131
Commentaires

Après Ulule, se raconter davantage

On ne vous parle pas assez de nous. Ca fait longtemps qu'on se le dit, que je me le dis.

Derniers commentaires

Dans un post ci-dessus, j'ai indiqué avoir choisi l'autre branche de l'alternative à Ulule et dit que j'avais abandonné Ulule et choisit l'autre des deux, donc, "J'aime l'info".
Qui me rappelle opportunément que j'ai donné 400 euros à @SI, ce que je ne pourrais pas refaire avant un bon moment : (chacun(e) a ses propres soucis, n'est-ce pas.

Je n'ai pas souvenir d'avoir reçu une quelconque invitation à venir déguster quoi que ce soit...

Nonobstant, je note qu'à ce jour, mardi 5 avril, rien venant d'@SI (même pas la recette du cake aux olives) n'est venu expli(quer)(citer) ce "raconter davantage".

Bonne journée
300 balles pour un étouffe-chrétien, c'est un complot.
J'ai bien fait de ne pas venir : je ne vois que d'affreuses bières ultra-capitalistes (qui ne font plaisir qu'à leurs actionnaires) sur la table.

Commentaire sponsorisant La Fine Mousse, Les Trois 8 et Le Supercoin.
Qui sont donc ces Apollons sur la photo?
Taper "Muse" sur Youtube. Mettre le casque. Monter le son pour couvrir les vannes de mes collègues qui fusent dans notre joyeux open space. Et commencer le chapô. La semaine prochaine, je taperai sans doute encore "Muse" sur Youtube, mais ce ne sera pas pour commencer un chapô d'article. Après six belles années ici, je quitte @si. Je ne vais pas très loin (quatre stations de tram), je ne m'éloigne pas des sujets d'@si (je vais m'occuper d'éducation aux médias), je reste un abonné fidèle au moins jusqu'en 2030 (c'est la durée par défaut pour tous les salariés et anciens salariés d'@si). 2030 ! Je ne sais pas si Daniel, François, Alain, Anne-Sophie, Justine, Vincent, Robin, Adèle et Axel seront encore à Porte de Vanves en 2030. Mais j'espère bien qu'@si sera encore là. Pour continuer à égratigner les communicants, les publicitaires, les actionnaires, les plagiaires, les experts de BFM et tous les journalistes qui vont trop vite et publient n'importe quoi. Et le faire dans la bonne humeur. Car je ne sais pas si, de l'extérieur du site, vous percevez l'ambiance si particulière qui règne au sein de cette équipe. Pas une journée sans un fou rire. L'un d'entre nous a même failli ne pas obtenir sa carte de presse cette année (car il faut prouver que 50% de votre activité est bien consacrée à du journalisme et pas à faire des vannes).

Vous allez me manquer ;)
Pas mal votre idée de combattre le publi-rédactionnel mais, à propos: n'avez vous pas été subventionné par la bière 1664 (si l'on se base sur la photo)?
Ils en disent quoi les Pinçon-Charlot?
très instructive la lecture de ce forum ! J'ai pas contribué, parce que j'ai d'autres priorités en ce moment, je ne sais pas si j'aurais partagé l'amertume des "petits contributeurs" (dont j'aurais fait partie, de toute façon)... mais comme on songe, pour le projet dans lequel je suis engagée, à lancer un truc genre ulule, je me dis qu'il va falloir réfléchir sérieusement à la question des "récompenses", si symboliques soient-elles, si on veut pas froisser les susceptibilités !

le tout (l'article, les réactions) me laisse quand même la vague impression de vivre dans un monde de petits nenfants assoiffés de reconnaissance et de "gratifications", sur le mode "et moi et moi et moi". D'ailleurs c'est stupide de prêter cette attitude aux enfants: autant que les adultes les enfants sont capables de mener une action, sans attendre de bon point, parce qu'elle leur fait plaisir, parce qu'elle provoque un résultat qui les intéresse... la vraie "gratification", là, c'est quand même qu'@si tienne le coup non ? En toute immodestie j'estime d'ailleurs que mon abonnement y prend part, même sans "contribution" supplémentaire :)

