97
Commentaires

13 novembre : "Démontez les rumeurs, BFM ! Démontez-les en continu !"

Démêler le vrai du faux, trier le montrable et l'inmontrable, le dicible et le confidentiel : une fois de plus, les attentats du 13 novembre à Paris posent de redoutables questions au système d'information en continu, audiovisuel ou agences de presse. Les journalistes de ces médias ont-ils appris depuis les attentats de janvier?

Derniers commentaires

Quelque remarques :

J'ai été un peu étonnée de la réaction du directeur de BFM TV quand la prof dit qu'une de ses élèves lui a expliqué avoir vu BFM allumée pendant tout le WE... Il s'exclame que l'élève n'avait qu'à arrêter la télé. Mais dans ce cas précis, j'imagine que ce sont les parents qui laissent la télé allumée ! On revient à la question des contenus que les adultes font subir aux enfants / ados.

Il est question, à un moment donné, des photos "souriantes" d'Abaaoud que BFM a fait tourner en boucle. C'est le moment où on aperçoit rapidement la Une que Libé a consacreé au même terroriste. J'aurais aimé que le débat porte sur cette Une qui, personnellement, m'a beaucoup choquée... Quelle gloire posthume pour ce jeune homme d'avoir son portrait en Une d'une journal !!

Enfin, sur l'info continue, on aurait pu faire une comparaison entre BFM et France Info. Cette radio a, elle aussi, pour objectif de fournir l'essentiel de l'info n'importe quand, mais il me semble qu'elle ne met pas en scène le suspens comme BFM, qu'elle est plus "honnête" avec l'auditeur en ce qu'elle ne fait pas tout pour créer de pseudo-événements qui donnent envie de continuer à regarder encore et encore...

Camarlette
Moi aussi j'étais sur ARTE ce soir là mais ce sont les bandeaux insistants évoquant des "fusillades à Paris" qui, après qq minutes de perplexité, m'ont fait prendre France-info puis regarder l'ensemble des chaines publiques et privées avant de téléphoner à des parisiens proches; finalement j'ai regardé la fin de l'opéra de Mozart en Replay le lendemain.
Je n'ai pas tenu jusqu'au bout de cette émission, une des plus mauvaises qu'il m'ait été donné de suivre...
Qui a eu l'idée d'inviter cette prof? Déjà que le sujet n'était pas, mais vraiment pas, à la hauteur de l'évènement, mais en plus avec une invitée qui se contredit tellement elle n'a rien à dire...
Micro-reportage pas inintéressant sur le dispositif technique des présentateurs : l'envers du décor de BFM TV.
Tiens, étonnant de constater que vous aviez (une bonne partie de) l'info sur la revente de la vidéo de surveillance de Casa Nostra mais que vous n'en ayez pas fait un "scoop", qui s'est donc retrouvé devant les caméra du Petit Journal hier.
Je vous reprochais il y a peu de promouvoir vos émissions via des sélections vite-dits discutables, mais je dois bien convenir que là, le mouvement de balancier est parti loin dans l'autre sens.
Des chaînes "d'info" ? Ou des chaînes qui font de l'information un spectacle, et surtout un fonds de commerce ? BFM, I-télé, et Cie se fichent pas mal du niveau d'information de leurs spectateurs. Priorité au direct, mon postérieur ! La priorité, c'est à ce qui va attirer le maximum de monde devant l'écran. Parce que malheureusement, nous autres, on aime ça, le saignant, l'action, le bim bam boum, ce qui dégoute et ce qui fait peur. Il n'y a qu'à voir ce qui se passe lors des accidents de la route : tout le monde ralentit "pour voir". Voir, voilà ce qu'on veut, et on est prêt à passer des heures devant son poste, de peur de rater quelque chose. On serait informé pareil en écoutant la radio, mais hein, il n'y aurait pas les images !
Une chose avec laquelle je suis d'accord avec les avocats forumistes de BFM (il y a eu mobilisation, on dirait), c'est qu'on ne peut pas reprocher à ces télés de faire ce qu'elles font : en bonnes commerçantes, elles cherchent à vendre leur camelote, et ont pour ça bien étudié leurs clients et leurs goûts. Comme le font tous les commerçants sensés.
C'en est presque magique : je me demande comment on ne se lasse pas plus de cette information en continu, où le rapport temps passé-temps utile est vraiment médiocre. Sans parler du mal de tête à écouter en même temps qu'on lit, parfois deux ou trois textes en surimpression à la fois. Ni de la répétition : combien de fois une information passe-t-elle au cours d'une seule journée ? Et pourtant, il y s'en trouve pour la regarder en continu, l'info en continu.
En lisant quelques commentaires, on voit apparaître la belle illusion de l'objectivité "de l'image brute". Sauf que ça n'existe pas. BFM ne présente en aucune façon des images brutes, dont "chacun tire un enseignement selon sa propre culture". BFM, comme les autres, montre ce qu'elle veut, comme elle veut, assorti des commentaires, des témoignages, des prises de position, qu'elle veut. Et elle ne prend pas de recul. Or, c'est justement ça qui est intéressant dans l'information : l'après, ce qu'on peut en tirer. Et ça, BFM et Cie, même s'ils font semblant de le faire, à grandes doses "d'experts", au fond, ils s'en tapent.
La prof qui interprète les paroles d'élèves... Je suis prof, j'ai aussi "débriefé" mes classes lundi et j'ai pas du tout entendu ce qu'elle rapporte... J'ai vaguement l'impression qu'elle "fait dire" à ses élèves ce qu'elle voudrait qu'ils disent...

