275
Commentaires

Au marché du mardi matin, la banalisation du FN

L'image est simple: un duel Le Pen-Mélenchon, dans une ville sinistrée du Pas-de-Calais, sur fond de PS gangrené par "les affaires". Trop simple ? C'était l'occasion de tenter de passer "derrière l'image". Suite de notre reportage. Le premier épisode est ici, le dernier en date là.

Derniers commentaires

Je remercie RST pour son lien ! Pour ma part, je trouve les reportages intéressants: on y parle de "banalisation du FN". Cette banalisation n'existe que si il y a stigmatisation. Le FN fait bien l'objet d'un traitement médiatique particulier qui, à mon avis, a pour effet de stabiliser son électorat. En effet, cette stigmatisation renforce chacun dans ses positions et ça donne le status-quo : l'électeur FN est renforcé dans son attitude anti-système et l'électeur anti-FN est renforcé par les leçons de morale assénées par les médias sur le FN à longueur de journée (bien sûr, DSK c'était ce qu'il nous fallait...). Le statut-quo se vérifie par les chiffres: on est à environ 20% des suffrages exprimés depuis 20 ans en gros (avec une abstention à peu prés stable). A noter que le FN joue également de ce traitement médiatique (si on ne parle plus d'eux, ils sont morts).
Donc, finalement, l'attitude des médias à l'égard du FN est totalement schizophrène: ils prétendent combattre le FN mais ils rassurent son éléctorat (on ne convaint personne avec des leçons de morale, c'est évident). Tout ça pour dire que la stigmatisation du FN, ça marche pas et si on veut que ça change, il va falloir que les médias traitent le FN différemment. Mais le veulent-ils vraiment ? à mon avis non, parce que, d'abord, le staut-quo c'est bien (on est quand même loin des 50% et trés important, ça reste stable) et ensuite parce que le traitement actuel permet d'éviter de réfléchir sur les vrais sujets comme l'euro (et le MES et la situaton en Grèce) ou la dette ou la défense (l'OTAN et ses guerres), la société de consommation à outrance, les services publics: on préfère parler du halal ou des piscines à Lille, c'est mieux, c'est plus simple: y a les racistes du FN et les bons anti-FN qui eux ne sont pas racistes parce qu'ils sont contre le FN.
C'est tellement mieux quand il ne faut pas réfléchir.
Je prends le train en marche avec 24h de retard. 256 messages : pas le temps de les lire sauf les trois en "gondole d'exposition". Tant pis si je répète ce qui a déjà été écrit par les asinautes.
Je suis encore émue, Daniel, de la lecture de ce beau texte. Parce qu'il est terrible, effrayant, mais juste. Je ne veux pas (voeu pieux, vain, impuissant) qu'on traite ces gens de cons. Je les connais, c'est une partie de ma famille et de gens que j'ai cotoyés sans pouvoir les "détester" pour leurs opinions "malsaines". Ils se sont laissés prendre au piège d'un espoir de changement, le vrai, pas celui qui multiplie les ministères pour caser les potes, pas celui de façade. Un espoir devenu radical pour avoir trop souvent été déçu, battu, maltraité. Comme un enfant. Comme un adulte qui s'est laissé aller à croire au père Noël de la fraternité, de l'égalité, de la justice de la République du mérite et qui s'est réveillé, naïf, en entendant des phrases du genre "les promesses n'engagent que ceux qui les croient". Cette petite phrase assassine dont les médias se sont emparés comme d'une bonne plaisanterie humilie profondément les gens qui y ont cru, au changement, au vrai. Ils se laissent prendre au piège aujourd'hui d'un discours peaufiné par les experts en communication qui les trahira autant que feu celui de la gauche de 81.
Texte touchant car il montre qu'au fond, ces gens, ils veulent juste exister aux yeux des politiques, de ceux qui décideront de leur vie. Un peu comme les Frères musulmans, le FN a réussi à créer cette proximité rassurante avec eux... parce que la place était vacante... ou abandonnée à son sort pendant les quatre années trois-quart entre deux présidentielles.
Je suis dubitative sur le duel dans lequel s'engage Mélenchon. Après l'échec de la lutte contre la réforme des retraites, j'ai contacté le groupe militant du Front de Gauche de mon secteur. Nous étions plusieurs nouveaux, "jeunes" aux yeux des "déjà-là" (à 41 ans, ça fait toujours plaisir, mais cela ne va pas sans un certain étonnement). Bref, trois ou quatre nouveaux, décidés à s'investir, à reconquérir la population pour qu'elle vote, pour qu'elle s'implique dans les choix politiques. A deux, nous avons proposé de faire du porte à porte, d'aller rencontrer les gens, parler, les écouter, discuter. La réponse a été catégorique : "le porte à porte, on a déjà donné, alors non, on fait les boîtes à lettres, c'est bien suffisant". Je l'ai encore dans l'oreille cette réponse mal sonnante qui m'a mise très mal à l'aise. Nous avons argumenté, pas de changement, sauf qu'on s'est fait traité de naïfs, de jeunots sans expérience de terrain (et cela, sur notre bonne mine : sidération! ). Et nous sommes partis pour ne plus revenir, la gorge serrée par la "réalité de terrain". On a continué à discuter sur le marché avec les gens.
Merci, Daniel, de nous montrer cette tranche d'humanité pas spécialement haineuse, sans doute revancharde comme on peut l'être quand on se sent blessé, mais qui comme toute humanité s'intéresse à qui s'intéresse à elle.
Ce Steeve est peut-être charmant, mais il est indiqué à plusieurs reprises qu'il claque les bises. C'est méchant, ça, non ?
Bo, c'est le cocktail d'Albert pour faire sa nuit ...
Mais le FN est un parti comme les autres !
Bien sûr qu'il faut le banaliser et heureusement que les médias le traitent d'un regard plus conciliant depuis que Marine est là ...
Il n'y a que les comunistes les amis de Melanchon, pour penser le contraire !
Je suis tellement révolté par ce genre de reportage que je n'ai pas pu lire tous les mots. Voilà comme on banalise l'insupportable. Ce reportage n'apporte rien car il n'éclaire pas sur l'idéologie de ce parti. Il peut vous remercier car vous l'avez une fois de plus ancré dans le quotidien.
C'est une honte. Si vous voulez être utile plutôt que de raconter le bistrot ou le marché analysez le programme du FN. Pensez- vous un seul instant que vous avez pu introduire, par ce reportage, une seconde, le moindre doute dans l'esprit d'un adhérent ou d'un électeur non averti. A contrario comme ce représentant est finalement comme tout le monde. Eh oui même les pires salauds conscients ou inconscients sont la majeur partie de la journée comme tout le monde.
Excellent article.
Et c'est vraiment tordant de lire certains commentaires...
(message mal placé)
Il est probable que si Bernard Schneidermann était allé en 1937 au marché de Séville ou de Cadix, il y aurait rencontré un certain nombre de Steeve Briois à l'apparence tout autant joviale, et bénéficiant d'une assise civile aussi calme et persuadée de celle décrite à Hénin-Beaumont ; pour autant - toutes comparaisons historiques considérées - l'heure était-elle de "passer derrière l'image" pour y chercher une quelconque issue ou réponse ou même explication ?!
Bon, resumons : le gars Steeve Briois est sympa, apprecie de beaucoup, il est du coin, il n est pas raciste avec les gens des environs, denonce la gestion calamiteuse des socialistes et navigue sous le pavillon Le pen.