C'est vrai quoi zut, pourquoi nous autres simples abonnés on a pas été invités ? On sent le pâté ? (mode ironie)

bon, cela dit, je trouve que la publication de la recette des muffins aux olives serait un geste appréciable pour la promotion d'une société de partage et d'un monde de bisounours.
Ouais, bon, surtout une bonne occasion de picoler un peu.
Vive @si !
Il me semble me souvenir que les 300 euros ça fait partie des "catégories" de Ulule pour promettre des récompenses graduées. On accepte... ou on refuse le principe, mais ça fait un peu mesquin (un peu fée Carabosse) de se plaindre ensuite d'avoir pas été invité. Il se trouve que j'apprécie ASI... et que je n'ai pas donné. Du tout. Simplement parce que vu le mouvement de soutien, j'ai pensé qu'ils allaient être largement soutenus. J'ai envoyé un peu de fric à Basta, que je lis régulièrement et gratuitement. Depuis, je me suis mise à lire aussi gratuitement et régulièrement Reporterre, je vais aussi leur envoyer trois sous.
ASI est ... ce qu'il est. Pas un brûlot gauchiste, mais un média honnête, ce qui ne court pas les rues. Même avec des opinions plus... radicales, on a besoin, j'ai besoin en tous cas, de variété dans mes sources d'info. Je refuse la pub, et le sectarisme, même quand le média est de "mon" bord: ces gens là n'hésiteront pas à mentir pour la bonne cause, et j'ai vécu les époques successives de ceux qui ont menti par amour de leur camp et des désastres qu'ils ont couvert.
Par contre, ya un détail qu'aucun commentaire n'aborde pour l'instant, c'est... pardonnez mon indiscrétion... mais... qui possède le [s]fric[/s] moyen de production? Comment est réparti (ou pas) le capital. Un bel article sur ce sujet majeur serait le bienvenu. Avec toute mon amitié.
Pas present sur la liste de remerciement, bon je m'en remettrai... Mais quand même il y a peut être un petit déficit de communication sur les suites de cette souscription...
( y a t il des forumeurs sur la belle photo floue ? )
Je ne sais pas si vous avez mentionné "tous vos souscripteurs", mais il se trouve que je mon nom n'y figure pas, or, j'ai souscrit.
Entendons-nous bien, je me contrefous que mon nom apparaisse ou pas, mais si Ulule ne vous a pas informés de ma participation, où est passé mon argent ?
A moins que " tous nos souscripteurs" ça signifie " de plus de 300 euros" ( la motivation se mesure en euros sur Ulule pour @si, et le niveau supérieur commence à 300, maintenant, on sait au moins ça).
Je rejoins le ressenti très négatif à la lecture de cette chronique, qui ne tient pas du tout ses promesses, entre le premier et le dernier mot ... alors sur l'avenir et le long terme ???

" se raconter davantage" ... qui devient assez vite un lien vers des articles déjà publiés et " on voudrait faire un truc, mais on sait pas comment faire, est-ce que vous avez des idées ?

Alors que parallèlement, on voit des signatures apparaître ou disparaître sans la moindre explication, on reste sans nouvelles précises de " l'Affaire" sur laquelle on s'est quand même pas mal bougés, des interrogations sérieuses sur les forums restent sans réponse, on signale des fautes et on ne reçoit aucune réponse mais la correction n'est pas faite pour autant, il faut insister et squatter des forums pour obtenir q'un fil soit consacré aux extensions développées bénévolement par des abonnés ...

C'est pas grave, hein, je continuerai à lire avec intérêt le site, à le soutenir parce que le boulot fait mérite d'être soutenu, mais après les pique-nique @si, les tentatives de "club @si", le flou sur les liens entre @si et Hors Série, je parierai très volontiers sur le fait que la chronique d'aujourd'hui ne sera suivie d'absolument aucun effet.
Même pas cap de proposer au minimum un portrait de chaque membre de l'équipe...