Plus loin (à 32.22) elle explique au directeur de BFMTV ce que sa chaîne devrait faire : recouper les sources, casser les rumeurs, etc... Heu...

"Le prof c'est l'ennemi....", heu....

Je n'ai rien contre cette dame, mais je ne comprends pas bien ce qu'elle représente si ce n'est elle-même.

In fine, émission assez intéressante pour le consommateur (qui se suppose éclairé) de BFMTV que je suis, même si ça tourne un peu trop au réquisitoire anti info en continu
C'est anecdotique, mais S Aram - l'humoriste dont la spécialité est de dénoncer tous les matins les "abrutis" de terroristes et les "gros cons du FN", dans la grande tradition de finesse "Charlie" - a déversé son fiel sur Hasna Ait Boulahcen, la cousine d'Abaaoud faussement présentée comme "kamikaze", et tuée lors de l'assaut de Saint-Denis.

Aram prétendant nous faire rire des "dernières paroles" de l'intéressée, cite le fameux commentaire "« jver biento aller en syrie inchallah, biento départ pour la turkie ! » et l'échange avec un flic qui lui demande "où est son copain" lors de l'assaut de l'appartement où elle répond à deux reprises "C'est pas mon copain".

Tout y passe: Aram emploi le mot de "gourdasse", souligne le "ridicule" de la réplique ayant un côté "télé-réalité", moque l'orthographe approximative d'une jeune femme, coupable d'"attentat" contre la syntaxe - dont tout ce qu'on peut dire en réalité est que c'était une paumée qui était au "mauvais moment au mauvais endroit" selon des sources policières, et qui n'aurait eu "aucun rôle actif dans les attentats", et certainement "sous pression" de son cousin.

http://www.itele.fr/france/video/hasna-ait-boulahcen-naurait-pas-eu-de-role-actif-dans-les-attentats-de-paris-144301

Le caractère "décalé" de la réplique moquée par Aram ne prête pas à sourire: la spontanéité de la réponse s'explique aisément par la panique, et l'instinct immédiat de se désolidariser d'Abaaoud face aux flics.

http://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/laissez-moi-sortir-lechange-entre-le-raid-et-hasna-ait-boulahcen/


Le document sonore, tronqué volontairement par Aram, n'incite pas du tout à rire, mais plutôt bien au contraire à plaindre la jeune femme: on y entend seulement quelqu'un de complètement paniqué, coincée dans un appart assailli par la police et entourée de mecs prêts à se faire sauter et elle avec.

Elle crie:
"-J'ai envie de partir
-Lève tes deux mains et tu fermes ta bouche
(échanges sur le "copain")
-Laissez moi sortir! Est-ce que je peux sortir!"

L'échange se passe juste avant l'explosion.


Moquer ainsi les derniers instants paniqués d'une personne dont tout porte à croire que la responsabilité dans la préparation des massacres est nulle - en dépit de l'aide logistique improvisée aux terroristes en fuite - est une une bien curieuse façon d'exprimer la dignité humaine...


Comme si la dégeulasserie terroriste ne suffisait pas, il faut que le service public matinal radiophonique en rajoute une couche dans l'abjection.

Merci France Inter.
je ne peux pas regarder BFM TV sauf exceptionnellement;
internet est mon moyen d'info,
je préfère l'info en différé en toute sérénité pour avoir du recul;
d'ailleurs je suis en décalé rapport à l'hystérie collective de course à ... et on jette;

une info me manque cruellement au sujet des ces événements :
est-ce que cette tuerie est une réponse aux bombardements sur l'état islamique ?
comment en est-on arrivé là ?
si on n'a ni réponse, ni solution à cette réponse,
l'imprévisible risque de se reproduire car le tout sécurité n'a jamais tout réglé;

une chose est sûre :
la France est en guerre ( la paix n'intéresse plus ? )
et
quel que soit le côté des belligérants, ce sont surtout les mêmes qui meurent
et c'est trop
Visiblement, @si cherchait à se payer BFMTV. Ça faisait trop longtemps, sans doute. Ce qui explique peut-être la mauvaise foi évidente de certaines questions. Dommage, je vous ai connus meilleurs.
J'en suis à la fin, et j'entends la prof qui prend BFMTV pour France3 Île de France...

Quelle méchante bêtise.

Qu'est-ce qu'on a à fiche des lignes de de bus ???? Mais fuck !
Raz le bol de l'arrogance de ces gens de Paris ou de banlieues qui se prennent pour le centre du monde.

BFMTV est une télé regardée partout en France.
Impossible de télécharger l'émission: le bouton télécharger lance l'émission en streaming !
J'ai du mal à comprendre ce que critique cette enseignante, autant pour Justine Brabant.
Ce que regardent les enfants/adolescents est de la responsabilité des parents et non de BFMTV. Il s'agit de faux procès.

Il est surtout question de censurer des images ou de les "présenter" de façon édulcorée, ou pire simplement de les orienter selon le bon vouloir des uns ou des autres. Les images brutes sont bien plus parlantes, chacun en tire un enseignement selon sa culture propre. C'est aussi ça la diversité.

Merci à BFMTV qui nous a apporté tous les renseignements qui nous manquaient sur internet.

Je précise que nous sommes passés rapidement sur cette chaine, (on regardait Les Noces de Figaro :-) pour vérifier des alertes tweeter.
Ce procès fait à BFM est ridicule et indécent.
Toutes les images, en famille, nous les avions vues sur internet, pratiquement en direct, avant de les voir à la télé. On a mis BFM en parallèle pour aprendre les détails (localisation précise, motivation, réactions...)
Il y aurait bien plus à dire sur le traitement totalement édulcoré par FranceTV , on est là dans la vraie propagande, aucune information n'est proposée sans une interprétation pervertie.

