124
Commentaires

Article 24 : l'effet grenade assourdissante

Commentaires préférés des abonnés

Aucun tribunal ne reconnaitra jamais qu'une vidéo de violences policières a été postée "dans le but de porter atteinte à l'intégrité physique ou psychique" d'un policier 


Je me permets de mettre un bémol; le long épisode des gilets jaunes nous a (...)

Et merci encore à tout ceux qui ont fait barrage au fascisme en votant pour lui.

"Aucun tribunal ne reconnaitra jamais qu'une vidéo de violences policières a été postée "dans le but de porter atteinte à l'intégrité physique ou psychique" d'un policier. Même le juge le plus obtus sera forcé de reconnaître qu'une telle vidéo sert l(...)

Derniers commentaires

Seul compte son effet de grenade assourdissante (mal nommée, car pouvant également blesser, et interdite en France depuis l'an dernier)


Mal nommée, peut être pas. « Assourdissante » signifie qu’elle rend sourd. Et la surdité est irréversible, selon mes connaissances. Donc, à priori, son nom indique qu’elle blesse. Mais il y a une méconnaissance générale de ce qu’est la surdité. Faudrait vérifier auprès de spécialistes de l’audition, par exemple Christine Petit.

J’avais lu que des gendarmes ont eu des surdités à cause de ce type de grenade (160 db à 5 m, c’est énorme !)

A-ton compris qu'il est du devoir d’entrer en Dissidence?

J'ai l'impression que beaucoup considère encore tout ça comme un "jeu" politique.

N'est il pas temps d'arrêter de "jouer" CE jeu?

"Bonne grosse mains" ???

Au début des années 2000, alors que je commençais tout juste à avoir l'âge suffisant pour participer à la vie politique française, il y avait Sarkozy ministre de l'Intérieur. Je me souviens qu'à l'époque, il était ce qui se faisait de pire en matière "sécuritaire". Depuis, quasiment tous ses successeurs ont fait comme lui, rajoutant à chaque fois une couche supplémentaire d'autoritarisme à chaque nouvelle loi "sécuritaire". La perte de liberté est graduelle, tout comme est l'augmentation des pouvoirs de la police. C'est tout le problème, avec ce "graduel". Il est difficile de se dire "à ce moment, ça devient du fascisme", parce qu'à tout moment on reste dans le flou.


Plus qu'un effet "grenade assourdissante" c'est un effet "errosion", cette loi n'est qu'une étape sur notre chemin, un panneau qui indique: "Attention, risque de fascime durant les 25 prochaines années." On fait comment pour changer de route ?



Me reviens en mémoire la mauvaise impression que m'avait laissé le candidat Macron à la dernière présidentielle lors de ses discours, ses meetings, ses interviews, etc . A l'époque je me disais : " tiens voila un petit dictateur en puissance ! ". Je ne m'étais pas trompé hélas.

Il est à espérer que comme ses prédécesseurs il ne fasse qu'un quinquennat.

Je viens de lire "Pour la liberté" de François Sureau. Une actualité brûlante que ceux qui l'ont lu et encensé à sa parution ont déjà oubliée... 

En même temps faut les comprendre les policiers; ils n'ont peut être pas envie de raconter leur journée de travail à un membre de la famille qui les reconnaitrait sur les images :


Mardi 17 novembre, une opération d'évacuation et de mise à l'abri des exilés vers différents centres d'accueil et gymnases d’Île-de-France a été exécutée par les forces de l’ordre. 2000 réfugiés vivaient dans ce campement de fortune dans l’attente d’être relogés. Rebecca faisaient partie des différents bénévoles présents sur place pour accompagner les réfugiés vers leur mise à l’abri. Elle décrit des scènes de démantèlement inhumaines. "Les CRS sont entrés et ont commencé à gazer les familles, les enfants, tout le monde"

En tout cas, comme le disait le poète : "The revolution will not be televised"...

