Médiums : M6 en a trouvé des bons !
Plateau télé
Plateau télé
chronique

Médiums : M6 en a trouvé des bons !

Chronique incluant un tuto pour se connecter avec l'au-delà

Le fils de Clémence avait 6 ans, celui de Stéphanie en avait 15. Décédés brutalement, ils ont tout de même gardé un lien avec leurs mères en les appelant de temps en temps. Le numéro est légèrement surtaxé (110 euros de l'heure), mais la détresse n'a pas de prix. C'est un bon business, la souffrance de l'autre. Les médiums, censés communiquer avec les morts, l'ont bien compris, mais pas forcément M6. Car la chaîne a réussi le tour de force de consacrer un reportage à cette "profession" en dénonçant les arnaques sur internet et par téléphone, à la différence des médiums "qui semblent avoir un don". Qui semblent avoir un don ? Oui, grâce à l'émission 66 minutes, vous allez faire la différence entre un bon et un mauvais médium. Une enquête "journalistique" surréaliste que nous avons légèrement complétée.




"Rentrer en contact avec un être cher disparu. C’est le souhait de bon nombre d’entre nous, mais entre les profiteurs du malheur des gens et ceux qui semblent avoir un don, difficile de faire son choix". Difficile oui. Car comme le dit Xavier de Moulins, face à un médium, "l'expérience peut s'avérer troublante et surprendre les esprits les plus cartésiens. Mais évidemment, des arnaques existent". Evidemment. Alors M6 va vous aider en vous présentant trois bons médiums.

 

La première s'appelle Anne. "Par définition, [un médium] possède un don, celui de parler aux personnes décédées. Les mediums travaillent à partir de photos mais ils peuvent aussi avoir des flashes. Un peu comme une antenne, branchée sur l'au-delà, ils reçoivent des messages instantanés envoyés, selon eux, par les défunts", explique sobrement M6.

Anne reçoit Stéphanie, qui a perdu son fils Lucas.

 

La séance est censée durer une heure, pour la modique somme de 110 euros, mais on en verra très exactement 47 secondes (hors interview de la médium et voix off). Un extrait troublant, un client conquis, une médium convaincante et une voix off bienveillante : c'est le schéma de ce 66 minutes.

Avec une simple photo, Anne va deviner que le fils de Stéphanie a eu une maladie deux ans avant sa mort (extrait troublant). "C'est particulier, comme ça, à chaud. Je suis très contente d'être entrée en contact avec Lucas, j'étais sûre qu'il serait là", répond la mère (client conquis). "Je donne tout ce que je peux avoir en information à lui donner, répondre à ses questions et elle repart avec des clés", confirme Anne (médium convaincante). "Les messages vont s'enchaîner, sans vraiment de liens. A travers la médium, le fils parlerait à sa mère. Pour Stéphanie, pas de doute, Lucas est bien en train de communiquer, assure la voix off bienveillante. Ces consultations rapportent beaucoup d'argent dans un secteur ou règne le flou artistique. Aucune autorisation préalable n'est requise, la profession n'est pas interdite, mais elle n'est pas non plus réglementée et les arnaques pullulent, notamment sur internet". Alors que si la profession était plus réglementée, les médiums comme Anne ne serait plus assimilés aux médiums arnaqueurs d'internet.

 

Fin de la séquence Anne. M6 n'ira pas plus loin. Pourtant, avec quelques recherches, 66 minutes aurait pu compléter le portrait de cette médium. En allant sur son site par exemple, on apprend qu’une de ses spécialités, ce sont les "questions immobilières" : "Quel bien acquérir ? Pourquoi se vend-t-il ? Pourquoi à l’inverse un bien ne se vend il pas ? Quelles sont les problématiques humaines, énergétiques, invisibles liées à un lieu de vie ? Des clefs importantes à travers une lecture médiumnique de la problématique d’un bien immobilier".

La Stéphane Plazza de l'au-delà travaille également pour BLTV, un média "libre et sans Pub qui propose la plus grosse audiothèque et vidéothèque sur... accrochez-vous... "le paranormal", "les ovnis" et le "mystère des pyramides". On sent que c'est solide. Pour le compte de ce média, elle a notamment participé à l'émission "une médium face au crime".

