44
Commentaires

Akhenaton et le Covid : des médias en manque d'inspiration

Le rappeur, tête d'affiche du groupe IAM, a été hospitalisé après avoir contracté le Covid. Une information relayée dans les médias, qui le justifient parce qu'Akhenaton s'est exprimé contre le pass sanitaire et sur ses doutes sur "la dangerosité du virus"... Sauf que des médias se sont emmêlés les pinceaux sur l'admission ou non de l'artiste en réanimation.

Commentaires préférés des abonnés

Non seulement ils ont avancé qu'il était en réa alors qu'il n'en était rien, mais ils ont aussi utilisés ce raccourci très répandu en ce moment: 

anti pass sanitaire + anti vaccination obligatoire = anti vaxx

Mais en fait personne ne sait si Akhen(...)

C'est quand même étonnant que certaines personnes n'aient toujours pas compris le problème. 


"Correctement pris en charge". Si en l’occurrence la forme de Covid est grave et que la "prise en charge correcte" requiert une hospitalisation, ça veut (...)

On a bien senti quand même le sous-entendu un peu dégueulasse de BFM et compagnie : "il a critiqué le passe sanitaire, bien fait pour sa gueule."

Les anti passe, dont je suis, ne disent pas (ou quelques rares individus) qu'il n'y a pas de virus et auc(...)

Derniers commentaires

Ayant eu la COVID Akhenaton aura son pass sanitaire finalement... 

Pour ceux qui douteraient encore que nous sommes gouvernés par des incompétents ivres d'autoritarisme, sachez qu'à partir d'aujourd'hui le port du masque n'est plus obligatoire dans les lieux soumis au pass sanitaire.

Décision absurde et dangereuse au vu du fait maintenant bien établi que la vaccination protège contre les formes graves de la maladie mais pas contre sa transmission. Mais logique si l'on considère que ce gouvernement se tamponne éperdument de la santé publique et ne voit en elle qu'une occasion de diviser les français pour faire passer son agenda ultralibéral.


(je précise à toutes fins utiles que je considère les antivax et autres raoultistes comme de parfaits crétins qui ont le gouvernement qu'ils méritent)

On a bien senti quand même le sous-entendu un peu dégueulasse de BFM et compagnie : "il a critiqué le passe sanitaire, bien fait pour sa gueule."

Les anti passe, dont je suis, ne disent pas (ou quelques rares individus) qu'il n'y a pas de virus et aucun d'entre eux ne souhaite l'attraper. Ils dénoncent l'hygiénisme de notre société.


A part ça, ASI pourrait consacrer un sujet au traitement du passe sanitaire dans les JT. Dans le genre "la voix de son maître", ce sont des modèles du genre. Les techniques utilisées :


1. Regarder ailleurs (12 secondes aux JT de TF1 samedi soir) en ne reprenant que les chiffres de la police (qui sous-estiment manifestement l'ampleur des cortèges.)

2. Discréditer. Zoomer sur les quelques imbéciles avec des étoiles jaunes ou des pancartes antisémites pour salir l'ensemble du cortège.

3. Ignorer les voix discordantes. N'inviter que des gens qui sont favorables, n'interviewer 9 fois sur 10 que des Français d'accord avec la mesure (comme si des restaurateurs allaient dire face caméra : "je ne demanderai pas le passe sanitaire aux clients " !)

4. Interdire le débat : que l'on soit d'accord ou pas, la décision d'un seul homme de soumettre l'accès de millions de citoyens à certains lieux, à un document sanitaire pose questions (discriminations, incohérences, hygiénisme...). Certes la période n'est pas propice, mais tout de même. Les JT traitent le sujet comme une simple décision politique, presque administrative. On applique un point c'est tout, le gouvernement a dit, il a raison. Le suivisme absolu.




Le secret médical ?


Il est dans les mains de Doctolib !

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Si ça se trouve, c'etait juste une gastro carabinée. Tout à fait dans l'esprit des chaînes d'infos et la chiasse qui nous est servie.

Merci

J’aime bien apprendre un fait un lisant son parcours. C’est très éclairant.

Compte tenu de ses difficultés respiratoires , on peut supposer que notre brillant intellectuel-chanteur doit manquer un peu d'air pour s'exprimer de nouveau,  avec brio,  sur la Covid !

Certains esprits malveillants  pourraient penser, que sans vaccin, Akhenaton risquait de s'offrir une pyramide ....