Mais, faites-moi perdre ce pari, je serai ravie.
Je suis étonné du nombre de messages négatifs sur ce forum et je suppose que Daniel et son équipe le sont encore plus.
Est-il si grave de n'avoir pas été invité à cet apéro ?
Perso, je veux profiter de cette occasion pour dire à la rédaction d'@si à quel point je suis reconnaissant et admiratif devant la quantité et la qualité du travail fourni, même si je ne suis pas toujours d'accord sur la ligne éditoriale du site.
Je n'en reviens toujours pas. Très souvent, je me dis, par exemple : "Quand vont-ils craquer ?", "Quand D.S. va-t-il se lasser ? Comment arrive-t-il à pondre son matinaute quotidien et à animer une émission par semaine ?", "Est-ce qu'il lui arrive de comptabiliser ses annuités de retraite ? " :o)
Je ne cite pas tous les membres de l'équipe, mais je pense à eux aussi et je dis: "Bravo à tous ! Courage ! Continuez ! Vous êtes l'honneur de votre profession. Nous avons besoin de vous."
"Bravo à tous ! Courage ! Continuez ! Vous êtes l'honneur de votre profession. Nous avons besoin de vous."
On est bien d'accord.
Et c'est sans aucun doute pour ça que les réactions à cet article sont ... mitigées.
Je pense que les réactions négatives sont dues à cette phrase:
"Etaient présents, donc, les plus motivés d'entre les motivés de nos abonnés."
La phrase est malheureuse. Elle peut être comprise de deux manières:
- "ceux qui ont dépensé 300€ ou plus sont vraiment très motivés pour nous soutenir (mais ce ne sont pas les seuls)", qui est à mon avis le sens que voulait lui donner Daniel
- "Seuls ceux qui n'ont pas dépensé 300€ ne sont pas très motivés pour nous soutenir" qui est probablement le sens qui a été compris par beaucoup de critiques.
J'avoue, c'est ce deuxième sens que j'ai compris au premier abord, même si je me suis dis que venant de Daniel ça ne collait pas. Un journal qui propose un tarif "fauché" sait nécessairement que pour certains, 300€ c'est un 3/4 de leurs revenus mensuels.

Pour les diverses critiques ici et là, je pense que c'est l'expression du "qui aime bien, châtie bien". Si ASI était vraiment médiocre, il n'y aurait personne pour commenter. Si on ronchonne, c'est justement parce qu'on apprécie ASI et qu'on voudrait qu'il s'améliore.
Etonné, oui, Julot Iglesias, et accablé, aussi., J'avoue que je ne m'y attendais pas. Et quand je me demande pourquoi, au fil des années, j'ai cessé de raconter dans cette rubrique la vie du site, c'est sans doute la raison principale : la lassitude de devoir affronter, dans le forum, le petit quarteron des pinailleurs, des éternels frustrés du mot de remerciement personnalisé, des mortifiés à perpétuité de la suggestion non retenue, de ceux qui n'effacent jamais les ardoises. Accablé, par exemple, de voir dans ce forum, au nombre des griefs retenus contre nous par nos petits patrons, un tableau des fautes d'accent que nous n'avons pas corrigées après signalement. Oui, il y a ça. Les fautes d'accent. Machin les a corrigées à 78%, mais Bidule seulement à 45,5%. Au coin, les coupables ! Bonnet d'âne.

En même temps, ma tendance naturelle à la culpabilité me chuchote que si ces réactions existent, c'est aussi parce que nous ne nous expliquons pas assez, et que certains ont du mal à réaliser les conditions dans lesquelles nous travaillons, dans lesquelles je travaille. Et ce truc de la faute d'accent est significatif. Evidemment, à chaque fois que l'on nous signale une faute, et que l'un d'entre nous a la disponibilité de la corriger, nous la corrigeons. Nous ne laissons pas de fautes pour le plaisir. Chacun ne corrige pas seulement ses propres fautes, il corrige aussi celles des autres. Ce n'est pas seulement le webmaster qui s'y colle, c'est tout le monde. Relisant parfois des contenus anciens de plusieurs années, il m'arrive d'aller y corriger des fautes anciennes, enfouies sous les années, pour la beauté du geste.

Mais voilà. Nous sommes neuf permanents. Nous faisons ce site à neuf. Une émission hebdo (au moins), tous les articles, tous les contenus, et tout le reste, tout l'invisible, l'énorme masse de l'invisible. Six journalistes (dont moi), un webmaster, une documentaliste, un directeur de tout le reste. Pas d'éditeur. Pas de rédacteur en chef. Pas de correcteur. Pas de service client. Pas de service marketing. Pas de service relance des abonnés en fin d'abonnement. Pas de community manager. Pas d'assistant (e). Pas de service juridique. Toutes ces fonctions sont assumées par chacun. Je ne me plains pas, c'est le modèle que nous avons choisi au départ, afin de pouvoir offrir les tarifs d'abonnement les plus bas possibles. C'est ce modèle, qui a donné au site sa couleur unique, inimitable, tendue vers l'essentiel. On aurait pu faire un autre choix. On aurait peut-être du voir plus grand, plus ambitieux, plus cher. Peut-être qu'un jour il faudra remettre tout ça à plat, tout reprendre à zéro. Peut-être.