 

Objectif d'un des épisodes ? Eclaircir "le mystère de la mort de Michael Jackson". Euh, on le sait, non ? Il a juste eu une surdose de propofol, un puissant anesthésiant ? Eh bien, pas tout à fait, figurez-vous que son histoire tragique était écrite dans ses chansons (comme "thriller" ou "bad"). Pour ceux qui ne parlent pas anglais, Jackson n'avait aucune chance de vivre très longtemps, ce sont des chansons sombres. Solide. Anne a également animé une libre antenne pour faire parler les morts. Si si, avec une simple photo, la doc & difool des cimetières peut vous parler de vos défunts. On ne vous garantit pas la qualité de la connexion avec l'au-delà mais dans cet épisode, elle a par exemple deviné qu'une vieille grand-mère bretonne... parlait breton. Un vrai sixième sens.

 

Henry, le deuxième bon médium

Le 2ème médium de 66 minutes s'appelle Henry. M6 le suit lors d'une de ses conférences lucratives : 200 personnes ont payé 15 euros (soit 3000 euros la conférence, pas mal) pour espérer un contact avec l'au-delà.

Parmi les personnes qui ont fait le déplacement, Clémence et Valérie ont respectivement perdu un et trois enfants. Elles espèrent pouvoir leur parler.

Le médium à la fine moustache se concentre devant l'assistance. Suspense...



"Henry reçoit un premier message de l'au-delà. Une voix lui parle de quelqu'un dans l'assemblée, embarrassé par une urne funéraire", annonce la voix off. "C’est quelqu'un dans l'assemblée, qui, a priori, a les cendres d'un être cher et qui ne sait pas quoi faire", explique le médium. Prudent, il va brasser plus large : "ou alors c'est quelqu'un de proche de vous qui parle de ça, qui se demande si elle doit les garder ou les mettre quelque part ces cendres. C'est assez curieux mais bon. Est-ce que ça peut évoquer quelque chose ?" Jackpot ! Une femme (en pleurs) lève la main et explique qu'elle ne sait pas quoi faire des cendres de son petit garçon.

A la fin de la séance, la voix off bienveillante conclut : "Alors ce médium, communique-t-il vraiment avec l'au-delà ? Impossible de vérifier. Au cours de cette séance publique, aucune personne de l'assemblée n'a remise en cause son travail". On ne peut pas vérifier, mais tout le monde le croit. Belle conclusion.

M6 aurait pourtant pu pousser l'enquête un peu plus loin. Les 200 personnes de l'assistance ont forcément perdu un être cher. Sachant que la part de l'incinération représente 32% des obsèques en France, ça lui faisait 64 possibilités. Et comme généralement, l'urne funéraire n'est pas l'objet le plus tendance dans son salon, il y a de fortes chances qu'on soit un peu embarrassé par l'objet. Pas besoin d'être médium pour aboutir à cette conclusion.

Et surtout, comme dans le cas de la première médium, M6 n'a diffusé que 58 secondes de la conférence (hors interview du médium convainquant et des participants convaincus). Or, avec quelques secondes de ces interventions, on peut très bien démontrer le contraire de M6, c'est-à-dire l'incompétence du médium. Illustration avec le cas de cette femme dans une autre conférence d’Henry Vignaud filmée par D8 : le médium va partir sur une mauvaise piste et s'enfoncer dans son erreur. Admirez comment Vignaud va retomber sur ses pattes...

 

Bruno, le médium de la rue et des stars

Le troisième bon médium s'appelle Bruno. Sa spécialité ? Pratiquer son activité dans la rue ou auprès de célébrités. Même principe que pour les deux précédents : M6 va tester le médium, cette fois avec une journaliste de l'équipe (qui est sceptique), mais en n'en montrant que quelques secondes. La voix off bienveillante fait le reste : "Aurélie n’a pas changé d’avis sur les médiums… mais cette expérience l’a troublée".