Au fond , qu est ce qui surprend le matinaute ? Que l ami Steeve soit sympa, humain , un poil timide et milite dans un parti qui ne l est pas ? Que les gens viennent taper la bisea Steeve en public qui est un militant FN ? Que parmi ces gens , il y ait meme des arabes ?
Peut etre qu il faut analyser ceci avec trois idees : d une part l ami Steeve , tout sympa qu il soit n est peut etre pas un modele d equilibre psychologique ,un peu a l instar de sa patronne qui dans un beau melange de cynisme ou de perversion ou de desordre affectif - les ou ne sont pas exclusifs ici - declarait a de pauvres bougres echoues en Italie, apres avor risque leurs peaux, qu elle avait beaucoup de compassion pour eux (sympa) mais qu il allait falloir se casser fissa (moins sympa).

D autre part, il y a l idee de proximite et d aide ou de clientelisme comme le disent les esprits chagrins..
Un peu comme dans ce billet de Pascale Robert Driard qui est touchant et tellement humain
http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2008/04/15/la-chute/ .
Qui joue ce role de la main tendue, a part le fn a Henin Beaumont ? Je l ignore .En tout cas , eux le font et on peut gager qu il est difficile de mordre la main qui secourt et de ne pas eprouver de la reconnaissance ou d etre devenu l oblige du FN . Les idees politiques passent en second plan. Peut etre meme que l epicier marocain a eu un coup de pouce de Steeve, va savoir !

Enfin , il y a evidemment la betise humaine tellement repandue et finalement juste rendue visible par des situations anormales. Mais bon , on ne va pas s etendre la dessus. Il n y a pas beaucoup de remedes pour cela.

Au fond, c est peut etre aussi que c est ce que Melenchon a vu . Que le politique en place n assure plus son devoir et que le role que tient Steeve Briois etait tenu dans les annees 70 -80 par des militants du PC.
La seule phrase intelligente de Villepin : la montée du FN est la rançon de la médiocrité du bipartisme.

Plus je vois les nominations à des hauts postes de décision, cabinets, et encore confirmé par le Canard Enchaîné ce matin, plus je me dis que l'UMPS est en route. Et qu'effecivement, le FN, ce ne sera plus du 80%-20% comme en 2002, mais du 50%-50% en 2017.
que fera le FN s'il prend la mairie d'Henin Beaumont?
peut-être des indices dans les villes où le FN a déjà eu le pouvoir comme Orange, Toulon et Marignane ou Dreux?

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ces-villes-que-le-front-national-a-deja-gerees_767233.html

Marignane élus grace au soutien de l'UMP: Le bilan de 13 ans de municipalité de Daniel Simonpieri est sans appel: promesses non tenues (hausse des impôts, projet d'un complexe de loisirs remplacé par l'installation d'un supermarché, travaux de réhabilitation du centre ancien reportés), divorce avec la communauté des pieds noirs, endettement important.

Dreux élus grace à une liste commune avec le RPR

Toulon : Le bilan des 6 années de municipalité d'extrême-droite est lourd: croisade "contre une culture élitiste" et pour une culture provençale (l'affaire Chateauvallon et celle de la Fête du Livre), détournements des fonds du service jeunesse, discrimination à l'embauche, propos diffamatoires, affaires politico-judiciaires et surtout endettement très important de la ville de Toulon.

Vitrolles : L'équipe municipale de Catherine Mégret a laissé un bilan bien maigre: lutte contre "l'insécurité", et mise au pas des associations locales (affaire du Sous-marin, Les incompris de Vitrolles).

Orange: la culture selon le FN : http://www.lexpress.fr/informations/orange-le-rapport-qui-denonce-la-censure-fn_615328.html
Avec ce genre de décisions imposées supra nationale: levée prévue de l'interdiction de cultiver des OGM en France.
Hénin-Beaumont, ville frontiste ?
Sûrement pas.

Les chiffres du premier tour :

La Pen : 35,4 % (le borgne à 18,6 en 2007)

65 % des électeurs n'ont donc pas voté pour le Fhaine.

Mélenchon : 11,9 % (soit plus que la moyenne nationale, qui est à 11,1 %), alors que Marie George Buffet était à 3,89 % en 2007...

Et au deuxième tour, Hollande l'emporte avec 57,8 % des suffrages, c'est ce que j'appelle, moi, un vote de gauche (même molle).

Petit rappel aussi sur la campagne électorale, où la Marine a été "banalisée", systématiquement présentée comme "la troisième voie" dans tous les jités de France et de Navarre, et Mélenchon ridiculisé, ou invisible, devinez par qui ? Nos z'amis les médias ...