Pour prendre l'exemple que je connais le mieux, j'ai la chance (?) de me réveiller tôt. Dès le réveil, surf et radios, pour trouver le meilleur sujet de 915 possible. Mini-enquête si nécessaire. Rédaction. Recherche et insertion de l'image. Publication. Envoi du mail du 915. Puis, à partir de dix heures, discussions téléphoniques avec l'équipe sur les enquêtes en cours et les enquêtes à lancer, point sur les invités de l'émission, premiers échanges sur les émissions suivantes, premiers papiers à relire et à publier, papiers du jour, papiers de la veille restés en rade car arrivés trop tard, et déjà voici midi, c'est fou comme midi arrive vite de nos jours, ça m'épate chaque jour.

Je ne raconte pas ça pour me plaindre. Je suis heureux de faire ce site tous les jours. Je pense que toute l'équipe est heureuse, ne ressent pas cette vie à flux tendu comme une souffrance, chacun prend les récups nécessaires quand il en a besoin, y compris moi, chacun a trouvé au fil des ans un équilibre entre ce flux tendu et sa vie sociale, familiale, amoureuse, C'est seulement pour expliquer que cela ne peut tenir que si l'on se concentre sur ce que nous estimons, à tort ou à raison, être l'essentiel, Ce qui impose, donc, des impasses, que chacun détermine comme il veut, comme il peut (corrections des fôtes, réponses personnalisées, etc). Ces impasses ne sont pas forcément les plus judicieuses possibles, il faut toujours les remettre en question, ce que je fais ce matin avec cette réponse groupée.

Une dernière chose : les arrivées et les départs de l'équipe. Non, on ne les annonce pas systématiquement. C'est un vieux réflexe d'ancien media. Les medias traditionnels n'annoncent pas les arrivées et les départs de leurs journalistes. Ce n'est pas forcément de l'opacité. Ca part aussi du principe que le journaliste doit s'effacer derrière les sujets qu'il traite, que ce n'est pas lui l'important. Evidemment, ici, je comprends bien que cette pratique est décalée. Il est donc libre à chacun d'annoncer son départ, ou non. Sebastien le fait ailleurs dans ce même forum -eh oui, Sebastien s'en va, snif, et bonne chance pour la suite. De mémoire, Dan Israel, par exemple, avait aussi annoncé son départ pour Mediapart. D'autres, pour des raisons qui leur appartiennent, n'en ont pas eu envie. Merci de le respecter. En gros, d'ailleurs, merci à tous de respecter cette chose très simple et qui porte un si joli nom : notre liberté. Notre liberté de dire ou de ne pas dire, de répondre ou non aux suggestions et aux remarques, de les retenir ou non. Merci de ne pas nous amener à penser qu'on aurait fait tout ça, s'affranchir de la tyrannie de la pub, des subventions, et des actionnaires, pour tomber dans une autre.
merci pour cette longue réponse, Daniel. Et merci de tenir bon sur l'essentiel. Pour ce qui est de la façon de faire (et d'être) tout autant que pour le contenu.
Oui, c'est bien gentil, de répondre, surtout dans le forum d'un article intitulé "Après Ulule, se raconter davantage".
M'enfin, sans vouloir le moins du monde jouer à l'arbitre des élégances, je trouve assez déplacé de ne retenir des questionnements exprimés qu'une infime minorité de commentaires. Merci Schopenhauer!
Sérieusement, DS, quand vous avez appelé à l'aide, nombreux sont ceux (celles) qui ont répondu présent(e). Ils/elles n'attendaient pas de remerciements particuliers, leur seule récompense attendue était que vous puissiez poursuivre votre travail. Comment pouvez-vous ne pas comprendre ça? Et pourquoi ne pas les avoir avisés quand le but a été atteint?
Au-delà - même si c'est plus anecdotique - il peut être intéressant pour les donateurs(trices) de savoir quels sont les canaux les plus efficaces (vous savez, il n'y a pas qu'ASI à qui il arrive de faire des appels au peuple).
« À la question centrale « "Alors ça y est, vous êtes tirés d'affaire ?" », la réponse est oui.
Et je remercie tous les abonnés qui nous soutiennent, financièrement ou non ».

Ah ! Voilà ! c’était simple à dire ! :)
Je souscris pleinement au commentaire de Daniel Schneidermann. Je ne doute pas la bonne volonté d'Arrêt sur images vis à vis de l'orthographe. L'apparition l'été dernier du bouton dans les vites-dits m'avait rempli d'espoir. Et j'ai parfaitement conscience des moyens limités du site.

