yeux
effacer l'indignité qui m'a été imposée, c'est-à-dire la signature forcée
au bas de mots qui n'étaient pas les miens, ce viol de ma conscience.
Après ce qui s'est passé, j'ai terriblement besoin de liberté et
d'indépendance.


je crois que Dumay aurait du utiliser la raison par laquelle il justifie sa démission pour ne pas accepter l'accord (c'est quoi cette histoire de pistolet sur la tempe) qu'il a signé avec Fottorino et qui a aboutit à son départ. Si cet accord est tellement abject et si en plus Fottorino est illégitime pour diriger le journal, c'était là que Dumay "Le Resistant" devait resister.

Tout ça est vraiment frustrant et déprimant.
Merci Daniel pour toute cette information. J’aimerais avoir l’avis de Minc dans cette histoire.
Il est intéressant de constater que les actionnaires externes lui font confiance.
La Vente Par Correspondance (les grandes maisons Redoute, Trois Suisses) est sauvée grâce à son implication dans le net, ses ventes sont maintenant considérables avec cet outil.
Les journaux n’ont pas cru en cette nouvelle forme de diffusion, mais aujourd’hui, les journalistes du Monde ont bien raison de vouloir conserver la maîtrise du net qui sera leur survie.
Alors en conclusion, je serai d’accord quand, pour mon réabonnement à Asi vous me demanderez non pas trente, mais cinquante ou soixante euros.
Cela vous permettra de rester indépendant en comprenant votre Bilan comme dirait Dumay et vous pourrez partir sur de plus nombreuses pistes avec plus de journalistes. Car dans une affaire comme celle du Monde, j’aimerais quelqu’un qui enquête sur Minc et son néfaste pouvoir , sur l’intérêt d’un Beffa, Lescure, Laroullière etc.. à tremper dans cette histoire, avoir un peu plus d’éclairages sur cette comédie humaine…
Bon ,allez ,maintenant que je me suis un peu lâché , je voudrais pointer ce mot de Joffrin .

Je cite Daniel :""Elle est trop violente, et c'est quand même le journal d'à côté", m'a dit Joffrin. "Ils vont penser que c'est moi qui les agresse". Je lui ai répondu qu'il pouvait se désolidariser, expliquer que la chronique n'engageait pas le journal, tout ce qu'il voulait pour qu'on ne pense pas que c'était lui qui agressait les patrons du journal d'à côté. "Non, ce serait hypocrite", m'a-t-il dit." Au passage , j'ai corrigé les 2 coquilles que DS a faites :egageait et aptrons : il devait être bien en colère!

