18
Commentaires

Allemagne : le gouvernement interdit la plateforme de gauche radicale Indymedia

Le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière a interdit vendredi 25 août la plate-forme de gauche radicale Indymedia Linksunten. Le site, considéré comme le "média le plus influent pour l'activisme d'extrême gauche orienté vers la violence" par le gouvernement, et dont plusieurs textes revendiquent des actions politiques violentes, n'est plus visible depuis lors. Une décision dénoncée par Reporters sans Frontières Allemagne comme une atteinte à la liberté de la presse.

Derniers commentaires

je sais pas pourquoi mon msg n'a pas été publié...
Pendant ce temps là chez les extrêmes centristes

Ils pourraient au moins se désolidariser.
En quoi la (vraie) gauche est-elle plus "radicale" que les capitalistes libéraux qui entrainent directement ou indirectement des millions de morts à travers le monde ainsi que, plus généralement, l'agression systématique de la Vie sous toutes ses formes ?

Il faudra alors, à propos du PS de LR ou de LREM systématiquement les présenter comme "les capitalistes radicaux", ça sera plus clair, et surtout plus juste, merci.


Redonnons aux mots leur sens.
Non, rien, c'était juste comme ça.
[quote= Juliette Gramaglia]quelques captures d'écran archivées [sur Archive.is] qui permettent de lire les titres et les premières lignes des articles

Il y a quand même 825 URL capturées sur Archive.is1,2. Et on peut à chaque fois lire l'article en entier.

1. 88 pour http://linksunten.indymedia.org/* et 825 pour https://linksunten.indymedia.org/*.
2. Et
355 captures de la page d'accueil sur Archive.org.
En France, ce ce sont pas les militants violents que l'on censure.
EIl y a quelques années, un certain Daniel schneidermann a été viré d'une chaine de télévision de service public. Il n'avait pourtant jamais donné le recette de fabrication du cocktail Molotov. Et de loin !
Des journalistes ou producteurs tels que Frédéric Taddei, Daniel Mermet, Claude Sérillon et bien d'autres subissent sans fracas le même sort de manière récurrente.
Beaucoup plus récemment, en l'espace de quelques semaines, Natacha Polony s'est fait virer d'Europe 1 (où elle tenait une revue de presse) et de Paris Première (Polonium). La voici pratiquement au chômage parce qu'elle en plait pas au régime actuel.

A propos de Polony, tenez, il me semble que son sort n'a pas ému outre mesure la rédaction d'@si. Mais peut-être n'ai-je pas été assez vigilant et avons-nous été bombardés de confraternels articles de soutien indignés qui m'auront échappé.
Rien de bien anormal ni nouveau sous le soleil.
Le système se protège, car fondamentalement les partis d’extrêmes gauches appel à les renverser et à leur contester leur pouvoir.

Dans une dictature c'est la répression clair et assumé, meurtres d'opposants, emprisonnements et propagande.
Dans une démocratie capitalistique: c'est: répression policière, discrédit de la parole contestataire, censure (souvent légitimer par la menace à la sécurité), propagande.
Dans le genre, c'est moi où le site de Wikileaks est bloqué depuis aujourd'hui ?
J'ai testé l'accès depuis des proxy en Allemagne, Pays-Bas et USA, ça semble normal, donc soit c'est juste un problème temporaire en France, soit c'est bien bloqué en France, soit il n'y a que moi qui ait le souci.

La mise en place du moteur de recherche était pratique (cf mes recherches récentes) et comme il y a eu plainte pour piratage au moment des Macronleaks, il y a peut-être eu décision de justice pour bloquer l'accès depuis la France.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.