19
Commentaires

Associated Press vire une journaliste pour des posts pro-Palestine

L'agence de presse a licencié une nouvelle recrue à la suite d'une violente campagne de dénigrement en ligne orchestrée par la droite américaine. L'affaire a relancé le débat autour d'une impossible "neutralité journalistique" outre-Atlantique et détourné l'attention des attaques répétées des Républicains envers Associated Press et le bombardement de son bureau à Gaza.

Commentaires préférés des abonnés

ah c'est donc ça la cancel culture des woke islamogauchistes?

C'est darmanesque cette affaire ! 


Tout mon soutien à cette jeune journaliste - avec qui je partage ses propos, forts mesurés - et aux autres non-objectifs de la profession. 



Glaçant !

Derniers commentaires

Si elle avait eu ou écrit des propos en faveur d'Israël, est-ce que c'était la même punition? 


Certains étudiants de Stanford et d'autres devraient se repencher sur les procès des sorcières de Salem.

La droite états-unienne pratique à outrance ce qu'elle dénonce chez la gauche américaine : la cancel culture. Un concept qui n'a été inventé, apparemment, que pour qu'elle puisse se plaindre des conséquences de ses actes, et passer pour une victime (je n'ai jamais vu des gens aussi prompts à accuser leurs adversaires et boucs émissaires de pratiquer la victimisation, tout en en étant eux-mêmes les adeptes les plus acharnés. C'est toujours l'histoire de l poutre et de la paille).


Aux USA, il y a un consensus entre tous les partis : on est pour Israël. Sauf les "democratic socialists" qui, évidemment, passent pour antisémites, pro-terroristes, "islamo-gauchistes" …


N'oublions pas que 37 états américains exigent de leurs fonctionnaires, contractuels et associations subventionnées qu'ils ne se livrent à aucun boycott envers Israël ou une entreprise israélienne. Ça peut sembler curieux si on considère que la grande majorité des citoyens états-uniens sont opposés à ces lois et décrets (les Démocrates plus que les Républicains).


Donc, aux USA, il est plus facile d'organiser un boycott contre un des états de la fédération, ou contre une entreprise du cru (si elle ne commerce pas avec Israël), que contre Israël ou une entité israélienne, ou une entreprise ayant des liens avec ce dernier pays.


Au Texas, par exemple, on a exigé des victimes du cyclone Harvey qu'elles s'engagent à ne pas boycotter Israël, condition nécessaire pour qu'elles touchent leurs indemnités. Une orthophoniste a été "virée" au bout de neuf ans lorsque pour la première fois on lui a demandé de signer un engagement qu'elle ne boycottait pas Israël, et ne le boycotterait pas, ce qu'elle a refusé de faire.


PS. Les liens mènent vers des articles en anglais.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

il semblerait aussi que le conflit Israélo-palestinien se délocalise aux Etats Unis avec des prises de consciences  de plus en plus nombreuses que le "méchant" n'est pas forcément celui que l'on désigne depuis des décènies. (cf : des faits divers qui touchent malheureusement des citoyens de confession juives )


Le jour ou de plus en plus de citoyens américains lambda prendront position, peut être que l'opinion se réveillera et comme cela s'est produit lors de la guerre du viet nam les politiques changeront eux aussi leur fusil d'épaule.


Tant que les Etats Unis soutiendront aveuglement la politique expansionniste  (tiens, il y à sionniste dans ce mot )  de l'Etat d'Israel; tant que l'AIPAC "fera" le président Américain, tant que l'on continuera avec des formules creuses comme " l'Etat d'Israel a le droit de se défendre ", rien ne changera et les résolutions de l'ONU resteront lettre morte


Il serait temps que l'opinion américaine se mobilise comme elle a su le faire par le passé avant qu'il ne soit trop tard. 


On voit que chez nous le clivage est déjà important, et ça rajoute de la tension entre les différentes communautés à chaque nouvel embrasement, parce qu'on ne désigne pas clairement qui est l'oppresseur et qui est l'opprimé

 


Article solide qui expose et décortique parfaitement la problématique


 quelques analogies avec notre situation en France : 


"Wilder a été virée à la suite d'une campagne de dénigrement d'une association étudiante républicaine, qui estimait qu'elle "ne serait jamais capable d'être impartiale dans sa couverture de l'actualité nationale".


Nous avons en France, situé à l'autre bord de l'échiquier politique la même difficulté avec  l'obscurantisme  de l'islamo gauchisme ou d'un féminisme absurde et haineux (" osez le féminisme " ) largemrent issu de la masse des étudiantes et étudiants et d'un pseudo syndicat étudiant )

A méditer.


Voilà ce que « l'objectivité » 

 

L'objectivité n'existe pas, ne peut exister.  Ne doit pas exister. Elle n'existe même pas en science.


"l'objectivité, c'est 5 minutes pour les juifs, et 5 minutes pour Hitler" disait jean-Luc Godard (soutien indéfectible de la cause palestinienne.


Si la situation palestinienne est bel et bien un drame qui dure depuis un demi siècle, (plusieurs centaines de résolutions de l'ONU condamnant Israël..) il faut distinguer une difficulté : le Hamas à Gaza n'est que le fer de lance d'un régime épouvantable, celui des molhas iraniens. 

Notre journaliste américaine (ce qui ne vaut nullement  condamnation) , ne pourrait même  pas fonctionner en tant que "femme journaliste"  très longtemps sur cette bande de territoire; dévastée plusieurs fois par Israël.


L'imbélicité d'Israël, de toute évidence a renforcé les ultras palestiniens, les radicaux, en  voilà le résultat : un mouvement qui ne peut, en l'état, s'impliquer dans la solution.  


Que les  lecteurs d'ASI, furax sur ma défense de la "cause étudiante en France", ne s'ennuient pas à commenter : je ne lis plus les réactions. On y perd sa journée. Mieux vaut  regarder tomber la pluie dehors, un spectacle magnifique..

heureusement que osez le féminisme n'a pas racheté C+,  ni bientôt Europe1. Heursement que des gens sensés, intelligents et démocrates officient sur ces média. Jamais vous ne les verrez invectiver, interdite, hurler leur malaise et en appeler à la censure.

Franchement qu'est ce qu'il ne faut pas lire.

Franchement qu'est ce qu'il ne faut pas lire. << entre autres, les commentaires de Bipbip.


Je réagis à cause du dernier paragraphe de Bipbip (le seul morceau du commentaire que j'ai lu par hasard en voulant lire les réponses déjà présentes du commentaire que je ne voulais pas lire, ahah). En ce moment, je ne lis plus ses commentaires. Trop longs pour autant de confusion et malhonnêteté.


Au moins, Nick c'est court (mais bien pire).

L'article est instructif et bien vu, mais je ne peux m'empêcher de regretter l'américanisation rampante des esprits des rédacteurs:

"Je pense qu'AP se doit de répondre à d'incomfortables questions. "


Il est passé où dans ce cas le fameux 1er amendement ?

ah c'est donc ça la cancel culture des woke islamogauchistes?

Glaçant !

Déjà que l'objectivité des médias US sur la Palestine est très relative, maintenant AP qui prend des leçons de neutralité quasiment chez Fox News c'est l'hôpital qui se fout de la charité.

C'est darmanesque cette affaire ! 


Tout mon soutien à cette jeune journaliste - avec qui je partage ses propos, forts mesurés - et aux autres non-objectifs de la profession. 



Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.