Fact-checking télé : petits et grands, méfiez-vous des jaunes et des bleus !
Plateau télé
Plateau télé
chronique

Fact-checking télé : petits et grands, méfiez-vous des jaunes et des bleus !

Offert par le vote des abonné.e.s
Ouh là là, toutes ces fake news sur l’Internet. Déjà que les jeunes étaient perméables à ces fausses infos, voilà qu’on vient d'apprendre que les plus de 65 ans partageaient sept fois plus de fake news que les jeunes sur Facebook. Forte de ce constat alarmant, la bonne vieille télé a décidé de réagir : les 20 heures de TF1 et France 2 viennent de lancer leur rubrique de fact-checking (ça, c’est pour les vieux). France 4 diffuse depuis novembre 2018 l’émission “Escape News”, un escape game qui permet à des adolescents de “déjouer les pièges de l’info” (ça, c’est pour les jeunes). Des initiatives pour petits et grands qui, sous couvert de fact-checking, désignent toujours les mêmes méchants : les bleus et les jaunes. Vous voyez de qui on parle ?

On va enfin avoir de l’info vérifiée à 20h. “Comment combattre les rumeurs, les manipulations, les infox à l’heure où elles se propagent à une vitesse folle sur le net”, s’est demandée Anne-Sophie Lapix.  Avec une rubrique de fact-checking.

Depuis le 4 février, le JT de France 2 diffuse une séquence hebdo baptisée “Faux et usages de faux”. Du fact-checking avec un écran et un journaliste debout :

Objectif ? “Essayer de vous donner les outils, conseils pour traquer les fausses informations”, explique le journaliste Clément Le Goff. Louable mission du service public.

Cinq jours plus tard, c’est le 20 heures de TF1 qui a dégainé sa nouvelle rubrique, en partenariat avec AFP Factuel (la rubrique fact-checking de l’AFP). Avec les mêmes ingrédients : un écran et un journaliste debout...

Les méchants bleus et jaunes

Alors qu’est-ce qu’on fact-checke à 20 heures ? Les méchants.

Et les méchants, ce sont les bleus :

Et les jaunes :

Oui, pour leur première rubrique de fact-checking, TF1 et France 2 ont eu la même idée : s’attaquer aux fausses infos propagées par les gilets jaunes sur les réseaux sociaux. Et pas n’importe quelles fausses infos : celles qui accusent les forces de l’ordre (dont le comportement exemplaire est connu de tous nos abonnés : ici, ici, ici, et encore ).

Un hélicoptère aurait lancé des grenades lacrymogènes sur des gilets jaunes ? C’est “faux”, explique le journaliste de France 2.

Un journaliste de France 3, présent sur les lieux, confirme que les gaz étaient lancés par les forces de l’ordre au sol. “Moralité, regardez bien quelles sont les sources d’information et comparez avant de partager”, conclut le journaliste. Oui, regardez bien ce que vous regardez les vieux (rappelons que la moyenne d’âge des téléspectateurs du 20 heures de France 2 est de 60 ans…).

La semaine suivante, le 11 février, France 2 choisit de traiter encore de fake news sur les forces de l’ordre : “On a vu surgir sur internet, au cours du week-end, de nouvelles accusations, des mises en cause des forces de l’ordre et une photo que l’on va passer au scanner de “faux et usages de faux”, explique Lapix dans son lancement.

Sur la photo en question, trois hommes en noir brisent une vitrine. Le commentaire sur Twitter indique qu’il s’agit de policiers déguisés en casseurs pendant les manifestations de gilets jaunes.

En réalité, le journaliste en plateau explique qu’il s’agit d’une photo prise en février 2015 lors d’une manifestation de zadistes à Toulouse (ah oui, on a failli oublier ces méchants-là, les zadistes).

Du côté de TF1, même obsession. Le 9 février, pour la première rubrique fact-checking du 20h, Anne-Claire Coudray avait l’embarras du choix puisque cette rubrique est en partenariat avec le service fact-checking de l’AFP. Lequel traite de sujets assez variés (c’est ce qui fait aussi le charme de ces fake news) :

Mais rien de tout cela sur la chaîne de Bouygues. “Chaque semaine, en collaboration avec l’AFP, nous allons déconstruire une fausse information, explique Coudray. Ce soir, elle concerne la délicate question des blessés lors des manifestations de gilets jaunes, il y en a eu des dizaines mais le sujet est tellement sensible qu’il a aussi donné lieu à de nombreuses manipulations”.

La “délicate question des blessés”… Va-t-on parler des bavures policières ? De l’usage très controversé des LBD ? Raté. TF1 va évoquer “la guerre des images sans limite” qui “dépasse largement nos frontières”... en s’appuyant sur un post qui a circulé chez les méchants jaunes (si crédules) grâce aux méchants bleus (Facebook, Twitter et leurs amis).

Sur ce post comportant cinq photos, la plupart des clichés n’ont aucun lien avec des violences policières contre les gilets jaunes. L’une des photos vient de Catalogne et une autre d’une manifestation de 2016, lors de la Loi Travail...

C'est donc ça le fact-checking de JT : débunker les accusations des gilets jaunes contre les violences des forces de l’ordre pour contre-carrer les vilains réseaux sociaux qui propagent des fake news (à la différence des médias mainstream, forcément exemplaires).