J'irai même encore plus loin : le pouvoir invente ici une nouvelle forme de performativité de sa parole, non pas sa performativité instituée par l'autorité légitime, mais une performativité de voyou, par l'influence et la manipulation. En clair, du le simple fait que cet article est envisagé, les flics se lâchent, en sachant qu'ils seront soutenus même dans les actions borderline. Vous citez l'exemple du journaliste "dispersé" a postériori. J'en ai un autre tout frais dans mon entourage : engueulade entre flics et lycéens qui manifestaient, à 10 mètre de l'entrée du lycée professionnel Camille Claudel de Paris 19è. Un policier commence à dire à un jeune : "si tu nous emmerdes tu montes dans le camion et là t'auras pas de témoin tu feras moins le malin". Un autre filme la scène. On y voit le policier s'approcher de lui et le menacer "la vidéo c'est 45000 euros d'amende". Voilà comment on intimide des ados, avec un article qui n'est pas encore en vigueur, et qui ne le sera probablement jamais en l'état.

En tout cas, les syndicalistes, islamogauchistes, Gilets Jaunes et autres contestataires premiers concernés en raison des coups de matraques, LBDet autres subis ces 2 dernières années, assénées par une police à qui tout et et sera mieux pardonné, n'ont pas du tout envie de rester tranquilles dans leurs gourbis !

Franchement Daniel, vous ne realisez pas du tout l'impact de cet article 24 :

les flics se foutent de ce qui se passera au tribunal. Ce qui compte pour eux, c'est ce qui se passe avant.

Parceque sur la base de existence de l'article, ils peuvent foutre n'importe quelle personne qui les filme en GAV (avec ce qu'il faut de violence ce faisant), et faire renvoyer devant un tribunal (peut etre meme avec de la preventive avant le proces).

Meme dans l'hypothese (maigre) ou on sortirait blanchi de la salle d'audience, tout ce qui aura precede sera suffisamment dissuasif pour aboutir au meme resultat. Et rien ne les empechera d'ajouter quelques delit d'outrage imaginaire en plus profere hors camera (puisqu'ils auront eu au depart la possibilite de vous embarquer).


Voilà ce que disait E Todd ,entre les deux tours de présidentielle de 2017, à Monsieur Scneidermann



https://twitter.com/i/status/1233945435531829248

Mon grain de sel sur cette phrase, déjà largement commentée, car elle vaut son pesant de cacahuètes.


"Aucun tribunal ne reconnaitra jamais qu'une vidéo de violences policières a été postée "dans le but de porter atteinte à l'intégrité physique ou psychique" d'un policier".  


Je vous souhaites de tout cœur d'avoir raison Daniel.


Mais avant d'obtenir gain de cause en justice, on vous aura :


- plaqué au sol

- menotté

- gardé à vue pendant... (au plaisir de l'OP)

- déferré devant un juge d'instruction

- pourri la vie pendant des mois, voire des années avec une procédure judiciaire...



Elle est pas belle la vie ?

L'article 24 peut aussi être vu comme un leurre, car il encourra vraisemblablement la censure du Conseil Constitutionnel. S'il est censuré, le pouvoir politique pourra toujours dire que c'est la faute du Conseil constitutionnel mais il aura donné des gages moraux aux policiers. De plus pendant que l'on discture de cet article, on ne voit pas les autres qui sont tout aussi liberticides et qui conduisent à une privatisation rampante de la police et du maintien de l'ordre.

Je n'ai pas le temps de suivre le lien concernant les drones mais je me doute qu'il y a encore anguille sous roche


Ce matin j'ai débuté la journée par un éclat de rire en entendant sur France Info cette histoire dont parle Daniel Schneidermann de réécriture annoncée par "Castex... de ses bonnes grosses mains (de) l'article 24"


Le plus amusant c'est que France Info annonce que c'est à cause des remontrances de certains députés de LREM. 

Et après certains osent dire que le gouvernement mène une politique antidémocratique voire d'extrême droite alors que vous voyez, ça tangue au parti d'Emmanuel. Comme si ça tanguait pour d'autres raisons qu'en raison de la tempête qu'ils ont déclenché tous unis sous la bannière de Darmanin.
Maintenant ils font semblant, mais la police a bien reçu le permis de se manisfester sans retenue

Viktor Orban, tu devrais en prendre de la graine !!!