Non seulement ils ont avancé qu'il était en réa alors qu'il n'en était rien, mais ils ont aussi utilisés ce raccourci très répandu en ce moment: 

anti pass sanitaire + anti vaccination obligatoire = anti vaxx

Mais en fait personne ne sait si Akhenaton est vacciné ou pas, ni même si il est pour ou contre la vaccination. 

Si tous ceux qui, il y a plus d'un an, avaient des doutes ou ont minimisé la dangerosité du virus ou ont même seulement osé se poser la question,  étaient anti vaxx, combien y aurait il de vaccinés à ce jour? Pas beaucoup je pense!

Oui enfin Aout 2020 c'est après le 1er confinement, j'espère bien qu'il n'y avait pas trop de gens qui croyaient encore que le virus n'était pas dangereux.

Je peux vous dire que l'été dernier il y avait autour de moi (en brousse et ne s'informant que par la télé) nombre de gens qui soutenaient (et continuent) que c'est des conneries, que c'est qu'une gripette, et "la preuve : y a pas eu tant de morts qu'annoncés" oubliant justement un détail : le confinement. 


Ou, dans la même veine, les tiens comme c'est bizarre y a pas eu de grippe cet hiver (et c'est bien la preuve qu'on nous vend des prétendus covid à la place), oubliant juste qu'on se tape les masques depuis un an (et que ça marche aussi pour la grippe)...

'Dangereux' ça veut dire quoi au juste ? Mortel ?

Et dangereux pour qui ? Les moins de 50 ans sans problème de santé et correctement pris en charge n'ont pratiquement pas de risques  de mourir .

Alors oui le covid (oui moi j'en suis resté à LE) est une maladie , plus grave qu'une grippe courante et moins qu'un cancer ou ebola....

Après 110 000 morts ..... c'est une réalité ....comme les 100 000 dus à la pollution chaque année en france ? Les statistiques c'est trompeur parfois .

Vaciné anti passe sanitaire.

C'est quand même étonnant que certaines personnes n'aient toujours pas compris le problème. 


"Correctement pris en charge". Si en l’occurrence la forme de Covid est grave et que la "prise en charge correcte" requiert une hospitalisation, ça veut dire un lit d’hôpital et du personnel occupés. Et comme les places sont limitées au bout d'un moment, plus de lits pour les nouveaux malades, plus de lits pour les accidentés de la route, plus de lits pour les crises cardiaques, les AVCs etc. Bref situation indienne ou des gens jeunes qui auraient du survivre à la maladie en meurent, faute d'être "prises en charge correctement" comme vous dites. 


Donc en effet le problème c'est pas un cas de covid, qui n'est pas dangereux, ni 10, ni 100 mais 100 000, 200 000, ce qui tend à arriver assez rapidement suivant les lois bien rodées de la croissance exponentielle. 


Puisque ça fait un moment que ça dure et que vous n'avez toujours pas compris prenons un exemple simple. Vous avez déjà vu la pluie ? Une goutte ça va. 10 gouttes ça va. 3 mois de précipitation en 24 heures ça va plus, c'est l'inondation. 


J'imagine que vous n'être pas contre les digues le long des rivières et les interdictions de constuire en zones inondables parce que "la pluie quand y'en a pas beaucoup c'est pas dangereux."




Tout à fait. 

Très bien l'exemple de la pluie. 


De ce billet donné par qq'un sur un autre fil

https://blogs.mediapart.fr/laurent-thines/blog/030821/vaccin-covid-19-et-pass-sanitaire-le-bon-la-brute-et-le-truand

j'en colle ici un passage à ce sujet :

(mais faut lire le reste aussi, ça ne parle pas que de ça) 


"Comme les épidémies de peste ont bel et bien existé, la pandémie de Covid-19 existe. Nous l’avons vécue au printemps dernier quand nous avons été envoyés « au front », parfois sans moyens de protection, quand des amis soignants sont tombés malades ou sont morts, quand nous avons été submergés et que nous avons dû augmenter de +150% notre capacité de réanimation et stopper les activités chirurgicales non urgentes… Nous l’avons touchée des doigts quand nous avons organisé, avec une collègue anesthésiste-réanimatrice (Dr Floriane Cicéron), les TEAM-DV (pour décubitus ventral) dans notre hôpital afin de mettre alternativement sur le dos (8h) puis sur le ventre (16h) ces patients en état respiratoire précaire (intubés, ventilés, perfusés) tout en protégeant au mieux leur corps et leur visage du risque d’escarres, en évitant d’arracher les tuyaux qui les relient à la vie et en nous protégeant nous-même du virus. Cette technique, venant en complément d’une prise en charge extrêmement lourde pour les équipes médicales et paramédicales de réanimation, permet de réduire la mortalité par deux (de 32% à 16%). Pour ce qui est des chiffres à Besançon, nous avons eu 96 patients soignés en réanimation par jour au pic épidémique : près de 150 retournements mobilisant chacun une équipe de 6 soignants, 4h matin et soir, en limitant à 10 retournements maximum par demi-journée/équipe… faites les calculs, c’est une organisation, pour le coup, quasi « industrielle ». Nous ne voulons plus vivre cela, les équipes de réanimation sont épuisées."