Oui, donc Joffrin dit qu'il serait hypocrite s'il se désolidarisait de DS sur cette chronique : est-ce que cela voudrait dire qu'il est d'accord avec Daniel ,mais que pour des raisons diplomatiques , il ne peut pas la publier ? M.Joffrin ,on vous attends. Daniel ,faites lui un tarif ...d'ami,pour qu'il puisse causer ici !
Je ne suis pas un fanatique de Lolo mais bon on peut comprendre sa volonté de ne pas mettre de l'huile sur le feu (de peur d'avoir un retour de manivelle dans ce qui reste de Libé, c'est-à-dire pas grand-chose), d'autant que Libé avait récupéré DS lorsque le Monde l'a viré. Il n'avait pas envie de se faire le porte-parole de ce qu'on aurait pu considérer comme un réglement de compte. Comme DS a vécu au plus près ce qui se passe au Monde, qu'il en connaît tous les acteurs, c'est vrai que sa diatribe prend un relief particulier, plus personnel, même s'il a le droit d'exprimer son avis. Je ne sais pas quel est son statut chez Libé, mais comme sa chronique est hebdomadaire, ce n'est pas la même chose que s'il avait écrit dans "Rebonds" par exemple. Lolo a publié ses raisons dans son canard, bon, c'est correct.
En gros, DS aurait dû adopter un style plus "Monde" pour publier dans libé ! C'est un comble, mais la presse papier va mal, et on ne peut vraiment pas s'en réjouir.
Le journal Libération est bien frileux et préfère l'auto-censure à la polémique.
Mais n'est ce pas un certain Edouard de Rothchild qui possède Libération ?
Ceci explique peut-être cela.
Je trouve bizarre d'appeler attaques, des propos qui ne sont que l'expression de la réalité. Par ailleurs, beaucoup de ces informations ont déjà paru, mais par petites touches et dans des termes "soft". Apparemment, cela choque beaucoup que les choses soient écrites clairement, et les éléments réunis. Cela veut-il dire que la réalité ne gêne pas, tant qu'on peut la dissoudre dans le flou et l'a-peu-près?
Belle volée de bois vert pour DS; ce qui est drôle c'est le forum de Libé : même volée de bois vert, mais pour Joffrin. Y aurait-il conspiration d'asinautes, ou bien sont-ce les lecteurs de Libé qui se révoltent?
Qui avait dit que le forum payant ferait un club de gens tout dévoués à l'adoration de DS?
La chronique est chargée, c'est clair. Mais elle semble décrire une réalité, en citant des noms, avec la verve et le parti-pris propres à une chronique (par définition subjective). Laurent Joffrin fait jouer la solidarité inter-journaux, sachant très bien de toute façon que la chronique serait quand même publiée, avec une audience différente. C'est même lui donner une résonance particulière. Préserver un pacte tacite de non-agression avec le Monde, sans conséquence pour l'information en elle-même. Daniel a déjà pris depuis longtemps le rythme et le ton Internet, a été partie prenante dans l'histoire du Monde. Laurent Joffrin a considéré qu'il y avait trop de personnel, trop de décalage, dans cette chronique portant sur les confrères. Si ici, c'est le "blog" de Daniel Schneidermann, Libé n'est pas son journal. L'honnêteté imposerait une explication dans Libé sur le sujet. Cantonner tout ça à Internet pose problème.
Et l'info de la censure fait le buzz.... :
Rue89 :
Marianne :
deux choses : la chronique, qui semble bien décomplexée, genre "bas les masques" , n'a certes pas été publiée, mais Joffrin a répondu dans libé en ligne, double effet finalement peut-être... le "mérite" du petitprésidentbavard que l'on en entend bien moins depuis qu'il craint le "désamour", sera peut-être d'avoir obligé chacun, à se décomplexer, et à oser dire le pire des autres, si le sien n'est pas oublié... de loin, tout petit, comme presque tous, un équilibre -ancien, et ce n'est pas forcément péjoratif- me semble être devenu bien instable, être en cours d'explosion, tout le monde semble tenter de participer à trouver un autre équilibre... peu de choses se sont levées finalement, mais quelque chose est en route... à chacun d'y participer selon ces capacitées ses possibilités dans son coin... ailleurs ça va un peu saigner, mais soyons tous décomplexés...... et tentons mieux....
Votre article est certes au vitriol, mais il me semble être le reflet de la
réalité. J'ai suivi avec beaucoup d'intérêt l'intervention de J.Michel Dumay
sur ASI. Celui-ci m'a paru très clair dans ses explications, très digne.
Le pouvoir de nuisance d'Alain Minc vient d'être récompensé. En effet, il
figure sur la liste promotion de la légion d'honneur, au titre de commandeur.
(Voir, ce jour, l'excellent Bakchich)
Jean françois Khan a dit dernièrement sur France Inter qu'à force d'être viré des journaux, il avait décidé de créer son propre journal. Et donc il a créé Marianne. Sur le site de Marianne2, il est question de la censure de L. Joffrin, et la publication de la chronique de Daniel Schneidermann. Tous les matins je lis "arrêt sur images", marianne et même Libé + Le Monde sur internet. J'ai le sentiment d'être mieux informée. Donc vous avez eu raison de créer votre site indépendant.
Votre chronique est acrimonieuse et pourrie, n'importe qui vous aurait demandé de revoir votre copie
Pour rire un peu. Sur le site de Libé ce matin, les deux rubriques habituelles :