PS : Amazone fait un bon geste en reculant le Black Friday au White Saturday

Merci au colocataire du site qui a suggéré de regarder la série "Years and Years"


Une dévolution de la société démocratique en seulement 6 épisodes.



Étant d'humeur joyeusement optimiste ce matin :

"Je sais pas comment la troisième guerre mondiale se terminera. Mais la quatrième se fera à coups d'os et de pierres" Albert Einstein


Quant aux divagations vagues et sans écumes de divagateurs : Drone de Drame !

Et merci encore à tout ceux qui ont fait barrage au fascisme en votant pour lui.

Orwell 2.0


Art. 1

Un téléphone mobile sera sera désormais considéré comme une arme par destination. Il sera de ce fait susceptible d’être confisqué par les forces de l’ordre. Son possesseur s’exposera en outre à une garde à vue qui pourra être suivie d’une comparution immédiate.


Art 2

Quiconque parviendra à détruire un drone en vol à l’aide d'un pistolet à plomb mono-coup à air comprimé de petit calibre se verra enrôlé d’office dans l’équipe de pentathlon moderne des prochains Jeux Olympiques.


Art 3

A l’intention des journalistes présents sur le champ de bataille (nouvelle dénomination de « manifestation »), création du délit d’attroupement en vue d’accomplir une agression psychique.


Art 4

Toute personne dissimulant sa calvitie au regard d’un drone le survolant fera l’objet d’une amende de 245 € ou d’une peine de substitution consistant en un stage obligatoire non rémunéré dans un salon de coiffure.


Art 5

Toute personne se déplaçant avec un bandeau noir rectangulaire et plat sur les yeux ou un visage flou devra être considéré comme travaillant pour les forces de police en mode infiltration et ne pourra faire l'objet d'aucune poursuite.


Art 6

Toute personne désirant participer à une manifestation devra désormais le faire accompagnée d’une maquilleuse (et éventuellement d’un chef opérateur) afin de paraître sous son meilleur jour sur les vidéos de la policiers équipés de caméra piéton. 

L'autorité préfectoral ne pourra être tenue en aucune façon responsable de l'aspect du-dit manifestant une fois la caméra éteinte.


Art 7

La République en Marche et les députés de droite invitent dès à présent les @sinautes sympathisants à proposer dès aujourd’hui d’autres lois et règlements visant à développer démocratiquement la sécurité orwellienne 2.0. 

Regroupés dans un cahier de doléance, ils seront soumis à l'approbation du Monarque, qui pourra évoquer jusqu'à 745 jokers en cas de désaccord avec certaines propositions (peu probables cependant).

merci pour ce rappel bienvenu, ne confondons pas le chiffon rouge de cet article 24 avec ce qu'il cache ;  


Pour ce qui est des drones, nous sommes déjà surveillés-survolés, depuis le premier confinement;


leur interception, s'ils sont hostiles, est déjà étudiée et réalisée, par l'armée :


https://www.youtube.com/watch?v=kV-qQ64et9Q&ab_channel=FRANCE24



Après "chacun plante un arbre, " à quand le mouvement "chacun élève un aigle " ?

Juste merci. Et merci de rendre hommage au travail de Marc Rees, un bon pro qui fait le boulot que beaucoup de "vrais journalistes" (au sens voulus par les playmobils) se refusent à faire.

Je lis dans  " Libération " que Monsieur Darmanin est prêt à " retoucher " sa Loi.


Il est comme ça le ministre , il faut qu'il touche et retouche.


On ne se refait pas.

"Aucun tribunal ne reconnaitra jamais que..."
On parie ? Il y a un texte de loi, il servira. C'est toujours comme ça.

Drones policiers :


Certains esprits malveillants ont affirmé que le tir aux pigeons d'argile était une discipline olympique.

Je ne suis pas d'accord avec votre analyse. 