Alors, le "Steeve" (quel prénom, pour quelqu'un qui dit aimer la préférence nationale) il a des raisons d'être sympa, parce que, même comme ça, en "brave type", il a quand même peu de chances d'y arriver...
Valery, ci-desus, fait un parallèle justifié avec des méthodes des sectes. Le poison est sucré, mais une fois qu'on y aura trempé les lèvres, il fera son effet. Ces gens-là seront encore pires que les politiques qu'ils dénoncent. Les cuisiniers de la cantine d'Hénin peuvent déjà préparer les plateaux repas, s'ils viennent à être élus. Ce qui n'empêche pas de se poser des questions quand à l'adhésion qu'ils suscitent. DS fait allusion aux "savants bien coiffés" de chez Yves Calvi, qui dissertent gravement de la "poussée des extrêmes" (amalgamant joyeusement droite et gauche sans le moindre recul) et donnant des leçons de démocratie au vil peuple qui ne mériterait pas le droit de vote. Une certaine connivence saute aux yeux, criante depuis le début de cette crise, qui réunit autour de mêmes tables que nous sommes priés d'admirer devant nos postes, les "bien coiffés", journalistes, analystes, politiques, qui nous disent ce qu'il faut penser - et voter - tout en faisant semblant de représenter des opinions divergentes, car il faut bien nous laisser un minimum l'llusion d'un débat, s'pas. Difficile de ne pas voir combien ces gens-là se moquent de la démocratie, et méprisent le peuple qui les écoute. En votant pour le FN, certains ont l'impression de reprendre le pouvoir, d'une certaine manière, et à tout le moins de se venger des humiliations ressenties. Sans voir qu'ils votent pour des gens qui les méprisent tout autant, sinon davantage.
Je connais également des gens très sympas, qui m'ont avoué qu'ils avaient voté MLP à la présidentielle, ça jète un trouble, parce que ce ne sont pas tous des fachos abrutis, simplement des pigeons attirés par un discours qui s'adapte au fil du temps, au doigt mouillé, suivant la direction du vent. Quand le libéralisme avait le vent en poupe, Jean-Marie Le Pen vendait un programme néo-libéral inspiré du programme de Reagan. Aujourd'hui, l'anti-libéralisme trouve un écho dans la population et fifille nous la joue Chavez en perruque blonde, le socialisme en moins et l'islamophobie en plus.
Alors oui, on peut trouver des gens souriants et polis au FN, reste qu'ils ont un bilan, eux aussi et contrairement à ce qu'ils disent (Vitrolles, Marignane, Toulon et Orange), et que quand on le parcoure dans un article publié sur Le Grand Soir, ça fait froid dans le dos. Ces gens sont dangereux en plus d'être incompétents.
Mélenchon a raison, il faut combattre le FN sur le terrain des idées et des faits, pas celui de la diabolisation, et leur bilan ne plaide pas pour eux.
A titre personnel, et tant qu'ils n'ont pas le pouvoir, j'accepte encore de discuter avec ceux que je connais pour tenter vainement de les ramener à la raison, mais si un jour ils sont aux manettes, je les combattrai, pied à pied, avec toutes les armes dont je disposerai et je ne sourirai plus.
Il me semble avoir déjà lu ce genre d'article dans Marianne.
J'attends de voir quels seront les résultats de votre cure de journalisme en milieu non tempéré.
Le ravi, journal satirique de PACA, a aussi consacré sa grosse enquête d'avril 2012 au FN: "Bienvenue à facho-land!"
http://www.leravi.org/spip.php?article1298
http://www.leravi.org/spip.php?article1306
Les rhinocéros sont de retour...
Merci à Daniel de nous transmettre honnêtement son trouble, de ne pas faire celui qui a les réponses. Se méfier des attitudes faciles face au FN.
A force d'être dans la caricature de l'extrême droite, Mélenchon et les médias français finissent effectivement à rendre ce parti sympathique. Avec l'arrivée de Marine le Pen à la tête du parti, le Front National fait sa révolution. N'en déplaise aux mauvais coucheurs, Le programme du FN n'est ni fasciste et ni raciste. A aucun moment il ne parle de changer la constitution ni de mettre en place une dictature. La seule question qui se pose est de savoir à qui profite le FN ? Celui qui accuse l'autre de fasciste ne s'attribue-t-il pas de fait le statut du résistant ? cet acharnement mélenchonien à enfermer le FN dans le racisme, le fascisme et la haine est pour lui le moyen de montrer aux autres qu'il est l'unique représentant du souverain bien. L'histoire nous apprend que c'est précisément au nom de ce souverain bien que l'on commet les pires atrocités. (cf toutes les guerres de religion).
La loi, la loi seule empêche le FN d'être ostensiblement raciste. Je prône un durcissement de cette loi.
"La loi, la loi seule empêche le FN d'être ostensiblement raciste. Je prône un durcissement de cette loi.": albert-yves Denielou.

+1

yG
"Le programme du FN n'est ni fasciste et ni raciste. A aucun moment il ne parle de changer la constitution ni de mettre en place une dictature. La seule question qui se pose est de savoir à qui profite le FN ?": Jérémie CUNAUD

La réponse est dans l'article, en filigrane, aux gros cons tout simplement. Le FN donne une façade politique et donc légitime à l'expression de la plus vile connerie, à la lâcheté ordinaire, pas étonnant qu'il fasse alors les scores qu'il fait.

Quand on est capable de soutenir un parti avec lequel on n'est pourtant pas d'accord sur des questions aussi fondamentales que l'avortement ou l'euthanasie (cf. l'article de DS), il ne faut s'étonner de rien, il ne faut s'attendre à rien de la part de ces gens-là.

yG
On n'a pas le droit d'être contre l'avortement et l'euthanasie ??? vous devez être quelqu'un de très ouvert au dialogue et à la divergence d'opinion vous.
"On n'a pas le droit d'être contre l'avortement et l'euthanasie ??? vous devez être quelqu'un de très ouvert au dialogue et à la divergence d'opinion vous.": Jérémie CUNAUD

Oh si, vous avez le droit d'être contre l'avortement et l'euthanasie, comme j'ai le droit de vous mépriser et de vous combattre pour ces raisons.