Effectivement nous n'habitons pas tous Paris. Et effectivement, la Tour Eiffel représente Paris.

Les questions posées au représentant BFMTV sont parisiennement orientées.
Depuis la province, c'est loin, et nous n'avons pas les mêmes pudeurs que vous, pas plus que si l'attentat se passait à Rome, à Dublin ou à Beyrouth.

Merci à BFMTV qui s'est conduite impeccablement ce soir là, et est une chaîne qui s'adresse à tous, et pas seulement aux habitants du XXIème et de la banlieue.
Juste pour rappel, une autre fausse information provenant du Raid et des autres polices et qui a fait l'objet de beaucoup de commentaires d'experts, c'est l'acte kamikaze d’une femme qui se serait faite exploser lors de l'assaut dans l'appartement de Saint-Denis. Je ne sais pas si BFMTV a démenti depuis.
C'est l"histoire d'un gars qui vend de la dope.

On lui dit vous savez monsieur, votre dope là, elle participe au mal-être de certains jeunes, certains deviennent parano, gobent n'importe quoi et d'autre font des crises d'angoisses.

On lui rajoute que sa dope est addictive (ce que tout le monde ayant un minimum de jugeotte et s'étant intéresseé aux écrans dans notre société confirme). Et le gars répond :"Ah bon? (admirer le niveau intellectuel du gars, DG d'une chaine d'info en continu que ne connait pas les méfaits des produits issues de chaine
) Ben faut pas la prendre ma dope. On m'en demande, j'en fabrique! Elemenetaire! Tant qu'y'a de la demande, même si elle pourri les jeunes, je la sors quand même.

Comment on fait pour dormir le soir en racontant ce genre de chose dans la journée?.

Je trouve qu'@si a appuyer la ou sa fait mal mais s'est contenté de réponse surfaites, évasives, répétives (marque de BFM; combien de fois il dit: on de l'info c'est tout).

A bientôt

PS: En janvier, j'ai eu le malheur de regarder BFM pendant quelques jours, pas cette fois ci, je dors mieux, j'y pense moins, je lis plus sur le sujet bref...
Plutôt que se gaver des chaînes ou de sites en continu, peut-être devrions-nous pendre au sérieux ce qu'écrivent les poètes et notamment les plus surréalistes d'entre eux. C'était il y a bientôt un siècle:

André Breton, dans le second manifeste du surréalisme:

"L'acte surréaliste le plus simple consiste, revolvers aux poings, à descendre dans la rue et à tirer au hasard, tant qu'on peut, dans la foule. "

Antonin Artaud, Le théâtre et son double:

« Avoué ou non, conscient ou inconscient, l’état poétique, un état transcendant de vie, est au fond ce que le public recherche à travers l’amour, le crime, les drogues, la guerre ou l’insurrection. "

Deuxième numéro de La Révolution surréaliste . La revue publie une enquête :

"Le suicide est-il une solution ?"
Bravo à ce professeur qui a su montrer combien certaines images sont néfastes aux gamins, selon le terme qu' elle a employé...
Je ne sais pas si cet épisode a déjà été mentionné, le frère d'une victime faisant (pour France3 Nord-Pas de Calais ?) un correctif vis-à-vis de médias reprenant de fausses infos : Charden Boumbas parle de son frère Ludovic, mort dans les attentats de Paris.
Concernant la vidéo mise en ligne par le "monde" et relayée floutée par BFM je dois dire perso que ce qui m'a le plus horrifiée, touchée est le son, les cris et particulièrement c'est appel continu d'un Oscar. tout mon imaginaire et mon affectif se met directement en route. Dans mon esprit cela devient un père qui appel son fils. son fils est-il avec lui? devant, plus loin, ou arrive-t'il? l'a t'il perdu en route? est-il touché par une balle? bref, cet oscar devient un peu mon fils. Ce moment m'a énormément marqué et je suis étonnée que l'effet produit par les cris, les paroles ne soient pas analysées? suis-je la seule à avoir été marquéé par cela? Maintenant encore j'espère que Oscar va bien même si cela peut paraître absurde.
Je suis très étonnée des commentaires extrêmement négatifs sur les réponses du DG de BFM.
Les questions étaient clairement " à charge" ( ce qui est tout à fait un choix possible pour @si), il est venu en sachant très bien où il venait, et il m'a semblé qu'il était au clair dans ses réponses.

Je n'ai pas la télé, donc je ne regarde ni BFM ni les autres chaînes, mais je comprends qu'une chaîne puisse choisir comme ligne éditoriale le direct, et non l'analyse. Je trouve normal qu'on lui reproche ses dérapages, surtout quand ils sont très graves, et d'ailleurs il ne les a pas niés.

Et quand j'entends qu'ils ont coupé et flouté la fameuse vidéo qui a buzzé ( filmée par un journaliste du Monde, depuis sa fenêtre), qu'ils ont gardé des informations pour ne pas entraver l''enquête ... j'y vois plutôt un progrès par rapport à ce qu'on a pu en dire après le 7 janvier.

Alors, sur la base de ce progrès, on ne va pas tout accepter et baisser les bras et considérer que leur créneau (" priorité au direct") est le bon ni le seul, ni cesser totue critique, mais je pense que beaucoup de gens s'informent par la télé et le direct, et je suis plutôt rassurée de voir une équipe qui mène une réflexion sur ses pratiques. Bien mieux que les deux autres canaux d'information cités dans l'émission.

