11
Commentaires

A Montpellier, la "Ligue du Midi" contre les journalistes

Une journaliste travaillant pour l'AFP dit avoir été physiquement intimidée lors d'un rassemblement d'extrême droite, dimanche 17 mai à Montpellier. Son téléphone lui aurait été volé afin de supprimer des vidéos. Ce n'est pas la première fois que la Ligue du Midi, l'un des organisateurs de la manifestation, s'illustre par ses méthodes musclées envers les journalistes.

Commentaires préférés des abonnés

Pour rappel, les fonctionnaires de police votent majoritairement à droite, voire très à droite. A partir de là, difficile de leur reprocher de saluer leurs copains pendant les heures de boulot... Le seul moyen d'éviter cela serait un recrutement cent(...)

Quand on est officier de police et supposé défendre la République, on ne devrait pas donner 5 minutes à Richard. On n'a pas de preuve et on ne peut donc être sûr de rien... mais si c'est vrai, ce n'est pas surprenant au regard de tous les autres inci(...)

Le "ménage" dans la police est nécessaire, mais qui osera le faire et quand ? Pour le moment, la réponse est encore dans la question...

Derniers commentaires

En relisant cet article, je suis juste surpris que le parallèle n’est pas fait entre l’attitude hostile envers les journalistes de l’extrême-droite et ce qui se passe à l’autre bout (souvenir de notre dame des Landes). On peut être plus en accord avec certaines idées de gauche, quand on reprend les méthodes des fachos on leur donne si ce n’est raison, en tout cas une justification. 

Faut il vraiment refaire l'historique de la police nationale pour savoir de quelle coté de la barrière elle se place ? Petit rappel historique : Remplaçant le corps des gardiens de la paix publique, elle naît le , sous le régime de Vichy, par un décret signé par Pétain, texte d'application de la loi du 23 avril 1941 portant création de la Police nationale.

 Il suffit juste de les regarder agir pour la plupart et on se fait une idée.

Lorsqu'on est sans parti pris et qu'on veut faire parti des forces de l'ordre, on se dirige plus facilement vers la gendarmerie qui me semble moins agressive tant avec les publics "racisés" qu'avec les citoyens politisés mais peut être me trompe je...

Il y a une connivence manifeste entre certaines structures sociales et la droite extrème


Cf. l'omniprésence de "l'opinion" sur LCI et chez Calvi. 


J'ai recherché  sa diffusion : Loin derrière tous les magazines d'information et les quotidiens. Derrière "La Croix"; juste devant "L'Humanité" ( environ 40 000 contre 36 000)


Imaginez la² complaisance de certains médias si le RN arrivait au pouvoir

Concernant le saccage de l'association RAIH les identitaires entendaient entre autre dénoncer l'effet "appel d'air" de son travail de protection et d'insertion des mineurs étrangers. On peut dire qu'ils ont réussi leur coup puisque quelques mois plus tard RAIH fermait boutique, la subvention du département via l'aide sociale à l'enfance ayant été divisée par 3 pour grosso modo les mêmes raisons. Néanmoins le nombre de mineurs étrangers isolés a explosé depuis.


Et sinon, on dit "montpelliérains" et pas "montpelliériens".

Vu les profs de la fac de droit qui castagnent les etudiants en greve et qui forment les flics, les magistrats et les avocats de Montpellier, comment s'etonner d'une telle societe aussi fascistoide ? Je recommande d'aller a Limoges.Moins cher, moins facho et un enseignement de meilleure qualite.

Une preuve de plus s'il en était besoin que la police française est en voie de colonisation par l'extrême droite qui prend de plus en plus ses aises, et elle aurait bien tort de se gêner. ça a un air très clair de montée du fascisme tout ça. 

Pour rappel, les fonctionnaires de police votent majoritairement à droite, voire très à droite. A partir de là, difficile de leur reprocher de saluer leurs copains pendant les heures de boulot... Le seul moyen d'éviter cela serait un recrutement centré sur le respect des valeurs républicaines. On peut rêver.

Le "ménage" dans la police est nécessaire, mais qui osera le faire et quand ? Pour le moment, la réponse est encore dans la question...

Quand on est officier de police et supposé défendre la République, on ne devrait pas donner 5 minutes à Richard. On n'a pas de preuve et on ne peut donc être sûr de rien... mais si c'est vrai, ce n'est pas surprenant au regard de tous les autres incidents qui circulent. Et c'est dangereux.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.