Très bon article que je connaissais pas merci.

merci pour le lien, je retiens un autre extrait :


"Nous avons appris à connaître maintenant un peu mieux les séquelles sur la Santé de la contraction du virus (60% des patients ont encore au moins un symptôme à 6 mois): épisodes de fièvre, fatigue profonde, toux et difficultés respiratoires persistantes (fibrose pulmonaire), fatigabilité et malaise à l’effort physique, douleurs thoraciques et palpitations, maux de tête et douleurs musculo-articulaires, perte d’odorat et de goût, troubles de mémoire et de concentration, rétraction pénienne..." -> ce dernier symptôme pourrait convaincre 100% de la gent masculine non-vaccinée de courir au centre le plus proche, non ? ;-)


trêve de plaisanterie :

"Quand on voit l’évolution de nos « démocratures », ou l’exemple de la Chine (qui fait en réalité rêver de nombreux États avec son permis-social à points), et quand on évalue l’efficacité réelle de telles lois, on peut se poser la question du but final recherché. Compte tenu des risques que fait peser sur nos libertés ce Pass-sanitaire, on est alors légitimement en droit de le remettre en question, ce qui n’est pas du tout incompatible avec le choix de se faire vacciner."


voilà... il existe même des gens vaccinés qui n'ont pas récupéré leur QR-code - des asociaux ou atteints d'illectronisme, sûrement... (il faudra quand même qu'on m'explique pourquoi il faut absolument générer un putain de code numérique alors qu'il existe des carnets de vaccination... on tamponne bien toujours les cartes d'électeur ! enfin... de moins en moins, certes)


"Et ce n’est pas un choix politique cohérent, à mon sens, que de refuser un vaccin pour sanctionner ou critiquer un gouvernement : ceci doit se faire dans les urnes ou à défaut dans la rue. Ensuite, ce sera à nous de défendre concrètement notre système public de Santé, saccagé depuis 30 ans par les gouvernements successifs, à nous de demander la création d’un « Pôle Public du Médicament » pour produire, indépendamment des grandes firmes, les thérapies du quotidien mais aussi celles qui permettront de soigner les maladies rares ou émergentes et à nous de nous battre pour plus de démocratie sanitaire et de démocratie tout court."


Cette conclusion est pertinente et l'idée est belle, nécessaire, mais qui y croit encore ? Les dés ne sont-ils déjà pas pipés, moins d'un an avant l'élection "de la dernière chance" ? Je sais pas, en tout cas, ça fait 30 ans que j'ai arrêté de croire au changement venant des politiques (et pourtant je vote), alors ça va être difficile, voire impossible pour moi d'y croire à nouveau... Je préfère m'investir localement, là où je vis, où on peut se rencontrer, discuter les yeux dans les yeux, faire des projets concrets, même petits, à moins de 50 personnes :-p


Au passage, je viens de découvrir le film "Les Fils de l'homme"... (ce qui explique peut-être mon état d'esprit du moment), bref si vous ne connaissez pas, je vous suggère de vous faire une soirée ciné, puis vous pouvez prolonger la réflexion en regardant :

1/ cette analyse du film super bien fichue sur la chaîne Bolchegeek (juillet 2021) : https://www.youtube.com/watch?v=eGepJ6ods-k

2/ cet entretien avec Richard Wilkinson à propos de son livre "Pour vivre heureux, vivons égaux !" (mars 2019) : https://www.youtube.com/watch?v=VFhtgPXz3O4


Je n'ai peut-être pas tout compris, mais ce que je sais, en revanche - mis à part que je ne sais rien (ou presque) comme le chantait si bien un certain Jean Gabin -, c'est que les premiers (de cordée) à sommer les citoyens que nous sommes (prétendument libres et éclairés) de céder à leurs injonctions (et à leurs injections) sont ceux qui, au même moment (le en même temps macronien, une fois encore), continuent de supprimer des lits d'hôpitaux... 