Sur l'éventuel démontage des rumeurs, suggéré par la prof, j'ai vu plus haut mentionné l'effet Streisand, il me semble que ce n'est pas approprié.
Lorsqu'il y a des événements graves, il y a des rumeurs, ça, c'est factuel, c'est une info en soi, mais en parler juste pour dire que c'est une rumeur serait inutile.
Cependant, dans la mesure où ces rumeurs peuvent provoquer des paniques, des mouvements de foule, de l'inquiétude, si un média qui a une grande audience est en mesure de démentir la rumeur ( idéalement en prouvant qu'elle est fausse ), je ne vois pas en quoi cela pourrait faire enfler la rumeur, bien au contraire.
S'ils ne parlent des rumeurs que pour les démentir, il ne peut y avoir aucune confusion.

Et pour l'effet addictif, la chaîne n'est pas responsable, mais de la même manière qu'on informe le fumeur et le buveur et le joueur , aux moments où ils fument et boivent et jouent, des dangers d'addiction, je ne serais pas choquée que toutes les heures il y ait un petit clip obligatoire sur les chaines d'infos, pour rappeler aux téléspectateurs que le visionnage en boucle des mêmes images violentes n'est pas sans effet sur leur psychisme et qu'il est conseillé de ne pas se scotcher trop longuement devant son téléviseur.
Et un autre clip, toutes les 20 minutes, pour rappeler aux parents qu'il est préférable de leur expliquer les images qu'ils ont vues ( si on n'a pas su empêcher l'image de leur parvenir), ce serait pas mal aussi.
Ou alors le présentateur qui dit de temps en temps que la nature des événements en cours ne leur permet pas de garantir que toutes les images retransmises en direct seront adéquates pour de jeunes téléspectateurs ...

Il ne faut pas renoncer à l'information en direct s'il y a un besoin, mais s'efforcer de la cadrer (il me semble que ça a commencé à être fait, par la chaîne elle-même) et donner les moyens aux téléspectateurs de se ressaisir s'ils se font happer.
compagnie privé mais exploitant un bien publique (on appelle ca le 4eme pouvoir) ,tout comme la poste privatisé, comme les banques, comme les exploitants train en UK, tout comme le medical (remboursé par la secu, et donc payé par la collectivité pour un bien qui se doit d'etre egalitaire et exemplaire ) , comme les autoroutes en france etc etc .

Il y a des regles , un cahier des charges, et un role citoyen. Quelle decouverte pour BFM , vous n'etes pas la que pour engranger de la tune et vendre , mais aussi rendre au collectif en remplissant votre role d'exploitant privé d'un bien publique
Moi le seul reproche que je ferais à BFM ou à I télé c'est qu'ils n'ont pas d'étique sur les personnes qu'ils invitent pour commenter. J'ai été en colère de revoir la tête de Claude GUEANT et celle de Roger MARION qui feraient mieux de longer les murs plutôt que venir parader en s'affichant en spécialistes du terrorisme qu'ils ne sont pas compte tenu de leurs actions dans ce domaine (ex : les commentaires de Merah en direct de Guéant - sans parler de ses autresnombreuses casseroles - et la gestion calamiteuse de la crise en Corse suite à l'assassinat du Préfet par Marion) . Par contre il y a eu des invités qui semblaient bien savoir de quoi ils parlaient. Je pense qu'il vaudrait mieux rediffuser les interviews intéressantes au lieu de permettre à des individus douteux de s'exprimer.
Il est bien le journaliste de BFM.
Rusé, roublard, malin, il parle il parle il parle.
Et c'est parfaitement creux, insignifiant.
Il occupe du temps, comme une chaine d'info, l'important n'est pas ce qu'il dit (=rien) mais le flux ininterrompu du blabla qu'accompagnent des postures des gestes des trucs.
L'ère du vide, c'est le notre!
A remplir en continu.
béhèffème ? Connais pas.
Rencontre plutôt décevante.

A propos des "rumeurs" sur le net, aucun des intervenants ne mentionne l'effet Streisand.

Le boss de BFM a totalement raison de refuser de faire caisse de résonnance en démentissant des rumeurs de faible ampleur: ils y passeraient leur temps pour un résultat nul, voire contre-productif.

On retrouve encore l'inculture de Daniel et de ses collègues en matière de sciences humaines et psychologiques: omnubilés par leur propre métier, il pensent qu'en matière de vérité et de croyance, tout est question d'information juste et de démenti d'information fausses.
Si la qualité de l'information est bonne et garantie, alors la vérité et la justice s'emparera des esprits.
Cela conduit à totalement SURESTIMER la fonction journalistique dans ces affaires.

C'est voir le truc par le petit bout de la lorgnette: si les gens croient au rumeurs, c'est que leurs affects les PREDISPOSENT à cette croyance (ça les arrange psychiquement): vous pourrez offrir tous les démentis du monde, vous ne pourrez pas grand chose face au BESOIN de croire.


Pourquoi un grand nombre de jeunes de cité, comme en janvier, croient aux thèses de MANIPULATION?

Absolument pas parce qu'ils ont été intoxiqués par les réseaux, comme on le dit partout, mais parce qu'ils ont INTERET (sur le plan psychique et celui de leur RATIONALITE PROPRE) à y croire.