La Femme : Britney Spears

L'Homme : Britney Spears
Le Monde est certes un quotidien de référence, avec un fonctionnement particulier, & qui doit mériter le plus souvent possible notre attention. Cependant, M.Schneidermann, même si votre analyse se veut externe, tout un chacun sait pertinemment que vous avez été au Monde et que vous en êtes partis... Les liens qui vous unissent à ce journal ne peuvent donc êtres viables aux yeux de l'opinion tout du moins... Il vous faut en tenir compte!!!!
Rien à voir avec le sujet - Joffrin est une larve, son torchon une insulte à la mémoire de Sartre, OK, tout le monde sait ça - mais ce matin, j'ai une pensée émue et solidaire pour le professeur traîné devant les tribunaux par un connard de flic, pour avoir collé une beigne au rejeton d'icelui qui l'avait insulté.

http://www.liberation.fr/actualite/societe/307385.FR.php

"Violence... aggravée (!) sur mineur". Je rêve.
Et injure inadmissible à enseignant, ça existe ?

P.S. J'assume entièrement le côté réac de mon commentaire.
Joffrin dans toute sa splendeur...
... mis à part que nos deux commentaires ne seront pas censurés. Vous voyez le fond du problème, monsieur Le Treut ? On réclame désespérement la transparence et des infos non équivoques dans tous les journaux, et vous trouvez normal de retirer cette chronique ? Des attaques ad hominem, la langue latine a le dos large, dans ce cas il faut effacer des annales une bonne moitié de l'historique de Libé. Daniel Schneidermann a écrit - et décrit - franco une situation qui gangrène le Monde en particulier, et la presse en général.
Vous détournez le débat vers une virulence hypothétique de propos de D.S. envers Libé, alors que le fond du problème ici, c'est CENSURE. Comme le disait Liza, que je relis à nouveau avec grand plaisir au passage, défendre la censure dans un N° hommage à mai 68...
Bref, comme vous le dit mon titre, pas d'ac avec vous. Et j'espère que Libé ne modérera pas ma réaction postée sur leur site vers 01:40, bien que la mode soit à la censure sur le papier. Et sur le "blog" de Libé ? Encore une coïncidence, ce choix de mot de Joffrin ? Est-ce une attaque ad hominem de dire qu'il est malhonnête de vouloir réduire ou de minimiser Arrêt sur images ?
La censure me fout en pétard, j'imagine aisément le sentiment que D.S. a dû ressentir. Lui qui me recommandait de ne pas trop m'enflammer dans mes posts dans un mail du 18/10/07 ;-)

Vive la liberté d'écrire et d'informer, ras le bol des consensuels "ne nous fâchons pas".

Bon sang, on parle de Libération, pas du Figaro ni du Parisien !

Bien vu aussi, N°7, vu votre réaction sur le forum de Libé, une zone blanche avec noté en travers et en rouge "censuré" - "du caviar" comme dirait l'autre milliardaire.
Le site doit commencer à déranger, comme dirait Gamma GT (salutations)
Eh, Mona, "Mickey-président", bonjour l'attaque ad animalem ;-)
Bonne nuitée à tous.
Je ne vois rien qui justifie de censurer cette chronique. Il y a parfois des textes de Pierre Marcelle bien plus virulents que ça dans Libé, je pense. Et ça ne me choque pas qu'une chronique soit teintée d'émotion, au contraire. J'en déduis que Laurent Joffrin ne nous dit pas ce qui le dérange réellement...qu'est-ce que ça pourrait bien être ?
La décision de L.Joffrin est respectable et courageuse, mais surtout assumée en toute transparence. Je crois personnellement que ce texte n'est pas déontologiquement acceptable. DS ne cesse-t-il pas d'être journaliste lorsqu'il évoque la situation au Monde, son ancien employeur ? Manifestement son sens de l'objectivité est altéré dans cette chronique. Elle n'est que règlement de compte ! En plus, la gue-guerre de pouvoir au Monde intéresse-t-elle les lecteurs de Libé ? Pas certain...
Plutôt qu'un acte de censure, je vois là un geste responsable du patron de Libé.
Il me semble que le principe de la chronique consiste a échapper a la consanguinité intellectuelle sinon cela n'a aucun intéret.
Violente? C'est un mot galvaudé. Au vitriol, oui et alors, il est payé pour donner son opinion pas pour avoir une opinion consensuelle ou objective.
En attendant Joffrin vient de perdre un paquet d'amis parce qu'encore une fois la question n'est pas d'etre d'accord, mais d'accepter les opinions différentes.
Il n'a pas compris qu'il ferait plus de mal en la censurant (car c'est le mot que tout le monde va utiliser) plutot qu'en la laissant passer et en ajoutant une réponse a posteriori. Je suis sur qu'il s'en mord deja les doigts.
Je trouve que Joffrin a très bien fait de retirer cette chronique, et sa réaction est parfaitement fondée.
Votre style est très agressif, de cette même agressivité qui a réussi à soudoyer l'équipe du Nouvel Obs contre vous, avec des adjectifs et des comparaisons très déshumanisantes, et de nombreux développement qui témoignent davantage d'un réglage de compte personnel que d'un vrai décryptage de la crise.
Schneidermann, au coin !