Mais vous avez loupé le coeur de mon propos, c'est de pouvoir à la fois être pour l'avortement et l'euthanasie et soutenir le FN, voilà le genre de contradiction qui invalide totalement les justifications avancées par cette électrice frontiste pour soutenir ce parti.

yG
Parce que pour vous l'avortement et l'euthanasie sont des questions fondamentales, par pour elle (je suppose). On vote rarement sur des questions sociétales, contre l'avortement à la rigueur mais pour l'euthanasie j'en doute.
"Parce que pour vous l'avortement et l'euthanasie sont des questions fondamentales, par pour elle (je suppose). On vote rarement sur des questions sociétales": patrick

C'est bien ce que je lui reproche, de considérer comme Marine Lepen que l'avortement n'est pas une question suffisamment importante pour influencer sur son vote, comme le racisme pour nombre d'autres électeurs frontiste. Et plus généralement de ne pas voter pour des questions sociétales, mais pour des raisons bien moins louables, la jalousie notamment, expression directe de son égotisme.

yG
Je pense qu'il faut ne pas avoir d'ovaires ni d'utérus pour faire du droit à l'avortement une question "sociétale" de second plan.
Il me semble que ceux qui ont voté Hollande ne sont pas tous pour le mariage gay... et qu'il est rare de voter en total accord avec les idées d'un parti, d'où cette idée de divergence d'opinion.
"Il me semble que ceux qui ont voté Hollande ne sont pas tous pour le mariage gay."
: Jérémie CUNAUD.

Outre que je ne mettrai pas sur le même plan cette question sociétale avec celle sur l'avortement, je m'oppose aussi aux électeurs du PS qui sont contre le mariage gay.

yG
C'est sûr qu'on ne peut pas mettre sur le même plan l'institution du mariage gay et le dé-remboursement de l'avortement qui récidive.
A priori les concernés par le mariage gay ne le sont pas par l'avortement...
En cherchant un tout petit peu on trouve toujours des mesures qui ne nous conviennent pas, et ce dans tout les programmes et tout les partis.
Je suis contre le mariage gay, je ne peux donc voter FDG ou PS
Je suis contre la peine de mort et la stigmatisation de l'avortement, je ne peux donc voter FN
Je suis contre des référendums imbéciles sur les chômeurs, je ne peux donc voter UMP
etc, etc...
Au final, personne ne vote pour personne.
La politique c'est comme tout ; une éternelle histoire de compromis. Le but étant de déterminer le parti le plus susceptible d'assurer prospérité et harmonie pour l'ensemble de la société, le tout sans renier les valeurs fondamentales auxquelles on croit. Il suffit de déterminer ce sur quoi on est prêt à lacher du lest (ou pas), même si ce n'est pas toujours évident
Au risque de faire un peu polémique, je ne pense pas que le FN soit un parti raciste. D'ailleurs je n'aime pas trop qu'on galvaude à tout bout de champs ce terme, "racisme", qui est quand même extrêmement lourd, et qui désigne une idéologie selon laquelle le genre humain est décomposé de différentes races qu'il est possible de hiérarchiser.
Le FN ne me paraît pas tenir un discours raciste, mais plutôt un discours xénophobe : l'étranger ne m'est pas inférieur, il n'est d'ailleurs même pas forcément d'une autre race, mais il m'est nuisible et me fait peur. C'est en excitant les pulsions xénophobes qui sommeillent en chacun de nous (je pense également que la xénophobie est un penchant naturel chez l'homme) que le FN construit son électorat.
Le problème étant que la raison et la morale devraient nous pousser à contrôler et réprimer les pulsions xénophobes, et non à les exciter pour récupérer quelques voix
oups, message qui n'a pas atterri là où je le voulais... sorry ;)
Ma foi, on peut être xénophobe ET raciste, l'un n'empêche pas l'autre et les 2 vont souvent ensemble même si on pourra trouver quelques rares spécimens qui démontrerait qu'il est tout à fait possible d'être xénophobe sans être raciste.
sans parler du racisme qui souvent n'est pas assumé.

"Le boulanger du coin a quitté ses fourneaux
Pour s'en venir cracher sur mon corps déjà froid,
Il dit : "J'suis pas raciste, mais quand même les bicots
Chaque fois qu'y a un sale coup, ben y faut qu'y z'en soient"

"Moi Monsieur j'vous signale que j'ai fait l'Indochine,
Dit un ancien para à quelques arrivistes,
Ces mecs c'est d'la racaille, c'est pire que les vietmins ;
Faut les descendre d'abord, et discuter ensuite"

Les charognards-Renaud
tibo, vous n'avez raison que dans l'absolu, c'est à dire l'absence d'histoire: Nous sommes historiques, et ne pouvons donc échapper à ce que " l'image de l'homme est désormais inséparable d'une chambre à gaz" comme l'écrivit Bataille en 1946 en apprenant la shoah. "Du passé faisons table rase" est la phrase la plus bête de la gauche, peut-être la seule qui pourrait donner raison à ce pauvre Plantu. Votre goût pour le consensus vous honore, mais sachez écouter les éloges mélenchoniens du dissensus: Ils sonnent tellement plus réaliste.
Si le fn n'est pas raciste, que va faire MLP dans un bal de nazis autrichiens?
C'est par amour pour son papa.
Voilà voilà, net et sans appel.
Depuis le 23/05/12, plus rien depuis sur la défense du FN sur le thème "les nationaux frontistes peuvent être humanistes"
Faut dire qu'avec l'exemple donné par le Tout-Puissant depuis les années 1970 jusqu'au début de ce millénaire, la transmission du message a dû connaitre quelques couacs.
À (re) voir jusqu'au bout, la vidéo.
ça me donne une idée de nouvelle page web ! je l'appellerai carrefour des fachos !
voilà c'est fait, envoyez moi des trucs pour compléter !
http://pythacli.chez-alice.fr/carrefourfachos.htm
Sur tout le blog, c'est toi qui a tout fait tout seul ? toutes les rubriques ?
Je viens de le parcourir à l'instant.
c'est pas un blog, c'est du web1.0 donc c'est un site :p
oui c'est moi qui ai tout rassemblé depuis février 1999
mais j'ai pas fait grand chose au niveau rédaction à part des copier coller avec les liens pour retourner à l'original.
Du reste heureusement que j'ai beaucoup pompé car souvent les pages disparaissent de la toile
Bon sang le boulot quand même
Faut que tu sortes ça en bouquin ^^