Le cas du faux "HEROS musulman" de Saint-Denis est typique: depuis janvier ces jeunes se sentent blessés et stigmatisés, et certains d'entre eux entrent immédiatement et spontanément en empathie - sans même y réfléchir, mais dès l'annonce du drame - avec ceux qui sont présentés comme les tueurs - et qui SONT effectivement des tueurs - qui leur RESSEMBLENT physiquement, par leur origine, et socialement (de jeunes arabes et noirs).

Or les jeunes interviewés qui croient dur comme fer à ces thèses - qui sont parfaitement représentatifs de cette minorité "silencieuse" - sont pour la plupart dotés du même sens moral que tout le monde et ne supportent pas plus que quiconque l'horreur des massacres: pour pouvoir rester en "empathie" avec ceux qui sont désignés comme les ennemis publics - et qui leur ressemblent - et pour conserver une forme de défense de l'image qu'ils ont d'eux-mêmes, ces jeunes gens développent des stratégies de CROYANCE:

-soit en des thèses qui dénient carrément la responsabilité des tueurs: c'est le complot et la machination, c'est-à-dire le DENI pur et simple des faits.
Le fonctionnement interne du déni est simple: ces terroristes que tout accuse, NOS SEMBLABLES, ne peuvent PAS avoir commis de tels crimes - puisque NOUS-MEMES n'aurions jamais fait une chose pareille. Ou alors si ils l'ont fait, c'est qu'ils ont été MANIPULES, DROGUES etc...

Le DENI est la forme de défense psychique la plus simple pour se protéger de pensées INSUPPORTABLES, lorsqu'elles menacent de SAPER l'image positive du MOI - absolument indispensable à la structuration psychique du sujet, en particulier chez les jeunes gens - dans un contexte où il est déjà largement affaissé (racisme anti-arabe, discrimination, mise à l'écart).

Le reportage de Mediapart à Molenbeeck est édifiant:

Abdel ne croit « pas du tout » ce qui tourne en boucle sur les chaînes d’information, sur les fils Abdeslam et le cerveau présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud, Molenbeekois bien connu, mort dans l’assaut lancé ce mercredi dans un appartement à Saint-Denis. « C’est des montages. Comment on peut tenir un coffee-shop et se faire sauter quinze jours après ? Comment on peut être Abaaoud l’homme le plus recherché du monde planqué en Syrie et revenir à Paris incognito en passant les frontières dans un contexte ultra-sécuritaire même en empruntant la route des réfugiés syriens ? », dit le jeune homme en prenant à témoin ses copains.

Tous lisent là « encore un complot de la Grande Puissance, l’Amérique, la France pour salir les musulmans ». « Si j’envoie par SMS à mon répertoire la question, "croyez-vous aux événements dont les médias nous matraquent depuis vendredi", 95 % va me répondre "Non" », assure sans ciller Samir, 28 ans et déjà dix de chômage.

"Salir les musulmans"...tout est là.
Et vous croyez que c'est en demandant à BFM de faire du démenti de rumeur qu'on changera quelque chosé?

-la rumeur du "faux héros" musulman de Saint-Denis procède exactement de la même problématique - mais de manière totalement inversée - en "inventant" un fait qui viendrait justement restaurer l"image des "musulmans".
D'une certaine manière, cette stratégie, tout aussi pathétique que celle du DENI, est plus positive, car elle en dit long sur l'etat de SOUFFRANCE psychosociale de ces jeunes gens - souffrance qu'il très est mal venu de souligner, et qui est constamment mise en balance par les gens de mauvaise foi avec celle des victimes du terrorisme, la seule qui mériterait d'être vue et entendue.


Il faut donc cesser avec cette idée complètement stupide de lutter contre "internet" et les "réseaux" qui diffuseraient les rumeurs les plus dangereuses.

Ces rumeurs n'existent et ne se diffusent que parce qu'il existe un terrain PSYCHOSOCIAL favorable à leur réception et à leur diffusion.
Pourquoi l'effet Streisand n'est-il pas mentionné ? Peut-être simplement parce que ce n'est pas le sujet ? Évidemment que l'effet Streisand se nourrit du phénomène de la rumeur, mais ce n'est pas pour autant qu'il est pertinent d'en parler dès qu'on évoque la rumeur qui se diffuse sur Internet. L'effet Streisand ne concerne que des rumeurs bien spécifiques, bien minoritaires par rapport à la quantité de rumeurs qui se diffusent tous les jours.

Dans cette émission, le professeur montre bien que ceux qui reçoivent une rumeur n'y croient pas forcément, et que le démontage de la rumeur peut être facile. Pour ces gens-là, toutes les opérations de démontage de la rumeur sont bénéfiques (elles ont été citées dans l'émission, les Décodeurs du Monde, Libération, le Figaro, etc). Et si cela est efficace pour les médias écrits sur Internet, pourquoi cela ne le serait pas sur la TV ? D'ailleurs il a bien été montré que BFM fait du démontage de rumeur au bout d'une certaine ampleur. Le nombre de tweets est un indicateur, mais cela n'indique pas le nombre de vue. L'argument de l'audimat est quand même l'argument rapide mais de mauvaise foi, car l'intérêt de l'info pour 100 % des spectateurs est souvent bien limité.

Et puis relayer une rumeur n'est pas forcément le signe qu'on y prête foi. La description du déni et de la croyance que vous faite Jarogne est très intéressante, néanmoins elle ne concerne pas tout le monde. Donc s'il faut parler de ce phénomène et évoquer ce terrain psychosocial, ce n'est pas en tant que solution ultime, mais seulement pour ceux que cela concerne.