Et puisqu’aucune de ces rubriques n’apporte de “conseils”, ni “d’outils” pour vérifier les infos, contrairement à la promesse de France 2, leur apport se limite à du pur débunkage de fausses informations. Mais alors pourquoi celles-là ? Pourquoi ne pas traiter des fake news propagées par les politiques ? De la minimisation des violences policières ? Ou des arguments biaisés pour justifier la loi anti-casseurs ? D'autres fact-checkeurs ont fait pourtant ce choix-là. 

fact-checking de contre-pouvoir vs fact-checking de jt

Sur France 5 et BFMTV, les pionniers du fact-checking (Décodeurs du Monde et Checknews de Libé) ont leur propre rubrique. Ces dernières semaines, ils ont aussi traité des gilets jaunes mais pour évoquer les violences policières, l’usage du LBD, les limites de la loi anti-casseurs, etc. Un fact-checking de contrepouvoir, à la différence du fact-checking de JT.

Mais dans les deux cas, ces rubriques se bornent à désigner le vrai, le faux, le moyen vrai et le moyen faux. Elles ne donnent pas les outils et les démarches pour aider les (vieux) téléspectateurs à se repérer dans la jungle du paysage médiatique.

Heureusement, cette dimension pédagogique est assurée par France 4 depuis novembre 2018, avec le jeu Escape News où quatre adolescents apprennent à vérifier les infos.

Sortez le popcorn, ça vaut le détour.

Escape news : le Fort Boyard des Fake news

Le principe du jeu est assez simple : quatre adolescents de 11 à 15 ans sont enfermés dans une pièce. Pour en sortir, ils doivent résoudre des énigmes, lesquelles sont un prétexte à débriefing avec le “game master” Thomas Sotto, histoire de faire un peu d’éducation aux médias pour les plus jeunes.

Devinez le thème du numéro du 9 février ?

Alors les petits, si vous ne savez pas ce qu’est le mouvement des gilets jaunes, écoutez papa Sotto : “Depuis le 17 novembre 2018, des hommes et des femmes manifestent et portent ce célèbre gilet jaune dans tout le pays et comme à chaque fois qu’il y a une crise, il y a beaucoup d’informations qui circulent dans les médias et sur les réseaux sociaux. Mais ce mouvement a une particularité, il n’a pas de chef et tout le monde peut donner son avis sur tout. C’est sans doute pour cela qu’il y a beaucoup de fake news, de mensonges et même de théories du complot qui circulent autour du mouvement des gilets jaunes. Et tout ça, ça donne un grand bazar d’informations et de désinformations dans lequel il n’est pas forcément évident de se retrouver”.

Au-delà du fait que Macron n’est pas du tout cité dans cette définition (oui, les Gilets jaunes, c’est juste des bonshommes jaunes qui manifestent car ils aiment bien se balader le week-end sous les gaz lacrymos, juste comme ça), Sotto a une curieuse manière de faire le lien avec les fake news : l’absence de chef. C’est vrai que lorsqu’il y a un chef, genre un président de la République, il n’y a aucune désinformation ou présentation biaisée d’un sujet d’actualité (ça pourrait être la définition de la communication). Mais passons.

Alors comment aider ces petits jeunes à vérifier les informations qui circulent sur les méchants réseaux sociaux que les JT débunkent à 20h pour les plus vieux ?

Parmi les énigmes de cette émission, il y a celle-ci :

Les adolescents ne connaissent pas Jacline Mouraud. Alors comment fait-on quand on ne connaît pas un individu ? On le googlise ? On cherche des sources fiables ? On lit des portraits ? On croise des infos ? Mais non…

Grâce à Escape News, les plus jeunes apprendront que la recherche d’infos consiste à chercher des petites cartes rouges dans un décor…

Non, Rose, pas par là, regarde plutôt derrière l’étagère

Et avec un grand filtre rouge, les ados peuvent enfin lire ces cartes illisibles, lesquelles expliquent en trois phrases qui est Jacline Mouraud. Fastoche !

Bon, maintenant, figurez-vous que Jacline, dans sa vidéo du 31 octobre 2018, quinze jours avant la première manifestation des Gilets jaunes, a protesté contre la création d’une taxe “sur les téléphones et les tablettes”.

Alors les mioches, comment vérifier si c’est vrai ou faux ? On tape des mots clés ? On cherche des sources ? Non, Sotto a une meilleure idée : le “cryptexte”.

“Est-ce que vous avez déjà vu un cryptexte”, demande Sotto. Euh nan…

Le voici :

Le cryptext ? C’est une sorte de coffre fort avec un cadenas qui s'ouvre à l'aide d'un mot de passe. 

Eh oui, chacun sait que pour vérifier une info, on a besoin d’un cryptext. Franchement, pour lutter contre les Fake news, c’est pas cher, vous pouvez en acheter un pour 29,95 euros :

Donc les petits, on résume : pour savoir si Jacline Mouraud dit vrai à propos de la création d’une taxe sur les tablettes, cherchez un cryptexte ! Avec le code “jaune”, on peut l’ouvrir. 

Et dedans, il y a un article de presse qui explique que Darmanin a exclu la création d’une taxe sur les tablettes...

Vous voyez, c’est facile de lutter contre les fake news, faut juste chercher dans un cryptext un article de presse relayant les propos d’un ministre…

Et tout est comme ça pendant les 30 minutes d’émission.

Par exemple, pour vérifier une info, faut aussi trouver 9 cubes et les remettre dans l’ordre :

C’est utile pour savoir que Mouraud a gagné des fans sur Facebook avec la publication de sa vidéo…

On en rigole mais Escape News est censée être une émission d’éducation aux médias du service public pour aider des adolescents à vérifier les informations. Sûr qu’avec cette émission et les rubriques de fact-checking des JT, jeunes et vieux seront mieux informés.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.