Par ailleurs, simplement en prenant les derniers chiffres officiels (insee, santepubliquefrance et ansm), chacun pourra constater que l’écart en France, depuis le début de la pandémie, entre :


- le taux de décès en population générale liés à la COVID (un peu plus de 110 000 que divise plus de 67 millions d’habitants, soit moins de 0,17%) ;


et


- le taux d’effets indésirables qualifiés de « graves » suite à la vaccination (dont le risque létal et bien évidemment celui d’occuper un lit d’hôpital...) (un peu plus de 17000 cas sur un peu plus de 72 millions d’injections, soit 0,024%)


se trouve d’entrée relativement limité (facteur 7). 


Dès lors, en faisant varier très peu des paramètres essentiels et pourtant relativement incertains comme le nombre de décès liés à la COVID, le nombre d'effets indésirables remontés aux autorités sanitaires ou encore le taux d’efficacité des dits vaccins, ce facteur peu rapidement se rapprocher de 1.


A titre d'exemple, si l'on suppose :

- une majoration du nombre de décès liés à la COVID de 25%;

- une minoration du nombre d'effets indésirables graves de 25%;

- une protection contre les formes graves de la maladie en moyenne de 75%


alors ce facteur n’est plus que de 2 !


Bref, tout cela pour dire que l’intérêt de vacciner tout le monde, en particulier en rendant la chose obligatoire, ne coule pas de source, ni pour l’individu qui n’entre pas dans les profils les plus à risque, ni pour ce qui est, du point de vue du collectif, de la saturation du système de soins. 

 

PS : certains m’objecteront peut-être que je mélange des choux et des carottes en comparant des décès à des effets indésirables, certes « graves » mais pas nécessairement létaux. 

Je suis tout à fait d’accord avec cette limite de l’exercice, mais je ne m‘avancerai pas pour autant à distinguer la situation la plus « avantageuse », pas plus que je n’envisagerai un seul instant de le faire pour mon prochain, à sa place...

Effectivement, vous mélangez les choux et les carottes. Mais surtout, vous comptez beaucoup trop de carottes, car vous confondez corrélation et causalité.



Il est vrai que pour le vaccin ARNm Pfizer-BioNTech (de loin le plus utilisé en France), environ 17 000 cas d'effets secondaires graves potentiellement liés à la vaccination ont été reportés à la pharmacovigilance. Le potentiellement est très important, car cela signifie que ces effets secondaires sont apparus peu de temps après l'injection de vaccin (il y a corrélation), pas qu'il sont causés par le vaccin (il n'y a pas nécessairement causalité).


De fait, lors des essais cliniques des vaccins, le groupe placebo déclarait parfois autant voire même un peu plus d'effets secondaires (pour certaines catégories d'effets secondaires) que le groupe vacciné. Ce n'est que quand un effet secondaire est beaucoup plus présent dans le groupe vacciné que dans le groupe placebo qu'on peut raisonnablement penser qu'il est causé par le vaccin.


Il en est de même pour la pharmacovigilance. Il ne faut pas prendre les chiffres "bruts" mais les comparer à ce qui arrive normalement dans la population pour identifier ce qui est causé par le vaccin et ce qui ne l'est pas. Pour le moment, cette pharmacovigilance a seulement identifié (pour les vaccins ARNm) un risque de myocardies plus élevées que la moyenne. Et encore, ce lien n'est que "probable", pas certain.


Mais surtout, le Covid19 augmente aussi le risque de myocardies, dans des proportions bien plus élevées que le vaccin. Donc dans tous les cas, il vaut mieux se faire vacciner. 


La balance bénéfice/risque est donc largement positive, y compris pour les personnes qui ne sont pas "à risque". Pour comparer les choux et les choux, il y a eu en France (je donne juste des ordres de grandeur):

- 110 000 morts parmi les 10 à 15 millions de malades (6,5 millions de cas confirmés, beaucoup plus de cas réels)

- 0 mort causé par le vaccin parmi les 35 millions de vaccinés par Pfizer



L'intérêt de vacciner tout le monde coule donc de source.







Le point sur la situation depuis Août 2020 dans les Hôpitaux   universitaires de Marseille communiqué par le Directeur des hôpitaux universitaires de Marseille




Il faut garder en mémoire que d'autres hôpitaux publics et privés accueillent des patients atteints du Covid à Marseille  




http://fr.ap-hm.fr/actu/covid19-point-de-situation



Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.