Mais je ne comprendrai jamais pourquoi Daniel Schneidermann s'obstine à écrire « media » sans accent aigu, malgré (entre autres0) ce qu'a pu en écrire Alain Rey, qui était tout récemment l'invité d'Anne-Sophie Jacques sur le plateau d'Arrêt sur images.

0. « Ceux qui tiennent à la latinitas devraient écrire media sans accent et en italique comme il sied à un vocable étranger1.
1. Dans le même ordre d’idée, qui aurait le ridicule d’écrire, sans accent et en italique : « un
geranium, des gerania » ? » http://www.langue-fr.net/Media-s
Daniel, tout ce que vous dites est très censé, et parfaitement compréhensible.

Demeure un fait : c'est PARCE QUE nous sommes pinailleurs que nous apprécions votre travail ( le vôtre personnel et celui de l'équipe), et c'est PARCE QUE nous apprécions votre travail qu'on fait ce qu'on peut, chacun à sa mesure, pour que vous ayez les moyens de le faire. Et tous les pinailleurs ont pris le temps de le dire dans leur commentaires pinaillants.

Si on ne pinallait pas, si on ne cherchait pas ce qui est écrit en tout petit en bas de l'article, si on ne se demandait pas qui finance quoi, si on ne se demandait pas en voyant l'image qu'est-ce qui a été laissé hors-cadre ... on vous ressemblerait moins , Daniel !

Bruanne, patronne de rien du tout, pinailleuse et pas assez diplomate, sans doute.
D'ailleurs, les pinailleurs et pinailleuses ne manqueront pas de pinailler sur l'usage de "pinailler" qui est tout de même bien péjoratif...
Pinailleur...pourquoi ailleurs?

Désolé!!
Marrant : je cherche un truc sur le site, je me plante, je tombe sur une vieille chronique que je ne connaissais pas et là ..

"L'abonné n'est jamais content. C'est ce qui fait son charme." DS, le 11/04/2008, sur @si.
le charme discret de l'abonné...
Pour nous tous: La bonnet d'âne qui trop se tait...
Alors je ne sais pas si je dois me sentir visé en tant que membre du " petit quarteron des pinailleurs " mais je continu, malgré les explications vaseuses de Monsieur Schneidermann, à me sentir exclu d'une certaine manière par la description des asinautes présents comme étant "les plus motivés d'entre les motivés de nos abonnés. Ceux qui sont censés nous connaître le mieux" parce qu'ils ont raqué 300 ou plus.
Je me suis abonné dès le départ, j'ai pris des abonnements de soutien, je fais de la pub dès que j'en ai l'occasion sur mon blog perso, j'ai participé à la récente levée de fonds (moins de 300 !!! certes mais j'en soutien d'autres comme Les Crises par exemple) et j'ai aussi soutenu le développement de Hors Série. C'est pas assez pour être considéré comme un motivé de chez motivé vous connaissant un peu ?
Mais franchement, je m'en fous. Tous comptes faits, je ne vous aime pas tellement chez @si. Je me souviens d'un piquenique à Montparnasse où vous étiez restés les uns avec les autres, plutôt snob en fait. Je n'en avais pas gardé un bon souvenir et je n'avais pas l'intention de recommencer. Et maintenant les états d'âme du taulier qui fait sa danseuse. Parce que vous êtes neuf (8+1) on n'a pas le droit de se vexer ? Non mais c'est quoi le rapport docteur ?

Bref, je ne vous aime pas beaucoup mais ce n'est pas grave. Là n'est pas l'essentiel. L'essentiel c'est ce que vous faites, le modèle unique que vous avez développé et le fait que vous devriez être déclarés d'utilité publique. L'essentiel c'est votre professionnalisme, votre rigueur, votre refus de la facilité. L'essentiel c'est que vous redonniez sa noblesse au métier de journaliste. L'essentiel c'est que vous existiez, pas que je ne vous aime pas.
Bon à savoir que vous n'êtes que 9.
Vu le boulot produit, en effet, c'est impressionnant. Pas étonnant que le correcteur de Word soit le seul à se préoccuper de l'orthographe.

Pour les fautes d'orthographes, je m'en fiche un peu. Je préfère que vous fassiez 1000 fautes d'orthographe qu'une seule faute journalistique (comme une information non vérifiée, par exemple).
Et cela m'attriste que ces critiques vous démoralisent et vous énervent tant.