À vrai dire, je vous mets au défi de faire preuve de la même virulence, qu'elle soit envers Le Monde ou Le Nouvel Obs, envers Libé, qui vous rémunère. Cette chronique est d'une sobreté inouïe : "regardez, on m'a censuré, voici l'objet du délit, point." Joffrin en a écrit davantage que vous pour justifier ses choix. Seul vrai témoin de votre amertume, la classification de ce retrait dans les "censures dures".

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je trouve cette chronique beaucoup moins faux-derche que le petit jeu de la couverture usuelle des difficulté des deux Canards, l'un par l'autre.
Je trouve que le terme "agression gratuite" utilisé par Joffrin assez mal venu, eu egard à ce qui a pu être développé ici.

Eh oui, le démarrage en côte de Fottorino est un pour le moment un peu piteux, et ce n'est surement pas avec un episode pareil q'il doit se sentir porté vent arrière...
Encore une connerie de Joffrin, une de plus, une de trop ?
Ceci dit il a déjà du bien se retenir aujourd'hui avec la chronique de Pierre Marcelle qui tapait fort sur Minc...
J'ai lu la justification de Joffrin. Daniel rassurez moi : dans la dernière phrase il se fiche un peu de vous non ? (pour rester poli )
Le camembert Libé n'est pas au lait cru alors, si il pasteurise les chroniques qui parlent de L'AOC des journaux au lait thermisé et de leur méthodes de fabrication secrètes et ancestrales (phrase incompréhensible sauf si on la lit à toute vitesse, on a une vague notion alléatoire d'un sens un peu flouté).
Et si Libé n'est pas sûr d'être AOC non plus, normal que l'article soit diagnostiqué "risque boomerang +++" et que Joffrin applique le principe. (celle-là phrase, on peut comprendre mais il faut trouver de quel bon dieu de principe peut-il bien s'agir?)

On se demande : qu'est-ce qu'il y a eu à la place de la chronique refoulée de Daniel Schneidermann? Une chronique de secours sur "ils parlent plus lentement à la météo depuis qu'il y a moins de pub sur les chaînes publiques"? Ou des bandes annonces comme sur une certaine chaîne récemment "ne ratez pas en page 3 l'article de machintruc sur le sujet bidule avec de magnifiques photos"? Vous le saurez en lisant Libé demain...
Est-ce que Joffrin n'a pas un peu fait à Libé ce que Fottorino est en train de faire au Monde ?
Jofrin s'explique au sujet de cette histoire sur le site de Libé.

http://www.liberation.fr/actualite/ecrans/307328.FR.php

petite vanne d'entrée: "C’est la responsabilité d’un directeur de publication, qui ne dirige pas une simple chambre d’enregistrement mais un journal."