admiratif
je peux pas :p
d'abord parce que je ne suis pas l'auteur des textes et parce que les clics ça marche pas sur des bouquins :p
or je trouve que tout l'intérêt de la chose se trouve dans les clics.
sinon mon plus grand drame personnel c'est que la page la plus visitée, loin devant toutes les autres, c'est celle sur les fake de géants :p (autour de 12% des visites)
bon celle sur la paléontologie n'est pas très loin mais toutes les deux sont chaque jour largement devant les autres
Ce genre d'images ça provoque une légère érection, pas vrai Dédé???
Contre l'avortement pour toutes ? Une seule réponse:C'est déjà une privation de liberté. Qu'ils fassent ce qu'ils veulent entre eux et qu'ils nous foutent la paix.
Réponse au défenseur du FN...mal placée.
Votre discours a le mérite de la clarté.
Si par malheur le FN arrivait au pouvoir, vous n'auriez aucune difficulté à vous couler dans le moule.
C'est le fantasme d'un gauchiste qui se fait peur de croire que le FN est en mesure d'être au pouvoir. Le FN est ce parti alibi qui a permis aux gouvernants d'éluder toutes les questions politiques importantes des ces 30 dernières années au motif impérieux : "cela va faire le jeu du front national". L'amour de la nation est devenu nationalisme, le contrôle des flux migratoire est devenu racisme, la défense de la laïcité est devenu l'islamophobie, le mariage gay est devenu l'homophobie.... Le FN m'emmerde car il empêche les gens de penser de manière pragmatique et sans manichéisme.
Quelles questions politiques importantes éludées ? On n'a pas arrêté de faire des "débats sur l'identité nationale" pendant 5 ans, d'invoquer la laïcité pour tout et n'importe quoi (et surtout pour stigmatiser les musulmans). Le FN a effectivement été utilisé pour éluder des questions, mais autrement plus importantes : chômage, précarité, services publics, économie... pour le remplacer par tout le baratin autour de la nation, de la prétendue menace islamiste...
Rien ne vous permet de me cataloguer. Vous dénoncez des amalgames (qui ne sont pas les miens) dans le seul but de disculper un parti de toute accusation de racisme ou de fascisme, ce qui est soit l'expression d'une très grande naïveté, soit celle de réelles affinités.
Que le FN soit en mesure d'arriver au pouvoir ou non, vous êtes prêt pour l'accueillir.
et pour quelle raison, autre qu'être homophobe, peut-on être contre le mariage gay?
Parce que la vrai question ne se situe pas dans le manichéisme du pour ou contre le mariage gay, elle se situe dans le pourquoi du mariage gay ? est-ce que ce mariage à du sens ? Est ce que le mariage est un droit, ou plutôt un engagement et un devoir ? Est-ce que la situation actuelle est inacceptable pour les homosexuels ? Pourquoi les homosexuels en font un combat ? Pourquoi n'acceptent-ils pas leur condition d'homosexuels ? est-ce que le droit doit systématiquement s'adapter aux minorités au mépris parfois de l'intérêt général ? Pourquoi ne pas accepter d'être différent... ?
Poser la question du pour ou du contre permet d'enfermer l'autre dans une homophobie supposée s'il n'est pas d'accord avec ce sujet. Or, ces questions sociétales qui se veulent d'avant garde peuvent provoquer des réactions de rejet vis-à-vis des réactionnaires de tout bord, de certains religieux... et gérer un pays, c'est aussi adapter l'évolution de la société au moeurs de sa population. En cela, le FN est un bon baromètre pour mesurer le décalage entre les chantres de ce progressisme acharné et une France d'en bas apeurée.
C'est quoi la "condition d'homosexuels" ?

C'est quoi "être différent" ?

En quoi le mariage homosexuel se ferait "au mépris de l'intérêt général" ?

Refuser une égalité des droits envers une partie de la population en raison de son orientation sexuelle est homophobe. Parce que c'est considérer justement qu'il s'agit de personnes "différentes". Alors que non, être homosexuel, ça n'est pas être différent des autres, qui seraient "normaux".
Simplement parce que le mariage est une connerie institutionnelle.
Donc je suis contre le mariage homo.
gamma
Bonne idée, Gamma ! Suppression du mariage, sauf pour les homos !
Vouloir supprimer le mariage en général, c'est tout de même bien différent que de vouloir l'interdire uniquement pour les homos...
cela n'a jamais été interdit aux homosexuels, c'est juste l'union d'un homme et d'une femme selon le code civil.
Oui, il n'est juste pas autorisé aux homosexuels... c'est sûr, c'est très différent !
Il est gravé dans le marbre votre code ?

--
Le code civil nous dit ce qu'on lui dit de nous dit... Les couples homosexuel sont des couples à part entières. Si le statut du couple dans notre société est le mariage, qui peut se permettre retirer ce droit aux homos.
Sincèrement ça regarde qui?
C'est vrai qu'on s'en fout.
Mais curieusement aucune revendication envers les églises.
Et les motivations ne sont pas très nobles. C'est en mode rageux et jaloux des droits des veufs et veuves...

Ça ne m'intéresse pas d'être un "bénéficiaire" (et le pas de mariage se propage).

Sauf à ce qu'on dise que, vis à vis des droits sociaux, chaque individu a droit à "un bénéficiaire", et un seul, avec réciprocité (un seul et d'une seule façon pour éviter le bug qui fait que le mariage annule le PACS).

Les homosexuels devraient revendiquer que soient fondus dans un même régime le pacs et le mariage, en une union indépendante du sexe.
Mais là il faut encore ramer.
Les homosexuels devraient revendiquer que soient fondus dans un même régime le pacs et le mariage, en une union indépendante du sexe.

Mais c'est ce qu'ils font déjà.
Et ils veulent que ce régime s'appelle "mariage"
Ils veulent "rentrer dans le rang".
Je les comprends un peu...
gamma
Le mariage transformé par ses célibataires mêmes (texte de Philippe Muray 2006)

Par-delà le néo-mariage, et quelques autres revendications divertissantes, c'est la réduction au silence du moindre propos hétérodoxe qui se profile, c'est l'écrasement légal des derniers vestiges de la liberté d'expression, c'est la mise en examen automatique pour délit de lucidité.