Expérience troublante, c'est le mot qui revient sans cesse dans le reportage. Alors quelle est la technique de Bruno ? Face caméra, il explique sa manière de travailler : c'est un jeu de questions/réponses. "Il faut des validations. Dans mon travail, les validations sont indispensables parce que dans ce domaine-là, si on n’a pas des validations, on va commencer à tergiverser et puis après, on part sur des histoires de fantômes", assure Bruno.

Et dans ce jeu de questions/réponses, Bruno a tendance à poser souvent les mêmes questions :


Ca vous dit quelque chose un prénom en S ? Vous avez perdu votre grand-mère ? Un de vos ancêtres est lié à la guerre ? Il y a quelque chose par rapport à votre pied ?

Mais pourquoi le médium pose-t-il souvent ces questions ? Réfléchissez deux minutes, un peu plus que les journalistes de M6 qui ont réalisé le reportage. Ca y’est ? Vous l’avez ? Ces questions fourre-tout marchent en fait à tous les coups. Et quand ça ne marche pas, il suffit d’élargir un peu la question. Du genre : si ce n'est pas vous, peut-être un de vos proches.

 

Tuto "bon médium" : les 4 questions qui marchent à tous les coups

Ca vous dit quelque chose un prénom en S ?
Vous avez perdu votre grand-mère ?
Un de vos ancêtres est lié à la guerre ?
Il y a quelque chose par rapport à votre pied ?


On a fait le test (véridique !) avec quelques collègues de bureau, Bidule et Bidulette (ils ont requis l’anonymat). Un prénom en S ? Solange, c’est la mère de Bidule. Et Simone, c’est la grand-mère de Bidulette. Quelque chose au pied ? Bidulette s’est cassé le pied. Bidule en a de très grands. Quelqu’un lié à la guerre ? Trop facile, avec deux guerres mondiales, vous n’aurez pas besoin d’aller bien loin pour retrouver un ancien combattant dans votre famille. Quant à la perte de la grand-mère, si vous vous adressez à un trentenaire, c’est quasiment du 100% : il en a forcément perdu une. Faites le test autour de vous, vous verrez, ça marche quasiment à tous les coups. Il suffit de vous concentrer un minimum en mettant les mains sur les tempes (ou pas) et ça devrait marcher. Pour une raison simple : si les journalistes de M6 avaient lu, ne serait-ce que la fiche wikipedia “Medium”, ils auraient pu évoquer le “scepticisme scientifique” à l’égard des médiums. Lesquels usent et abusent de ce qu’on appelle la “validation subjective”. En clair, ils arrivent, en quelques questions, à donner du sens à des détails insignifiants (un prénom, un problème au pied, une grand mère décédée). C’est en fait les clients qui valident et orientent les médiums. Lesquels guettent le moindre signe de validation pour avancer dans leur récit.

Que vous y croyez ou pas, ce minimum de réserves ne figurait pas dans le reportage de 66 minutes. Qui finissait sur cette conclusion de la voix off : “Malgré la reconnaissance de certains médiums, les arnaques sont encore très nombreuses. Il faut se méfier du démarchage par téléphone, des sites internet”. Et des reportages foireux.

 

 

________________________________________________________________________

♦ Les devinettes de Médium ♦

1. Que dit Henry Vignaud, quelques minutes avant sa conférence filmée par M6...

a - "Je stresse un peu, car je n'ai aucun don"

b. "J'ai le trac, mais ça vaut la peine, ces familles sont en souffrance"

d. "J'ai le trac comme au premier jour"

 

 

2. D'après vous, quelle émission télé a repris un extrait du reportage sur les médiums ?

a. L'info du Vrai

b. 19h Le Dimanche

d. Morandini Live

Les réponses sont données le dimanche soir, à 20h, sur mon compte Twitter
(Le gagnant(e)s aura le droit à une communication gratuite avec l'au-delà)

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Facebook veut-il faire de l'ombre aux medias ?

Les pages des entreprises et médias reléguées sur un onglet secondaire dans six pays

Faux clowns : M6 déprogramme une enquête après des soupçons de bidonnage

Aux US, les allers et retours entre réalité et fiction

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.