A+
En complet accord avec Christian et Kawouede..mais je fais une synthèse : Comme vous connaissez particulièrement bien le sujet.....vous entrez dans le "Média" engagé! Et nous en revenons à des discussions d'avant janvier 2008 sur le site provisoire.... Le consensus a-t-il un sens dans un journalisme de réflexion et non "de suivisme"?
Daniel, votre article est celui d’un journaliste qui connaît parfaitement son sujet, et qui informe ses lecteurs. Bref, vous faites votre métier.
Quant à Roland Joffrin : journaliste de gauche, indépendant et engagé …. tenez, 4 erreurs se sont déjà glissées dans cette seule phrase.
Et c'est tant mieux ! Bravo Daniel, bien dit et bien envoyé : vous avez non pas réglé des comptes (je continue de l'espérer), mais fait une chronique "Médias" engagée.
Je dois dire que, malgrès l'historique que j'ai suivi (avec @si) de la crise du monde, je suis encore choqué par la teneur des propose de Daniel.
Evidemment, il y a des groupements d'interêt, des idéologies qui s'opposent. Bien entendu que des Hommes sont prêts à ajouter mauvaise foi à trahison pour arriver au pouvoir, ce fameux pouvoir.
Mais le travail d'un journaliste n'est pas, ce me semble, de se laisser entraîner dans une spirale émotive, toute chronique qu'elle soit.

Relisez votre texte, Daniel. On y parle de traitres, de pistolet sur la tempe, de décombres et d'élimination, de coup de force. Lorsque Dumay, notre héros, se transforme en Hercule pour le bien de son entreprise. Il en ressort de cette opposition une telle impression manichéenne que je ne peux l'accepter. Il est trop gentil, ils sont trop méchants.

Il y a anguille sous roche.
Personnellement je ne vois pas d'attaque had hominem . En @sinaute que je suis, jesuis bien informé. Laurent Joffrin défend quel intérêt? Peut-être que vous allez trop vite pour lui ,je pense que ce n'est qu'une question de temps. Et vous Daniel , que pensez vous de sa position , si vous faites abstraction de la colère personnelle que vous avez due ressentir?

Amicalement
Si le Monde perd son indépendance et les lecteurs qui allaient avec, c'est Médiapart qui va en profiter en premier, sûrement pas Libé !
Quand on commence à faire en fonction de ce qu'on s'imagine que les autres vont penser, c'est mauvais signe.
Finalement Daniel je vous trouve encore très naïf. Remarquez que Joffrin ne vous parle pas de votre Chronique, mais uniquement de lui!
Peut-on critiqué un fonctionnement capitaliste, dans un journal détenu par un capitaliste..si je ne me trompe...
Je n'ai pas lu la chronique et n'en dirai donc rien.
Mais je me pose une question: @si est-il un méta-média? ... ou bien un club de fans de tel ou tel chroniqueur d'@si?
@+
Mais où est donc passée la Liberté de la presse ???
Quand les journalistes dit "libres" se censurent entre eux...! j'appelle cela de l'auto-censure non ? Quel horrible mot ! Quand la censure va jusqu'à contaminer certains journalistes (en l'occurence ici c'est Joffrin), c'est comme un symptôme de plus de cette gangrène qui mange peu à peu le (brouillon) de démocratie qui tente d'exister dans ce pays ; pays où je suis née mais qui me fait honte parfois !
Enfin heureusement que. et le net existe (et Asi aussi !) . Pour le meilleur et pour le pire ! (c'est un peu comme la nature, sa beauté n'a d'égale que sa cruauté)
Comme quoi au dela de l'auto transparence, tous les milieux médiatiques sont les mêmes et manquent de transparence. Ils détestent qu'on parle (trop) des coulisses et même si on est pas particulièrement copain, on se protège quand même. C'est navrant ....
Je ne vois pas , pour ma part, la raison de la mise à l'écart de cette chronique.
A moins que Daniel Schneidermann ne lui ait rétorqué "Monsieur Joffrin, avec toute votre culture, dire une chose aussi énorme... comment pouvez-vous dire une telle bêtise..." .
Clin d'oeil au néologisme "sarkozyen".
Je comprends pas l'enjeu ( justifiant autant de sujets ici ) que représente la bataille au Monde.

Daniel a-t-il du mal à tourner la page ?

Joffrin fait-il une crise de jalousie comme celui qui n'aime pas que sa nouvelle fiancée lui parle de son précédent amour, qu'elle n'arriverait pas à oublier ?
Juste par correction... J'espère qu'il t'a permis de la publier ici sur ASI, car ici ou ailleurs... maintenant qu'on sait que c'était un papier originellement pour Libé... ça risque de jaser malgré tout. Non? Le temps nous le dira...
Censurer une chronique ? On touche le fond !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.