Dites vous bien, Daniel, que si nous n'aimions pas vos articles nous ne les critiquerions pas. En dehors de deux-trois masochistes prêts à payer un abonnement et à vous lire pour vous critiquer, l'énorme majorité des gens aiment ce que vous faites, aiment votre travail, aiment votre média. Considérez que chaque abonnement renouvelé est une déclaration d'amour (mais pas ce soir chéri, j'ai la migraine :D ). Comme les membres d'un vieux couple un peu usés, nous oublions de vous déclarer de nouveau notre flamme. Et comme ces vieux couples, nous ne parlons plus que du sel rangé à la place du sucre, de la vaisselle pas faite. Mais notre amour à votre égard existe bien.

Il m'arrive de vous critiquer.
Mais si je ne critique pas -au hasard- le journal de la 2, ce n'est pas parce que je ne trouve rien à critiquer dans leur propos, au contraire, c'est parce que je ne trouve rien de pertinent dans ceux-ci. Je ne fais pas non plus de critiques à Jean Pierre Pernod (-ricard). Je ne le regarde pas, c'est tout.
Par contre, je critique mes amis, mes enfants, mes parents, ma compagne. Parce que je les aime, qu'ils disent des choses intéressantes et que je pense par mes critiques pouvoir les aider à s'améliorer.

Bref: Daniel et ASI, on vous aime, continuez, mais attendez vous à d'autres fessées :D.
Bof, je m'attendais pas à ce type de réponse. C'est sûr qu'à un moment on doit en avoir par dessus la tête des critiques.
Mais je persiste et je signe : ça n'est pas parce que les autres médias ne présentent pas leur équipe qu'@si ne devrait pas le faire. Je comprends que vous avez une petite équipe avec des moyens limités, mais le travail est déjà fait à l'embauche : vous savez ce que cette personne a écrit, ce qui vous a poussé à l'embaucher etc... Et finalement, non DS, je ne crois pas que le journaliste s'efface derrière son sujet. Je pourrais reconnaître votre plume parmi 1000! C'est peut-être vrai dans des grands groupes, peut-être pour la personne qui fait les dépêches, mais dans de l'enquête... c'est différent! J'aimais beaucoup le côté geek de JM Manach, j'aime la façon de franciser les mots anglais d'Alain. Et à chaque nouveau, il faut du temps pour s'adapter à sa plume. Donc non, vous n'êtes pas un canevas formaté à merci. Vous avez tous du vécu et de l'expérience. Un journaliste comme vous qui êtes passés dans de grands groupes avec toute l'expérience que vous avez, apporte d'autres chose que la jeune Justine qui débute sa carrière, qui a peut-être moins de désillusions. Donc savoir d'où nous parle le journaliste est un moyen de nous mettre en contexte. Peut-être aussi un moyen de prendre partie...
Je ne crois pas qu'il faille absolument faire un message trop long, mais au moins nous avertir, écrire un vite dit avec simplement : À partir de telle date nous n'aurons plus X dans notre équipe et partira pour tel journal. Nous serions avertis et nous pourrions en discuter sur le forum. Libre à lui/elle de venir sur le forum pour en parler avec nous.
Mais on vous aime, on aime notre @si sinon on ne serait pas là. Merci du travail que vous faites.
Daniel, si vous repassez sur le forum.

Vous avez écrit, comme titre à votre message " Merci Patrons ", nous comparant donc au patron de LVMH.
C'est pas très gentil.

Puis, plus loin " En gros, d'ailleurs, merci à tous de respecter cette chose très simple et qui porte un si joli nom : notre liberté. Notre liberté de dire ou de ne pas dire, de répondre ou non aux suggestions et aux remarques, de les retenir ou non. Merci de ne pas nous amener à penser qu'on aurait fait tout ça, s'affranchir de la tyrannie de la pub, des subventions, et des actionnaires, pour tomber dans une autre."

... franchement, vous poussez le bouchon un peu loin avec cette phrase là en conclusion de votre message.

Liberté est un joli mot, vous avez raison.

Tyrannie en est un bien vilain, et un tantinet surdimensionné dans le cas qui nous intéresse, j'espère que vous en conviendrez.
Mais autant que celui d'être libre et de ne pas être gentil, vous avez le droit d'être en colère, ou vexé, et même celui d'exagérer.