Le mariage est une invention qui remonte à la plus haute antiquité. Je parle du mariage à l'ancienne, cette institution conformiste, vermoulue et petite-bourgeoise qui véhicule depuis la nuit des temps « les valeurs hétéro-patriarcales et familialistes » pour m'exprimer comme Christophe Girard et Clémentine Autain. Sauf erreur de ma part, cette mémorable conquête n'a pas été arrachée, l'arme à la main, de nuit, dans la précipitation et sous la menace des pires représailles, par une petite bande de fanatiques de la nuptialité bien décidés à se servir de la lâcheté des uns, de l'ambition des autres, de la démagogie tremblotante de tous, pour faire triompher leur cause. Nulle part ce type de mariage ne paraît avoir été imposé par la force. Ni en jetant à l'opinion publique un fatras précipité de raisonnements contradictoires afin d'extorquer d'elle, par sondage, une approbation apeurée. Il n'est pas davantage le fruit d'une volonté claironnée de mettre à genoux le pouvoir politique. Aucun gouvernement, à ma connaissance, n'a cédé aux partisans de la conjugalité dans la crainte de se voir accusé de gamophobie (du grec gamos, mariage).

Y a-t-il même eu « débat », à propos de cette importante « question de société », chez les Égyptiens pharaoniques, à Babylone, en Inde, à Lascaux, entre psychanalystes lacustres, sociologues troglodytes, militants de l'un ou l'autre bord ? En a-t-on discuté, dans le désert de Chaldée, à la lueur de la Grande Ourse ? A-t-on menacé de ringardisation les adversaires de cette nouveauté ? Les a-t-on accusés de ne rien comprendre à l'évolution des mœurs, de s'accrocher à des modèles désuets, d'alimenter la nostalgie d'un ordre soi-disant naturel qui ne relève que de la culture ? La Guerre des Games (de gamos, mariage, je ne le répéterai plus) a-t-elle eu lieu ?

Il semble bien que non. La chose, c'est horrible à dire, s'est faite toute seule, suivant la pente de l'espèce, laquelle sait si bien jouer sur les deux tableaux pour protéger ses intérêts, manier en même temps la carotte et le bâton, l'appât et l'hameçon, le désir de satisfaction sexuelle des individus et ses propres nécessités vitales de perpétuation, et emballer cela dans les mirages vaporeux de la pastorale romantique.

On a tout essayé, par la suite, avec le mariage. On l'a plié dans tous les sens. On a tâté de la polygamie, de la bigamie, de la monogamie, de l'adultère, du divorce à répétition, du mariage forcé, du mariage civil, du mariage religieux, du mariage d'argent, du mariage raté. On a même vu des mariages heureux. On a vu des mariages stériles et d'autres féconds, des unions dramatiques et des noces de sang. On en a fait des vaudevilles et des tragédies. Avec des placards pleins d'amants, des cocus en caleçon, des maîtresses acariâtres. Le mariage, en résumé, n'a été inventé que pour fournir des sujets de romans et pour assurer la chaîne sans fin des générations ainsi que le veut l'espèce.

Il n'en va pas exactement de même du futur mariage homosexuel, dont la genèse aura laissé tant de traces, à l'inverse de l'autre, qu'il sera aisé de la reconstituer. C'est que cette nouveauté ne va pas de soi, comme d'ailleurs la plupart des opérations expérimentales de notre temps. L'époque moderne, dont l'essence même est le soupçon dans tous les domaines, explose en cette affaire dans une sorte d'opéra-bouffe stupéfiant où la mauvaise foi et le chantage se donnent la réplique inlassablement. C'est d'abord le code civil qui a été instrumenté. On a prétendu qu'il n'y était stipulé nulle part que le mariage était réservé aux personnes de sexe opposé. Les homosexuels militants se sont engouffrés dans cet « oubli » pour exiger, au nom de l'égalité des droits, « l'accès des gays et des lesbiennes au mariage et à l'adoption ». L'exigence d'égalité est la grosse artillerie qui renverse toutes les murailles de Chine. La marche sans fin vers l'égalité absolue remplace, chez les minorités dominantes et furibondes, le défunt sens de l'Histoire. Pour ce qui est du code civil, d'abord paré de toutes les vertus, il n'a plus été qu'une sorte d'opuscule diffamatoire sitôt qu'on découvrit l'article 75, qui détermine que le mariage consiste à « se prendre pour mari et femme ». Peu soucieux de logique, les militants de la nouvelle union conclurent aussitôt à l'urgence d'une refonte de ce code que, l'instant d'avant, ils portaient aux nues. Et, en somme, puisque la loi est contre les homos, il faut dissoudre la loi.


Dessin de Franck Resplandy (droits réservés) Dans le même temps Noël Mamère, bonimenteur de Bègles, agitait son barnum ; et les notables socialistes se bousculaient au portillon de l'avenir qui a de l'avenir dans l'espoir de décrocher le titre de premier garçon d'honneur aux nouvelles épousailles. Le terrorisme et la démagogie se donnaient le bras sur le devant de la scène. On « déconstruisait » en hâte le mariage à l'ancienne. On affirmait qu'il est aujourd'hui « en crise » quand la vérité est qu'il l'a toujours été, par définition, puisqu'il unit deux personnes de sexe opposé, ce qui est déjà source de crise, et que, par-dessus le marché, il les soumet à des postulations contradictoires, le mensonge romantique et la vérité procréatrice. On rappela, contre les réactionnaires qui lient mariage et reproduction, qu'il n'en allait plus ainsi depuis la révolution contraceptive (ce qui ne pouvait manquer, ajoutait-on, de rapprocher les comportements homos et hétéros), quand c'est en fait depuis toujours, et dans toutes les civilisations, que l'on a cherché, certes avec moins d'efficacité technique qu'aujourd'hui, à réguler la fécondité, c'est-à-dire à autonomiser la sexualité par rapport à la « reproduction biologique ».