Il me semble que l'article 24 était dangereux parce qu'il permettait à la police, par un effet de souffle, d'interdire qu'on filme les policiers et les gendarmes en toutes circonstances.

Surtout qu'on a vu avec la tragédie Chouviat, et d'autres épisodes, que certains se pensaient d'avance justifiés à le faire.

Le second alinéa permet de modérer cet effet. 

Il rend les choses plus explicites, puisque les éléments de langage de LREM étaient qu'il n'y avait aucun danger sur la liberté d'informer.

En droit, ce n'est pas anodin.


Maintenant, l'incohérence des décisions gouvernementales et présidentielle, et leur tendance à brouiller les messages jusqu'à l'absurdité et au mensonge est catastrophique, Des enfants feraient mieux. 

Surtout, ce sont des politiques qui pensent que la démocratie va de soi. Qu'un pays républicain sera à jamais démocratique tout en favorisant de façon éhontée les dominants, en l’occurrence, aujourd'hui les pouvoirs économiques et surtout financiers, au détriment d'au moins la moitié de la population.


Toute la tragédie qui s'annonce viendra de là.


Ah la police en France......

Dans un état hyper centralisé, elle fait peur, encore aujourd'hui.

On se souvient d'un Fouché qui l'avait toute entière entre ses mains. 

Raison pour laquelle, elle est aujourd'hui un mille-feuilles de services dont les compétences se chevauchent (Par exemple, pas moins de cinq services pour la lutte contre le terrorisme ; d'ou l'existence d'une instance de coordination. Pourquoi faire simple...).


Diviser pour mieux contrôler : c'est le créneau depuis le début du siècle dernier


Sauf qu'aujourd'hui deux phénomènes rebattent les cartes : 

1/ Elle est devenue un outil crucial de maintien de l'oligarchie financière à la tête du pays;

2/ Un taux de syndicalisation important et des représentants syndicaux qui ne brillent pas par une ouverture d'esprit.


Bref, on en est a édicter des lois pour qu'elle ne fasse pas sécession. 

En cela, l'état est policier.............

Beaucoup de bruit ,en effet , pour beaucoup de dégâts en perspective, je le crains  !

belle journée à tous ..malgré tout .

"Aucun tribunal ne reconnaitra jamais qu'une vidéo de violences policières a été postée "dans le but de porter atteinte à l'intégrité physique ou psychique" d'un policier. Même le juge le plus obtus sera forcé de reconnaître qu'une telle vidéo sert l'intérêt public."  Assertion bien optimiste et un peu bisounours ? Le traitement que la justice a réservé aux gilets jaunes montre que la police et la justice "marchent" (sic) souvent d'un même pas. Par ailleurs, le flou  du délit supposé - "intégrité physique ou psychique" - autorise toutes les dérives et policières et judiciaires. On  peut raisonnablement - au regard de l'histoire et des temps actuels - faire l'hypothèse que les petites mains zélées des défenseurs de l'ordre social et de leur place dans celui-ci attachée à des privilèges (imaginaires, ou non) économiques, symboliques ne manqueront pas...

Quelle faveur pourrait-on accorder au ministre pour qu'il intervienne pour revoir sa loi  ?


( personnellement, je ne suis pas volontaire ..... )

Aucun tribunal ne reconnaitra jamais qu'une vidéo de violences policières a été postée "dans le but de porter atteinte à l'intégrité physique ou psychique" d'un policier 


Je me permets de mettre un bémol; le long épisode des gilets jaunes nous a permis de constater que la justice ne s'est pas grandi en condamnant systématiquement les contrevenants qu'on lui présentait. Et souvent très lourdement !


On constate aussi que le délit d'outrage est aussi fortement et systématiquement réprimé ( avec à la clé un bonus de 300€ pour le policier ) sans que la preuve ne soit obligatoire


Donc, mettre entre les mains d'un juge l'article 24 en pensant qu'il va en modéré l'effet me parait idyllique !


Sinon, l'usage des drones est effectivement dangereux voire terrifiant; même s'il peut être à double tranchant ( cf : le très bon film les misérables )
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.