Il n'y a pas les jeunes arabes d'un côté qui manipulent la réalité pour rester dans leur système de croyance, et les autres. La distinction est bien plus compliquée. D'ailleurs vous le dites bien en parler de terrain psychosocial, et en ne parlant pas d'ethnie, d'origine nationale, de race ou de religion pratiquée.


Et pour revenir sur cette réalité qu'est le terrain psychosocial favorable à la réception et à la diffusion des rumeurs, il faudrait dépasser le cadre de la fatalité et expliquer pourquoi ce terrain existe.

Parler de l'identité musulmane pour les terroristes est quasiment une aberration, continuer à en parler relève de la manipulation. Pourquoi parler et montrer la mosquée fréquentée il y a des années par certains terroristes ? Pourquoi ne pas montrer la boucherie qu'il fréquente ? Son coiffeur ? La mairie ? Il a bien été montré que l'embrigadement, ne se fait pas dans les mosquées, ou alors se sont des mosquées qui doivent immédiatement être démantelées.

Pourquoi la manipulation est une idée qui vient à la tête des gens ? On nous montre tous les jours que nous sommes manipulé, même pour des choses complètement banales.

Le travail du choix et de l'adoption des mots, tout comme le travail de sélection de l'information pour une chaine de TV comme BFM-TV, participe à la construction de ce terrain psychosocial. Observez les mots utilisés dans les autres chaines et les autres médias. Observez les sujets abordés dans les autres chaines et les autres médias. Toutes ces différences ne sont pas anodines, elles révèlent comment est créé ce terrain favorable à la rumeur, même si bien sûr il ne faut pas regarder que les médias.

Mais les médias restent le sujet du traitement de @SI.
depuis janvier ces jeunes se sentent blessés et stigmatisés

Si ce n'était que depuis janvier...
Hélas, ça doit faire 15-20 ans que ce sentiment s'est transformé en conclusion chez toute une partie des dits "immigrés de n-ième génération" ou plutôt des étrangers perpétuels pour cause de patronyme, couleur de peau, religion etc., conclusion que leur étrangeté est inscrite structurellement dans la mentalité française, que "assimilation" signifie digestion dans un sens quasi-physique : se faire mordre, broyer, avaler, dissout et trié en parties "assimilables" et déchets, et s'entendre dire à l'occasion qu'on n'est pas un aliment sain, qu'on est difficile à assimiler, faisant du mauvais gras pesant sur les comptes sociaux voire provoquant des cancers.
Ce petit topo psychologique correspond tout à fait à ce que j'ai pu observer autour de moi. Je nuancerais 2 points:
-cette tentation ou ce réflexe du "déni" est un phénomène ancien qui s'est largement répandu après le 11 septembre, encore favorisé ces dernières années par l'ultra-connexion mondiale aux réseaux sociaux. Aussi me semble-t-il nécessaire de lutter, pas "contre" mais "sur" internet notamment pour faire émerger des récits plus positifs, plus émancipateurs... Malheureusement on a l'impression aujourd'hui que la guerre de civilisation théorisée par certains a été intégrée par tous, et qu'on n'autre choix que de se situer à l'intérieur de cette guerre-là, on est soit allié, soit ennemi, on est occidental ou on est anti-occidental, selon des termes choisis par les pires stratèges de chaque camp. Il est urgent de dire que continuer d'encourager cette vision binaire est un désastre; on ne lutte pas efficacement contre les va-t-en guerre occidentaux en encourageant les va-t-en guerre d'en face. Et par va-t-en guerre d'en face je ne parle pas des terroristes, je parle de tous ceux dont le discours consiste à identifier martialement la victime à défendre (c'est nous!) et le bourreau à abattre (c'est eux!), assignant à résidence identitaire les uns et les autres, construisant un monde figé où les échangent s'appauvrissent, deviennent impossibles...
-c'est un "phénomène" qui ne touche pas que les jeunes paumés, il prospère aussi, d'une manière plus nuancée, plus conflictuelle (au niveau intime) dans la génération précédente, éduquée et à priori plus critique, marquée notamment par l'engagement français dans la première guerre du Golfe.

Tout ça m'attriste énormément.
Donc le Liban, la Russie et le Mali sont occidentaux. Position originale.

Je trouve malheureusement pas original du tout de décrire des phénomènes sur une période inférieure à 15 ans. Ça donne tellement l'impression du saut générationnel, de l'indépendance du monde de maintenant par rapport à celui d'hier.
Rien compris à votre post. C'est voulu ?
""Ces rumeurs n'existent et ne se diffusent que parce qu'il existe un terrain PSYCHOSOCIAL favorable à leur réception et à leur diffusion.""
*****************
BRAVO, BRAVO, BRAVO !

Il y a 15 ans, sur les forums du Monde - post 11 sept 2001, je disais précisément que la tournure que prenait les réactions politicomédiatiques nous mènerai à ça!

15 ans d'oppression (le mots n'est pas trop fort) pernicieuse sur un groupe social de la nation.
Ensuite on leur fait la pub sur l'horreur du martyr et bla bla bla.
Résultat: nihilisme!

Ils ont prêt à mourir car n'ayant rien à perdre.
Et vous?
Excellente émission. Constructive grâce aux propositions de cette enseignante en contact direct avec les enfants (mise en valeur des informations positives de la société civile, démontage des rumeurs...). On a senti que le directeur de BFM était sur la défensive et même de mauvaise foi lorsqu'il nie l'importance des réseaux sociaux mais on le sent cependant à l'écoute des critiques. Quant au journaliste de l'AFP, il est utile pour montrer la différence entre une chaîne assoiffée de scoop et un organisme qui tend à délivrer les informations références.
Bravo à @si pour son casting et ce débat éclairant.
Quand les armées d'un pays font la guerre quelque part, ce pays est en guerre.
La guerre, ce n'est pas seulement quand la riposte atteint le pays.