La tyrannie des annonceurs, elle consiste à vouloir un droit de regard sur les contenus, éventuellement au détriment de la liberté d'expression.
La tyrannie des actionnaires, elle consiste à vouloir un maximum de profit, éventuellement au détriment des contenus et des investissements.
La tyrannie des subventions, à titre personnel je n'ai jamais compris en quoi elle consistait ni ce qu'elle menaçait.
La tyrannie des emprunts bancaires ( c'est bien pour ne pas avoir recours à eux que la campagne Ulule a été lancée) , elle consiste en obligation de résultats, éventuellement au risque de vendre n'importe quoi du moment que l'argent rentre.

La tyrannie des @sinautes, :
- réclamer qu'un bouton soit utilisé quand on clique dessus, bouton créé à l'initiative de l'équipe dans le but d'améliorer les contenus.
- espérer avoir des réponses quand on fait des suggestions, suggestions parfois sollicitées par l'équipe par le biais de questionnaires.
- espérer être informé de qui écrit ici ... peut-être pas par amour des ragots et potins, ... peut-être pour les mêmes raisons qui ont poussé l'équipe d'@si a dresser le portrait des vidéastes de #OnVautMieuxQueCa ?
- apprécier d'être informé quand un compagnon de l'aventure quitte le navire.
- refuser qu'une sorte de statut "premium" informel se crée sur le site, avec une hiérarchie des abonnés selon qu'ils sont "abonné fauché de la veille " ou " gros contributeur historique".

Donc, rien, absolument rien, à aucun niveau qui entrave d'une façon ou d'une autre votre liberté éditoriale. Douce tyrannie, alors !

Quelle est donc cette liberté si fondamentale que vous nous réclamez de respecter, en sous-entendant que nous ne le ferions pas ?
Voté, nécessairement, merci pour cette mise au point, je n’en changerais pas une virgule. Et si on était les «petits patrons», ça ne se passerait sans doute pas comme ça.

Concernant les subventions, c'est assez limpide, et pas que dans le domaine de la presse, mais aussi dans l'associatif, l'éducation... Lesdites subventions sont accordées de manière discrétionnaire par le pouvoir en place, non pas selon des règles objectives comme, par exemple, la retraite qui n'est justement pas fixée par le pouvoir en place mais par les caisses. Le pouvoir ne peut alors jouer qu'avec des paramètres qu'il a réussi à abroger, comme le taux de cotisation ou le nombre trimestres requis (il n'avait pas cette prérogative à l'origine). Pour la presse, c’est à la tête du client. En 2014, le plus gros «client» c’était Le Figaro et Le Monde. Le Monde diplomatique n’y figure pas. ASI a documenté ça, mais j'ai la flemme de chercher.
Franchement, moi je trouve que c'est vous qui exagérez. DS vous a répondu : il tient compte de vos idées, mais il a d'autres priorités. Question de temps et de moyens. Il a mieux à faire que de se plier à vos exigences (et celles de quelques autres, mais certainement pas de tous les asinautes, en tout cas not in my name). Il vous a entendu, je pense, maintenant lachez lui la grappe et laissez le faire son boulot et ses choix, en se concentrant sur l'essentiel. Vous voulez lui faire perdre du temps précieux pour des choses secondaires. Malheureusement, les journées n'ont que 24h.
Voté aussi. C'est très clair et très juste.
En fait, si DS avait été du côté de celui qui pose les questions dans cette chronique, il ne se serait pas satisfait de la réponse qu'il a donnée... Je crois que c'est un peu démago et limite de la langue de bois comme réponse, mais ça n'est que mon avis.
Marine LP lorsqu'on la contredit, n'a qu'à dire : ce sont des propos de la bien-pensance gauchiste et derrière elle peut dire ce qu'elle veut en se posant comme victime. Là, c'est en se posant la victime des petits patrons que nous serions. Et ensuite? Sur le fond? Circulez, y a rien à voir, je clos le débat....
Pour parler horriblement marchand : une fois qu'on a dit qu'on concentrait les moyens sur la production de contenus et qu'étaient donc en retrait les services de "relation client" ou d'"emballage" (= fonctionnalités du site), il n'y a plus qu'à prier pour que les clients l'acceptent et s'en satisfassent.