En quelques jours apparurent les étonnantes notions de « mariage fermé » (antipathique, hétéro) et de « mariage ouvert » (sympathique) puis « universel » (supersympa). On publia des sondages dans lesquels la société française déclarait qu'elle était d'accord pour applaudir aux évolutions de la société française, mais de grâce, qu'on arrête de lui brailler dans les oreilles. Les partisans du néo-mariage expliquèrent à la fois qu'il ne fallait pas interpréter leur demande comme une volonté de normalisation ou comme un désir d'imitation mais qu'il y avait de ça quand même, et que d'ailleurs ils se moquaient des institutions dont ils étaient exclus, sauf que le seul fait d'en être exclus leur apparaissait comme un outrage. Réclamant en même temps le droit à la différence et à la similitude, exigeant de pouvoir se marier par conformisme subversif et pour faire « un pied de nez à la conception traditionnelle du mariage » (comme l'écrivent encore les impayables Christophe Girard et Clémentine Autain), ils affirmaient aussi que ce même mariage, à la fois convoité et moqué, revendiqué pour être rejeté, et de toute façon transformé s'ils y accédaient jusqu'à en être méconnaissable, serait un remède souverain contre « l'alarmant taux de suicide » qui sévit chez les jeunes homosexuels, ce qui laisse supposer que ces derniers se suicident tous par désespoir de ne pouvoir convoler officiellement. On aurait pu imaginer d'autres motifs.

Mais ces réflexions tomberont très bientôt sous le coup des lois anti-homophobie qu'un gouvernement vassalisé par les associations se prépare en toute sottise à faire voter. Mieux vaut donc se taire. Par-delà le néo-mariage, en effet, et quelques autres revendications divertissantes (suppression de la mention relative au sexe sur les papiers d'identité afin d'en terminer avec les « problèmes kafkaïens rencontrés par les individus de sexe mixte, hermaphrodites, transsexuels, transgenres », ou encore « dépsychiatrisation des opérations de changement de sexe »), c'est la réduction au silence du moindre propos hétérodoxe qui se profile, c'est l'écrasement légal des derniers vestiges de la liberté d'expression, c'est la mise en examen automatique pour délit de lucidité. Il est urgent que personne ne l'ouvre pendant que se dérouleront les grandes métamorphoses qui s'annoncent, dont ce petit débat sur l'effacement de la différence sexuelle est l'avant-propos. Le néo-mariage, dans cette affaire, n'est que l'arbre baroque qui cache la prison
la condition de l'homosexualité c'est un homme avec un homme ou une femme avec une femme tout simplement ! La contrepartie naturelle de cette condition est comme vous le devinez de ne pas pouvoir avoir d'enfant ! Or le mariage, qui célèbre l'union d'un homme avec une femme n'a été institué que pour donner un cadre protecteur à la famille. L'hétérosexualité est la pratique sexuel qui permet la reproduction et qui a été, de ce fait, encouragée par les civilisations. Maintenant on peut donner l'accès au mariage des gays, leur permettre d'avoir des enfants par le voie de l'adoption, mais cela ne changera rien à la réalité de leur condition qui leur empêche naturellement toute reproduction. Par ailleurs, pourquoi, comme dans certaines sociétés musulmanes, ne pas accepter le mariage entre mineurs ? puis entre majeurs et mineurs ...? Notre époque trouve cette évolution formidable alors qu'elle n'est que le fruit d'une construction intellectuelle douteuse qui ne sert les intérêts que d'une partie de la population. En tout cas l'entreprise de propagande a été menée avec brio et tout le monde va se féliciter bravement qu'au nom de l'Egalité (terme fourre-tout pour dénoncer toutes les discriminations) les homosexuels, minorité harcelée, réprimée (steevie, ruquier, delanöé...) puissent enfin avoir le droit de se marier.
...mais cela ne changera rien à la réalité de leur condition qui leur empêche naturellement toute reproduction.
... ne pas accepter le mariage entre mineurs ? puis entre majeurs et mineurs ...?


Donc selon vous tous les homosexuels sont des hommes ?
Heu, vous avez oubliez zoophile dans votre énumération.

--
pourquoi pas, on verra en 2058 peut être
Et si on laissait les gens, homos ou non, décider ?
En quoi cela regarde t-il qui que ce soit si je souhaite me marier, que je sois homo ou hétéro ?
Parce que vouloir se marier résume une façon de vivre, donc de penser...
gamma
Mais à quoi jouez-vous ?
juste comme çà en passant, le type sympa dans le reportage plus haut , il est homo et ne s'en cache pas
je sais que çà n'ajoute rien mais bon, du coup je crois pouvoir affirmer qu'il y a au FN au moins une personne pas homophobe
Il faudra qu'il fasse gaffe à la nuit des longs couteaux.
toi aussi mon pote faudra que tu fasses gaffe.
ben, perso je suis contre cette institution qu'est le mariage, sans que j'éprouve le besoin de l'interdire à quiconque.
Aujourd'hui certes, le FN n'est pas en mesure d'être au pouvoir. Mais demain ? Raciste ou pas raciste, avec la montée du FN et nos amis de la droite populaire, ce qui se généralise dans la société, c'est l'idée que le problème, c'est l'étranger. En considérant que Sarko a basé sa campagne de second tour sur cette idée, on peut dire qu'au moins la moitié des Français sont prêts à voter pour un parti qui considère que le principal problème, c'est l'étranger.
Si demain la crise s'aggrave, que l'euro éclate et que ça devient la chienlit, qui vous dit que dans 5 ans on aura pas un Le pen au deuxième tour mais pas par éfraction ? Ou une droite au pouvoir coalisée avec le FN qui commence à envoyer les étrangers par wagons dans des "camps" ? Nous on sera là comme des cons en se demandant comment on a pu en arriver là.
Je sais pas si on en arrivera là, mais en tout cas il est légitime, et même urgent, de se poser la question.
L'amour de la nation est devenu nationaliste
Ben, l'amour de la nation est quand même la composante majoritaire du nationalisme... moi en tant que gascon, je préfère le paysagisme, la vue que donne mon pays sur les Pyrénées est superbe et il ne me pose pas problème que les français viennent la partager avec moi... juste que depuis 1213 ils en ont bien profitée et il faudrait quand même qu'ils songent à rentrer chez eux, c'est pas qu'ils soient envahissant m'enfin ils sont pas vraiment comme nous ces gens là.

la défense de la laïcité est devenu l'islamophobie
Quand une certaine défense d'une certaine laïcité stigmatise l'islam tout en faisant la part belle à de soi-disant racines catholiques, ben oui on peut parler d'islamophobie.

le mariage gay est devenu l'homophobie
Il me semble que si vous déniez un droit à une partie de la population sous prétexte de son genre ou de son sexe et sans raison valable dans une société laïque , ben oui, vous êtes certainement phobe quelque chose.