La France est en guerre depuis des années, sauf que l'objectif de la guerre est soignement camouflé.
Oh, celui ci n'est pas secret. Il est seulemnt caché derrière des paravents dont la propagande nous abreuve depuis des décennies.

Le but de la guerre est simple.
Pour nous même et par le jeu des alliances que nous avons choisis, nous essayons d'assurer la pérénité nos approvisionnements en ressources énergétiques.
En Afrique, notre terrain de jeu historique, au Moyen Orient pour défendre les Saoud pour le compte des USA, qui par l'attrition qu'ils subissent, ne sont plus en mesure de le faire eux mêmes.

La seule question est : est ce bien l'intérêt de tous citoyens qui est défendus dans ces opérations de prédations ou seulement celui de l'oligarchie. Parce que si on cache le but de la guerre au peuple, c'est peut être qu'il n'y trouverait pas son compte si on le lui dévoilait.

Le monde se clive maintenant clairement en deux camps: celui des dit "occidentaux" comprenez vassaux et alliés de l'Empire déclinant USA et celui des Restes du Monde qui s'organisent autour des poles Russes et Chinois et celui des Américains du Sud.

Les carottes sont cuites pour "l'Occident".
Nous sommes dans le camps des perdants idéologiquement, économiquement, philosophiquement, moralement et même militairement - Ne vous fiez pas aux illusions. Quand on veut faire la guerre avec des prothèses c'est qu'on n'a plus de membres.
Le grand jeu de nos gouvernants est de savoir qui sera debout le dernier du camp "Occidental". D'ou la cacophonie politique des tentatives d'unité de discours et d'action.
En face nous avons des gens déterminés à ne plus se laisser marcher sur les pieds et la déliquescence des sociétés "occidentales" leur permet de porter maintenant leurs coups, avec une énorme économie de moyen, en plein coeur de ces sociétés.
Nous faisons donc une guerre qu'on ne peut pas gagner.
La solution?
Ecouter la population de ce pays.
Lui dire la vérité de la situation.
S'occuper de son bien être sur un modèle qui tient compte de la situation de la planète.
Et pour se faire, ramener nos troupes à la maison.
Autrement, la victoire inatteignable va conduire à son résultat politique classique la chute du régime qui a perdu la guerre.
Arrêter une guerre qu'on ne peut pas gagner n'est pas la perdre, c'est du bon sens. Parce que l'attrition que nous subissons nous destine au même avenir que les USA: la chute et la fin.
La désinvolture et la légèreté des réponses du directeur de BFM sur les questions précises de Justine Brabant et Daniel Schneidermann (pourquoi le choix du terme "terreur", pourquoi le choix de la tour eiffel, est-ce qu'il existe un code de conduite éthique à BFM pour la diffusion des images etc...) me fait l'effet d'un amateurisme total relativement à la responsabilité médiatique de cette chaine étant donné son audience et son poids dans la fabrique de l'opinion.

Le directeur de BFM répond aux questions par une seule réponse : "le bon sens".

Ce niveau de réflexion sur son propre travail est assez effrayant. Nullité et incapacité à penser sont les 2 choses qui me viennent à l'esprit lorsqu'on l'entend répondre.

Et en même temps ce n'est pas le hasard que BFM soit le théâtre des lieux communs, de la pensée dominante et de la perpétuation à jamais de la voix de "l'opinion publique".

En tout cas, une chose est sûre, l'orchestration de la pensée dominante ne se fait pas dans le cerveau du directeur de BFM, bien trop étroit pour qu'elle puisse s'y développer rationnellement...
Mes amis !

Heureusement, que des médias, tels BFM ou RMC existent !

Ecoutons les, c'est la Vérité !
Tribunal anti BFM TV qui n'apporte rien,
ils ont fait du bon travail, vous l'avez vous même reconnu,
aucun argument valable, et ça se sent dans la manière dont est tournée l'interview avec Justine et Daniel vos "ah bon ?" "Ah oui mais pourquoi?" "vous êtes bien sur ?"

oui une image en mouvement est préférée à la télé, oui ils quasi-découvraient les images le 13, et oui les gens voulaient du direct pendant toute la semaine, ils leurs en ont donné.

Surtout non leur travail n'est pas de démonter les rumeurs au risque de les partager indirectement. (l'effet Streisand c'est vous qui me l'avez enseigné)

j'ai suivi le "live" du monde, et je continue de le faire, qui refusait absolument de parler des infos non vérifiées, même s'ils étaient harcelés de questions par les internautes -qui forcément jonglaient avec twitter- et bien bravo, je sais maintenant qu'une info venant de ce media, est sure, et j'ai l'impression que c'est le travail qu'a essayé de faire BFM.

Enfin, on est le 20 novembre, vous n'aviez vraiment aucun autre angle d'approche sur la semaine écoulée ? je dois reconnaitre que j'attendais avec impatience votre oeil et votre analyse sur cette semaine difficile, et bam, des gros sabots face à BFM comme au bon vieux temps, c'est une occasion ratée pour moi.

Camille
Donc,

52:00 : Divulguer la position d'otages pendant une prise d'otage est une banale "connerie". Promis on le refera plus.

Merci monseigneur, merci beaucoup, d'ailleurs j'aurais aimé vous baiser les pieds.