A la limite, si @si n'avait pas ouvert de forum, s'était contenté de commentaires comme sur Hors-serie.net, peut-être que cela aurait été plus adapté à ses possibilités réelles et n'aurait pas induit des demandes pour plus d'interactivité. La "maîtrise" du client n'est pas toujours évidente surtout quand on commence à avoir des relations privilégiées avec certains qui se mettent à demander des faveurs, un petit truc par-ci, un petit truc par-là, qui au final fatiguent voire épuisent si on veut absolument les satisfaire...
Terrifiant article. Comble de niaiserie. Je suis heureux d'avoir été trop fauché pour vous donner plus de 300 € au moins j'ai échappé à ça.
Pour le reste, continuez. Vous êtes formidables et (hélas) indispensables dans l'univers effarant, effrayant, sidérant de la presse française.
Je suis abonnée depuis le début. Si c'est pas de la motivation, ça !
J'aimais beaucoup Laure Daussy.
«Etaient présents, donc, les plus motivés d'entre les motivés de nos abonnés.»

On est désolé de ne pas être pété de thunes et d’avoir préféré éviter les 8% dans la poche d’Ulule !
Etrange impression à la lecture de cet article...
Un titre qui promet de se raconter davantage et à l'intérieur si peu d'informations sur l'entreprise (mis à part le fait que - comme aux Etats-Unis - les gros contributeurs ont été invités à serrer la pince à [s]Obama[/s] Schneidermann, ce qui fait quand même bizarre).
A part ça :
Vous en êtes où dans vos démêlés avec le fisc?
Combien d'argent avez-vous collecté ?
via Ulule?
via les abonnements de soutien?
via J'aime l'Info?
Etes-vous sortis d'affaire?
Pourrez-vous continuer à investir normalement?
[s]Quand est-ce qu'on mange?[/s]
....
Encore une fois, et au risque de passer pour grincheux, j'aurais préféré des infos sur ce sujet que sur la qualité des muffins. Mais peut-être, n'étant pas journaliste, ne connais-je rien à la hiérarchie de l'information?
Bonsoir,

Etant un "gros donateur", merci de ne pas m'avoir prévenu.

C'est dommage, je serais venu avec plaisir.
Oui, il faut vous raconter davantage et partager sur la vie du site. On le considère comme le nôtre, on se l'est approprié et c'est d'ailleurs pour cela qu'on ne l'a pas laissé mourir.
J'ai laissé un message il y a quelques semaines sur le forum qui est resté sans réponse :

Je suis ravi d'être un fervent lecteur depuis près de 3 ans maintenant. Je vous lis tous les jours et je lis tout, même ce qui m'intéresse moins.
Je reviens aujourd'hui sur le bilan parce que je ne sais pas où je pourrais poster ça ailleurs.
Pour ma part, j'étais assez friand des chroniques de Jean-Marc Manach. Dans une récente chronique, vous écrivez "notre chroniqueur Jean-Marc Manach", or force est de constater que depuis la rentrée, plus de signe de lui. Pas de problème, on comprend que vous ayez du roulement de personnel, que les gens changent d'horizon, partent, viennent. Par contre, nous sommes une petite communauté, vous êtes un peu de la famille, on s'inquiète pour vous quand vous avez des soucis financiers, on se mobilise, on se serre les coudes, on se soutient. Bref, mon message est un peu décousu, mais ça serait bien dans le bilan ou à la rentrée de parler de qui s'en va, pour nous permettre de le savoir, plutôt que d'attendre. Peut-être faire une petite chronique pour dire "Untel a décidé de quitter @si pour aller travailler ailleurs etc..." Cela nous permettrait de lui souhaiter bonne continuation et de savoir qui part. Aussi, quand des nouveaux arrivent, peut-être les présenter, dire d'où ils viennent et quels sont leurs centres d'intérêt qui vont dicter ce sur quoi ils vont écrire.
Ceci n'est pas dans le but d'avoir un culte de la personne, simplement nous sommes des êtres d'habitus... On aime un style d'écriture, on aime vous reconnaître sous votre plume. Est-ce une demande farfelue? Suis-je le seul à vouloir ce type d'information?
Pour punir les pauvres, il faudrait inventer le " don négatif".
Ulule... J'ai laissé tomber, en raison que mon seul neurone n'a pas compris les subtilités du site. Et donc utilisé l'autre branche de l'alternative. Comme écrivent RST et Cugel ... Bon, je continue et mon abonnement et mon don (inférieur à 300 euros) pour une prochaine fois
Merci pour ceux qui ont préféré vous soutenir directement sur votre site, ça fait toujours plaisir de passer pour de la merde !

--
Donc comment on reconnait "les plus motivés d'entre les motivés de nos abonnés" : ce sont ceux qui ont payé 300 euros !
Quant à ceux qui, comme moi, sont fidèlement abonnés depuis le tout début mais n'ont pas payé les 300 euros on dira qu'ils sont surement motivés... mais un peu moins ...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.