Mon point de vue de taupe, sur la taupe Mitterrand
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Mon point de vue de taupe, sur la taupe Mitterrand

La mauvaise vie, dans le texte

Réservé à nos abonné.e.s

Il paraît que nous n'en avons pas terminé avec le "problème Mitterrand" - oui, je sais, désolée.

Mais c'est Christophe Barbier qui l'a dit, lundi. Moi comme je n'aime pas les problèmes qui traînent, j'écris cette chronique. Et là, votre problème, c'est qu'on vous parle ENCORE de Mitterrand - je sais ; mais j'ai mes raisons et quelques excuses (j'y viens).

Revenons au problème tel que formulé par le directeur de la rédaction de l'Express : le "problème-Mitterrand", donc, c’est qu’aucun média n’ait songé, au moment de la nomination du bonhomme au Ministère de la Culture, à "relire son livre",...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Coulibaly : l'erreur de calcul de Finkielkraut sur France 5

"J'espère que vous n'allez pas me pendre pour ça..."

"Un écrivain a tout intérêt à faire la guerre"

Julien Gracq, et la débâcle, évoqués par Debray et B. Boie

Le groupe Flammarion "couvre" le plagiat de PPDA

Risée (presque) générale des humoristes et de la presse

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.