--
Rappelez vous de cette émission où Mélenchon a très bien joué face à Marine Le Pen, non pas en la traitant de raciste, mais en rappelant les points de son programme qu'elle préférait taire : femmes au foyer, limitation du droit à l'avortement... S'il y a bien quelqu'un qui ne tombe pas dans la caricature du FN, c'est bien Mélenchon.

Ceci dit le programme du FN est bel et bien raciste, malgré la façade "laïque" avec l'air de dire "je suis pas raciste, j'ai un copain arabe". La préférence nationale, c'est bien du racisme. Restreindre l'accès aux soins aux seuls étrangers, c'est bien du racisme. Mais avec la banalisation de ce type d'idées, en particulier par l'UMP, on en vient à l'oublier un peu trop vite...
Mélenchon dans les inrocks le 14 mai

Journaliste : Quelle est la solution à adopter selon vous??

JLM : La bataille morale est trop courte?! Il faut arrêter d’avoir un discours doloriste sur l’électorat du FN. On l’infantilise comme si les gens ne savaient pas qu’en glissant un bulletin de vote Front national, ils votent pour un parti raciste. A la place, je leur propose une identité patriotique, républicaine, écologiste et socialiste. L’enjeu est culturel.

Non le racisme, c'est se croire supérieur aux autres races mais effectivement, la préférence nationale n'est pas une idée acceptable !
"cet homme, qui s'est fait (...) aimer de toute la ville en y vendant, naguère, des abonnements à Numéricâble."
Sont vraiment pas rancuniers, les héninois.
Je n'ai pas encore vu le film mais brunes sur la ville (http://www.lamare.org/mainsbrunes), l'ayant loupé ai ciné mais je pense que c'est intéressant. En Vaucluse, nous connaissons l'extrême droite au pouvoir: Orange, Bollène... Je ne le souhaite en rien au Pas de Calais...
Ce qu'ils feront de leur pouvoir ?Des exemples nous reviennent en mémoire. Ils l'ont eu,ce pouvoir à Orange,Marignane et Toulon...Les médias ont raconté leurs exploits.Les habitants s'en souviennent encore. Mais ce qui est décrit ici fait froid dans le dos. Comme leur égérie,ils avancent masqués profitant de la misère,de l'ignorance voire de la bêtise des gens.Et aussi,malheureusement des turpitudes de certaines brebis galeuses du PS. Mélenchon a du courage. Puisse-t-il assainir le terrain.
Ce que vous décrivez, en particulier l'accueil au "local" me fait penser aux méthodes des sectes... sympathie, empathie, endoctrinement... manipulations.
Contrairement au traitement médiatique réservé au FN et à ses caciques, les photos du marché sont sous-exposées.
En revanche, bon éclairage sur La Pen dans son élément.
Il arrive à Henin-Beaumont ce qui est arrivé à beaucoup de villes moyennes dirigées par les communistes. Au bout d'un moment les gens en ont eu marre de voir la réalité de la pratique municipale (embauche d'employés municipaux sur critères syndicaux, nepotisme, utilisation de la caisse à des fins militantes via des subventions à des associations amis). Tout ça n'est pas le seul fait des communistes (ou des socialistes du nord assez semblables) mais c'est d'autant plus insupportable quand on se drape par ailleurs d'un discours égalitaire.
Moralité, ces municipalités sont tombées au main du gars qui rompait le plus avec les pratiques antérieures.
Chez moi c'est un UMP, à montreuil les écolos et à Henin beaumont ce sera le FN. Pas forcément parce que les gens sont UMP, écolo ou FN mais juste parce que cette forme de république bananière municipale les insupporte.

L'intelligence de MLP c'est de ne pas s'être implantée, comme son père, à un endroit ou l'adhésion avec les idées du FN sont fortes (sud de la france) mais dans un endroit ou le rejet des élites locales est important..
"Et la préférence nationale ? "Je suis pour, aussi. Moi, je suis une famille monoparentale, et j'ai un seul enfant, un fils étudiant de 23 ans. Eh bien, je n'ai droit à rien. Aucune aide". Mais si le FN était au pouvoir, à quelle sorte d'aide pourrait-elle prétendre ? Une seconde de silence. "Aucune, c'est vrai."

Voilà le visage ordinaire de la connerie frontiste, cet égotisme, si moi je n'ai rien, les autres ne doivent rien avoir, le nivellement par le bas comme seul horizon, la jalousie comme seul principe.

En ce qui me concerne, ces gens-là ne me sont pas sympathiques, ils vivent entre eux, tous aussi méprisables et je ne les loupe pas lorsqu'ils s'expriment ainsi devant moi. Aucune proximité ne me les rendra sympathique, la banalité du mal commence ici, d'un côté dans ce genre de réflexion qui n'est le fruit d'aucune, de l'autre dans cette complaisance, lâcheté qui nous fait accepter inacceptable.

yG
Daniel Schneidermann pris au piège du journalisme. Bien sûr que Steeve Briois est sympathique ! Sinon comment serait-il élu et le FN en passe de prendre la mairie ? D'ailleurs ça coûte rien de laisser tous le monde rentrer dans la permanence, pas plus que de taper dans le dos.

Mais la politique, c'est des idées.

Questions simples: comment le FN va-t-il contenir gérer la crise sociale ? OK, plus de clientélisme, mais dans la pratique le FN éconduira vraiment (avec le sourire) tous ceux qui viendront demander un appuis pour un boulo ou une place de crêche ? Et a poser des questions politiques vous avez ces réponses:

"Mais si le FN était au pouvoir, à quelle sorte d'aide pourrait-elle prétendre ? Une seconde de silence."
Daniel , ce reportage a toute sa place dans la revue XXI.
Je retire toutes les horreurs que j'ai débitées sur le journalisme depuis un an sur ce forum.
Ca fait un peu froid dans le dos quand même, mais il est évident qu'on n'attire pas les mouches avec du vinaigre...
Je ne sais pas quoi dire, si ce n'est bravo.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.