Il se fout de qui le type là? Une "connerie"? Il se rend compte de ce qu'il dit?
Bonsoir,

Pause à 23:51 (à défaut de l'avoir vu avant).

Le chef de BFM tv porte :
- un pull gris sur une chemise grise très neutre.
- une paire de lunettes tendance bobo (cadre noir bien voyant, c'est la mode).
- un jeans.
- des Dr. Martens montantes.

Les chaussures me titillent. Si j'étais un journaliste de BFM tv, j'irais quand vérifier que son entourage n'est pas lié à des groupuscules d'extrème-droite. J'en ferai bien deux ou trois heures de direct, histoire d'être sûr.
Dommage d'avoir transformé l'émission en tribunal anti-BFM TV.

Personnellement je ne regarde pas BFM TV et leur traitement des attentats ne m'intéresse pas.

J'aurais préféré un débat sur les pseudo experts sur le terrorisme qui vendent la peur et leurs livres et sont invités en boucle sur les plateaux télé :

- Xavier Raufer (qui croyait que les attentats de Madrid en 2004 avaient été fait par l'ETA...).

- Alain Bauer qui est proche des gouvernants depuis l'accession de Sarkozy au ministère de l'intérieur en 2002 et donc responsable du naufrage du renseignement territorial (suppression des RG en 2007).

- Pierre Martinet (condamné par la justice pour avoir planqué de la drogue dans le scooter de Bruno Gaccio et ayant travaillé pour les services de renseignement américains en Libye (via Pierre Marziali) mais toujours invité dans les médias. Sans parler de ses idées politiques proches du Front National).

- Roland Jacquard (qui brandissait un manuel du langage de programmation C++ comme manuel du terrorisme sur le plateau de "C dans l'air").

- Jean-Paul Ney (condamné à de multiples reprises par la justice pour harcèlement, menaces ou incitations à la haine mais toujours invité dans les médias).

- Eric Dénécé dont le seul fait de guerre est d'avoir fait des photocopies aux Invalides. Il se trompe sur tout (il ne savait pas que General Electric avait racheté les turbines des sous-marins nucléaires il y a des années à Areva et pas en 2015 à Alstom) et était payé par Alger et Kadhafi.
Il était encore invité de "C dans l'air" cette semaine

- Dounia Bouzar qui produit de la bouillie intellectuelle en comparant le nazisme à l'islamisme et en vivant des subventions du ministère de l'intérieur contre la déradicalisation.
Rue 89 l'avait démasquée dans un article.

J'en oublie...

Parlez et invitez les vrais pros :
- Yves Trotignon (ancien de la DGSE et blogueur)
- Bruno Delamotte PDG de Risk & Co
- Myriam Benraad
- Claude Guibal
- Olivier Chopin
- Henry Laurens
- Sonia Le Gouriellec
- Pierre-Jean Luizard
- Michel Goya (ancien colonel)
- David Thomson que vous avez déjà invité
- Wassim Nasr que vous avez déjà invité aussi
- Gilles Kepel
- Joseph Henrotin
- Maya Kandel
- Vanessa Descoureaux
- Adrienne Charmet-Alix
- Soren Seelow
- Jean-Luc Marret
- Luc Mathieu
- Jean-Charles Brisard (ancien honorable correspondant de la DGSE)
- Romain Mielcarek (journaliste défense)
- Olivier Schmitt
- Gaïdz Minassian
J'ai commencé à regarder l'émission cette semaine et j'ai arrêté au bout de deux minutes.
Il y a peu de temps, j'ai eu le plaisir de voyager en Italie. Je ne parle pas Italien.
Ce qui m'a permis de découvrir le son d'une langue, d'apprécier chaque lettre de chaque mot, de découvrir l'élocution distincte et sensuelle d'une langue. Et d'arriver à comprendre le sens des mots et mème tenter d'en employer pour m'exprimer. Une expérience tellement délicieuse et pénétrante que je la conseille à tout le monde. Aucune risque d'abus quand on apprend une langue d'une manière si agréable.

Maintenant, quand j'entends une personne qui parle une langue que je parle, je suis plus attentif à 'élocution.

Que certain/es à l'antenne préfèrent cultiver des "billes dans la bouche" à l'instar de Pygmalion, ou souffre de désordres morphologiques, je suis sensible... mais quand je ne comprends pas le bouillie qui en sort ou c'est tellement pénible de me concentrer pour décrypter je me demande - "pourquoi l'autre à l'antenne ne fait pas l'effort d’être comprises?" ou alors "c'est un cas psy ?" - que je préfère me jeter... dans une autre activité.

Des cours d'élocution svp pour ceux et celles qui passent à l'antenne serait un signe de respect envers ses abonnés.

Amitiés professionnelles
J'ai arrêté de regarder cette émission après 20 '. Je n'y apprend rien. Si vous avez une télévision chez vous, dans un telle circonstance vous regardez LCI, ITélé ou BFM TV, avec forcément les même images. Aucune de ces chaines en continu ne veut lâcher l'affaire étant en concurrence dans ces circonstances avec toutes les autres chaines. Au téléspectateur de savoir arrêter, au delà de l'émotion, le maitre-mot. Personne ne vous oblige à rester scotché des heures devant le poste. Quelle est la solution ? Supprimer ce type de chaîne ? N'intervenir en direct que lorsqu'il y a du nouveau et passer entre temps un sujet magazine (que personne ne regardera) ?
La déconstruction des médias atteint ici sa limite. L'info en continu en télé est un produit vendu aux annonceurs, ce n'est pas nouveau.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.